MELANGES TIRES D’UNE PETITE BIBLIOTHEQUE (6) : ALLER A LA POSTE, ALEAS POSTAUX

ALLER A LA POSTE, ALEAS POSTAUX

« Mais comment se fait-ce, je n’ai pas reçu votre dernier carton d’invitation ? Bon, il est vrai que j’ai changé d’adresse… Comment, vous ne le saviez pas ?  », « J’ai passé commande de votre beau catalogue il y a deux jours et je n’ai toujours rien reçu », « Alors figurez-vous que je me suis inscrit en ligne et que votre newsletter ne me parvient jamais, jamais, jamais ! Ah, la boîte à spams ? C’est quoi ? », etc.

Si nous pouvions obtenir un franc à chaque fois que ces phrases nous sont sorties, nul doute que la Fondation Bodmer pourrait acquérir, chaque année, un manuscrit médiéval ou au minimum un bel incunable. C’est sans aucun doute le lot de chaque institution muséale ou culturelle. Parfois c’est justifié, souvent c’est exagéré, et la numérisation des flux ne semble pas avoir changé grand-chose (qui dit « envoi en nombre » dit « arrivée dans les spams », mais allez expliquer cela…).

Pour se rassurer, il faut se dire que les plus grands acteurs de la culture se sont ainsi fait taper sur les doigts par le passé, les éditeurs en tout premier lieu. En voici deux petits exemples tirés de mes rayons, concernant :

1/ Léon Vanier (1847-1896), l’éditeur de Verlaine, mais aussi des plus grands poètes symbolistes et modernes (Rimbaud, Mallarmé, Laforgue, Moréas, etc.),

2/ son aîné Alphonse Lemerre (1838-1912), l’éditeur historique du mouvement parnassien (Gautier, Banville, Leconte de Lisle, Coppée, Heredia, le jeune Verlaine à ses débuts), mais aussi de grands romanciers du temps (Barbey d’Aurevilly, Daudet, Flaubert, Anatole France, Goncourt, etc.).

I.              Moréas vs. Vanier : un injuste agacement (1891)

Né à Athènes sous le nom (un peu compliqué) de Ioannis Papadiamantopoulos, le poète Jean Moréas (1856-1910) est le plus français des auteurs grecs. Fixé définitivement à Paris dès 1880, il se distingua comme créateur non pas d’un, mais de deux mouvements littéraires : le symbolisme (qui se démarqua en 1886 des écoles parnassienne et décadentiste), puis l’école romane (à partir de 1902).  Après deux recueils d’inspiration verlainienne (Les Syrtes et les Cantilènes, en 1884 et 1886), Moréas livra ses premiers poèmes purement symbolistes dans un volume intitulé Le Pèlerin passionné, publié par Vanier en 1891. C’est justement à propos de la diffusion de ce recueil qui Moréas, mécontent des expéditions, écrivit ce courrier énervé à son éditeur.

Moréas1

« Samedi [25 janvier 1891]. Mon cher Vanier, Bertal-Graivil [journaliste et critique] que je rencontre me dit n’avoir pas reçu le Pèlerin. Je redoute d’autres cas pareils. Soyons sérieux, je vous prie. Votre Jean Moréas »

Comme toujours consciencieux dans le traitement de sa correspondance, Vanier a inscrit au crayon, au bas de la lettre : « Réclamation injustifiée, Bertal-Graivil ayant reçu son volume en son temps. V. ». Et pan sur le bec !

Moréas2

II.           D’un malheur peut sortir un bien : exemple avec un Heredia (1893)

Le second exemple concerne également un poète d’origine étrangère : l’Hispano-cubain José-Maria de Heredia (1842-1905), l’un des papes du Parnasse, reçu à l’Académie en 1894. Paru l’année précédente aux éditions Lemerre, son unique recueil de poèmes, Les Trophées, contient 118 sonnets ciselés avec amour durant des années et qui demeurent l’un des hauts sommets de la poésie du XIXe siècle.  A la sortie de ce recueil, d’abord en format in-8°, puis peu après en format in-12, Heredia avait bien entendu fait envoyer quelques exemplaires d’auteur rehaussés d’envois amicaux (je garde en réserve quelques-uns d’entre eux pour un billet spécial Heredia). Parmi ces envois, effectués par la maison Lemerre, un volume était destiné au comte Maurice de Fleury (1860-1931), un médecin très proche des milieux littéraires et des poètes de son temps. Il faut dire que le bon docteur, élève de Charcot, était un spécialiste des maladies nerveuses et mentales… Autant être proche de ses potentiels clients ! J Auteur lui-même d’études sur le sommeil, l’insomnie, l’épuisement nerveux, mais aussi d’un recueil de contes et de biographies, il fut un ami proche de Zola (qu’il renseigna pour « Le Docteur Pascal ») et surtout de Huysmans.

Là intervint le problème. Dans la folie des emballages et des envois, l’exemplaire promis fut envoyé à un autre destinataire qui se manifesta auprès de l’auteur. Réagissant comme une chatte qui aurait perdu ses petits, Heredia écrivit alors au docteur de Fleury pour essayer de s’y retrouver, d’où la lettre en question, au ton un brin catastrophé :

1931-LAS

 « Mon cher Fleury, Avez-vous reçu les Trophées que je vous ai adressés il y a un mois ? Avez-vous l’ex. de Loti ? Loti m’écrit qu’il a le vôtre. Faut-il vous le faire renvoyer ? Quel gâchis ! Cordialement vôtre, JM de Heredia. Ce 20 avril [1893] ».

Heureusement, tout finit par rentrer dans l’ordre et Maurice de Fleury put récupérer son exemplaire, enrichi non seulement de l’envoi amical de Heredia, mais aussi d’un mot d’excuses du destinataire erroné : « Je demande pardon à Mr. Maurice de Fleury d’avoir coupé les pages de ce livre, Pierre Loti ». Nul doute que le docteur bibliophile se soit plutôt réjoui de l’aventure qui lui permettait d’obtenir un livre revêtu des autographes de deux des plus grands auteurs de son temps !

1931-envoi

Conclusion : les erreurs d’envoi peuvent aussi avoir du bon !

MELANGES TIRES D’UNE PETITE BIBLIOTHEQUE (5) : UN LIVRE POUR DEUX FRERES

UN LIVRE POUR DEUX FRERES

L’EXEMPLAIRE ARNAULD

DE L’EDITION ORIGINALE DES PENSEES DE PASCAL

(1670)

 800px-Blaise_Pascal_Versailles

             Monument de la littérature classique française, œuvre philosophique majeure, les Pensées de Pascal sont, depuis toujours, un ouvrage particulièrement recherché des bibliophiles, un de ces quelques titres mythiques que tout collectionneur rêve, tôt ou tard, de posséder. Dans mon cas, cela s’est accompagné d’une de ces belles histoires bibliophiliques, le coup de chance et la découverte d’un « merle blanc », comme en rêve chaque collectionneur.

             Revenons en arrière d’une douzaine d’années. En février 2003, en pleine préparation de l’agrég’, j’épluche quand même régulièrement les premiers sites de librairies en ligne. Parcourant la longue liste proposée par un bouquiniste nouvellement établi dans le Sud-Ouest, je tombe sur une laconique notice : « Pascal, Pensées, Paris, 1670. Veau d’époque. Inscriptions manuscrites » (sic). Le prix étant modique (vraiment très modique) et conforme à mes moyens estudiantins (autrement dit encore gérable dans mon perpétuel découvert bancaire), je pose une sorte de « pari pascalien » : si c’est une édition originale, tant mieux ; si ce volume ne l’est pas, j’aurai toujours une contrefaçon dans l’année de l’originale. Deux semaines plus tard, le volume arrive et c’est le jackpot : non seulement le volume est bien l’édition originale, avec tous ses critères, mais la découverte des « inscriptions manuscrites » me donne un coup au cœur… Vous allez comprendre pourquoi…

I. La question bibliographique de l’édition originale :

             Mais revenons tout d’abord sur la question de l’édition originale des Pensées, un dossier de longue haleine. Les bibliographes de la fin du XIXe siècle, et tout spécialement Jules Le Petit, ont éclairci les derniers mystères qui entouraient la question de la véritable « originale », en corrigeant l’erreur, reprise par Jacques-Charles Brunet dans son fameux Manuel du libraire et de l’amateur de livres anciens, qui faisait de l’édition de 334 pages la première parue. Il est depuis établi que la véritable première édition fut bien celle de 365 pages, précédées de XLI feuillets préliminaires non chiffrées (comprenant le titre et un feuillet pour le privilège et les errata), avec dix feuillets non chiffrés de table[1].

             Par ailleurs, Le Petit avait été l’un des premiers à signaler la découverte stupéfiante réalisée par un certain M. Salacroux, dans les années 1860. Ce « chineur » avait en effet découvert, coincé parmi les volumes d’une boîte de bouquiniste des quais de Seine, un exemplaire très étrange des Pensées qui présentait la date « M. DC. LXIX » sur sa page de titre et qui était dépourvu des feuillets préliminaires contenant les approbations ecclésiastiques. L’hypothèse en général avancée est que cet exemplaire faisait partie d’un pré-tirage, en nombre très restreint, destiné aux proches de Pascal, ainsi qu’aux censeurs et aux familiers de l’archevêque de Paris, Hardouin de Pérefixe. Ce volume, alors considéré comme un unicum, fut vendu 100 francs-or à la Bibliothèque Impériale et fait aujourd’hui partie des collections de la Bibliothèque nationale de France, sous la cote Rés. D-21374. Un second exemplaire a depuis lors fait surface.

