Archives par mot-clé : Provenance

MÉLANGES TIRÉS D’UNE PETITE BIBLIOTHÈQUE (16) : AUTEURS VS. ACTEURS

MÉLANGES TIRÉS D’UNE PETITE BIBLIOTHÈQUE (16)


AUTEURS VS. ACTEURS

Sans même parler des dramaturges, le monde du théâtre et du spectacle a toujours exercé une importante fascination sur les auteurs, qui l’ont décrit à plaisir dans leurs mémoires et mis en scène dans leurs poèmes ou leurs romans. Pour ne parler que de quelques noms du XIXe siècle (parmi tant d’autres), le facétieux jeune Mérimée alla jusqu’à usurper l’identité et les traits d’une prétendue actrice espagnole créée de toutes pièces, Clara Gazul[1], quand Théodore de Banville, quelques années plus tard, donna ses titres de gloire aux clowns et pierrots funambulesques[2]. Même fascination chez Edmond de Goncourt qui fut un historien minutieux du théâtre du XVIIIe siècle, donnant les premières biographies de certaines des plus grandes actrices du Siècle des Lumières (comme La Sainte-Huberty [1882][3] ou Mademoiselle Clairon [1890][4], établies sur une documentation venant souvent de sa propre collection). Quant à Daudet, on retrouve plusieurs chapitres de ses livres de souvenirs évoquant ce milieu du théâtre, et même un ouvrage entier : Entre les frises et la rampe (1894)[5].

J’avais donc envie de consacrer cette nouvelle chronique à certains exemplaires de ma bibliothèque relevant de cette thématique, non pas en listant des pièces de théâtre (cela aurait vite été fastidieux[6] !), mais en privilégiant les rapports personnels entre auteurs et monde du théâtre (en premier lieu acteurs et actrices, mais aussi directeurs de salle, metteurs en scène, etc.). Ces rapports se concrétisent ici par une vingtaine de documents : des études monographiques dans certains cas (Janin, Goncourt), des provenances (la Clairon), mais aussi et surtout par des lettres ou envois autographes échangés entre des auteurs et leurs acteurs ayant incarné les personnages sortis de leur imagination. Depuis le milieu du XVIIIe siècle jusqu’au début des années 1970, voici quelques tandems qui font se croiser Victor Hugo, Lucien Guitry, Jules et Edmond de Goncourt, Lino Ventura, Pierre Louÿs, Porel, Octave Mirbeau, Rachel, Edmond Rostand, Polaire, etc. Montez donc sur scène pour parcourir quelques morceaux d’histoire théâtrale souvent hauts en couleurs ! Attention, silence… Tam-tam-tam-tam. Tam. Tam. Tammm. Lever de rideau.

I. Hauteroche et LA CLAIRON (vers 1750)

Sur l’auteur : fils d’un huissier voulant devenir comédien, Noël Le Breton (v. 1630 – 1707), dit le sieur de Hauteroche, commença sa carrière au théâtre du Marais avant de gagner celui de Bourgogne, se retirant en 1684 avec une pension de 1000 livres. Acteur célèbre, il connut aussi le succès comme auteur, ses pièces valant surtout par leur vivacité et leurs rebondissements, moins par leur valeur psychologique. Elles parurent entre 1668 et 1691.

Mademoiselle Clairon en Médée, par Charles-André Van Loo

Sur la provenance : depuis mes années d’étudiant, après les incontournables péchés de jeune collectionneur, je m’abstiens en général comme de la peste des tomes isolés. Mais ce tome d’une réédition des Œuvres de  Hauteroche parue en 1742 méritait l’attention en raison de sa provenance : il appartint en effet à la plus grande actrice et tragédienne du XVIIIe siècle : Claire Léris (1723-1803), dite Mademoiselle Clairon. Venue d’une famille très modeste (origine qu’elle tenta par la suite à embourgeoiser en prenant le patronyme de « Léris de La Tude », alors qu’elle était la fille d’un sergent et d’une batelière),  elle débuta sa carrière à la Comédie-Italienne en 1736. Reçue à la Comédie-Française en 1743, elle triompha dans le rôle de Phèdre et fit évoluer peu à peu son art vers plus de vérité, d’authenticité et de naturel dans le jeu, supprimant aussi les perruques, les robes extravagantes pour plus de dépouillement. Elle joua dans des pièces de Marivaux, Racine, Corneille, Crébillon, Marmontel, et surtout Voltaire, dont elle créa certaines des plus grandes tragédies. Plébiscitée  par Diderot et d’autres éminents philosophes, elle fut aussi une grande collectionneuse, à la tête d’un cabinet de curiosités (momie égyptienne, livre malabar, parasol en plumes d’autruche, etc.) et d’une collection de tableaux et d’estampes (notamment de Rembrandt) que la fin de sa relation avec le comte de Tourves l’obligea à vendre en 1773[7]. Devenu la maîtresse du margrave d’Ansbach, elle y demeura dix-sept ans, pour revenir à Paris au début de la Révolution. Réfugiée chez sa fille adoptive, elle  mourut oubliée et ruinée.

Selon le discours de réception d’Alfred de Vigny à l’Académie le 29 janvier 1846, son prédécesseur, Charles-Guillaume Etienne (1777-1845), avait  « connu une imposante et très-dramatique personne qui, dans sa vieillesse, l’accueillait avec des sentiments tout maternels. C’était la grande tragédienne de Voltaire, mademoiselle Clairon, qui lui légua sa bibliothèque, comme à Voltaire enfant Ninon avait légué la sienne. – On voit que le théâtre faisait les premiers pas vers lui. – Des feuilles de ces livres moqueurs sont sortis sans doute les esprits familiers de la comédie et du journal qui, toute sa vie lui parleront à l’oreille ». Comme le décrit Edmond de Goncourt, « les livres de Clairon, généralement reliés en veau, portent sur le plat en caractères d’or : Mlle Clairon »[8]. Il possédait lui-même les Œuvres de Saint-Evremond ayant appartenu à l’actrice[9]. Les reliques de la Clairon sont aujourd’hui aussi peu communes qu’émouvantes.

Noël Le Breton (v. 1630-1707), dit le sieur de Hauteroche, Les Œuvres de théâtre de Monsieur de Hauteroche [Tome second], Paris, Compagnie des Libraires associés, 1742. Exemplaire de la Clairon. Inv. 167.

Comme je le disais plus haut, Edmond de Goncourt consacra en 1890 une importante biographie à Mademoiselle Clairon : en voici l’exemplaire n°2 sur Japon, offert à Julia Daudet.

II. VICTOR HUGO et Salvador (1851)

Le texte : « Pourriez-vous, Monsieur, disposer en ma faveur d’une loge pour la représentation de ce soir. Je vous en serais obligé. Recevez, Monsieur, avec mes remerciements, l’assurance de ma considération très distinguée, Victor Hugo. Mercredi 5 novembre. Monsieur Salvador, administrateur de l’Ambigu ».

Seul « portrait » retrouvé de l’acteur Salvador !

Le contexte : élu membre de l’Assemblée législative en 1849, Victor Hugo rompit avec le président Louis-Napoléon Bonaparte après le soutien de ce dernier au retour du pape à Rome. Entré dans l’opposition, il participa à la ligne éditoriale du journal Le Bien-Être universel, qui se qualifiait de « Moniteur du progrès social » et parut de février à novembre 1851. Cela explique que la présente lettre soit rédigée sur un papier à en-tête de ce journal. Le destinataire en était Jean-Baptiste Tuffet, dit Salvador (1803-1873), acteur et dramaturge devenu l’administrateur et secrétaire général du Théâtre de l’Ambigu-Comique. Je n’ai malheureusement pas pu identifier la pièce que Hugo voulait aller voir ce soir-là en sortant des locaux du journal.

Un mois après ce courrier, le prince-président lançait son coup d’Etat, le 2 décembre 1851. Se sachant sur la liste des proscrits, Hugo tenta de s’enfuir, puis se ravisa et voulut se constituer prisonnier, mais un commissaire refusa de l’arrêter. Il prit alors le chemin de l’exil vers Bruxelles, puis Jersey.

Victor Hugo (1802-1885), lettre autographe signée à Salvador, administrateur du Théâtre de l’Ambigu-Comique. S.l. [Paris], mercredi 5 novembre [1851]. Une page sur un bi-feuillet in-8°, à en-tête du journal « Le Bien-Être universel ». Adresse autographe au verso : « Monsieur l’administrateur du théâtre de l’ambigu », avec les mentions « Victor Hugo » et « Pressé ». Ajout manuscrit : « une loge 4 places, Salvador », avec date « 5 novembre » au composteur avec cachet humide du théâtre. Inédit. Inv. 2132.

III. JULES JANIN et Rachel (1859)

Le texte : Jules Janin (1804-1874) fut avant tout un romancier, révélé par le succès de L’Ane mort et la femme guillotinée, roman fantastique paru en 1829. Il donna aussi des contes, des nouvelles et de nombreux volumes d’histoire. Janin fut aussi un bibliophile de goût, auteur de L’Amour des livres, un ouvrage toujours très recherché. Il écrivit enfin de nombreux ouvrages sur l’histoire du théâtre, des acteurs et actrices : Mademoiselle Mars en 1843, et surtout ce Rachel et la tragédie, l’un des tous premiers livres au monde à être illustré de photographies. La célèbre Rachel Félix (1821-1858) redonna son lustre aux tragédies classiques de Corneille ou Racine, boudées par les romantiques. Sa célébrité était énorme dans toute l’Europe. Morte de tuberculose, pleurée par tout Paris, elle laissa un enfant de sa liaison avec le comte Waleski, fils naturel de Napoléon : les actuels comtes Waleski sont leurs descendants.

Les photographies illustrant ce volume furent réalisées par Henri de La Blanchère : elles représentent Rachel dans ses principaux rôles (Hermione, Camille, Monime, Phèdre, Roxane, Athalie), ainsi qu’au naturel, copiant son portait par Muller (frontispice). Ces tirages précieux sur papier albuminés furent collés individuellement sur les planches hors-texte. Selon Clouzot, il existe « quelques exemplaires (50 ?) grand in-4, avec les photographies aggrandies (premier ouvrage ayant utilisé ce procédé ?), le plus souvent richement reliés. Très recherché dans cette condition. Existe avec fer de reliure représentant Rachel sur scène »[10].

La provenance : esprit ouvert et cultivé, Charles Monselet (1825-1888) était, tout comme son ami intime Janin, un polygraphe de génie, livrant aussi bien des romans ou des pièces (Ariel, drame fantastique en 1845) que des études historiques (Histoire du Tribunal révolutionnaire en 1852, Les Galanteries du XVIIIe siècle en 1862). Mais il fut avant tout, comme Brillat-Savarin, l’un des plus grands « écrivains gastronomiques » du XIXe siècle. Depuis toujours amateur de bonne chère, il franchit le pas justement en 1859 en publiant son premier ouvrage lié à l’art culinaire : La Cuisinière poétique, aujourd’hui très recherché des amateurs. Puis, entre 1862 et 1869, vient la série des Almanachs gourmands ; en 1874, sa Gastronomie, récits de table ; en 1877, ses Lettres gourmandes ; en 1880, les périodiques Mois gastronomiques et les « Dindons de la farce. On voit le pourquoi des « agapes » rappelées par Janin dans sa dédicace. Par ailleurs, ce Rachel ne pouvait que passionner Monselet qui livra lui-même de nombreux écrits sur l’histoire du théâtre : Les Tréteaux, en 1859 ; Les Femmes qui font des scènes, en 1865 ; Les premières représentations célèbres, ainsi que Acteurs et actrices, en 1867 ; Chanvallon – Histoire d’un souffleur de la Comédie-Française en 1872 (exemplaire offert à Théodore de Banville : voir note [11]); ou encore Une troupe de comédiens, en 1879.

Jules Janin, Rachel et la tragédie, Paris, Amyot, 1859. Provenance : Charles Monselet (1825-1888, écrivain) (envoi autographe : « Pour mon cher et fidèle / Charles Monselet, / en souvenir de nos / fraternelles agapes. / Vous auriez préféré certes / des recettes inédites. / Consolez-vous en pensant / que le théâtre, en son genre, / est un genre de cuisine. / Bien affectueusement, à vous / Jules Janin » ; ex-libris portant son nom sur papier photographique glacé, gratté ; reproduction d’un autre de ses ex-libris gravés). Inv. 555.

IV. JULES DE GONCOURT et Gisette (1863)

Le texte : « Madame et ami [sic], Voici ma prise de Pékin. Mon monstre, celui du couvercle, et moi, nous vous souhaitons la bonne année. Vous savez que ces bêtes-là avalent les mauvais sorts en Chine. Je désire de tout mon cœur qu’il en soit de même à Paris. Et je vous embrasse avec la permission des autorités, Jules de Goncourt ».

Si on trouve deux bustes de D’Ennery dans le musée du même nom, impossible de trouver la moindre représentation de sa femme, la vraie collectionneuse !

Le contexte : à l’époque de cette lettre, Clémence Lecarpentier (1823-1898), veuve Desgranges, est encore très connue à Paris sous le sobriquet de « Gisette ». Actrice modeste, elle est devenue au début des années 1850 la maîtresse d’un auteur dramatique en pleine ascension, Adolphe d’Ennery (1811-1899). Ce dernier, surnommé « le Shakespeare du peuple » et dénigré comme un « fabricant de pièces » (il en a écrit plus de 250 !), remplissait les salles… et son portefeuille. Ce qui permit à son amie de quitter les planches et de commencer sa véritable passion : la collection d’objets asiatiques (chinois et japonais), dont elle devint l’un des plus grands spécialistes de son époque.

« Si vous veniez voir mes monstres ? » : ainsi invita-t-elle Jules de Goncourt, en 1859,  à visiter sa collection, alors installée rue de l’Echiquier. Les frères Goncourt partageaient cette passion pour les « chinoiseries » (Edmond devait, trente ans plus tard, être l’un des principaux acteurs de la mode du « japonisme »). La collection Desgranges était alors constituée de 150 chimères chinoises, point de départ modeste au regard des 7’200 pièces que compta finalement cet ensemble extraordinaire (légué à l’Etat en 1899 et aujourd’hui musée présentant les lieux dans leur état d’origine, en un magnifique hôtel particulier de l’avenue Hoch). L’écrivain, pourtant avare de compliments, ressortit enchanté de sa visite et devint l’un des habitués de la maison, évoqua dans son Journal « un des plus singuliers salons du monde », « la ménagerie de la fantaisie », « toutes les chimères d’un rêve d’opium ». Il est vrai qu’avec son parler un peu cru, ses manières de théâtre, la vive et séduisante Clémence Desgranges faisait tourner les têtes et attirait à ses dîners les meilleurs auteurs et artistes du moment.

Ce billet un peu cryptique « était accompagné comme étrennes, d’un brûle-parfum en bronze du Tonkin, dont le couvercle était formé par un chien de Fô ». C’est Edmond de Goncourt lui-même qui expliqua ce contexte, en reproduisant cette lettre dans son édition de la correspondance de son frère en 1885, chez Charpentier. S’il établit la date du courrier (« Janvier 1863 »), tout en donnant en note des explications sur son contenu, il ne livra en revanche pas l’identité de la destinataire, remplaçant son nom par « A Madame *** » (ce qui en fait d’ailleurs la seule destinataire anonyme de tout le recueil). A noter que la mention de « la prise de Pékin » renvoyait avec humour à une pièce de même titre écrite par D’Ennery deux ans plus tôt (La Prise de Pékin, drame militaire à grand spectacle en cinq actes et onze tableaux, représenté pour la première fois au Théâtre Impérial du Cirque le 27 Juillet 1861).

Jules de Goncourt, billet autographe signé [à Clémence Desgranges-Dennery, dite Gisette]. S.l. [Paris], s.d. [janvier 1863]. Une page à l’encre noire, sur un bi-feuillet in-8° de papier bleu. Inv. 1591.

Bibliographie : Jules de Goncourt, Lettres, Paris, Charpentier, 1885, p. 193.

V. VICTOR HUGO et Ritt & Larochelle (1873)

Le texte : « Mes chers directeurs, je croyais (à tort) à la répétition le jour ; je ne suis malheureusement jamais libre le soir, à cause de mon fils qui a besoin de moi. Est-ce que les répétitions ne sont plus possibles le jour ? Je compte pourtant que vous me ferez la grâce de dîner un de ces soirs avec moi, je ne pourrai venir ce soir. Ecrivez-moi, je vous prie, un mot qui me fixe, et recevez mon plus cordial serrement de main, Victor Hugo ».

Le tandem Larochelle et Ritt

Le contexte : cette lettre inédite s’inscrit dans le cadre de la reprise de la pièce Marie Tudor, jouée pour la première fois en 1835, avec Juliette Drouet dans le rôle-titre. Dès 1872, Eugène Ritt (1817-1898) et Henri Larochelle (1827-1884), acteurs devenus les directeurs du Théâtre de la Porte-Saint-Martin[12], avaient demandé à Hugo de pouvoir reprendre l’une de ses pièces, leur choix s’étant fixé sur Le Roi s’amuse. La correspondance échangée entre Hugo, alors à Guernesey, et son disciple Paul Meurice témoigne des étapes du montage de la pièce, entre l’automne 1872 et le début de juillet 1873, avec notamment moult discussions autour du choix des acteurs, finalement confirmé par une lettre adressée à Ritt et Larochelle, en date du 29 juin 1873. Mais, le 2 juillet, les journaux annoncèrent que la pièce, tendancieuse vis-à-vis de tout pouvoir, était interdite par le général de Ladmiraut, par la seule vertu de l’état de siège ! Deux jours plus tard, les directeurs du théâtre indiquent à Hugo qu’ils vont finalement reprendre Marie Tudor. Nouveaux échanges de correspondance sur la distribution au cours de l’été 1873 : sont retenus Dumaine pour le rôle de Gilbert, Marie Laurent pour celui de Marie Tudor, Jane Essler enfin pour celui de Jane. Dès le 7 juillet, Hugo confirme à Meurice : « On peut mener Marie Tudor aussi vite qu’on voudra. Dites-le de ma part à MM. Ritt et Larochelle ». A la fin de l’été 1873, il est de retour à Paris pour les premières répétitions. Il y retrouve son fils François-Victor, très malade depuis plus d’un an (atteint d’une grave tuberculose rénale), sans que son père en ait eu tout de suite conscience. En juillet, Edmond de Goncourt avait vu le père et le fils, côte à côte, et était revenu effrayé par l’inévitable comparaison entre l’homme âgé, mais plein de vie, et son fils, miné par la maladie, à la figure crayeuse, déjà annonciatrice de la mort, qui finalement le prendra « après une agonie d’un an », le 26 décembre 1873. Dans notre lettre, Hugo indique bien, en effet, que la santé de son fils le préoccupe et que ces soirées doivent être libres. Certes, mais cette raison n’est pas la seule !

