MÉLANGES TIRÉS D’UNE PETITE BIBLIOTHÈQUE (20) : ÊTRE OU NE PAS ÊTRE IMMORTEL…

ÊTRE OU NE PAS ÊTRE IMMORTEL…

Au fil des années, mon métier m’a permis, de loin en loin,  de croiser plusieurs membres de l’Académie française[1] ou de correspondre avec eux pour tel ou tel projet[2]. Avec sa gentillesse coutumière, Jean d’Ormesson, dont j’avais découvert et admiré depuis l’adolescence La Gloire de l’Empire et Au plaisir de Dieu, m’avait ainsi fait, en 2007, le grand honneur d’un avant-propos à mon livre Mignonne, allons voir.

Jean d’Ormesson, lettre autographe signée, s.d. (2007), suite à l’envoi de « Mignonne, allons voir… ». Les termes rappellent un peu les emphases de Victor Hugo dans sa correspondance, mais, dans les deux cas, on ne peut qu’admirer la gentillesse et l’élégance de répondre toujours, et « propria manu », au moindre correspondant : quelle classe !

La venue récente du romancier Jean-Christophe Rufin à la Fondation Bodmer m’a donné envie de rédiger un billet autour de cette vénérable institution, qui (qu’on le veuille ou non) a profondément marqué l’histoire de notre pays (et pas seulement l’histoire littéraire) et continue d’ailleurs d’exercer une influence non négligeable, comme l’ont montré les réactions passionnées autour de la sortie récente du premier manuel scolaire en écriture inclusive et de la prise de position officielle des académicien-ne-s[3]. 😉

Rencontre avec Jean-Christophe Rufin (Fondation Martin Bodmer, septembre 2017)

Aborder un tel sujet n’est a priori pas trop difficile pour un bibliophile. Après tout, il y a eu plus de 700 académiciens français depuis la création de cette auguste assemblée par Richelieu en 1634, et une collection devrait vraiment faire très fort pour ne pas posséder au moins un livre de l’un ou l’autre de ces écrivains, scientifiques, militaires, prélats, etc. Cela pourrait même constituer une bibliothèque « à thème » quelque peu rebelle et militante : tenter d’éviter à tout prix de faire entrer un académicien dans ses rayons ! Au contraire, il y a plutôt eu (et il y a encore) des collections entièrement montées sur l’Académie et ses membres. Le livre consacré par Philippe de Flers et Thierry Bodin à l’impressionnante collection assemblée par la famille de Flers pendant trois générations, L’Académie française au fil des lettres (Gallimard, 2010), illustre à merveille cette pratique, comme la section consacrée à l’Académie ouvrant traditionnellement les catalogues de la librairie Eric Fosse.

Le tout n’est donc pas de posséder telle édition originale ou tel manuscrit émanant d’un académicien : la chose est évidente et courante (on peine même, parfois, à trouver une édition originale de mon compatriote savoyard Henry Bordeaux[4] qui soit SANS envoi autographe !). Plus curieux se révèlent les livres provenant de la bibliothèque de tel et tel académicien (souvent bibliophiles par métier ou goût), qu’il s’agisse de livres anciens de collection ou de cadeaux d’auteurs contemporains (le plus souvent avec envoi autographe) : mes rayons en abritent un certain nombre (49 au total [5]), remontant à des académiciens du XVIIe siècle pour les plus vénérables, notamment Jean Ballesdens (1595-1675, membre de l’Académie française en 1648), bibliothécaire du chancelier Séguier et grand bibliophile lui-même.

Un bibliophile parmi les premiers académiciens français : l’un de mes deux livres de provenance Jean Ballesdens, le curieux « De falsa regni Yvetoti narratione », sur le prétendu petit royaume indépendant d’Yvetot en Normandie (Inv. 791). Le titre comporte l’élégante signature de Ballesdens, encadrée de fermesses selon son habitude.

En parcourant cette liste, et à côté des noms impérissables de Hugo, Mérimée ou Vigny, on repense immanquablement, pour la plupart de ces patronymes, à la réplique du bourgeois du début de Cyrano de Bergerac : « Voici Boudu, Boissat, et Cureau de la Chambre, / Porchères, Colomby, Bourzeys, Bourdon, Arbaud… / Tous ces noms dont pas un ne mourra, que c’est beau ! »[6] (sachant que le facétieux et ironique Rostand avait justement choisi les plus obscurs des académiciens de cette époque, seulement connus de quelques érudits).

Mais le jeu devient bien entendu encore plus intéressant lorsque l’exemplaire ou le document concerne directement l’institution elle-même, qu’il s’agisse d’y candidater, d’y entrer en grande pompe … ou de la dénigrer. Voici donc quelques livres et manuscrits tirés de mes rayons en l’honneur de la « Vieille Dame du quai Conti » et de ses membres.

I. Les candidats

Pour entrer sous la Coupole, il faut d’abord en passer par la candidature officielle et tout son lot de visites diplomatiques aux membres déjà installés. La plupart du temps, c’est l’ultime étape d’un processus étalé sur des années, construit dans le temps par des relations soigneusement entretenues avec les membres déjà en place, au cas où, un jour plus ou moins lointain, ils auraient à voter pour vous…

Dans les années 1880, Anatole France (1844-1924) commença ainsi à gagner, livre après livre, une stature de futur académicien, encouragé en cela par son égérie Léontine Arman de Caillavet (rencontrée en 1883). C’est ainsi qu’il veille soigneusement à offrir ces romans aux membres de l’Académie, comme c’est le cas en 1885 avec le dramaturge Eugène Labiche[7], puis en 1893 avec le romancier Victor Cherbuliez (d’origine suisse et qu’on surnomma parfois l’ « Anatole France genevois »[8]). Dans les deux s’étale, long comme le bras, un « de l’Académie française » de bon aloi.

Anatole France, « Le Livre de mon ami », Paris, Calmann-Lévy, 1885, édition originale, avec envoi « A Monsieur Eugène Labiche, de l’Académie française, hommage de l’auteur, Anatole France ». (Inv. 620).
Anatole France, « Les Opinions de M. Jérôme Coignard », Paris, Calmann-Lévy, 1893, édition originale, avec envoi « A monsieur V. Cherbuliez, de l’Académie française, en témoignage d’une admiration constante, Anatole France »). (Inv. 1497) Dans sa « Vie littéraire » (1891, 3e série, p. 331), Anatole France en parlait comme d’ « un homme d’infiniment d’esprit et qui a beaucoup exercé la faculté de comprendre ».

Auteur des romans épistolaires orientalistes Un Eté dans le Sahara et Une Année dans le Sahel, ainsi que du révolutionnaire roman Dominique, le peintre et romancier Eugène Fromentin (1820-1876) décida de se lancer en 1874 et postula en profitant de la réédition de ses deux ouvrages à succès dans un noble format in-octavo. Il fit parvenir les deux tomes à bien des académiciens, dont le présent volume à Mgr Félix Dupanloup (1802-1879), évêque d’Orléans et prédicateur à succès (c’est aussi le « Père Dupanloup » d’une chanson cochonne bien connue). Siégeant à l’Académie française depuis 1854, ce dernier y était le chef du parti religieux, capable de mettre son veto à toute candidature malvenue (comme celles d’Émile Littré, de Taine et de Renan). Mieux valait l’avoir de son côté ! D’où cet envoi ampoulé.