Pensées de 1669

II. L’édition originale et quelques rares exemplaires de provenances prestigieuses :

             Bien avant ces recherches bibliographiques sur des « questions obscures et délicates » (pour reprendre les termes de Gustave Brunet), cette première édition avait figuré, preuve de sa bonne réception, dans de nombreuses grandes bibliothèques de l’époque. Quelques lecteurs contemporains fortunés n’avaient d’ailleurs pas hésité à faire recouvrir leur exemplaire d’un riche maroquin (ces exemplaires de luxe restant toutefois d’une grande rareté)[2]. La Bibliothèque municipale de Clermont-Ferrand possède ainsi, relié en maroquin rouge de l’époque, l’exemplaire au chiffre d’Armand-Charles de La Porte, duc de La Meilleraye et de Rethelois-Mazarin, époux d’Hortense Mancini, une des nièces de Mazarin. Une lettre autographe de cette dernière a d’ailleurs été rajoutée au volume[3].

Pensées aux armes 1

   –

          Manuscrits ou sous forme de vignettes gravées, les ex-libris qui ornent encore les gardes de certains exemplaires de l’édition originale des Pensées, sont tout autant de preuves matérielles permettant l’identification de ces propriétaires originels. Par ce biais, quelques exemplaires, rendus exceptionnels par l’identité de leurs premiers possesseurs, ont été peu à peu reconnus et recensés par les chercheurs et bibliographes. Le plus célèbre est sans doute l’exemplaire personnel de Pierre-Daniel Huet, l’érudit évêque d’Avranches. Découvert au milieu du XIXe siècle par le fameux collectionneur Rochebilière, le volume figura à sa vente, en 1882, sous le numéro 119[4]. Muni de l’ex-libris gravé du prélat, dont les armes ont également été frappées à chaud sur les plats, l’exemplaire comporte de très nombreuses notes marginales de la main de Huet, fruits de sa lecture attentive et critique de l’œuvre. Sur les dernières gardes, entre autres observations, l’évêque indiqua d’ailleurs assez sévèrement : « Dans tout cet ouvrage, il n’y presque rien de nouveau que l’expression, le tour et la disposition »… Ce volume, particulièrement précieux, fut acquis par la Bibliothèque nationale où il est aujourd’hui conservé dans la réserve des livres rares, sous la cote D-21375.

             D’autres volumes furent propriété de personnes plus impliqués dans le jansénisme et, à ce titre, plus proches de Pascal. La Bibliothèque municipale de Clermont-Ferrand possède ainsi un exemplaire présentant un ex-dono manuscrit signé Périer (soit Florin Périer, soit l’abbé Louis Périer, le propre neveu de Pascal, qui se chargea d’ailleurs de collecter et de mettre en forme les notes éparses de son oncle, pour former l’œuvre ensuite publiée sous le titre de Pensées de M. Pascal sur la religion et quelques autres sujets)[5]. Autre propriétaire étroitement lié à Pascal : le précepteur des deux plus jeunes neveux de l’auteur, Rebergues, dont la signature a été retrouvée sur un autre exemplaire de l’édition originale des Pensées[6].

III. Une provenance exceptionnelle : les Pensées des frères Arnauld

             Revenons-en à présent à l’exemplaire qui arriva entre mes mains en février 2003. Doté de bonnes marges (159 x 90 mm) et revêtu d’un très traditionnel veau d’époque (dos à cinq nerfs orné de fleurons dorés, tranches mouchetées rouges), le volume présentait deux ex-libris manuscrits, l’un directement sur le titre, l’autre sur le contre-plat inférieur. Et nul besoin d’être un expert de l’histoire du jansénisme français pour connaître le nom de la famille Arnauld…

Ex-libris Arnauld (page de titre)

             Au bas de la page de titre s’affichait en effet la signature « Arnauld », clairement identifiable comme étant celle d’Antoine Arnauld (1612-1694), le « Grand Arnauld », autrement dit le maître à penser du jansénisme en France, mais aussi de Pascal lui-même. Au-delà de son activité de théologien (qui lui valut les foudres de Louis XIV et l’exil), de logicien et de penseur de la philosophie du langage (on lui doit, entre autres, une Grammaire générale et raisonnée en 1660 et sa fameuse Logique de port-Royal en 1662), Arnauld fut un des plus proches amis de Pascal, mais aussi son confesseur et son directeur de conscience. C’est d’ailleurs sous son inspiration que Pascal entreprit la rédaction de ses Lettres provinciales en 1656, au moment de l’exclusion d’Arnauld de la Sorbonne. Malgré la brouille qui les éloigna en 1661, un an avant la mort de Pascal (ce dernier estimait trop tiède la réaction d’Arnauld face aux persécutions royales), on retrouve Arnauld au nombre des penseurs chargés de l’examen et de la publication posthume des notes de Pascal, en 1668-1669 : à ce titre, il est l’un des pères de la première édition des Pensées publiée en 1670.

Signatures frères Arnauld

Le « Grand Arnauld » avait, en général, l’habitude de faire figurer son nom complet sur ses livres, du moins les in-folios ou les in-quartos : c’est sans doute le manque de place qui l’empêcha de le faire dans le cas présent, comme pour l’autre volume in-12 figurant dans ma collection. Identique à une signature apposée sur un document de 1677 (reproduit ci-dessus), cet ex-libris a été clairement identifié par les prof. Jean Mesnard (Sorbonne) et Dominique Descotes (Université de Clermont-Ferrand), autorités en ce qui concerne Pascal et Port-Royal.

Ex-libris Arnauld (contre-garde)

             La découverte du second ex-libris manuscrit, au contre-plat, fut l’occasion d’un autre coup au cœur. Cette fois-ci, c’est la signature du propre frère aîné du « Grand Arnauld » qui s’étalait : Robert Arnauld d’Andilly (1589-1674). Homme de cour, il s’était retiré en 1646 à Port-Royal, où sa fille Angélique était déjà religieuse. Il y mena une vie retirée, se consacrant à l’écriture : il publia notamment une traduction des Vies des Pères du Désert, mais écrivit aussi un Journal et des Mémoires. La place de son ex-libris, à la fin du volume, est inhabituelle et peut surprendre, mais il semble qu’inscrire son nom aux dernières pages de ses livres ait été une habitude d’Arnauld d’Andilly.

Ex-libris Arnauld (BNF)

En effet, les deux volumes de la Bibliothèque nationale de France qui comportent sa signature présentent la même particularité, comme cette dernière page, reproduite ci-dessus, de la table du De la Vida del picaro Guzman de Alfarache, roman de Mateo Aleman imprimé à Burgos en 1619, et ayant fait partie de la bibliothèque d’Arnauld d’Andilly[7]. Malheureusement, il n’existe aucune mention des Pensées et, à plus forte raison, de son propre exemplaire, dans les œuvres ou la correspondance d’Arnauld d’Andilly…

frères Arnauld

                    Cet exemplaire exceptionnel de l’édition originale des Pensées appartint donc à la fois à la bibliothèque du « Grand Arnauld » et à celle de son frère aîné, Robert Arnauld d’Andilly : un livre pour deux frères. Mais dans quel ordre et quelles circonstances ? Essayons de mener l’enquête. Robert Arnauld d’Andilly meurt en 1674, et son frère ne reprend le chemin de l’exil (dans les Flandres, puis aux Pays-Bas) qu’en 1679. Antoine Arnauld  doit donc avoir reçu ce volume dans la succession de son frère, puis l’avoir abandonné en France cinq ans plus tard, lors de son départ précipité et définitif. Cela coïncide d’ailleurs avec les quelques éléments connus sur le sort de la bibliothèque du Grand Arnauld. En effet, à la différence de certains des autres «Messieurs » forcés à l’exil, Antoine Arnauld n’emporta pas même une partie de sa bibliothèque dans son voyage : peut-être par choix (comment pouvait-il supposer que son départ serait en fait définitif ?), mais sans doute également contraint par les circonstances, il laissa l’intégralité de ses livres sous la garde d’un certain M. Hamelin, un dépôt qui devait, au début, être envisagé comme temporaire. Mais, au bout de quelques années, ce fidèle finit par se trouver embarassé par tous ces volumes, ce que révèle une lettre d’Arnauld à Mme de Fontpertuis, en date du 4 avril 1688 : « On m’a mandé diverses fois que M. Hamelin se plaint qu’on lui laisse si longtemps mes livres (…) ». Et, pour résoudre cette situation, Arnauld fut finalement forcé d’envisager la division de sa bibliothèque en plusieurs lots confiés à ses amis : « J’ai donc pensé de les partager à trois ou quatre (…) »[8]. On ne sait toutefois si ce projet fut effectivement réalisé. Quoiqu’il en soit, l’exil d’Arnauld n’empêchait pas ses livres de servir régulièrement, compulsés, voire empruntés par nombre de ses proches. Et, comme toujours dans semblable situation, certains volumes emportés ne revinrent jamais à leur emplacement initial ! On signale ainsi, dès cette époque, des livres d’Arnauld chez Cl. de Sainte-Marthe ou chez les Périer[9]. Arnauld n’ignorait d’ailleurs pas le fait, puisque, dans la même lettre à Mme de Fontpertuis, il évoquait avec quelque amertume ces « emprunts » indélicats : « C’a été un peu la faute de M. Thomas [Pierre Thomas du Fossé, mort en 1698, qui avait par ailleurs reçu par testament la propriété en usufruit de la bibliothèque d’Isaac-Louis Le Maistre de Sacy en 1684] qui n’eust pas le soin de fermer les tablettes à la clef »… Ce volume des  Pensées passa donc sans doute par l’une ou l’autre de ces bibliothèques, sans que l’on puisse malheureusement dire laquelle, en l’absence de tout autre ex-libris contemporain.

