Archives par mot-clé : Frédéric Mistral

MELANGES TIRES D’UNE PETITE BIBLIOTHEQUE (10) : SODOME ET GOMORRHE … AVÉ L’ASSEN, FATCHE DE CON !

SODOME ET GOMORRHE … AVÉ L’ASSEN, FATCHE DE CON !

Pécaïré, pas facile de passer l’hiver dans les brouillards et la neige… Alors pour se souvenir du ciel bleu azur et du chant des cigales, voici un brin de Provence couché sur papier, venu se blottir dans mes rayons il y a quelques mois : le tragique destin de Sodome et Gomorrhe, mais avé l’assen, sous la plume de Frédéric Mistral.

10-2-portrait

A partir de 1878, Frédéric Mistral (1830-1914), grand promoteur de la langue provençale et occitane, Prix Nobel de littérature en 1904 (l’un des quatre seuls récipiendaires récompensés pour une œuvre en langue régionale), entreprit la traduction en vers occitans du livre de la Genèse, à partir de la Vulgate latine de saint Jérôme. Année après année, le plus souvent sous le pseudonyme de Guy de Mount-Pavon, un chapitre était révélé dans l’Armana Prouvençau (Almanach provençal), la grande revue du mouvement félibrige, paraissant en Avignon. En 1910, les 50 chapitres finirent par voir le jour dans une édition trilingue (occitan, latin, français), parue chez Honoré Champion et sous le vrai nom de l’auteur cette fois.

10-3-titre

C’est donc le manuscrit autographe (signé par exception « Frédéric Mistral », et non « Guy de Mount-Pavon ») du chapitre XIX de cette Genèse provençale qui est entré depuis peu sur mes rayons. Le plus gros du manuscrit autographe est conservé au CIRDOC (Centre inter-régional de développement de l’occitan) de la « Mediatèca Occitana » de Béziers (cote : Ms 400). Il est toutefois lacunaire de plusieurs chapitres (1-3, 9-10, 12-14, le présent 19, 21, 23 et 27-29) qui doivent être conservés dans d’autres institutions ou dans des collections privées. La même institution biterroise possède par ailleurs les épreuves corrigées des trente premiers chapitres.

Mistral Genèse 1Mistral Genèse 2Mistral Genèse 3Mistral Genèse 4Mistral Genèse 5

Présentant de nombreuses corrections et repentirs, le présent manuscrit est donc celui d’un moment « croustillant » de la Genèse : le chapitre XIX, autrement dit l’accueil par Loth des anges, le mauvais sort que l’on veut réserver à ceux-ci, la fuite du vertueux citadin et la destruction des villes de Sodome et Gomorrhe. Mais même dans ces moments terribles, la langue provençale fait couler sa douce musique apaisante : bon exemple quand un des anges enjoint Loth à fuir (verset 22) :

– français : « Hâte-toi de t’y sauver, car je ne puis rien faire que tu n’y sois arrivé ».

– provençal : « Zou ! sauvo-te-ié lèu : pèr-co-que poudrai rèn faire d’aqui-que ié fugues intra ».

J’adore ce « Zou ! » spontané et chaleureux, qui semble complètement décalé dans le noir et tragique récit de l’annihilation de deux cités entières par la colère divine. Cela me fait irrésistiblement penser à Desproges et à son sketch sur l’intérêt des « accents toniques » : « C’est magnifique, la langue provençale, il coule une telle tendresse dans ces mots, cela sent le thym, le romarin, la farigoule, le verbe d’antan ». Et de poursuivre en parlant de son médecin originaire du Midi et doté de cet accent chantant, une aide considérable au moment délicat des diagnostics : « Il me regarde, avec sa bonne trogne méridionale qui s’illumine, et il me dit : « Oh putaing ! C’èst leu kansser ! ». Pour revoir ce moment :

https://www.youtube.com/watch?v=fs7BuvejdUA

(à partir de 6 minutes).

Allez, « adessias » à tous !

10-4-Mistral Nobel