Eugène Fromentin, « Un Été au Sahara », Paris, 1874, 2e édition, avec envoi autographe : « à Monseigneur l’Evêque d’Orléans, Membre de l’Académie Française. Hommage de profond respect. L’auteur Eug. Fromentin »). (Inv. 817)

Pour autant, ces envois (il m’est arrivé de croiser d’autres exemplaires de ces mêmes éditions avec des dédicaces de teneur identique, preuve d’une véritable campagne) ne parvinrent pas à faire entrer Fromentin sous la Coupole. Il présenta bien sa candidature à l’élection du 8 juin 1876 devant pourvoir le siège de Louis de Carné, mais échoua, recevant 12 voix contre 21 à Charles Blanc. Il mourut le 27 août suivant à La Rochelle, d’une courte maladie (ou, selon certains, du chagrin de ne pas être académicien).

Après ses manœuvres préparatoires arrive enfin l’acte de candidature à proprement parler et la campagne active pour décrocher les voix. Visites officielles et demandes de soutien par lettre s’enchaînent. Devenu quasiment du jour au lendemain un auteur phare grâce à son recueil Les Méditations poétiques paru en 1820 et considéré comme l’acte de naissance du romantisme française, Alphonse de Lamartine (1790-1869), auréolé de gloire, dut emprunter cette voie comme les autres. Il connut à plusieurs reprises la déception de l’échec : une première tentative vaine en 1824 fut suivie de trois autres dans la seule année 1826. Mais cela ne le découragea pas. Lorsque le fauteuil du comte Pierre Daru se trouva finalement vacant, il postula à nouveau et trois candidats se retirèrent d’emblée devant son nom.

C’est dans ces conditions favorables que Lamartine prit la plume, en octobre 1829, pour écrire à l’académicien-marquis de Lally-Tollendal[9], afin de lui présenter les choses rondement : « Monsieur le marquis, le souvenir de quelques moments passés avec vous m’autorisent-ils à réclamer une marque de souvenir aussi, et de bienveillance qu’une circonstance impérieuse m’empêche d’aller solliciter en personne ? J’aspirerais à succéder à M. Daru à l’Académie française. Je désirerais votre suffrage, plus encore pour l’honneur de l’obtenir que pour la chance de succès que me donnerait une voix de plus. Les voix comme la vôtre se pèsent plus qu’elles ne se comptent. Je sais qu’une première fois, je ne fus pas assez heureux pour l’obtenir, mes titres ne se sont pas accru depuis cette époque, mais je n’ai pas, je crois, les mêmes rivaux. J’aime donc à me flatter d’une meilleure espérance. Il me serait bien doux, monsieur le marquis, d’aller vous porter au moment de l’élection, ou aussitôt après le tribut de ma vieille admiration et celui d’une reconnaissance personnelle que j’aimerais à vous devoir. J’ai l’honneur d’être, avec les sentiments les plus respectueux, monsieur le marquis, votre très humble serviteur, Alphonse de Lamartine »

Alphonse de Lamartine, lettre autographe signée au marquis de Lally-Tollendal, Château de Montulot, près Dijon, 12 octobre 1829, p. 1. (Inv. 1670)
Alphonse de Lamartine, lettre autographe signée au marquis de Lally-Tollendal, Château de Montulot, près Dijon, 12 octobre 1829, p. 2. (Inv. 1670)
Alphonse de Lamartine, lettre autographe signée au marquis de Lally-Tollendal, Château de Montulot, près Dijon, 12 octobre 1829, p. 3. (Inv. 1670)
Alphonse de Lamartine, lettre autographe signée au marquis de Lally-Tollendal, Château de Montulot, près Dijon, 12 octobre 1829, p. 4 (adresse). (Inv. 1670)

Le poète se trouva finalement opposé à Philippe de Ségur, D’Azaïs et David ; il fut élu le 5 novembre 1829, par 19 voix sur 33 votants. Sa réception eut lieu le 1er avril 1830, avec un discours de réception de Georges Cuvier. Il fut le premier des auteurs romantiques à pénétrer sous la Coupole et s’efforça ensuite, avec Chateaubriand, d’y faire entrer Hugo dès 1836, votant ensuite pour Vigny et Balzac à chacune de leurs tentatives.

II. Les recalés

Beaucoup d’appelés, mais peu d’élus… Certains auteurs ont été des Stakhanov de la candidature, la palme revenant de loin à Emile Zola. Jeune, il avait qualifié l’Académie de « serre d’hivernage pour les médiocrités qui craignent la gelée ». Cela ne dut pas aider son dossier lorsque, vingt ans plus tard, en 1890, il déposa sa première demande… Sans se décourager, et jusqu’en 1898 (époque à laquelle sa prise de position dans l’ « Affaire » lui condamna à jamais les portes), il fut vingt-cinq fois candidat, battant, selon les mots mêmes du site internet de l’institution, « des records d’obstination » !

Il n’était en effet pas rare, même pour des auteurs réputés et « politiquement corrects » (selon les critères du temps), d’essuyer une première rebuffade.  C’est ce qui arriva tout d’abord à Maurice Barrès (1862-1923). Après la publication des différents volumes composant son « Roman de l’énergie nationale » (1897-1902), il était sans conteste l’un des auteurs français les plus en vue, sans compter son poids politique auprès de la droite française. Doté de nombreux appuis, il présente sa candidature à l’Académie française au début de 1905, pour succéder au sculpteur Eugène Guillaume pour le fauteuil 21. Mais il fut battu par l’avocat et homme politique Etienne Lamy (1845-1919), qui remporta 21 voix contre 12 à Barrès.

Maurice Barrès, lettre autographe signée au dramaturge et journaliste Henri Lavedan (élu à l’Académie en 1898), Neuilly-sur-Seine, s.d. [9 juin 1905 selon le cachet postal], p. 1. (Inv. 1823)
Maurice Barrès, lettre autographe signée au dramaturge et journaliste Henri Lavedan (élu à l’Académie en 1898), Neuilly-sur-Seine, s.d. [9 juin 1905 selon le cachet postal], p. 2. (Inv. 1823)

L’académicien Henri Lavedan, qui avait donné sa voix à Lamy, se reprocha ensuite amèrement de n’avoir pas voté pour Barrès. Cela revint aux oreilles de l’intéressé, qui lui écrivit en ces termes : « Mon cher ami, c’est bête de donner de l’ennui à ses amis, et c’est moi qui vous en donne avec cette élection. Votre voix m’aurait porté de 12 voix à 13, c’eut été un fait agréable, mais tout de même je serais resté en échec dès le premier tour. Aussi n’ai-je pas subi de dommage appréciable. Autour de moi, dès la première minute, on n’a pas douté de votre ennui. Bourget, Vandal, Masson, que j’ai vus avant de vous voir, m’ont dit votre erreur. Mais je n’avais pas besoin de leur témoignage. Vous avez été parfait pour moi dès la première minute ; vous m’avez donné cette sécurité de la véritable sympathie et amitié. Je vous en suis très reconnaissant et je vous prie de ne vous rappeler cet accident sans conséquence que comme une cocasserie. Veuillez me croire très affectueusement votre ami, Barrès »

Barrès devait vite se consoler en se représentant, à la fin de la même année, pour succéder à José-Maria de Heredia, décédé en décembre 1905 : il sera élu à ce fauteuil le 25 janvier 1906.