              Qu’advint-il ensuite du volume au XVIIIe siècle ? Là encore, absence d’indices qui puisse nous le faire découvrir. On ne peut relocaliser le volume que vers le début du siècle suivant, à Uzès : il comporte en effet, collé en haut du premier contre-plat (et par-dessus une indication manuscrite de prix, semble-t-il), une vignette ex-libris au nom d’un certain F. Larnac, habitant de cette ville. Par sa typographie et son style, cet ex-libris gravé semble dater du début du XIXe siècle. Le livre ne comporte malheureusement plus d’autres marques de propriété, empêchant d’en retracer plus précisément le cheminement jusqu’à notre époque. Néanmoins, les quelques renseignements obtenus auprès du libraire au moment de son achat laissent penser qu’il resta dans les Cévennes jusqu’au début du XXIe siècle, oublié au sein d’une vieille bibliothèque familiale.

PS : le présent billet est en grande partie repris de mon article « Un livre pour deux frères : l’exemplaire Arnauld de l’édition originale des Pensées de Pascal », publié en mars 2005 dans la revue Courrier du Centre international Blaise Pascal (n° 26). Depuis lors, j’ai pu acquérir un autre exemplaire présentant cette double provenance, avec les mêmes ex-libris manuscrits aux mêmes positions : une édition des Lettres de feu M. de Balzac, à M. Conrart (Paris, Augustin Courbé, 1659, petit in-12). Nul doute que d’autres volumes puissent être retrouvés !


[1] Voir : Jacques-Charles Brunet, Manuel du libraire et de l’amateur de livres anciens, Paris, 1860, tome IV, col. 398 ; Gustave Brunet, Manuel du libraire et de l’amateur de lirves anciensSuppléments (1878), tome II, col. 167-169 ; Jules Le Petit, Bibliographie des principales éditions originales d’écrivains français du XVe siècle au XVIIIe siècle, Paris, 1885, pages 207-213.

[2] L’un de ces exemplaires, réglé et relié en plein maroquin rouge d’époque avec décor à la Du Seuil, est passé en vente en 1987, à Paris. Le texte était réglé, laissant penser à un volume de dédicace. Le volume avait appartenu, au XVIIIe siècle, à la bibliothèque du cardinal de Rohan qui y apposa son ex-libris gravé (voir catalogue Cinquante livres et autographes précieux provenant du cabinet d’un amateur, étude Ader-Picard-Tajan, 4 décembre 1987, hôtel Drouot, Paris). D’autres exemplaires en semblable reliure sont passés plus récemment sur le marché. Tout d’abord, un autre exemplaire, en plein maroquin rouge de l’époque avec décor à la Du Seuil, qui a suscité un prix record lors de la vente de la collection Ritman, chez Sotheby’s, à Londres (vente du 5 décembre 2001, n°117) : cet exemplaire avait auparavant appartenu à la collection Jacques Guérin, dispersée à Paris le 29 mars 1984. Et, tout dernièrement, la librairie Sourget, de Reims, proposait, dans son catalogue XXVI (printemps 2003), un exemplaire du premier tirage de la deuxième édition des Pensées en maroquin rouge à la Du Seuil (n°85), ainsi qu’un rare exemplaire de l’édition elzévirienne de 1677 relié en maroquin rouge aux armes et aux monogrammes couronnés du premier propriétaire, identifié comme le père Allard Le Roy, auteur d’un Compendium vitae B. Francisci de Borgia (n°89).

[3] Aujourd’hui conservé à la Bibliothèque municipale et interuniversitaire de Clermont-Ferrand (Réserve, R-5596). Dans le courant du XXème siècle, et jusqu’à sa vente en 1990, il avait appartenu à la fameuse bibliothèque littéraire du marquis du Bourg de Bozas Chaix d’Est-Ange (vente des 27 et 28 juin 1990, Drouot-Montaigne).

[4] A. Claudin, Catalogue de la bibliothèque de M. Rochebilière, librairie Claudin, Paris, 1892, page 44 : « In-12 ; v. br. (…) Ce savant prélat a enrichi ce volume de réflexions et de jugements qu’il a écrits dans les marges. Ces annotations critiques sont inédites et rendent ce volume véritablement précieux. Le dernier feuillet de garde contient également des notes autographes de Huet. Hauteur des marges : 158 mm. [ce qui en fait l’exemplaire le plus grand de marges de tous ceux appartenant à la collection Rochebilière] ».

[5] Bibliothèque municipale et interuniversitaire de Clermont-Ferrand, Réserve, R-5612.

[6] Communication du prof. Jean Mesnard (octobre 2003).

[7] Bibliothèque nationale de France, Rés.-Y2-876. Renseignement et photographie aimablement transmis par M. Jean-Marc Chatelain, alors conservateur à la Réserve des livres rares de la Bibliothèque nationale de France.

[8] Dans Œuvres de M. A. Arnauld, Paris-Lausanne, 1775, tome III, page 187. Cité par Odette Barenne, Une grande bibliothèque de Port-Royal – Inventaire inédit de la bibliothèque de Isaac-Louis Le Maistre de Savy (7 avril 1684), Etudes Augustiniennes, Paris, 1985, page 13, note 11.

[9] Voir E. Jacques, Les années d’exil d’Antoine Arnauld, Louvain, 1976, page 434, note 85.

ROMANA MONETA (6) : VALENTINIEN II, UN EMPEREUR MARIONNETTE

VALENTINIEN II, UN EMPEREUR MARIONNETTE

Valentinien II silique recto

Et voilà que m’arrive d’Angleterre une magnifique silique d’argent de Valentinien II, avec un très beau et fin portrait de ce souverain méconnu ! Officiellement, Flavius Valentinianus (371-392) demeura sur le trône impérial d’Occident entre 375 et 392. Belle longévité, me dira-t-on, en ces périodes de grande consommation de souverains ! Ces dix-sept ans de règne nominal cachent en réalité une histoire assez poignante, celle d’un enfant-roi manipulé tout au long de sa courte existence, à la fois marionnette et cible dans des jeux de puissants. Examinons ce règne comme une tragédie classique en cinq actes.

ACTE I : LA MERE. Valentinien II avait seulement quatre ans lorsque son père Valentinien, premier du nom et créateur de la dynastie, mourut d’un solide coup de sang, ayant été fort énervé par les malencontreuses paroles d’un ambassadeur quade venu présenter la soumission de son peuple. Nous étions en novembre 375 et Gratien, le fils aîné de l’empereur (né d’un premier lit), était bien loin (à Trèves). Les absents ayant toujours tort, les légions du Danube proclamèrent le rejeton impérial qu’ils avaient sous la main – une décision fortement stimulée, d’ailleurs, par la mère du bambin, Justine, qui était la seconde épouse de Valentinien Ier. Elle possédait toutefois une ascendance impériale (on la pense petite-nièce de Constantin Ier le Grand) et elle avait été mariée, en premières noces, à l’usurpateur Magnence (qui avait pourtant mal fini). En influençant le choix des légions, cette impératrice à poigne voulait garantir les intérêts de son fils face à l’héritier légitime, Gratien. Heureusement, ce dernier était bonne pâte et ne nuisit en rien à son jeune demi-frère. Il accepta même une partition de l’Empire d’Occident : lui garderait les Gaules, la (Grande-)Bretagne et l’Espagne ; Valentinien (enfin sa mère) aurait le contrôle de l’Italie, de l’Illyrie et de l’Afrique du nord.

ACTE II : L’USURPATEUR. En 383, Gratien fut détrôné et tué par un usurpateur venu de (Grande-)Bretagne, le général Magnus Maximus, qui prit la pourpre et se fit plus ou moins reconnaître par l’empereur d’Orient, Théodose. Justine parvint à maintenir un statu quo, mais sa foi arienne fut la cause d’un début d’une guerre de religion en Italie (le « Conflit des basiliques »). Menés par (saint) Ambroise, évêque de Milan, les chrétiens catholiques en appelèrent à Maximus qui, prétextant de les défendre, envahit l’Italie en 387. Valentinien et sa mère furent obligés de fuir leur capitale de Milan pour se réfugier à Constantinople auprès de Théodose. Comme ce dernier devait son trône à la dynastie valentinienne, on le pria d’intervenir contre l’usurpateur. Théodose accepta, mais à la condition que les deux réfugiés abjurent l’arianisme. Ce préalable accompli, il tint sa promesse et lança toutes les forces armées de l’Empire d’Orient contre l’Italie. Après une mémorable raclée reçue près de la rivière Save au printemps 388, Maximus fut assiégé dans Aquilée, fait prisonnier et décapité au mois d’août suivant.