En effet, à cette même époque, Hugo, âgé de 71 ans, entretient une relation passionnée avec une jeune femme d’une vingtaine d’années, Blanche Lanvin, que Juliette Drouet a commis l’erreur de prendre à son service. La liaison dure maintenant depuis le début de 1872 et la fine Juliette commence à avoir des soupçons, à juste titre d’ailleurs : les petits carnets écrits au jour le jour par Hugo attestent qu’après chaque répétition de Marie Tudor, c’est sa jeune maîtresse qu’il court retrouver en fin d’après-midi-début de soirée, revenant ensuite dîner en famille avec Juliette et, effectivement, son fils ! C’est d’ailleurs trois jours plus tard qu’éclate le drame : le 19, Juliette ouvre une lettre de Blanche, adressée à Hugo, mais signée heureusement « Cosette ». Comprenant néanmoins que son ami entretient une nouvelle liaison, elle part dans l’instant, en empruntant 200 frs à son couturière, alors qu’il y avait 120’000 frs d’actions au porteur dans son tiroir ! Elle laisse une lettre de rupture que Hugo retrouve le soir : désespéré, il entreprend des recherches fiévreuses pendant plusieurs jours, télégraphiant à tour de bras, pour finalement la retrouver à Bruxelles, réfugiée chez son neveu Louis Koch. Il note : « Tous les supplices à la fois. Nécessité du secret : je dois garder le silence et avoir mon air normal. Pas de torture pareille. Je vais à mes répétitions (lundi soir), j’ai des amis à dîner (dimanche chez Victor) … ». Finalement, Hugo trouvant un « alibi », Juliette accepte de revenir le 26 Septembre : « j’ai été dire à la Porte St. Martin que je n’assisterais pas à la répétition générale de Marie Tudor ». Il attend en effet le train de Juliette, debout sur un quai de la gare du Nord, pendant plus d’une heure. Enfin, elle arrive : retrouvailles et grand bonheur de Juliette que Hugo emmène quelques jours plus tard à une représentation de Marie Tudor, dont la première aura eu finalement lieu le 27 septembre 1873, remportant un véritable triomphe (Hugo n’y assistait pas, selon son habitude : il dînait chez lui avec Juliette et François-Victor). Mais, pour être honnête, reconnaissons que Hugo, lorsqu’il dit être déjà pris pour le soir de ce 16 septembre, ne pensait pas à son adorée Blanche : au terme de cette journée qui avait vu les troupes prussiennes évacuer la France et – coïncidence ? – sa propre plaquette La Libération du Territoire sortir en librairie, l’ « Homme-Océan » avait invité pour dîner Mme Hollis, une médium américaine très réputée. Après le dîner eut lieu une séance de spiritisme, domaine qui passionnait Hugo depuis son exil. Et ce soir-là, – coïncidence ? -, c’est la première femme qu’aima Hugo qui se manifesta : sa femme légitime, Adèle, à cette époque morte depuis cinq ans… De l’au-delà, elle lui affirma être très heureuse…

Victor Hugo (1802-1885), lettre autographe signée à Ritt et Larochelle, s.l. [Paris], « mardi 16 » [septembre 1873]. Une page à l’encre noire, sur un feuillet in-16. Au verso : identification des destinataires par une note manuscrite d’époque au crayon. Montée en tête d’une édition de Lucrèce Borgia – Marie Tudor – Angelo (Paris, Lemerre v. 1895). Provenance : A.T. (vignette ex-libris gravée, avec initiales entrelacées, épée et plume croisées et la devise « Vita sine litteris est mors »). Inv. 469.

Bibliographie : Nicolas Ducimetière, article « Victor Hugo, auteur et père : une lettre inédite autour de la reprise de Marie Tudor (1875) », publié sur le site du « Groupe Victor Hugo » de la Sorbonne. Accessible via :

http://groupugo.div.jussieu.fr/Groupugo/Textes_et_documents/Lettre_VH_16-09-1873.htm

VI. FRANCOIS COPPÉE et Eugénie Doche (1876)

Sur l’œuvre : issu d’un milieu modeste, François Coppée fut le poète populaire et sentimental de Paris et de ses faubourgs, des tableaux de rue intimistes, du monde des humbles : rencontrant un grand succès avec ses recueils et ses pièces, il devint archiviste de la Comédie-Française en 1878, puis fut élu à l’Académie française en 1884. Le Luthier de Crémone raconte l’amour malheureux d’un apprenti-luthier de génie, mais bossu, pour la fille de son patron. Bien qu’ayant gagné le concours qui devait le marier à la jeune fille, il décide, par esprit de sacrifice, de laisser la place à son rival. Ecrit à Milan en mars 1876, ce manuscrit est donc antérieur de deux mois à la première représentation de la pièce, donnée à la Comédie-Française le 23 mai 1876. Ayant reçu un accueil triomphal (selon un télégramme à Eugénie Doche : « Première hier. Hurlement. Très grand succès. Ecrirai détails. Amitiés »), la pièce fut imprimée peu après par Lemerre (tirage de tête : 12 Chine et 6 Whatman).

Eugénie Doche vers 1850

Sur la provenance : François Coppée avait rencontré la grande actrice Eugénie Doche (1823-1900), créatrice du rôle de la Dame aux Camélias (« quand une artiste a ce talent, elle devient une collaboratrice », avait affirmé Dumas fils) dès ses débuts littéraires et leur liaison avait beaucoup fait jaser, notamment en raison de leur différence d’âge (Goncourt parlant méchamment le 25 janvier 1876 de « l’accouplement d’un squelette avec un fœtus moisi »). Leur amour se changea en une amitié qui dura jusqu’à la mort d’Eugénie Doche. Coppée lui offrit toutes ses œuvres, dédicacées au fur et à mesure de sa carrière, ainsi que toute une série de manuscrits (pièces ou poèmes épars) qu’elle faisait relier de manière uniforme par Pierson, en vélin blanc avec titrage aux encres de couleur.

François Coppée (1842-1908), Le Luthier de Crémone, manuscrit autographe signée, Milan, mars 1876. Envoi autographe : « A Eugénie Doche, ce manuscrit autographe est offert par son ami dévoué, François Coppée ». Inv. 1880.

 VII. ALPHONSE DAUDET et Gustave Worms (1877)

Sur l’œuvre : dans ce roman parisien, Daudet décrit une fois de plus un aspect de la vie dans la capitale sous le Second Empire, à travers les affaires, la politique et les mœurs. Fournissant en perles de jouvence le duc de Mora, un haut dignitaire de l’Empire, le docteur Jenkins lui présente Jansoulet, dit « le Nabab », un aventurier de basse extraction qui a réalisé une colossale fortune en Tunisie. Depuis son retour en France, de nombreux solliciteurs gravitent bien sûr autour de ce « Nabab », à l’indignation de son secrétaire, l’honnête Paul de Géry. Le roman fut adapté au théâtre dans une pièce de même titre, représentée pour la première fois au Théâtre du Vaudeville le 30 janvier 1880.

Worms dans le rôle de Charles-Quint

Sur la provenance : fils d’un contrôleur-en-chef de l’Opéra-comique, Gustave Worms (1836-1910) entra à la Comédie-Française en 1858, devenant sociétaire en 1863. Mais ce titre ne fut pas confirmé par le ministère et Worms partit pour Saint-Pétersbourg où il joua au Théâtre-Michel. Rentré en 1875, il fut engagé au Théâtre du Gymnase, avant que la Comédie-Française ne le réclame en 1877. Ce retour fut plus que brillant et Alphonse Daudet le loua notamment pour son rôle de Charles-Quint dans la reprise d’Hernani de Hugo en novembre 1877 : « nous n’avions vu M. Worms que dans ces rôles de jeune premier où il apportait d’éminentes qualités de diction, de chaleur, de jeunesse (…) Mais le Charles-Quint de l’autre soir nous a montré en outre une science exquise de composition, une rare possession de soi-même, enfin des facultés d’étude (…) Tour à tour hautain, passionné, ironique, Worms a notamment enthousiasmé la salle par la façon dont il interprète l’incomparable monologue du 4e acte. (…) Des bravos prolongés l’ont bien récompensé de ses efforts ». Daudet offrit sans doute son Nabab, paru depuis peu, à la suite de cette mémorable représentation.

Alphonse Daudet (1840-1897), Le Nabab, Paris, Charpentier, 1877, édition originale. Provenance : Gustave Worms (1836-1910, acteur, sociétaire de la Comédie française, époux de la comédienne et sociétaire Blanche Barreta [1855-1939]) (envoi : « à Worms, avec tous mes bravos, Alphonse Daudet ») ; Librairie Eric Fosse (Paris). Inv. 1074.

VIII. EDMOND DE GONCOURT et Paul Porel (1882)

Sur l’œuvre : appartenant à la série des romans féminins de Goncourt, La Faustin a pour décor l’univers du théâtre et comme protagoniste une comédienne, Juliette Faustin, employée au Théâtre-Français. Elle se perd au contact d’un amant anglais, William Rayne, personnage trouble, ambigu et débauché. Goncourt initiait là le type littéraire du pédéraste-sadique.

Paul Porel, photographié par Nadar

Sur la provenance : La Faustin connut un succès immédiat, appuyé par une grande campagne de presse et de publicité. Encouragé, Goncourt travailla dans la foulée à une adaptation pour le théâtre, entre mai 1892 et septembre 1893. Il la proposa d’emblée à son vieil ami Paul Porel (1842-1917). Ce dernier, acteur, directeur de théâtre et mari de la très célèbre comédienne Réjane, avait déjà monté toutes les autres pièces de Goncourt depuis 1884 et avait repris, après sa démission de l’Odéon, l’immense « Eden-Théâtre », rebaptisé « Grand-Théâtre » (et en faillite dès 1893). Comme le prouve cet exemplaire, Goncourt voulait depuis longtemps adapter son roman sous la mise en scène de Porel avec « Sarah Bernard » (sic) dans le rôle-titre. De fait, le 17 octobre 1893, la pièce fut lue chez Sarah Bernhardt, qui montra peu d’enthousiasme. Puis ce fut au tour de Goncourt d’être déçu après avoir vu l’actrice jouer : « Eh bien, cette voix d’or, c’est très joli pour des vers peut-être, mais elle est d’un factice, d’un artificiel qui fait qu’elle n’est pas la voix qu’il faut pour un drame moderne » (Journal, 5 novembre 1893). Pour finir, le 22 février 1894, Sarah Bernhardt renvoya à Goncourt le manuscrit de La Faustin sans un mot d’explication. En juin 1896, Jules Claretie proposa à Goncourt de monter la pièce au Théâtre-Français ; même proposition d’Antoine pour l’Odéon. En fait, la pièce ne sera jamais jouée en France et ne sera publiée qu’en 1910 grâce à Léon Hennique, président de l’Académie Goncourt et ami de l’auteur.

Edmond de Goncourt (1822-1896), La Faustin, Paris, Charpentier, 1882, édition originale, avec envoi autographe : « A Porel, son très reconnaissant Edmond de Goncourt, qui lui demande de voler une heure à son théâtre pour lire ça, et lui indiquer, s’il sait diable qui pourrait en faire une pièce – une pièce qui serait curieuse à voir jouer par une Sarah Bernard ou une sous Sarah Bernard ») [NB : cet envoi date peut-être des premiers contacts entre Porel et Goncourt, vers 1885, car l’auteur ne parle pas encore d’écrire l’adaptation lui-même et orthographie mal le nom de Sarah Bernhardt]. Inv. 810.

IX. EDMOND DE GONCOURT et Albert Lambert (1885)

Sur l’œuvre : drame en trois actes et en prose, Henriette Maréchal avait été représenté pour la première fois à la Comédie Française le 5 décembre 1865, causant un grand scandale, les représentations étant fort chahutées (c’est à l’occasion de l’une d’elle que Daudet rencontra sa femme). Vingt ans plus tard, la pièce fut reprise par la prestigieuse troupe de l’Odéon et donna lieu à cette nouvelle édition, précédée d’une préface inédite d’Edmond de Goncourt.

Albert Lambert père
Albert Lambert fils

Sur la provenance : parmi les acteurs de cette reprise de 1885 figuraient un père et un fils : les Lambert. Acteur des boulevards, puis au Théâtre de l’Odéon à partir de 1880, (Léon)-Albert Lambert (1847-1918) interprétait, dans la pièce de Goncourt, le personnage de Pierre de Bréville (soi-disant ex-consul à Caracas et chercheur d’or en Californie), quand son fils, (Raphaël-)Albert Lambert (1865-1941, future star de la Comédie-Française) jouait le rôle de Paul de Bréville. Selon le Journal, Lambert fils, « jeune cabot du Quartier latin », s’était attiré une remarque méprisante de Léonide Leblanc durant les répétitions : « Vous mettrez des bottines vernies ? Mais vous aurez l’air d’un étudiant sur son trente-deux. C’est étonnant que vous ne puissiez pas vous habituer à ressembler à des gens du monde ! » (26 fév. 1885). Quant au père, il s’attira l’ironie de Goncourt au cours des mêmes répétitions : « “Ne croyez-vous pas que comme consul à Caracas, je ne devrais pas porter une décoration étrangère … une décoration ridicule, la décoration du « Lapin blanc de Sumatra » ?”. C’est Lambert aîné, parlant sur le ton de blague, mais au fond très désireux d’avoir un ordre étranger à sa boutonnière » (27 fév. 1885). L’interprète de M. Maréchal demandera d’ailleurs le même jour à Goncourt d’affubler son personnage du ruban rouge de la Légion d’honneur ! La générale eut lieu le 2 mars au soir et la première, le lendemain, fut un grand succès. Mais cela dura peu : si la pièce ne provoqua pas les mêmes réactions passionnées qu’en 1865, elle ne trouva pas son public et dut cesser, dans l’indifférence, au bout de deux mois.

Edmond et Jules de Goncourt (1822-1896 / 1830-1870), Henriette Maréchal, Paris, Charpentier, 1885. Provenance : (Léon)-Albert Lambert (1847-1918) (envoi autographe : « A Albert Lambert, Edmond de Goncourt »). Inv. 1252.

X. ALPHONSE DAUDET et Paul Porel (1896)

Sur l’œuvre : ce second volume du théâtre complet de Daudet contient La Lutte pour la vie, L’Obstacle et Numa Roumestan (inspiré du roman homonyme et créé par Porel au Théâtre de l’Odéon en 1886). La publication du Théâtre de Daudet fut très étalée dans le temps : la première série avait paru chez Charpentier en 1880 avec les pièces de jeunesse (dont L’Arlésienne) ; la troisième série, posthume, contiendra en 1899 les pièces les plus tardives (Sapho, Jack et Le Nabab).

Paul Porel avec son fils, photographiés par Nadar (1905)

Sur la provenance : d’abord comédien, puis directeur du théâtre de l’Odéon fin 1884, Porel (de son vrai nom Paul-Désire Parfouru) modernisa la salle et la programmation, travaillant avec les meilleurs auteurs dramatiques du moment, notamment avec Goncourt (dont il monta plusieurs pièces). Il entretenait avec Daudet les meilleurs rapports et reprit notamment sa pièce L’Arlésienne : créée en 1872 sans le moindre écho, elle fut redonnée au Théâtre de l’Odéon, sous la direction de Porel, le 5 mai 1885, et connut enfin le succès. Le 15 février 1887, il créa à l’Odéon la pièce Numa Roumestan (adaptée du roman du même nom et que l’on retrouve dans le présent recueil), qui rencontre là encore les faveurs du public.

Alphonse Daudet (1822-1896), Théâtre (2e série) : La Lutte pour la vie, L’Obstacle, Numa Roumestan, Paris, G. Charpentier et E. Fasquelle, 1896, première édition collective. Provenance : Paul Porel (1843-1917, acteur et directeur de théâtre, mari de la comédienne Réjane) (envoi autographe : « A Porel, en souvenir, Alph. Daudet »). Inv. 1909.

XI. ANATOLE FRANCE et Sybil Anderson (1896)

Le texte : « Je veux vous redire encore, Madame, toute la reconnaissance que je vous ai d’avoir fait vivre ma Thaïs d’une vie poétique et profonde. Voluptueuse et pénitente, vous avez égalé et surpassé les rêves du poète. J’emporte de vous vingt images animées et chantantes, plus belles – un autre vous l’a dit – que les peintures des vases grecs et que les figurines de Tanagra. Je vous embrasse, Anatole France. Mes meilleurs souvenirs à votre frère ».

Sybil Sanderson dans le rôle de Thaïs

Le contexte : paru en 1891, le roman Thaïs prend place dans l’Alexandrie du IVe siècle. Après une jeunesse débauchée, Paphnuce, après des années de retraite à la tête d’un groupe de moines cénobites, revient sur les lieux de sa jeunesse pour tirer la comédienne Thaïs d’une vie dissolue qui la conduit tout droit à la damnation. Il y parviendra, la convaincant de rejoindre un couvent. Mais lui-même finira par renier sa foi, s’apercevant qu’il était toujours amoureux de la pécheresse.

« Thaïs » fait la une du « Petit Journal » après la première

Avec quelques adaptations (Paphnuce devenant Athanaël), le roman donna matière à un opéra de même titre composé par Jules Massenet[13]. L’œuvre fut écrite en 1894 pour la soprano Sibyl Sanderson, muse du compositeur à cette époque. Typique de son temps, l’œuvre baigne dans un climat de volupté et de religiosité sulpicienne. Louis Gallet, le librettiste, n’a pas retenu l’aspect sceptique, ironique et discrètement anticlérical du roman d’Anatole France. En revanche, il a organisé le drame de manière rigoureuse et efficace. Le nœud de l’histoire est marqué, à l’acte II, par la célèbre « Méditation religieuse », confiée au violon solo et connue sous le nom de « Méditation de Thaïs », souvent jouée en concert.