III. Les reçus

Les voilà élus, mais il faut encore en passer par l’étape cruciale de la réception pour intégrer l’illustre compagnie. En cette occasion, l’impétrant doit prononcer, dans un discours très attendu, l’hommage de son prédécesseur, tandis qu’un académicien en place reçoit le nouveau venu par une autre harangue. Dans certains cas, les compliments de façade pouvaient devenir vachards, comme lors de la réception d’Henri de Régnier par Albert de Mun en 1912. Devant parler des romans de Régnier, son parrain s’exclama : « Ah ! Monsieur, comme je suis embarrassé ! Je les ai lus, ces romans, je les ai lus tous, et, jusqu’au bout. Car j’ai été capitaine de cuirassiers ». Malaise sous la Coupole…

Dans d’autres cas, le problème vint du reçu. Ainsi, le poète José-Maria de Heredia (1842-1905), élu à l’Académie française le 22 février 1894, au fauteuil 4, pour son unique mais grandiose recueil de 118 sonnets, Les Trophées, paru l’année précédente. L’automne suivant, alors que s’approchait la date de la réception officielle, il écrivit à son désormais futur collègue Albert Sorel (1842-1906), pour confesser un petit embarras et un profond ennui : « Cher ami, Je vais rentrer à Paris demain et, vous l’avouerai-je ? Mon discours n’est pas fait. J’ai été malade puis paresseux. J’ai joui de la campagne, je me suis reposé […] Je ne voudrais pourtant pas entraver toute la vie académique et j’ai pensé, que puisque le fauteuil de Taine était vacant avant le mien et que votre discours, paraît-il est fait, vous pourriez me rendre le service de parler avant moi. Je ne sais si c’est contraire aux usages et d’un autre côté si votre contre-discoureur qui, je crois, est le duc de Broglie, a achevé sa harangue, vous seriez bien aimable, cher ami de vous renseigner là-dessus et de m’en écrire un mot. Vous me rendriez, si cela se pouvait, un fameux service et cela ne retarderait rien puisque nous permuterons simplement et que, de toute façon, Bourget ne doit parler que le dernier […] De toute façon dès mon arrivée, je vais me calfeutrer et me mettre à l’ouvrage. Mais Dieu ! Que c’est ennuyeux ! […] JM. De Heredia ».

José-Maria de Heredia, lettre autographe signée à l’historien et diplomate Albert Sorel, Blanche-Couronne, 14 octobre 1894, p. 1. (Inv. 1855)
José-Maria de Heredia, lettre autographe signée à l’historien et diplomate Albert Sorel, Blanche-Couronne, 14 octobre 1894, p. 3. (Inv. 1855)

De fait, plusieurs sièges avaient été pourvus en même temps et, outre Heredia, l’historien Albert Sorel (1842-1906) et le romancier Paul Bourget (1852-1935) devaient faire leur entrée sous la Coupole. Comme le lui demandait Heredia, Sorel put se faire recevoir en premier, dès le 7 février 1895, alors que la cérémonie de réception d’Heredia se tint le 30 mai suivant, François Coppé prononçant le discours de réponse.

Il arrivait aussi que les ennuis se fassent jour après la réception, à cause d’un discours aux termes malheureux. C’est ce qui arriva en partie à Anatole France (1844-1924), déjà croisé. Elu le 23 janvier 1896, il fut officiellement reçu sous la Coupole le 24 décembre suivant. Succédant à Ferdinand de Lesseps, l’initiateur et architecte du canal de Suez, il prononça, selon la tradition, l’éloge de ce grand soutien du Second Empire. Rendant un hommage appuyé au grand-œuvre du canal, il souligna aussi sa fidélité à ses souverains, et notamment à l’impératrice dont Lesseps avait été un intime de longue date. Ainsi, au moment de la chute de l’Empire, Eugénie de Montijo, « quittant dans l’horreur d’un immense désastre son palais désert, trouva M. de Lesseps, avec quelques rares amis, pour lui offrir le bras et assurer sa fuite à travers la capitale où grondait la Révolution ».

Anatole France, « Discours … pour la réception de M. Anatole France » (Paris, 1896, EO), avec envoi au Dr. Cabanès (1862-1928, historien de la médecine). (Inv. 2251).

Mais cette description un peu rapide des faits froissa le Dr. Thomas W. Evans (1823-1897), dentiste personnel de Napoléon III (et d’autres têtes couronnées), qui avait justement fait part de ce groupe des derniers fidèles. Il protesta avec véhémence auprès du nouvel académicien, demandant un correctif public.

Anatole France, lettre autographe signée à Thomas W. Evans, s.l. [Paris], 29 décembre 1896, pp. 1 et 2. (Inv. 1875)

Anatole France dut donc répondre en ces termes à la protestation d’Evans : « Monsieur, je n’ai pas songé un moment à nier votre rôle honorable dans la journée du 4 septembre 1870. Je l’ai même indiqué dans mon discours, par ces mots « avec quelques rares amis ». J’ai, dans une interview de M. André Marcel, [barré : affirmé] déclaré de nouveau que je contestais en aucune façon vos affirmations. Et je vous ai donné ainsi une satisfaction publique. Croyez que je suis bien sensible à vos félicitations et agréez, Monsieur, l’assurance de mes sentiments distingués, Anatole France, 29 décembre 1896 ».

Les académiciens en place continuent de pratiquer la sociabilité de l’envoi autographe, soit pour leurs pairs, soit pour des auteurs qui deviendront de futurs collègues (parfois bien longtemps après). Choisis parmi un petit ensemble de 21 volumes[10], voici un florilège de quelques envois autographes entre académiciens ou écrits/destinés par/à des futurs académiciens.

D’un débutant à un maître et futur collègue : Victor Hugo (1802-1885) offre son « Cromwell » à l’historien Abel-François Villemain (1790-1870, élu à l’Académie en 1821 et futur ministre de l’Instruction publique) par ailleurs auteur en 1819 d’une « Histoire de Cromwell » employée par Hugo. (Inv. 2050)
D’un maître et académicien à un débutant et futur collègue (posthume) : vers 1900-1905, Heredia (mort en 1906) dédicace son recueil « Les Trophées » au tout jeune Jacques de Lacretelle (1888-1985, qui entrera sous la Coupole en 1936). (Inv. 1382)
Entre futurs collègues : Jean d’Ormesson (élu en 1973) offre l’édition originale de son roman « La Gloire de l’Empire » (1971) à l’historien René Rémond, qui le rejoindra sous la Coupole en 1998. (Inv. 2045)
Entre nouveaux collègues : Pierre Loti (tout juste élu) reçoit l’édition originale des « Paroles sincères » (Paris, 1891) du poète François Coppée (élu en 1884) (Inv. 2188)
Entre collègues : Paul Hervieu (élu en 1900) offre un des dix exemplaires sur Chine de son « Connais-toi » (Paris, 1909, EO) à Edmond Rostand (élu en 1901). (Inv. 1227)

 

IV. Les rebelles

Et puis il y a les irréductibles, les rebelles, les convaincus, les amers, les malchanceux ou les indifférents (la fameuse histoire du « 41e fauteuil », forgée par Arsène Houssaye dès 1855). Ceux aussi qui, par conviction ou jalousie, regardent carrément de travers la « Vieille Dame du Quai de Conti ». Le sentiment est aussi ancien que l’Académie elle-même ; le plaisant chansonnier Piron (1689-1773) affirmait déjà : « Ils sont quarante à avoir de l’esprit comme quatre » !