ACTE III : LE BARBARE. Justine a-t-elle vu la victoire finale et son fils rétabli sur le trône d’Occident ? Ce n’est pas certain, car elle mourut cette même année. La régente disparue, il fallait un tuteur au jeune empereur. Le choix revenait au vainqueur du jour, Théodose, qui imposa aux côtés de Valentinien un de ses propres généraux barbares, le Franc Arbogast. Mais au lieu de jouer son rôle de protecteur et de mentor, le « magister militum » se mua bientôt en geôlier, maintenant le jeune souverain confiné dans le palais impérial de Vienne (cité gauloise promue capitale de l’Empire d’Occident). Les proches de l’empereur tentèrent bien de briser ce joug, mais en vain : Arbogast tua même de sa propre épée le meilleur ami de Valentinien, Harmonius, sur les marches du trône impérial. La crise atteignit son paroxysme, lorsque Valentinien voulut prendre la tête des légions des Gaules pour se rendre en Italie. Devant le refus insolent d’Arbogast, Valentinien tenta enfin de relever la tête, par un coup de force audacieux. En pleine audience publique, devant toute la Cour, il destitua officiellement le général rebelle de son commandement. Bien tenté, mais raté. Sans se démonter, le Franc aurait jeté un coup d’œil méprisant sur le décret, avant de le froisser et de balancer la boulette de parchemin au pied du trône, proclamant que personne n’avait plus le pouvoir de le limoger. Devant cet affront, le jeune souverain furieux aurait tiré son glaive pour frapper le séditieux, mais ses gardes du corps (mais étaient-ils encore bien à son service ?) l’en empêchèrent. Tout à sa rage, Valentinien écrivit dans la foulée à l’empereur Théodose et à l’évêque Ambroise pour se plaindre et réclamer leur soutien. Ambroise prit sur le champ la route de Vienne, mais il était déjà trop tard pour l’empereur.

 ACTE IV : LA FIN. Le 15 mai 392, les serviteurs de l’empereur retrouvèrent leur maître mort, pendu dans sa chambre du palais de Vienne. Il avait 21 ans. Selon Arbogast, bien entendu, l’empereur aurait fait une petite déprime qui se serait tragiquement conclue sur un suicide : ces jeunes gens sont si fragiles… Certains auteurs antiques acceptèrent cette version accommodante. Pour d’autres, il s’agissait en revanche d’un crime politique : les hommes de main d’Arbogast auraient étouffé l’empereur sous un oreiller, avant de le suspendre au plafond comme un vulgaire lustre. Escorté par ses sœurs Justa et Grata, le corps du défunt fut convoyé jusqu’à la nécropole familiale (sise dans l’église Saint-Laurent de Milan) et déposé dans un sarcophage de porphyre, juste à côté du tombeau de son demi-frère Gratien. Avec ce jeune homme s’éteignait la dynastie des Valentiniens.

ACTE V : EPILOGUE. Comment se déroula la succession ? Demeuré seul empereur, Théodose désigna son fils Arcadius pour occuper le trône d’Occident. Arbogast accepta tout d’abord cette nomination, avant de se dire que, finalement, le pouvoir était trop doux à exercer. Un Barbare ne pouvant porter la pourpre, il se choisit un homme de paille, un haut fonctionnaire impérial et professeur de rhétorique à Vienne, Eugenius, dont il fit un empereur. Cela déboucha bien sûr sur un nouveau conflit, mais nous aurons l’occasion d’y revenir (surtout quand j’aurai pu me procurer une silique d’Eugène, une monnaie diantrement rare, recherchée et chère, misère…).

Valentinien II silique

ROMANA MONETA (5) : DUR D’ÊTRE UN ENFANT ROI SOUS LES CESARS…

DUR D’ÊTRE UN ENFANT ROI SOUS LES CESARS…

Diadumenien

Les palais impériaux romains fourmillaient d’enfants au destin demeuré mal connu. Il était souvent tragique, à l’image de celui de leurs parents. Ainsi, la petite Julia Drusilia, la fille bien aimée de Caligula, ne survit-elle que quelques heures à l’assassinat de son père. Non seulement elle fut tuée dans des conditions terribles, mais son souvenir se ressentit de la damnatio memoriae de l’empereur : voulant forcer le trait de la folie de famille, Suétone la présenta même comme un petit monstre, prétendant qu’elle attaquait et griffait les yeux de ses petits compagnons de jeux (à 14 mois !).

Diaduménien, Maxime, Valérien II, Salonin… Ils furent nombreux, ces petits princes, à connaître un sort funeste, surtout lorsqu’ils avaient été associés au pouvoir. Voici une petite galerie monétaire de ces garçonnets ou adolescents, nommés Césars et Princes de la Jeunesse par leur père, dans des tentatives (vaines) de créer une nouvelle lignée : ces rêves dynastiques sombraient le plus souvent au bout de quelques mois… Voir les légendes des images pour des biographies rapides !

Diadumenien

DIADUMENIEN (208-218), fils de l’empereur Macrin

Nommé césar au début du bref règne de son père (217-218), il dut fuir Antioche après la défaite de Macrin devant son concurrent Elagabal. Ses proches voulurent le faire passer en pays parthe, mais il fut rattrapé lors de la traversée de l’Euphrate et mis à mort.

Maxime césar

MAXIME (220-238), fils de l’empereur Maximin Ier (dit le Thrace)

Nommé césar par son père vers 236, il se trouvait à ses côtés lors du siège d’Aquilée deux ans plus tard, lorsque leur propre garde prétorienne, trouvant plus d’intérêt à rallier les usurpateurs Balbin et Pupien, se retourna contre eux et les massacra.

valerien II

VALERIEN II (v. 240-257), fils aîné de l’empereur Gallien

Envoyé par son père en 253 comme césar sur le limes de l’Illyrie, pour symboliser le pouvoir impérial à des légions frontalières toujours promptes à se soulever, il mourut mystérieusement à Sirmium en 257. Les soupçons se portèrent sur son aide de camp, le général Ingenuus, qui, de fait, se révolta peu après, avec le soutien de ses soldats.

salonin II

SALONIN (v. 242-260), fils cadet de l’empereur Gallien
Fait césar en 258, il fut envoyé par son père en Gaule, afin d’y représenter la famille impériale. Sous la tutelle d’un préfet du prétoire nommé Silvanus, il résidait à Cologne, afin de surveiller le limes rhénan. Pour avoir privé les légions de butin, ils durent affronter la colère des soldats qui les assiègèrent. Débordé par plusieurs guerres ou rébellions à travers l’Empire, Gallien envoya le titre d’auguste à son fils, mais pas de renforts. Salonin et son précepteur furent tués lorsque la ville tomba en juillet 260. Le général des légions gauloises, Postumus, prit le pouvoir, le titre d’auguste et créa l’Empire des Gaules, qui devait durer une quinzaine d’années.
tetricus II
TETRICUS II (v. 260 ? – apr. 274), fils de l’empereur Tétricus Ier
Nommé césar en 273 par son père, un sénateur gaulois, gouveneur de la Gaule Aquitaine, qui ramassa la pourpre et fut le dernier souverain de l’éphémère Empire des Gaules. Plus politiques que leurs prédécesseurs, ils surent la partie perdue lorsque l’empereur légitime, Aurélien, passa les Alpes avec ses légions. Après quelques négociations secrètes et un simulacre de bataille près de Châlons-sur-Saône (pour l’honneur), ils rendirent les armes et obtinrent la vie sauve. S’ils durent en passer par l’humiliation de figurer dans le défilé de victoire d’Aurélien, ils furent ensuite comblés d’honneur, gardant leur rang sénatorial et des postes de gouveneur de province. L’un des seuls exemples de règne se terminant bien !
crispus
CRISPUS (v. 305-326), fils de l’empereur Constantin Ier
Fait césar en 317, plusieurs fois consul, il remporta plusieurs victoires militaires décisives sur le Francs, les Alamans, ainsi qu’une bataille navale contre l’usurpateur Licinius. En dépit des services rendus, il fut executé sur ordre de son père. Les raisons évoquées sont variées : 1/ Constantin aurait pris ombrage de ces succès et de l’influence de son fils sur les légions ; 2/ Crispus aurait repoussé les avances de sa jeune belle-mère Fausta et celle-ci se serait plainte à son époux Constantin d’un viol imaginaire. Le mensonge n’aurait été découvert qu’après coup (et, de fait, Fausta fut exécutée quelques mois plus tard) ; 3/ Crispus, demeuré païen comme Fausta, aurait comploté à la chute de son père, forçant celui-ci à une réaction sans pitié…