Sybil Sanderson jouant Thaïs, face à Delmas (acte II)

La provenance : native de Sacramento, la soprano Sybil Sanderson (1864-1903) chanta surtout un répertoire français. Après des études au Conservatoire de San Francisco, elle vint à Paris compléter sa formation, mais débuta à La Haye, en 1888, sous le nom d’Ada Palmer. Revenue à Paris, elle chanta au Palais Garnier, notamment Gilda et Juliette. Elle fut très admirée de Jules Massenet, qui écrivit pour elle Esclarmonde (1889) et Thaïs (1894). Elle créa aussi Phryné (1893) de Camille Saint-Saëns. Elle paraît aussi à Londres en 1891, à Saint Petersbourg en 1892, puis à New York en 1895 et 1901. Sa grande beauté, ses dons d’actrice, mais aussi sa voix d’une exceptionnelle étendue (trois octaves) lui valurent une grande popularité. Elle se retira de la scène après son mariage et mourut prématurément d’une pneumonie.

Anatole France (1844-1924), lettre autographe signée à la cantatrice Sibyl Sanderson, Paris, 10 mars 1896, deux pages sur un bi-feuillet in-16. Provenance : Sibyl Sanderson (1864-1903, soprano américaine, égérie de Massenet et première interprète du rôle de Thaïs dans l’opéra du même nom en 1894) ; Vente « Livres anciens et autographes », étude Audap et Miraud, Paris, 7 novembre 2012, n° 12. Inv. 1602.

XII. JEAN RICHEPIN et Caroline-Eugénie Segond-Weber (1897)

Sur le texte et le contexte : si son recueil poétique La Chanson des Gueux lui avait valu dès 1876 une réputation flatteuse, Jean Richepin (1849-1926) se heurta longtemps à l’indifférence du public dans le domaine dramaturgique. Il n’atteignit le plein succès qu’avec sa pièce Le Chemineau, drame de cinq actes en vers représenté pour la première fois au Théâtre de l’Odéon le 16 février 1897, avec dans les rôles principaux Decori (le chemineau) et la tragédienne Segond-Weber (Toinette). Plus de cent soixante représentations devaient suivre sur cette seule scène, sans compter de nombreuses reprises dans le demi-siècle suivant.

Le 16 avril 1897, dans le cadre du spectacle-concert du Vendredi-Saint offert par le Théâtre de l’Odéon, Richepin composa tout spécialement un épilogue (certains dirent un « sixième acte ») à sa pièce, avec un acte isolé, en vers, intitulé La Rose du pauvre : Decori reprenait le rôle du pauvre mendiant, alors que Mme Segond-Weber assumait celui, nouveau, de l’ange. Représentée trois fois avec succès durant l’année 1897, cette courte et émouvante pièce mettait en scène la mort du chemineau, tombant accablé de fatigue sur une grand-route enneigée. L’ange le console, lui assure qu’il trouvera au Ciel le pain et l’idéal qui lui ont toujours manqué ; il tend enfin au mourant sa rose : « La rose du pauvre, la rose tremière / Cette fleur qui fleurit demain / L’espérance dans la lumière ». Le texte fut publié pour la première fois dans La Revue illustrée du 1er juin 1897 (inv. 1598), mais ne fut pas repris dans les nombreuses éditions du Chemineau.

Mme Segond-Weber dans le rôle de Marie (« Les Jacobites » de François Coppée, 1885)

Sur la provenance : l’actrice et tragédienne Caroline-Eugénie Weber, dite Madame Segond-Weber (1867-1945), fut l’une des principales rivales de Sarah Bernhardt. Pensionnaire puis sociétaire de la Comédie-Française entre 1887 et 1926, elle interpréta durant ses quarante années de carrière presque toutes les grandes tragédies du répertoire classique, mais joua aussi dans des pièces de contemporains (Jean Richepin, Anatole France, François Coppée, etc.).

Jean Richepin (1849-1926), La Rose du Pauvre [manuscrit autographe signé], S.l.n.d. [Paris, mars-avril 1897], 7 pp. sur 7 ff. in-folio, reliés en veau glacé café. Provenance : Caroline-Eugénie Weber, dite Madame Segond-Weber (1867-1945, actrice) (envoi : « A Madame Segond-Weber, avec mon affectueuse et admirative gratitude, Jean Richepin »). Inv. 1599.

XIII. OCTAVE MIRBEAU et André Antoine (1897)

Le texte : « 3, Boulevard Delessert. Mon cher ami, vous avez encore, je crois une copie, – celle que je vous avais envoyée – de ma pièce. Je vous serais fort obligé de vouloir bien me la faire remettre. Mille remerciements et tout à vous, Octave Mirbeau ».

Le contexte : c’est en 1897 qu’Octave Mirbeau (1848-1917) s’installe dans un bel appartement du 3, boulevard Delessert, à Paris : il y restera domicilié jusqu’à son déménagement avenue du Bois en novembre 1901. Ce billet évoque une célèbre pièce de Mirbeau représentée durant ce laps de temps : Les Mauvais Bergers. L’histoire en est proche de celle de Germinal, présentant le récit l’histoire d’une grève ouvrière écrasée par la troupe (voir numéro suivant pour une description plus complète). A l’origine, la pièce avait été promise au directeur du Théâtre-Antoine, l’acteur et metteur en scène André Antoine (1858-1943), avec lequel Mirbeau était en rapport depuis longtemps mais sans succès : dans cette relation toujours délicate, les deux hommes se cherchaient en effet sans toujours se trouver. Dans le cas présent, Mirbeau avait bien l’intention de lui confier ses Mauvais Bergers et il lui en lit d’ailleurs la moitié au printemps 1897. Ce billet semblerait indiquer également l’envoi d’une copie manuscrite. Mais Mirbeau s’est ensuite dédit pour confier sa pièce à Lucien Guitry et Sarah Bernhardt, qui la jouèrent au Théâtre de la Renaissance le 14 décembre 1897. En compensation, Mirbeau finira par confier à Antoine une autre de ses pièces, L’Épidémie, en 1898[14].

Provenance : André Antoine (1858-1943, acteur, fondateur et directeur du Théâtre libre [1887-1894], puis du Théâtre Antoine, l’un des premiers metteurs en scène modernes français). Inv. 2163.

 XIV. OCTAVE MIRBEAU et Berthe Bady (v. 1898-1900)

Le texte : dans sa pièce Les Mauvais Bergers, représentée pour la première fois le 15 décembre 1897 au Théâtre de la Renaissance, l’écrivain Octave Mirbeau, très marqué à gauche et préoccupé par les questions sociales de son temps, traitait de l’histoire d’une grève ouvrière. Un peu comme dans Germinal de Zola, l’action s’achevait sur une tragédie, avec l’intervention sanglante de la troupe, requise par un patronat intransigeant. Le meneur du mouvement, Jean Roule, est tué aux côtés de sa jeune maîtresse Madeleine (enceinte), ainsi que le propre fils du patron, Robert Hargand (qui avait rompu avec les siens pour épouser la cause des ouvriers). Bref, cette pièce marquée du sceau du pessimisme (et presque du nihilisme) diffère du roman zolien par l’absence totale de toute espérance finale. En fait, pour Mirbeau, les « mauvais bergers » sont autant les patrons inflexibles et l’Etat complice que les idéalistes gauchistes qui mènent leurs disciples à la mort. Portée par les deux « monstres sacrés » qu’étaient Lucien Guitry (dans le rôle de Jean Roule) et Sarah Bernhardt (dans celui de Madeleine), la pièce connut une très importante réception.

La provenance : actrice d’origine belge, Berthe Bady (1872-1921) était une célébrité de son temps : elle joua dans de nombreuses pièces mises en scène par Lugné-Poe au Théâtre de l’Œuvre, avant de devenir l’égérie et la compagne du dramaturge Henry Bataille (dont elle interpréta cinq pièces entre 1902 et 1913). Mais contrairement au souhait énoncé par Mirbeau sur cet exemplaire, probablement vers 1898-1900, elle ne joua jamais pour l’auteur des Mauvais Bergers. Les fortunes gagnées sur les planches furent dilapidées pour soutenir son amant Bataille et Berthe Bady s’éteignit finalement dans la misère, oubliée de tous, dans un hôtel sordide (un destin tragique évoqué par Aragon dans Blanche, ou l’oubli)… ‎

Octave Mirbeau (1848-1917), ‎Les Mauvais bergers Pièce en cinq actes. Représentée à Paris sur le Théâtre de la Renaissance le 14 décembre 1897‎, ‎Paris, Charpentier et Fasquelle, 1898 18 x 12 cm, demi-chagrin havane, dos à nerfs, titre doré, tête dorée, couv. non conservées, 3 ff. n. ch., 152 pp. Edition originale sur papier d’édition. Envoi autographe signé de l’auteur : « A Mademoiselle Berthe Bady / avec l’espoir charmant qu’elle / voudra bien, un jour, jouer une pièce / de moi. Octave Mirbeau ».

XV. ANATOLE FRANCE et Lucien Guitry (1902)

Le texte : œuvre à succès d’Anatole France, le court roman Crainquebille livre une critique en règle de l’institution judiciaire, aveugle et inhumaine, créatrice d’injustices poussant les pauvres gens au crime. Ainsi, le père Crainquebille, marchand de quatre-saisons très estimé dans son quartier, se voit condamné pour avoir soi-disant insulté un agent de police lors d’une discussion un peu vive. Le pauvre homme sort de prison aigri et tombe dans la déchéance avant de trouver la rédemption. La première édition, illustrée par Steinlen, vit le jour en 1901 chez l’éditeur Edouard Pelletan, ami proche d’Anatole France. Cette deuxième édition, en partie originale, est la « première complète en un volume ordinaire » (pour reprendre les propres de Péguy dans l’avant-propos) : elle contient en effet les chapitres I et IV en intégralité. Premier numéro de la quatrième série des « Cahiers de la Quinzaine », le mince volume fut tiré à 5’000 exemplaires.‎

Lucien Guitry, par Constantin Egorovich Makovsky (vers 1905)

La provenance : considéré comme l’égal masculin de Sarah Bernhardt, Lucien Guitry (1860-1925) créa certains des plus grands rôles de son temps, à Paris ou Saint-Pétersbourg (où naquit son fils Sacha). Il joua notamment dans les premières créations de La Princesse lointaine, de L’Aiglon ou de Chantecler d’Edmond Rostand, des Mauvais bergers d’Octave Mirbeau, etc. Il tint le rôle principal dans plusieurs adaptations de romans d’Anatole France, notamment L’Affaire Crainquebille, d’abord en 1903 (Théâtre de la Renaissance), puis en 1910 (Théâtre de la Porte-Saint-Martin). A partir de l’édition Calmann-Lévy de 1904, Crainquebille sera d’ailleurs dédiée « À Alexandre Steinlen et à Lucien Guitry, qui ont su donner, l’un en une suite d’admirables dessins, l’autre par une belle création de son génie dramatique, un caractère de grandeur tragique à l’humble figure de mon pauvre marchand des quatre-saisons ».

Guitry dans le rôle de Coupeau (« L’Assommoir » d’Emile Zola)

Anatole France (1844-1924), L’Affaire Crainquebille, Paris, Cahiers de la Quinzaine, 1902, deuxième édition, en partie originale. Provenance : Lucien Guitry (1860-1925, acteur, créateur du rôle de Crainquebille au théâtre) (envoi autographe : « A Lucien Guitry, C’est ne lui donner rien, C’est seulement lui faire un présent de son bien (Cinna, a. 1, sc.), son collaborateur et ami Anatole France »). Inv. 2012.

XVI. PIERRE LOUYS et Polaire (1908)

Le texte : « Jeudi – Mon frotteur m’a fait un cadeau. C’est une médaille de cuivre argenté reproduction d’une pièce que je crois asiatique. Face : Tête d’homme laurée, bouclée de profil à droite ; environ 50 ans. Revers : Déesse assise de prof. à gauche avec l’inscription B A S  I L E W S   M Y P P O Y. Qu’est-ce que c’est que ce roi de la Ville Parfumée ? Le manuel de Barthélemy ne me renseigne pas. Je t’embrasse, P. Le rôle de Concha Perez a une influence déplorable sur son interprète qui vient de se faire remettre 30’000 f. d’avance par un monsieur très épris et qui a mis le monsieur à la porte quand il s’est présenté le lendemain pour recevoir un baiser. Là-dessus, lettre de l’épouse furibonde : “Mon mari m’a tout avoué. Vous nous ruinez. Vous êtes une misérable !”. Et réponse de Concha : “Mais de quoi vous plaignez-vous madame ? Je vous laisse votre mari”. La réponse est drôle, mais l’histoire est roide. Et tout çà c’est de la tradition. Tu m’as raconté jadis l’histoire de Duval et de Berthe Mangin ; je m’en suis servi pour écrire dans mon roman la scène de la grille, qui transmise de bouche en bouche, et de causeries en feuilletons, finit par coûter 30’000 f. à un imbécile la semaine dernière… Il paraît vraiment que le monsieur est idiot, mais cela ne rend pas la dame plus sainte pour çà quoique son acte soit évidemment un acte de chasteté. »

Le contexte : en 1906, ayant rencontré un très grand succès avec son roman La Femme et le pantin, Pierre Louÿs (1870-1925) envisage assez rapidement de porter l’œuvre sur les planches. A la fin du printemps 1908, il est en plein travail et commence déjà à expliquer son rôle à l’actrice retenu pour le rôle principal de Conchita Perez : Pauline Polaire (1874-1939). C’est à l’époque une des coqueluches de la scène parisienne, depuis son triomphe dans le rôle-titre de Claudine de Colette en 1902. Louÿs est tombé sous le charme de cette femme décidée à la taille de guêpe et sa correspondance avec son frère aîné Georges comprend alors de nombreuses références au travail mené sur la pièce en gestation, difficile à écrire, alors qu’ « elle peut être pour moi le point de départ d’une nouvelle carrière, dramatique, qui me sauverait de tous mes ennuis. Elle serait le salut d’une interprète que j’aime beaucoup, qui a mis toute sa confiance en moi et qui sera furieuse si j’abandonne »[15]. En juillet, des fuites dans la presse (organisées par l’actrice ?) annoncent déjà que la pièce sera bientôt montée au Théâtre du Vaudeville. C’est dans ce contexte que Polaire met le grappin sur un pigeon et le plume, avec le même comportement que son personnage…

En novembre 1908, Coquelin lui-même se dit prêt à interpréter le rôle masculin (Don Matteo). Mais voilà, les choses traînent et tournent au vinaigre entre Louÿs et son actrice. Lassée d’attendre, Polaire décide d’accepter une sorte de plagiat de la pièce de Louÿs au Vaudeville en novembre 1909. Or, Gémier, le directeur du Théâtre-Antoine qui va finalement monter La Femme et le Pantin, la voit jouer et refuse de l’engager, la trouvant « très mauvaise en danseuse espagnole »… Quelques mois plus tard, Louÿs écrit à son frère : « ce soir 13 mars 1910, j’ai écrit à Mlle Polaire qu’elle ne jouerait jamais La Femme et le Pantin. Comme elle m’a fait prévenir qu’au cas où elle recevrait cette lettre, elle m’assassinerait à coups de revolver, garde cette feuille posthume. Elle prouvera la préméditation »[16]. De fait, furieuse de perdre ce rôle sur lequel elle comptait beaucoup, Polaire se répand dans les journaux, crie à la trahison, fait du chantage et menace Louÿs de mort. L’auteur devra faire jouer ses relations à la Préfecture de police (« c’est une garce, tout Paris le sait », le rassura-t-on avec tact) et menacer d’une plainte en diffamation. L’affaire finit par se tasser : Polaire trouva finalement une très belle consolation dans une tournée américaine et dans ses premiers rôles au cinéma.

Pierre Louÿs (1870-1925), lettre autographe signée à Georges Louis, s.l. [Paris], s.d. « Jeudi » [9 juillet 1908], deux pages in-8°, à l’encre violette. Enveloppe adressée à « Monsieur Georges Louis, 130, rue de l’Université, Paris 7e » (avec tampons postaux datés de Paris, 9.7.08). Inv. 2185.

XVII. PIERRE LOUYS et REGINA BADET (1910)

Le texte : « Ce 3 janvier 1911. Cher Maître, chaque jour je m’étais promis de répondre à votre lettre si charmante et qui me fut, avant ma bataille, un si précieux encouragement. Vous vous en prendrez uniquement à la fatigue qui, depuis la première, ne m’a guère quittée, du retard que j’ai mis à vous remercier des indulgentes appréciations & des conseils si utiles que m’a apportés, en tous temps, votre lettre. À présent que la partie est, je crois, gagnée, ce mot m’est plus encore qu’un devoir, un plaisir, de vous dire combien je suis heureuse d’incarner de mon mieux cet être étrange, cruel, câlin, odieux, exquis, votre Concha Perez. Il m’est, à la réflexion, agréable d’avoir involontairement retardé jusqu’aujourd’hui ma réponse : car je puis avec l’an nouveau, joindre mes vœux les plus vifs d’heureux 1911 à mes sentiments de parfaite admiration, Régina Badet ».

Regina Badet, dans le rôle de Conchita Perez (« La Femme et le Pantin », de Pierre Louÿs)

Le contexte : l’actrice et danseuse Régina Badet (1876-1949) commença sa carrière dès 1890 à Bordeaux et la poursuivit brillamment à Paris en 1900. Actrice presque attitrée des pièces tirées des romans de Pierre Louÿs, elle joua dans Aphrodite en 1906 (elle y était la première danseuse), mais fut surtout particulièrement remarquée en 1910 pour sa création sur scène du rôle de Conchita Perez (d’abord longtemps attribuée à l’actrice Polaire, cf. ci-dessus) dans La Femme et le Pantin de Pierre Louÿs et Pierre Frondaie, pièce inspirée du deuxième roman de Louÿs. Créée le 8 décembre 1910, l’œuvre révéla l’actrice au grand public. Cette notoriété s’accompagna d’un parfum de scandale : le président de la « Ligue contre la licence des rues » porta plainte, dénonçant la presque nudité de l’actrice dans cette pièce. Le chef de la brigade mobile se déplaça en personne à une représentation et classa l’affaire avec des mots amusés, vite repris par la presse.

