Archives par mot-clé : Byzance

ROMANA MONETA (8) : TREBIZONDE, OU COMMENT CREER UNE ECONOMIE A COUPS DE MARTEAUX

ROMANA MONETA (8)

TREBIZONDE, OU COMMENT CREER UNE ECONOMIE A COUPS DE MARTEAUX

Quand on collectionne les monnaies romaines avec la volonté de créer une galerie des empereurs, on comprend assez rapidement qu’il va falloir également aller voir du côté des pièces byzantines ! La chose, après tout, est bien naturelle, puisque si l’Empire romain d’Occident disparut après la déposition de Romulus Augustus en 476, l’Empire romain d’Orient survécut encore un millénaire, jusqu’à la chute de Constantinople en 1453 ! Les basilei byzantins se considéraient d’ailleurs toujours officiellement comme « empereurs des Romains ».

vue monnaies byzance

VUE MONNAIES BYZANTINES 2

L’histoire de cette civilisation et de son monnayage est aussi passionnante que touffue. Je ne veux en traiter ici qu’un épisode peu  connu, en sortant de mes plateaux quelques monnaies des XIIe et XIIIe siècles, une époque où l’Empire, déchiré et déjà sur le déclin, est morcelé en trois entités : l’Empire latin d’Orient (Constantinople), l’Empire de Nicée et l’Empire de Trébizonde. Plantons d’abord le décor.

Avril 1204. La cité de Constantinople tombe sans coup férir aux mains des soldats francs de la Quatrième Croisade, prélude au saccage en règle d’un patrimoine multiséculaire. Partis (re)délivrer le tombeau du Christ à Jérusalem, nos vaillants pèlerins en armes avaient été (sans trop de peine) convaincus par leurs bailleurs de fonds vénitiens de faire un crochet par l’opulente cité. Venise avait de vieux contentieux à régler et, déjà à l’époque, on ne discute pas avec ceux qui tiennent à la fois les cordons de la bourse et les filins des bateaux de transport vers la Terre sainte. De toute manière, des Orthodoxes, c’est pas très catholique, non ? C’est donc presque du Sarrasin, ou pas loin en tout cas… Et puis, comme le piètre basileus Alexis III Ange († 1212) a pris lâchement et nuitamment la poudre d’escampette, le trône impérial demeure vide : ce serait dommage de ne pas en profiter ! Ainsi naît l’Empire latin d’Orient qui verra Constantinople et la majeure partie de la Grèce passer sous la domination de dynastes d’origine française. Un gouvernement impérial en exil s’installe pour sa part du côté anatolien : l’Empire de Nicée, dirigé par les Lascaris.

Alexis III Ange, trachyAlexis III Ange (1197-1203), Aspron trachy, Constantinople, 1197-1203, électrum, 4,19 grs. 29 mm. A/ Christ trônant de face, tenant les Evangiles ; R/ l’empereur et saint Constantin couronnés, de face, et tenant tous deux un sceptre crucifère, ainsi qu’un labarum entre eux. Sear n° 2009.

Hyperpère Jean III

Jean III Vatatzès (1221-1254), empereur de Nicée, Hyperpyron, Magnésie, 1232-1254, or, 4,34 grs. A/ Christ trônant, bénissant et tenant les Evangiles ; R/ l’empereur de face, tenant le labarum et couronné par la Vierge. Sear n°2073.

En ce même mois d’avril 1204, profitant de la gabegie, des sécessionnistes font un coup de force dans la ville de Trébizonde, tout au bout de l’Empire, sur les bords de la Mer noire, non loin de la Géorgie. Et c’est un troisième Empire byzantin qui voit ainsi le jour : l’Empire de Trébizonde, une étroite bande de terre littorale d’environ 500 kilomètres de long, mitoyenne des terres des Lascaris à l’ouest (qu’elle touche du côté de la ville de Sinope), de la Géorgie à l’est et surtout du puissant Sultanat seldjoukide de Roum sur toute sa frontière sud. Au-delà de la Mer noire, il faut aussi citer plusieurs villes et comptoirs (comme Caffa) installés sur les rives de la Crimée.

Quatrième_croisadeCarte des trois entités se partageant l’Empire byzantin au début du XIIIe siècle (situation vers 1214 : la région de Sinope, naguère frontière entre l’Empire de Nicée et celui de Trébizonde, est tombée aux mains du Sultanat de Roum)

Les souverains autoproclamés de ce nouvel Etat n’étaient certes pas issus de peu. Il s’agissait au contraire des derniers scions d’une vieille lignée impériale, les Comnènes, qui avaient règne plus d’un siècle sur Byzance, après l’avènement d’Alexis Ier (1081-1118), fondateur de la dynastie et l’un des plus grands souverains byzantins.

Alexis I histamenon nomisma

Alexis Ier Comnène (1081-1118), Trachy, Constantinople, 1082-1087, électrum, 4,40 grs. A/ Christ trônant, bénissant et tenant les Evangiles , R/ l’empereur  en buste, de face, portant la couronne à chlamys, un sceptre à croix perlée et un globe crucifère. Sear, n° 1893.