ROMANA MONETA (4) : DIDIUS JULIANUS, EMPEREUR D’UN JOUR

DIDIUS JULIANUS, EMPEREUR D’UN JOUR

didus julianus

Ahhh, elle est enfin arrivée sur mes plateaux ! Une monnaie hystériquement rare (indice R3 = rarissime) !!! Un denier d’argent de l’empereur Didius Julianus. Si vous le ne connaissez pas, soyez rassuré : vous n’êtes pas victime par anticipation de la réforme scélérate de Najat Vallaud-Belkacem contre notre beau patrimoine latin. En fait, personne ou presque ne le connaît, le pauvre n’a « régné » que du 28 mars au 1er juin 193, presque un record sous l’Empire romain (où l’on faisait pourtant une grande consommation de souverains) ! Sénateur, il avait été poussé par ses proches à prendre le pouvoir à Rome après l’assassinat de son tout aussi fugace prédécesseur, Pertinax (qui fut empereur du 1er janvier au 28 mars 193). Didius Julianus dut en fait acheter le trône aux prétoriens : 6’250 deniers pour chaque soldat de ces garnisons d’élite basées à Rome. Le scandale fut immense, le peuple mécontenté, les autres légions insatisfaites : trois usurpateurs se lévèrent à travers tout l’Empire et marchèrent sur Rome. Le premier arrivé, Septime Sévère (futur fondateur de la dynastie des Sévères), fit décapiter le pauvre Julianus qui demanda encore, la tête sur le billot : « mais qu’ai-je donc fait ? qui ai-je volé ? qui ai-je assassiné ? ». Preuve une fois de plus qu’il ne faut jamais mélanger affaires d’argent et affaires d’Etat !

ROMANA MONETA (3) : NERON ET SES DENIERS, UNE ÂME BIEN VILE…

NERON ET SES DENIERS : UNE ÂME BIEN VILE…

Néron1

En juin 68, devant la révolte initiée par le Sénat et certains puissants gouverneurs de province (en premier lieu, Galba), Néron mettait fin à ses jours. Demeuré aimé par le peuple pour sa politique « panem et circenses », mais haï par l’aristocratie sénatoriale, il fut frappé de « damnatio memoriae », origine de la « légende noire » du personnage. Pour autant, cette prescription fut peu suivie d’effets et les monnaies à l’effigie de Néron, par exemple, ne furent que très peu retirées de la circulation et refondues.

La réforme monétaire initiée par Néron en 64 avait fait passer le denier d’argent de 3,8 grs à 3,3 grs, mais avec un cours officiel maintenu : bon moyen de redresser les finances de l’Empire sur le dos de ses sujets ! Cet affaiblissement du poids du denier, ainsi que la guerre civile qui suivit la mort de Néron (69, l’année des quatre empereurs : Galba, Othon, Vitellius et Vespasien), favorisèrent le travail des faux-monnayeurs.

Dans ce cadre deux deniers néroniens viennent de rejoindre mes plateaux. Si le premier, belle monnaie sortie d’un atelier officiel, est constitué d’argent presque pur (90 %), le second est un vrai faux d’époque, ce qu’on nomme une pièce « fourrée », c’est-à-dire un noyau, plus exactement nommé « âme », en métal vil (bronze ou cuivre) revêtu d’un fin enrobage de métal noble (argent). Cette mince pellicule a ici « sauté » par endroits, révélant le métal sous-jacent, dont l’oxydation verte révèle bien la nature. Voilà vraiment une âme bien vile, même pour un Néron !

Néron2

Vrai faux denier de Néron.

En deux endroits, la pellicule d’argent a sauté, révélant le bronze sous-jacent.

D’après l’oxydation, ces zones sont sans doute à l’air depuis longtemps.

 

ROMANA MONETA (2) : VETRANIO, L’USURPATEUR QUI SURVECUT (PAR HASARD !)

VETRANIO, L’USURPATEUR QUI SURVECUT (PAR HASARD !)

Vetranio

En ce milieu du IVe siècle, dans les soubresauts successionnels qui suivirent la mort de Constantin le Grand, il ne faisait pas bon porter la pourpre impériale, qu’on soit porphyrogénète (c’est-à-dire né d’un papa empereur) ou usurpateur. En fait, un seul de ces usurpateurs réussit à survivre dans ce panier de crabes, sans trop savoir comment d’ailleurs : un obscur général nommé VETRANIO.

Plantons le décor. En 337, les trois fils de Constantin avaient déjà fait le ménage au sein de la famille, éliminant scrupuleusement oncles et cousins (seuls le jeune Julien [futur Julien l’Apostat] et son frère Constance Galle furent épargnés). Puis les joyeux drilles se partagèrent l’Empire et commencèrent à s’écharper entre eux. Ne restaient en 350 que Constance II (en Orient) et Constant Ier (en Occident, où il avait liquidé en 340 son frère Constantin II, récupérant au passage les Gaules, la Bretagne et l’Hispani pour les ajoindre à son Italie).

Souverain fratricide, à la fois cruel et lâche, pressurant ses sujets d’impôts, Constant s’attira la haine général des Gaules. En janvier 350, le général des armées du Rhin, Magnence, fomente un coup d’état militaire à Autun (Augustodunum) et se fait acclamer comme empereur par ses troupes. Traqué, Constant doit fuir à travers toute la Gaule : rattrapé dans la petite cité d’Helena (Elne), aux pieds des Pyrénées, il est mis à mort sans pitié. En Orient, le frère du défunt, Constance II, est loin de le pleurer, mais il éprouve des sentiments partagés : d’un côté, on lui a épargné du boulot, mais d’un autre, c’est un parvenu, ancien esclave qui plus est, qui vient de poser son postérieur sur le trône d’Occident. Or, si les rois aiment en général s’écharper en famille, ils répugnent à voir le premier pékin venu participer à la curée ! Toutefois, il y a un problème dans l’immédiat : les Perses s’agitent sur les frontières orientales et Constance II ne peut abandonner ce front pour gagner l’Europe. Il faut donc trouver un moyen de temporiser… Paradoxalement, c’est une seconde usurpation qui va lui offrir cette chance.

En Illyrie, les légions du Danube, qui se sont également mutinées de leur côté, élisent empereur leur général, un vieux soldat originaire de Mésie (actuelle Serbie), sorti du rang et blanchi sous le harnois : VETRANIO. La propre soeur de Constance II, Constantia, cautionne l’acte, autant pour empêcher Magnence de s’emparer de tout l’Occident que pour embêter son seul frère survivant (qui avait fait d’elle une veuve en assassinant jadis son époux Hannibalien : quelle famille !). Constantia propose donc au soldat le rang (subalterne) de « César », mais Vetranio, qui se prend au jeu, endosse finalement la pourpe le 1er mars 350 en se bombarbant « Auguste ». L’Occident se retrouve ainsi avec deux usurpateurs à sa tête ! Et bientôt même trois quand un neveu oublié de Constantin Ier, nommé Népotien, se proclame empereur à Rome le 7 juin 350. Il ne parvient à se maintenir que 23 jours (presque le record absolu), avant de se faire dessouder par Magnence, descendu en quatrième vitesse en Italie pour lui régler son compte (30 juin 350).

Disposant de fortes et fidèles légions à la jointure des parties occidentale et orientale de l’Empire, jouant du coup le rôle de tampon entre Magnence et Constance II, Vetranio va être courtisé par les deux hommes. L’usurpateur va lui faire miroiter les avantages d’une alliance ; l’empereur légitime fait mine de reconnaître son accession au trône et lui envoie un diadème d’or (que Vetranio, jouant les modestes, refuse, préférant une simple couronne de lauriers).

Finalement libéré du péril perse par une trève conclue en urgence, Constance II (par ailleurs souverain fort apathique, sauf pour les querelles d’héritage et le règlement des usurpations) se tourne vers l’Europe et décide de traiter en premier lieu le cas de Vetranio, qui lui semble plus simple à traiter. Affirmant refuser l’idée d’un affrontement avec ce vieux et fidèle serviteur de l’État poussé à l’usurpation par les circonstances de ces temps malheureux (« Ô tempora ! Ô mores ! »), Constance lui propose carrément un partage de l’Empire, sujet grave et pointu ne pouvant être débattu que de vive voix, d’homme à homme. Des négociations sont donc lancées dans la ville de Serdica (Thrace), en vue d’une conférence au sommet. Vetranio est arrivé avec toutes ses légions, Constance n’est pour sa part entouré que d’une faible escorte et de ses secrétaires. Mais dans les coffres de ses fourgons, des montagnes d’or. Pendant des jours, cet argent arrose discrètement les officiers et les hommes de Vetranio. Et quand, le 25 décembre 350, les deux armées font leur jonction près de Naissus (Nish, actuelle Serbie) et que les souverains, ayant passé en revue les troupes, s’apprêtent à les haranguer depuis une estrade, les légionnaires de Vetranio acclament Constance comme seul et unique empereur. Alors qu’il pensait accéder au plus haut sommet de l’empire, le pauvre souverain-débutant perd tout en un instant : nul doute qu’il connaisse alors un grand et fort pénible moment de solitude, trahi et abandonné face devant quelques milliers de soldats en armes !

