MÉLANGES TIRÉS D’UNE PETITE BIBLIOTHÈQUE (12) : UN VERLAINE « BATH AUX POMMES »

UN VERLAINE « BATH AUX POMMES »

Verlaine sonnetCela faisait bien, bien longtemps que j’en rêvais, et voilà : un sonnet autographe de Verlaine a rejoint mes rayons ! Je suis d’autant plus content que le poème en question, s’il n’est pas le plus connu, est toutefois porteur d’une riche intertextualité, une dimension qui m’est particulièrement chère. Bref, un Verlaine « bath aux pommes » (comme il disait lui-même, dans son jargon potache, des poèmes ou articles fournis à Léon Vanier). Voici tout d’abord le texte :

Ecrit pendant le siège de Paris                                                                                  Xbre 1870

Loyal poignet d’acier, bon vieux héros choisi                                                        De par le bon vieux Dieu barbu des vieilles Bibles                                  Pour être le plus pur entre les plus terribles                                                        Goetz de Berlichingen, que dis-tu de ceux-ci ?

Dorothée, Ottilie ! ô vous vierges, quasi                                                         Des anges, qui, parmi vos rêves si paisibles,                                                        Tout au plus évoquiez des “amis” impossibles                                                      A force de vertus, qu’en dites-vous aussi ?

Et vous, les jeunes gens, fières Maisons-moussues,                                         Contempteurs des docteurs et des choses reçues,                                     Terreur des Philistins abjects, splendides fous,

Sur Paris, sur Paris ! ce ne sont pas des mythes,                                                  L’Allemagne, il paraît, lance, qu’en dites-vous ?                                                    Tranquillement des culs horribles de marmites.

Paul Verlaine

Sous le titre Obus et philosophie mêlés (évident rappel du recueil de textes de Victor Hugo, Littérature et philosophies mêlées, paru en 1834), le poème avait paru dès le 12 janvier 1871, dans le journal Le Rappel. A quelques infimes variantes près (« stupidement » eu lieu de « Tranquillement », quelques différentes orthographiques et la présence d’une épigraphe :  » … ! (Cambronne) »), le texte était similaire.

Lorsque paraît le poème pour la première fois, Paris est assiégé par les troupes prussiennes : au prix de privations inouïes, la cité tient depuis le 17 septembre 1870, mais est sur le point de capituler (26 janvier 1871). La Commune suivra, du 18 mars au 28 mai. Engagé dans la Garde nationale parisienne, Verlaine devra fuir un temps la répression versaillaise et, radié, perdra son poste dans l’administration. Circonstances qui expliquent peut-être pourquoi ce poème fut longtemps oublié dans un fond de tiroir.

Il faut attendre la fin de la vie du poète et la mise au point de son dernier ouvrage pour que ces vers ressurgissent. Courant 1895, Léon Vanier, l’éditeur « officiel » de Verlaine, lui commande un nouveau recueil, pour lequel le poète va « recycler » un certain nombre de pièces anciennes, associées à de nouvelles compositions. Le livre est intitulé Invectives, ce qui en dit clairement le contenu ! Notre sonnet gagne au passage un nouveau titre, Ecrit pendant le siège de Paris (Xbre 1870), et trouve petit à petit sa place dans le recueil, avec des numéros au crayon bleu : d’abord, le numéro XVI (qu’on retrouve dans la table des matières autographe conservée à la Bibliothèque littéraire Jacques Doucet, à Paris), barré ensuite au profit du numéro XXXII. Finalement, le poème apparaîtra sous le numéro XXX dans l’édition Vanier, publiée quelques semaines après la mort du poète le 8 janvier 1896.

Profitant de l’envoi de son poème à Vanier, Verlaine ajouta un petit mot au crayon à l’intention de son éditeur : « J’ai encore à ajouter trois / ou quatre assez longues / pièces de cette époque [et d’après ?] / que je rechercherai dans le Rappel / et autres journaux / à demain pièce / sur Le Con te de Lisle ».  On retrouve ici l’acrimonie qui régnait depuis plusieurs années entre les deux hommes. Dès 1885, dans la série des Hommes d’aujourd’hui chez Vanier, Verlaine avait livré un portrait fort rosse du chef de file des Parnassiens : « J’ai dit que Leconte de Lisle était un beau causeur ; souvent amer, par exemple. Il a, cet homme, parfois des rancunes, des préventions d’homme, et gare à ceux qu’il investit de son animadversion ! Une dent acérée brille et mord ferme le malheureux, entre le monocle et la cigarette ». Et en 1890, dans la pièce X du recueil Dédicaces (« A Raoul Ponchon »), il avait osé l’insulte par la césure et l’enjambement :

« Voyez de Banville, et voyez Lecon-                                                                      Te de Lisle, et tôt pratiquons leur con-                                                                      Duite et soyons, tels ces deux preux, nature. »

Venons-en au contenu même du poème. Comme le fera Vercors avec Le Silence de la Mer en 1942, il s’agit d’opposer l’Allemagne de la culture à l’Allemagne de la guerre et de la barbarie. C’est du côté de Goethe, dont il était un fervent lecteur, que Verlaine va chercher ses exemples.  Avec sa mention de Goetz von Berlichingen, le poète renvoit à la fois vers le parangon du chevalier allemand « à l’ancienne » (le véritable Berlichingen [v. 1480-1562] était surnommé « Main de fer » à cause de sa prothèse articulée, d’où le « loyal poignet de fer ») et vers l’une des premières pièces de théâtre de Goethe, inspirée par ce personnage haut en couleurs (1773). Sont ensuite citées Dorothée et Ottilie, autrement dit les héroïnes de Hermann et Dorothée et des Affinités électives du même Goethe. Verlaine faisait enfin référence aux « jeunes gens, fières Maisons-moussues », autrement dit aux étudiants des célèbres grandes universités allemandes. « Maisons-moussues » était en effet un grade supérieur dans les sociétés secrètes d’étudiants, dont Verlaine met ici en effet l’esprit libre, critique et rebelle contre la société bourgeoise compassée.

Mais à cette Allemagne de la culture, un peu mythique, évoquée seulement par des personnages de papier ou du folklore estudiantin, Verlaine oppose de manière plus dure et concrète (« ce ne sont pas des mythes ») le comportement des armées allemandes en France. A cet égard, le changement de l’intiale adverbe « Stupidement » par « Tranquillement » renforce encore l’aspect terriblement inhumain du pilonnage systématique infligé à la capitale avec ces « horribles culs de marmite » (bombes de gros calibre lancées par des mortiers).

Paul Verlaine (1844-1896), Ecrit pendant le siège de Paris – Xbre 1870,  s.l.n.d. [Paris, 1895], manuscrit autographe signé, 1 f. sur papier ligné.

Provenance : Léon Vanier (1847-1896) ; Editions Vanier-Messein ; colonel Daniel Sickles (1904-1989) (alors relié dans un exemplaire d’Invectives sur Hollande : « Bibliothèque du colonel Daniel Sickles – Littérature française des XIXe et XXe siècles », 4e partie, Paris, 15 mars 1990, n° 2927 ; 11e partie, Paris, 19 février 1992, n° 4545 ; 12e partie, Paris, 29 octobre 1992, n° 5119) ; Librairie des Muses (Alain Nicolas, Paris, vers 2005) ; Pierre Nétange (« Bibliothèque Pierre Nétange », Paris, 10 décembre 2015, n° 59) ; Librairie Hugues de Bourbon.

Réf. : manuscrit inconnu des éditeurs scientifiques de l’édition Pléiade des OEuvres de Verlaine. Mes remerciements à M. Christian Hervé (ENS) pour sa très érudite analyse publié en 2007 sur sa page dédiée à Verlaine : http://romances-sans-paroles.pagesperso-orange.fr/obus.htm

MÉLANGES TIRÉS D’UNE PETITE BIBLIOTHÈQUE (11/2) : FAMILLES, JE VOUS HAI…ME ! (2/2)

MÉLANGES TIRÉS D’UNE PETITE BIBLIOTHÈQUE (11/2) :

FAMILLES, JE VOUS HAI…ME ! (suite et fin)

Second volet de cet article sur les envois ou lettres autographes de grands auteurs à leurs proches parents. Entre 1881 et 1927, nous croiserons cette fois-ci l’hommage de Gide à sa trop belle cousine (enfant, il avait planté ses dents dans cette chair séduisante !), l’émouvant aveu du romancier Léon Cladel à sa femme, l’affection de Daudet et de sa femme pour leur belle-mère et mère, les relations triangulaires compliquées des filles d’Heredia et de leurs époux (Pierre Louÿs, Henri de Régnier et Maurice Maindron), le triste épisode de l’amour filial rompu entre Anatole France et sa fille Suzanne, ou la correspondance du romancier de guerre Henri Barbusse avec sa marraine (de guerre bien entendu!). Bonne lecture à tous !

1881 : LEON CLADEL à sa femme (inv. 710)

11-12-Cladel

Léon Cladel (1834-1892), Les Va-nu-pieds, Paris, Charpentier, 1881, deuxième édition. Envoi autographe : « A Julia Mullem, ma sœur d’armes, et la mère de mon œuvre et la femme de mon cœur. L.A. Cladel. Paris, 5 mars 81 ». Corrections autographes dans l’épître dédicatoire.

Sur la provenance : fils d’un bourrelier de Montauban, Léon Cladel (1834-1892) se fit vite connaître comme romancier naturaliste, sans renier ses origines paysannes. Son premier roman, Les Martyrs ridicules (1862), fut préfacé par Baudelaire. Après la Commune (durant laquelle il faillit être fusillé par les Versaillais), il épousa à Paris, le 14 novembre 1871, une jeune musicienne : Julia Mullem (1843-1923, sœur de l’écrivain et journaliste Louis Mullem). Läics et républicains, ils voulurent toutefois marquer leurs origines culturelles respectives, catholique et juive, à travers les prénoms donnés à leurs cinq enfants : Judith-Jeanne, Sarah-Marianne, Rachel-Louise, Eve-Rose, Pierrine-Esther, Saül-Alpinien. En dépit de fréquentes et violentes disputes (les deux époux avaient un caractère passionné), leur complicité fut indéniable tout au long de leur vie commune. Cet exemplaire du recueil Les Va-nu-pieds est en fait un exemplaire de dédicace, attendu que les volume avait été dédié à Julia Mullen depuis la première édition. En plus de l’envoi, il contient quelques corrections de Cladel, à l’encre et au crayon, sur l’épître dédicatoire datée de mai 1873 : il change ainsi « ma chère femme » en « ma gentille femme », et donne à Julia Mullen un rôle déterminant dans la composition de son œuvre par ses conseils et appréciations[1].

L’œuvre : ce recueil de douze nouvelles à consonnances sociales, très influencées par l’expérience de la Communce, est constitué des premiers textes de Cladel, d’abord parus dans divers journaux. L’édition originale, déjà dédiée à Julia Mullem, sortit en 1873 chez Alphonse Lemerre.

1892 : JULIA DAUDET à sa mère (inv. 1060)

11-13-Julia Daudet

Julia Allard-Daudet (1844-1940), Œuvres : L’Enfance d’une Parisienne – Enfants et mères, Paris, Lemerre, 1892, deuxième édition, première collective. Envoi : « à maman chérie / de tout esprit et / de tout coeur / Julia A. Daudet ».

La provenance : Julia Daudet avait donc offert ce petit volume à sa mère, Léonide Allard, née Navoit (1822-1909), avec un tendre envoi. Le thème des deux romans, très autobiographiques et portant sur les rapports parents-enfants, rend d’autant plus attachante la provenance de cet exemplaire. Le livre revint à son auteur après la mort de sa mère en 1909 et Julia le conserva dans sa bibliothèque jusqu’à sa propre disparition en 1940. Sa fille Edmée (née en 1886 et filleule de Goncourt) étant morte trois ans plus tôt, la bibliothèque de Julia fut sans doute partagée entre ses deux fils, également écrivains : Léon (1867-1942, marié en premières noces à Jeanne, la petite-fille de Hugo) et Lucien (1878-1946, homosexuel ayant eu une liaison platonique avec Proust). Lucien semble avoir offert à ses ami(e)s plusieurs volumes provenant de sa mère[2]. Dans le cas présent, il écrivit cet ex-dono : « à toi, mon cher petit / qu’elle aimait tant ! / Sept. 1940 / Lucien Daudet ».

L’œuvre : fille de commerçants aisés, Julie Allard épousa Alphonse Daudet, jeune auteur encore inconnu, en 1867. Elle devint vite plus qu’une compagne : une collaboratrice à l’influence très importante sur l’écriture des principaux romans de Daudet. Edmond de Goncourt connaissait d’ailleurs parfaitement son rôle et l’admirait beaucoup. Elle-même s’était lancée dans la publication de ses œuvres, donnant notamment des Impressions de nature et d’art en 1879, puis deux romans, L’Enfance d’une Parisienne et Enfants et mères en 1892.

1894 : JOSÉ-MARIA DE HEREDIA à son gendre (inv. 2014)

11-14-Heredia

José-Maria de Heredia (1842-1905), La Nonne Alferez, Paris, Lemerre, 1894, édition originale. Envoi autographe : « A Pierre Louÿs, son confrère et son ami, José-Maria de Heredia » (en partie effacé).

La provenance : la première rencontre entre José-Maria de Heredia (1842-1905), l’un des papes du mouvement du Parnasse et futur académicien, et le jeune poète débutant Pierre Louÿs (1870-1925) eut lieu le 13 décembre 1890, à l’instigation de leur ami commun Henri de Régnier. Les deux jeunes auteurs étaient amoureux de la fille de leur hôte, Marie de Heredia, qui se maria avec Régnier en 1895, pour vite devenir la maîtresse de Louÿs. Ce dernier épousa de son côté Louise de Heredia, sœur de Marie, en 1899. Heredia partageait de nombreuses passions avec son gendre : la poésie (Ronsard, Chénier et Hugo), la bibliophilie et l’archéologie. Louÿs devait écrire à son aîné : « Vous avez été mon maître en bibiophilie comme en littérature ». Mort en 1905, Heredia ne vit pas les relations du couple se dégrader jusqu’à la séparation. Ayant rompu les ponts avec les deux sœurs, Louÿs les mit en scène, avec leur mère et la troisième fille Heredia, dans un roman franchement pornographique devenu un classique du genre : Trois filles de leur mère (1928). Inutile de dire que l’érotomane raffiné n’était plus en odeur de sainteté dans la famille !

Ce climat familial particulier pourrait expliquer qu’on ait tenté d’effacer cet envoi chaleureux[3]. En dépit des relations très amicales entre Heredia et son beau-fils, les envois du premier au second semblent très rares. Ainsi, le Dr Robert Fleury, bibliophile spécialiste de Heredia et de ses proches, ne possédait pas d’Heredia avec envoi à Louys (il avait en revanche le Byblis changé en fontaine [1898] offert « A José-Maria de Heredia, son respectueux élève et ami, Pierre Louÿs »[4]). Curieusement, les catalogues des ventes Louÿs de 1927 et 1930 ne présentèrent aucune des œuvres dédicacées d’Heredia (peut-être avaient-ils récupérés par la famille ?). Néanmoins, en plus du présent volume qui semblait inconnu des chercheurs, on peut repérer pas moins de trois exemplaires de l’œuvre majeure d’Heredia, Les Trophées, offerts à son gendre :

1/ un des 70 hollande avec EAS (« à Pierre Louys, son confrère, son admirateur et son ami, JM de Heredia ») et sonnet autographe, relié en maroquin orange richement orné par Loiselier (Libr. Lardanchet, 1969, cat. 62, n° 352 ; Henri Burton ; Sotheby’s, vente « Fine Books », New York, 11 juin 2013, n°34, 6’250 $) ;

2/ ex. du tirage courant avec EAS (« Au poète Pierre Louys, son confrère et ami, JM de Heredia »), enrichi du poème autographe « Hercule pontique », demi-maroquin rouge à coins de Loisellier (Libr. Berès, 1939, cat. 21, n°101) ;

3/ ex. du tirage courant, sans envoi, mais avec un poème auto. sur la garde (« Malaguena »), en demi-maroquin citron de Loisellier.

L’œuvre : bien que le nom d’Heredia soit avant tout lié à son recueil poétique des Trophées (façonné pendant des années, il lui ouvrit les portes de l’Académie), ses deux premiers volumes publiés furent écrits en prose. En 1877-1878, ce natif de Cuba donna en effet une traduction de l’Histoire véridique de la conquête de la Nouvelle-Espagne de Diaz del Castillo, puis celle d’un autre grand classique de la littérature espagnole, La Nonne Alfarez, l’autobiographie de Catalina de Erauso (1585-1650), une moniale espagnole devenue conquistador et spadassin dans le Nouveau-Monde !

1895 : ALPHONSE DAUDET à sa belle-mère (inv. 1234)

11-15-Daudet

Alphonse Daudet (1840-1897), La Petite Paroisse, Paris, Lemerre, 1895, édition originale. Envoi autographe : « A notre chère mère Léonide Allard, tendrement, Alph. Daudet ».

La provenance : épouse de Jules Allard (1813-1889), Léonide Navoit (1822-1909) était la mère de Julia Allard, l’épouse et la collaboratrice d’Alphonse Daudet depuis 1867. L’auteur entrenait les meilleurs rapports possibles avec ses beaux-parents, chez qui il séjourna chaque année à Champrosay, à la belle saison, depuis les débuts de son mariage et jusqu’à l’achat de sa propre maison en 1877. Daudet leur dédia, souvent avec sa femme, l’ensemble de ses ouvrages au fur et à mesure de leur publication, la plupart étant revêtus de la même reliure en demi-maroquin rouge orné[5]. A noter l’écriture tremblante de Daudet, typiquement des dernières années de sa vie, alors que la maladie qui devait l’emporter (atteinte nerveuse consécutive à la syphillis) lui causait d’immenses douleurs…

L’œuvre : pour ce roman paru moins de deux ans avant sa mort, Daudet s’inspira de la chapelle Sainte-Hélène, voisine de sa maison de Champrosay où il recevait ses amis peintres et écrivains (notamment Goncourt, qui y décéda en 1896). C’est cette maison qui sert de lieu central dans ce roman que Daudet souhaitait « pas trop cruel. J’ai eu la dernière fois le sentiment que j’étais allé trop loin [dans L’Immortel]. Pauvres humains ! il ne faut pas tout leur dire, leur donner mon expérience, ma fin de vie douloureuse et savante. Traiter l’humanité en malade, dosages, ménagements ; faisons aimer le médecin au lieu de jouer au brutal et dur charcuteur. Et ce prochain livre qui serait tendre et bon, indulgent, j’aurais un grand mérite à l’écrire, car je souffre beaucoup. Fierté de ne pas imposer aux autres la mauvaise humeur et les injustices sombres de ma souffrance ».

1896 : PIERRE LOUYS à son frère (inv. 2015)

11-16-Louys

Pierre Louÿs (1870-1925), lettre autographe signée à son frère Georges Louis, [Paris], s.d. [22 avril 1896]. Concernant les suites de la publication de son premier roman à succès, Aphrodite, paru le mois précédent.

Fera l’objet d’un article particulier sur Louÿs. Mais on peut déjà retenir que, là encore, ce n’est pas triste : il semble à peu près certain que Georges Louis, demi-frère de Pierre Louis (dit Louÿs), était en fait son père ! Le futur ambassadeur, alors jeune homme, avait le même âge que la seconde épouse de son propre père et il semble que la marâtre et son beau-fils se soient trouvés à leur goût… Quelle famille !

1897 : HENRI DE REGNIER à son beau-frère (inv. 2029)

????????????????????????????????????????????????

Henri de Régnier (1864-1936), lettre autographe signée à son futur beau-frère Pierre Louÿs, [Paris], « Mercredi » [5 mai 1897]. Enveloppe conservée, cachets postaux.

11-17-Regnier2

Le texte : « Mercredi. Mon cher ami, M. et Mme de Heredia viennent dîner demain jeudi à 8 heures, voulez-vous vous joindre à eux. Vous nous ferez à tous grand plaisir. Votre : Henri de Régnier. Si vous venez, ne répondez pas ».

Le contexte : le billet n’est pas long, mais il évoque une drôle d’histoire de famille ! C’est le 13 décembre 1890 que le jeune poète (et érotomane pratiquant) Pierre Louÿs (1870-1925) fait son entrée dans le salon du célèbre José-Maria de Heredia, conservateur de l’Arsenal et futur académicien, auprès duquel il est introduit par un récent ami commun, Henri de Régnier. Le poète d’origine cubaine, l’un des piliers du mouvement du Parnasse, a trois filles fort jolies et d’un tempérament chaleureux. Au printemps 1895, alors que Heredia vient d’être reçu à l’Académie, les deux jeunes auteurs, tous deux amoureux de Marie de Heredia, passent un pacte secret pour ne pas demander la main de la jeune fille sans se consulter. Mais Régnier rompt cet accord quelques semaines plus tard et se déclare. Poussée par sa famille (Régnier est riche et Heredia ruiné par des dettes de jeu), Marie accepte ce mariage, mais préfère en réalité Louÿs : dès septembre 1895, elle s’offre à lui, mais se voit repoussée dans un premier temps. C’est le 17 octobre 1897 qui débute finalement la liaison tumultueuse entre Louÿs et Marie de Heredia. Le 8 septembre 1898, Marie met au monde un petit garçon, Pierre (surnommé Tigre), qui est en fait le fils de Louÿs. Et en 1899, Louÿs épouse Louise de Heredia, la fille cadette de l’académicien, tout en continuant sa liaison avec son aînée jusqu’en 1902… Vous avez tout compris ? 🙂

1899 : ANDRÉ GIDE à sa cousine (inv. 585)

11-18-Gide

André Gide (1869-1951), Le Prométhée mal enchaîné, Paris, Mercure de France, 1899, édition originale. Envoi autographe : « à ma chère cousine la Comtesse de Flaux, en respectueux hommage, André Gide ».

La provenance : la parentèle de Gide était nombreuse et souvent titrée ! Parmi les nombreuses cousines figurait Clémence Pascal, comtesse de Flaux depuis son mariage en 1844. Cette provenance particulière est piquante, quand on sait que la destinataire, cousine et amie de Paul et Charles Gide (père et oncle de l’auteur), procura au romancier l’un de ses premiers souvenirs marquants d’enfance, évoqué dès la deuxième page de Si le grain ne meurt en 1924 : « Ma cousine était très belle et le savait. Ses cheveux très noirs, qu’elle portait en bandeaux, faisaient valoir un profil de camée et une peau éblouissante. De l’éclat de cette peau je me souviens très bien ; je m’en souviens d’autant mieux que, ce jour où je lui fus présenté, elle portait une robe largement échancrée. « Va vite embrasser ta cousine », me dit ma mère lorsque j’entrai dans le salon… Je m’avançai. La cousine de Flaux m’attira contre elle en se baissant, ce qui découvrit son épaule. Devant l’éclat de cette chair, je ne sais quel vertige me prit : au lieu de poser mes lèvres sur la joue qu’elle me tendait, fasciné par l’épaule éblouissante, j’y allai d’un grand coup de dents. La cousine fit un cri de douleur ; j’en fis un d’horreur ; puis je crachai, plein de dégoût. On m’emmena bien vite, et je crois qu’on était si stupéfait qu’on oublia de me punir ». Gide avait alors quatre ou cinq ans (en 1875 environ). Il passa ensuite de nombreux étés dans le château de Flaux, non loin d’Uzès, d’où venait la famille Gide.

L’œuvre : mal enchaîné, en effet, ce Prométhée, puisque le voici à Paris, en 1899, débarquant du Caucase ! Cet amoureux des hommes n’a plus besoin de chaînes : il est devenu amoureux de son oiseau ; il le nourrit, dans l’espoir que ce vautour déplumé qui ressemble à une conscience deviendra le bel aigle du Progrès, de l’Idéal, de l’Essor… À ce régime, Prométhée dépérit. Mais le décès de son ami Damoclès, mort d’avoir trop cru à ces espoirs, le fait changer d’opinion et c’est finalement d’un aigle bien gras dont se régaleront les amis du disparu, à la fin des funérailles !

