Archives par mot-clé : Provence

MELANGES TIRES D’UNE PETITE BIBLIOTHEQUE (3) : ECRIRE ET RIRE, CONTRE LA GUERRE ET LE MALHEUR

ECRIRE ET RIRE, CONTRE LA GUERRE ET LE MALHEUR

0001-titre

J’avais déjà choisi ce très curieux texte de la Renaissance et écrit cette chronique quand les événements de vendredi sont survenus… A la lumière de ce drame, ce rarissime petit poème prend une coloration particulière et nous montre comment des poètes français, provençaux en l’occurrence, ont fait du rire et de la dérision une arme de représaille après que leur province a été entièrement ravagée par la guerre et son cortège de malheur. Chapeau bas et hommage à l’auteur de cette Historia bravissima Caroli Quinti imperatoris de 1536 [cat. ND n° 1], qui nous montre comment on a déjà su résister à la violence barbare : par l’écriture et le rire.

Revenons d’abord sur les circonstances d’inspiration de ce poème. La guerre entre la France de François Ier et le Saint-Empire de Charles Quint s’était rallumée au début de l’année 1536. A l’invasion du duché de Savoie par les troupes françaises, l’empereur avait répondu par une attaque de la Provence : le 25 juillet, après avoir franchi le col de Tende, l’empereur s’abattait sur l’arrière-pays de Nice et le Var avec 50’000 hommes, ravageant la Provence. Quelques jours plus tard, il mettait le siège devant Marseille. Pour affamer l’agresseur, le connétable Anne de Montmorency fut contraint de pratiquer la politique de la terre brûlée durant tout l’été. Enfin, le 11 septembre, les Impériaux durent se replier et quitter la Midi sans avoir livré la moindre bataille. Mais la Provence mit plusieurs années à panser ses plaies…

Cette période resta connue en Provence sous le nom d’ « An du Dégât » (c’est dire !), mais elle suscita paradoxalement la verve des poètes comiques méridionaux. Ces derniers étaient adeptes du macaronisme, un genre littéraire venu d’Italie et recouvrant des poésies composées dans des langues inventées, formées de mots de français combinés avec une syntaxe et des terminaisons latines fantaisites. La principale intervention fut celle d’un juge de Saint-Rémy-de-Provence, Antoine de Arena (v. 1508 – apr. 1563), qui fit paraître en Avignon dès 1537 une Meygra Entrepriza catoliqui imperatoris quando de anno Domini mille CCCCC XXXVI veniebat per Provensam, bene corrossatus, impostam prendere Fransam cum villis de Provensa, propter grossas et menutas gentes rejohire. Au même moment, un avocat de Forcalquier, Jean Germain, procurait lui aussi (mais en antidatant le livre au millésime de 1536) un poème macaronique sur le sujet, intitulé Historia bravissima Caroli Quinti, imperatoris à Provincialibus Paysanis triumphanter fugati & desbifati. Quæque in Provincia illo existente novissime gesta fuere Macaronico carmine…. L’œuvre tournait bien entendu l’équipée guerrière de Charles Quint en dérision, dans un latin de cuisine parfaitement lisible, tenant davantage du français déguisé.

Souvent cité de seconde main par les sources anciennes, ce poème a longtemps été confondue par les bibliographes avec celui d’Arena (bien que Du Verdier et Naudé en aient eu connaissance, ainsi que le père Lelong). Charles Nodier avait réussi à se procurer ce qu’on pensait être deux éditions différentes d’un même texte et, les confrontant, découvrir leur vraie nature : « la découverte fut bientôt faite, et il faut convenir qu’elle n’était pas difficile, mais elle me parut fort douce. J’avais deux poètes macaroniques au lieu d’un ». Les bibliographes des XVIIe et XVIIIe siècles s’étaient montrés assez durs sur la qualité de ces macaronées, mais Nodier remit en cause ces jugements, mettant en avant l’intérêt du poème comme source historique au minimum et appelant de ses vœux « une bonne édition critique ». Celle-ci devait voir le jour en 1866, tirée à seulement 100 exemplaires [cat. ND n° 218 : exemplaire n°88, relié en demi-veau de l’époque]. Le poème a par ailleurs fait l’objet d’une édition critique moderne et de plusieurs études par les spécialistes de la poésie macaronique.

Mais, outre l’intérêt enfin reconnu du texte, nous parlons aussi de bibliophilie. Et Nodier d’écrire dans son catalogue : « on ne considère pas ici les livres sous le rapport de leur mérite littéraire. Ce qu’il y a de certain, c’est que le poème macaronique de 1536 est aussi rare que le poème macaronique de 1537, qui est l’un des livres les plus rares de notre littérature ». Et il avait bien raison, le père Nodier ! D’après mes recherches, confirmées par mon ami Jean-Marc Chatelain (directeur de la Réserve de la Bibliothèque nationale de France), il ne semble exister que trois autres exemplaires de ce poème, outre le présent exemplaire (de provenance Landau) :

1/ celui possédé et décrit jadis par Nodier (en maroquin rouge de Koelher, passé ensuite chez Borluut, Nicolas Yemeniz, enfin bibliothèque Paul Arbaud à Aix-en-Provence, où il se trouve toujours) ;

2/ celui de la collection MacCarthy (qui se confond peut-être avec le premier ?) ;

3/ celui conservé à la Bibliothèque nationale de France (Rés. P-YC-97, déjà présent en 1866).

A noter enfin que j’ai aussi vu passer en vente à Bruxelles, en 2008, un exemplaire portant l’adresse de l’imprimeur lyonnais « J. Modernus », avec la même date.

Description : Jean Germain, Historia bravissima Caroli Quinti, imperatoris…, s.l. [Lyon], chez François Juste, 1536. Mince petit in-8°, de [18] ff., à caractères ronds. Reliure de veau fauve glacé, dos lisse avec caissons et fleurons dorés, pièce de titre sur maroquin rouge avec titre doré en long, triple filet doré en encadrement des plats, filet doré sur les coupes, dentelle intérieure, tranches dorées (reliure du milieu du XVIIIe siècle).

Provenance : baron Horace de Landau (1824-1903, ancien banquier chez les Rothschild, grand bibliophile habitant un palais de Florence) (ex-libris gravé à monogramme couronné, avec la cote « 3820 » au composteur ; Catalogue des livres manuscrits et imprimés de M. Horace de Landau, Florence, 1885, tome I, p. 214, qualifié d’ « opuscule fort rare » ; pas dans les catalogues de vente de la bibliothèque en 1948-1949).

 0001-reliure0001-ex-libris

Bibliographie : Charles Nodier, Description d’une jolie collection de livres (1844, pp. 117-119, n° 277) ; Brunet, Manuel du libraire (1860, tome II, col. 1553-1554) ; Macaronee provenzali, ed. critica a cura di Fausta Garavini e Lucia Lazzerini (Milan, R. Ricciardi, 1984).