L’un des plus virulents, au XIXe siècle, contre l’institution fut probablement Jules Barbey d’Aurevilly (1808-1889), le bouillonnant « connétable des lettres ». Ses chroniques au vitriol dans Le Figaro ou dans le très républicain Le Nain jaune (dont ce monarchiste aimait le ton libéré) lui valurent des procès retentissants, mais débouchèrent sur la publication d’un pamphlet mordant : Les Quarante médaillons de l’Académie (Paris, Dentu, 1864). Cette collection de portraits à charge n’épargnait pas un seul des membres, pas même l’exilé Hugo (« cette énormité : M. Victor Hugo à l’Académie ! (…) Ce jour-là, où était la fierté de la Muse romantique ? »), pourtant aimé par Barbey. L’ouvrage se voulait ainsi une sorte de « Déclaration des droits et devoirs » de l’écrivain : Barbey d’Aurevilly proclamait son admiration pour Hugo, Lamartine, Mérimée ou encore Vigny, mais en se demandant ce qu’ils étaient venus faire dans la galère académique où ramait sans brio la « nullité couronnée »…

Jules Barbey d’Aurevilly, « Les Quarantes Médaillons de l’Académie », Paris, Dentu, 1864 (EO), première de couverture. (Inv. 2086)
Un exemplaire modeste, mais dont la reliure demi-toile bradel, avec sa tête rouge et sa date en queue, ressemble furieusement à celles établies par Pierson pour Théodore de Banville !

 

De la même manière, Edmond de Goncourt était farouchement opposé à cette assemblée jugée sclérosée et sclérosante, d’où son intention, tôt proclamée, de créer une « Académie des Goncourt » afin de de promouvoir des écrivains selon son cœur. Par statuts, ses membres étaient interdits d’intégrer la « véritable » Académie, sous peine d’exclusion immédiate !

Rencontre avec Bernard Pivot, président de l’Académie Goncourt depuis 2014 (Fondation Martin Bodmer, juin 2014).

Son ami et disciple Alphonse Daudet (1840-1897), en dépit de moments de « faiblesse » (il caressa l’idée de candidater en 1883 au siège de Jules Sandeau), le suivit dans cette voie et se positionna radicalement avec son roman L’Immortel, paru en 1888. Objet d’un scandale assez retentissant à sa sortie, ce roman fut l’un des plus grands succès de Daudet, mais il est aujourd’hui oublié, à tort. Il met en scène un certain Léonard Astier-Réhu, historien érudit dont l’ambition ultime est d’entrer sous la Coupole, poussé par l’ambition de son épouse. Après bien des démarches et des reptations, il est finalement élu et devient même le secrétaire perpétuel de la « Compagnie des Immortels ». Mais il est bientôt la victime d’une escroquerie qui en fait la risée de tout Paris : on lui a vendu de prétendus documents historiques capitaux qui se révèlent des faux grossiers. Moqué et ridiculisé par tout son entourage, même sa femme, il finit par se jeter dans la Seine. Le roman était bien sûr inspiré par un fait-divers réel : l’incroyable « Affaire Chasles », du nom de ce grand mathématicien qui se fit fourguer des lettres de César à Vercingétorix ou de Cléopâtre à Marc-Antoine … toutes rédigées dans une sorte de vieux français par le faussaire Vrain-Lucas !

Alphonse Daudet, « L’Immortel », Paris, Alphonse Lemerre, 1888, édition originale (Inv. 723). Exemplaire avec envoi au romancier (et futur académicien) Paul Bourget (1852-1935), inclus un temps parmi les papables de la future Académie Goncourt. Ensuite passé dans la collection Ernest Chuard (1857-1942, président de la Confédération suisse en 1924).
Alphonse Daudet, « L’Immortel », Paris, Alphonse Lemerre, 1888, édition originale, page de titre (Inv. 723).

Dans un avant-propos, Daudet avait tenu à préciser que ce livre ne constituait en rien une vengeance envers l’Académie (qui l’avait refusé), comme certains le sous-entendaient : c’est peu dire qu’il ne fut pas cru ! Certains proches des milieux académiques lui firent reproche de la dureté du roman. Ce fut le cas de Georges Duruy fils (1853-1918), normalien, professeur à Polytechnique et surtout fils d’académicien (l’historien et ministre Georges Duruy), dans une lettre savoureuse : « (…) peut-être devrais-je vous dire que L’Immortel m’a scandalisé un peu comme La France Juive a scandalisé quelques Israélites qui ne sont pas plus des usuriers ou des voleurs, n’en déplaise à notre ami Drumont, que tous les universitaires ne sont des cuistres – ne vous déplaise. Mais voyez combien cette Université, cette Ecole Normale contre lesquellles vous venez de partir en guerre, malgré la grande tendresse qu’elles ont toujours eue, et qu’elles gardent pour vous, – voyez comme elles font de leurs nourrissons (encore un mot petdeloup, ça !) des hommes tolérants et sans rancune : bien loin de me chagriner, l’Immortel m’a prodigieusement amusé et c’est ce que je tiens à vous dire tout d’abord en vous remerciant de me l’avoir envoyé. Je pourrais à la rigueur ajouter – pour n’avoir point l’air de « rire du professeur » en vous parlant secrètement de ce que j’admire dans votre livre, – que je vous trouve sévère, quand vous notez à plusieurs reprises l’empressement que certains académiciens mettent à toucher leurs jetons. Il y en a de pauvres parmi eux, cher Maître, et qui ne vendent pas en six mois, de livres sur lesquels ils ont passé parfois plusieurs années de leur vie, autant d’exemplaires qu’il s’en vend des vôtres en une heure ! Savez-vous bien que c’est un peu cruel, de jeter si durement au nez de l’Académie ces malheureux jetons qui aident, peut-être, d’aussi honnêtes gens qu’Astier-Réhu à payer leur modeste loyer ? Si encore le Cardinal de Richelieu avait aussi largement fait les choses que les fera, dit-on, votre ami Goncourt ! Mais non, quelques pauvres billets de cent francs, tout au plus une misère… Vrai, vous avez été bien méchant ! Mais comment vous en vouloir, alors que vous donnez cette fois encore, tant de pages délicieuses (…) ».