Cette lettre prend donc place dans la droite ligne de ce succès, deux jours après le Nouvel An 1911. Fâché de voir sa pièce représentée dans une version qu’il désavouait (il aurait souhaité revoir plusieurs passages, alors que les acteurs avaient travaillé sur un manuscrit antérieur, d’où un clash qui faillit aboutir au procès), Louÿs s’était tenu à l’écart des répétitions, puis des représentations, suivant le succès montant de la pièce dans les journaux. « Je me suis désintéressé de tout. Je ne suis allé ni à la générale, ni à la première. Ce soir 12 décembre, 7000 spectateurs ont déjà vu la pièce, et moi je ne la connais pas »[17]. L’actrice se fend donc ici de remerciements un peu tardifs, plus de trois semaines après la première. Il faut sans doute attribuer à ce peu d’empressement à correspondre le commentaire un peu acide et très second degré porté par Louÿs sur l’enveloppe conservant le courrier : « Autographe de la plus grande rareté. Lettre de Régina Badet, 3 janvier 1911 ».

Après une brève carrière au cinéma, Régina Badet abandonna définitivement la scène et l’écran au début des années 1920. Quant au roman de Louÿs, inspirée des aventures de Casanova, il devait continuer de séduire le public et inspirer les réalisateurs Josef von Sternberg, avec Marlène Dietrich et Julien Duvivier, avec Brigitte Bardot.

Régina Badet (1876-1949), Lettre autographe signée à Pierre Louÿs, s.l. [Paris], 3 janvier 1911. Deux pages et 1/2, sur un bi-feuillet in-8° (275 x 175 mm) de papier bleu, à en-tête « B – Veuille ce que veut ». Env. cons., avec adresse « Monsieur Pierre Louys, 29, rue de Boulainvilliers, XVIe ». Joint : une enveloppe autographe de Pierre Louÿs, « Autographe de la plus grande rareté. Lettre de Régina Badet, 3 janvier 1911 ». Inv. 2186.

XVIII. EDMOND ROSTAND et Pierre Magnier (1910)

Le texte : après le succès planétaire de Cyrano en 1898, puis de L’Aiglon deux ans plus tard, Edmond Rostand (1868-1918) reprend un vieux projet : porter sur scène une tragédie animalière. Il lui faudra huit ans pour mener à bien cette entreprise, dont il conçoit également les costumes et les maquettes de décor. La pièce fait intervenir plus de 70 personnages, avec 195 costumes somptueux ayant demandé 35 000 heures de travail. Le rôle-titre, celui du coq Chantecler, est tenu par le grand Lucien Guitry. Le soir de la première au Théâtre de la Porte-Saint-Martin, le 7 février 1910, le public, venu du monde entier, est dans une attente d’une extraordinaire ferveur, qui a encore été attisée par des retards répétés. Las, les aventures de ce coq trop imbu de lui-même, qui pensait faire naître le soleil par son chant et qui doit regagner la confiance de la basse-cour en luttant contre un épervier, est finalement un relatif échec, dû (selon Rostand) au peu de conviction de Guitry. En fait, le public est dérouté devant ces acteurs grimés en poulets, mais qui s’expriment dans des alexandrins raffinés. Pourtant, l’œuvre avait de véritables qualités d’avant-garde, avec la présence un peu surréaliste d’animaux parlants et l’aspect satirique de l’œuvre. Blessé, Rostand ne donna plus de pièce de son vivant. Mais il attaqua en fait dès 1911 un « poème dramatique en deux actes et un prologue » baptisé La Dernière nuit de Don Juan. La guerre, puis la mort prématurée de l’auteur en 1918 (de la grippe espagnole) empêchèrent de représenter la pièce avant 1921.

Pierre Magnier dans le rôle de Cyrano de Bergerac (1922)

Le contexte et la provenance : il est émouvant de découvrir cette dédicace, car  l’acteur Pierre Magnier (1869-1959), grande star du cinéma muet, intervint dans de nombreuses pièces de Rostand au cours de sa carrière. Au printemps 1910, il tint le rôle-titre de Chantecler, lorsque la pièce partit en tournée à Bruxelles (d’où cette dédicace), puis le reprit en juin au Théâtre de la Porte-Saint-Martin, lorsque Guitry, dégoûté, jeta l’éponge après 150 représentations. Magnier demeura ensuite fidèle à l’œuvre de Rostand, même après la mort prématurée de celui-ci. En 1922, il joua le personnage principal dans la création de La Dernière Nuit de Don Juan, au Théâtre de la Porte-Saint-Martin (voir fragment manuscrit ci-dessous [Inv. 2170]). En cette même année, Magnier incarna Cyrano de Bergerac dans une importante adaptation cinématographique franco-italienne de l’œuvre de Rostand, muette mais colorisée à l’époque au pochoir (travail dantesque qui repoussa la sortie en salle de trois années !).

La célèbre reliure en veau souple estampé, signée du maître-verrier René Lalique

Edmond Rostand, Chantecler, Paris, Charpentier et Fasquelle, 1910, édition originale, en reliure de veau souple estampé (Lalique). Exemplaire nominatif sur Japon impérial pour l’acteur Pierre Magnier, avec envoi autographe : « en remerciement du cop plein de foi qu’il a été à Bruxelles ! son tout dévoué, Edmond Rostand ». Inv. 2200.

Fragment du manuscrit autographe de « La dernière nuit de Don Juan » d’Edmond Rostand : dernière réplique de Don Juan dans le prologue de la pièce. Pierre Magnier créa le rôle en 1922. Inv. 2170.

XIX. ALAIN DECAUX et Lino Ventura (1972)

Le texte : intéressante entreprise que celle d’Alain Decaux dans cette grande fresque en dix volumes, examinant bien sûr les femmes célèbres de l’histoire de France, mais aussi, d’une manière plus large, la place de la femme dans la société française au fil des siècles. Ce premier tome faisait le portrait aussi bien de Blanche de Castille que de Catherine de Médicis, de Jeanne d’Arc que de Mme de Sévigné. On y retrouve les belles Frondeuses galopant en quête de leur liberté, les précieuses réformant le langage, les villageoises inconnues de la Gaule, les épouses mérovingiennes naissantes, etc.

Sur la provenance : cet exemplaire associe deux personnes que j’admire beaucoup : Alain Decaux et Lino Ventura. Autant le dire : j’ai été surpris, voire choqué de la globale indifférence avec laquelle la mort d’Alain Decaux, l’année dernière, a été traitée par les médias et le public français… Voilà un homme qui a passé sa vie à passionner les foules en rendant l’Histoire accessible et vivante pour le plus grand nombre, dans tous les foyers français, et que les oraisons funèbres n’ont présenté que comme un « vulgarisateur », avec un ton condescendant. Incroyables journalistes, incapables de saisir les propos de chercheurs les plus pointus, mais prêts dans le même temps à mépriser ceux qui s’efforcent à rendre leur science accessible ! Je l’avoue sans détour : enfant, les livres d’Alain Decaux ont beaucoup fait pour développer mon goût pour l’histoire. C’est pourquoi j’ai été heureux, par la suite, de lui faire connaître mes travaux de recherche, après l’avoir rencontré dans le cadre de l’exposition Mignonne, allons voir… au château de Chantilly (dont il était le principal responsable au nom de l’Académie).

Quant à Lino Ventura, il est sans doute l’un de mes acteurs préférés, en premier lieu pour sa magistrale interprétation du personnage de Philippe Gerbier dans L’Armée des Ombres, film de Jean-Pierre Melville (1969), inspiré du roman du même nom de Joseph Kessel, l’un des plus beaux livres de la littérature de résistance, paru en 1943.

Lino Ventura dans le rôle de Philippe Gerbier (« L’Armée des Ombres » de Jean-Pierre Melville, d’après le roman de Josepk Kessel, 1969)

Le contexte : il peut sembler difficile d’associer ces deux personnages, mais n’avaient-ils pas en commun l’écran, petit ou grand ? De fait, ils se retrouvèrent au moins sur un grand projet cinématographique : l’adaptation des Misérables de Hugo par Robert Hossein en 1982. Decaux en était le scénariste et le dialoguiste[18] ; Ventura interprétait le personnage de Jean Valjean. Mais cet exemplaire à la dédicace si élogieuse semble faire remonter leurs rapports à 1972 pour le moins (à moins qu’il ne s’agisse d’un cadeau plus tardif de dix ans ?).

Lino Ventura dans le rôle de Jean Valjean (« Les Misérables » de Robert Hossein, d’après le roman de Victor Hugo, 1982)

Alain Decaux (1925-2016), Histoire des Françaises [tome I], Paris, Perrin, 1972. Provenance : Lino Ventura (1919-1987, acteur) (envoi autographe : « pour Lino Ventura que j’admire tant, en signe de ma vive sympathie, Alain Decaux »). Inv. 2046.


En guise de cul-de-lampe final, de magnifiques bacchantes, les vraies et leur version autoportraiturée par l’auteur !


NOTES

[1] L’édition originale de 1825 présentait même un portrait frontispice qui n’était autre que celui de l’auteur grimé en femme ! La deuxième édition, parue en 1830, était augmentée deux pièces encore inédites (« L’Occasion » et « Le Carrosse du Saint-Sacrement ») (inv. 494).

[2] En plus des célèbres Odes funambulesques (1857) (inv. 1510), on peut citer Les pauvres saltimbanques (Paris, Michel Lévy, 1853) (inv. 401), qualifié de « peu commun » par Clouzot.

[3] Paris, Charpentier, 1882. Exemplaire offert à François Coppée, avec envoi autographe (inv. 380).

[4] Paris, Charpentier, 1890. Un des 5 exemplaires sur Japon (n° 2), avec envoi autographe à Julia Daudet (inv. 1609).

[5] Paris, Dentu, 1894. Exemplaire du poète parnassien et futur académicien François Coppée, avec un amusant envoi à teneur théâtral : « A François Coppée, ami des bons cabots » (inv. 666).

[6] Suite à une demande récente d’un dix-septièmiste célèbre, j’ai fait un petit inventaire de mes pièces de théâtre XVIIe en édition d’époque et suis parvenu, un peu surpris, au chiffre rondelet de 68 ! C’est fou comme les livres s’accumulent au fil des années… C’est le siècle le mieux représenté dans ma collection, juste après le XIXe s.

[7] Catalogue du cabinet d’histoire naturelle de Mlle C***, dont la vente se fera rue du Baq, près le Pont Royal, dans le mois de février 1773, Paris, Michel Lambert, 1773. L’ensemble fut racheté en bloc par le comte Demidoff pour 30’000 livres.

[8] Edmond de Goncourt, Mademoiselle Clairon, Paris, Charpentier, 1890, p. 326, note 2.

[9] Œuvres de Saint-Evremond…, s.l. [Paris], 1740, 10 vol. in-12, fig. de Picart, veau fauve, avec super-libris. Cette série se retrouve dans le catalogue Bibliothèque des Goncourt – XVIIIe siècle : livres, manuscrits, autographes…, Paris, Duchesne et Morgand, 1897, p. 102, n° 658.

[10] Clouzot, Guide du bibliophile français du XIXe siècle, p. 159.

[11] J’en possède l’exemplaire offert au poète Théodore de Banville, ami de longue date de Monselet (en 1859, ce dernier écrivait : « Au premier rang de nos meilleurs poètes, entre Musset et Gautier, on doit placer M. Théodore de Banville, dont plusieurs recueils, Les Cariatides ou Les Stalactites attestent l’éclat, la grâce et l’esprit »). Relié en demi-toile bradel rouge (dans l’habituelle et très reconnaissable « reliure Banville » à tête rouge), l’exemplaire comporte l’ex-libris gravé de Banville (inv. 598).

[12] Sur ces deux personnages, voir Geneviève Faye, « Henri Larochelle : une réussite exemplaire », dans Pascale Goetschel et Jean-Claude Yon (dir.), Directeurs de théâtre (XIXe – XXe s.) : histoire d’une profession, Paris, Publications de la Sorbonne, 2008, pp. 131-142.

[13] Pour une très belle présentation de cet opéra et de ses représentations, voir ce site : http://www.artlyriquefr.fr/oeuvres/Thais.html

[14] Sur ces épisodes, voir : André Antoine, Mes souvenirs sur le Théâtre Antoine et l’Odéon, Paris, 1928 ; Pierre Michel, «Les Mauvais bergers et Le Repas du lion », dans Cahiers Octave Mirbeau, n° 3, 1996, pp. 213-220.

[15] Lettre à Georges Louis, en date du 17 juin 1908.

[16] Lettre à Georges Louis, en date du 13 mars 1910.

[17] Lettre à Georges Louis, en date du 12 décembre 1910.

[18] Decaux devait consacrer une importante biographie à Victor Hugo deux ans plus tard (Paris, Perrin, 1984). Mon exemplaire est celui offert par l’historien au producteur de cinéma Bernard Artigues.

MÉLANGES TIRÉS D’UNE PETITE BIBLIOTHÈQUE (15) : LE LIVRE QUI A CHANGÉ MA VIE

MÉLANGES TIRÉS D’UNE PETITE BIBLIOTHÈQUE (15)


LE LIVRE QUI A CHANGÉ MA VIE : LES POESIES D’EXPILLY (1596)

En mémoire de Jean Paul Barbier-Mueller (1930-2016)[1]

Nous avons tous connu des moments tournants dans notre existence, des instants où tout bascule, sans d’ailleurs qu’on le sache ou comprenne immédiatement, les conséquences ne se faisant sentir qu’à plus ou moins long terme. Certains nous demeurent à jamais inconnus ; d’autres, en revanche, sont parfaitement identifiables et leurs conséquences, calculables : ces jours que l’on dit « à marquer d’une pierre blanche ». A titre personnel, l’un de ces moments charnières a été provoqué (mais est-ce une surprise ?) par un livre, et c’est ce volume, cet exemplaire que je veux vous présenter aujourd’hui.

I. Un livre auquel je dois tout

L’impact personnel, je le décrirai en quelques mots. Le 13 juin 2003, vers la fin de mes études, je reçois au domicile de mes parents, près de Douvaine, le catalogue de la librairie « La Bouquinerie », sise dans le centre-ville de Grenoble, juste à côté du lycée Champollion.

015-labouquinerie

Durant mes années d’hypokhâgne-khâgne, j’y avais passé bien des heures, après-midis et soirées, glanant au fil des années quelques très beaux livres, avec de très sympathiques et érudites conversations avec les amis François et Martine Gaspari. Or donc, ce catalogue « Choix de livres » présentait, sous le n° 95, une notice qui me fit sauter le cœur.

notice-expilly-gaspari

Il s’agissait ni plus ni moins que d’un exemplaire des Poésies de Claude Expilly (1596), un ouvrage fort rare que je connaissais par le catalogue Ma bibliothèque poétique de Jean Paul Barbier-Mueller, offert par mes parents durant mon adolescence. Ni une, ni deux, je réserve le livre par téléphone, saute dans ma voiture et fais l’aller-retour jusqu’à Grenoble, payant le livre d’un mois de pension paternelle (sans doute le meilleur investissement jamais fait !).

Profitant des vacances pour étudier le livre et son histoire sous toutes les coutures, je me paye le culot d’écrire à Jean Paul Barbier-Mueller le 13 juillet suivant, répondant ainsi à l’invitation qu’il avait faite, dix ans plus tôt, dans la préface d’un des tomes de son catalogue bibliographique, aux jeunes chercheurs et collectionneurs. Quelques jours plus tard, il me répond très aimablement de sa retraite estivale, m’expliquant que c’est la première fois que cette invitation trouvait un écho ! Nous convenons d’un rendez-vous pour comparer nos exemplaires, ce qui advient finalement le 17 septembre 2003, lors d’une communion mémorable autour des livres poétiques Renaissance de sa prodigieuse collection. Avec son immense et coutumière générosité, il me fait alors cadeau d’une des quatre lettres autographes d’Expilly en sa possession, m’expliquant avec humour pouvoir « très bien vivre avec seulement trois lettres » du poète ! Six mois plus tard, alors que je prépare l’agrégation d’histoire, sa secrétaire personnelle me téléphone et me propose le poste de conservateur de la bibliothèque, alors vacant, pour le 1er août 2004. De là, près de 10 ans au Musée Barbier-Mueller, avec de nombreux challenges (l’exposition Mignonne, allons voir…, les recherches en vue du Dictionnaire des poètes du XVIe siècle, etc.), puis, dans la lignée directe, mon poste à la Fondation Bodmer. Et, last but not least, la rencontre de ma femme Ella (qui travaillait alors comme « petite main » au Musée Barbier-Mueller pour payer ses études) et, par voie de conséquence, la naissance de nos enfants Sophie et Alexis. Bref, du seul achat de ce livre (que j’aurai pu rater en recevant le catalogue en retard ou en étant le deuxième à décrocher mon téléphone : j’en tremble rétrospectivement !) découle donc toute une série de rencontres favorables et d’opportunités extraordinaires. On comprendra que Claude Expilly occupe une place particulière dans ma collection !

II. Claude Expilly, magistrat et poète grenoblois

Issu d’une famille de la petite noblesse dauphinoise, Claude Expilly (Voiron, 1561 – Grenoble, 1636) mena ses études à Paris, au collège de Tournon, avant de se fréquenter les universités de Turin, puis Padoue, où il rencontra l’humaniste et poète Sperone Speroni, qui l’initia « à la galanterie des Muses » (autrement dit aux vers). Il obtint son doctorat en droit à l’université de Bourges en 1583. Il entra dans la carrière juridique comme avocat au Parlement de Grenoble, où il se distingua par ses brillants plaidoyers. Il soutint un temps le parti de la Ligue, mais se rallia, après la victoire remportée par les Royaux à Pontcharra le 18 septembre 1591, à la cause d’Henri IV et à son représentant dauphinois, le duc de Lesdiguières. Le monarque lui confia plusieurs missions de confiance et le nomma conseiller d’Etat. Outre ses remarquables travaux de juriste, Expilly fut aussi un poète remarqué. Il fut finalement nommé conseiller au Parlement de Grenoble, avocat-général en 1604, puis président de cette cours, une fonction qu’il occupa de 1616 à 1629.

