Archives par mot-clé : Mazarin

MELANGES TIRES D’UNE PETITE BIBLIOTHEQUE (1) : UN PETIT CADEAU POUR LE CARDINAL JULES

UN PETIT CADEAU POUR LE CARDINAL JULES

1099-reliure

Bon, allez, il faut bien se lancer, et de préférence avec quelque chose de signifiant ! Un petit manuscrit du XIXe avait d’abord été pressenti, mais c’est finalement un ouvrage plus ancien qui sera le premier à sortir des rayons. Un de ces poètes du XVIIe siècle pour lesquels j’ai beaucoup d’affection et qui ont contribué avec brio à construire et perfectionner la langue française. Voici donc la fiche de cet exemplaire un peu particulier, tirée de mon catalogue [n° 1099]. Bonne lecture !

De petite noblesse normande, fils d’un avocat et neveu d’un saint (le missionnaire jésuite Jean de Brébeuf, martyrisé par les Indiens Hurons en 1649), le poète Georges de Brébeuf (1617-1661) publia assez tardivement, livrant en 1650 une version du septième livre de « L’Aenéide de Virgile en vers burlesques ». Mais c’est sa traduction de la « Pharsale » de Lucain, faite à la demande d’un ami, qui le fit enfin connaître. Parue à Rouen en 1653, l’œuvre remporta un vif succès et connut rapidement plusieurs réimpressions parisiennes, souvent illustrées de planches gravées (cas de mon exemplaire de l’édition de Paris, Jean Ribou, 1666, avec deux frontispices et dix pl. gr., relié en maroquin rouge de l’époque, décoré « à la Du Seuil » [n° 960]). Finalement, ayant enfin percé dans la capitale, le poète put y faire imprimer un assez épais recueil in-quarto de « Poësies » (Paris, Sommaville, 1658), contenant des sonnets, stances, madrigaux ou épigrammes, et surtout sa traduction de la « Pharsale » (mon ex., en vélin d’époque [n° 604], provient de la bibliothèque du marquis de Quincye-Saint-Maurice, amateur éclairé du XVIIIe s., passionné de poésie ancienne, mais aujourd’hui complètement oublié : il mériterait un article). C’est par quatre vers de cette « Pharsale » que Brébeuf s’attira l’admiration de son compatriote Corneille, qui affirma à leur propos : « Je donnerais volontiers deux de mes meilleures tragédies pour les avoir faits ». Même le sévère Boileau, après avoir moqué Brébeuf dans son « Art poétique », revint à une opinion plus mesurée et accorda que, « Malgré son fatras obscur, souvent Brébeuf étincelle ».

En dépit d’une sante médiocre (il fut la proie de fièvres violentes et douloureuses pendant la moitié de sa vie), Brébeuf publia jusqu’à sa mort, en septembre 1661. Si ses premières œuvres avaient été offertes à Fouquet, il dédia ses publications de 1660 au cardinal Mazarin. Après un court « Panégyrique de la Paix », il envoya au premier ministre son recueil des « Entretiens solitaires, ou Prières et méditations pieuses en vers françois », s’ouvrant sur une épître dédicatoire au prélat longue de 24 pages. L’édition originale a connu deux tirages, l’un comportant un achevé d’imprimer du 8 mai 1660, l’autre à la date du 30 mai 1660. Cet exemplaire, destiné à être offert au cardinal Mazarin et relié à ses armes, appartient à ce second tirage, tout comme un exemplaire relié en veau marron, jadis doté de fermoirs et comportant aux plats les mêmes armes, toujours possédé par la Bibliothèque Mazarine (cote 45152, seul répertorié par Harmand, éditeur scientifique du poème, en 1912). Les armes utilisées ici ne figurent pas dans le « Manuel de l’amateur de reliures armoriées françaises » (d’E. Olivier, G. Hermal et B. de Roton, plus connu donc comme « ORH ») et ne sont pas les fers « officiels » du cardinal Mazarin : ils doivent avoir été commandées par Brébeuf lui-même à un atelier parisien pour la réalisation de ces deux volumes. Selon mon amie Isabelle de Conihout, longtemps conservatrice en chef de la Mazarine, la qualité inégale de ces reliures s’expliquerait par le peu de moyens du poète, mais elle leur reconnaît bien le statut d’exemplaires de dédicace. L’absence des cotes portés sur les ouvrages de la Mazarine à la fin du fin XVIIe et au XVIIIe siècle atteste que cet exemplaire était sorti des collections du cardinal de son vivant ou peu après sa mort en mai 1661. En plus du présent exemplaire et de celui de la Mazarine, j’ai retrouvé trace de deux autres exemplaires en maroquin rouge dotés du même décor (l’un d’entre eux, dans la même condition que le mien, est passé au catalogue d’un libraire parisien en 2014). L’existence de ces exemplaires en dehors de la Mazarine m’incite à penser que le cardinal ne répugna pas à offrir ces ouvrages autour de lui, à des familiers notamment : les cadeaux de Brébeuf à son dédicataire seront donc devenus des cadeaux du cardinal à ses amis.

Biblio sommaire : G. de Brébeuf, « Entretiens solitaires… », éd. crit. par Réné Harmand, Paris, 1912 ; René Harmand, « Essai sur la vie et les œuvres de Georges de Brébeuf (1617-1661) », Paris, 1897.

1099-titre

1099-dédicace