Georges Duruy fils, lettre autographe à Alphonse Daudet au sujet du roman « L’Immortel » (Baguères de Bigorre, 20 juillet 1888), p. 1. (Inv. 2253)
Georges Duruy fils, lettre autographe à Alphonse Daudet au sujet du roman « L’Immortel » (Baguères de Bigorre, 20 juillet 1888), p. 2-3. (Inv. 2253)
Georges Duruy fils, lettre autographe à Alphonse Daudet au sujet du roman « L’Immortel » (Baguères de Bigorre, 20 juillet 1888), p. 4. (Inv. 2253)

Tous n’eurent pas la même tolérance que Duruy ou Théodore de Banville (qui répondit au roman de Daudet par un poème intitulé « L’Immortelle », paru la même année dans le recueil Sonnailles et clochettes). Ainsi, l’académicien Victorien Sardou livra dans le journal Le Gaulois du 2 août 1888 une diatribe enflammée contre le livre et son auteur, parlant de l’oeuvre comme d’une « macédoine d’inexactitudes (…) postiviment détestable dans le fond et dans la forme ». Selon lui, Daudet n’avait en fait « qu’une ennemie sur cette terre, mais une ennemie acharnée : ce n’est pas l’Académie française, c’est la grammaire française »…

Les conséquences de ce roman se firent sentir pour Daudet et ses proches durant de longues années. Beau-frère d’Alphonse Daudet à double titre (sa sœur Julia est l’épouse de Daudet, dont il a épousé lui-même la sœur, Anna Daudet), Léon Allard (1847-1925) était aussi un auteur ayant connu quelques succès, tant auprès du grand public que des milieux lettrés (son roman Les Vies muettes avait reçu un prix de l’Académie en 1886). Son roman Les deux portraits parut chez Alphonse Lemerre en 1893 ; on en espérait une nouvelle distinction académique. Mais L’Immortel était encore dans toutes les mémoires, d’où cette lettre d’Alphonse Daudet à un ami académicien : « Cher ami, l’Académie a-t-elle donné un prix ? J’avais écrit à Coppée pour lui recommander, lui signaler plutôt Les deux portraits de mon beau-frère Léon Allard ; il ne m’en a jamais parlé, et je crains bien que ma recommandation ait nui à une œuvre digne en tous points de la récompense académique. Vous seriez bien gentil, si l’affaire n’est pas dans le sac, d’en écrire ou dire un mot à Coppée, à Sully. Je serais désolé qu’on fit payer à ce brave garçon, aussi talentueux que timide, sa parenté avec L’Immortel. Donnez-nous des nouvelles de votre chère femme et, si vous êtes libre d’aujourd’hui jeudi en huit, venez dîner à Champrosay, A. Daudet »

Alphonse Daudet, lettre signée à un « cher ami » académicien, Champrosay, jeudi 20 septembre [1893], p. 1. (Inv. 1937)
Alphonse Daudet, lettre signée à un « cher ami » académicien, Champrosay, jeudi 20 septembre [1893], p. 2. (Inv. 1937)

Le ressentiment de certains envers l’Académie était d’origine et de nature complexes. Le romancier Pierre Louÿs (1870-1925), helléniste érudit, bibliophile consommé et érotomane frénétique, nagea pourtant dans l’académisme pendant des années. Primo, il était beau-fils d’académicien (il avait en effet épousé Louise, fille cadette de José-Luis de Heredia). Deuxio, il était beau-frère d’académicien (Henri de Régnier). Tercio, il était l’amant d’une fille d’académicien (Marie de Heredia, sœur et femme des deux susdits). Tout semblait donc l’engager vers la Coupole, lui dont le disciple s’appelait Paul Valéry. Mais voilà : sa réputation scandaleuse, sa vie sexuelle débridée, la fin de son mariage l’éloignèrent des honneurs officiels. Pas de quoi porter le Quai de Conti dans son cœur… La fin de sa vie, assez sinistre (il perdit quasiment la vue), fut occupée par une recherche entreprise vers 1916 et devenue presque obsessionnelle : prouver que les comédies de Molière avaient en réalité été écrites par Corneille. Louÿs croyait ainsi avoir découvert et mis au jour la plus grande supercherie littéraire de l’histoire, une thèse qui connaît aujourd’hui encore des sursauts médiatiques périodiques. Des centaines de feuillets de notes érudites furent accumulées par Louÿs pour ce dossier gigantesque qui déboucha sur un article-brûlot, « Molière est un chef-d’œuvre de Corneille », publié en 1919 dans la revue littéraire Comœdia.

Pierre Louÿs, Notes sur Corneille [manuscrit autographe], s.d. [vers 1919], p. 1 (sur 5). (Inv. 2031)
Pierre Louÿs, Notes sur Corneille [manuscrit autographe], s.d. [vers 1919], p. 2. (Inv. 2031)
Pierre Louÿs, Notes sur Corneille [manuscrit autographe], s.d. [vers 1919], p. 3. (Inv. 2031)
Pierre Louÿs, Notes sur Corneille [manuscrit autographe], s.d. [vers 1919], p. 4. (Inv. 2031)

Louÿs n’oubliait pas que l’Académie avait jadis critiqué vertement Le Cid par l’intermédiaire de Jean Chapelain et de ses Sentiments de l’Académie sur la tragi-comédie du Cid qui faisait chorus aux attaques de Jean Mairet et de Georges de Scudéry contre la pièce. Dans ces recherches, Louÿs égratigne donc les sages du Quai de Conti à propos de certaines précisions chronologiques et bibliographiques, petite vengeance : « On croit que le triomphe du Cid créa le théâtre français entre novembre 1636 et janvier 1637. Nous pardonnerions à l’Académie les Sentiments […] gaffe immortelle au frontispice de son histoire, si, faute de savoir lire Le Cid, l’un des Quarante, un seul, avait su le dater ». De même, on ignore quel Cinna fut joué devant Richelieu : « la tragédie qui porte ce titre d’assassin est une excuse publique prononcée par un velléitaire qui tuerait le cardinal s’il en avait le courage et qui le dit. Mais Corneille attendit la mort de Richelieu pour imprimer Cinna et le seul texte que nous sachions est celui de 1643 ».

Enfin, il y a ceux qui savaient pertinemment qu’ils n’entreraient jamais à l’Académie, qui ne le voulaient d’ailleurs pas et qui n’en avaient pas grand-chose à faire. Du coup, leurs moqueries étaient tout à fait pures de tout ressentiment. C’est le cas du romancier Gaston Leroux (1868-1927), l’un des premiers et plus grands auteurs de romans policiers français, le père de Rouletabille, du Fantôme de l’Opéra et de Chéri-Bibi. En 1909-1910, il fit paraître dans le mensuel Je sais tout un roman-feuilleton intitulé Le Fauteuil hanté. L’intrigue tourne entièrement autour de l’Académie, où, à la suite de la mort de Monseigneur d’Abbeville, chaque nouveau candidat à l’immortalité qui est désigné pour occuper son fauteuil meurt sous la Coupole, en plein discours d’hommage à son prédécesseur. Un prétendu mage, dont la candidature avait été blackboulée, aurait lancé une malédiction sur le siège… Hippolyte Patard, le secrétaire perpétuel, commence à désespérer, personne ne voulant plus se porter candidat. Jusqu’au jour où un antiquaire spécialiste en tableaux anciens, l’innocent Gaspard Lalouette, se présente…

Gaston Leroux, « Le Fauteuil hanté », Paris, Pierre Lafitte, 1910, édition originale, première de couverture. (Inv. 1528)

Je ne révélerais pas le fin mot de cette histoire-enquête (lue pour la première fois durant mon adolescence), mais c’est une histoire à la fois sombre et cocasse, dans laquelle l’Académie et ses membres sont présentés sous un jour à la fois drôle, ridicule, mais tendre. Le roman a d’ailleurs été porté à l’écran par Claude Chabrol en 2010, dans la série « Contes et nouvelles du XIXe siècle », sur France 2 : un bon moyen de continuer votre voyage dans le monde de la « Vieille Dame du Quai Conti » ! 😉

Nicolas Ducimetière

Douvaine, 15 novembre 2017


NOTES

[1] Il m’a ainsi été permis de rencontrer, en petit comité ou tête-à-tête, Alain Decaux, Jean d’Ormesson, Jean-Claude Rufin, Marc Fumaroli et Gabriel de Broglie.

