Archives par mot-clé : Barbey d’Aurevilly

MELANGES TIRES D’UNE PETITE BIBLIOTHEQUE (2) : LE « CONNETABLE DES LETTRES » FAIT SON SALON

LE « CONNETABLE DES LETTRES » FAIT SON SALON

MAS Barbey

*

A priori, je n’aime guère les fragments de manuscrits, à moins que les passages en question aient valeur de maxime percutante et contiennent, en quelques lignes, tout un monde de significations ou d’intertextualités. Parfois aussi, avouons-le, l’auteur est du genre « coûteux » et l’on ne peut guère espérer en posséder plus de quelques lignes ! Le présent manuscrit autographe appartient aux deux catégories : on y voit le toujours très recherché Barbey d’Aurevilly citer quelques-uns de ses prestigieux devanciers. Et voir apparaître les noms de Molière, Beaumarchais ou Régnier sous la plume du « Connétable des lettres » et au-dessus de sa signature possède tout de même quelque chose de savaoureux !

Jules Barbey d’Aurevilly (1808-1889), l’auteur des fameuses « Diaboliques » (entre autres recueils ou romans-phares), n’a pas été surnommé « le Connétable des lettres » pour rien. Monarchiste méprisant les valeurs « petit-bourgeois » dominantes de son siècle, ce dandy aristocratique (il avait écrit un essai sur le « beau Brummell ») était en fait un fantasque subversif, adorant la transgression. Au-delà de son œuvre de romancier, il fut souvent amener à jouer les critiques. Je dis « jouer », car Barbey s’amusa à détourner les codes de cette profession guindée, adoptant un ton volontiers primesautier et léger, mis au service d’avis et de jugements souvent au vitriol. Ainsi, en 1872, le journal « Le Gaulois » lui demanda de rendre compte de l’annuel Salon de peinture de Paris par une série de vingt articles. Bien que n’étant en rien un critique d’art, Barbey releva le défi, en donnant toutefois un sous-titre provocant à sa chronique : « Un Ignorant au Salon ». Et de revendiquer d’emblée sa prétendue candeur : « Tenez ! au petit bonheur de mes impressions et de mon ignorance, et au hasard de la fourchette ! Pourvu que cette diable de fourchette ait des dents ! ».

 Le présent fragment provient du manuscrit autographe confié au journal pour impression : comme toujours, les protes ont découpé le manuscrit (vandales ! 🙂 ) en bandes numérotées au crayon gras bleu, afin de faciliter le travail du typographe. Il s’agit donc de la fin (page 3) du 4e article de la série « Salon de 1872 – Un Ignorant au salon ». Ce texte, comme les autres articles, furent plus tard repris dans le volume « Sensations d’art » (pp. 214-215, tome VII de la série « Les Œuvres et les Hommes », réunion des articles critiques de Barbey d’Aurevilly, parue en 1886). Il s’agit d’un article (élogieux) consacré à une œuvre du peintre et sculpteur Zacharie Astruc (1833-1907, ami de Manet et Monet, dont on retrouve les tableaux et sculptures au Louvre ou à Orsay) : une grande statue en bronze (« une grande page en relief » d’après Barbey) de Bazile, le ridicule maître de musique et entremetteur du Barbier de Séville, présentée sur un fond architectural mauresque.

Transcription du passage : « […] ce chapeau d’un calibre si menaçant, tout s’en vient par terre et s’écrase. D’un autre côté, l’homme et le monument ne sont pas en proportion l’un avec l’autre. Il faudrait à cette face d’Alhambra trois ogives de plus au-dessus de la tête de Bazile, et d’autant plus que la sculpture n’ayant pas et ne pouvant avoir la perspective d’un tableau, on n’arrive guères, dans un bas-relief, à la perspective que par la proportion de toutes choses et de leur harmonie. Mais, après tout, le point principal de la composition, ce n’est pas l’Alhambra : c’est Bazile, et M. Zacharie Astruc a rendu sculpturalement cette figure dont, au théâtre, les acteurs font une caricature sinistre, parce que l’art dramatique et la sculpture n’ont pas les mêmes manières de s’exprimer. Après le Bazile idéalisé, j’attends l’idéalisation du Tartuffe, plus difficile encore parce que le Tartuffe de Molière est bien plus profond, bien plus féroce, bien plus diaboliquement hypocrite que le calomniateur de Beaumarchais. Quand ce sera fait, que M. Astruc nous sculpte l’hypocrisie femme et nous donne la Macette de Régnier ! Il aura épuisé toutes les faces de l’hypocrisie, et sa trilogie sera complète. J. Barbey d’Aurevilly ».

dom Bazile