Lâché par tous ses partisans, Vetranio se voit dépouillé du diadème et de la cape de pourpre par Constance lui-même, directement sur l’estrade. Son règne n’aura duré que neuf mois. En revanche, cas exceptionnel (et sans doute pour des raisons politiques : Vetranio était encore populaire dans les légions), il lui est laissé la vie sauve, et même plus que cela : Constance l’envoie certes au loin, mais pas véritablement en exil, plutôt dans une forme de retraite dorée, aux frais de l’Etat, avec une confortable rente et dans un agréable domaine situé à Prusa (aujourd’hui Bursa, en Turquie). Vetranio y meurt paisiblement six ans plus tard.

Magnence, de son côté, ne bénéficia pas de la même mansuétude. Associé à son frère Décence (choisi comme César), il résista encore trois ans à Constance II en Gaule, avant de perdre l’ultime bataille de Mons Seleucus en 353. Les deux frères vaincus se suicidèrent pour échapper à la vindicte de leur ennemi. Quant à ce dernier, c’est une maladie qui l’emporta en 361, alors qu’il se rendait en Gaule pour y traiter une nouvelle usurpation : celle de son propre cousin, Julien l’Apostat (le dernier représentant des Constantiniens), qui lui succédera.

Constant Ier

L’empereur Constant Ier

Magnence

L’usurpateur Magnence, proclamé auguste en Gaule

Decence

Le césar Décence, frère de Magnence

ROMANA MONETA (1) : L’EMPEREUR QUI MOURUT D’UN ACCIDENT DOMESTIQUE…

L’EMPEREUR QUI MOURUT D’UN ACCIDENT DOMESTIQUE…

Jovien_silique_ttb_antioche_avers

Voilà, le temps des frimas et des feux de cheminée revient ! Le présent billet vous rappelera, par un cas d’école, l’importance du ramonage…

26 juin 363, bataille de Ctésiphon (Mésopotamie). Durant la retraite de son armée battue par les Perses, l’empereur Julien (dit l’Apostat) est mortellement frappé par une lance. Selon l’histoire (chrétien) Théodoret de Cyr, le dernier souverain païen romain aurait expiré en lançant vers le ciel, à l’adresse du Christ : « Vicisti, Galilaee » (« Tu as vaincu, Galiléen ! »). Avec lui s’éteint le dernier descendant des Constantiniens (il était neveu de Constantin Ier).

Au début de la campagne, c’est un lointain cousin maternel de Julien, un nommé Procope, qui avait été désigné comme potentiel successeur. On lui avait confié l’aile gauche des armées, mais il était resté bien loin des combats, à l’abri en Arménie, pendant que son cousin se faisait tailler des croupières par les Perses. Les légionnaires crient donc au complot et à la trahison. Par ailleurs, ce prétendant est loin et le Sénat encore plus. Alors, comme il est déjà advenu par le passé, ce sont les légions qui choisissent le nouvel empereur. La pourpre échoit ainsi au général Flavius Jovianus (Jovien en français), un Illyrien de 31 ans, natif de l’actuelle Belgrade et qui s’était hissé au rang de commandant de la Garde impériale (« comes domesticorum »).

Conscient de l’importance de revenir au plus vite à Constantinople afin de prendre les rênes de l’Empire, Jovien doit bâcler un traité plutôt humiliant avec Shapur II, le Roi des Rois perse (dont la victoire et les troupes étaient pourtant assez minces). En gros, Rome perd toutes ses provinces mésopotamiennes, ainsi que d’importantes forteresses frontalières : c’est tout le « limes » oriental qui est dégarni et rendu vulnérable. La décision est certes un acte de « real-politk », mais ça grogne ferme parmi les légionnaires, furieux de voir leurs camarades tombés pour rien. Pour autant, Jovien se montre vite un fin politique et un bon gestionnaire. Il parvient tout d’abord à éviter une guerre civile en obtenant la soumission de Procope. Puis, étant lui-même chrétien, il restaure la paix religieuse, en promulgant un édit de tolérance (notion toute relative, car il donne en même temps l’ordre d’incendier la bibliothèque d’Antioche, qui comportait trop de textes païens à ses yeux !). Enfin, voulant assurer les débuts d’une nouvelle dynastie, il associe au pouvoir son fils aîné Varronianus (âgé d’une dizaine d’années), en le faisant consul au début de l’année 364.

Tout semble donc bien parti, mais pas pour longtemps. Le 16 février 364 au soir, sur la route de Constantinople, Jovien et son cortège s’arrêtent dans un bled nommé Dadastana (Drépane), quelque part entre l’actuelle Ankara et Nicée. Ca caille, l’hiver, en Bythinie. On installe l’empereur fatigué dans une auberge de rencontre, plutôt glaciale et dont les murs plâtrés de neuf sentent encore la chaux. Un bon lit, une fourrure ou deux, un feu, et dodo. Le 17 février au matin, quand ses serviteurs viennent le réveiller, l’empereur Jovien, après seulement huit mois de règne, est mort, asphyxié. Le brasero de fortune placé dans la chambre bien calfeutrée a charbonné et saturé la pièce de monoxyde de carbone… « Regnabo, regno, regnavi ».

Conclusion : même si vous n’êtes ni empereur, ni Zola, ramonez votre cheminée et méfiez-vous des monoxydes !

MELANGES TIRES D’UNE PETITE BIBLIOTHEQUE (4) : PETITS MOTS DOUX ENTRE POETES MAUDITS

PETITS MOTS DOUX ENTRE POETES MAUDITS

(VERLAINE ET VILLIERS DE L’ISLE-ADAM)

LAS Villiers 1

Retour vers le XIXe siècle cette semaine avec l’une des trois seules lettres connues de Villiers de L’Isle-Adam (1838-1889) à son ami Verlaine (1844-1896).  Transcription : « Je ne te remercie pas, n’est ce pas. En vérité, je n’ai encore rien fait qui mérite ta noble et si fine et si charmante façon de parler de moi. Cinq volumes nouveaux paraissent d’ici deux mois, – tout mon stock de 10 ans de travail : j’en ai corrigé les cinquante deux milles lignes. – Mais laissons ces bêtises. Je t’embrasse de cœur, te souhaite et bien de cœur un peu de bon rétablissement et d’argent et te serre la main comme à un brave et bon ami. – Je suis trop ému pour t’en dire davantage en ce moment. Villiers L’Isle Adam ».

Les deux hommes ont fait connaissance vers 1867-1868, quand Verlaine proposa des vers à la « Revue des Lettres et des Arts » dont Villiers était rédacteur en chef. En mars 1883, Verlaine pense insérer une notice consacrée à Villiers dans son recueil des « Poètes maudits » et cherche à se procurer ses œuvres pour se documenter, mais le projet n’aboutira finalement que dans la seconde édition du livre, cinq ans plus tard. Toutefois, dès 1885, Verlaine décide de rédiger un portrait biblio-biographique, en même temps que celui de leur ami commun Mallarmé, pour la série des « Hommes d’aujourd’hui », petits fascicules illustrés publiés par son éditeur Vanier. N’ayant alors aucun contact direct avec l’objet de son étude, Verlaine demande à Mallarmé de lui procurer les livres de Villiers en sa possession et quelques renseignements, ce que fait son ami dans une célèbre lettre du 16 novembre 1885. Le 25 décembre suivant, Verlaine répond que son article est achevé, mais qu’il garde les livres confiés pour rédiger le chapitre consacré à Villiers dans la nouvelle édition des « Poètes maudits » (qui paraîtra finalement en 1888).

Le numéro « Villiers » des « Hommes d’aujourd’hui » (n° 258) paraît donc vers avril 1886, mais Verlaine avait communiqué son texte à Villiers dès la fin 1885, d’où cette lettre de chaleureux remerciements, annonçant la prochaine sortie de « cinq nouveaux volumes .. d’ici deux mois ». En effet, Villiers prévoyait encore, fin 1885-début 1886, de pouvoir publier, dans le courant de l’année, »L’Eve future », « Akëdysséril », « L’Amour suprême », « Tribulat Bonhommet » et « Äxel ». En fait, seuls les trois premiers parurent en 1886, les deux autres voyant le jour en 1887 et 1890 (posthume). En dépit de la grande amitié qui lia les deux hommes, on ne connaît que deux autres lettres de Villiers à Verlaine (l’une du 15 mai 1888, l’autre du 7 octobre 1888). Mais la qualité et la persistance de cette amitié ne font pas de doute. Dès 1885, Verlaine avait offrt son « Jadis et Naguère » avec un envoi « à Villiers de l’Isle Adam, bien affectueusement » (Collection Fischer, n° 61). En 1888, Verlaine donne une critique élogieuse des « Histoires insolites » de Villiers. L’année suivante, dans les mois précédant sa mort, Villiers fréquente toujours les « mercredis » de Verlaine et figure sur le célèbre dessin de ce dernier, « Une soirée chez Paul Verlaine ». Une fois son ami disparu, Verlaine devait lui dédier un sonnet funèbre dans son recueil « Dédicaces ».