[2] Notamment Dominique Fernandez et François Cheng.

[3] On se rappellera le mot de Jean d’Ormesson après l’élection de Marguerite Yourcenar (qu’il avait amplement favorisé) : « Désormais, dans les toilettes réservées aux académiciens, il y aura deux portes : “Messieurs” et “Marguerite Yourcenar” » ! 😀

[4] Elu au fauteuil 20 en 1919. Natif de Thonon, ce romancier catholique, comptant parmi les auteurs français les plus lus durant la première moitié du XXe siècle (je l’ai découvert enfant en dévorant son Chevalier de l’air : la vie héroïque de Guynemer), livra en 1959 ses souvenirs d’académicien : Quarante ans chez les Quarante.

[5] Ouvrages ayant appartenus à des académiciens (rangés par ordre chronologique, en fonction de leur année d’entrée sous la Coupole) :

  • 1648 / Jean Ballesdens (1595-1675, bibliothécaire du chancelier Pierre Séguier) : Antoine Mornac, De falsa Regni Yvetoti narratione (Paris, 1615) (Inv. 791) ; Odoardo Fialetti, De gli habiti delle religioni (Venise, 1626) (Inv. 2080) ;
  • 1711 / Jean d’Estrées (1666 – 1718, archevêque de Cambrai) : La Voix gémissante du peuple chrestien et catholique… (Paris, 1640) (Inv. 179) ;
  • 1738 / Charles V de La Trémoille (1708-1741, duc de Thouars et de La Trémoïlle, chevalier du Saint-Esprit en 1726) : Jean Bouchet, Épitres morales et familières du Traverseur (1545) (Inv. 865) ;
  • 1775 / Emmanuel-Félicité de Durfort (1715-1789, duc de Duras, pair et maréchal de France, ambassadeur de France en Espagne) : abbé de Choisy, Mémoires sur le siècle de Louis XIV (Utrecht, 1727, aux armes) (Inv. 763) ;
  • 1811-1829 / Charles-Guillaume Etienne (1777-1845, auteur dramatique élu DEUX fois à l’Académie, ayant été radié en 1816) : Les Œuvres de théâtre de M. de Hauteroche (Paris, 1742, tome II seul), ayant appartenu à la tragédienne La Clairon, qui légua sa bibliothèque au susdit (Inv. 167) ;
  • 1833 / Charles Nodier (1780-1844, romancier, conservateur de la bibliothèque de l’Arsenal) : Jean Béhourt, Hypsicratee (Paris, 1604, EO) (Inv. 1430) ; Jean Ogier de Gombault, Les Epigrammes (Paris, 1657, EO) (Inv. 1050) ;
  • 1835 / Narcisse-Achille de Salvandy (1795-1856, comte, conseiller d’Etat, député, ministre de l’Education) : Auguste Brizeux, Les Bretons, poème (Paris, 1845, EO avec envoi) (Inv. 942) ;
  • 1841 / Victor Hugo (1802-1885) : Ernest-Hubert Michaux, Etude sur la question des peines (Paris, 1875, EO avec envoi) (Inv. 470) ; Juliette Adam, Païenne (Paris, 1883, EO avec envoi) (Inv. 2213) ; F. Lecomte, Les Tablettes – Récit de la LXXXVIIIe Olympiade (Paris, 1884, EO avec envoi) (Inv. 137) ;
  • 1844 / Prosper Mérimée (1803-1870) : Juliette Figuier, Mos de Lavène – Scènes et souvenirs du bas Languedoc (Paris, 1859, EO avec envoi) (Inv. 603) (provenance très rare, car la bibliothèque de Mérimée a entièrement brûlée durant la Commune) ;
  • 1844 / Saint-Marc Girardin (1801-1873, professeur, député, conseiller d’État et ministre de l’Instruction publique) : Marc Perachon, Poëme sur la naissance de Jesus Christ (Paris, 1669, ex. Viollet-le-Duc) (Inv. 1046) ;
  • 1845 / Alfred de Vigny (1797-1863, poète et romancier) : Charles Calemard de Lafayette, Le Poème des champs (Paris, 1861, EO avec envoi) (Inv. 89) ;
  • 1852 / Pierre-Antoine Berryer (1790-1868, avocat et homme politique) : Auguste Creuzé de Lesser, Amadis de Gaule, poème (Paris, 1816) (Inv. 1004) ;
  • 1881 / Victor Cherbuliez (1829-1899, romancier et dramaturge d’origine genevoise) : Emile Zola, Rome (Paris, 1896, EO avec envoi) (Inv. 1800) ;
  • 1881 / Sully Prudhomme (1839-1907, poète parnassien, premier Prix Nobel de littérature en 1901) : Théodore de Banville, Petit traité de poésie française (Paris, 1881, 3e éd., avec envoi) (Inv. 1841) ;
  • 1884 / François Coppée (1842-1908, poète et dramaturge) : Edmond de Goncourt, La Saint-Huberty (Paris, 1882, EO avec envoi) (Inv. 380) ; Edmond et Jules de Goncourt, Gavarni (Paris, 1879, 2e éd. avec envoi) (Inv. 1269) ; Emile Zola, Germinal (Paris, 1885, EO avec envoi) (Inv. 1580) ;
  • 1888 / Jules Claretie (1840-1913, romancier et dramaturge) : Victor Hugo, Les Burgraves (Paris, 1843, EO) (Inv. 193) et « Tortu Goth », Les Buses graves (s.l.n.d. [1843]) (Inv. 194) ; Edmond et Jules de Goncourt, Henriette Maréchal (Paris, 1866, EO avec envoi) (Inv. 1521) ;
  • 1891 / Pierre Loti (1850-1923, romancier, officier de marine) : Edmond de Goncourt, Manette Salomon (Paris, 1881, avec envoi) (Inv. 1249) ; Francis Jammes, Monsieur le curé d’Ozeron (Paris, 1918, EO avec envoi) (Inv. 1952) ;
  • 1894 / Henry Houssaye (1848-1911, historien, critique d’art et critique littéraire) : Jean-Baptiste Rousseau, Œuvres diverses (Rotterdam, 1714) (Inv. 1654) ; Alphonse Daudet, Les Rois en exil (Paris, 1879, EO) (Inv. 1073) ;
  • 1894 / José-Maria de Heredia (1842-1905, poète, conservateur de l’Arsenal) : Mme Auguste Penquer, Révélations poétiques (Paris, 1865, EO avec envoi) (Inv. 1819) ; Théodore de Banville, Trente-six ballades joyeuses (Paris, 1873, EO avec envoi) (Inv. 1231) ; Alphonse Daudet, Le Nabab (Paris, 1877, EO avec envoi) (Inv. 2041) ; Théodore de Banville, Nous tous (Paris, 1884, EO avec envoi) (Inv. 1232) ; Paul Adam, Être (Paris, 1888, EO avec envoi) (Inv. 812) ; Alphonse Daudet, Trente ans de Paris (Paris, 1888, EO avec envoi) (Inv. 1360) ; Henri Lavedan, Inconsolables (Paris, s.d., EO avec envoi) (Inv. 1383) ;
  • 1894 / Paul Bourget (1852-1935, romancier) : Edmond et Jules de Goncourt, Idées et Sensations (Paris, 1877, première in-12 avec envoi) (Inv. 382) ;
  • 1895 / Jules Lemaître (1853-1914, écrivain et critique) : Gyp, Petit-Bob (Paris, 1882) (Inv. 1214) ;
  • 1896 / Anatole France (1844-1924, romancier et poète) : Gyp, Sans voiles ! (Paris, 1885, EO avec envoi) (Inv. 572) ; Jean Moréas, Les Cantilènes (Paris, 1886, EO avec envoi) (Inv. 821) ; Edmond de Goncourt, Histoire de la société française pendant la Révolution (Paris, 1889, 2e éd. avec envoi) (Inv. 381) ; Francis Jammes, De l’âge divin à l’âge ingrat – Mémoires (Paris, 1921, EO avec envoi) (Inv. 1759) ;
  • 1897 / Gabriel Hanotaux (1853-1944, ministre, diplomate et historien) : Soupirs françois sur la paix italienne (1649) (Inv. 262) et Cyrano de Bergerac, La Sybille moderne (Paris, 1649) (Inv. 263) ;
  • 1903 / René Bazin (1853-1932, juriste et professeur de droit, romancier, journaliste et historien) : Louis Mercier, Le Poème de la maison (Paris, 1901, EO avec envoi) (Inv. 1197) ;
  • 1906 / Maurice Barrès (1862-1923, romancier) : Alphonse Daudet, Théâtre (Paris, 1896, 1ère éd. coll. avec envoi) (Inv. 2011) ;
  • 1908 / Jean Richepin (1849-1926, romancier, poète et dramaturge) : Alfred Jarry, Ubu roi (Paris, 1896, EO avec envoi) (Inv. 1610) ;
  • 1911 / Henri de Régnier (1864-1936, romancier et poète) : Jean Moréas, Contes de la vieille France (Paris, 1904, EO avec envoi) (Inv. 822) ;
  • 1914 / Henri Bergson (1859-1941, philosophe, prix Nobel de littérature en 1927) : Pierre Louÿs, Poétique (Paris, 1916, EO avec envoi) (Inv. 1951) ;
  • 1924 / Albert Besnard (1849-1934, peintre, graveur et décorateur) : Pierre Louÿs, Léda (Paris, 1893, EO avec envoi) (Inv. 1862) ;
  • 1935 / Jacques Bainville (1879-1939, journaliste et historien) : Jean Moréas, Iphigénie (Paris, 1904, EO avec envoi) (Inv. 2088) ;
  • 1955 / Jean Cocteau (1889-1963) : Francis Jammes, Diane (Paris, 1928, EO avec envoi) (Inv. 2044) ;
  • 1956 / Robert Kemp (1879-1959, critique littéraire) : Albert Camus, La Chute (1956, EO avec envoi) (Inv. 1760) ;
  • 1960 / Henry de Montherlant (1895-1972, romancier et dramaturge) : Paul Géraldy, Tragédiens légères (Paris, 1950, première éd. coll. avec envoi) (Inv. 643) ;