 —

1900 : HENRI DE REGNIER à son autre beau-frère (inv. 1612)

11-19-Regnier111-19-Regnier2

Henri de Régnier (1864-1936), lettre autographe signée à son beau-frère Maurice Maindron, [Vendée], « Mardi » [août 1900].

Le texte : « Mardi. Mon cher Beau-Frère, C’est loin de Paris, au fond de la Vendée, où j’étais allé à l’enterrement d’une petite cousine, que j’ai appris par le journal la bonne nouvelle de votre décoration. J’en ai été tout à fait heureux. Elle vous était due si l’on doit, en France, quoique ce soit à qui sait écrire fortement et savoureusement. Je lis Blancador. Je vous dirais le plaisir qu j’y prends si je n’avais à l’épaule un cruel rhumatisme qui me fait tomber la plume des mains. Toutes mes amitiés à Hélène. Cette femme de Légionnaire est une personne que j’aime beaucoup. Avec encore mes compliments, croyez-moi sincérement et cordialement à vous, Henri de Régnier ».

La provenance : aussi discret qu’érudit, Maurice Maindron (1857-1911) est le moins connu des trois gendres Heredia. Ecrivain et entomologiste, il se fit connaître dans le monde savant par de nombreuses expéditions à travers le monde entre 1876 et 1904, voyages dont il ramena d’importantes collections d’insectes et autres animaux pour le Muséum d’histoire naturelle. Outre ses œuvres savantes et de nombreux ouvrages de vulgarisation, ce savant s’essaya aussi avec succès à la littérature. Il rencontra ainsi José-Maria de Heredia, dont il épousa la fille Hélène en 1899, devenant ainsi le beau-frère de Pierre Louÿs et de Henri de Régnier. En août 1900, il fut décoré de la Légion d’honneur, ce dont le félicite ici Régnier, qui fait également allusion à sa lecture du roman Blancador l’avantageux (sur manuscrit, puisque le livre ne sortit qu’en 1901).

 —

1903 : ANATOLE FRANCE à sa fille (inv. 1625)

11-20-France

Anatole France (1844-1924), Histoire comique, Paris, Calmann-Lévy, 1903, édition originale.Envoi autographe : « à ma fille, Madame Mollin, A.F. ».

Sur la provenance : triste histoire de celle d’Anatole France et de sa fille Suzanne… Née du mariage d’Anatole France avec Valérie Guérin de Sauville, Suzanne France (1881-1918) vécut une enfance ballotée par les mauvaises relations régnant entre ses parents, puis par leur divorce en 1893. Aimant beaucoup son père, elle fut souvent confiée aux « amies » de celui-ci, que ce soit Jeanne Arman de Caillavet (la maîtresse de son père, qui l’emmena en voyage en Italie en 1900) ou la romancière Gyp (marquise Riquetti de Mirabeau à l’état-civil, chez laquelle elle passa des vacances). Le 10 décembre 1901, Suzanne France épousa le capitaine Henri Mollin, officier d’Etat-major et officier d’ordonnance du général André (ministre de la Guerre). France avait été peu consulté pour ce mariage (voir la façon plutôt sèche dont il en parle dans la lettre publiée ci-dessous[6]), mais accueillit tout de même la noce dans sa demeure « Villa-Saïd ». Le gendre était d’ailleurs de tendance dreyfusarde et franc-maçon, ce qui n’était pas pour déplaire à Anatole France. Malheureusement, l’effet de l’uniforme étant vite passé, la jeune femme constata vite qu’elle n’avait guère de points communs avec son époux et le milieu militaire en général. Prenant prétexte de l’implication de son mari dans le « scandale des fiches » (qui éclaboussa le ministère de la Guerre et provoqua le renvoi d’officiers franc-maçons, dont son mari), elle demanda vite le divorce. Il fut bien prononcé le 24 mai 1905, mais aux torts de la jeune femme, car Suzanne France avait entrepris une liaison, trop visible, avec un jeune lycéen surdoué, Michel Psichari, petit-fils de Renan, de cinq ans son cadet. Leur amour fit scandale, on la menaça de poursuites pour détournement de mineur. Finalement tombée enceinte, elle put épouser Psichari le 28 avril 1908, mais sans la bénédiction d’Anatole France, qui n’assista pas à la cérémonie, refusa de voir son petit-fils Lucien et rompit toute relation avec sa fille. Elle tiendra également un rôle important dans l’amertume qu’Anatole France concevra des femmes. La fin de l’histoire est encore plus triste. Michel Psichari fut tué au front en avril 1917 ; sa veuve, qui vivait séparée depuis quelques mois, contracta la grippe espagnole et en mourut le 28 octobre 1918. Prévenu trop tard, Anatole France ne put la revoir et se réconcilier avec elle : « Je n’ai pu lui donner le dernier baiser, mais je l’ai du moins accompagnée au cimetière », écrivit-il. Il recueillit le jeune orphelin et l’éleva avec tendresse.

Sur l’œuvre : paru en 1903, ce roman, en dépit de son titre, n’a rien de comique : il raconte l’histoire d’un amour contrarié et dramatique dans la bonne société de la Belle Epoque et dans les élans du romantisme un peu bourgeois. Cette œuvre peu connue d’Anatole France fut écrite comme un divertissement alors que l’auteur travaillait à son livre sur Jeanne d’Arc. Rédigé dans cette langue pure qui faisait l’admiration de Barrès, cet ouvrage est pourtant plus profond qu’il n’y parait et présente un portrait intéressant et vrai de la société de son époque. Je possède également l’exemplaire offert, avec envoi, au futur président Raymond Poincaré, qui, au début de sa carrière, avait été l’avocat d’Anatole France (inv. 1849).

1915 : HENRI BARBUSSE à sa marraine de guerre (inv. 1977)

11-21-Barbusse

Henri Barbusse (1873-1935), lettre autographe signée à sa marraine de guerre Jeanne Charrot, [au front], 25 janvier 1915.

Le contexte : connu du grand public depuis le succès de son roman L’Enfer (1908), l’écrivain Henri Barbusse (1873-1935) , en dépit de son âge, de problèmes pulmonaires et de ses positions pacifistes, se porta engagé volontaire et fut versé en décembre 1914 au 6e bataillon du 231e régiment d’infanterie, en qualité de brancardier. Poilu parmi les poilus, il subit alors leur sort, les observe et en tire la matière d’un roman de guerre, Le Feu – Journal d’une escouade, qui remporte le prix Goncourt en 1916, devenant le roman français de référence sur la première Guerre mondiale, aux côtés des Croix de bois de Dorgelès.

Le texte : « 25 janv. 1915. Chère amie, je finis demain mardi mes 4 jours de tranchée. 4 jours de repos au cantonnement vont suivre, où l’on va dormir et se restaurer. J’ai l’intention pendant ces périodes de calme, de reprendre mon roman. Je travaillerai dans quelques coins de cuisine, une heure ou deux par jour. Je vous serais très obligé si vous vouliez bien m’expédier chaque semaine un flacon de 60 francs d’extrais fluide américain de coca … pris à petites doses, cela remplace le café ou le thé … même mieux, ça nourrit et fortifie en même temps . Merci ma chère petite, et bien affectueusement à vous, Henri Barbusse. J’écris dans l’ombre … ».

La provenance : durant ses mois au front, Barbusse entretint une correspondance suivie avec une marraine de guerre parisienne, Jeanne Charrot, son amie depuis au moins 1910. Journaliste, elle devait être une proche des milieux dadaïstes après-guerre. Ces lettres lui décrivent les conditions matérielles de la vie du soldat Barbusse (tabac, vêtements, etc.), mais évoque aussi un roman en gestation : le futur Le Feu. La correspondance a été entièrement morcelée dans diverses ventes en 2012-2013. Une partie (41 pièces) est conservée à l’Arsenal (cote Ms. 14702). J’ ai pour ma part pu garder cohérent un lot de douze lettres datant de 1915, qui étaient proposées à la pièce…

1927 : ANNA DE NOAILLES à son cousin (inv. 684)

11-22-Noailles

Anna de Noailles (1876-1933), L’Honneur de souffrir, Paris, Grasset, 1927, édition originale, exemplaire réimposé in-4° sur Japon. Envoi autographe : « A mon cher cousin Basile Zotiades, qui ressuscite le passé par les lignes créatrices – ces chants pour les ombres. Avec toute mon amitié. Anna de Noailles ».

La provenance : plus connue sous son nom d’épouse Anna de Noailles (elle s’était mariée au comte Matthieu de Noailles), Anna-Elisabeth Brancovan (1876-1933) était issue de la famille des princes de Valachie et Bassarabie et dotée d’une nombreuse parentèle.

L’œuvre : Anna de Noailles connut la célébrité littéraire avec la parution de son premier recueil poétique, « Le Cœur innombrable », en 1901. Suivirent de nombreux autres recueils ou récits, souvent autobiographiques, qui chantaient souvent les bords du Léman, où la poétesse avait passé toute son enfance et qu’elle fréquentait encore, possédant la magnifique villa Bassaraba, à Evian, achetée par ses parents en 1875. Auteur à succès et reine du Tout-Paris, elle fut frappée encore jeune par la maladie qui firent des années d’après-guerre, jusqu’à sa mort, une longue période de souffrance : elle ne pouvait presque plus quitter le lit. A ce titre, le recueil L’Honneur de souffrir, un de ses derniers écrits, publié en 1927, est particulièrement poignant, livrant en vers le récit de son combat contre la douleur.

NOTES :

[1] Dans un autre envoi entrevu (sur un exemplaire d’une réédition du roman Titi Foissac IV), Cladel parlait de sa femme comme de « ma grisonne toujours jeune et gentille » et signait « son vieux compagnon de chaîne » !

[2] Vu en vente en 2010 : un exemplaire de l’édition originale du recueil poétique Les Archipels Lumineux (Paris, Lemerre, 1913) portant cet ex-dono de Lucien Daudet, daté de septembre 1940 : « Ma chère amie, voici un des volumes de vers de ma mère bien aimée. Elle avait un très grand talent et ce nest pas un des moindres aspects de mon désespoir que l’impossibilité de rééditer tout cela en ce moment ».

[3] A noter que, de la même façon, dans un des catalogues de vente Louÿs, une plaquette de Francis Jammes (Quatorze prières, 1898, cat. 1930, n° 551) comportait un envoi à Pierre Louÿs « dont le nom a été effacé ».

[4] Catalogue Bibliothèque du docteur Robert Fleury, vente Paris, 1997, n° 395.

[5] Vu en vente en 2011 : ‎Robert Helmont (1874, édition originale, avec envoi : « à Léonide et Jules Allard / tendrement et respectueusement offert par Julie et Alph. Daudet »).

[6] Autour du premier mariage de Suzanne France : lettre autographe d’Anatole France à son ami Fernand Calmettes (1846-1914, chartiste et éditeur) (inv. 1603) : « Mon cher Fernand, indique moi donc un jour où tu seras chez toi, dans l’après-midi. Je voudrais te parler du mariage de ma fille. Je ne t’ai pas annoncé plus tôt ce mariage, auquel je n’ai guère été mêlé, hors pour ce qui est du contrat. Je n’ai pas été des premiers à en savoir la date et je n’assisterai pas à la cérémonie. Mais je recevrai le 10, comme une carte jointe à la lettre de faire part te l’apprendra, après la cérémonie civile, à 4 h. Les difficultés qui sont survenues ne me donnent nullement de ce mariage une idée défavorable. J’ai au contraire sur mon gendre les meilleurs renseignements. C’est pour lui témoigner ainsi qu’à Suzanne des sentiments affectueux que je reçois chez moi. Et je compte bien que Julie viendra avec toi et tes chers enfants. A bientôt, ton vieil ami, Anatole France ».

MELANGES D’UNE PETITE BIBLIOTHEQUE (11/1) : FAMILLES, JE VOUS HAI…ME ! (1/2)

MÉLANGES TIRÉS D’UNE PETITE BIBLIOTHÈQUE (11/1) :

FAMILLES, JE VOUS HAI…ME !

Un récent et très joli catalogue de la librairie Walden s’est trouvé tout entier dédié aux Histoires de familles, un thème qui m’a toujours paru fort intéressant et dont ma bibliothèque, au fil des années, a fini par rassembler quelques spécimens parfois fort émouvants. Cela m’a soudain donné envie de rassembler ce corpus de manière cohérente. De 1837 à 1927, je vous propose d’en découvrir, en deux articles, une vingtaine d’exemples choisis, soit ouvrages dédicacés, soit lettres autographes.

Musset, Vigny, Lamartine, Goncourt, Banville, Daudet, Loti, … : avant d’être les géants littéraires que tout le monde connaît, ils ont été des fils, des fiancés et maris, des pères, des frères, neveux, oncles ou cousins.  Voici quelques manifestations de leur vie familiale, entrevues par des courriers ou des envois autographes sur des livres offerts à leurs proches. Certains de ses documents témoignent d’un amour partagé, d’autres de relations plus compliquées, voire de séparations et de vraies douleurs, mais tous ont derrière l’encre et le papier une vraie histoire, souvent poignante.

1837 : ALFRED DE MUSSET à sa maîtresse (inv. 550)

11-1-Lettre Musset (verso1)

Alfred de Musset (1810-1857), lettre autographe signée à Caroline Jaubert, [Paris], « Mardi » [2 mai 1837]. Cachets postaux.

Cette très jolie lettre autographe de Musset à son ex-maîtresse Caroline Jaubert, « la Conseillère » comme il la surnommait, se rapporte à l’écriture de la nouvelle Emmeline, dont l’histoire est justement inspirée par leur relation amoureuse, deux ans plus tôt. Fera l’objet d’un article à venir.

 —

1842 : ALPHONSE DE LAMARTINE à sa nièce et épouse (inv. 520)

11-2-Lamartine111-2-Lamartine1b

Alphonse de Lamartine, Voyage en Orient – 1832-1833, Paris, Gosselin, 1841, 2 vol., première édition in-12. Envois autographes : «  A Valentine // al. de Lamart[ine] » (tome I) et « A Valentine de Cessia[t] // St Point 24 Juin 1842 // al. de Lamartine » (tome II).

La provenance : Valentine de Cessiat (1821-1894) était la fille de Cécile de Lamartine, la sœur du poète. Avec les deux plus jeunes de ses six sœurs, Valentine fut périodiquement « prêtée » par sa mère au poète et à sa femme, Marianne Birch, à partir de 1833 : il s’agissait d’essayer de leur faire oublier la mort au Proche-Orient, de leur petite fille Julia, dont les époux se remettaient très difficilement, sombrant dans la tristesse. Les petites Cessiat séjournèrent dès lors très souvent dans les propriétés de leur oncle, en Bourgogne ou à Paris. Valentine devient vite la nièce préférée de Lamartine qui dit d’elle, parlant de sa joie de vivre, de sa beauté et de sa vivacité : « Elle désassombrit tout », écrivait Lamartine. A partir de 1841, pendant une maladie de sa mère, elle la remplace à la plume pour la correspondance entretenue avec le poète et devient ainsi sa correspondante attitrée. Elle le sera pendant treize ans jusqu’à ce qu’elle s’installe définitivement chez les Lamartine en 1854. Vivant dans le culte de son oncle et de son génie (elle semble être tombée amoureuse de lui dès son adolescence), elle va devenir son assistante, sa secrétaire (elle arrive à imiter son écriture à la perfection), mais surtout et avant tout une des raisons de vivre et d’écrire du poète, très proche de sa muse (jusqu’à quel point alors ?). Dans sa biographie de Lamartine, Xavier de La Fournière écrit : « Non, il n’est pas téméraire de penser qu’avec celle qu’il appelait son ange, Alphonse, tout au soir de sa vie, trouva enfin ce qui, pour lui, représentait l’amour total et dont, durant le reste de son existence, il n’avait eu que des éléments. Elément gracieux, encore enfantin, avec les Caroline, les Henriette et même les Antoniella, sensuel avec Nina, avec Léna surtout, intellectuel ou plutôt cérébral avec Delphine de Girardin, Eléanore de Canonge et tant d’autres, familial avec Marianne Birch, sublime avec Julie. Avec Valentine, il les avait toutes en une seule personne. Elle n’était pas seulement sa nièce de prédilection. Elle était, tout ensemble, sa sœur, sa fille, sa mère, son amie, son amante, son épouse, son égérie, son double »[1].

Valentine refusa de nombreuses propositions de mariage pour rester aux côtés de son oncle. Cinq ans après la mort de Marianne Birch, qu’elle avait soignée, la pieuse Valentine, chanoinesse de Saint-Anne-de-Bavière, devenait, avec dispense papale et par décret impérial du 31 août 1868, Madame de Lamartine. Le 28 février suivant, Lamartine s’éteignait en réalisant son vœu : il put se soulever, mettre sa tête sur les genoux de sa femme et ainsi « mourir sur le cœur de la bien-aimée ». Valentine de Lamartine devait passer le quart de siècle suivant à entretenir la mémoire du poète. Elle édita par exemple ses Poésies inédites en 1873. Des poètes la consultait de temps à autre comme la gardienne de la poésie lamartinienne et romantique. Ses contemporains gardaient le contact avec elle, comme Victor Hugo. On lui envoyait des volumes à envoi. Mais l’oubli la gagna peu à peu.

Le château de Saint-Point (d’où est daté l’un des envois) était la résidence principale de Lamartine en Bourgogne (ce château du XVe siècle lui fut offert par son père en cadeau de mariage et il le fit transformer en castel néo-gothique !). C’est là que Valentine passa le reste de sa vie après la mort de Lamartine, c’est là qu’elle avait ses livres. Le poète lui en avait offert beaucoup, dont un exemplaire de L’Imitation de Jésus-Christ. Les descendants des Lamartine, les marquis de Noblet, ont vendu Saint-Point au début de 2004 : la bibliothèque de Valentine, qui était encore en partie dans le château, a été dispersée aux enchères à Drouot le 20 avril 2005[2]. Plusieurs œuvres de Lamartine figuraient parmi les livres, mais seulement deux avec envoi : une EO du Pèlerinage d’Harold offerte au père de Valentine, Joseph-César de Cessiat, et un exemplaire relié en veau rose signé des premières Œuvres complètes (1826) offert à Valentine (« A Valentine de Cessiat // donné deux fois // Al. de Lamartine 6 aoust 1836 », et non 1826 comme dit au catalogue).

Les présents volumes semblent avoir quitté la bibliothèque de Saint-Point à une date antérieure, sans que rien ne puisse indiquer leur cheminement (ils auraient été achetés dans un dépôt-vente !). Ils furent offerts à Valentine le 24 juin 1842, un vendredi, alors qu’elle séjournait avec une de ses sœurs. Ce séjour est prouvé par la correspondance de Lamartine[3] qui, dans une lettre du 8 juin, datée de Saint-Point, écrit à un ami suisse : « Les charmantes nièces sont ici (…) ». Dans une lettre du 11 au marquis de Lagrange, il indique à son correspondant que « [sa] femme et Valentine lui disent les choses les plus aimantes ». Ils devaient tous partir vers la mi-juillet pour Marseille, mais la mort accidentelle du fils aîné de Louis-Philippe obligea Lamartine à rentrer à Paris. Il n’y a pas d’autres lettres connues à Valentine d’ici la fin 1842.

A noter enfin que Valentine de Cessiat semble avoir eu un attrait considérable pour ce Voyage en Orient, car la vente du 20 avril 2005, a présenté un autre exemplaire de la même œuvre, dans l’édition de Gosselin, 1835 (quatre vol. in-18). Valentine avait apposé sa signature sur chacun des volumes.

L’œuvre : le récit d’un voyage au Proche-Orient (Adriatique, Grèce, Rhodes, Libam Syrie, Palestine) qui, du rêve initial (Lamartine désirait beaucoup se confronter à l’exotisme encore mystérieux de ces terres), tourna au drame, avec la mort de la fille de l’auteur, la petite Julia, en décembre 1832. Ce livre, qui contient des pages extraordinaires sur l’Orient vu par un romantique (beaucoup en ont parlé sans y être allés, comme Hugo), parut chez Gosselin, en 1835 (quatre volumes in-4°, ornés de cartes).

11-2-Lamartine3

1842 : ALFRED DE VIGNY à son cousin (inv. 670)

11-3-Vigny-0670-envoi

Alfred de Vigny (1797-1863), Théâtre complet, Paris, Charpentier, 1841, première édition collective et première in-12. Envoi autographe : « [A] Mr. G. de Nogerie, son ami et son parent, Alfred de Vigny / juin 1842».

La provenance : alors, celui-là, il m’aura donné du mal ! L’écriture de Vigny étant difficilement lisible, il m’aura déjà fallu du temps pour décrypter le patronyme du destinataire de cet envoi. Il s’agit en fait d’un petit-cousin de l’auteur, dont la grand-mère maternelle, épouse du marquis Didier de Baraudin (chef d’escadre dans la flotte royale), se nommait Jeanne Pernelle de Nogerie (1731-1797). Mais la piste s’arrête là… La famille de Nogerie semble d’une discrétion maladive et n’apparaît dans aucun nobiliaire ou armorial en ma possession… Du coup, s’agit-il d’un Guillaume, d’un Gérard ou d’un Gaston de Nogerie ? Aucune idée pour le moment : toute suggestion est la bienvenue sur ce parent mystère du grand Vigny !

L’œuvre : ce volume de la collection Charpentier contient, pour la première fois, l’intégralité des pièces de Vigny alors publiées, à savoir : Le More de Venise, Le Marchand de Venise, La Maréchale d’Ancre, Quitte pour la Peur et Chatterton.

1852 : EDMOND ET JULES DE GONCOURT à leur cousin (inv. 648)

11-4-Goncourt

Edmond et Jules de Goncourt (1822-1896 et 1830-1870), Salon de 1852, Paris, Michel Lévy frères, 1852, édition originale. Envoi autographe : « à notre cher cousin Alphonse de Courmont, E. et J. de Goncourt ».

La provenance : fils cadet de Jules Le Bas de Courmont (conseiller à la Cour des Comptes et châtelain de Croissy-Beaubourg) et de Nepthalie Lefebvre de Behaine (le modèle des Goncourt pour l’héroïne éponyme de leur Madame Gervaisais [1869]), Alphonse Le Bas de Courmont (1834-1880), qui devint également membre de la Cour des Comptes, fut sans doute, au départ, le cousin préféré des Goncourt, cité dans le Journal dès 1853. Ils partageaient d’ailleurs certains goûts, notamment des passions de collectionneurs : ils le décrivent ainsi, en octobre 1856, comme ayant « toute sa tête et tout son cœur est dans le rococo. Il m’a dit : « Je vais te dire une chose que je ne dis qu’à toi. Je me marierai et comme les femmes meurent plus tôt (…), j’hériterai de toutes les curiosités que je lui ai données » ». Ils dînaient et sortaient parfois ensemble (soirée du 30 janvier 1858). Mais, au fil du temps, les remarques se firent plus dures : « Alphonse a réglé et ordonnancé comme un budget de peuple toute sa vie. L’enterrement de son père est aligné et il a en tête la robe de chambre avec laquelle il entrera chez sa femme, à la nuit de noces. Il n’aime point son plaisir et il hait celui des autres. Le prochain n’existe pas pour lui. Son château n’a pas de billard, parce qu’il n’y joue pas ; il n’aurait pas de lieux, s’il ne digérait pas. Ce graçon de vingt-cinq ans a dans le cœur les soixante-dix ans de son père » (Croissy, juillet 1858). Fin 1858, les Goncourt se plaignirent du désintérêt de leur cousin pour leur prochain livre, Les Hommes de lettres. Les deux frères décrivirent ensuite ses tentatives de mariage, finalement couronnées de succès en 1865. Le cousin était dépeint comme un pur cynique, ayant déjà mangé en partie sa fortune et cherchant un beau parti comme on arrange une spéculation en bourse : « on a beau savoir la vie, on a froid dans le dos » (24 janvier 1859). Enfin, le 9 août 1860, la brouille était achevée : « il y a des gens comme notre cousin, dont toutes les idées sont bêtes, arriérées, des idées de vieillard, de bourgeois absurde, maniaque, des rengaines, des préjugés, des naïvetés… ». Fermez le ban !