015-portrait-de-claude-expillyPortrait de Claude Expilly (Les Poëmes, 1596)

Les autographes de Claude Expilly semblent très rares sur le marché. Jean Paul Barbier-Mueller avait donc eu la bonne fortune d’en acheter un lot dans les années 1980. Il en reproduisit une dans Ma Bibliothèque poétique, afin d’illustrer la notice consacrée à Expilly. Lors de notre première rencontre, il m’avait fait le magnifique cadeau de celle reproduite ci-dessous ; généreuse récidive quelques années plus tard, quand une autre de ces lettres fut, de la même manière, offerte à un autre possesseur genevois de l’édition de 1596.

expilly-las

Claude Expilly, lettre autographe signée au comte de Maugeron (représentant du roi en Dauphiné), Vizile, 30 septembre 1604.

 III. Les Poëmes de 1596 : un livre connu à seize exemplaires

En 1596, Claude Expilly, alors âgé de 35 ans et procureur général de la Cour des Comptes de Dauphiné, se rendit à Paris où il représenta les deux premiers ordres de sa province au fameux « procès des tailles ». Il profita de ce séjour pour faire éditer ses poésies chez le meilleur imprimeur de la capitale, en un tirage « à compte d’auteur », par principe limité.

img_6691Titre de la première partie des Poëmes de 1596

titre-seconde-partie-1596Titre de la seconde partie des Poëmes de 1596

Le recueil se divisait donc en deux sections, chacune ornée d’une page de titre gravée et d’un frontispice, la première (dédiée à Gabrielle d’Estrées, marquise de Monceau, la toute-puissante maîtresse du roi) regroupant des vers amoureux, la seconde (offerte à François de Bonne, duc de Lesdiguières) des poèmes de circonstance (dont certains poèmes célébrant les victoires du parti royaliste en Dauphiné), le tout dans une veine néo-pétrarquiste de bon aloi.

portrait-gabrielle-destreePortrait de Gabrielle d’Estrées (Les Poëmes, 1596)

Certains exemplaires furent offerts directement par Expilly à des amis. Deux volumes contiennent ainsi un ex-dono daté de Paris, le 7 juillet 1596, soit un peu plus d’un mois après l’achevé d’imprimé (daté du 1er juin). L’un était destiné à un membre de la famille de Revol (mentions : « Monsieur d’Expilly m’a fait present de ce sien livre (…) juillet [sic] 1596 » et « J’ay ce livre en don de Monsieur d’Expilly, auteur d’iceluy, le septiesme julliet [sic] 1596, Revol »[2]) ; l’autre au fameux érudit et historien bordelais Bernard de Girard du Haillan (mention « Du don de l’Autheur au Sr. Du Haillan, faict à Paris le Viie de juillet 1596 »).

expillyrennes003

Sans doute ces parlementaires étaient-ils également partie prenante du « procès des tailles ». Quelques exemplaires semblent avoir été revêtus d’une reliure de vélin souple doré, avec couronne de feuillages au centre des plats, un ensemble qui fut peut-être une commande de l’auteur à quelque atelier parisien : on en connaît encore au moins cinq exemplaires[3].

On peut donc retrouver la trace de dix-huit exemplaires, dont deux disparus de longue date : l’un figurait dans le catalogue de la bibliothèque du baron Georges von Hohendorf (vendue à Leyde en 1720[4]) et n’est plus localisé ; l’autre appartenait aux fonds de la bibliothèque municipale d’Arras[5] et a disparu lors d’un bombardement allemand en juillet 1915. Parmi les seize autres connus, dix sont incomplets de l’un ou l’autre portrait, titre gravé ou feuillet de dédicace. Voici leur pedigree tel que j’ai pu le reconstituer. Six sont en mains privées :

  1. Exemplaire Jean Paul Barbier-Mueller (Genève). Vélin souple doré (reliure de l’époque). Complet des deux portraits gravés (portrait d’Expilly provenant d’un autre exemplaire) et des deux titres gravés. Provenance : [ex-dono sans mention du destinataire] ; comte de Fresnes (vente Paris, 1893) ; baron Roger Portalis (vente Paris, 1913).
  2. Exemplaire Jean Bonna (Genève). Vélin souple doré (reliure de l’époque). Complet des deux portraits et des deux titres gravés. Provenance : De Bazemont (signature au titre) ; Librairie Valette (Paris, Foire du livre 1991).
  3. Exemplaire F.L. (Paris). Vélin souple (reliure de l’époque). Complet des deux portraits et des deux titres gravés.
  4. Exemplaire Nicolas Ducimetière 1 (Genève). Vélin souple doré (reliure de l’époque). Incomplet du portrait d’Expilly et du premier titre gravé. Provenance : E./B. (monogrammes EE et BB dorés aux plats : à noter que Claude Expilly avait épousé une certaine Isabeau de Bonneton en 1569…) ; Devinay (Annonay, 1663) (ex-libris ms.) ; Librairie « La Bouquinerie » (Grenoble, cat. juin 2003, n° 95).
  5. Exemplaire Nicolas Ducimetière 2 (Genève). Reliure maroquin bleu orné (Hardy-Mennil). Incomplet du portrait de Gabrielle d’Estrées et de la dédicace à la même. Provenance : Michel Vieusseux fils (ex-libris ms., XVIIIe) ; Henri Bordes (Bordeaux) (ex-libris ; cat. 1ère vente, fév. 1873, n°248) ; Ambroise Firmin-Didot (Paris) (ex-libris ; cat. 1ère vente, 1878, n° 351) ; Eugène Chaper (Grenoble) (ex-libris) ; Librairie Maggs Bros. (Londres, cat. 484 « French books from 1470 to 1700 », Noël 1926, n° 290 a, 45 £ ; Paris, cat. 9 « La Bibliothèque d’un humaniste », 1935, n° 190, pl. IX, 2500 frs.) ; Auguste Garnier (ex-libris ; pas au catalogue de sa vente de 1978) ; Librairie des Argonautes (Paris, juin 2010).
  6. Exemplaire Génard/Couturier de Royas (non localisé). Reliure maroquin bleu orné (Thibaron-Joly). Incomplet du portrait de Gabrielle d’Estrée. Provenance : Génard (Grenoble) (vente Paris, 1882, n° 189) ; Couturier de Royas (Grenoble) ; Librairie Maggs (Londres, cat. 484 « French books from 1470 to 1700 », 1926, n° 290, pl. XXXIV ; Paris, cat. 9 « Bibliothèque d’un humaniste », 1935, n° 189).

Les dix exemplaires en institutions publiques sont donc les suivants :

  1. Bibliothèque nationale de France (Paris) (cote : Rés.-Ye-174)[6]. Demi-reliure XIXe siècle. Complet des deux portraits et des deux titres gravés. Provenance : marquis de Courtanvaux (XVIIIe) ; Bibliothèque royale du château de Compiègne. Consultable sur « Gallica ».
  2. Bibliothèque de l’Arsenal (Paris) (cote : 4°-BL-2924). Reliure veau marbré orné XVIIIe siècle. Incomplet des deux portraits, du second titre gravé et de la dédicace à Lesdiguières (pp. 111-112). Provenance : famille Bigot (Rouen, XVIIe-XVIIIe) ; duc de La Vallière (vente 1785, n° 13048) ; marquis de Paulmy ; comte d’Artois.
  3. Bibliothèque municipale de Grenoble (cote : Fonds dauphinois, V.1385). Reliure maroquin marron orné (Fraeuly). Incomplet des deux portraits et de la dédicace à Gabrielle d’Estrée.
  4. Bibliothèque municipale de Digne (cote : Rés. 94). Cartonnage fort en papier crème (reliure d’époque ?). Incomplet des deux portraits. Provenance : [couvent des Minimes de Mane ?] ; entrée dans les collections de la BM avant 1856.
  5. Bibliothèque municipale de Rennes (cote : 15063 Rés. 16e siècle). Reliure de vélin souple doré (reliure de l’époque). Incomplet du portrait d’Expilly. Provenance : François de Revol (ex-dono) ; famille de Revol ; [collège des Jésuites de Rennes ?].
  6. Bibliothèque municipale de Bordeaux (cote : B.1226 Rés.). Reliure de basane brune (reliure du XVIIe siècle). Complet des deux portraits et des deux titres gravés. Provenance : Bernard Girard du Haillan (ex-dono) ; [Académie royale de Bordeaux ?].
  7. Bayerische Staatsbibliothek (Munich) (cote : res 4.P.o.gall.46). Reliure de parchemin rigide (reliure du XVIIe siècle). Incomplet du second titre gravé. Provenance : prince-électeur Karl-Theodor von der Pflaz (super-libris, château de Mannheim) ; Bibliothèque du château de Munich à partir de 1803-1804.
  8. British Library (Londres) (cote : 640.k.7). Reliure moderne. Complet des deux portraits et des deux titres gravés. Provenance : Royal Library (acquisition XVIIe?) ; British Museum (versé en 1753).
  9. Biblioteca nazionale centrale Vittorio-Emanuele II (Rome) (cote : 6.7.K.8). Reliure de veau rouge orné (reliure fin XVIIe ou début XVIIIe siècle). Incomplet du portrait d’Expilly et du second titre gravé.
  10. University of Virginia library (Charlottesville, USA) (cote : Gordon.1596.E86). Reliure de maroquin rouge orné (Lortic). Incomplet du portrait de Gabrielle d’Estrée. Provenance : Adrien Lebeuf de Montgermont (cat. vente, mars 1876, n° 371) ; Eugène Chaper (Grenoble) (attesté par un notice de Gariel en 1878) ; G. de Béréa (Genève) (provenance attestée par la notice manuscrite écrite par M. Gordon dans son catalogue, mais le livre ne figure pas au catalogue de la vente de Béréa, salle Kündig, Genève, 26 juin 1947) ; Librairie Nicolas Rauch (Genève) (présenté sous le n°132 du cat. 4, « Beaux-livres », 1952, n° 132, 1000 CHF) ; Douglas H. Gordon (Baltimore, Maryland, USA) (acheté à la librairie Rauch, noté dans son catalogue manuscrit sous le n°287) ; Bibibliothèque de l’University of Virginia (Charlottesville, Virginia, USA), fonds Gordon (légué fin 1986).

Certains exemplaires (Barbier-Mueller, Ducimetière 1, F.L.) comportent d’assez nombreuses corrections manuscrites (jusqu’à une trentaine), reprenant en partie le contenu des errata de la p. 215 ou s’ajoutant à cette liste. Il faut par ailleurs relever une petite particularité de tirage : suivant les exemplaires, la page 189 peut se rencontrer chiffrée « 891 » (marque d’un tirage antérieur de ce cahier ?) ou « 189 » (version corrigée ?).

img_6693N° 750 – Petit in-4°, de VIII ff., 106 pp., I f. et 216 pp.. Reliure de vélin souple doré, dos lisse orné de filets et de fleurs de lys dorés, plats encadrés d’un mince double filet doré, couronne de lauriers centrale à chiffres entrelacés, tranches dorées (reliure de l’époque). Texte réglé à l’encre brune. Corrections manuscrites ; nombreux essais de plume et croquis d’époque. Exemplaire à toutes marges, aussi grand que l’exemplaire Barbier-Mueller (239mm). Incomplet du premier titre gravé et du portrait d’Expilly, vélin racorni et coutures faibles. Provenance : cf. recensement ci-dessus.

img_6700N° 1000 – Petit in-4°, de [2] ff., 106 et 216 pp. Reliure de maroquin bleu foncé, dos à nerfs orné aux petits fers, filets dorés sur les coupes, riche dentelle intérieure, tranches dorées sur marbrures (Hardy-Mennil). Provenance : cf. recensement ci-dessus.

img_6690

Bibliographie : Jean Paul Barbier-Mueller, Ma Bibliothèque Poétique, tome IV-2, Genève, Droz, 2001, pp. 185-198 ; Nicolas Ducimetière, Mignonne, allons voir… Fleurons de la bibliothèque poétique de Jean Paul Barbier-Mueller, Hazan, 2007, n° 88 ; Jean Balsamo et Michel Simonin, Abel L’Angelier et Françoise de Louvain…, n° 268.

IV. Les Poëmes de 1624 : une belle édition grenobloise

Vingt-huit ans après l’édition originale parue à Paris en 1596, Claude Expilly, devenu premier président du Parlement du Dauphiné, livra, mais cette fois chez un imprimeur grenoblois, le plus talentueux d’alors, Pierre Verdier, une nouvelle édition de ses poèmes, considérablement augmentée, notamment par une troisième partie inédite, dédiée au cardinal de Richelieu, alors au sommet de sa puissance. Cette nouvelle édition comporte aussi la première édition du Supplément à la vie de Bayard, étude historique reprise en 1650 dans la Vie de Bayard éditée par le libraire grenoblois Jean Nicolas. Le volume est l’un des seuls in-quarto produits par Verdier qui utilisa une typographie très réussie et agréable.

titre-poemes-1624Expilly voulut employer, en vain, son orthographe réformée, un projet lui tenant beaucoup à cœur (il avait publié à Lyon, en 1618, un in-folio très rare intitulé « L’Orthographe françoise selon la prononciation de notre langue »). Dans une note à la fin de ces Poëmes de 1624, il dit être « marry que l’orthografe moderne que j’ay voulu suivre, n’ait été exactement observée an cete impression, mêmes aux androis où j’ay retranché les S. qui ne se prononsent point, & an ceux où les E. se pronsent an A ». La page de titre est ornée des armes au coq de Claude Expilly, gravées sur bois. A la page 459, comme dans la majorité des exemplaires, on note une correction à l’encre de la main même d’Expilly. Cet exemplaire appartient au tirage dit « A », comme identifié par Jean Paul Barbier-Mueller.

N° 751 – In-4°, de (4) ff., 461 pp. et (5) pp. Reliure de vélin ivoire souple à rabats, dos lisse portant le titre calligraphié, tranches poncées (reliure pastiche dans le goût du XVIIe siècle, atelier Burckhart, automne 2003). La reliure d’origine était aussi en parchemin souple, avec titre maladroitement inscrit à l’encre au dos. Son état médiocre (manques, déreliages) a motivé son remplacement. Exemplaire grand de marges, sur papier fort. Provenance : P. Delouley (ex-dono manuscrit : « Ce livre m’a esté donné par Monsr. D’Expilly, à Grenoble, le 25e Mars 1633 ») ; Jacques de Blesson (né en 1902, diplomate, ambassadeur de France en Irlande en 1955-1960, en Suède, etc., époux de Georgette Monier de La Sizeranne) (ex-libris héraldique gravé) ; famille Monier de La Sizeranne (cat. vente de la bibliothèque Monier de La Sizeranne, Paris, Drouot, 13 juin 2003, n° 316).

ex-libris-jacques-de-blessons

Bibliographie : J.P. Barbier-Mueller, Ma Bibliothèque poétique, tome IV-2, pp. 200-210 ; E. Maignien, Imprimerie… à Grenoble…, n° 142 ; BM de Grenoble, exposition Sommets de la bibliophilie dauphinoise, Grenoble, 1992, p. 47, n° 32b.

V. Autres œuvres d’Expilly : le juriste et l’historien

Fidèle à la maison L’Angelier, Expilly employa les services du libraire parisien pour mettre au jour sa production juridique. Editée en 1608, avec une dédicace adressée au chancelier de Sillery, la première édition de ses fameux Pladoyez en réussissait une série de vingt-cinq, accompagnés de « quelques arrests & reglemens notables dudict Parlement de Grenoble »[7]. Tout au long du XVIIe siècle se succéderont les rééditions : 1612 (Paris, Veuve Abel L’Angelier), 1619 (id.), 1631 (Lyon, Rigaud), 1636 (Lyon, Durand), 1656 (Lyon, Radisson), etc.[8].

Mais Expilly mena aussi une carrière d’historien, s’attachant à parfaire la biographie d’une grande figure du Dauphiné : Pierre du Terrail (v. 1475-1524), dit « le chevalier Bayard »[9]. Une Très joyeuse, plaisante & récréative histoire du chevalier sans paour et sans reproches avait paru pour la première fois en 1527 chez Galliot Dupré : signée « Le Loyal Serviteur », elle est en général attribuée à Jacques de Mailles, le secrétaire personnel de Bayard. Une nouvelle biographie vit ensuite le jour en 1558 sous la plume de Symphorien Champier. Dans la troisième partie (inédite) de ses Poëmes de 1624, Expilly avait consacré un « Supplément à l’histoire du chevalier Bayard » (pp. 370-417), suivi d’un court « tombeau » poétique. On retrouve ces recherches dans le présent ouvrage, une réédition de la biographie (peu critique à l’origine) du « Loyal serviteur », mais augmentée des notes et commentaires de Théodore Godefroy, ainsi que des interventions de « Louis Videl » (en fait, le président de Boissieu) et d’Expilly. Le fameux libraire grenoblois Nicolas, maître-d’œuvre du livre, avait sollicité l’imprimeur Frémon pour cette première édition strictement dauphinoise de la vie de Bayard : l’ouvrage parut donc en 1650, l’édition de 1651 n’ayant que le titre rafraîchi.

vie-de-bayard1N°752 – Histoire du chevalier Bayard…, Grenoble, Jean Nicolas, 1651.  Petit in-8°, de 480-123 pp. Reliure de maroquin rouge ancien, dos à nerfs orné de fleurons dorés, plats décorés « à la Du Seuil », tranches dorées (reliure de l’époque). Très grande fraîcheur intérieure.

img_6701

Provenance : Docteur André Dénier (ex-libris ; catalogue Suite de l’importante bibliothèque de M. A…, bibliophile dauphinois [4e vente Dénier], Grenoble, 25 mai 2003, n° 232 : « Maroquin vieux rouge, dos à nerfs orné, encadrements sur les plats, toutes tranches dorées. Reliure ancienne. Edition de 1650, avec une page de titre datée 1651 »).

ex-libris-denier

Bibliographie : Ed. Maignien, Imprimerie… à Grenoble…, n° 332 ; Brunet, Manuel du libraire…, tome III, col. 183 ; catalogue Les Sommets de la bibliophilie dauphinoise (BM de Grenoble, novembre 1992-janvier 1993), p.24, n° 12.