L’histoire de cette lettre demeure marquée par l’amitié, comme le prouve son parcours ultérieur. Elle passa en effet entre les mains du diplomate et écrivain péruvien Ventura Garcia Calderon (1886-1959), qui l’offrit à son ami Max Daireaux (1883-1954), auteur et traducteur franco-argentin (il avait livré des traductions de deux livres de Garcia Calderon en 1925-1926). Pour le remercier d’un « pensum », il lui offrit « pour vous consoler » cette « lettre émouvante que je vous prie de garder en souvenir de moi » (voir la reproduction de ce courrier d’accompagnement dans les commentaires).

Description : une page in-12 oblong, s.l.n.d. [Paris, derniers jours de 1885 ou premiers jours de 1886].

Provenance : Paul Verlaine (1844-1896, poète) ; Librairie Matarasso (cat. 10, oct. 1936) ; Ventura Garcia Calderon (1886-1959, ambassadeur et célèbre écrivain péruvien, auteur de nombreux ouvrages et recueils en espagnol et en français, fils du président Francisco Garcia Calderon) (lettre dact. signée, s.l.nd., à en-tête « Ventura Garcia Calderon » adressée à « Max D. ») ; Max Daireaux (1883-1954, fameux écrivain franco-argentin, ami de Proust, traducteur de deux livres de Garcia Calderon en 1925-1926) (lettre) ; Librairie de l’Abbaye (cat. 338, déc. 2009, n° 110).

Bibliographie : « Correspondance générale de Villiers de L’Isle-Adam », éd. Jos. Bollery, P., Mercure de France, 1962, tome II, p. 132, n° 351 (publication partielle d’après la notice du cat. Matarasso) ; C. Galantaris, Coll. Fischer, n°61.

LAS Villiers 2

MELANGES TIRES D’UNE PETITE BIBLIOTHEQUE (3) : ECRIRE ET RIRE, CONTRE LA GUERRE ET LE MALHEUR

ECRIRE ET RIRE, CONTRE LA GUERRE ET LE MALHEUR

0001-titre

J’avais déjà choisi ce très curieux texte de la Renaissance et écrit cette chronique quand les événements de vendredi sont survenus… A la lumière de ce drame, ce rarissime petit poème prend une coloration particulière et nous montre comment des poètes français, provençaux en l’occurrence, ont fait du rire et de la dérision une arme de représaille après que leur province a été entièrement ravagée par la guerre et son cortège de malheur. Chapeau bas et hommage à l’auteur de cette Historia bravissima Caroli Quinti imperatoris de 1536 [cat. ND n° 1], qui nous montre comment on a déjà su résister à la violence barbare : par l’écriture et le rire.

Revenons d’abord sur les circonstances d’inspiration de ce poème. La guerre entre la France de François Ier et le Saint-Empire de Charles Quint s’était rallumée au début de l’année 1536. A l’invasion du duché de Savoie par les troupes françaises, l’empereur avait répondu par une attaque de la Provence : le 25 juillet, après avoir franchi le col de Tende, l’empereur s’abattait sur l’arrière-pays de Nice et le Var avec 50’000 hommes, ravageant la Provence. Quelques jours plus tard, il mettait le siège devant Marseille. Pour affamer l’agresseur, le connétable Anne de Montmorency fut contraint de pratiquer la politique de la terre brûlée durant tout l’été. Enfin, le 11 septembre, les Impériaux durent se replier et quitter la Midi sans avoir livré la moindre bataille. Mais la Provence mit plusieurs années à panser ses plaies…

Cette période resta connue en Provence sous le nom d’ « An du Dégât » (c’est dire !), mais elle suscita paradoxalement la verve des poètes comiques méridionaux. Ces derniers étaient adeptes du macaronisme, un genre littéraire venu d’Italie et recouvrant des poésies composées dans des langues inventées, formées de mots de français combinés avec une syntaxe et des terminaisons latines fantaisites. La principale intervention fut celle d’un juge de Saint-Rémy-de-Provence, Antoine de Arena (v. 1508 – apr. 1563), qui fit paraître en Avignon dès 1537 une Meygra Entrepriza catoliqui imperatoris quando de anno Domini mille CCCCC XXXVI veniebat per Provensam, bene corrossatus, impostam prendere Fransam cum villis de Provensa, propter grossas et menutas gentes rejohire. Au même moment, un avocat de Forcalquier, Jean Germain, procurait lui aussi (mais en antidatant le livre au millésime de 1536) un poème macaronique sur le sujet, intitulé Historia bravissima Caroli Quinti, imperatoris à Provincialibus Paysanis triumphanter fugati & desbifati. Quæque in Provincia illo existente novissime gesta fuere Macaronico carmine…. L’œuvre tournait bien entendu l’équipée guerrière de Charles Quint en dérision, dans un latin de cuisine parfaitement lisible, tenant davantage du français déguisé.

Souvent cité de seconde main par les sources anciennes, ce poème a longtemps été confondue par les bibliographes avec celui d’Arena (bien que Du Verdier et Naudé en aient eu connaissance, ainsi que le père Lelong). Charles Nodier avait réussi à se procurer ce qu’on pensait être deux éditions différentes d’un même texte et, les confrontant, découvrir leur vraie nature : « la découverte fut bientôt faite, et il faut convenir qu’elle n’était pas difficile, mais elle me parut fort douce. J’avais deux poètes macaroniques au lieu d’un ». Les bibliographes des XVIIe et XVIIIe siècles s’étaient montrés assez durs sur la qualité de ces macaronées, mais Nodier remit en cause ces jugements, mettant en avant l’intérêt du poème comme source historique au minimum et appelant de ses vœux « une bonne édition critique ». Celle-ci devait voir le jour en 1866, tirée à seulement 100 exemplaires [cat. ND n° 218 : exemplaire n°88, relié en demi-veau de l’époque]. Le poème a par ailleurs fait l’objet d’une édition critique moderne et de plusieurs études par les spécialistes de la poésie macaronique.

Mais, outre l’intérêt enfin reconnu du texte, nous parlons aussi de bibliophilie. Et Nodier d’écrire dans son catalogue : « on ne considère pas ici les livres sous le rapport de leur mérite littéraire. Ce qu’il y a de certain, c’est que le poème macaronique de 1536 est aussi rare que le poème macaronique de 1537, qui est l’un des livres les plus rares de notre littérature ». Et il avait bien raison, le père Nodier ! D’après mes recherches, confirmées par mon ami Jean-Marc Chatelain (directeur de la Réserve de la Bibliothèque nationale de France), il ne semble exister que trois autres exemplaires de ce poème, outre le présent exemplaire (de provenance Landau) :

1/ celui possédé et décrit jadis par Nodier (en maroquin rouge de Koelher, passé ensuite chez Borluut, Nicolas Yemeniz, enfin bibliothèque Paul Arbaud à Aix-en-Provence, où il se trouve toujours) ;

2/ celui de la collection MacCarthy (qui se confond peut-être avec le premier ?) ;

3/ celui conservé à la Bibliothèque nationale de France (Rés. P-YC-97, déjà présent en 1866).

A noter enfin que j’ai aussi vu passer en vente à Bruxelles, en 2008, un exemplaire portant l’adresse de l’imprimeur lyonnais « J. Modernus », avec la même date.

Description : Jean Germain, Historia bravissima Caroli Quinti, imperatoris…, s.l. [Lyon], chez François Juste, 1536. Mince petit in-8°, de [18] ff., à caractères ronds. Reliure de veau fauve glacé, dos lisse avec caissons et fleurons dorés, pièce de titre sur maroquin rouge avec titre doré en long, triple filet doré en encadrement des plats, filet doré sur les coupes, dentelle intérieure, tranches dorées (reliure du milieu du XVIIIe siècle).

Provenance : baron Horace de Landau (1824-1903, ancien banquier chez les Rothschild, grand bibliophile habitant un palais de Florence) (ex-libris gravé à monogramme couronné, avec la cote « 3820 » au composteur ; Catalogue des livres manuscrits et imprimés de M. Horace de Landau, Florence, 1885, tome I, p. 214, qualifié d’ « opuscule fort rare » ; pas dans les catalogues de vente de la bibliothèque en 1948-1949).

 0001-reliure0001-ex-libris

Bibliographie : Charles Nodier, Description d’une jolie collection de livres (1844, pp. 117-119, n° 277) ; Brunet, Manuel du libraire (1860, tome II, col. 1553-1554) ; Macaronee provenzali, ed. critica a cura di Fausta Garavini e Lucia Lazzerini (Milan, R. Ricciardi, 1984).

MELANGES TIRES D’UNE PETITE BIBLIOTHEQUE (2) : LE « CONNETABLE DES LETTRES » FAIT SON SALON

LE « CONNETABLE DES LETTRES » FAIT SON SALON

MAS Barbey

*

A priori, je n’aime guère les fragments de manuscrits, à moins que les passages en question aient valeur de maxime percutante et contiennent, en quelques lignes, tout un monde de significations ou d’intertextualités. Parfois aussi, avouons-le, l’auteur est du genre « coûteux » et l’on ne peut guère espérer en posséder plus de quelques lignes ! Le présent manuscrit autographe appartient aux deux catégories : on y voit le toujours très recherché Barbey d’Aurevilly citer quelques-uns de ses prestigieux devanciers. Et voir apparaître les noms de Molière, Beaumarchais ou Régnier sous la plume du « Connétable des lettres » et au-dessus de sa signature possède tout de même quelque chose de savaoureux !