L’œuvre : deuxième ouvrage des frères Goncourt à connaître l’impression, ce compte-rendu esthétique du Salon de peinture de 1852 (un exercice assez courant alors pour les jeunes auteurs) connut un tirage confidentiel, puisqu’il ne fut tiré qu’à 210 exemplaires, dont dix papiers forts (selon Clouzot). Un certain nombre d’exemplaires fut utilisé par les débutants pour des cadeaux à de proches parents, comme dans le cas présent.

1864 : ALEXANDRE DUMAS à son fils (inv. 1499)

11-5-Dumas

Alexandre Dumas père (1802-1870), billet autographe signé à Alexandre Dumas fils, s.l.n.d. [Naples, 1864 ?].

La provenance : né des relations du jeune Alexandre Dumas avec une voisine de palier, Alexandre Dumas fils (1824-1895) fut déclaré de père et mère inconnus, puis placé en pension. Son père ne le reconnut qu’en 1831 : le petit garçon avait alors sept ans. Toute sa vie, il devait conserver à l’égard de ce père flamboyant et génial un ressentiment profond, même s’il n’y eut jamais de rupture totale. L’œuvre de Dumas fils fut imprégnée par les questions liées à la famille éclatée, à l’abandon, aux enfants naturels, etc.

Le texte : « Ce n’est pas moi qui ai traité pour Olympe de Clèves, c’est toi. Douze des cent mille francs de prime. Si tu n’as pas touché les 500 f. des Mohicans, donne moi un bon pour les toucher. à toi, A. Dumas ».

Le contexte : Dumas avait passé en décembre 1859 un traité avec Raphaël Félix (frère de la tragédienne Rachel) pour l’exploitation dramatique de ses romans. C’est dans un billet envoyé de Turin le 18 février 1863 que Dumas père proposait à son fils de faire une pièce ensemble à partir du roman Olympe de Clèves (paru en 1852). Dans une lettre envoyée de Naples vers le 15 mars 1863, Dumas père évoquait une cession de certaines de ses œuvres pour des adaptations, à l’exception des Mohicans de Paris (parus en 1854-1855) : « Je dois sur les Mohicans 2500 frs. à mad. Procher. Par conséquent, les Mohicans ne peuvent entrer dans la cession ». Le 20 mars, nouvelle question dans une fin de courrier : « Lis donc Olympe de Clèves et dis moi si tu n’y vois pas un drame ». Finalement créée en 1864, en même temps que Les Mohicans de Paris, la pièce Olympe de Clèves appartient donc au dernier théâtre de Dumas, préoccupé alors d’ultimes adaptations romanesques (Joseph Balsamo, achevé par son fils) ou shakespeariennes (Roméo et Juliette). On connaît plus de 200 lettres ou billets de Dumas père à son fils, sur près de quarante ans (1832-1870). Comme c’est le cas de ce billet, un nombre important de ces courriers  « témoignent des pratiques des écrivains quant à leur survie économique, jamais assurée, et illustrent ce qu’on pourrait nommer la gloire de Dumas »[1]

 1866 : THEOPHILE GAUTIER à son fils (inv. 490)

11-6-Gautier

Théophile Gautier (1811-1872), Spirite, Paris, Charpentier, 1866, édition originale. Envoi autographe : « A Théophile Gautier fils // Théophile Gautier père ».

La provenance : surnommé « Toto » par son père, Théophile Gautier fils (1836-1904), fils unique de l’écrivain, était un enfant naturel, né des amours de Gautier avec la belle Eugénie Fort (à qui l’écrivain refusa le mariage, le regrettant ensuite). Gautier reconnut l’enfant et fut toute sa vie très proche de lui : dans les années 1850, il l’amèna même dans ses voyages en Russie. Chef du cabinet de la presse au Ministère de l’Intérieur (1868), puis sous-préfet, enfin secrétaire du puissant ministre Eugène Rouher, Théophile fils fut lui aussi écrivain, remplaçant parfois son père pour l’écriture de ses feuilletons hebdomadaires. Germaniste accompli, il livra des traductions réputées, notamment du Wilhelm Meister de Goethe (1861), mais surtout des Aventures du Baron de Münchausen (1857), qui parut dans une édition demeurée célèbre, illustrée par Gustave Dorée. Ayant eu des enfants de son mariage avec Elise Portal, il fut inhumé aux côtés de son père, au cimetière de Montmartre.

L’œuvre : écrite six ans avant la mort de Gautier, Spirite est la dernière de ses treize œuvres fantastiques. Comme dans d’autres récits ou nouvelles antérieures (La Cafetière [1831], Omphale, histoire rococo [1834], La Morte amoureuse [1836] ou Arria Marcella [1852]), on retrouve le thème de l’amour d’outre-tombe (le présent roman étant très imprégné des théories métaphysiques de Swendenborg).

DSC00661

Vers 1867 : ALPHONSE DAUDET à sa femme (inv. 1650)

11-7-Daudet-1650-reliure

Alphonse Daudet (1840-1897), Le Roman du Chaperon rouge, Paris, Michel Lévy, 1862, édition originale. Exemplaire de Julia Daudet, épouse de l’auteur, dans une reliure peinte à son chiffre (Gayler-Hirou).

La provenance : fille de commerçants aisés, Julie Allard (1844-1940) épousa Alphonse Daudet, jeune auteur encore inconnu, en 1867. Elle devint vite plus qu’une compagne : une collaboratrice à l’influence très importante sur l’écriture des principaux romans de Daudet. Ce dernier l’avouait volontiers : « Pas une page qu’elle n’ait revue ou retouchée ». Edmond de Goncourt connaissait d’ailleurs parfaitement son rôle et l’admirait beaucoup pour cela, notant dans son Journal dès sa première rencontre avec les Daudet : « La femme écrit et je la soupçonne d’être l’artiste du ménage » (5 juin 1874). De fait, elle publia sous son propre nom des Impressions de nature et d’art en 1879, puis deux romans, L’Enfance d’une Parisienne et Enfants et mères en 1892. Après son mariage, Julia confia au relieur parisien Gayler-Hirou (spécialiste des décors encrés sur vélin, également employés par Barbey d’Aurevilly ou Banville pour des livres de leur bibliothèque) les ouvrages de son époux, les titres antérieurs à leur mariage étant sans envoi. Le présent volume (passé par la collection Etienne Cluzel) rentre ainsi dans une prestigieuse série dont le collectionneur Philippe Zoummeroff a sans doute réuni l’ensemble le plus impressionnant. Le catalogue de sa vente de 1999 présentait ainsi, de même provenance et dans le même type de reliure : Les Amoureuses et La Double Conversion (n° 375, textes précoces sans envoi), L’Evangéliste (n° 383, envoi), Les Rois en exil (n° 418, envoi), Rose et Ninette (n° 425, sans envoi), et Le Trésor d’Arlatan (n° 439, envoi)[4].

L’œuvre : troisième ouvrage publié par Alphonse Daudet, ce recueil de six saynètes comprenait : « Le Roman du Chaperon rouge », « Les Ames du Paradis », « L’Amour-Trompette », « Les huit Pendues de Barbe-Bleue », « Un concours pour Charenton » et « Les Rossignols du cimetière ». Histoire loufoque, l’œuvre-titre présente un petit Chaperon rouge assez déluré, ayant déjà lu sa propre histoire et n’en faisant qu’à sa tête, prodiguant des conseils décalés à un fou et à un écrivain perdus dans la fôret… Paru sans tirage de tête sur grand papier, ce volume a été vite considéré comme « rarissime, disent les catalogues, comme le « Roman du Chaperon rouge », que Daudet publiait chez Michel Lévy (1862) en le faisant imprimer chez Poupart Davyl » (Jules Claretie, Alphonse Daudet, 1883).

1874 : ALPHONSE DAUDET à ses oncle et tante par alliance (inv. 1652)

11-8-Daudet-1652-envoi

Alphonse Daudet (1840-1897), Robert Helmont – Etudes et paysages, Paris, Dentu, 1874, édition originale. Envoi autographe : « offert à mes amis Paul et Cécile Navoit, leur Grand Neveu Alph. Daudet ».

La provenance : fils de Jacques Navoit (1793-1866, industriel enrichi ayant acheté le château de Vigneux, village dont il était aussi le maire), Paul Navoit était l’oncle maternel de Julia Allard, l’épouse d’Alphonse Daudet. Ce dernier a toujours entretenu d’excellentes relations avec tous les membres de sa belle-famille (dans les premiers temps de leur mariage, le jeune couple passa ses vancaces dans le château de Vigneux). Paul Navoit exerçait comme commissaire-priseur à Paris dans les années 1860 et semble être décédé dans les années 1870. Son épouse et lui reçurent plusieurs livres dédicacés par Alphonse Daudet et parfois Julia, comme le prouvent deux autres livres en ma possession, revêtus du même type de reliures en demi-chagrin bronze[6].

L’œuvre : inspiré à Daudet par sa propre expérience pendant la Commune, le court roman Robert Helmont met en scène le personnage éponyme durant les cinq mois de la guerre franco-prussienne. S’étant cassé la jambe au début du conflit, il reste bloqué dans un vieux domaine de la forêt de Sénart, non loin de Paris, où il va vivre divers aventures, sur fond d’occupation militaire et de guérilla. Diverses nouvelles, en bonne partie inédites, accompagnaient ce récit.

1876 : FRANCOIS COPPÉE à sa maîtresse (inv. 1880)

11-9-Coppée-1880-envoi

François Coppée (1842-1908), Le Luthier de Crémone, manuscrit autographe signée, Milan, mars 1876. Envoi autographe : « A Eugénie Doche, ce manuscrit autographe est offert par son ami dévoué, François Coppée ».

La provenance : François Coppée avait rencontré la grande actrice Eugénie Doche (1823-1900), créatrice du rôle de la Dame aux Camélias (« quand une artiste a ce talent, elle devient une collaboratrice », avait affirmé Dumas fils) dès ses débuts littéraires et leur liaison avait beaucoup fait jaser, notamment en raison de leur différence d’âge (Goncourt parlant méchamment le 25 janvier 1876 de « l’accouplement d’un squelette avec un fœtus moisi »). Leur amour se changea en une amitié qui dura jusqu’à la mort d’Eugénie Doche. Coppée lui offrit toutes ses œuvres, dédicacées au fur et à mesure de sa carrière, ainsi que toute une série de manuscrits (pièces ou poèmes épars) qu’elle faisait relier de manière uniforme par Pierson, en vélin blanc avec titrage aux encres de couleur.

L’œuvre : issu d’un milieu modeste, François Coppée fut le poète populaire et sentimental de Paris et de ses faubourgs, des tableaux de rue intimistes, du monde des humbles : rencontrant un grand succès avec ses recueils et ses pièces, il devint archiviste de la Comédie-Française en 1878, puis fut élu à l’Académie française en 1884. Le Luthier de Crémone raconte l’amour malheureux d’un apprenti-luthier de génie, mais bossu, pour la fille de son patron. Bien qu’ayant gagné le concours qui devait le marier à la jeune fille, il décide, par esprit de sacrifice, de laisser la place à son rival. Ecrit à Milan en mars 1876, ce manuscrit est donc antérieur de deux mois à la première représentation de la pièce, donnée à la Comédie-Française le 23 mai 1876. Ayant reçu un accueil triomphal (selon un télégramme à Eugénie Doche : « Première hier. Hurlement. Très grand succès. Ecrirai détails. Amitiés »), la pièce fut imprimée peu après par Lemerre (tirage de tête : 12 Chine et 6 Whatman).

1876 : PIERRE LOTI à sa mère (inv. 1973)

11-10-Loti111-10-Loti211-10-Loti311-10-Loti4

Pierre Loti (Julien Viaud, dit…) (1850-1923), lettre autographe signée à sa mère Nadine Texier-Viaud, Constantinople, 14 septembre [1876], 4 pp. enveloppe conservée.

La provenance : épouse de Théodore Viaud, Nadine Texier-Viaud († 1896) avait déjà des grands enfants de dix-neuf et quatorze ans, lorsque le petit Julien vint au monde en 1850. Elle éleva son fils au domicile familial, assurant son instruction jusqu’à ses douze ans (après quoi il entra au lycée de Rochefort) : les liens fils-mère étaient donc très étroits.

Le texte : « Constantinople 14 sep[tem]bre. Une paire de gants de Suède, s.v.p. à deux boutons, 6 3/4 de femme. Mère aimée, Voici l’adresse que vous devrez mettre sur ma caisse ; vous paierez le port seulement jusqu’à Marseille (à domicile). La compagnie Fraissinet se chargera du reste ; vous leur écrirez un mot en même temps en donnant votre adresse, pour qu’ils puissent vous accuser réception de la caisse. (…) ». Il demande l’envoi de quelques vêtements : cravates, chemises, galons, en fournissant des demandes précises (dimensions, matière). Il demande aussi à sa mère de trouver « sur mon bureau un certain petit cahier cartonné, vous me l’enverrez aussi avec les papiers qu’il contient ; vous le reconnaitrez en le lisant ; c’est une espèce de dictionnaire tahitien manuscrit ». Il explique avoir besoin d’argent, suite à la perte de son portefeuille durant une randonnée à cheval. « Nous allons partir bientôt sans doute pour remonter le Danube ; ce sera un voyage de 3 semaines ; ne vous inquiltez pas du retard que mes lettres pourraient avoir ». Il termine sur un post-scriptum expliquait devoir verser 4 francs pour des « produits photographiques consomnés à l’école [de gymnastique de Joinville] ».

Le contexte : le 1er août 1876, affecté sur le navire Le Gladiateur, l’enseigne de vaisseau Julien Viaud arrive à Constantinople. En novembre, il s’installe dans le quartier Eyoub, sous le nom de Arif-Effendi ; deux mois plus tard, il débute une liaison passionnée avec une odalisque nommée Hadidjé, future héroïne de son premier roman Aziyadé (1879) qui fera découvrir positivement la culture turque en France. Relevons que le cahier de tahitien renvoit au séjour de deux mois de Loti dans les îles du Pacifique en 1872, durant lequel il gagnera le surnom de « Loti » (laurier-rose) dont il fera son pseudonyme et qui donnera la matière des romans Rarahu (1880) et Le Mariage de Loti (1882).

11-10-Loti5

1878 : THEODORE DE BANVILLE à son cousin (inv. 1023)

11-11-Banville

Théodore de Banville (1823-1891), Poésies complètes II, Paris, Charpentier, 1878. Envoi autographe : « A Léon de Banville / Avec ma plus chère affection / Son cousin / Théodore de Banville ».

La provenance : il faudrait en fait parler de petit-cousin, car ce Léon Faullain de Banville, fils d’Alfred de Banville (ingénieur civil), était le petit-fils d’un autre Léon, notaire de son état et oncle paternel du poète[7]. Il devait encore être enfant lorsqu’il reçut cet exemplaire. Il figurait dans le cortège lors de l’enterrement de l’auteur en 1891. Marié à Paris à une jeune Américaine (Miss Helene Nono) en janvier 1894, il mena une carrière d’industriel, comme administrateur et directeur de la « Société anonyme d’éclairage électrique départemental » à Moulins.

L’œuvre : surnommé « le poète du bonheur », Banville, auteur notamment des Odes funambulesques (1857), est l’un des poètes majeurs du XIXe siècle français. Ami de Hugo, Gautier et Baudelaire, découvreur de Rimbaud, il fut le trait d’union entre le Romantisme et le Parnasse, dont il fut l’un des principaux initiateurs. Cette « édition définitive » de ses poésies comprenait certains de ses plus célèbres recueils : Les Exilés, Odelettes, Améthystes, Rimes dorées, Rondels, Les Princesses et Trente-six ballades joyeuses.

A suivre, la semaine prochaine, dans la seconde partie de cet article : les relations familiales compliquées et souvent scabreuses d’Heredia, de ses filles et de ses gendres ; la parentèle emparticulée de Gide ; la triste histoire de Suzanne France, fille d’Anatole ; Barbusse et sa marraine (de guerre, bien entendu) ; etc.

Notes :

[1] Xavier de La Fournière, Lamartine, Paris, Perrin, 1990 (notamment pp. 249-256 et 284-311).

[2] Catalogue de la vente de la bibliothèque Philippe Zoummeroff et du château de Saint-Point Lamartin, Etude Piasa, Paris, Drouot, 20 avril 2005, pp. 73 à 82.

[3] Correspondance d’Alphonse de Lamartine (1830-1867), tome IV : 1842-1846, textes réunis, classés et annotés par Christian Croisille, Paris, éd. Champion, 2001.

[4] Etude Piasa, Bibliothèque Philippe Zoummeroff, Paris, Drouot, 28-29 avril 1999.

[5] Claude Schopp, introduction à Alexandre Dumas père, Lettres à mon fils, Paris, Mercure de France, 2008 (édition commentée des 200 courriers retrouvées de Dumas père à son fils).

[6] Lettres à un absent (Paris, Lemerre, 1871, EO, avec envoi : « A nos chers amis Paul & Cécile, Alphonse et Julia ») ; L’Evangéliste (Paris, Dentu, 1883, EO, avec envoi : « A notre chère tante Paul Navoit, Alphonse Daudet »).

[7] Sur les proches du poète, voir Raymond Lacroix, Théodore de Banville : une famille pour un poète – Biographie originale, historique et documentaire, Moulins, Imprimerie Potier, 1990.

MELANGES TIRES D’UNE PETITE BIBLIOTHEQUE (10) : SODOME ET GOMORRHE … AVÉ L’ASSEN, FATCHE DE CON !

SODOME ET GOMORRHE … AVÉ L’ASSEN, FATCHE DE CON !

Pécaïré, pas facile de passer l’hiver dans les brouillards et la neige… Alors pour se souvenir du ciel bleu azur et du chant des cigales, voici un brin de Provence couché sur papier, venu se blottir dans mes rayons il y a quelques mois : le tragique destin de Sodome et Gomorrhe, mais avé l’assen, sous la plume de Frédéric Mistral.

10-2-portrait

A partir de 1878, Frédéric Mistral (1830-1914), grand promoteur de la langue provençale et occitane, Prix Nobel de littérature en 1904 (l’un des quatre seuls récipiendaires récompensés pour une œuvre en langue régionale), entreprit la traduction en vers occitans du livre de la Genèse, à partir de la Vulgate latine de saint Jérôme. Année après année, le plus souvent sous le pseudonyme de Guy de Mount-Pavon, un chapitre était révélé dans l’Armana Prouvençau (Almanach provençal), la grande revue du mouvement félibrige, paraissant en Avignon. En 1910, les 50 chapitres finirent par voir le jour dans une édition trilingue (occitan, latin, français), parue chez Honoré Champion et sous le vrai nom de l’auteur cette fois.

10-3-titre

C’est donc le manuscrit autographe (signé par exception « Frédéric Mistral », et non « Guy de Mount-Pavon ») du chapitre XIX de cette Genèse provençale qui est entré depuis peu sur mes rayons. Le plus gros du manuscrit autographe est conservé au CIRDOC (Centre inter-régional de développement de l’occitan) de la « Mediatèca Occitana » de Béziers (cote : Ms 400). Il est toutefois lacunaire de plusieurs chapitres (1-3, 9-10, 12-14, le présent 19, 21, 23 et 27-29) qui doivent être conservés dans d’autres institutions ou dans des collections privées. La même institution biterroise possède par ailleurs les épreuves corrigées des trente premiers chapitres.

Mistral Genèse 1Mistral Genèse 2Mistral Genèse 3Mistral Genèse 4Mistral Genèse 5

Présentant de nombreuses corrections et repentirs, le présent manuscrit est donc celui d’un moment « croustillant » de la Genèse : le chapitre XIX, autrement dit l’accueil par Loth des anges, le mauvais sort que l’on veut réserver à ceux-ci, la fuite du vertueux citadin et la destruction des villes de Sodome et Gomorrhe. Mais même dans ces moments terribles, la langue provençale fait couler sa douce musique apaisante : bon exemple quand un des anges enjoint Loth à fuir (verset 22) :

– français : « Hâte-toi de t’y sauver, car je ne puis rien faire que tu n’y sois arrivé ».

– provençal : « Zou ! sauvo-te-ié lèu : pèr-co-que poudrai rèn faire d’aqui-que ié fugues intra ».

J’adore ce « Zou ! » spontané et chaleureux, qui semble complètement décalé dans le noir et tragique récit de l’annihilation de deux cités entières par la colère divine. Cela me fait irrésistiblement penser à Desproges et à son sketch sur l’intérêt des « accents toniques » : « C’est magnifique, la langue provençale, il coule une telle tendresse dans ces mots, cela sent le thym, le romarin, la farigoule, le verbe d’antan ». Et de poursuivre en parlant de son médecin originaire du Midi et doté de cet accent chantant, une aide considérable au moment délicat des diagnostics : « Il me regarde, avec sa bonne trogne méridionale qui s’illumine, et il me dit : « Oh putaing ! C’èst leu kansser ! ». Pour revoir ce moment :

https://www.youtube.com/watch?v=fs7BuvejdUA

(à partir de 6 minutes).

Allez, « adessias » à tous !

10-4-Mistral Nobel

MELANGES TIRES D’UNE PETITE BIBLIOTHEQUE (9) : POUR ENTRER DANS « LES CARACTERES », PRENEZ LES CLEFS…

POUR ENTRER DANS LES CARACTERES, PRENEZ LES CLEFS…

Précepteur du (très) turbulent petit-fils du Grand Condé, Jean de La Bruyère (1645-1696), moitié gentilhomme moitié domestique, avait longtemps été confronté à la proximité des grands et à l’atmosphère empoisonnée de la Cour : il y avait de quoi perdre toute illusion sur la nature humaine ! Aussi chercha-t-il le réconfort, ou au moins une philosophie de vie, chez les moralistes antiques, en premier lieu le Grec Théophraste. En traduisant l’œuvre de ce philosophe élève d’Aristote, La Bruyère fut tenté de poursuivre l’entreprise en analysant à son tour les vices et travers de son époque : composant des portraits moraux généraux ou pris « d’après nature » sur ses contemporains, il ébaucha ainsi le recueil connu sous le titre Les Caractères, ou les Mœurs de ce Siècle. Si la première mention du livre se rencontre dans une lettre de Boileau à Racine en 1687, le projet remontait sans doute au début des années 1670.

09-LB2

Exemplaire de la deuxième édition (1688)

La première édition vit le jour chez Etienne Michallet en mai 1688. A la traduction de Théophraste était ajoutée une suite, anonyme, de 418 maximes ou « caractères ». Le succès fut immédiat : le livre aurait été épuisé en quinze jours et il fallut donner deux nouvelles éditions dans la même année pour satisfaire le public. Pendant les huit années qui lui restaient à vivre, La Bruyère travailla à l’augmentation de son texte : des 418 « caractères » initiaux (1688), on atteignit, à terme, les 1’120 dans la neuvième édition (1696), posthume, mais encore « revue et corrigée » par l’auteur (et tout aussi anonyme que les précédentes). A part les deuxième et troisième édition, toutes les autres contenaient des ajouts plus ou moins importants, ainsi que des corrections aux textes déjà existants. La quatrième édition reçut ainsi 306 nouveaux caractères ; la cinquième, 141 ; la sixième, 77 (dont ceux du Distrait ou d’Onuphre, ainsi que le portrait de La Fontaine) ; etc. Réunir les neuf « éditions originales » de La Bruyère est donc un challenge des plus tentants pour le bibliophile amoureux du Grand Siècle, sans compter que des subtilités de tirage (par exemple, des passages modifiés en cours d’impression, d’où l’existence de « cartons » correctifs) viennent encore pimenter la recherche… Me manquent encore la première édition (notoirement rare et recherchée, d’où grosse cote) et la troisième (peu banale, elle aussi). A partir de l’importante quatrième édition (un très bel exemplaire dans un beau maroquin rouge du relieur Canape), ma série est ensuite complète, le plus souvent en reliure d’époque, en veau ou basane.