VI. Postérité : Expilly et ses biographes

Neveu de Claude Expilly,  Antoine Boniel de Catilhon était conseiller du roi et membre de la Chambre des Comptes de Dauphiné. Il rendit hommage à son oncle (mort en 1636), grande figure du monde parlementaire grenoblois, dans cette très laudative et peu critique biographie, texte toutefois scrupuleux dans son récit et plein d’anecdotes vivantes. Orné d’un portrait d’Expilly sur la fin de sa vie, cet ouvrage a manifestement été doté d’une « reliure éditeur » : j’ai croisé plusieurs exemplaires portant une vêture en tous points identiques à celle-ci, que ce soit en fonds publics, collections privées (exemplaire Barbier-Mueller) ou librairies d’anciens.

img_6706N° 858 – Antoine Boniel de Catilhon, La Vie de Messire Claude Expilly…, Grenoble, Philippe Charvys, 1660. Petit in-4°, de 166 pp. Reliure de basane marron, dos muet à quatre nerfs, plats encadrées d’un filet doré, sur les plats, tranches mouchetées (reliure de l’époque). Etiquettes de cote manuscrite et imprimée. Légères restaurations en queue (Burckhart). Bien complet de la gravure à l’eau-forte représentant Claude Expilly, après la page de titre. Provenance : Librairie « Le Bouquiniste » – François Perrin (Grenoble) (août 2001).

img_6705Bibliographie : Brunet, Manuel du libraire, volume II, col. 1136 (article « Expilly » : « On a une vie de Cl. Expilly écrite par Ant. Boniel de Cathillon, son neveu, Grenoble, Charvys, 1660, in-4° ») ; Maignien, Imprimerie et imprimeurs à Grenoble, pp. 178-179, n° 412 (fait remarquer la biographie en latin d’Expilly, tirée de l’œuvre de Jacques Philippes Tomasin, évêque de Cita-Nova, les Eloges des hommes illustres [ici, pp. 147-166]).

img_6707

La figure d’Expilly devait connaître un regain d’intérêt à compter du début du XIXe siècle, lorsqu’un professeur et historien local, Jean-Claude Martin, lui consacra une nouvelle biographie, en grande partie nourrie de celle de Boniel de Catilhon.

img_6703

N° XXX – Jean-Claude Martin, Histoire et vie de Claude Expilly, chevalier, conseiller du roi en son conseil d’Etat, et président du, parlement de Grenoble; avec notes, Grenoble, Imprimerie de Peyronard, 1803. Demi-reliure de veau bleu foncé, dos lisse, titre doré en long, non rogné (Burckhart).

img_6704

Enfin, tout récemment, on notera les travaux d’Alessandra Preda, maître de conférences à l’Université de Milan, qui a livré une série d’articles passionnants sur l’auteur grenoblois :

  • « Le poète correcteur de ses œuvres : les deux éditions des poèmes de Claude Expilly », dans D’un siècle à l’autre : littérature et société (1590-1610), sous la direction de Philippe Desan et Giovanni Dotoli, Fasano, Schena Editore et Paris, Presses universitaires de la Sorbonne, 2001, pp. 153-188.
  • « Montaigne et Claude Expilly », dans Montaigne Studies, vol. XIII, nos. 1-2 (« La Famiglia de Montaigne »), 2001, p. 200
  • « Tra Tasso e Montaigne : il petrarchismo di Claude Expilly », dans Les Poètes français de la Renaissance et Pétrarque, études réunies par Jean Balsamo, coll. « Textes et Travaux de la Fondation Barbier-Mueller », Genève, Droz, 2004, pp. 429-443.

Quatorze ans plus tard, je rencontre à nouveau Expilly au détour d’un nouveau projet : ma thèse sur la poésie politique durant la huitième Guerre de Religion. Ses vers sur la bataille de Pontcharra ou le siège du château des Echelles y trouveront leur place naturelle, comme l’un des principaux chantres de la cause royale en terre alpine : l’histoire entre nous deux va donc encore se poursuivre un moment ! 🙂

Nicolas Ducimetière

Janvier 2017

img_6696img_6698

Essais de plume et croquis dans mon exemplaire 1 de l’édition 1596.


NOTES

[1] Cette chronique était déjà en grande partie écrite il y a plusieurs semaines, lorsque survint, le 22 décembre 2016, la disparition de mon mentor Jean Paul Barbier-Mueller, jadis rencontré autour et grâce au livre en question.

[2] Une pièce funèbre des Poëmes de 1596 (p. 201) était consacrée au trépas de Louis de Revol (1531-1594), nommé secrétaire d’Etat au département de la guerre en 1588 et qui avait rempli ensuite de nombreuses missions pour Henri IV. C’est à son neveu, François de Revol, seigneur de La Ramoillière, qu’Expilly offrit son livre en 1596.

[3] Exemplaires Barbier-Mueller / Bonna / Ducimetière 1 / Bibliothèque municipale de Rennes / collection F.L..

[4] Aimablement signalé par Jean Balsamo (communication personnelle, mars 2010).

[5] A. Wicquot, Catalogue méthodique de la Bibliothèque communale d’Arras, Reims, 1889, tome IV (« Belles-Lettres »), n° 1745

[6] Contient « deux séries de cahiers d’une impression différente, postérieure à 1603 ». Il s’agit tout d’abord de 31 pp. insérées entre les deux parties et constituées des « Stances pour Eriphyle » et des « Mascarades », pièces inédites prises dans l’édition de 1624 (pp. 109-123 et 152-168), et, in-fine, du « Tombeau de Laurent de Galles » (pas inédit) et du « Discours à M. de Morges » (inédit) (pp. 307-309 et 243-256 de l’édition de 1624).

[7] J. Balsamo et M. Simonin, op. cit., n° 465.

[8] Voir Edmond Maignien, Bibliographie des plaidoyers de Claude Expilly…, Grenoble, Allier, 1913.

[9] Pierre du Terrail naquit vers 1475 au château de Bayard, en Dauphiné. Attaché au duc de Savoie, puis à Charles VIII, le page se distingua par ses talents guerriers lors des guerres d’Italie : il devint le meilleur capitaine de son temps, notamment à Marignan, François Ier lui demandant de l’adouber chevalier après la bataille. Parangon de la chevalerie, on le voit en 1523, à Grenoble, soigner des malades de la peste ou chasser du Dauphiné des bandes de pillards. Il tomba en couvrant la retraite de ses troupes après la défaite de Biagrasso, frappé par un coup d’arquebuse (30 avril 1524). Ses funérailles se dérouleront en grande pompe à Grenoble, puis il sera inhumé au couvent des Minimes de Saint-Martin d’Hères (son tombeau, violé en 1562, est ici décrit en détails aux pages 105-121).

MÉLANGES TIRÉS D’UNE PETITE BIBLIOTHÈQUE (14) : « JACK » A DIT !

AUTOUR DE JACK D’ALPHONSE DAUDET

On dit souvent qu’une collection peut constituer une forme d’œuvre d’art. Si c’est le cas, alors c’est nécessairement par petites touches successives, tel un tableau impressionniste qu’on peindrait sur de nombreuses années : une telle entreprise se réalise en effet avec un plan et une vue d’ensemble, mais aussi, par force, au gré de livres et manuscrits le plus souvent croisés par hasard et acquis par chance. Mais, au fil du temps, il y a parfois des « dossiers », des « séries », qui, à la suite d’un ou deux achats initiaux, se mettent doucement en place et commencent à former, plus ou moins volontairement, un vrai ensemble cohérent, autour d’un titre ou d’une thématique ponctuelle (et n’est-ce pas, finalement, le propos du collectionneur : (re)créer du sens à partir de « membra disjecta » ?) .

Pour illustrer ce propos de manière concrète, j’ai choisi de présenter une petite série de documents en rapport avec le roman Jack d’Alphonse Daudet, un ouvrage cruel et sombre, un « livre de pitié, de colère et d’ironie » loin du Daudet jovial et léger que tout le monde croit connaître. Après une présentation générale de ce livre (qui mérite bien d’être connu et lu) seront donc présentés six documents qui, tous, marquent une étape de la vie de ce texte, depuis un exemplaire particulier de l’édition originale jusqu’à l’évocation des premières illustrations données au roman, en passant par son adaptation théâtrale. Les documents en question, ouvrages imprimés ou manuscrits autographes, ont été acquis sur une période de 12 ans (2004-2016) auprès de 4 libraires totalement différents (Paris, Lyon, Avignon, Béziers).

Jack présenté en quelques mots

En décembre 1858, Ida de Barancy, fausse comtesse mais vraie « demi-mondaine » légère et écervelée, veut placer son fils naturel, Jack, un petit garçon de sept/huit ans, blond, gracieux, gentil et tendre, dans un pensionnat pour satisfaire les caprices de sa vie débridée. Las, le très select collège jésuite de Vaugirard refuse l’enfant en raison du pedigree de la mère, non sans que le supérieur de l’établissement s’émeuve du sort futur du « pauvre enfant ». Il faut donc se rabattre sur le Gymnase Moronval, un internat tenu par un mulâtre et fréquenté principalement par des personnalités venus des « petits pays chaud » : enfants de notables, potentats ou roitelets d’Afrique ou d’Asie, désireux de donner à leur progéniture une éducation à la française. Ida s’amourache du professeur de littérature de l’école, un certain D’Argenson, vicomte ruiné et poète raté. S’enfuyant à son tour du collège, Jack parvient, après plusieurs tribulations, à rejoindre le couple. L’intelligence de l’enfant se développe au contact d’un ami, le docteur Rivals, mais son sadique beau-père D’Argenton, qui le hait et lui rend la vie infernale, décrète que Jack deviendra ouvrier : l’enfant est alors placé chez les Roudic, pour apprendre le dur métier de fondeur. Exploité à outrance dans cette usine, passé ensuite dans l’enfer des salles des machines de grands vapeurs comme « chauffeur », Jack s’étiole, sombre dans le désespoir et l’alcool, avant de s’éteindre dévoré par la phtisie, alors que la mère indigne exprime quelques remords aussi tardifs qu’inutiles.

Comptant parmi les œuvres les plus sombres de Daudet, Jack est un véritable roman social, décrivant aussi bien certaines situations de castes (cas des filles-mères et leurs enfants, figures honteuses et déclassées) que l’exploitation des enfants. Daudet rejoint ici un registre naturaliste, proche d’un Zola, auquel son nom n’est habituellement pas rattaché. Mais cet auteur souvent considéré comme un Provençal léger, aux livres pleins de soleil, a donné des romans très noirs, sans aucune illusion d’une part sur la nature humaine, mais aussi sur les rapports sociaux de son époque. Le malheureux Jack rejoint ainsi la légion des enfants martyrs de la littérature XIXe siècle, qu’il s’agisse d’Olivier Twist, de David Copperfield, de Poil de Carotte ou du Petit Chose (du même Daudet).

Genèse et parution d’un « livre de pitié, de colère et d’ironie » (1875-1876)

D’abord paru sous forme de feuilleton dans Le Moniteur universel entre le 15 juin et le 2 octobre 1877, Jack connut sa première édition, en deux tomes, aux éditions Dentu en 1876 : « Ce livre de pitié, de colère et d’ironie est dédié à Gustave Flaubert, mon ami et mon maître ».

Jack_titre

Comme il l’a fait pour d’autres romans ou recueils de nouvelles sous forme de courts récits baptisés « Histoire de mes livres », Alphonse Daudet a raconté dans le détail l’origine de Jack, lui consacrant un chapitre dans Trente ans de Paris – A travers ma vie et mes livres, paru en 1888[1]. On apprend ainsi que le fond du roman est tiré d’une histoire authentique. En 1868, Daudet avait connu un jeune homme nommé Raoul D…, fils abandonné d’une courtisane, réfugié à Champrosay, non loin de la maison de campagne des Daudet. Mi-étudiant, mi-vagabond, il avait frotté ses fonds de culotte sur les bancs des lycées avant de devoir travailler comme « chauffeur » de locomotive. Daudet le prit sous sa protection, lui ouvrit sa bibliothèque, lui procura quelques commandes d’articles et lui trouva pour finir une place en Algérie, en espérant que le climat arrangerait son délabrement physique. Après l’avoir perdu de vue pendant la guerre de 1870, Daudet finit par apprendre que le jeune homme, miné par la maladie, s’était éteint à l’hôpital d’Alger, sans que sa mère daigne seulement lui écrire.

« Voilà ce que l’existence m’a fourni. Longtemps, je ne vis dans cette histoire qu’une de ces mille tristesses extérieures qui traversent nos propres tristesses. Cela s’était passé trop près de moi pour mon regard de romancier ; l’étude humaine se perdait dans mon émotion personnelle. Un jour à Champrosay, assis avec Gustave Droz sur un arbre abattu, dans la mélancolie des bois, l’automne, je lui racontais la misérable existence de Raoul, à quelques pas de la masure en pierres rouges où elle s’était traînée aux heures de maladie et d’abandon. “Quel beau livre à faire !” me dit Droz, très ému. Dès ce jour, laissant de côté le Nabab [roman finalement paru en 1877], que j’étais en train de bâtir, je partis sur cette nouvelle piste, avec une hâte, une fièvre, ce frémissement au bout des doigts qui me prend au début et à la fin de tous mes livres »[2].

Aussi était-ce fort émouvant de mettre la main, en mars 2004, chez un libraire parisien, sur l’exemplaire offert par Daudet à celui-là même qui avait servi de déclencheur à son inspiration : son proche ami le romancier Gustave Droz (1832-1895)[3].

Envoi_à_Droz

Alphonse Daudet, Jack – Mœurs contemporaines, Paris, Eugène Dentu, 1876. Deux volumes in-12, de 396 et 366 pp. Demi-reliures bradel de percaline verte, dos lisses ornés d’un fleuron et de filets dorés, pièces de titre sur chagrin noir, tranches naturelles, non rognés (reliures de l’époque)[4]. Edition originale[5]. Provenance : Gustave Droz (1832-1895, écrivain et peintre) (envoi autographe : « A Gustave Droz, Alphonse Daudet »). Inventaire n° 390.

0390-reliure

Jack sur les planches : une adaptation au forceps (1879-1881)

A en croire le chroniqueur théâtral Arnold Mortier[6], Daudet avait pensé à une adaptation de Jack pour la scène alors même qu’il écrivait son roman, ébauchant déjà un premier scénario[7]. Puis accaparé par d’autres chantiers, il mit de côté ce projet. Vers 1878, ayant aidé un jeune romancier débutant, Henri Liesse, à publier sa première œuvre, Daudet lui proposa une collaboration dramatique et lui donna pour mission d’achever la version théâtrale de Jack, en reprenant le matériau présent dans les premières ébauches écrites trois ou quatre ans plus tôt. Mais le résultat fut loin de soulever l’enthousiasme de Daudet, prêt à jeter l’éponge définitivement. La pièce passa néanmoins devant les yeux de l’acteur Henri Lafontaine (1826-1898), sociétaire de la Comédie-Française, pressenti pour créer le rôle de l’ignoble D’Argenton. Le comédien, également auteur, estima que la pièce n’était en effet pas au point et proposa plusieurs idées de remaniements, à tel point que Daudet finit par l’associer au projet d’écriture.

Les échanges entre Daudet et son nouveau collaborateur se manifestèrent par une correspondance dont j’ai pu réunir, coup par coup, trois lettres, achetées en mars 2013 auprès d’une librairie lyonnaise. Elles marquent trois temps dans l’élaboration de cette pièce :

  • novembre 1879 : la prise de connaissance par Daudet des suggestions de Lafontaine et le redémarrage du projet,
  • courant 1880 : finalisation de l’association entre les deux auteurs, premiers jalons pour la mise en œuvre de la pièce (publicité, repérages d’acteurs…),
  • décembre 1880 : répétitions et dernières modifications du texte.

1647-LAS

« Mon cher Lafontaine, Ce que vous m’avez dit de Jack me raccommode avec lui. Oui, la pièce devient éloquente, intéressante, avec les modifications que vous m’avez proposées. Mettez-vous donc à l’œuvre aussitôt que vous pourrez ; nous viendrons peut être à bout à nous deux de faire un drame émouvant et jouable ? Adieu, mon collabo, – et au revoir. Alph. Daudet. Je viens de télégraphier en Allemagne pour qu’on m’expédie les deux derniers tableaux. Dites bien à Mme Lafontaine le plaisir qu’elle ferait à ma femme, en l’échappant une heure, un de ces mercredis, avenue de l’Observatoire »

Alphonse Daudet, Lettre autographe signée à Henri Lafontaine, [Paris], 27 novembre 1879, 1 page in-12. Inv. n° 1647.

1648-LAS

« Mon cher Lafontaine, Il reste entendu que Jack, drame en cinq actes, sera signé de votre nom et du mien. Quant aux droits, ils seront partagés entre vous, Henri Liesse et moi. Trois parts égales. De cette façon, tout le monde est content. Souhaitons que le public le soit aussi. Cordialement votre. Alphonse Daudet. Plusieurs journaux du soir ont donné la note de librairie que je voulais faire. C’est Calmann qui a dû la faire passer. Tâchez donc de voir une répétition du Gymnase »

Alphonse Daudet, Lettre autographe signée à Henri Lafontaine, [Paris], s.d. [premier semestre 1880 ?], 1 page in-12. Inv. n° 1648.

1649-LAS

« Mon cher et vaillant collabo, Je ne compte pas venir aujourd’hui ; mais si vous avez besoin de moi, un petit signe et j’accours, je suis là tout près, le nez dans l’encre, à la maison. Ne criez pas trop, ne vous énervez pas, hier vous aviez les traits tirés. Il nous faut un D’Argenton en fleur. Et à propos de d’Argenton, rappelez-vous pour l’entrée de Hirsch : « Le docteur Hirsch, de la faculté de (avec un rien d’hésitation et un regard questionneur à Hirsch) Pernambuco… Hirsch (Entre ses dents et d’un ton de je m’en fous) Si tu veux… D’Argenton : Universaliste… très fort… » Voyez si au lieu du : « Si tu veux… », vous pouvez glisser aux dents de Hirsch : « médecin in partibus », comme vous disiez hier ; ou carrément comme ceci : « Hirsch à Ida (ton de blague) « Comme qui dirait médecin in partibus« . Alph. Daudet. »

Alphonse Daudet, Lettre autographe signée à Henri Lafontaine, [Paris], 14 décembre 1880, 2 pages in-12. Inv. n° 1649.