Jules Barbey d’Aurevilly (1808-1889), l’auteur des fameuses « Diaboliques » (entre autres recueils ou romans-phares), n’a pas été surnommé « le Connétable des lettres » pour rien. Monarchiste méprisant les valeurs « petit-bourgeois » dominantes de son siècle, ce dandy aristocratique (il avait écrit un essai sur le « beau Brummell ») était en fait un fantasque subversif, adorant la transgression. Au-delà de son œuvre de romancier, il fut souvent amener à jouer les critiques. Je dis « jouer », car Barbey s’amusa à détourner les codes de cette profession guindée, adoptant un ton volontiers primesautier et léger, mis au service d’avis et de jugements souvent au vitriol. Ainsi, en 1872, le journal « Le Gaulois » lui demanda de rendre compte de l’annuel Salon de peinture de Paris par une série de vingt articles. Bien que n’étant en rien un critique d’art, Barbey releva le défi, en donnant toutefois un sous-titre provocant à sa chronique : « Un Ignorant au Salon ». Et de revendiquer d’emblée sa prétendue candeur : « Tenez ! au petit bonheur de mes impressions et de mon ignorance, et au hasard de la fourchette ! Pourvu que cette diable de fourchette ait des dents ! ».

 Le présent fragment provient du manuscrit autographe confié au journal pour impression : comme toujours, les protes ont découpé le manuscrit (vandales ! 🙂 ) en bandes numérotées au crayon gras bleu, afin de faciliter le travail du typographe. Il s’agit donc de la fin (page 3) du 4e article de la série « Salon de 1872 – Un Ignorant au salon ». Ce texte, comme les autres articles, furent plus tard repris dans le volume « Sensations d’art » (pp. 214-215, tome VII de la série « Les Œuvres et les Hommes », réunion des articles critiques de Barbey d’Aurevilly, parue en 1886). Il s’agit d’un article (élogieux) consacré à une œuvre du peintre et sculpteur Zacharie Astruc (1833-1907, ami de Manet et Monet, dont on retrouve les tableaux et sculptures au Louvre ou à Orsay) : une grande statue en bronze (« une grande page en relief » d’après Barbey) de Bazile, le ridicule maître de musique et entremetteur du Barbier de Séville, présentée sur un fond architectural mauresque.

Transcription du passage : « […] ce chapeau d’un calibre si menaçant, tout s’en vient par terre et s’écrase. D’un autre côté, l’homme et le monument ne sont pas en proportion l’un avec l’autre. Il faudrait à cette face d’Alhambra trois ogives de plus au-dessus de la tête de Bazile, et d’autant plus que la sculpture n’ayant pas et ne pouvant avoir la perspective d’un tableau, on n’arrive guères, dans un bas-relief, à la perspective que par la proportion de toutes choses et de leur harmonie. Mais, après tout, le point principal de la composition, ce n’est pas l’Alhambra : c’est Bazile, et M. Zacharie Astruc a rendu sculpturalement cette figure dont, au théâtre, les acteurs font une caricature sinistre, parce que l’art dramatique et la sculpture n’ont pas les mêmes manières de s’exprimer. Après le Bazile idéalisé, j’attends l’idéalisation du Tartuffe, plus difficile encore parce que le Tartuffe de Molière est bien plus profond, bien plus féroce, bien plus diaboliquement hypocrite que le calomniateur de Beaumarchais. Quand ce sera fait, que M. Astruc nous sculpte l’hypocrisie femme et nous donne la Macette de Régnier ! Il aura épuisé toutes les faces de l’hypocrisie, et sa trilogie sera complète. J. Barbey d’Aurevilly ».

dom Bazile

MELANGES TIRES D’UNE PETITE BIBLIOTHEQUE (1) : UN PETIT CADEAU POUR LE CARDINAL JULES

UN PETIT CADEAU POUR LE CARDINAL JULES

1099-reliure

Bon, allez, il faut bien se lancer, et de préférence avec quelque chose de signifiant ! Un petit manuscrit du XIXe avait d’abord été pressenti, mais c’est finalement un ouvrage plus ancien qui sera le premier à sortir des rayons. Un de ces poètes du XVIIe siècle pour lesquels j’ai beaucoup d’affection et qui ont contribué avec brio à construire et perfectionner la langue française. Voici donc la fiche de cet exemplaire un peu particulier, tirée de mon catalogue [n° 1099]. Bonne lecture !

De petite noblesse normande, fils d’un avocat et neveu d’un saint (le missionnaire jésuite Jean de Brébeuf, martyrisé par les Indiens Hurons en 1649), le poète Georges de Brébeuf (1617-1661) publia assez tardivement, livrant en 1650 une version du septième livre de « L’Aenéide de Virgile en vers burlesques ». Mais c’est sa traduction de la « Pharsale » de Lucain, faite à la demande d’un ami, qui le fit enfin connaître. Parue à Rouen en 1653, l’œuvre remporta un vif succès et connut rapidement plusieurs réimpressions parisiennes, souvent illustrées de planches gravées (cas de mon exemplaire de l’édition de Paris, Jean Ribou, 1666, avec deux frontispices et dix pl. gr., relié en maroquin rouge de l’époque, décoré « à la Du Seuil » [n° 960]). Finalement, ayant enfin percé dans la capitale, le poète put y faire imprimer un assez épais recueil in-quarto de « Poësies » (Paris, Sommaville, 1658), contenant des sonnets, stances, madrigaux ou épigrammes, et surtout sa traduction de la « Pharsale » (mon ex., en vélin d’époque [n° 604], provient de la bibliothèque du marquis de Quincye-Saint-Maurice, amateur éclairé du XVIIIe s., passionné de poésie ancienne, mais aujourd’hui complètement oublié : il mériterait un article). C’est par quatre vers de cette « Pharsale » que Brébeuf s’attira l’admiration de son compatriote Corneille, qui affirma à leur propos : « Je donnerais volontiers deux de mes meilleures tragédies pour les avoir faits ». Même le sévère Boileau, après avoir moqué Brébeuf dans son « Art poétique », revint à une opinion plus mesurée et accorda que, « Malgré son fatras obscur, souvent Brébeuf étincelle ».

En dépit d’une sante médiocre (il fut la proie de fièvres violentes et douloureuses pendant la moitié de sa vie), Brébeuf publia jusqu’à sa mort, en septembre 1661. Si ses premières œuvres avaient été offertes à Fouquet, il dédia ses publications de 1660 au cardinal Mazarin. Après un court « Panégyrique de la Paix », il envoya au premier ministre son recueil des « Entretiens solitaires, ou Prières et méditations pieuses en vers françois », s’ouvrant sur une épître dédicatoire au prélat longue de 24 pages. L’édition originale a connu deux tirages, l’un comportant un achevé d’imprimer du 8 mai 1660, l’autre à la date du 30 mai 1660. Cet exemplaire, destiné à être offert au cardinal Mazarin et relié à ses armes, appartient à ce second tirage, tout comme un exemplaire relié en veau marron, jadis doté de fermoirs et comportant aux plats les mêmes armes, toujours possédé par la Bibliothèque Mazarine (cote 45152, seul répertorié par Harmand, éditeur scientifique du poème, en 1912). Les armes utilisées ici ne figurent pas dans le « Manuel de l’amateur de reliures armoriées françaises » (d’E. Olivier, G. Hermal et B. de Roton, plus connu donc comme « ORH ») et ne sont pas les fers « officiels » du cardinal Mazarin : ils doivent avoir été commandées par Brébeuf lui-même à un atelier parisien pour la réalisation de ces deux volumes. Selon mon amie Isabelle de Conihout, longtemps conservatrice en chef de la Mazarine, la qualité inégale de ces reliures s’expliquerait par le peu de moyens du poète, mais elle leur reconnaît bien le statut d’exemplaires de dédicace. L’absence des cotes portés sur les ouvrages de la Mazarine à la fin du fin XVIIe et au XVIIIe siècle atteste que cet exemplaire était sorti des collections du cardinal de son vivant ou peu après sa mort en mai 1661. En plus du présent exemplaire et de celui de la Mazarine, j’ai retrouvé trace de deux autres exemplaires en maroquin rouge dotés du même décor (l’un d’entre eux, dans la même condition que le mien, est passé au catalogue d’un libraire parisien en 2014). L’existence de ces exemplaires en dehors de la Mazarine m’incite à penser que le cardinal ne répugna pas à offrir ces ouvrages autour de lui, à des familiers notamment : les cadeaux de Brébeuf à son dédicataire seront donc devenus des cadeaux du cardinal à ses amis.

Biblio sommaire : G. de Brébeuf, « Entretiens solitaires… », éd. crit. par Réné Harmand, Paris, 1912 ; René Harmand, « Essai sur la vie et les œuvres de Georges de Brébeuf (1617-1661) », Paris, 1897.

1099-titre

1099-dédicace

 

Quelques livres, autographes et monnaies à découvrir