09-LB409-LB509-LB609-LB7 (3)09-LB809-LB9

Exemplaires des quatrième (1689), cinquième (1690), sixième (1691), septième (1692), huitième (1694) et neuvième (1696) éditions des Caractères, toutes anonymes et toutes sorties des presses d’Etienne Michallet, premier imprimeur du roi


Fin observateur de son époque, La Bruyère excella (surtout à partir de la quatrième édition) dans la confection de portraits brossés d’après nature, mais où la satire se trouve souvent teintée d’une indulgence amusée. Aussi, dans les cercles lettrés parisiens, chacun s’amusait à tenter de retrouver l’original derrière les masques de fantaisie : on croyait reconnaître, par exemple, Fontenelle ou Perrault dans Cydias, le bel esprit pédant. Ces cogitations se concrétisèrent vite sous la forme de « clefs » (simples noms ou petites notices éclaircissant le contexte d’une anecdote), compilées dans de minces recueils manuscrits ou plus généralement portées par les lecteurs dans la marge de leur exemplaire. Dans le présent extrait, tiré d’un exemplaire annoté de la septième édition (1691, provenance marquis de Gaillon) , on voit quelques dom juans et grandes dames légères être cités nommément dans les marges du chapitre « Des Femmes ».

09-LB6 (5)

Quant aux notes portées dans cet exemplaire de la dixième édition (1699), elles se rapportent à des artistes en vogue, à un dandy anglais et à un prélat avide d’honneurs. L’identification de ce dernier fut d’ailleurs corrigée : on pensa d’abord y voir un portrait de Bossuet (en raison du prénom Bénigne), c’était en réalité le cardinal Le Camus.

09-LB10-3

Diverses traditions (les plus célèbres étant la « Clef de 1693 » et la « Clef Cochin ») coexistèrent, présentant des variantes parfois importantes. Les développements explicatifs demandaient parfois plus de place que les marges des éditions ne pouvaient en fournir : on élabora donc des manuscrits séparés compilant de véritables notes critiques. Les plus élaborés se référaient, comme c’est le cas de ce manuscrit, à la huitième édition ou à la neuvième et dernière, révisée par La Bruyère juste avant sa mort en 1696. Dans le passage ci-dessous, concernant le chapitre « Des ouvrages de l’esprit », on lit différentes remarques impliquant les noms de Perrault, Boursault, Boileau ou Molière.

09-LB ms.Recueil manuscrit de « clefs » des Caractères. De format in-4°, il s’appuye sur la huitième édition (1694), mais a sans doute été calligraphié peu après 1696 : un curieux avant-propos évoque en effet la mort de La Bruyère, survenue « sine veneni supsicio ».

Arriva enfin une version imprimée : cette nouvelle « Clef » (souvent fantaisiste d’ailleurs dans ses identifications) vit le jour sous la forme d’un petit fascicule séparé, destiné à être joint à une contrefaçon bruxelloise des Caractères parue en 1697. D’autres versions devaient ensuite apparaître, d’abord sous forme de minces plaquettes placées à la suite de certaines éditions pirates françaises usurpant le nom de Michallet, puis sous forme de manchettes dans les premières éditions commentées du XVIIIe siècle (notamment celle donnée par Coste en 1731, rééditée tout au long du siècle).

DSC00625

Photo de famille : « bimbos » en reliures de maroquin bibliophilique XIXe ou de veau d’époque, « ancêtres » aux basanes demandant un lifting

Avant de quitter La Bruyère, une remarque sur certaines reliures d’époque recouvrant Les Caractères. Un nombre non négligeable d’exemplaires comporte, en queue, une frise alternant dauphins couronnés et fleurs de lys. Ce décor, trop souvent présenté comme en rapport avec le Grand Dauphin, semble en réalité être assez commun. Mais sa fréquence sur les reliures recouvrant le livre de La Bruyère est tout de même étonnante. Les catalogues d’enchères ou de libraires, anciens ou récents, en présentent avec régularité et je pourrais rajouter bien des cas aux trois exemplaires présentés ci-dessous. Affaire à suivre, sans doute…

DSC00618

MELANGES TIRES D’UNE PETITE BIBLIOTHEQUE (8) : HUYSMANS ET STOCK DANS LE STRESS DES DERNIERES EPREUVES

HUYSMANS ET STOCK

DANS LE STRESS DES DERNIERES EPREUVES

David Spurr et moi sommes en train de porter les dernières corrections avant maquettage à notre Frankenstein, créé des ténèbres, le catalogue de l’exposition éponyme, à l’affiche à la Fondation Bodmer ce printemps. Le planning est tenu, la collaboration avec les Editions Gallimard est idyllique, mais nul doute qu’il y aura tout de même quelques petites sueurs de dernière minute durant les relectures d’épreuves ! Cette dernière ligne droite réserve presque toujours des surprises et occasionne des montées d’adrénaline avant que n’arrive l’instant libérateur : la réception du livre achevé.

 Et il en est ainsi, même pour les grands auteurs, depuis les débuts de l’imprimerie. Pour illustrer mon propos, voici le cas d’un roman de Huysmans, En Route, dont j’ai pu acquérir il y a quatre ans les épreuves finales, comportant à la fois les interventions de l’auteur et de son éditeur, avec des instructions au troisième larron : l’imprimeur. Le tout compose un dialogue à trois parfois cocasse, avec un but commun : que l’ouvrage sorte à temps et sans coquilles !!! Partons donc un instant vers cette fin de l’année 1894, il y a un peu plus de 120 ans…

08-0-huysmans

I. L’élaboration difficile d’un « roman blanc » : En Route

Quatre ans après son célèbre Là-Bas, « roman noir » d’une plongée dans le monde du satanisme, Huysmans avait voulu mettre à nouveau en scène son double littéraire, Durtal, mais cette fois dans un « roman blanc », récit d’une rédemption. Comme son créateur, Durtal allait vivre une crise mystique qui devait déboucher sur son retour dans le giron de l’Eglise catholique. L’histoire de ce double cheminement, à la fois littéraire et autobiographique, est donc au cœur du roman En Route, dont les épreuves successives (ici les troisièmes et dernières) témoignent, par leurs nombreuses corrections, des errements et des hésitations de l’auteur dans ce tournant de sa carrière. Explorant l’univers de la mystique chrétienne, le roman En Route, récit du lent et douloureux retour de Durtal (et de Huysmans) vers la foi catholique, connut une genèse tout aussi difficile, dès 1892 : « Je travaille avec dégoût – et j’ai de fortes envies de tout foutre au feu, car ça me paraît bien médiocre ce que j’écris pour l’instant ». Selon sa correspondance avec son éditeur Pierre-Victor Stock (1861-1943) (le seul éditeur de Huysmans depuis que Léon Bloy les avait rapprochés), le romancier aurait remis son manuscrit durant la seconde quinzaine de septembre 1894. Il passa ensuite son mois de décembre à corriger abondamment les épreuves[1], remaniant et précisant son texte jusque sur le troisième jeu, comme dans cette énumération très bibliophilique des lectures pieuses emportées par Durtal dans sa retraite (pp. 200-201).

08-1-HUYSMANS

Pour Huysmans, la question épineuse avait été de trouver le ton juste, sans céder au mysticisme. Aussi avait-il tenté un « style gris », sec et sobre, bien en adéquation finalement avec son sujet. Les jeux d’épreuves corrigées témoignent des hésitations persistantes du romancier, ajustant sans trêve son texte par de subtiles et ténues modifications : dans ces troisièmes et ultimes épreuves, Huysmans éliminait ou au contraire introduisait quelques familiarités (« un mot cru dans une pensée délicate », disait-il à François Coppée), tout en veillant avec soin à supprimer tout terme sentant encore trop le registre dévot. Mais les termes mystiques demandent parfois d’être pesés à plusieurs reprises : sur cette p. 324, le « mariage céleste » disparaît, alors que « la Divinité » se voit remplacée par un plus déiste « céleste Infinité », encore transformé en un exalté « suradorable Infinité » (p. 324).

08-2-HUYSMANS

 II. Le trio auteur / éditeur / imprimeur dans le stress du bouclage

 Ce jeu d’épreuves met aussi en lumière les relations entre Huysmans et son éditeur. En tête de chacun des premières pages des liasses, une note du romancier réclamait à Stock un ultime jeu de contrôle, avec réponse pour bonne forme de l’éditeur. Ces échanges laissent apparaître quelques tensions entre les deux hommes, par ailleurs amis. Huysmans réclama pour finir une présentation en feuilles et non plus en pages recto-verso. Demande acceptée, non sans une note lapidaire de Stock : « Pourquoi ne l’avoir pas fait de suite ? V. Stock » (p. 293). Et plus, suite à la même demande du romancier : « Pourquoi toujours les 3es ép. en pages ? Cela nous oblige à en reprendre une 4e V. Stock» (p. 307).

08-3-HUYSMANS

L’étape finale de ces épreuves était l’atelier de l’imprimeur et ce va-et-vient continuel de corrections et de nouveaux tirages à relire, en s’éternisant, créait aussi quelques frictions avec le typographe. L’imprimeur dijonnais employé par Stock, Darantière, se trouva donc lui aussi pris à partie par Huysmans : « Darantière se fiche-t-il de nous, à la fin ? Voilà une semaine qu’il n’envoie plus d’épreuves » (lettre à P.-V. Stock du 5 décembre 1894). Stock lui-même se laissa aller à quelque humeur, dans une marge des épreuves retournées : « 16-1-95. Une nouvelle épreuve et veillez bien aux corrections qui sont faites en dépit du bon sens.Vous faites les corrections indiquées, mais vous laissez la moitié des mots supprimés. P.-V. Stock ».

08-4-HUYSMANS

La plupart des corrections, notes, modifications et remarques indiquées sur ce dernier jeu seront finalement bien prises en compte pour l’édition imprimée (sortie en librairie le 23 février 1895, avec un tirage de tête de 12 Japon et 50 Hollande), mais on relève quelques intéressantes variantes demeurées inédites par rapport au texte final. Quant au sort ultérieur de ce mince jeu d’épreuves, j’ai pu le retracer de manière assez précise : conservé dans la bibliothèque du Dr. Lucien-Graux en compagnie des deux premiers jeux d’épreuves, il passa ensuite dans deux grandes collections consacrées aux auteurs français du XIXe siècle : celle de « Mme D. » et surtout celle du colonel Sicklès. Lors d’une vente ultérieure, le prof. Dominique Millet avait pu examiner ces épreuves et en donner une analyse détaillée dans son édition du roman parue en 1996.

 –

Description : Joris-Karl Huysmans (1848-1907), En Route, troisièmes épreuves corrigées, in-8°, [pp. 192-341 et 357-372], en plusieurs jeux d’épreuves reliés à la suite. Demi-reliure de maroquin noir à coins, dos lisse, titre doré, non rogné (René Aussourd). La pagination est continue pour les 5 premiers jeux (pp. 197 à 341), puis, après une lacune (?), reprise de la p. 357 à 372 en pages recto uniquement comme demandé par Huysmans.

Provenance : Dr. Lucien-Graux (1878-1944, médecin, bibliophile et résistant) (ex-libris doré sur maroquin noir ; cat. vente, 9e partie, Paris, 26 juin 1959, n° 130) ; Mme D. (vente « Poètes et romanciers – Editions originales et autographes », Paris, Drouot, 23-24 avril 1975, n° 174) ; colonel Daniel Sickles (1904-1989) (cat. vente, XVe partie, Paris, Drouot, 18-19 nov. 1993, n° 6436) ; [vente « Autographes et livres anciens et modernes », Drouot, 13 juin 1994, exp. J. Vidal-Mégret et D. Gomez] ; Librairie Walden (Hervé Valentin, Paris, 2011).

Bibliographie :

  • Joris-Karl Huysmans, En Route, éd. par Dominique Millet, Paris, Gallimard/Folio, 1996 (notamment pp. 562-567).
  • Marc Smeets, Huysmans, l’inchangé – Histoire d’une conversion, Amsterdam / New-York, Rodopi, 2003.
  • Notice sur le site de l’exposition Le Lecteur à l’œuvre (Fondation Martin Bodmer, 2013) : http://lelecteuraloeuvre.boocs.ch/main.php?id=1_9

[1] Reliées en maroquin bleu par Marius Michel, les premières et deuxièmes épreuves d’En Route avaient également appartenu à la collection Lucien-Graux (3e vente, 1956, n°17, 25’000 frs.). Je n’ai pas réussi à en retrouver une trace ultérieure en vente publique ou catalogue de libraire.

MONETA (7) : OTHON, L’EMPEREUR DONT LA MORT EXCUSA LA VIE

OTHON, L’EMPEREUR DONT LA MORT EXCUSA LA VIE

Ah, voilà un zèbre pas facile à trouver, mais il est enfin arrivé sur mes plateaux, sous la forme d’un joli denier d’argent en provenance directe de Zürich ! Ça ne m’étonne d’ailleurs qu’à moitié : sous ses dehors proprets, cette ville n’a-t-elle pas eu longtemps (du moins en Suisse) une réputation quelque peu sulfureuse, en raison de certaines populations nocturnes interlopes (sexe, drogue et re-sexe) ? Nul doute que cette ambiance aurait parfaitement plu et convenu à cette bonne vieille crapule d’Othon ! Du moins dans sa jeunesse, car l’exercice du pouvoir, contrairement à bien des souverains, devait le bonifier. Revenons rapidement sur les étapes de son parcours étonnant, occasion aussi de retracer cette terrible première « Année des Quatre Empereurs », l’année 69 (qui, à défaut d’être érotique, ébranla l’Empire).

 –

07-Othon denier 1

Denier d’Othon[1]

I. Un jeune homme mauvais sous tous rapports

D’origine étrusque et de rang équestre, la famille Otho avait atteint les marches du pouvoir grâce au grand-père du futur empereur, Marcus Slavius Otho, devenu proche de Livie (la puissante épouse d’Auguste) et bombardé sénateur grâce à cette protection. Une génération plus tard, Licius Otho, père de « notre » Othon, fut désigné consul en 33, avec pour collègue un certain Galba (une cruelle ironie de l’histoire, nous le verrons plus loin). Ce Lucius fit une brillante carrière sous Tibère, Caligula et Claude (qu’il sauva d’un complot d’assassinat). Bref, c’est dans une des premières familles de l’Empire que Marcus Salvius Otho, plus connu dans l’Histoire sous le simple nom d’Othon, vit le jour en 32. D’après ses principaux biographes (à savoir Suétone, dans les Vies des douze Césars [livre VII], et Plutarque, dans Les Vies parallèles [livre XVII]), Othon se montra un jeune garçon fort indiscipliné, obtenant de ses précepteurs plus de coups de badine que de leçons. Adolescent précoce, il mit un point d’honneur à découcher toutes les nuits ou presque pour aller se livrer, avec des camarades de la jeunesse dorée, aux pires débauches que l’Urbs, prodigue en la matière, pouvait fournir.

 –

07-Gracchus Quiquilfus

Durant sa jeunesse dissipée, Othon devait un peu ressembler au personnage de Gracchus Quiquilfus dans l’album d’Astérix, Les Lauriers de César !

 II. Un maître décadent à la cour de Néron

De tels mérites ne pouvaient que s’épanouir sous le règne de Néron. Pour approcher l’empereur, le fringant Othon se serait glissé dans le lit d’une servante du palais, vieille et décatie, mais ayant accès à l’entourage immédiat du souverain… A vrai dire, cette réputation de gigolo à boniche a sans doute été fabriquée de toutes pièces (un jeune et riche patricien comme Othon avait bien d’autres moyens d’approcher Néron), mais elle en dit long sur le peu de moralité prêté au jeune homme. Devenu un proche de l’empereur, on le décrit comme son compagnon de débauche. Certains auteurs antiques prétendent même qu’il fut son maître ès turpitudes, l’accusant d’avoir initié son maître à une bisexualité débridée. Ce qui est sûr, c’est que Néron découvrit les bas-fonds de Rome grâce à Othon, qui courait la gueuse avec frénésie dans tous les bordels possibles. Il compensait un physique peu gracieux par des coquetteries qui faisaient blêmir les sévères tenants des antiques mœurs romaines :

« Il était de petite taille, mal planté sur ses pieds, avec des jambes cagneuses ; [mais] il avait des coquetteries presque féminines, car il se faisait épiler et, comme ses cheveux étaient rares, il portait une perruque si bien faite et si exactement ajustée que nul ne s’en apercevait ; bien plus, il se rasait tous les jours et s’appliquait ensuite sur le visage de la mie de pain mouillée, habitude qu’il avait prise dès sa première pousse de barbe, afin de ne jamais en avoir » (Suétone)

La confiance de Néron pour son ami/amant était telle qu’il confia à Othon sa maîtresse Poppée, lui demandant de l’épouser et de la garder sous le coude, le temps pour lui de se débarrasser à la fois de sa mère (la dure à cuire Agrippine) et de sa « légitime » (la malheureuse Octavie, fille de l’empereur Claude). Mais une fois ces petites opérations familiales accomplies, Néron eut bien du mal à récupérer la femme de ses rêves : Othon, préfigurant les banquiers helvètes des années (19)50, ne voulait pas rétrocéder le « dépôt » fait en toute confiance. S’était-il sincèrement pris au jeu du mari aimant ou, plus cyniquement, souhaitait-il faire monter les enchères des contreparties ? Les historiens n’ont pas tranché. Toujours est-il qu’il osa refuser sa porte aux envoyés de l’empereur, lequel dut se déplacer en personne pour tambouriner sur l’huis. Néron, c’était un peu comme Poutine aujourd’hui : on pouvait l’énerver, mais il fallait une bonne mutuelle. Othon aurait pu laisser la vie à ce petit jeu, mais il faut croire qu’il n’avait pas totalement épuisé son crédit : il écopa de la peine minimale, l’exil. Dès son mariage cassé et celui de Néron et de Poppée célébré, en 59, Othon fut expédié en Lusitanie pour y jouer les gouverneurs, avec interdiction de reparaître à Rome.

 –

Néron1

Denier de Néron

III. Gouverneur de province, mais toujours rebelle

Néron ne semblait pas se faire grande illusion sur les compétences administratives de son ancien ami, puisqu’il l’envoya dans ce trou perdu « sous prétexte de gouverner la province » (selon Tacite, Histoires, I, 13). Mais il avait tort : Othon se fit parfaitement à la morue et se révéla même, à l’usage du pouvoir, un très capable administrateur. Même le sévère Tacite dut reconnaître sa capacité à gérer son territoire « avec bonté », un jugement confirmé par Suétone : « Il administra sa province pendant dix ans en qualité de questeur, avec une modération et un désintéressement remarquable » (portrait qui, en creux, en dit long sur les pratiques coutumières des autres gouverneurs, qui ressemblaient souvent à des sangsues géantes, tyranniques et corrompues). Il faut dire qu’Othon avait été à bonne école, et ce à double titre : d’un côté, sa famille de grands commis d’Etat, toute entière dévouée à la gestion de la res publica, lui avait fourni un modèle d’élite ; de l’autre, sa fréquentation des bordels, des bas-fonds et de la cour néronienne avait dû lui aiguiser férocement le regard sur la nature humaine et ses travers…

Fin 67, en Gaule, un gouverneur de province, Caius Julius Vindex, souleva ses légions dans une révolte contre la tyrannie de Néron, appelant à la rescousse les légions d’Espagne, menées par un vieux sage unanimement respecté : Galba. Après avoir tergiversé, ce dernier rallia la cause rebelle et en devint le chef l’année suivante, lorsque Vindex fut écrasé par les troupes loyalistes près de Besançon. Othon accompagna le mouvement, soi-disant pour venger l’humiliation reçue dans l’affaire Popée. En réalité, et de manière plus pragmatique, il n’avait sans doute pas le choix… Dans sa lointaine province lusitanienne, isolé de Rome par les troupes rebelles, faire acte de loyauté était impossible et cela ne lui aurait sans doute rien rapporté : son nom aurait été parmi les premiers sur les listes de proscription, en cas de victoire de Néron. Mieux valait jouer son va-tout sur Galba, d’autant que celui-ci, âgé, n’avait pas d’héritier : Othon pouvait donc passer pour le dauphin légitime, à une marche près du trône.

 –

07-Galba

Denier de Galba

 IV. Héritier du trône ? Oui, oui … mais non !

Bon calcul ! Après le suicide de Néron (9 juin 68) et l’extinction de la lignée julio-claudienne, Galba fut acclamé empereur par les légions et les troupes prétoriennes, Othon en coulisse. L’enthousiasme chuta vite devant l’avarice âpre et les erreurs séniles du nouveau César, qui parvint à se mettre à dos ses anciens partisans et la population romaine en un temps record. Tacite a accusé Othon d’avoir sapé le pouvoir du nouvel empereur en se faisant bien voir des militaires (avec des largesses qui vidèrent d’ailleurs ses finances personnelles), mais cela n’est pas du tout certain : le jeune prétendant avait du temps devant lui et nul besoin d’accélérer la succession. C’est du moins ce qu’il croyait ! En janvier 69, devant les rumeurs de soulèvement des légions de Germanie, Galba décida de légitimer son successeur : il désigna Oth…, ah non, ce fut finalement le jeune Pison, jeune oison de bonne et antique famille patricienne romaine !

Dire qu’Othon fut déçu est un chouia en dessous de la réalité ! Après avoir tout sacrifié pour soutenir la cause de Galba, il se voyait à deux doigts de tout perdre. Par chance, il venait d’engranger un providentiel pot-de-vin d’un million de sesterces, qu’il mit à contribution pour gagner à sa cause les prétoriens. Coup de chance, ces derniers l’avaient très mauvaise, depuis que Galba leur avait refusé un donativum (prime), en leur assenant : « J’ai coutume d’enrôler les soldats, pas de les acheter ». Ouh, mauvaise réponse, faut pas jouer avec les acquis sociaux, surtout quand les fonctionnaires en question sont équipés de glaives ! Le 15 janvier 69, sortant du palais impérial sous prétexte d’un séjour à la campagne, Othon gagna le camp de la garde prétorienne et s’y fit reconnaitre empereur, promettant aux soldats et à la foule tout ce qu’on voulait (pour l’heure, cela ne lui coûtait rien : il était ruiné !). Quelques heures plus tard, Galba et Pison étaient massacrés dans l’allégresse.

 V.  Précarité de l’emploi : un CDD de trois mois … comme empereur

Ayant pris en mains les rênes de l’Empire, Othon se montra à nouveau bon administrateur et surtout très habile politique. Soucieux de s’assurer sinon la loyauté, du moins la sympathie des prétoriens et du peuple, il se livra à une réhabilitation totale de son ancien ami Néron, levant la damnatio memoriae, redressant ses statues et faisant poursuivre les travaux de la luxueuse « Maison dorée » du défunt empereur (avec le débloquement d’un crédit de 50 millions de sesterces tout de même : une politique de prestige est toujours bienvenue pour épater le badaud et puis quand le bâtiment va…). En effet, il ne faut pas oublier que Néron, honni par le Sénat et l’aristocratie, était en revanche adulé par la plèbe : Othon, parfait « communicant », souhaitait récupérer ce « capital sympathie » (pour reprendre le jargon actuel des attachés de cabinet). Aussi, comme le rapporte Suétone, « la populace l’appela Néron et, lui, il ne fit rien pour s’y opposer ». Par ailleurs, pour amadouer le brillant général Vespasien (qui réprimait pour l’heure quelque révolte juive), il rétablit dans ses fonctions de préfet de Rome, Flavius Sabinus, frère du militaire.

Mais ces tours de passe-passe ne marchèrent pas avec tous les tribuns et toutes les légions. Celles de Germanie, qui avaient écrasé Vindex, se trouvèrent injustement exclues du gros gâteau des donativi et proclamèrent empereur leur général, l’obèse Vitellius. Ces troupes, les plus aguerries de tout l’Empire, fondirent sur l’Italie à marche forcée, passant à la fois par le col du Grand-Saint-Bernard et par celui du Mont-Genèvre. Othon dut quitter Rome dès le 14 mars 69 pour se porter à leur rencontre. Les forces en présence étaient à peu près équilibrées, mais le conseiller militaire d’Othon, le général Suetonius Paulinus, lui conseilla d’attendre le renfort des légions danubiennes fidèles à sa cause, afin d’écraser plus sûrement les troupes rebelles. Othon refusa d’attendre, avec un argument étonnant : il préférait régler au plus vite ce soulèvement, afin d’éviter le pourrissement du conflit et l’enlisement de la péninsule italienne dans les affres de la guerre civile.