[6] Edmond Rostand, Cyrano de Bergerac, acte I, scène 2.

[7] Le nom de Labiche (1815-1888), l’un des plus prolifiques dramaturges du XIXe siècle, demeure attaché au Second Empire, dont certaines de ses pièces sont devenues emblématiques, comme le Voyage de M. Perrichon (1860). Son élection à l’Académie française en 1880 firent dire aux mauvaises langues qu’il ne lui faudrait pas un siège sous la Coupole, mais un banc pour l’y loger avec tous ses « nègres » !

[8] En 1929, le critique Albert Thibaudet a décrit ses romans comme « aussi solides que les meubles du Second Empire » : « Cherbuliez a été sur un plan modeste, une manière d’Anatole France genevois. Né parmi les livres, il a toujours gardé, comme le liseur du Quai  Malaquais, un pli livresque ». En 1936, André Célières, dans sa biographie de Cherbuliez, faisait remarquer la ressemblance entre les deux auteurs, notant que « les lecteurs d’Anatole France, ont dû se recruter parmi ceux de Cherbuliez ».

[9] Marquis Gérard de Lally-Tollendal (1751-1830, membre de l’Académie française depuis 1816, pair de France et ministre d’État, grand officier de la Légion d’honneur, chevalier commandeur et grand trésorier du Saint-Esprit).

[10] Exemplaires dédicacés par des académiciens (ou futurs académiciens) à des académiciens (ou futurs académiciens), rangés par ordre chronologique d’entrée de leur propriétaire à l’Académie :

  • 1821 / Abel-François Villemain (1790-1870, historien, conseiller d’Etat, député, pair de France, ministre de l’Instruction publique, auteur d’une Histoire de Cromwell en 1819) : Victor Hugo, Cromwell (Paris, 1828, EO avec envoi) (Inv. 2050) ;
  • 1845 / Alfred de Vigny (1797-1863, poète et romancier) : Charles-Augustin Sainte-Beuve, Vie, poésies et pensées de Joseph Delorme (Paris, 1828, EO avec envoi) (Inv. 2128) ; Charles-Augustin Sainte-Beuve, Les Consolations (Paris, 1830, EO avec envoi) (Inv. 2129) ;
  • 1881 / Sully Prudhomme (1839-1907, poète parnassien, premier Prix Nobel de littérature en 1901) : Pierre Loti, Propos d’exil (Paris, 1887, EO avec envoi) (Inv. 1314) ; Leconte de Lisle, L’Apollonide (Paris, 1888, EO avec envoi) (Inv. 1398) ;
  • 1886 / Leconte de Lisle (1818-1894, poète) : Anatole France, Les Désirs de Jean Servien (Paris, 1882, avec envoi) (Inv. 820) ;
  • 1891 / Pierre Loti (1850-1923, romancier, officier de marine) : François Coppée, Les Paroles sincères (Paris, 1891, EO avec envoi) (Inv. 2188) ;
  • 1894 / José-Maria de Heredia (1842-1905, poète, conservateur de l’Arsenal) : Anatole France, La Vie littéraire (Paris, 1888, EO avec envoi) (Inv. 703) ;
  • 1896 / Anatole France (1844-1924, romancier et poète) : Pierre Loti, Fantôme d’Orient (Paris, 1892, EO avec envoi) (Inv. 599) ; José-Maria de Heredia, Les Trophées (Paris, 1893, 1ère éd. in-12, avec envoi) (Inv. 1820) ; Maurice Barrès, L’Ennemi des lois (Paris, 1893, EO avec envoi) (Inv. 2171) ;
  • 1897 / Gabriel Hanotaux (1853-1944, ministre, diplomate et historien) : Georges de Porto-Riche, Le Vieil Homme (Paris, 1911, EO avec envoi) (Inv. 1256) ;
  • 1901 / Edmond Rostand (1868-1918, dramaturge) : Paul Hervieu, Connais-toi (Paris, 1909, EO sur chine avec envoi) (Inv. 1227) ;
  • 1907 / Henri Barboux (1834-1910, avocat et journaliste) : Henri de Régnier, La Flambée (Paris, 1909, EO avec envoi) (Inv. 584) ;
  • 1909 / Marcel Prévost (1862-1941, romancier) : José-Maria de Heredia, Les Trophées (Paris, 1893, EO avec envoi) (Inv. 349) ;
  • 1909 / Raymond Poincaré (1860-1934, président de la République) : Anatole France, Histoire comique (Paris, 1906, EO avec envoi) (Inv. 1849) ;
  • 1912 / Hubert Lyautey (1854-1934, maréchal de France) : François Mauriac, Le Jeune Homme (Paris, 1926, EO avec envoi) (Inv. 1892) ;
  • 1936 / Edmond Jaloux (1878-1949, romancier et critique) : Paul Claudel, Morceaux choisis (Paris, 1925, avec envoi) (Inv. 1761) ;
  • 1936 / Jacques de Lacretelle (1888-1985, romancier, prix Femina en 1922) : José-Maria de Heredia, Les Trophées (Paris, v. 1900, avec envoi) (Inv. 1382) ;
  • 1978 / Jean Dutourd (1920-2011, romancier et essayiste) : François Cheng, Le Livre du vide médian (Paris, 2004, EO avec envoi) (Inv. 1666) ;
  • 1998 / René Rémond (1918-2007, historien et politologue) : Jean d’Ormesson, La Gloire de l’Empire (Paris, 1971, EO avec envoi) (Inv. 2045) ;