Le drame Jack fut en définitive joué pour la première fois le 11 janvier 1881 au Théâtre de l’Odéon, devant une salle remplie de célébrités. Faisant la une de plusieurs journaux et suppléments illustrés (ci-dessous Le Monde illustré  et L’Univers illustré), la pièce remporta de nombreuses critiques élogieuses (dont celle de Mortier). Mais le succès alla ensuite en s’essoufflant : la pièce fut finalement retirée vers la fin de l’année, après avoir quand même franchi le cap très respectable des 300 représentations.

     Représentation de Jack à l'Odéon 1881Représentation de Jack à l'Odéon 1881 (3)

La dernière étape consista en la publication du texte de la pièce, qui parut en 1882 aux Editions Dentu, sous le titre Jack, pièce en cinq actes, cosigné par Daudet et Lafontaine. Si le mince volume n’est bien entendu pas le Daudet le plus recherché des bibliophiles, il n’en est pas moins assez rare, surtout en bel état. Il m’a fallu attendre janvier 2016 pour en dénicher un bon exemplaire, en reliure signée et avec bon pedigree, chez un libraire ami d’Avignon.

2048-titre

Alphonse Daudet et Henri Lafontaine, Jack, pièce en cinq actes, Paris, E. Dentu, 1882. In-12, de 107 pp. Demi-reliure bradel de maroquin bleu nuit à larges coins, dos lisse, titre doré, date en queue, non rogné, couvertures conservées (Champs). Edition originale. Provenance : Paul Bellon (1853-1895, avocat et bibliophile lyonnais) (ex-libris gravé ; Catalogues de beaux livres anciens et modernes composant la bibliothèque de feu M. Paul Bellon, de Lyon, 1ère partie, Paris, Techener, 1896, n° 344, en lot avec trois autres pièces de Daudet, reliées de la même manière). Inv. N° 2048.

2048-ex-libris

Jack en images : autour de la première édition illustrée

Alors même que la pièce tenait l’affiche à l’Odéon, les deux principaux éditeurs de Daudet, Eugène Dentu (1830-1884) et Georges Charpentier (1846-1905), s’associèrent pour proposer ses premières Œuvres complètes, qui plus est illustrées. Entre juillet 1881 et le courant de l’année 1882, quatre volumes parurent[8], dont l’un (le tome III) contenait Jack, avec des dessins du peintre Charles Delort (1841-1895) reproduits en fac-similé par héliogravure.

C’est dans ce contexte que Charpentier relaya à Dentu, en mars 1882, une demande de Delort, qui souhaitait exposer les originaux de ses illustrations pour Jack au Cercle des Mirlitons, club d’artistes huppé sis place Vendôme. Une lettre qui s’est donc rajoutée par hasard à ce dossier Jack, dégotée chez un libraire de l’Hérault en 2011 (et cataloguée seulement maintenant, après cinq ans d’oubli dans une chemise !).

              2087-LAS1 2087-LAS2

« Mon cher confrère, Monsieur Delort désire exposer au cercle des mirlitons les dessins originaux de Jack. Je lui ai remis les deux que j’ai entre les mains et il me demande un mot pour vous prier de lui prêter celui que vous avez. Je le fais bien volontiers pensant que vous n’y verrez nul inconvénient. Veuillez recevoir, mon cher confrère, l’assurance de mes meilleurs sentiments, G. Charpentier ».

Georges Charpentier, Lettre autographe signée à Eugène Dentu, Paris, 19 mars 1882. Deux pages sur un bi-feuillet in-12, à en-tête « Bibliothèque Charpentier, 13, rue de Grenelle, St Germain, Paris ». Inv. n° 2087.

———————-

[1] A. Daudet, Trente ans de Paris – A travers ma vie et mes livres, Paris, Marpon et Flammarion, 1888, pp. 257-285.

[2] Id., pp. 270-271.

[3] Fils du sculpteur Jules Droz, l’écrivain et peintre Gustave Droz (1832-1895) se révéla tout d’abord dans la peinture, exposant durant plusieurs années avec un certain succès. Sur les conseils d’un ami, après bien des hésitations, il accepta, en 1864, de prendre une place de rédacteur dans le journal La Vie parisienne : ses chroniques légères et enjouées devaient vite faire la fortune du journal. Devenu un auteur à succès, il publia en 1866 son plus célèbre roman, Monsieur, Madame et Bébé, l’un des plus gros succès de librairie de la fin du XIXe siècle. Il écrivit aussi le Cahier bleu de Mademoiselle Cibot (1868) et on lui attribue (sans doute à raison) un grand classique de la littérature érotique : Un Eté à la campagne.

[4] Vu en vente, à la même époque (printemps 2004) et dans deux autres librairies parisiennes, deux autres œuvres de Daudet en édition originale avec envoi à Gustave Droz, dans des reliures strictement similaires à celles-ci : Fromont jeune et Risler aîné – Mœurs parisiennes (1874) et Numa Roumestan (1881).

[5] Clouzot, Guide du bibliophile français du XIXe siècle, p. 81 (« Recherché. Quelques très rares exemplaires sur Hollande »).

[6] Arnold Mortier, Les Soirées parisiennes par un monsieur de l’orchestre – Année 1881, Paris, 1882, pp. 5-10.

[7] Un plan très détaillé (sur pas moins de 63 pages !) avait été noté dans un des carnets sur lesquels Daudet écrivait ses critiques littéraires et dramaturgiques. Passé dans les collections Gérard de Berny (II, n° 124), puis colonel Sickles (XI, n° 4229), ce document est repassé dans une vente Piasa (Paris, 29 avril 1999, n° 368).

La Fondation Martin Bodmer possède pour sa part le manuscrit autographe de l’acte V de la pièce, commençant « Le parloir des Rivals à la campagne… ». Ces 11 feuillets correspondent surtout aux pages 98-101 de l’édition originale de la pièce, avec toutefois des variantes et des passages non publiés. Prov. : Librairie Scherling, Leiden, fév. 1955, cat. 52.

[8] Signalons à ce propos ce petit billet de Daudet à son éditeur (Inv. 1582, achat 2014, librairie genevoise), datant sans doute de 1882, demandant à Charpentier de lui envoyer « un exemplaire hollande des quatre volumes parus de notre grande édition », en prévision de la soirée « chez le Vieux » (avec une majuscule, comprendre : Victor Hugo !). En 1881-1882 avaient donc paru quatre volumes (Fromont jeune et Risler aîné ; Jack ; Robert Helmont ; Le Petit Chose), puis trois nouveaux volumes devaient s’étaler entre 1884 et 1886. Chacun de ces volumes avait connu un tirage de tête de 55 exemplaires sur Hollande.

1582-LAS

MELANGES TIRES D’UNE PETITE BIBLIOTHEQUE (5) : UN LIVRE POUR DEUX FRERES

UN LIVRE POUR DEUX FRERES

L’EXEMPLAIRE ARNAULD

DE L’EDITION ORIGINALE DES PENSEES DE PASCAL

(1670)

 800px-Blaise_Pascal_Versailles

             Monument de la littérature classique française, œuvre philosophique majeure, les Pensées de Pascal sont, depuis toujours, un ouvrage particulièrement recherché des bibliophiles, un de ces quelques titres mythiques que tout collectionneur rêve, tôt ou tard, de posséder. Dans mon cas, cela s’est accompagné d’une de ces belles histoires bibliophiliques, le coup de chance et la découverte d’un « merle blanc », comme en rêve chaque collectionneur.

             Revenons en arrière d’une douzaine d’années. En février 2003, en pleine préparation de l’agrég’, j’épluche quand même régulièrement les premiers sites de librairies en ligne. Parcourant la longue liste proposée par un bouquiniste nouvellement établi dans le Sud-Ouest, je tombe sur une laconique notice : « Pascal, Pensées, Paris, 1670. Veau d’époque. Inscriptions manuscrites » (sic). Le prix étant modique (vraiment très modique) et conforme à mes moyens estudiantins (autrement dit encore gérable dans mon perpétuel découvert bancaire), je pose une sorte de « pari pascalien » : si c’est une édition originale, tant mieux ; si ce volume ne l’est pas, j’aurai toujours une contrefaçon dans l’année de l’originale. Deux semaines plus tard, le volume arrive et c’est le jackpot : non seulement le volume est bien l’édition originale, avec tous ses critères, mais la découverte des « inscriptions manuscrites » me donne un coup au cœur… Vous allez comprendre pourquoi…

I. La question bibliographique de l’édition originale :

             Mais revenons tout d’abord sur la question de l’édition originale des Pensées, un dossier de longue haleine. Les bibliographes de la fin du XIXe siècle, et tout spécialement Jules Le Petit, ont éclairci les derniers mystères qui entouraient la question de la véritable « originale », en corrigeant l’erreur, reprise par Jacques-Charles Brunet dans son fameux Manuel du libraire et de l’amateur de livres anciens, qui faisait de l’édition de 334 pages la première parue. Il est depuis établi que la véritable première édition fut bien celle de 365 pages, précédées de XLI feuillets préliminaires non chiffrées (comprenant le titre et un feuillet pour le privilège et les errata), avec dix feuillets non chiffrés de table[1].

             Par ailleurs, Le Petit avait été l’un des premiers à signaler la découverte stupéfiante réalisée par un certain M. Salacroux, dans les années 1860. Ce « chineur » avait en effet découvert, coincé parmi les volumes d’une boîte de bouquiniste des quais de Seine, un exemplaire très étrange des Pensées qui présentait la date « M. DC. LXIX » sur sa page de titre et qui était dépourvu des feuillets préliminaires contenant les approbations ecclésiastiques. L’hypothèse en général avancée est que cet exemplaire faisait partie d’un pré-tirage, en nombre très restreint, destiné aux proches de Pascal, ainsi qu’aux censeurs et aux familiers de l’archevêque de Paris, Hardouin de Pérefixe. Ce volume, alors considéré comme un unicum, fut vendu 100 francs-or à la Bibliothèque Impériale et fait aujourd’hui partie des collections de la Bibliothèque nationale de France, sous la cote Rés. D-21374. Un second exemplaire a depuis lors fait surface.

Pensées de 1669

II. L’édition originale et quelques rares exemplaires de provenances prestigieuses :

             Bien avant ces recherches bibliographiques sur des « questions obscures et délicates » (pour reprendre les termes de Gustave Brunet), cette première édition avait figuré, preuve de sa bonne réception, dans de nombreuses grandes bibliothèques de l’époque. Quelques lecteurs contemporains fortunés n’avaient d’ailleurs pas hésité à faire recouvrir leur exemplaire d’un riche maroquin (ces exemplaires de luxe restant toutefois d’une grande rareté)[2]. La Bibliothèque municipale de Clermont-Ferrand possède ainsi, relié en maroquin rouge de l’époque, l’exemplaire au chiffre d’Armand-Charles de La Porte, duc de La Meilleraye et de Rethelois-Mazarin, époux d’Hortense Mancini, une des nièces de Mazarin. Une lettre autographe de cette dernière a d’ailleurs été rajoutée au volume[3].

Pensées aux armes 1

   –

          Manuscrits ou sous forme de vignettes gravées, les ex-libris qui ornent encore les gardes de certains exemplaires de l’édition originale des Pensées, sont tout autant de preuves matérielles permettant l’identification de ces propriétaires originels. Par ce biais, quelques exemplaires, rendus exceptionnels par l’identité de leurs premiers possesseurs, ont été peu à peu reconnus et recensés par les chercheurs et bibliographes. Le plus célèbre est sans doute l’exemplaire personnel de Pierre-Daniel Huet, l’érudit évêque d’Avranches. Découvert au milieu du XIXe siècle par le fameux collectionneur Rochebilière, le volume figura à sa vente, en 1882, sous le numéro 119[4]. Muni de l’ex-libris gravé du prélat, dont les armes ont également été frappées à chaud sur les plats, l’exemplaire comporte de très nombreuses notes marginales de la main de Huet, fruits de sa lecture attentive et critique de l’œuvre. Sur les dernières gardes, entre autres observations, l’évêque indiqua d’ailleurs assez sévèrement : « Dans tout cet ouvrage, il n’y presque rien de nouveau que l’expression, le tour et la disposition »… Ce volume, particulièrement précieux, fut acquis par la Bibliothèque nationale où il est aujourd’hui conservé dans la réserve des livres rares, sous la cote D-21375.

             D’autres volumes furent propriété de personnes plus impliqués dans le jansénisme et, à ce titre, plus proches de Pascal. La Bibliothèque municipale de Clermont-Ferrand possède ainsi un exemplaire présentant un ex-dono manuscrit signé Périer (soit Florin Périer, soit l’abbé Louis Périer, le propre neveu de Pascal, qui se chargea d’ailleurs de collecter et de mettre en forme les notes éparses de son oncle, pour former l’œuvre ensuite publiée sous le titre de Pensées de M. Pascal sur la religion et quelques autres sujets)[5]. Autre propriétaire étroitement lié à Pascal : le précepteur des deux plus jeunes neveux de l’auteur, Rebergues, dont la signature a été retrouvée sur un autre exemplaire de l’édition originale des Pensées[6].

III. Une provenance exceptionnelle : les Pensées des frères Arnauld

             Revenons-en à présent à l’exemplaire qui arriva entre mes mains en février 2003. Doté de bonnes marges (159 x 90 mm) et revêtu d’un très traditionnel veau d’époque (dos à cinq nerfs orné de fleurons dorés, tranches mouchetées rouges), le volume présentait deux ex-libris manuscrits, l’un directement sur le titre, l’autre sur le contre-plat inférieur. Et nul besoin d’être un expert de l’histoire du jansénisme français pour connaître le nom de la famille Arnauld…

Ex-libris Arnauld (page de titre)

             Au bas de la page de titre s’affichait en effet la signature « Arnauld », clairement identifiable comme étant celle d’Antoine Arnauld (1612-1694), le « Grand Arnauld », autrement dit le maître à penser du jansénisme en France, mais aussi de Pascal lui-même. Au-delà de son activité de théologien (qui lui valut les foudres de Louis XIV et l’exil), de logicien et de penseur de la philosophie du langage (on lui doit, entre autres, une Grammaire générale et raisonnée en 1660 et sa fameuse Logique de port-Royal en 1662), Arnauld fut un des plus proches amis de Pascal, mais aussi son confesseur et son directeur de conscience. C’est d’ailleurs sous son inspiration que Pascal entreprit la rédaction de ses Lettres provinciales en 1656, au moment de l’exclusion d’Arnauld de la Sorbonne. Malgré la brouille qui les éloigna en 1661, un an avant la mort de Pascal (ce dernier estimait trop tiède la réaction d’Arnauld face aux persécutions royales), on retrouve Arnauld au nombre des penseurs chargés de l’examen et de la publication posthume des notes de Pascal, en 1668-1669 : à ce titre, il est l’un des pères de la première édition des Pensées publiée en 1670.

Signatures frères Arnauld

Le « Grand Arnauld » avait, en général, l’habitude de faire figurer son nom complet sur ses livres, du moins les in-folios ou les in-quartos : c’est sans doute le manque de place qui l’empêcha de le faire dans le cas présent, comme pour l’autre volume in-12 figurant dans ma collection. Identique à une signature apposée sur un document de 1677 (reproduit ci-dessus), cet ex-libris a été clairement identifié par les prof. Jean Mesnard (Sorbonne) et Dominique Descotes (Université de Clermont-Ferrand), autorités en ce qui concerne Pascal et Port-Royal.

Ex-libris Arnauld (contre-garde)

             La découverte du second ex-libris manuscrit, au contre-plat, fut l’occasion d’un autre coup au cœur. Cette fois-ci, c’est la signature du propre frère aîné du « Grand Arnauld » qui s’étalait : Robert Arnauld d’Andilly (1589-1674). Homme de cour, il s’était retiré en 1646 à Port-Royal, où sa fille Angélique était déjà religieuse. Il y mena une vie retirée, se consacrant à l’écriture : il publia notamment une traduction des Vies des Pères du Désert, mais écrivit aussi un Journal et des Mémoires. La place de son ex-libris, à la fin du volume, est inhabituelle et peut surprendre, mais il semble qu’inscrire son nom aux dernières pages de ses livres ait été une habitude d’Arnauld d’Andilly.

Ex-libris Arnauld (BNF)

En effet, les deux volumes de la Bibliothèque nationale de France qui comportent sa signature présentent la même particularité, comme cette dernière page, reproduite ci-dessus, de la table du De la Vida del picaro Guzman de Alfarache, roman de Mateo Aleman imprimé à Burgos en 1619, et ayant fait partie de la bibliothèque d’Arnauld d’Andilly[7]. Malheureusement, il n’existe aucune mention des Pensées et, à plus forte raison, de son propre exemplaire, dans les œuvres ou la correspondance d’Arnauld d’Andilly…

frères Arnauld

                    Cet exemplaire exceptionnel de l’édition originale des Pensées appartint donc à la fois à la bibliothèque du « Grand Arnauld » et à celle de son frère aîné, Robert Arnauld d’Andilly : un livre pour deux frères. Mais dans quel ordre et quelles circonstances ? Essayons de mener l’enquête. Robert Arnauld d’Andilly meurt en 1674, et son frère ne reprend le chemin de l’exil (dans les Flandres, puis aux Pays-Bas) qu’en 1679. Antoine Arnauld  doit donc avoir reçu ce volume dans la succession de son frère, puis l’avoir abandonné en France cinq ans plus tard, lors de son départ précipité et définitif. Cela coïncide d’ailleurs avec les quelques éléments connus sur le sort de la bibliothèque du Grand Arnauld. En effet, à la différence de certains des autres «Messieurs » forcés à l’exil, Antoine Arnauld n’emporta pas même une partie de sa bibliothèque dans son voyage : peut-être par choix (comment pouvait-il supposer que son départ serait en fait définitif ?), mais sans doute également contraint par les circonstances, il laissa l’intégralité de ses livres sous la garde d’un certain M. Hamelin, un dépôt qui devait, au début, être envisagé comme temporaire. Mais, au bout de quelques années, ce fidèle finit par se trouver embarassé par tous ces volumes, ce que révèle une lettre d’Arnauld à Mme de Fontpertuis, en date du 4 avril 1688 : « On m’a mandé diverses fois que M. Hamelin se plaint qu’on lui laisse si longtemps mes livres (…) ». Et, pour résoudre cette situation, Arnauld fut finalement forcé d’envisager la division de sa bibliothèque en plusieurs lots confiés à ses amis : « J’ai donc pensé de les partager à trois ou quatre (…) »[8]. On ne sait toutefois si ce projet fut effectivement réalisé. Quoiqu’il en soit, l’exil d’Arnauld n’empêchait pas ses livres de servir régulièrement, compulsés, voire empruntés par nombre de ses proches. Et, comme toujours dans semblable situation, certains volumes emportés ne revinrent jamais à leur emplacement initial ! On signale ainsi, dès cette époque, des livres d’Arnauld chez Cl. de Sainte-Marthe ou chez les Périer[9]. Arnauld n’ignorait d’ailleurs pas le fait, puisque, dans la même lettre à Mme de Fontpertuis, il évoquait avec quelque amertume ces « emprunts » indélicats : « C’a été un peu la faute de M. Thomas [Pierre Thomas du Fossé, mort en 1698, qui avait par ailleurs reçu par testament la propriété en usufruit de la bibliothèque d’Isaac-Louis Le Maistre de Sacy en 1684] qui n’eust pas le soin de fermer les tablettes à la clef »… Ce volume des  Pensées passa donc sans doute par l’une ou l’autre de ces bibliothèques, sans que l’on puisse malheureusement dire laquelle, en l’absence de tout autre ex-libris contemporain.