De fait, les premiers événements semblèrent donner raison à Othon : ses troupes  remportèrent les deux premières batailles, sans qu’elles soient pour autant décisives. Mais le sort des armes finit par tourner. Le 14 avril 69, la troisième bataille, dite de Bedriacum (aujourd’hui Canneto sull’Oglio, en Lombardie), fut en revanche déterminante. Les 50’000 hommes d’Othon (Legio I Adiutrix et Legio XI Claudia) furent surpris en terrain découvert par les 70’000 soldats menés par Vitellius et ses fringants généraux (Legio I Italica et Legio V Alaudae). L’affrontement tourna au carnage total et, à la fin de ce combat fratricide, pas moins de 40’000 hommes restaient sur le terrain. Le spectacle ne parvint toutefois pas à couper l’appétit de ce glouton de Vitellius qui aurait affirmé, devant les corps en décomposition : « Le cadavre d’un ennemi sent toujours bon, surtout celui d’un concitoyen » (dixit Suétone).

 –

07-Vitellius

Denier de Vitellius

VI. Une fin digne d’un héros grec (ou romain)

La grandeur, dans toute cette boucherie, c’est du côté d’Othon le débauché, le fornicateur, le maquereau, le mari complaisant, le corrompu, le corrupteur, le régicide, qu’il faudra aller la chercher. Eh oui, c’est par son comportement dans la défaite et par sa mort que ce damné va gagner la rédemption et trouver la grâce auprès des historiens et de la postérité. Ni Galba, ni encore moins Vitellius auront cette chance parmi les trois autres souverains malchanceux de cette « Année des Quatre Empereurs » !

Battu, Othon n’était pourtant pas perdu. Il possédait encore de nombreuses légions en réserve, en Italie du sud, dans la région du Danube et en Orient. Lui-même pouvait faire retraite vers Rome, réorganiser ses troupes et repartir à l’assaut. Il le pouvait, il ne le voulut pas, et pour de nobles raisons. Suétone a laissé un témoignage digne de foi, tenu de son propre géniteur : « Mon père, Suétone Lénis, servait dans la treizième légion en qualité de tribun augusticlave. Il disait souvent qu’Othon, n’étant que simple particulier, avait tant de dégoût pour la guerre civile, qu’un jour, à table, entendant parler de la mort de Cassius et Brutus, il en fut écœuré, et qu’il n’aurait pas attaqué Galba s’il avait cru devoir provoquer un combat ». Il avait voulu forcer le destin par une bataille décisive ; celle-ci perdue, il jugeait bon de supprimer la source du conflit avec sa personne, donnant ainsi un exemple à tous les dirigeants à venir. Ayant donc décidé de se supprimer pour étouffer la guerre civile, il « exhorta son frère, le fils de son frère et chacun de ses amis à prendre le parti qui leur semblerait le plus convenable. Ensuite, il les serra contre son cœur, les embrassa, et enfin, il les renvoya tous. Puis, se retirant à l’écart, il écrivit deux lettres, l’une à sa sœur pour la consoler, l’autre à Statilia Messalina, la veuve de Néron, qu’il avait voulu épouser. Il lui recommanda le soin de ses funérailles et de sa mémoire. Ensuite il brûla toutes ses lettres afin de ne mettre en danger personne ou d’être à l’origine de motifs d’accusation quelconques, et distribua à ses serviteurs l’argent comptant qu’il avait à sa disposition. [Alors que certains étaient déjà pris à partie comme déserteurs il déclara :] « Ajoutons encore cette nuit à ma vie ». Telles furent ses propres paroles et il défendit que l’on fît du mal à personne. Son appartement resta ouvert jusqu’au soir, et il reçut tous ceux qui voulaient le voir. Il but ensuite de l’eau fraïche pour étancher sa soif, prit deux poignards, dont il essaya les pointes, en glissa un sous son oreiller, et, après avoir fermé sa porte, s’endormit d’un sommeil profond. [Le 16 avril 69,] il s’éveilla au point du jour et se tua d’un seul coup de poignard au-dessous du sein gauche. On accourut dans sa chambre au premier cri qu’il proféra, et il expira tantôt dissimulant, tantôt découvrant sa plaie » (Suétone). Plutarque parle pour sa part d’une épée plantée dans l’estomac, mais bon, à ce détail près, le résultat fut le même.

Là où les sources antiques s’accordent totalement, c’est au sujet de la vénération qui suivit ce trépas. « Tous ses serviteurs se mirent aussitôt à crier, et bientôt, tout le camp et toute la ville retentirent de pleurs. Les soldats aussi, accourus à grand bruit à la porte de sa demeure, se prirent à pleurer à chaudes larmes, se disant entre eux qu’ils n’étaient que des lâches pour avoir si mal protégé leur empereur contre lui-même et n’avoir pas pu empêcher qu’il se tuât pour eux. C’est ainsi qu’il n’y en eut pas un seul qui s’éloignât de son corps, bien que l’ennemi se rapprochât dangereusement. Au contraire, ils l’enveloppèrent pieusement dans un linceul, construisirent un bûcher, et le conduisirent avec tous les honneurs militaires jusqu’au lieu de son incinération, les plus heureux étant ceux des soldats qui portaient le lit funéraire. D’autres soldats s’approchaient à genoux pour baiser qui sa plaie, qui ses mains ; d’autres encore, qui ne pouvaient s’approcher, le saluaient dévotieusement de loin. D’autres enfin se tuèrent devant le bûcher dès que l’on y eût mis le feu (…) » (Plutarque).

 La mort d’Othon, un peu avant ses 37 ans et au terme de 95 jours de règne, ne régla pas pour autant la guerre civile qui devait encore durer huit mois, le temps nécessaire pour le général Vespasien de s’inviter dans la danse, de revenir de Palestine et de liquider le flasque et cruel Vitellius, instaurant la dynastie brillante des Flaviens. L’ « Année des Quatre Empereurs » (Galba, Othon, Vitellius, Vespasien) se refermait avec un retour de la Pax Romana. Sous les Flaviens et les Antonins, l’éphémère empereur Othon dérouta les historiens, qui se trouvaient confrontés avec à un personnage atypique, ne rentrant pas dans leurs grilles très binaires. Car dans ce corps quelque peu ingrat, sous sa moumoute et ses falballas de grande « folle », et en dépit d’un niveau moral souvent digne du caniveau, s’étaient trouvés réunis les qualités d’un vrai dirigeant et le cœur ferme d’un vieux Romain des temps héroïques. Pas facile à avaler pour un Tacite ou un Plutarque[2], et pourtant ainsi fut Othon !

 –

07-Vespasien

Denier de Vespasien

En guise de post-scriptum : en regardant le profil d’Othon sur ses deniers, avec ses cheveux soigneusement ondulés, je me suis toujours surpris à siffloter les premières notes de la musique du Parrain, tellement cette coupe de cheveux (ou de perruque) me faisait penser au style capillaire de certains mafiosi des années 1930, gomina incluse. A titre de preuve, voici une comparaison entre notre éphémère empereur romain et un célèbre roi (de la pègre), Salvatore Luciana, dit Lucky Luciano (1897-1962), le deuxième capo di tutti capi de la Mafia américaine. « Etonnant, non ? », aurait conclu le regretté Monsieur Cyclopède.

07-Othon-Luciano1

Empereur romain vs. roi de la pègre italo-américain


[1] Othon, denier d’argent, janvier-février 69. A/ : IMP M OTHO CAESAR AVG TR P (Imperator Marcus Otho Cæsar Augustus Tribunicia Potestate) ; R/ : SECVRITAS P R (Securitas Populi Romani). Ce type, ne portant pas la marque du grand pontificat, est antérieur au 9 mars 69. La première émission a été frappée entre la fin janvier et le début février de l’année 69. Le revers est symptomatique d’une grande période de crise : la Sécurité du peuple romain est exaltée à un moment où othon se retrouve isolé avant sa confrontation avec Vitellius. Les exemplaires de la première émission semblent plus rares que ceux de la seconde émission (qui vit la disparition du prænomen Marcus dans la titulature et qui commence en février pour se terminer le 9 mars 69). Indice de rareté : R2.

[2] En revanche, Pierre Corneille trouva le sujet assez fascinant pour lui consacrer une tragédie, Othon, représentée pour la première fois à Fontainebleau devant la Cour en août 1664, puis en l’Hôtel de Bourgogne le 5 novembre 1664 (édition originale en 1665). Dans cette pièce, le dramaturge a employé l’habituel lexique héroïque, mais en y injectant une bonne dose d’hypocrisie et de mesquinerie de cour et de pouvoir : un texte à (re)lire !

MELANGES TIRES D’UNE PETITE BIBLIOTHEQUE (7) : TAMBOURS ET TROMPETTES, V’LÀ « LES FANFARES » !

TAMBOURS ET TROMPETTES : V’LÀ LES FANFARES !

Chambéry, 1613. Il sort des presses de Louis Du Four, très officiel « Imprimeur de S. A. [le duc de Savoie]»[1], un petit ouvrage en prose et vers doté d’un assez ridicule titre à rallonge : Les Fanfares et courvees abbadesques des Roule-Bontemps de la haute & basse Coquaigne, & dependances. Comme toutes les impressions savoyardes, le volume est des plus rares, mais cet ouvrage se réclame également par la bizarrerie et l’intérêt cocasse de son contenu, par le mystère qui entoure toujours son auteur et enfin par la manière dont il fut « redécouvert » au XIXe siècle et propulsé, un peu par hasard, au rang de  véritable mythe de la bibliophilie moderne. Trouvé dans un carton de vieux bouquins, entre un tome dépareillé des Sermons de Bourdaloue et un bréviaire XIXe à l’usage d’Annecy, l’un des dix exemplaires connus a trouvé refuge dans ma bibliothèque, il y a maintenant près de quinze ans : bonne occasion de présenter quelques éléments sur ces « merles blancs » légendaires !

 –

 07-Fanfares

Le dixième exemplaire connu, découvert en 2001

 I. Une aimable fantaisie littéraire « made in Savoie »

Petit in-octavo de [VIII]-168 pages, l’œuvre s’ouvre, dans la grande tradition du temps, sur une dédicace de l’ « auteur » à une éminente personnalité locale, en l’occurrence Pierre Favier, conseiller ducal et avocat général au Souverain Sénat de Savoie (cour de justice suprême). Le propos est pourtant moins que sérieux ! Mélange de textes souvent burlesques en vers et en prose, le recueil constitue un bon exemple de ces ouvrages populaires de veine rabelaisienne, le prétexte et le thème directeur étant le Carnaval, par excellence fête des fols et de tous les renversements des valeurs. Les divers textes démontrent une bonne connaissance et une grande pratique de la littérature burlesque du temps, ces livres dits « de hautle gresse » : la scène de dispute des philosophes semble par exemple tirée du Moyen de parvenir, dont la première édition parut en 1610. Sans présenter le détail de l’ensemble des onze textes[2], voici quelques éléments sur les plus importants :

–          les « Extraits des archives de la basoche de rovle-bontemps, et sentence définitive contre sieur Carnaval, & execution d’icelle » (pp. 13-39). Sous la forme d’un procès burlesque en vers, c’est le traditionnel affrontement du sévère Carême contre le festif Carnaval qui est mis en scène, les deux adversaires avançant l’un après l’autre leurs arguments. Ainsi donc, dans les « Extraits des archives… », le joyeux Carnaval passe une fois encore en jugement, assisté de ses avocats, « bouchers, cuy-tripières, marmitons & goulus taverniers (…), gens de feu, gens de pot, de broche, de couteaux, de grille, de lardoir, se rangeant au rooleau » (pp. 13-14). Son accusateur : « Quaresme efflanqué » à la « maigre mine » (p. 14) qui, tel un procureur, tonne contre les abus et débauches de Carnaval, infractions contre « la loy De Ventre, Digestis Edendo, forgée en s’abbreuvant du tiltre Bibendo » (p. 35). C’est l’application de l’anti-hédonisme par excellence : « Pourquoy tant mignarder notre charnel phantosme, ce nain petry de boue & le jouet du fort, ceste feuille à tout vent, c’est l’ombre de la mort, [un] sepulchre portatif (…) » (p.30). La peine sera sévère : une « quarantaine » en cellule chez les Chartreux que l’auteur semble considérer comme les séides vivants du sévère Carême (rappelons en effet que l’ordre cartusien était sans doute l’un des plus sévères et rigoristes qui soient). On peut donc retrouver dans ces textes savoyards de nombreux indices du style rabelaisien. Ainsi, l’utilisation de nombreuses accumulations et anaphores (voir les pages 7/8/9 avec le terme « vieille » et l’accumulation des cuisiniers des pages 13-14). Ou encore la présence de fausses indications bibliographiques, détournement et usage parodique des connaissances humanistes que l’on recontrait déjà chez Rabelais : « septième livre des histoires du sieur Merlus de Cocquayaz, oracle des historiographes » (p.45 : selon Gustave Brunet, il faut y reconnaître le nom de Merlin Coccaie, pseudonyme employé par Folengo pour mettre à jour l’Histoire macaronique) ; « Galien & Aristote, au livre des grosses et grasses Morales, I. chapitre chapitrant » (p. 95) ; « Cicéron, au livre cinquième de sa divination, section première du fromage à 24 sols la livre » (id.) ;  « l’abbé Martial, en son traité des universaux & catégories drolatiques, & des individus vagans de l’Abbaye, au feuillet raté, livre premier, chapitre second, en son enten-trois » (p. 168).

–          l’Apologie problematiquement carnavalisée, de la bonne filette Zophire, sur le dialogue fuyant (pp. 45-94). Ce texte en prose nous décrit la rencontre au sommet des plus grands philosophes, penseurs et littérateurs de l’Antiquité gréco-latine, pour une sorte de colloque qui leur permet de confronter les doctrines et théories. On croise donc, sans respect pour la chronologie, Diogène et Lucien (p. 47), Platon, Euripide, Démocrite, Héraclite, Socrate (p. 54), Pline second, Empédocle, Pythagore, Aristippe, Thalès (p. 55-57), et quantité d’autres auteurs de même pointure. C’est surtout l’occasion de tourner en dérision les « philosophes » et de se moquer des querelles spécieuses qui opposent souvent les grands esprits sur les sujets les plus futiles, ce qui donne lieu à des passages assez savoureux. Cela débute par « mille & mille intrigues de questions », dans une sorte d’ « escrime » oratoire et rhétorique de plus en plus violente : « [il y avait un] qui vouloit gager dix escus que les couleurs n’estoient point couleur. […] Et pour cinq sols qu’il est dedans, et pour cinq sols qu’il est dehors, comme au jeu des Bohémiens. Sur ce venoit un tiers enchérisseur, disant, et pour dix sols, qu’il n’était ni dedans, ni dehors ». Pour finir, les humeurs s’exacerbent : «  En façon que leur paffion augmentée à fe chamailler par arguments, il fallut pour conclufion employer la Dialectique de Zenon (qu’estoit le poing ferré) & l’appliquer à la figure de Ferio en donnant une bonne gormade à fon compaignon. Et ailleurs, on vint à fe fervir de la figure Barbara, empoignant la grande barbe philofophique de fon adverfaire ; d’autres fe fervirent de la figure Barroca & sauterent à une grosse barre qu’il y avoit près de la porte pour en frotter les oreilles de leur homme, pour luy reveiller la memoire […] Quant une quinzaine de philofophes eurent commencé l’efcarmouche, les autres fe vont reffouvenir de leur axione philofophique : Qui n’a point de cholère, n’a point d’esprit […]. Le plus gros danger estoit pour les pauvres Stoiciens, qui n’osoient violer leur précepte : Que le fage ne fe doit efmouvoir que rien ne luy arrive : tellement que quand on les tarabuftoit & teftonnoit, ils ne faisoient que ioindre les efpaules, fans fe remuer de leur place » (pp. 62-63).

–          le « Dialogue en rithme françoise et savoisienne » (pp. 95-144). Cette sorte de saynète savoureuse et haute en couleurs s’organise en six mouvements (prologue, quatre actes, épilogue) et fait  intervenir six comédiens : un narrateur pour le prologue et l’épilogue, Naïde et Glaurinde, deux commères et voisines, Zophyre, la chambrière de Glaurinde, et enfin Damon et Phillis, voisins de Glaurinde. Comme dans bien des comédies (de Molière à Marivaux), le ressort de la pièce tourne autour d’une lettre d’amour égarée. La lettre était envoyée par Naïde, une « Amazone » qui avait consenti à se rendre aux feux de l’amour, et qui est plus qu’ennuyée de ce fâcheux contretemps… On retrouve les ingrédients habituels à ce type de pièce comique : le serviteur idiot qui égare la lettre ; l’amie et voisine de bon conseil (Glaurinde) ; et surtout la servante au verbe coloré, Zophyre, « qui fut certainement une grand-tante des Marton et des Dorine » (A. Despine).

D’origine modeste, cette soubrette versifie, pour moitié, dans son patois savoyard natal. Et c’est ce qui fait toute l’importance de cette pièce, l’œuvre la plus essentielle du recueil : grâce à elle, une fenêtre s’ouvre sur la langue savoyarde du début du XVIIe siècle, idiome qui, comme tous les parlers provinciaux, n’a que très rarement été conservé à l’écrit. D’après Alphonse Despine[3], le patois en question était employé « dans les environs d’Annecy » et les répliques de Zophyre de « beaucoup d’expressions locales, de nombreux reflets des préjugés populaires (…) et de ces crudités si familières au patois ». Bref, « le langage populaire est [ici] fidèlement reproduit ». Notons au passage dans la bouche de Naïde, parlant des propos rassurants de sa chambrière, qui renvoient au titre même du livre : « Cela n’est rien qu’une fanfare / Pour amuser petits enfans (…) » (p. 108). La pièce semble en tout cas avoir été jouée, si l’on en croit une allusion dans un autre passage, au contenu philosopho-scatologique[4].

07-2-gravure

Une mystérieuse gravure (exemplaire Méjanes)

Imprimé sur un papier grossier, l’ouvrage ne se réclame certes pas par un art typographique exceptionnel : des frises, fleurons et bandeaux typographiques fort simples composent la majeure partie de l’ornementation des pages, avec quelques lettrines (parfois historiées) déjà bien usagées. Mais, et ce n’est pas la moindre des bizarreries du volume, une planche étonnante, manifestement gravée sur cuivre pour l’occasion, a également été employée. La jugeant « sans intérêt comme art » et « sans aucun rapport avec les diverses pièces du recueil » (selon Gustave Brunet), les sources anciennes (ou moins anciennes) ont souvent livrées des descriptions approximatives de cette illustration[5].

En réalité, le titre de cette gravure, « EXEQVVTION DE LA SENTENCE », est des plus explicites et se rapporte évidemment au jugement et à la condamnation du bonhomme Carnaval, prononcée dans la pièce déjà décrite, dans laquelle on lit d’ailleurs clairement : « […] sera sa personne vanée par les quatre Vertus à tous les carrefours » (p.36). On retrouve sur la gravure ces quatre Vertus, personnifiées sous les traits de femmes à demi-vêtues, drapées à l’antique, à savoir : 1/ la Justice (avec les vers « Je tranche Jufte et distribue / En temps a lame sa repeüe »), 2/ la Force (« En palme je resiste au poids / de mon terrestre contrepoids »), 3/ la Prudence (« Je mesure avec ce compas / les deux confins de mõ trepas »), et 4/ la Tempérance (« Je donne aux appetiz le mord / pour frustrer un pire remord »). Les quatre Vertus sont munies de leur attribut : l’épée pour la Justice, la palme pour la Force, un compas pour la Prudence, enfin un mors et des rênes pour la Tempérance. La Prudence utilise son compas pour déterminer notre sort post-mortem, la mort étant symbolisée par un crâne : à équidistance, se trouvent le Paradis et l’Enfer. Au centre, enfin, sur un drap, un linceul, tenu aux coins par nos quatre Vertus, se trouve allongé le corps nu d’un homme, portant une moustache de la Henri IV, selon la mode du début XVIIe siècle : Carnaval. Il semble toutefois vouloir saisir ou montrer de la main droite l’épée de Justice, et, surtout, il désigne clairement de l’index gauche l’alternative « Paradis / Enfer », située juste au dessous de lui. L’allégorie morale semble assez évidente, sans avoir besoin de supposer des «  figures hiéroglyphiques chères à Nicolas Flamel » (comme le toujours enthousiaste bibliographe Paul Lacroix le supposait).

Le style du graveur n’est certes pas de grande qualité et l’on peut comprendre les réticences des bibliographes du XIXe siècle : on est loin d’une figure bien léchée de Eisen ! Mais on retrouve les naïvetés (le dessin simpliste du crâne), les archaïsmes et maladresses (anatomie des Vertus) de la gravure populaire du début du XVIIe siècle. Enfin, dernier point, mais non des moindres, un « détail » oublié par la plupart des sources (hormis l’érudit Alfred Dupré, auteur d’une brillante notice sur les Fanfares parue dans le Bulletin du Bibliophile[6]) : la signature « C. Simonet » se lit dans le coin inférieur droit (est-elle celle du graveur ou de l’auteur des vers : attendu que toutes les pièces du recueil sont anonymes, je penche plutôt pour l’artiste).

II. « I.P.A. » : 150 ans de fantasmes bibliographiques sur l’auteur mystère

L’anonymat le plus absolu règne donc sur cet ouvrage : auteur principal, auteurs des vers encomiastiques, tous se sont dissimulés derrière des initiales. La page de titre, comme la signature de l’épître dédicatoire, présente l’auteur comme « I. P. A. ». Bien des bibliographes ont voulu présenter leur théorie, sans jamais parvenir à convaincre.

Le premier fut sans doute Paul Lacroix, le célèbre « Bibliophile Jacob », dans la notice qu’il donna sur l’ouvrage dans le catalogue de la bibliothèque dramatique Soleinne[7]. Pour le bibliographe, pas de doute : ces initiales étaient celles d’un poète bien attesté du temps, Jean Prévost, qui commit quatre tragédies bourrées de références à son autre passion, l’alchimie. Or, Lacroix voyait beaucoup de références alchimiques dans Les Fanfares : d’après lui, « ce volume burlesque indique à chaque instant un adepte de la philosophie hermétique ». « I. P. A. » signifiait donc « Iean Prevost Alchimiste », CQFD ! Deux problèmes : 1/ la lecture de ces textes montrent surtout une philosophie de la dérision et de la déconne, plus qu’une quelconque recherche sérieuse de la « philosophie par le feu », 2/ Prévost (dont je donnerai un jour la description des œuvres très rares de 1618, qui sont quelque part sur mes rayons), était Poitevin… Par quel mystérieux concours de circonstance serait-il venu faire imprimer des œuvres à Chambéry (où il n’a sans doute jamais mis les pieds) et, surtout, comment cet homme de l’Ouest aurait-il acquis une aussi bonne maîtrise du patois de la région annécienne ? Car, comme le fait remarquer Gustave Brunet, « seul un enfant des montagnes placées entre la France et l’Italie pouvait manier [aussi bien] l’idiome savoyard ».

 Pourtant, dès 1860, pour l’érudit savoyard Alphonse Despine, l’auteur ne pouvait être qu’ « un abbé attitré qui ne souleva le voile de l’anonyme seulement par les initiales I.P.A. ». C’était prendre un peu trop à la lettre les termes de la préface, mais il y avait de l’idée. A la fin du XIXe siècle, les bibliographes G. Brunet ou Barbier[8] parlaient gentiment d’« hypothèse bien contestable » à propos de l’idée de Lacroix… Mais en bibliographie, rien ne meurt ou ne se perd jamais vraiment, ce qui explique que des théories ou des affirmations un peu légères persistent encore vaillamment cent ou cent cinquante ans après leur impression… Aussi bien des catalogues contemporains, jusqu’à celui de la British Library, utilisent encore le nom de Prévost, tout en reconnaissant une « attribution douteuse » ou « improbable ».

 En 1880, dans sa longue notice sur l’exemplaire Chaponay-Béhague[9], Emile Picot avait plus clairement mis les pieds dans le plat, en déclarant : « [Lacroix s’est] étrangement mépris [quant au thème hermétique] et ne paraît pas voir été mieux inspiré en regardant les initiales I.P.A. comme celles de Jean Prévost (…) ». « Plus prudent », Picot se garda d’avancer une identification, remarquant d’ailleurs à juste titre l’avertissement donné par un quatrain :

« Qui voudra le nom deviner

De ce truchement d’abaye,

Faut qu’il prenne avant que disner

Trois pilules de prophetie ».