Hélas, ses qualités s’étiolèrent chez ses descendants et Andronic Ier, brutal et incompétent, fut déposé en 1185 après un règne de deux ans, atrocement exécuté et remplacé par l’un de ses cousins éloignés, Isaac II, qui inaugure la dynastie des Ange. Alexis et David Comnène, les deux-petits fils d’Andronic (et arrières-arrières-petits-fils d’Alexis Ier le Grand, mais aussi descendants des rois de Géorgie par leur mère), avaient pu être mis à l’abri en Paphlagonie, sur les bords de la Mer noire, le berceau des Comnènes. Devant l’effondrement prévisible des Ange, Alexis (1181-1222) s’empare de Trébizonde et s’arroge le titre d’empereur, qu’il considère être le seul à pouvoir légitimement porter, comme descendant de la dynastie Comnène. A ses yeux, les Ange ou les Lascaris demeurent des usurpateurs et lui-même est un souverain en exil, chef d’une lignée qui se baptisa les Grands Comnènes (Megas Komnenos). C’est le début d’une histoire peu connue, celle d’un royaume aux frontières de l’Occident et de l’Orient, d’une ville mythique et fastueuse car lieu de passage des riches caravanes venant de la Route de la Soie ou des steppes. Marchands vénitiens et gênois y avaient leurs habitudes et le petit empire prospéra, protégé par les hautes montagnes du Pont. Voyant vingt-deux souverains se succéder, cette enclave grecque en terre  dura jusqu’en 1461, se payant même le luxe de survivre à l’Empire byzantin « officiel » et à la chute de Constantinople.

L’Empire de Trébizonde va développer un monnayage particulier, s’inspirant dans un premier temps de celui émis à Byzance, puis gagnant, au fil des règnes, une iconographie spécifique. Le pays disposant de mines d’argent assez abondantes, ce sont essentiellement des pièces de ce métal qui seront frappées, en premier lieu une monnaie plate appelée « asper », assez proche (au moins dans ses débuts) du « basilikon » byzantin créé à la même époque. Des monnaies de cuivre au nom inconnu composaient le petit numéraire. Trébizonde ne frappa en revanche jamais de pièces d’or (à la différence de leurs voisins et concurrents de l’Empire de Nicée).

, n.a.Jean II de Trébizonde (1280-1297), Asper, Trébizonde, v. 1280, argent, 2,76 grs. A/ Saint Eugène de face, tenant une crosse patriarcale ; R/ l’empereur de face tenant le labarum  et un globe crucifère.

Basilikon Andronic IIAndronic II Paléologue (1282-1328), Basilikon, Constantinople, v. 1300, argent, 1,40 grs., 20 mm. A/ le Christ trônant et bénissant ; R/ l’empereur accompagné de son co-régent Michel IX, tentant un labarum entre eux.

Chose curieuse, le premier souverain de Trébizonde, Alexis Ier Grand Comnène, ne semble avoir laissé aucune monnaie à son nom, en dépit d’un règne assez long de dix-huit années (entre 1204 et 1222). Les premières monnaies trébizondiennes n’apparurent que sous le règne de son gendre et successeur, Andronic Ier Gidos. Il fallait pourtant bien que cet Etat naissant, importante plaque tournante commerciale, dispose d’une circulation monétaire. Ce n’est qu’en 2006-2007 qu’une hypothèse a été émise par le numismate Simon Bendall, spécialiste des monnaies byzantines. Dans un article antérieur, il avait mis en lumière un point curieux : de très nombreuses trachea (monnaies concaves en électrum, alliage d’or et d’argent, qu’on surnomme « or blanc ») frappées à Constantinople sous les règnes de Jean II Comnène et Manuel Ier  Comnène (entre 1118 et 1180) portaient de marques de rognage. La technique avait été la suivante : les monnaies concaves voyaient leur bord martelé jusqu’à la limite des figurations du Christ et de l’empereur ; la monnaie était ainsi à la fois agrandie et amincie ; il ne restait alors plus qu’à rogner/recouper la monnaie pour la ramener à son diamètre d’origine, recueillant ainsi quelques parcelles de métal précieux. Extérieurement, le diamètre demeurait donc celui d’une trachy normale, mais son poids avait diminué d’environ 40 % (dans les 2,15 grs au lieu de 3,80 grs) et les bords de la pièce étaient devenus minces comme une feuille. Enfin, le texte des légendes et certains détails des figures avaient disparu dans l’opération, écrasés par le martelage. Divers indices (dont l’analyse d’un trésor datant de la période) ont conduit Bendall à conclure que cette politique à grande échelle de rognage des trachea des Comnènes du XIIe siècle avait bel et bien été initiée à Trébizonde au début du siècle suivant. Preuve que cet Etat naissant façonna son économie à coups de marteaux ! Les fragments recueillis, refondus et raffinés, fournirent sans doute des lingotins d’or et d’argent (sans doute employés en l’état par le nouvel Etat, puisque Trébizonde ne frappa aucun numéraire en or ou en électrum).

IMG_2402 Manuel Ier Comnène (1143-1180) [et Alexis Ier de Trébizonde (1204-1222)], Aspron trachy martelé et rogné, Constantinople, vers 1152-1167, électrum, 2,49 grs., 29-31 mm. A/ Christ Pantocrator assis de face sur un trône ; R/ l’empereur et la Vierge debout de face, tenant une croix de patriarche entre eux.

AyasofiaA


Illustrations de tête et de fin d’article :

Plafond de l’église Sainte-Sophie de Trébizonde, fresque du XIIIe siècle.

Sainte-Sophie de Trébizonde sous la neige.

Bibliographie :

– Michel Moreaux, Les Grands Comnènes : biographies et monnaies (https://www.academia.edu/9645501/Les_grands_Comn%C3%A8nes_de_Tr%C3%A9bizonde_biographie_et_monnaies)

– S. Bendall and D. Sellwood, « Clipped twelth century Byzantine electrum trachaea », dans Numismatics-Witness to History, IAPN Publication No. 8, 1986, pp. 97-99.

– S. Bendall, « A Further Note on a Possible Early Coinage of the Empire of Trebizond », dans Numismatic Circular, Vol. CXIV No. 4, August 2006.

– S. Bendall, « A Hoard of Coins of Andronicus I Gidon of Trebizond (?) », dans Numismatic Circular, Vol. CXV, No. 1, February 2007.