              Qu’advint-il ensuite du volume au XVIIIe siècle ? Là encore, absence d’indices qui puisse nous le faire découvrir. On ne peut relocaliser le volume que vers le début du siècle suivant, à Uzès : il comporte en effet, collé en haut du premier contre-plat (et par-dessus une indication manuscrite de prix, semble-t-il), une vignette ex-libris au nom d’un certain F. Larnac, habitant de cette ville. Par sa typographie et son style, cet ex-libris gravé semble dater du début du XIXe siècle. Le livre ne comporte malheureusement plus d’autres marques de propriété, empêchant d’en retracer plus précisément le cheminement jusqu’à notre époque. Néanmoins, les quelques renseignements obtenus auprès du libraire au moment de son achat laissent penser qu’il resta dans les Cévennes jusqu’au début du XXIe siècle, oublié au sein d’une vieille bibliothèque familiale.

PS : le présent billet est en grande partie repris de mon article « Un livre pour deux frères : l’exemplaire Arnauld de l’édition originale des Pensées de Pascal », publié en mars 2005 dans la revue Courrier du Centre international Blaise Pascal (n° 26). Depuis lors, j’ai pu acquérir un autre exemplaire présentant cette double provenance, avec les mêmes ex-libris manuscrits aux mêmes positions : une édition des Lettres de feu M. de Balzac, à M. Conrart (Paris, Augustin Courbé, 1659, petit in-12). Nul doute que d’autres volumes puissent être retrouvés !


[1] Voir : Jacques-Charles Brunet, Manuel du libraire et de l’amateur de livres anciens, Paris, 1860, tome IV, col. 398 ; Gustave Brunet, Manuel du libraire et de l’amateur de lirves anciensSuppléments (1878), tome II, col. 167-169 ; Jules Le Petit, Bibliographie des principales éditions originales d’écrivains français du XVe siècle au XVIIIe siècle, Paris, 1885, pages 207-213.

[2] L’un de ces exemplaires, réglé et relié en plein maroquin rouge d’époque avec décor à la Du Seuil, est passé en vente en 1987, à Paris. Le texte était réglé, laissant penser à un volume de dédicace. Le volume avait appartenu, au XVIIIe siècle, à la bibliothèque du cardinal de Rohan qui y apposa son ex-libris gravé (voir catalogue Cinquante livres et autographes précieux provenant du cabinet d’un amateur, étude Ader-Picard-Tajan, 4 décembre 1987, hôtel Drouot, Paris). D’autres exemplaires en semblable reliure sont passés plus récemment sur le marché. Tout d’abord, un autre exemplaire, en plein maroquin rouge de l’époque avec décor à la Du Seuil, qui a suscité un prix record lors de la vente de la collection Ritman, chez Sotheby’s, à Londres (vente du 5 décembre 2001, n°117) : cet exemplaire avait auparavant appartenu à la collection Jacques Guérin, dispersée à Paris le 29 mars 1984. Et, tout dernièrement, la librairie Sourget, de Reims, proposait, dans son catalogue XXVI (printemps 2003), un exemplaire du premier tirage de la deuxième édition des Pensées en maroquin rouge à la Du Seuil (n°85), ainsi qu’un rare exemplaire de l’édition elzévirienne de 1677 relié en maroquin rouge aux armes et aux monogrammes couronnés du premier propriétaire, identifié comme le père Allard Le Roy, auteur d’un Compendium vitae B. Francisci de Borgia (n°89).

[3] Aujourd’hui conservé à la Bibliothèque municipale et interuniversitaire de Clermont-Ferrand (Réserve, R-5596). Dans le courant du XXème siècle, et jusqu’à sa vente en 1990, il avait appartenu à la fameuse bibliothèque littéraire du marquis du Bourg de Bozas Chaix d’Est-Ange (vente des 27 et 28 juin 1990, Drouot-Montaigne).

[4] A. Claudin, Catalogue de la bibliothèque de M. Rochebilière, librairie Claudin, Paris, 1892, page 44 : « In-12 ; v. br. (…) Ce savant prélat a enrichi ce volume de réflexions et de jugements qu’il a écrits dans les marges. Ces annotations critiques sont inédites et rendent ce volume véritablement précieux. Le dernier feuillet de garde contient également des notes autographes de Huet. Hauteur des marges : 158 mm. [ce qui en fait l’exemplaire le plus grand de marges de tous ceux appartenant à la collection Rochebilière] ».

[5] Bibliothèque municipale et interuniversitaire de Clermont-Ferrand, Réserve, R-5612.

[6] Communication du prof. Jean Mesnard (octobre 2003).

[7] Bibliothèque nationale de France, Rés.-Y2-876. Renseignement et photographie aimablement transmis par M. Jean-Marc Chatelain, alors conservateur à la Réserve des livres rares de la Bibliothèque nationale de France.

[8] Dans Œuvres de M. A. Arnauld, Paris-Lausanne, 1775, tome III, page 187. Cité par Odette Barenne, Une grande bibliothèque de Port-Royal – Inventaire inédit de la bibliothèque de Isaac-Louis Le Maistre de Savy (7 avril 1684), Etudes Augustiniennes, Paris, 1985, page 13, note 11.

[9] Voir E. Jacques, Les années d’exil d’Antoine Arnauld, Louvain, 1976, page 434, note 85.

MELANGES TIRES D’UNE PETITE BIBLIOTHEQUE (3) : ECRIRE ET RIRE, CONTRE LA GUERRE ET LE MALHEUR

ECRIRE ET RIRE, CONTRE LA GUERRE ET LE MALHEUR

0001-titre

J’avais déjà choisi ce très curieux texte de la Renaissance et écrit cette chronique quand les événements de vendredi sont survenus… A la lumière de ce drame, ce rarissime petit poème prend une coloration particulière et nous montre comment des poètes français, provençaux en l’occurrence, ont fait du rire et de la dérision une arme de représaille après que leur province a été entièrement ravagée par la guerre et son cortège de malheur. Chapeau bas et hommage à l’auteur de cette Historia bravissima Caroli Quinti imperatoris de 1536 [cat. ND n° 1], qui nous montre comment on a déjà su résister à la violence barbare : par l’écriture et le rire.

Revenons d’abord sur les circonstances d’inspiration de ce poème. La guerre entre la France de François Ier et le Saint-Empire de Charles Quint s’était rallumée au début de l’année 1536. A l’invasion du duché de Savoie par les troupes françaises, l’empereur avait répondu par une attaque de la Provence : le 25 juillet, après avoir franchi le col de Tende, l’empereur s’abattait sur l’arrière-pays de Nice et le Var avec 50’000 hommes, ravageant la Provence. Quelques jours plus tard, il mettait le siège devant Marseille. Pour affamer l’agresseur, le connétable Anne de Montmorency fut contraint de pratiquer la politique de la terre brûlée durant tout l’été. Enfin, le 11 septembre, les Impériaux durent se replier et quitter la Midi sans avoir livré la moindre bataille. Mais la Provence mit plusieurs années à panser ses plaies…

Cette période resta connue en Provence sous le nom d’ « An du Dégât » (c’est dire !), mais elle suscita paradoxalement la verve des poètes comiques méridionaux. Ces derniers étaient adeptes du macaronisme, un genre littéraire venu d’Italie et recouvrant des poésies composées dans des langues inventées, formées de mots de français combinés avec une syntaxe et des terminaisons latines fantaisites. La principale intervention fut celle d’un juge de Saint-Rémy-de-Provence, Antoine de Arena (v. 1508 – apr. 1563), qui fit paraître en Avignon dès 1537 une Meygra Entrepriza catoliqui imperatoris quando de anno Domini mille CCCCC XXXVI veniebat per Provensam, bene corrossatus, impostam prendere Fransam cum villis de Provensa, propter grossas et menutas gentes rejohire. Au même moment, un avocat de Forcalquier, Jean Germain, procurait lui aussi (mais en antidatant le livre au millésime de 1536) un poème macaronique sur le sujet, intitulé Historia bravissima Caroli Quinti, imperatoris à Provincialibus Paysanis triumphanter fugati & desbifati. Quæque in Provincia illo existente novissime gesta fuere Macaronico carmine…. L’œuvre tournait bien entendu l’équipée guerrière de Charles Quint en dérision, dans un latin de cuisine parfaitement lisible, tenant davantage du français déguisé.

Souvent cité de seconde main par les sources anciennes, ce poème a longtemps été confondue par les bibliographes avec celui d’Arena (bien que Du Verdier et Naudé en aient eu connaissance, ainsi que le père Lelong). Charles Nodier avait réussi à se procurer ce qu’on pensait être deux éditions différentes d’un même texte et, les confrontant, découvrir leur vraie nature : « la découverte fut bientôt faite, et il faut convenir qu’elle n’était pas difficile, mais elle me parut fort douce. J’avais deux poètes macaroniques au lieu d’un ». Les bibliographes des XVIIe et XVIIIe siècles s’étaient montrés assez durs sur la qualité de ces macaronées, mais Nodier remit en cause ces jugements, mettant en avant l’intérêt du poème comme source historique au minimum et appelant de ses vœux « une bonne édition critique ». Celle-ci devait voir le jour en 1866, tirée à seulement 100 exemplaires [cat. ND n° 218 : exemplaire n°88, relié en demi-veau de l’époque]. Le poème a par ailleurs fait l’objet d’une édition critique moderne et de plusieurs études par les spécialistes de la poésie macaronique.

Mais, outre l’intérêt enfin reconnu du texte, nous parlons aussi de bibliophilie. Et Nodier d’écrire dans son catalogue : « on ne considère pas ici les livres sous le rapport de leur mérite littéraire. Ce qu’il y a de certain, c’est que le poème macaronique de 1536 est aussi rare que le poème macaronique de 1537, qui est l’un des livres les plus rares de notre littérature ». Et il avait bien raison, le père Nodier ! D’après mes recherches, confirmées par mon ami Jean-Marc Chatelain (directeur de la Réserve de la Bibliothèque nationale de France), il ne semble exister que trois autres exemplaires de ce poème, outre le présent exemplaire (de provenance Landau) :

1/ celui possédé et décrit jadis par Nodier (en maroquin rouge de Koelher, passé ensuite chez Borluut, Nicolas Yemeniz, enfin bibliothèque Paul Arbaud à Aix-en-Provence, où il se trouve toujours) ;

2/ celui de la collection MacCarthy (qui se confond peut-être avec le premier ?) ;

3/ celui conservé à la Bibliothèque nationale de France (Rés. P-YC-97, déjà présent en 1866).

A noter enfin que j’ai aussi vu passer en vente à Bruxelles, en 2008, un exemplaire portant l’adresse de l’imprimeur lyonnais « J. Modernus », avec la même date.

Description : Jean Germain, Historia bravissima Caroli Quinti, imperatoris…, s.l. [Lyon], chez François Juste, 1536. Mince petit in-8°, de [18] ff., à caractères ronds. Reliure de veau fauve glacé, dos lisse avec caissons et fleurons dorés, pièce de titre sur maroquin rouge avec titre doré en long, triple filet doré en encadrement des plats, filet doré sur les coupes, dentelle intérieure, tranches dorées (reliure du milieu du XVIIIe siècle).

Provenance : baron Horace de Landau (1824-1903, ancien banquier chez les Rothschild, grand bibliophile habitant un palais de Florence) (ex-libris gravé à monogramme couronné, avec la cote « 3820 » au composteur ; Catalogue des livres manuscrits et imprimés de M. Horace de Landau, Florence, 1885, tome I, p. 214, qualifié d’ « opuscule fort rare » ; pas dans les catalogues de vente de la bibliothèque en 1948-1949).

 0001-reliure0001-ex-libris

Bibliographie : Charles Nodier, Description d’une jolie collection de livres (1844, pp. 117-119, n° 277) ; Brunet, Manuel du libraire (1860, tome II, col. 1553-1554) ; Macaronee provenzali, ed. critica a cura di Fausta Garavini e Lucia Lazzerini (Milan, R. Ricciardi, 1984).

MELANGES TIRES D’UNE PETITE BIBLIOTHEQUE (1) : UN PETIT CADEAU POUR LE CARDINAL JULES

UN PETIT CADEAU POUR LE CARDINAL JULES

1099-reliure

Bon, allez, il faut bien se lancer, et de préférence avec quelque chose de signifiant ! Un petit manuscrit du XIXe avait d’abord été pressenti, mais c’est finalement un ouvrage plus ancien qui sera le premier à sortir des rayons. Un de ces poètes du XVIIe siècle pour lesquels j’ai beaucoup d’affection et qui ont contribué avec brio à construire et perfectionner la langue française. Voici donc la fiche de cet exemplaire un peu particulier, tirée de mon catalogue [n° 1099]. Bonne lecture !

De petite noblesse normande, fils d’un avocat et neveu d’un saint (le missionnaire jésuite Jean de Brébeuf, martyrisé par les Indiens Hurons en 1649), le poète Georges de Brébeuf (1617-1661) publia assez tardivement, livrant en 1650 une version du septième livre de « L’Aenéide de Virgile en vers burlesques ». Mais c’est sa traduction de la « Pharsale » de Lucain, faite à la demande d’un ami, qui le fit enfin connaître. Parue à Rouen en 1653, l’œuvre remporta un vif succès et connut rapidement plusieurs réimpressions parisiennes, souvent illustrées de planches gravées (cas de mon exemplaire de l’édition de Paris, Jean Ribou, 1666, avec deux frontispices et dix pl. gr., relié en maroquin rouge de l’époque, décoré « à la Du Seuil » [n° 960]). Finalement, ayant enfin percé dans la capitale, le poète put y faire imprimer un assez épais recueil in-quarto de « Poësies » (Paris, Sommaville, 1658), contenant des sonnets, stances, madrigaux ou épigrammes, et surtout sa traduction de la « Pharsale » (mon ex., en vélin d’époque [n° 604], provient de la bibliothèque du marquis de Quincye-Saint-Maurice, amateur éclairé du XVIIIe s., passionné de poésie ancienne, mais aujourd’hui complètement oublié : il mériterait un article). C’est par quatre vers de cette « Pharsale » que Brébeuf s’attira l’admiration de son compatriote Corneille, qui affirma à leur propos : « Je donnerais volontiers deux de mes meilleures tragédies pour les avoir faits ». Même le sévère Boileau, après avoir moqué Brébeuf dans son « Art poétique », revint à une opinion plus mesurée et accorda que, « Malgré son fatras obscur, souvent Brébeuf étincelle ».

En dépit d’une sante médiocre (il fut la proie de fièvres violentes et douloureuses pendant la moitié de sa vie), Brébeuf publia jusqu’à sa mort, en septembre 1661. Si ses premières œuvres avaient été offertes à Fouquet, il dédia ses publications de 1660 au cardinal Mazarin. Après un court « Panégyrique de la Paix », il envoya au premier ministre son recueil des « Entretiens solitaires, ou Prières et méditations pieuses en vers françois », s’ouvrant sur une épître dédicatoire au prélat longue de 24 pages. L’édition originale a connu deux tirages, l’un comportant un achevé d’imprimer du 8 mai 1660, l’autre à la date du 30 mai 1660. Cet exemplaire, destiné à être offert au cardinal Mazarin et relié à ses armes, appartient à ce second tirage, tout comme un exemplaire relié en veau marron, jadis doté de fermoirs et comportant aux plats les mêmes armes, toujours possédé par la Bibliothèque Mazarine (cote 45152, seul répertorié par Harmand, éditeur scientifique du poème, en 1912). Les armes utilisées ici ne figurent pas dans le « Manuel de l’amateur de reliures armoriées françaises » (d’E. Olivier, G. Hermal et B. de Roton, plus connu donc comme « ORH ») et ne sont pas les fers « officiels » du cardinal Mazarin : ils doivent avoir été commandées par Brébeuf lui-même à un atelier parisien pour la réalisation de ces deux volumes. Selon mon amie Isabelle de Conihout, longtemps conservatrice en chef de la Mazarine, la qualité inégale de ces reliures s’expliquerait par le peu de moyens du poète, mais elle leur reconnaît bien le statut d’exemplaires de dédicace. L’absence des cotes portés sur les ouvrages de la Mazarine à la fin du fin XVIIe et au XVIIIe siècle atteste que cet exemplaire était sorti des collections du cardinal de son vivant ou peu après sa mort en mai 1661. En plus du présent exemplaire et de celui de la Mazarine, j’ai retrouvé trace de deux autres exemplaires en maroquin rouge dotés du même décor (l’un d’entre eux, dans la même condition que le mien, est passé au catalogue d’un libraire parisien en 2014). L’existence de ces exemplaires en dehors de la Mazarine m’incite à penser que le cardinal ne répugna pas à offrir ces ouvrages autour de lui, à des familiers notamment : les cadeaux de Brébeuf à son dédicataire seront donc devenus des cadeaux du cardinal à ses amis.

Biblio sommaire : G. de Brébeuf, « Entretiens solitaires… », éd. crit. par Réné Harmand, Paris, 1912 ; René Harmand, « Essai sur la vie et les œuvres de Georges de Brébeuf (1617-1661) », Paris, 1897.

1099-titre

1099-dédicace