Alors qu’en est-il de ce prétendu abbé et de son curieux monastère ? N’oublions pas que le recueil est placé, dès le départ, sous le signe de la farce et des faux-semblants carnavalesques. Si abbaye il y a, elle fut plutôt de Thélème et l’on peut tenter de dresser un portrait-robot de ce singulier  abbé « pour de rire ».

Vu sa maîtrise du patois local, on peut penser que notre auteur anonyme était sans aucun doute savoyard, peut-être même originaire de la région annécienne (ce qui expliqerait peut-être le « A » final, souvent réservé, dans ce genre d’acronyme, à la provenance géographique). Il semble par ailleurs bien connaître le conseiller ducal et sénateur Favier : le texte liminaire, sous les flatteries habituelles, semble en effet laisser percer les mots et le ton d’un familier. Cette même préface le dit par ailleurs plus coutumier de propos et de littérature sérieuses que burlesques. Les références livresques prouvent qu’il s’agissait d’un personnage cultivé, connaissant la littérature antique, maîtrisant le jargon du style juridique, mais lisant aussi des opuscules burlesques (on note d’évidentes réminiscences du Moyen de parvenir, des Bigarrures de Tabourot – dont il cite le personnage du « sieur Gaulard » -, ou de l’Histoire macaronique de Folengo). D’après ces indices, on pourrait donc voir en I.P.A. un clerc savoyard, sans doute un juriste (avocat ou juge), siégeant peut-être au Sénat de Savoie, mais plus vraisemblablement dans une cour d’importance inférieure, doté d’une solide formation classique, mais resté ouvert à la culture populaire : il serait intéressant de voir si d’autres ouvrages chambériens de la même époque, aux auteurs connus, présentent ces critères.  Picot concluait déjà, pour sa part, que « les Fanfares [étaient] l’œuvre d’un des « facteurs », d’un des poètes ordinaires de la Bazoche de Chambéry ».

Mais qu’était cette « Bazoche » ? Ni plus, ni moins qu’une association de juristes joyeux drilles. Dans de nombreuses villes de parlement (cours de justice) existaient de telles réunions corporatistes depuis le Moyen Age (par exemple Aix-en-Provence, Poitiers ou Dijon), qui avaient leurs rites, leurs célébrations, leurs grades, et souvent leurs productions littéraires. A Chambéry, l’Abbaye de la Bazoche remontait, de façon certaine, au moins au début du XVe siècle : organisatrice de nombreuses réjouissances et productions théâtrales (elle monta plusieurs mystères religieux à Chambéry, mais aussi à Saint-Jean-de-Maurienne ou Modane), son rayonnement et sa puissance étaient dignes d’un véritable grand établissement monastique. Aidée financièrement par la Cour ducale et les diverses Chambres, elle « s’arrogeait même le droit de percevoir un impôt sur les veufs ou veuves qui se remariaient ». Notons d’ailleurs que la dédicace est adressée à un haut magistrat, sans doute pour le remercier de sa protection envers l’institution et ses privilèges. Cette confrérie de clercs, qui s’intitulaient eux-mêmes les « Roule-Bontemps de l’Abbaye de la Bazoche », organisaient aussi des jeux populaires, des charivaris, brocards bien dans l’esprit carnavalesque[10].

Cet arrière-plan associatif, mais aussi la variété de tons des onze pièces du recueil ont donc parfois amené une autre hypothèse : celle d’un ouvrage collectif. L’idée était d’abord venue à Edouard Rahir, qui voyait dans cette œuvre « une compilation facétieuse due à des basochiens savoyards »[11]. Beaucoup plus récemment, après avoir considérée « sans vraisemblance » la vieille hypothèse de Lacroix, le bibliographe Jean-Paul Laroche envisageait les Fanfares comme un ouvrage collectif, « publié  sous l’égide d’une confrérie de bazochiens »[12].

Peut-on trancher la question ? Sans doute pas. Dès 1860, Gustave Brunet avait reconnu « voir sans solution » la question de l’auteur, proposant « ce petit mystère littéraire » à la sagacité d’un membre de l’Académie de Savoie : il n’y eut, semble-t-il, pas d’écho, ce qui laisse toujours le problème entier. Et cela n’ôte rien au talent du ou des auteurs de ce recueil. Ainsi, Alfred Dupré n’avait, à juste titre, pas tari d’éloges sur cette production, « facétie spirituelle, contenant, malgré la trivialité du style, pour ainsi dire obligatoire dans les pièces de ce genre, des pensées fines ou philosophique, des idées franchement comiques et parfois des passages vraiment poétiques ».

III. Alors Nodier vint : le triomphe des Fanfares

Lacroix, les deux Brunet, Barbier, Rahir, Picot, … La fine-fleur des géants classiques de la bibliographie s’est intéressée, et longuement, à ce petit livre chambérien[13], devenu un livre mythique dans le monde des bibliophiles. Tout vient (une fois encore) de Charles Nodier (1780-1844), grand bibliophile, bibliographe, découvreur de livres oubliés … et spécialiste du marketing !

Voilà comment tout a commencé, d’après les propres dires de Nodier. En janvier 1829, lors d’une « vente obscure » organisée à Paris dans la salle Sylvestre (le Drouot de l’époque), est présenté un exemplaire « en mauvais état » du livre chambérien. Notre homme de lettres l’achète pour 20 francs et l’apporte tout de suite à son relieur attitré, Joseph Thouvenin (1791-1834), l’un des « papes » de la reliure parisienne sous la Restauration. Nodier lui demanda de laver l’exemplaire, de casser la reliure ancienne (argh !) et d’établir le volume dans le goût de ce décor compliqué en usage à la fin XVIe – début XVIIe siècle, où des compartiments géométriques chargés de rinceaux dorés s’organisaient autour d’un ovale central. Ainsi fut fait. Mais quelques mois plus tard (car les relieurs travaillaient alors avec une célérité devenue aussi rare que les livres confiés), Nodier, qui devait marier sa fille (et éponger des dettes), dut mettre en vente une partie de sa bibliothèque. Bien montées en sauce, les Fanfares constituèrent un des clous de la vente : le catalogue (écrit par Nodier : on n’est jamais mieux servi…) ne présentait-il pas l’ouvrage comme un « livre des plus singuliers, des plus bizarres que nous ayons jamais vus, et que nous croyons d’une extrême rareté »[14] ? Et le tout dans une reliure constituant « un véritable chef-d’œuvre de l’habile Thouvenin »…

07-2b-Catalogue Nodier 1830

Extrait du catalogue de la vente Nodier (1830)

Laissons la parole à Nodier pour expliquer, quelques années après les faits, le carton atteint par le volume et le phénomène de mode qu’il créa : « [parmi mes livres] se trouva un volume facétieux et fort rare, intitulé : Fanfares et Courvées abbadesques des Roule-Bontemps de la Basse-Coquaigne [sic], qui malheureusement ne fait plus et ne fera probablement jamais partie de ma bibliothèque. Je jouis quelques mois de ce nouveau bijou, et puis je me décidai à le vendre avec une grande partie de mes livres, pour me procurer le seul moyen possible d’en acheter d’autres. Son apparition dans la salle de vente produisit plus d’effets que je ne me l’étois promis moi-même, et le somptueux bouquin, tiré de la foule par la magnificence de son habit, comme tant de parvenus célèbres, s’éleva du modeste maximum de vingt francs qu’il avoit à grand’peine atteint jusque-là, au prix énorme de cinq cents francs qu’il n’obtiendroit sans doute plus. C’est donc du livre des Fanfares que procède le nom de la dorure à la fanfare, dont il est fait aujourd’hui très honorable mention dans les catalogues, et j’ai rapporté cette anecdote telle quelle pour épargner des tortures aux Saumaises futurs, si jamais les catalogues ont des Saumaises »[15].

07-3-exNodier

Exemplaire de Charles Nodier, avec la fameuse reliure de Thouvenin

Et voilà comment, la « reliure à la fanfare », ces type et style superbes de décoration de reliure (l’un des sommets de cet art en France, notamment par les mains des Eve, et de leurs imitateurs), gagna, à partir du pastiche confectionné par Thouvenin, son nom, aujourd’hui devenu conventionnel, mais créé entièrement a posteriori[16].

 IV. Ex bibliotheca … : petit recensement des exemplaires connus

Suite à cette redécouverte en fanfare, le livre, jusqu’alors inconnu, bénéficia d’une importante publicité. Outre les bibliophiles, les savants et bibliographes s’en mêlèrent. En 1860, le livre entre dans « le Brunet », avec une très copieuse notice, car « l’importance qu’il s’est acquise dans ces derniers temps nous détermine à en donner une description détaillée » (dixit le « pape des bibliographes »). Trois ans plus tard, en 1863 (tout juste 250 ans après l’édition chambérienne), grâce aux efforts de l’autre Brunet (Gustave), une « réimpression textuelle » était donnée, afin de tirer «  de l’obscurité qui l’enveloppe » cet ouvrage « d’une extrême rareté », dont « il n’avait été donné qu’à une demi-douzaine de curieux de le placer sur les rayons de leur cabinet ». Imprimée chez l’éditeur parisien Jules Gay , cette réédition ne connut toutefois qu’un tirage limité : seulement 100 exemplaires numérotés (et j’ai mis pas mal de temps à pouvoir en trouver un !)[17].

07-7-éd. de 1863

Moins rare, mais quand même : l’un des 100 ex. de la réédition de 1863

La réputation de rareté proverbiale du livre est-elle justifiée ? On sait que Nodier n’a pas hésité parfois à « faire mousser » ses livres en accentuant un peu les adjectifs laudateurs ou en soulignant à plaisir leur caractère peu commun. Dans sa notice du Manuel du libraire, Jacques-Charles Brunet relevait déjà, outre celui de Nodier, deux autres exemplaires piochés dans d’anciens catalogues : ceux de Gaignat et du duc de La Vallière. Puis l’autre Brunet, dans son introduction à la réédition, porta ce nombre à cinq. Depuis 1863, quelques exemplaires se sont rajoutés, mais assez peu finalement. A ma connaissance, dix exemplaires sont aujourd’hui recensables (l’astérisque après le chiffre indique ceux que j’ai pu avoir en main et consulter). Six se trouvent en collections publiques :

1/ Bibliothèque nationale de France, Paris : Rés. Ye-3215 (ex-collection Falconet, entrée à la Bibliothèque royale en 1763). Reliure de l’époque, en parchemin. Incomplet de la gravure.

2/ Bibliothèque nationale de France, Paris : Rés. Ye-3216 (achat en 1860, après être passé par les bibliothèques Gaignat [vente 1764], Bignon [vente en 1837] et Solar [vente en 1860]). Maroquin vert du XVIIIe siècle. Complet de la gravure.

3/ Musée du Petit-Palais, Paris : Fonds Dutuit, L. Dut. 529 (l’exemplaire Nodier, ensuite passé dans la bibliothèque du duc de Rivoli, du prince d’Essling [vente en 1839], de Lacarelle [vente en 1847], puis d’Eugène Dutuit, qui légua sa collection au Petit-Palais). Reliure pastiche de maroquin bleu orné « à la fanfare » (Thouvenin). Complet de la gravure.

4/ Bibliothèque Méjanes, Aix-en-Provence : Fonds ancien, C.1091 (provient du fonds originel du marquis de Méjanes). Reliure de l’époque, en parchemin souple. Complet de la gravure.

5*/ Bibliothèque municipale de Chambéry : Rés. A 000.668.001 (achat en 2004, ancien exemplaire duc de La Vallière [1784] ; Soleinne [1844] ; Léon Téchener [1889] ; Librairie Dupré ; comte François de Salverte [1998] ; Librairie Chamonal [2002]). Reliure de maroquin rouge, dos lisse orné à la grotesque (reliure du XVIIIe siècle, attribuable à Padeloup). Complet de la gravure.

6/ British Library, Londres : C.57.b.13 (provient là encore du fonds originel du British Museum : l’exemplaire est déjà cité dans le catalogue établi en 1813, sous l’ancienne cote 1073.e.26(1.)). Reliure de basane marron, avec double filet doré sur les plats (atelier du BM, fin XIXe s.). Complet de la gravure.

07-4-exLaVallière

Exemplaire La Vallière

Quant aux quatre exemplaires encore en mains privées, voici quelques éléments sur leur parcours (les dates renvoient aux apparitions dans les catalogues de vente de ces collections, je ne donne pas tous les détails et références, un peu fastidieux) :

7*/ Exemplaire Académie des Sciences (Lyon) [XVIIIe s.] ; Jean-Louis Coste (de Lyon) [1854] ; comte de Chaponais [1863] ; comte Octave de Béhague ; Georges Heilbrun ; Henry Arthur Johnstone [v. 1899] ; Claude Guérin [1990] ; Librairie Pierre Berès [1995] ; Librairie Bredford [2005] ; Vente Sotheby’s , Londres [2009] ; Jean A. Bonna (Genève)[18]. Reliure de maroquin rouge, dos à nerfs et plats richement ornés (Trautz-Bauzonnet), sur commande de Chaponais (qui voulait remplacer un veau modeste, peut-être d’époque ?).

8*/ Exemplaire Andres Roure (Barcelone) ; Librairie Lardanchet (Paris) [1979] ; Roger Budin (Genève) ; Librairie Quentin (Genève) ; A*** M*** (Savoie). Reliure de maroquin citron, avec dos à nerfs et plats richement ornés (Hardy). Complet de la gravure.

9/ Exemplaire Librairie Galantaris (Paris, cat. 1977, n° 73) : semble toujours en mains privées. Veau brun (reliure du XVIIe siècle). Incomplet de la gravure.

10*/ Exemplaire ND (achat en 2001). Reliure de l’époque, en parchemin souple. Incomplet de la gravure.

07-5-fanfares4a

Exemplaire Roure/Budin/M***

Tirée sur un feuillet séparé, la gravure sur cuivre a été, la plupart du temps, placée entre les pages 40 (blanche) et 41 (début de Palinodie de l’Amant), autrement dit entre les cahiers signés C et D. La gravure regarde normalement l’incipit de la Palinodie. Je dis « la plupart du temps » et « normalement », car la place de cette gravure varie d’un exemplaire à l’autre, ce qu’avait bien relevé Alfred Dupré dans le Bulletin du bibliophile. Dans l’exemplaire Nodier, c’est sans doute Thouvenin, au moment du lavage et de la reliure, qui déplaça la gravure pour la remonter en guise de frontispice. L’exemplaire de Chambéry (olim La Vallière) présente quant à lui une très curieuse variante : la gravure occupe en effet la page 40 (normalement blanche) et s’y trouve imprimée à l’envers ! Mon exemplaire fait donc malheureusement partie des trois volumes incomplets de cette planche volante, mais il présente en revanche l’intérêt d’être l’un des trois encore conservés « dans son jus », tout à fait complet du texte et impeccable dans son parchemin souple d’époque aussi solide que patiné et légèrement fripé, comme on aime ! En fait, quand je dis d’époque, ce n’est pas tout à fait vrai : ce parchemin est une charte réemployée, dont le début du texte, une fois le rabat déplié, présente encore la mention « (…) decimo quarto, Indicione septima, die vnesimaquarta, mensis Julli », ce qui permet de fixer sa rédaction au mardi 24 juillet 1414, sous le règne du bon comte (et bientôt duc) Amédée VIII de Savoie ! Les circonstances d’achat sont tout autant « du terroir », puisque ce volume attachant a été déniché en 2001 sur une sorte de vide-grenier dans la région de Régnier, auprès d’un broc’ bien du cru qui me l’avait fait payer « cher » (500 francs, l’équivalent de 75 euros…) parce que « c’était vieux et du coin » !!! Cela fait partie des quelques coups de chance qu’on pouvait encore avoir au début des années 2000.

07-6-charte

Charte de 1416 employée comme reliure

En dehors de ce remploi, nulle marque de provenance, prestigieuse ou autre, sur ce volume, si ce n’est quelques quelques essais de plume sur les gardes et, inscrit à la mine de plomb, ce credo naïf et touchant d’un des premiers lecteurs du livre :

Vive le Roy

Vive la Foy

Vive ma maistresse et moy


Remerciements :

Ma gratitude aux conservateurs ayant répondu en 2001-2003 au jeune étudiant bibliophile que j’étais : M. Jean-Marc Chatelain (BnF, réserve des livres rares), Mlle M. Allard (Bibliothèque Méjane) et M. Desmond Mc Ternan (British Library, réserve des livres anciens français). Merci également au collectionneur A*** M***, qui m’a permis d’examiner son exemplaire chez un libraire de nos amis, en octobre 2003.  Enfin et surtout, merci à Jean-Marc Chatelain et Jacques Quentin, grands traqueurs de livres rares devant l’Eternel, de m’avoir fait découvrir en 2009 l’exemplaire n° 9, qui m’était jusqu’alors inconnu, et de m’avoir signalé quelques étapes supplémentaires dans le parcours des autres.

Notes :

[1] Sur la dynastie chambérienne des imprimeurs Du Four, voir notamment Auguste Dufour et François Rabut, L’Imprimerie, les imprimeurs et les libraires en Savoie du XVe au XIXe siècle,  Chambéry, 1877 [Slatkine Reprints, Genève, 1998], pp. 74 sqq.

[2] Voici la table complète des pièces contenues dans ce recueil :

  • pages 1 à 11 : Paradoxe poétique et discours facétieux du courtisan avanturier. Pamphilades, à la damoiselle Glifterion. La pièce est en vers et la page 12 est laissée blanche.
  • pages 13 à 39 : Extraits des archives de la basoche de rovle-bontemps, et sentence définitive contre sieur Carnaval, & execution d’icelle. C’est l’affrontement traditionnel du sévère Carême contre Carnaval, dans un procès burlesque, les deux adversaires avançant l’un après l’autre leurs arguments. La page 40 est laissée blanche. Texte en vers.
  • pages 41 à 43 : Palinodie de l’Amant, à l’imitation d’Ovide en son Elegie des Amours. Il s’agit d’une poésie élégiaque, au ton enflammé.
  • page 44 : Chanson. Petit poème élégiaque d’un amant à sa maîtresse qui l’accuse à tort d’inconstance.
  • pages 45 à 94 : Apologie problematiquement carnavalisée, de la bonne filette Zophire, sur le dialogue fuyant. Texte en prose.
  • pages 95 à 144 : Dialogue en rithme françoise et savoisienne. C’est un dialogue théâtral, alliant le français et le patois savoyard dans un mélange assez savoureux et haut en couleurs… Il fait intervenir six comédiens : un narrateur pour le prologue et l’épilogue, Naïde et Glaurinde, deux commères et voisines, Zophyre, la chambrière de Glaurinde, et enfin Damon et Phillis, voisins de Glaurinde. Texte en vers.
  • pages 145 à 153 : Cartel de M.D.L.G.D.M. pour le Capitaine des Egyptiens, ou Sarrazins.
  • pages 154 à 158 : Cartel de M.L.M.D.C.L. pour le Capitaine des Egyptiens, ou Sarrazins.
  • pages 159 à 160 : Cartel aux Dames et deux autres cartels.
  • pages 161 à 167 : Cartel à M.C.D.L.C. Pour les trois Déesses.
  • page 168 : Grâce faite à Zoïle. Petit texte en vers contre un ennemi : « Mais fi des coups ainfi trompeurs / Sa gorge contre moy defferre : / Les meteores & vapeurs / de mon cul luy feront la guerre »…

[3] Alphonse Despine, « Recherches sur les poésies en dialecte savoyard », dans la Revue Savoisienne, 6e année, Annecy, Académie florimontane, février 1865, n° 2, p. 13.

[4] « Quelque honnête homme, présent au Dialogue qu’on jouait des Commères ou de Zophire, croyant sous le rire des spectateurs de pouvoir faire glisser quelques soupirs de sa Cornemuse, & donner passe-port à un joli petit pet bien troussé. Le bon-homme, par la mauvaise foi & lacheté de son traître cul, chia dans ses chausses tout amplement. Par ce gros solécisme, ou équivoque casuel de Logique, sa Cornemuse montrait bien là qu’elle n’avait pas été à l’école de Vives pour organiser les pets scientifiquement & musicalement, quand il prit le fausset pour le basson, [ce] qui ne laissa pas de gagner le superius du nez des assistants […] » (fin de l’ « Apologie problematiquement carnavalisée, de la bonne filette Zophire, sur le dialogue fuyant », p. 91).

[5] En 1860, la notice du Manuel du libraire de Jacques-Charles Brunet nous la présente comme une « gravure singulière où sont personnifiés le Paradis et l’Enfer », description d’ailleurs reprise telle quelle par les experts d’une vente publique en décembre 1990 pour leur catalogue. Dans sa préface à la réédition du livre en 1863, Gustave Brunet nous donnait lui comme sujet « une homme berné par quatre personnages : la Justice, la Force, la Prudence et la Tempérance », notant aussi les deux vers accompagnant chacun de ces personnages. Notons, par ailleurs, que Gustave Brunet, jugeant cette planche « sans intérêt comme art » et « sans aucun rapport avec les diverses pièces du recueil », n’avait pas jugé bon de la reproduire dans cette réédition… Ces deux descriptions, incomplètes et fautives, mais facilement accessibles, ont toutefois été reprises, depuis le XIXe siècle, par toutes les bibliographies et tous les catalogues,  alors que l’article paru dès 1889 dans le Bulletin du Bibliophile avait déjà donnée une très exacte description de cette gravure. Bien sûr, les bibliographes ont souvent dû travailler, faute de mieux, sur des renseignements de seconde main, des descriptions plus ou moins bonnes fournies par les libraires, sans qu’il aient pu eux-même examiner les volumes, souvent en collections privées. Mais on s’explique quant même difficilement comment, en 1990 encore, des experts, ayant le volume entre les mains, en soient restés à la description originelle donnée par J.-C. Brunet…

[6] Alfred Dupré, « Bibliographie d’un amateur : description et analyse de livres rares et curieux », dans Bulletin du Bibliophile, 1889, pp. 528-560. Les Fanfares est le cinquième et dernier livre examiné cette année-là et il a droit à l’article le plus long et le plus détaillé (description donnée d’après l’exemplaire olim La Vallière).

07-8-bulletinbiblio

[7] Paul Lacroix, Bibliothèque dramatique de M. de Soleinne, Paris, 1843, tome I, p. 200, n° 957.

[8] Antoine-Alexandre Barbier, Dictionnaire des ouvrages anonymes, Paris, 1869 (3e éd.), tome II, col. 431 (dans une petite notice concernant la réimpression de 1863 et l’identité de l’auteur).

[9] Bulletin de la librairie Damascène Morgand, Paris, novembre 1880, pp. 473-476, n° 6702.

[10] La Bibliothèque Mmnicipale de Grenoble conserve d’ailleurs un manuscrit contenant le texte rimé d’un de ces charivaris : cet ouvrage est l’un des très rare témoignage de ces manifestations, tout comme les Fanfares, « une des rares productions des anciens bazochiens que nous possédions », selon l’anonyme A.D.

[11] Edouard Rahir, La Bibliothèque de l’amateur, Paris, Lefrançois, 1924, p. 422.

[12] Jean-Paul Laroche, Répertoire bibliographique des livres imprimés en France au XVIIe siècle, tome XXI (Rhône-Alpes II : Annecy, Chambéry, Melphe) (« Bibliotheca Bibliographica Aureliana », CLIII), Baden-Baden, Editions Valentin Koerner, 1996, pp. 65-66.

[13] Jacques-Charles Brunet, Manuel du libraire et de l’amateur de livres anciens, Paris, Didot, 1860, tome II, colonnes 1176-1177 (d’après l’exemplaire Nodier, semble-t-il) ; Jean-Georges Graesse, Trésor de livres rares et précieux, Dresde, Kuntze, 1861, tome II, p. 550 (notice reprise du Brunet) ; F.-C. Lonchamp, Manuel du Bibliophile Français, Paris/Lausanne, Librairie des Bibliophiles, s.d., tome II (« Répertoire alphabétique des ouvrages les plus estimés »), volume 1, pp. 156-157 ; Alexandre Cioranescu, Bibliographie de la littérature française du XVII e siècle, Genève, Slatkine Reprints, 1994, tome III, p. 1652 ; Roméo Arbour, L’Ere baroque en France – Répertoire chronologique des éditions de textes littéraires : première partie (1585 – 1615), Genève, Droz, 1977, tome II, p. 338.

[14] Catalogue des livres curieux, rares et précieux … composant la bibliothèque de M. Ch. Nodier, Paris, Merlin, 1829, p. 86, n° 596.

[15] Charles Nodier, Description raisonné d’une jolie collection de livres, Paris, Téchener, 1844, p. 140.

[16] Sur l’origine du nom « reliure à la fanfare », voir : Henri Beraldi, La Reliure du XIXe siècle, Paris, Conquet, 1895, tome I, pp. 109-114 (Beraldi évoque cet exemplaire Nodier et sa reliure, ainsi que l’estime, excessive selon l’auteur, qu’il s’attira par la suite) ; Roger Devauchelle, La Reliure en France de ses origines à nos jours, Paris, Rousseau-Girard, 1960), tome II, pp. 163-164), ; et bien entendu les incontournables travaux de G.D. Hobson, Les Reliures à la fanfare, Londres, Chiswick, 1935 (pour la première édition) ou Amsterdam, 1970 (éd. revue et augmentée).

[17] Paris, chez Jules Gay, 1863, in-12, de a-l et 176 pp. Relié en demi-maroquin vert avec dos à nerfs (V. Champs), cet exemplaire porte le n° 45. Beaucoup sont en collections publiques : Bibliothèque nationale de France, Bibliothèques municipales de Chambéry (n°68) et de Nancy, British Library, Bibliothèque du Congrès, Bibliothèques des universités d’Oxford (n° 2), de Yale et de Colombus Ohio State University, pour n’en citer que quelques-unes.

[18] Vérène de Diesbach-Soultrait, Six siècles de littérature française – XVIIe siècle [Collection Bonna], Genève, Droz, 2010, tome I, pp. 126-127, n° 103.

MELANGES TIRES D’UNE PETITE BIBLIOTHEQUE (6) : ALLER A LA POSTE, ALEAS POSTAUX

ALLER A LA POSTE, ALEAS POSTAUX

« Mais comment se fait-ce, je n’ai pas reçu votre dernier carton d’invitation ? Bon, il est vrai que j’ai changé d’adresse… Comment, vous ne le saviez pas ?  », « J’ai passé commande de votre beau catalogue il y a deux jours et je n’ai toujours rien reçu », « Alors figurez-vous que je me suis inscrit en ligne et que votre newsletter ne me parvient jamais, jamais, jamais ! Ah, la boîte à spams ? C’est quoi ? », etc.

Si nous pouvions obtenir un franc à chaque fois que ces phrases nous sont sorties, nul doute que la Fondation Bodmer pourrait acquérir, chaque année, un manuscrit médiéval ou au minimum un bel incunable. C’est sans aucun doute le lot de chaque institution muséale ou culturelle. Parfois c’est justifié, souvent c’est exagéré, et la numérisation des flux ne semble pas avoir changé grand-chose (qui dit « envoi en nombre » dit « arrivée dans les spams », mais allez expliquer cela…).

Pour se rassurer, il faut se dire que les plus grands acteurs de la culture se sont ainsi fait taper sur les doigts par le passé, les éditeurs en tout premier lieu. En voici deux petits exemples tirés de mes rayons, concernant :

1/ Léon Vanier (1847-1896), l’éditeur de Verlaine, mais aussi des plus grands poètes symbolistes et modernes (Rimbaud, Mallarmé, Laforgue, Moréas, etc.),

2/ son aîné Alphonse Lemerre (1838-1912), l’éditeur historique du mouvement parnassien (Gautier, Banville, Leconte de Lisle, Coppée, Heredia, le jeune Verlaine à ses débuts), mais aussi de grands romanciers du temps (Barbey d’Aurevilly, Daudet, Flaubert, Anatole France, Goncourt, etc.).

I.              Moréas vs. Vanier : un injuste agacement (1891)

Né à Athènes sous le nom (un peu compliqué) de Ioannis Papadiamantopoulos, le poète Jean Moréas (1856-1910) est le plus français des auteurs grecs. Fixé définitivement à Paris dès 1880, il se distingua comme créateur non pas d’un, mais de deux mouvements littéraires : le symbolisme (qui se démarqua en 1886 des écoles parnassienne et décadentiste), puis l’école romane (à partir de 1902).  Après deux recueils d’inspiration verlainienne (Les Syrtes et les Cantilènes, en 1884 et 1886), Moréas livra ses premiers poèmes purement symbolistes dans un volume intitulé Le Pèlerin passionné, publié par Vanier en 1891. C’est justement à propos de la diffusion de ce recueil qui Moréas, mécontent des expéditions, écrivit ce courrier énervé à son éditeur.

Moréas1

« Samedi [25 janvier 1891]. Mon cher Vanier, Bertal-Graivil [journaliste et critique] que je rencontre me dit n’avoir pas reçu le Pèlerin. Je redoute d’autres cas pareils. Soyons sérieux, je vous prie. Votre Jean Moréas »

Comme toujours consciencieux dans le traitement de sa correspondance, Vanier a inscrit au crayon, au bas de la lettre : « Réclamation injustifiée, Bertal-Graivil ayant reçu son volume en son temps. V. ». Et pan sur le bec !

Moréas2

II.           D’un malheur peut sortir un bien : exemple avec un Heredia (1893)

Le second exemple concerne également un poète d’origine étrangère : l’Hispano-cubain José-Maria de Heredia (1842-1905), l’un des papes du Parnasse, reçu à l’Académie en 1894. Paru l’année précédente aux éditions Lemerre, son unique recueil de poèmes, Les Trophées, contient 118 sonnets ciselés avec amour durant des années et qui demeurent l’un des hauts sommets de la poésie du XIXe siècle.  A la sortie de ce recueil, d’abord en format in-8°, puis peu après en format in-12, Heredia avait bien entendu fait envoyer quelques exemplaires d’auteur rehaussés d’envois amicaux (je garde en réserve quelques-uns d’entre eux pour un billet spécial Heredia). Parmi ces envois, effectués par la maison Lemerre, un volume était destiné au comte Maurice de Fleury (1860-1931), un médecin très proche des milieux littéraires et des poètes de son temps. Il faut dire que le bon docteur, élève de Charcot, était un spécialiste des maladies nerveuses et mentales… Autant être proche de ses potentiels clients ! J Auteur lui-même d’études sur le sommeil, l’insomnie, l’épuisement nerveux, mais aussi d’un recueil de contes et de biographies, il fut un ami proche de Zola (qu’il renseigna pour « Le Docteur Pascal ») et surtout de Huysmans.

Là intervint le problème. Dans la folie des emballages et des envois, l’exemplaire promis fut envoyé à un autre destinataire qui se manifesta auprès de l’auteur. Réagissant comme une chatte qui aurait perdu ses petits, Heredia écrivit alors au docteur de Fleury pour essayer de s’y retrouver, d’où la lettre en question, au ton un brin catastrophé :

1931-LAS

 « Mon cher Fleury, Avez-vous reçu les Trophées que je vous ai adressés il y a un mois ? Avez-vous l’ex. de Loti ? Loti m’écrit qu’il a le vôtre. Faut-il vous le faire renvoyer ? Quel gâchis ! Cordialement vôtre, JM de Heredia. Ce 20 avril [1893] ».

Heureusement, tout finit par rentrer dans l’ordre et Maurice de Fleury put récupérer son exemplaire, enrichi non seulement de l’envoi amical de Heredia, mais aussi d’un mot d’excuses du destinataire erroné : « Je demande pardon à Mr. Maurice de Fleury d’avoir coupé les pages de ce livre, Pierre Loti ». Nul doute que le docteur bibliophile se soit plutôt réjoui de l’aventure qui lui permettait d’obtenir un livre revêtu des autographes de deux des plus grands auteurs de son temps !

1931-envoi

Conclusion : les erreurs d’envoi peuvent aussi avoir du bon !

MELANGES TIRES D’UNE PETITE BIBLIOTHEQUE (5) : UN LIVRE POUR DEUX FRERES

UN LIVRE POUR DEUX FRERES

L’EXEMPLAIRE ARNAULD

DE L’EDITION ORIGINALE DES PENSEES DE PASCAL

(1670)

 800px-Blaise_Pascal_Versailles

             Monument de la littérature classique française, œuvre philosophique majeure, les Pensées de Pascal sont, depuis toujours, un ouvrage particulièrement recherché des bibliophiles, un de ces quelques titres mythiques que tout collectionneur rêve, tôt ou tard, de posséder. Dans mon cas, cela s’est accompagné d’une de ces belles histoires bibliophiliques, le coup de chance et la découverte d’un « merle blanc », comme en rêve chaque collectionneur.

             Revenons en arrière d’une douzaine d’années. En février 2003, en pleine préparation de l’agrég’, j’épluche quand même régulièrement les premiers sites de librairies en ligne. Parcourant la longue liste proposée par un bouquiniste nouvellement établi dans le Sud-Ouest, je tombe sur une laconique notice : « Pascal, Pensées, Paris, 1670. Veau d’époque. Inscriptions manuscrites » (sic). Le prix étant modique (vraiment très modique) et conforme à mes moyens estudiantins (autrement dit encore gérable dans mon perpétuel découvert bancaire), je pose une sorte de « pari pascalien » : si c’est une édition originale, tant mieux ; si ce volume ne l’est pas, j’aurai toujours une contrefaçon dans l’année de l’originale. Deux semaines plus tard, le volume arrive et c’est le jackpot : non seulement le volume est bien l’édition originale, avec tous ses critères, mais la découverte des « inscriptions manuscrites » me donne un coup au cœur… Vous allez comprendre pourquoi…

I. La question bibliographique de l’édition originale :

             Mais revenons tout d’abord sur la question de l’édition originale des Pensées, un dossier de longue haleine. Les bibliographes de la fin du XIXe siècle, et tout spécialement Jules Le Petit, ont éclairci les derniers mystères qui entouraient la question de la véritable « originale », en corrigeant l’erreur, reprise par Jacques-Charles Brunet dans son fameux Manuel du libraire et de l’amateur de livres anciens, qui faisait de l’édition de 334 pages la première parue. Il est depuis établi que la véritable première édition fut bien celle de 365 pages, précédées de XLI feuillets préliminaires non chiffrées (comprenant le titre et un feuillet pour le privilège et les errata), avec dix feuillets non chiffrés de table[1].

             Par ailleurs, Le Petit avait été l’un des premiers à signaler la découverte stupéfiante réalisée par un certain M. Salacroux, dans les années 1860. Ce « chineur » avait en effet découvert, coincé parmi les volumes d’une boîte de bouquiniste des quais de Seine, un exemplaire très étrange des Pensées qui présentait la date « M. DC. LXIX » sur sa page de titre et qui était dépourvu des feuillets préliminaires contenant les approbations ecclésiastiques. L’hypothèse en général avancée est que cet exemplaire faisait partie d’un pré-tirage, en nombre très restreint, destiné aux proches de Pascal, ainsi qu’aux censeurs et aux familiers de l’archevêque de Paris, Hardouin de Pérefixe. Ce volume, alors considéré comme un unicum, fut vendu 100 francs-or à la Bibliothèque Impériale et fait aujourd’hui partie des collections de la Bibliothèque nationale de France, sous la cote Rés. D-21374. Un second exemplaire a depuis lors fait surface.

Pensées de 1669

II. L’édition originale et quelques rares exemplaires de provenances prestigieuses :

             Bien avant ces recherches bibliographiques sur des « questions obscures et délicates » (pour reprendre les termes de Gustave Brunet), cette première édition avait figuré, preuve de sa bonne réception, dans de nombreuses grandes bibliothèques de l’époque. Quelques lecteurs contemporains fortunés n’avaient d’ailleurs pas hésité à faire recouvrir leur exemplaire d’un riche maroquin (ces exemplaires de luxe restant toutefois d’une grande rareté)[2]. La Bibliothèque municipale de Clermont-Ferrand possède ainsi, relié en maroquin rouge de l’époque, l’exemplaire au chiffre d’Armand-Charles de La Porte, duc de La Meilleraye et de Rethelois-Mazarin, époux d’Hortense Mancini, une des nièces de Mazarin. Une lettre autographe de cette dernière a d’ailleurs été rajoutée au volume[3].

Pensées aux armes 1

   –

          Manuscrits ou sous forme de vignettes gravées, les ex-libris qui ornent encore les gardes de certains exemplaires de l’édition originale des Pensées, sont tout autant de preuves matérielles permettant l’identification de ces propriétaires originels. Par ce biais, quelques exemplaires, rendus exceptionnels par l’identité de leurs premiers possesseurs, ont été peu à peu reconnus et recensés par les chercheurs et bibliographes. Le plus célèbre est sans doute l’exemplaire personnel de Pierre-Daniel Huet, l’érudit évêque d’Avranches. Découvert au milieu du XIXe siècle par le fameux collectionneur Rochebilière, le volume figura à sa vente, en 1882, sous le numéro 119[4]. Muni de l’ex-libris gravé du prélat, dont les armes ont également été frappées à chaud sur les plats, l’exemplaire comporte de très nombreuses notes marginales de la main de Huet, fruits de sa lecture attentive et critique de l’œuvre. Sur les dernières gardes, entre autres observations, l’évêque indiqua d’ailleurs assez sévèrement : « Dans tout cet ouvrage, il n’y presque rien de nouveau que l’expression, le tour et la disposition »… Ce volume, particulièrement précieux, fut acquis par la Bibliothèque nationale où il est aujourd’hui conservé dans la réserve des livres rares, sous la cote D-21375.

             D’autres volumes furent propriété de personnes plus impliqués dans le jansénisme et, à ce titre, plus proches de Pascal. La Bibliothèque municipale de Clermont-Ferrand possède ainsi un exemplaire présentant un ex-dono manuscrit signé Périer (soit Florin Périer, soit l’abbé Louis Périer, le propre neveu de Pascal, qui se chargea d’ailleurs de collecter et de mettre en forme les notes éparses de son oncle, pour former l’œuvre ensuite publiée sous le titre de Pensées de M. Pascal sur la religion et quelques autres sujets)[5]. Autre propriétaire étroitement lié à Pascal : le précepteur des deux plus jeunes neveux de l’auteur, Rebergues, dont la signature a été retrouvée sur un autre exemplaire de l’édition originale des Pensées[6].

III. Une provenance exceptionnelle : les Pensées des frères Arnauld

             Revenons-en à présent à l’exemplaire qui arriva entre mes mains en février 2003. Doté de bonnes marges (159 x 90 mm) et revêtu d’un très traditionnel veau d’époque (dos à cinq nerfs orné de fleurons dorés, tranches mouchetées rouges), le volume présentait deux ex-libris manuscrits, l’un directement sur le titre, l’autre sur le contre-plat inférieur. Et nul besoin d’être un expert de l’histoire du jansénisme français pour connaître le nom de la famille Arnauld…

Ex-libris Arnauld (page de titre)

             Au bas de la page de titre s’affichait en effet la signature « Arnauld », clairement identifiable comme étant celle d’Antoine Arnauld (1612-1694), le « Grand Arnauld », autrement dit le maître à penser du jansénisme en France, mais aussi de Pascal lui-même. Au-delà de son activité de théologien (qui lui valut les foudres de Louis XIV et l’exil), de logicien et de penseur de la philosophie du langage (on lui doit, entre autres, une Grammaire générale et raisonnée en 1660 et sa fameuse Logique de port-Royal en 1662), Arnauld fut un des plus proches amis de Pascal, mais aussi son confesseur et son directeur de conscience. C’est d’ailleurs sous son inspiration que Pascal entreprit la rédaction de ses Lettres provinciales en 1656, au moment de l’exclusion d’Arnauld de la Sorbonne. Malgré la brouille qui les éloigna en 1661, un an avant la mort de Pascal (ce dernier estimait trop tiède la réaction d’Arnauld face aux persécutions royales), on retrouve Arnauld au nombre des penseurs chargés de l’examen et de la publication posthume des notes de Pascal, en 1668-1669 : à ce titre, il est l’un des pères de la première édition des Pensées publiée en 1670.

Signatures frères Arnauld

Le « Grand Arnauld » avait, en général, l’habitude de faire figurer son nom complet sur ses livres, du moins les in-folios ou les in-quartos : c’est sans doute le manque de place qui l’empêcha de le faire dans le cas présent, comme pour l’autre volume in-12 figurant dans ma collection. Identique à une signature apposée sur un document de 1677 (reproduit ci-dessus), cet ex-libris a été clairement identifié par les prof. Jean Mesnard (Sorbonne) et Dominique Descotes (Université de Clermont-Ferrand), autorités en ce qui concerne Pascal et Port-Royal.

Ex-libris Arnauld (contre-garde)

             La découverte du second ex-libris manuscrit, au contre-plat, fut l’occasion d’un autre coup au cœur. Cette fois-ci, c’est la signature du propre frère aîné du « Grand Arnauld » qui s’étalait : Robert Arnauld d’Andilly (1589-1674). Homme de cour, il s’était retiré en 1646 à Port-Royal, où sa fille Angélique était déjà religieuse. Il y mena une vie retirée, se consacrant à l’écriture : il publia notamment une traduction des Vies des Pères du Désert, mais écrivit aussi un Journal et des Mémoires. La place de son ex-libris, à la fin du volume, est inhabituelle et peut surprendre, mais il semble qu’inscrire son nom aux dernières pages de ses livres ait été une habitude d’Arnauld d’Andilly.

Ex-libris Arnauld (BNF)

En effet, les deux volumes de la Bibliothèque nationale de France qui comportent sa signature présentent la même particularité, comme cette dernière page, reproduite ci-dessus, de la table du De la Vida del picaro Guzman de Alfarache, roman de Mateo Aleman imprimé à Burgos en 1619, et ayant fait partie de la bibliothèque d’Arnauld d’Andilly[7]. Malheureusement, il n’existe aucune mention des Pensées et, à plus forte raison, de son propre exemplaire, dans les œuvres ou la correspondance d’Arnauld d’Andilly…

frères Arnauld

                    Cet exemplaire exceptionnel de l’édition originale des Pensées appartint donc à la fois à la bibliothèque du « Grand Arnauld » et à celle de son frère aîné, Robert Arnauld d’Andilly : un livre pour deux frères. Mais dans quel ordre et quelles circonstances ? Essayons de mener l’enquête. Robert Arnauld d’Andilly meurt en 1674, et son frère ne reprend le chemin de l’exil (dans les Flandres, puis aux Pays-Bas) qu’en 1679. Antoine Arnauld  doit donc avoir reçu ce volume dans la succession de son frère, puis l’avoir abandonné en France cinq ans plus tard, lors de son départ précipité et définitif. Cela coïncide d’ailleurs avec les quelques éléments connus sur le sort de la bibliothèque du Grand Arnauld. En effet, à la différence de certains des autres «Messieurs » forcés à l’exil, Antoine Arnauld n’emporta pas même une partie de sa bibliothèque dans son voyage : peut-être par choix (comment pouvait-il supposer que son départ serait en fait définitif ?), mais sans doute également contraint par les circonstances, il laissa l’intégralité de ses livres sous la garde d’un certain M. Hamelin, un dépôt qui devait, au début, être envisagé comme temporaire. Mais, au bout de quelques années, ce fidèle finit par se trouver embarassé par tous ces volumes, ce que révèle une lettre d’Arnauld à Mme de Fontpertuis, en date du 4 avril 1688 : « On m’a mandé diverses fois que M. Hamelin se plaint qu’on lui laisse si longtemps mes livres (…) ». Et, pour résoudre cette situation, Arnauld fut finalement forcé d’envisager la division de sa bibliothèque en plusieurs lots confiés à ses amis : « J’ai donc pensé de les partager à trois ou quatre (…) »[8]. On ne sait toutefois si ce projet fut effectivement réalisé. Quoiqu’il en soit, l’exil d’Arnauld n’empêchait pas ses livres de servir régulièrement, compulsés, voire empruntés par nombre de ses proches. Et, comme toujours dans semblable situation, certains volumes emportés ne revinrent jamais à leur emplacement initial ! On signale ainsi, dès cette époque, des livres d’Arnauld chez Cl. de Sainte-Marthe ou chez les Périer[9]. Arnauld n’ignorait d’ailleurs pas le fait, puisque, dans la même lettre à Mme de Fontpertuis, il évoquait avec quelque amertume ces « emprunts » indélicats : « C’a été un peu la faute de M. Thomas [Pierre Thomas du Fossé, mort en 1698, qui avait par ailleurs reçu par testament la propriété en usufruit de la bibliothèque d’Isaac-Louis Le Maistre de Sacy en 1684] qui n’eust pas le soin de fermer les tablettes à la clef »… Ce volume des  Pensées passa donc sans doute par l’une ou l’autre de ces bibliothèques, sans que l’on puisse malheureusement dire laquelle, en l’absence de tout autre ex-libris contemporain.

              Qu’advint-il ensuite du volume au XVIIIe siècle ? Là encore, absence d’indices qui puisse nous le faire découvrir. On ne peut relocaliser le volume que vers le début du siècle suivant, à Uzès : il comporte en effet, collé en haut du premier contre-plat (et par-dessus une indication manuscrite de prix, semble-t-il), une vignette ex-libris au nom d’un certain F. Larnac, habitant de cette ville. Par sa typographie et son style, cet ex-libris gravé semble dater du début du XIXe siècle. Le livre ne comporte malheureusement plus d’autres marques de propriété, empêchant d’en retracer plus précisément le cheminement jusqu’à notre époque. Néanmoins, les quelques renseignements obtenus auprès du libraire au moment de son achat laissent penser qu’il resta dans les Cévennes jusqu’au début du XXIe siècle, oublié au sein d’une vieille bibliothèque familiale.

PS : le présent billet est en grande partie repris de mon article « Un livre pour deux frères : l’exemplaire Arnauld de l’édition originale des Pensées de Pascal », publié en mars 2005 dans la revue Courrier du Centre international Blaise Pascal (n° 26). Depuis lors, j’ai pu acquérir un autre exemplaire présentant cette double provenance, avec les mêmes ex-libris manuscrits aux mêmes positions : une édition des Lettres de feu M. de Balzac, à M. Conrart (Paris, Augustin Courbé, 1659, petit in-12). Nul doute que d’autres volumes puissent être retrouvés !


[1] Voir : Jacques-Charles Brunet, Manuel du libraire et de l’amateur de livres anciens, Paris, 1860, tome IV, col. 398 ; Gustave Brunet, Manuel du libraire et de l’amateur de lirves anciensSuppléments (1878), tome II, col. 167-169 ; Jules Le Petit, Bibliographie des principales éditions originales d’écrivains français du XVe siècle au XVIIIe siècle, Paris, 1885, pages 207-213.

[2] L’un de ces exemplaires, réglé et relié en plein maroquin rouge d’époque avec décor à la Du Seuil, est passé en vente en 1987, à Paris. Le texte était réglé, laissant penser à un volume de dédicace. Le volume avait appartenu, au XVIIIe siècle, à la bibliothèque du cardinal de Rohan qui y apposa son ex-libris gravé (voir catalogue Cinquante livres et autographes précieux provenant du cabinet d’un amateur, étude Ader-Picard-Tajan, 4 décembre 1987, hôtel Drouot, Paris). D’autres exemplaires en semblable reliure sont passés plus récemment sur le marché. Tout d’abord, un autre exemplaire, en plein maroquin rouge de l’époque avec décor à la Du Seuil, qui a suscité un prix record lors de la vente de la collection Ritman, chez Sotheby’s, à Londres (vente du 5 décembre 2001, n°117) : cet exemplaire avait auparavant appartenu à la collection Jacques Guérin, dispersée à Paris le 29 mars 1984. Et, tout dernièrement, la librairie Sourget, de Reims, proposait, dans son catalogue XXVI (printemps 2003), un exemplaire du premier tirage de la deuxième édition des Pensées en maroquin rouge à la Du Seuil (n°85), ainsi qu’un rare exemplaire de l’édition elzévirienne de 1677 relié en maroquin rouge aux armes et aux monogrammes couronnés du premier propriétaire, identifié comme le père Allard Le Roy, auteur d’un Compendium vitae B. Francisci de Borgia (n°89).

[3] Aujourd’hui conservé à la Bibliothèque municipale et interuniversitaire de Clermont-Ferrand (Réserve, R-5596). Dans le courant du XXème siècle, et jusqu’à sa vente en 1990, il avait appartenu à la fameuse bibliothèque littéraire du marquis du Bourg de Bozas Chaix d’Est-Ange (vente des 27 et 28 juin 1990, Drouot-Montaigne).

[4] A. Claudin, Catalogue de la bibliothèque de M. Rochebilière, librairie Claudin, Paris, 1892, page 44 : « In-12 ; v. br. (…) Ce savant prélat a enrichi ce volume de réflexions et de jugements qu’il a écrits dans les marges. Ces annotations critiques sont inédites et rendent ce volume véritablement précieux. Le dernier feuillet de garde contient également des notes autographes de Huet. Hauteur des marges : 158 mm. [ce qui en fait l’exemplaire le plus grand de marges de tous ceux appartenant à la collection Rochebilière] ».

[5] Bibliothèque municipale et interuniversitaire de Clermont-Ferrand, Réserve, R-5612.

[6] Communication du prof. Jean Mesnard (octobre 2003).

[7] Bibliothèque nationale de France, Rés.-Y2-876. Renseignement et photographie aimablement transmis par M. Jean-Marc Chatelain, alors conservateur à la Réserve des livres rares de la Bibliothèque nationale de France.

[8] Dans Œuvres de M. A. Arnauld, Paris-Lausanne, 1775, tome III, page 187. Cité par Odette Barenne, Une grande bibliothèque de Port-Royal – Inventaire inédit de la bibliothèque de Isaac-Louis Le Maistre de Savy (7 avril 1684), Etudes Augustiniennes, Paris, 1985, page 13, note 11.

[9] Voir E. Jacques, Les années d’exil d’Antoine Arnauld, Louvain, 1976, page 434, note 85.

MONETA (6) : VALENTINIEN II, UN EMPEREUR MARIONNETTE

VALENTINIEN II, UN EMPEREUR MARIONNETTE

Valentinien II silique recto

Et voilà que m’arrive d’Angleterre une magnifique silique d’argent de Valentinien II, avec un très beau et fin portrait de ce souverain méconnu ! Officiellement, Flavius Valentinianus (371-392) demeura sur le trône impérial d’Occident entre 375 et 392. Belle longévité, me dira-t-on, en ces périodes de grande consommation de souverains ! Ces dix-sept ans de règne nominal cachent en réalité une histoire assez poignante, celle d’un enfant-roi manipulé tout au long de sa courte existence, à la fois marionnette et cible dans des jeux de puissants. Examinons ce règne comme une tragédie classique en cinq actes.

ACTE I : LA MERE. Valentinien II avait seulement quatre ans lorsque son père Valentinien, premier du nom et créateur de la dynastie, mourut d’un solide coup de sang, ayant été fort énervé par les malencontreuses paroles d’un ambassadeur quade venu présenter la soumission de son peuple. Nous étions en novembre 375 et Gratien, le fils aîné de l’empereur (né d’un premier lit), était bien loin (à Trèves). Les absents ayant toujours tort, les légions du Danube proclamèrent le rejeton impérial qu’ils avaient sous la main – une décision fortement stimulée, d’ailleurs, par la mère du bambin, Justine, qui était la seconde épouse de Valentinien Ier. Elle possédait toutefois une ascendance impériale (on la pense petite-nièce de Constantin Ier le Grand) et elle avait été mariée, en premières noces, à l’usurpateur Magnence (qui avait pourtant mal fini). En influençant le choix des légions, cette impératrice à poigne voulait garantir les intérêts de son fils face à l’héritier légitime, Gratien. Heureusement, ce dernier était bonne pâte et ne nuisit en rien à son jeune demi-frère. Il accepta même une partition de l’Empire d’Occident : lui garderait les Gaules, la (Grande-)Bretagne et l’Espagne ; Valentinien (enfin sa mère) aurait le contrôle de l’Italie, de l’Illyrie et de l’Afrique du nord.

ACTE II : L’USURPATEUR. En 383, Gratien fut détrôné et tué par un usurpateur venu de (Grande-)Bretagne, le général Magnus Maximus, qui prit la pourpre et se fit plus ou moins reconnaître par l’empereur d’Orient, Théodose. Justine parvint à maintenir un statu quo, mais sa foi arienne fut la cause d’un début d’une guerre de religion en Italie (le « Conflit des basiliques »). Menés par (saint) Ambroise, évêque de Milan, les chrétiens catholiques en appelèrent à Maximus qui, prétextant de les défendre, envahit l’Italie en 387. Valentinien et sa mère furent obligés de fuir leur capitale de Milan pour se réfugier à Constantinople auprès de Théodose. Comme ce dernier devait son trône à la dynastie valentinienne, on le pria d’intervenir contre l’usurpateur. Théodose accepta, mais à la condition que les deux réfugiés abjurent l’arianisme. Ce préalable accompli, il tint sa promesse et lança toutes les forces armées de l’Empire d’Orient contre l’Italie. Après une mémorable raclée reçue près de la rivière Save au printemps 388, Maximus fut assiégé dans Aquilée, fait prisonnier et décapité au mois d’août suivant.

ACTE III : LE BARBARE. Justine a-t-elle vu la victoire finale et son fils rétabli sur le trône d’Occident ? Ce n’est pas certain, car elle mourut cette même année. La régente disparue, il fallait un tuteur au jeune empereur. Le choix revenait au vainqueur du jour, Théodose, qui imposa aux côtés de Valentinien un de ses propres généraux barbares, le Franc Arbogast. Mais au lieu de jouer son rôle de protecteur et de mentor, le « magister militum » se mua bientôt en geôlier, maintenant le jeune souverain confiné dans le palais impérial de Vienne (cité gauloise promue capitale de l’Empire d’Occident). Les proches de l’empereur tentèrent bien de briser ce joug, mais en vain : Arbogast tua même de sa propre épée le meilleur ami de Valentinien, Harmonius, sur les marches du trône impérial. La crise atteignit son paroxysme, lorsque Valentinien voulut prendre la tête des légions des Gaules pour se rendre en Italie. Devant le refus insolent d’Arbogast, Valentinien tenta enfin de relever la tête, par un coup de force audacieux. En pleine audience publique, devant toute la Cour, il destitua officiellement le général rebelle de son commandement. Bien tenté, mais raté. Sans se démonter, le Franc aurait jeté un coup d’œil méprisant sur le décret, avant de le froisser et de balancer la boulette de parchemin au pied du trône, proclamant que personne n’avait plus le pouvoir de le limoger. Devant cet affront, le jeune souverain furieux aurait tiré son glaive pour frapper le séditieux, mais ses gardes du corps (mais étaient-ils encore bien à son service ?) l’en empêchèrent. Tout à sa rage, Valentinien écrivit dans la foulée à l’empereur Théodose et à l’évêque Ambroise pour se plaindre et réclamer leur soutien. Ambroise prit sur le champ la route de Vienne, mais il était déjà trop tard pour l’empereur.

 ACTE IV : LA FIN. Le 15 mai 392, les serviteurs de l’empereur retrouvèrent leur maître mort, pendu dans sa chambre du palais de Vienne. Il avait 21 ans. Selon Arbogast, bien entendu, l’empereur aurait fait une petite déprime qui se serait tragiquement conclue sur un suicide : ces jeunes gens sont si fragiles… Certains auteurs antiques acceptèrent cette version accommodante. Pour d’autres, il s’agissait en revanche d’un crime politique : les hommes de main d’Arbogast auraient étouffé l’empereur sous un oreiller, avant de le suspendre au plafond comme un vulgaire lustre. Escorté par ses sœurs Justa et Grata, le corps du défunt fut convoyé jusqu’à la nécropole familiale (sise dans l’église Saint-Laurent de Milan) et déposé dans un sarcophage de porphyre, juste à côté du tombeau de son demi-frère Gratien. Avec ce jeune homme s’éteignait la dynastie des Valentiniens.

ACTE V : EPILOGUE. Comment se déroula la succession ? Demeuré seul empereur, Théodose désigna son fils Arcadius pour occuper le trône d’Occident. Arbogast accepta tout d’abord cette nomination, avant de se dire que, finalement, le pouvoir était trop doux à exercer. Un Barbare ne pouvant porter la pourpre, il se choisit un homme de paille, un haut fonctionnaire impérial et professeur de rhétorique à Vienne, Eugenius, dont il fit un empereur. Cela déboucha bien sûr sur un nouveau conflit, mais nous aurons l’occasion d’y revenir (surtout quand j’aurai pu me procurer une silique d’Eugène, une monnaie diantrement rare, recherchée et chère, misère…).

Valentinien II silique

MONETA (5) : DUR D’ÊTRE UN ENFANT ROI SOUS LES CESARS…

DUR D’ÊTRE UN ENFANT ROI SOUS LES CESARS…

Diadumenien

Les palais impériaux romains fourmillaient d’enfants au destin demeuré mal connu. Il était souvent tragique, à l’image de celui de leurs parents. Ainsi, la petite Julia Drusilia, la fille bien aimée de Caligula, ne survit-elle que quelques heures à l’assassinat de son père. Non seulement elle fut tuée dans des conditions terribles, mais son souvenir se ressentit de la damnatio memoriae de l’empereur : voulant forcer le trait de la folie de famille, Suétone la présenta même comme un petit monstre, prétendant qu’elle attaquait et griffait les yeux de ses petits compagnons de jeux (à 14 mois !).

Diaduménien, Maxime, Valérien II, Salonin… Ils furent nombreux, ces petits princes, à connaître un sort funeste, surtout lorsqu’ils avaient été associés au pouvoir. Voici une petite galerie monétaire de ces garçonnets ou adolescents, nommés Césars et Princes de la Jeunesse par leur père, dans des tentatives (vaines) de créer une nouvelle lignée : ces rêves dynastiques sombraient le plus souvent au bout de quelques mois… Voir les légendes des images pour des biographies rapides !

Diadumenien

DIADUMENIEN (208-218), fils de l’empereur Macrin

Nommé césar au début du bref règne de son père (217-218), il dut fuir Antioche après la défaite de Macrin devant son concurrent Elagabal. Ses proches voulurent le faire passer en pays parthe, mais il fut rattrapé lors de la traversée de l’Euphrate et mis à mort.

Maxime césar

MAXIME (220-238), fils de l’empereur Maximin Ier (dit le Thrace)

Nommé césar par son père vers 236, il se trouvait à ses côtés lors du siège d’Aquilée deux ans plus tard, lorsque leur propre garde prétorienne, trouvant plus d’intérêt à rallier les usurpateurs Balbin et Pupien, se retourna contre eux et les massacra.

valerien II

VALERIEN II (v. 240-257), fils aîné de l’empereur Gallien

Envoyé par son père en 253 comme césar sur le limes de l’Illyrie, pour symboliser le pouvoir impérial à des légions frontalières toujours promptes à se soulever, il mourut mystérieusement à Sirmium en 257. Les soupçons se portèrent sur son aide de camp, le général Ingenuus, qui, de fait, se révolta peu après, avec le soutien de ses soldats.

salonin II

SALONIN (v. 242-260), fils cadet de l’empereur Gallien
Fait césar en 258, il fut envoyé par son père en Gaule, afin d’y représenter la famille impériale. Sous la tutelle d’un préfet du prétoire nommé Silvanus, il résidait à Cologne, afin de surveiller le limes rhénan. Pour avoir privé les légions de butin, ils durent affronter la colère des soldats qui les assiègèrent. Débordé par plusieurs guerres ou rébellions à travers l’Empire, Gallien envoya le titre d’auguste à son fils, mais pas de renforts. Salonin et son précepteur furent tués lorsque la ville tomba en juillet 260. Le général des légions gauloises, Postumus, prit le pouvoir, le titre d’auguste et créa l’Empire des Gaules, qui devait durer une quinzaine d’années.
tetricus II
TETRICUS II (v. 260 ? – apr. 274), fils de l’empereur Tétricus Ier
Nommé césar en 273 par son père, un sénateur gaulois, gouveneur de la Gaule Aquitaine, qui ramassa la pourpre et fut le dernier souverain de l’éphémère Empire des Gaules. Plus politiques que leurs prédécesseurs, ils surent la partie perdue lorsque l’empereur légitime, Aurélien, passa les Alpes avec ses légions. Après quelques négociations secrètes et un simulacre de bataille près de Châlons-sur-Saône (pour l’honneur), ils rendirent les armes et obtinrent la vie sauve. S’ils durent en passer par l’humiliation de figurer dans le défilé de victoire d’Aurélien, ils furent ensuite comblés d’honneur, gardant leur rang sénatorial et des postes de gouveneur de province. L’un des seuls exemples de règne se terminant bien !
crispus
CRISPUS (v. 305-326), fils de l’empereur Constantin Ier
Fait césar en 317, plusieurs fois consul, il remporta plusieurs victoires militaires décisives sur le Francs, les Alamans, ainsi qu’une bataille navale contre l’usurpateur Licinius. En dépit des services rendus, il fut executé sur ordre de son père. Les raisons évoquées sont variées : 1/ Constantin aurait pris ombrage de ces succès et de l’influence de son fils sur les légions ; 2/ Crispus aurait repoussé les avances de sa jeune belle-mère Fausta et celle-ci se serait plainte à son époux Constantin d’un viol imaginaire. Le mensonge n’aurait été découvert qu’après coup (et, de fait, Fausta fut exécutée quelques mois plus tard) ; 3/ Crispus, demeuré païen comme Fausta, aurait comploté à la chute de son père, forçant celui-ci à une réaction sans pitié…

MONETA (4) : DIDIUS JULIANUS, EMPEREUR D’UN JOUR

DIDIUS JULIANUS, EMPEREUR D’UN JOUR

didus julianus

Ahhh, elle est enfin arrivée sur mes plateaux ! Une monnaie hystériquement rare (indice R3 = rarissime) !!! Un denier d’argent de l’empereur Didius Julianus. Si vous le ne connaissez pas, soyez rassuré : vous n’êtes pas victime par anticipation de la réforme scélérate de Najat Vallaud-Belkacem contre notre beau patrimoine latin. En fait, personne ou presque ne le connaît, le pauvre n’a « régné » que du 28 mars au 1er juin 193, presque un record sous l’Empire romain (où l’on faisait pourtant une grande consommation de souverains) ! Sénateur, il avait été poussé par ses proches à prendre le pouvoir à Rome après l’assassinat de son tout aussi fugace prédécesseur, Pertinax (qui fut empereur du 1er janvier au 28 mars 193). Didius Julianus dut en fait acheter le trône aux prétoriens : 6’250 deniers pour chaque soldat de ces garnisons d’élite basées à Rome. Le scandale fut immense, le peuple mécontenté, les autres légions insatisfaites : trois usurpateurs se lévèrent à travers tout l’Empire et marchèrent sur Rome. Le premier arrivé, Septime Sévère (futur fondateur de la dynastie des Sévères), fit décapiter le pauvre Julianus qui demanda encore, la tête sur le billot : « mais qu’ai-je donc fait ? qui ai-je volé ? qui ai-je assassiné ? ». Preuve une fois de plus qu’il ne faut jamais mélanger affaires d’argent et affaires d’Etat !

MONETA (3) : NERON ET SES DENIERS, UNE ÂME BIEN VILE…

NERON ET SES DENIERS : UNE ÂME BIEN VILE…

Néron1

En juin 68, devant la révolte initiée par le Sénat et certains puissants gouverneurs de province (en premier lieu, Galba), Néron mettait fin à ses jours. Demeuré aimé par le peuple pour sa politique « panem et circenses », mais haï par l’aristocratie sénatoriale, il fut frappé de « damnatio memoriae », origine de la « légende noire » du personnage. Pour autant, cette prescription fut peu suivie d’effets et les monnaies à l’effigie de Néron, par exemple, ne furent que très peu retirées de la circulation et refondues.

La réforme monétaire initiée par Néron en 64 avait fait passer le denier d’argent de 3,8 grs à 3,3 grs, mais avec un cours officiel maintenu : bon moyen de redresser les finances de l’Empire sur le dos de ses sujets ! Cet affaiblissement du poids du denier, ainsi que la guerre civile qui suivit la mort de Néron (69, l’année des quatre empereurs : Galba, Othon, Vitellius et Vespasien), favorisèrent le travail des faux-monnayeurs.

Dans ce cadre deux deniers néroniens viennent de rejoindre mes plateaux. Si le premier, belle monnaie sortie d’un atelier officiel, est constitué d’argent presque pur (90 %), le second est un vrai faux d’époque, ce qu’on nomme une pièce « fourrée », c’est-à-dire un noyau, plus exactement nommé « âme », en métal vil (bronze ou cuivre) revêtu d’un fin enrobage de métal noble (argent). Cette mince pellicule a ici « sauté » par endroits, révélant le métal sous-jacent, dont l’oxydation verte révèle bien la nature. Voilà vraiment une âme bien vile, même pour un Néron !

Néron2

Vrai faux denier de Néron.

En deux endroits, la pellicule d’argent a sauté, révélant le bronze sous-jacent.

D’après l’oxydation, ces zones sont sans doute à l’air depuis longtemps.

 

MONETA (2) : VETRANIO, L’USURPATEUR QUI SURVECUT (PAR HASARD !)

VETRANIO, L’USURPATEUR QUI SURVECUT (PAR HASARD !)

Vetranio

En ce milieu du IVe siècle, dans les soubresauts successionnels qui suivirent la mort de Constantin le Grand, il ne faisait pas bon porter la pourpre impériale, qu’on soit porphyrogénète (c’est-à-dire né d’un papa empereur) ou usurpateur. En fait, un seul de ces usurpateurs réussit à survivre dans ce panier de crabes, sans trop savoir comment d’ailleurs : un obscur général nommé VETRANIO.

Plantons le décor. En 337, les trois fils de Constantin avaient déjà fait le ménage au sein de la famille, éliminant scrupuleusement oncles et cousins (seuls le jeune Julien [futur Julien l’Apostat] et son frère Constance Galle furent épargnés). Puis les joyeux drilles se partagèrent l’Empire et commencèrent à s’écharper entre eux. Ne restaient en 350 que Constance II (en Orient) et Constant Ier (en Occident, où il avait liquidé en 340 son frère Constantin II, récupérant au passage les Gaules, la Bretagne et l’Hispani pour les ajoindre à son Italie).

Souverain fratricide, à la fois cruel et lâche, pressurant ses sujets d’impôts, Constant s’attira la haine général des Gaules. En janvier 350, le général des armées du Rhin, Magnence, fomente un coup d’état militaire à Autun (Augustodunum) et se fait acclamer comme empereur par ses troupes. Traqué, Constant doit fuir à travers toute la Gaule : rattrapé dans la petite cité d’Helena (Elne), aux pieds des Pyrénées, il est mis à mort sans pitié. En Orient, le frère du défunt, Constance II, est loin de le pleurer, mais il éprouve des sentiments partagés : d’un côté, on lui a épargné du boulot, mais d’un autre, c’est un parvenu, ancien esclave qui plus est, qui vient de poser son postérieur sur le trône d’Occident. Or, si les rois aiment en général s’écharper en famille, ils répugnent à voir le premier pékin venu participer à la curée ! Toutefois, il y a un problème dans l’immédiat : les Perses s’agitent sur les frontières orientales et Constance II ne peut abandonner ce front pour gagner l’Europe. Il faut donc trouver un moyen de temporiser… Paradoxalement, c’est une seconde usurpation qui va lui offrir cette chance.

En Illyrie, les légions du Danube, qui se sont également mutinées de leur côté, élisent empereur leur général, un vieux soldat originaire de Mésie (actuelle Serbie), sorti du rang et blanchi sous le harnois : VETRANIO. La propre soeur de Constance II, Constantia, cautionne l’acte, autant pour empêcher Magnence de s’emparer de tout l’Occident que pour embêter son seul frère survivant (qui avait fait d’elle une veuve en assassinant jadis son époux Hannibalien : quelle famille !). Constantia propose donc au soldat le rang (subalterne) de « César », mais Vetranio, qui se prend au jeu, endosse finalement la pourpe le 1er mars 350 en se bombarbant « Auguste ». L’Occident se retrouve ainsi avec deux usurpateurs à sa tête ! Et bientôt même trois quand un neveu oublié de Constantin Ier, nommé Népotien, se proclame empereur à Rome le 7 juin 350. Il ne parvient à se maintenir que 23 jours (presque le record absolu), avant de se faire dessouder par Magnence, descendu en quatrième vitesse en Italie pour lui régler son compte (30 juin 350).

Disposant de fortes et fidèles légions à la jointure des parties occidentale et orientale de l’Empire, jouant du coup le rôle de tampon entre Magnence et Constance II, Vetranio va être courtisé par les deux hommes. L’usurpateur va lui faire miroiter les avantages d’une alliance ; l’empereur légitime fait mine de reconnaître son accession au trône et lui envoie un diadème d’or (que Vetranio, jouant les modestes, refuse, préférant une simple couronne de lauriers).

Finalement libéré du péril perse par une trève conclue en urgence, Constance II (par ailleurs souverain fort apathique, sauf pour les querelles d’héritage et le règlement des usurpations) se tourne vers l’Europe et décide de traiter en premier lieu le cas de Vetranio, qui lui semble plus simple à traiter. Affirmant refuser l’idée d’un affrontement avec ce vieux et fidèle serviteur de l’État poussé à l’usurpation par les circonstances de ces temps malheureux (« Ô tempora ! Ô mores ! »), Constance lui propose carrément un partage de l’Empire, sujet grave et pointu ne pouvant être débattu que de vive voix, d’homme à homme. Des négociations sont donc lancées dans la ville de Serdica (Thrace), en vue d’une conférence au sommet. Vetranio est arrivé avec toutes ses légions, Constance n’est pour sa part entouré que d’une faible escorte et de ses secrétaires. Mais dans les coffres de ses fourgons, des montagnes d’or. Pendant des jours, cet argent arrose discrètement les officiers et les hommes de Vetranio. Et quand, le 25 décembre 350, les deux armées font leur jonction près de Naissus (Nish, actuelle Serbie) et que les souverains, ayant passé en revue les troupes, s’apprêtent à les haranguer depuis une estrade, les légionnaires de Vetranio acclament Constance comme seul et unique empereur. Alors qu’il pensait accéder au plus haut sommet de l’empire, le pauvre souverain-débutant perd tout en un instant : nul doute qu’il connaisse alors un grand et fort pénible moment de solitude, trahi et abandonné face devant quelques milliers de soldats en armes !

Lâché par tous ses partisans, Vetranio se voit dépouillé du diadème et de la cape de pourpre par Constance lui-même, directement sur l’estrade. Son règne n’aura duré que neuf mois. En revanche, cas exceptionnel (et sans doute pour des raisons politiques : Vetranio était encore populaire dans les légions), il lui est laissé la vie sauve, et même plus que cela : Constance l’envoie certes au loin, mais pas véritablement en exil, plutôt dans une forme de retraite dorée, aux frais de l’Etat, avec une confortable rente et dans un agréable domaine situé à Prusa (aujourd’hui Bursa, en Turquie). Vetranio y meurt paisiblement six ans plus tard.

Magnence, de son côté, ne bénéficia pas de la même mansuétude. Associé à son frère Décence (choisi comme César), il résista encore trois ans à Constance II en Gaule, avant de perdre l’ultime bataille de Mons Seleucus en 353. Les deux frères vaincus se suicidèrent pour échapper à la vindicte de leur ennemi. Quant à ce dernier, c’est une maladie qui l’emporta en 361, alors qu’il se rendait en Gaule pour y traiter une nouvelle usurpation : celle de son propre cousin, Julien l’Apostat (le dernier représentant des Constantiniens), qui lui succédera.

Constant Ier

L’empereur Constant Ier

Magnence

L’usurpateur Magnence, proclamé auguste en Gaule

Decence

Le césar Décence, frère de Magnence

Quelques livres, autographes et monnaies à découvrir