MONETA (17) : TÉTRICUS ÉTANT EMPEREUR DES GAULES…

TÉTRICUS ÉTANT EMPEREUR DES GAULES…

HISTOIRE RECONSTITUÉE D’UN PETIT TRÉSOR ROMAIN

274 après J.-C. Depuis quinze ans, les Gaules (Angleterre, Belgique, Rhénanie, France et Suisse actuelles), plus la péninsule ibérique, ont fait sécession. Pour mieux assurer la défense de ces territoires, un général, Postumus, a pris le pouvoir et revêtu la pourpre des Césars. Les empereurs légitimes doivent guerroyer loin en Orient, contre les Parthes, et, après quelques tentatives vaines, finissent par accepter la situation et la perte de leur autorité au-delà des Alpes. Plusieurs « empereurs des Gaules », Augustes autoproclamés, vont donc se succéder, des noms souvent inconnus : Postumus, Marius, Lélien, Victorin, et pour finir Tétricus père et fils. C’est finalement l’empereur Aurélien qui, de retour d’Orient, met fin à cet empire gallo-romain en 274. C’est dans ce contexte que fut probablement caché un petit trésor monétaire dont j’ai fait l’acquisition il y a deux ans en vente aux enchères. Bonne occasion, en ces périodes de forte activité sécessionniste à travers toute l’Europe, pour évoquer cet épisode fascinant, mais peu connu de l’Empire des Gaules, à travers quelques monnaies de ma collection, dont cette émouvante « boursée ».

I. L’an 260, « annus horribilis »

Les années 259-260 se révélèrent cataclysmiques pour l’Empire romain fragilisé. L’éternel problème venait du limes, des frontières de cet immense territoire allant du Portugal à l’Irak, de l’Ecosse à la Haute-Egypte. L’empereur Valérien souhaitait contrer la menace des Perses sassanides et entreprit une expédition en Mésopotamie, sûr de ses arrières car il avait élevé son fils Gallien à la pourpre, en lui confiant Rome. Hélas, tout alla de mal en pis : Valérien fut capturé durant une escarmouche et réduit en esclavage par Shapur Ier. Une humiliation inédite dans l’histoire romaine ! L’auteur chrétien Lactance prétend que le satrape utilisait son prisonnier comme marchepied pour monter à cheval et qu’après sa mort sous les mauvais traitements, l’empereur déchu aurait été empaillé, sa peau tannée teinte en rouge et exposée dans l’un des principaux temples perses…

Antoninien de l’empeur Valérien

Gallien (et cela lui a été beaucoup reproché par les historiens chrétiens antiques, prompts à noircir son portrait) ne semble pas avoir réagi à la capture de son père : aucune négociation ne fut amorcée, aucune rançon proposée (du moins selon les sources conservées). Il faut dire que le nouvel empereur avait fort à faire pour maintenir la cohésion de l’Empire, attaqué simultanément sur plusieurs fronts, tant à l’interne qu’aux frontières.

Antoninien de l’empereur Gallien datant du début du règne, avec un pourcentage élevé d’argent

La chute de Valérien excita les ambitions d’usurpateurs qui se mirent à éclore : la période dite des « Trente Tyrans » (en fait dix-sept usurpateurs confirmés) s’ouvrait. En Orient, le préfet du prétoire Macrien, qui aurait été le premier à devoir secourir Valérien, proclama empereurs ses fils Quietus et Macrien le jeune. Leur cas fut toutefois rapidement réglé : les deux Macrien père et fils furent tués au combat en Illyrie, dans leur marche vers Rome ; le second frère fut assassiné par un concurrent local.

Antoninien de Macrien, frappé à Antioche
Antoninien de Quietus, frappé à Antioche

Mais déjà resurgit un autre candidat oriental, en la personne du potentat de la riche cité de Palmyre, Odénat. Gagnant jour après jour en autonomie, il finit par étendre son autorité sur tout l’Orient romain et se fit reconnaître comme « dux romanorum » par Gallien. Ce dernier était bien obligé de transiger, comptant qu’Odénat, puis son fils Vaballah serviraient des remparts utiles contre les Sassanides voisins. Car des problèmes aussi graves appelaient l’attention de Gallien à l’autre bout de l’Empire.

II. L’Empire des Gaules (260-274)

Pour marquer la présence impériale sur les frontières du Rhin et du Danube, les deux fils de Gallien, Valérien II (né vers 240 et intronisé César en 256) et Salonin (né vers 242) furent installés en Pannonie pour le premier (flanqué du général et dux Ingenuus comme conseiller militaire) et à Cologne pour le second (sous la férule de son précepteur Silvanus et du général Postumus [Marcus Cassianus Latinius Postumus]). Dès l’été 258, Valérien II mourut, peut-être de maladie, peut-être assassiné par Ingenuus, qui profita en tout cas de cette disparition pour usurper le pouvoir.

Antoninien de Valérien césar
Antoninien posthume de Valérien II. Son père le fit diviniser et une émission monétaire de « consecratio » fut frappée, le revers montrant le jeune césar montant au ciel sur le dos de l’aigle jupitérien.

Très affecté par la perte de son fils (qu’il divinisa), Gallien dut donc régler au plus vite cette situation sur le Danube. À peine Ingenuus liquidé, l’empereur dut tourner toutes ses légions contre les Francs et les Alamans qui venaient d’envahir l’Empire (258-259). Les premiers ravagèrent la Gaule en la traversant, tandis que les seconds s’attaquaient au nord de l’Italie : au printemps 260, ils furent finalement écrasés près de Milan.

Cartes des invasions « barbares » (258-260)

De son côté, le jeune Salonin, devenu César après la mort de son frère, était resté seul en Gaule, pour faire face aux menaces de nouvelles invasions barbares sur le Rhin. Dans le courant de l’été 260, le général Postumus, qui venait de remporter une victoire sur les Barbares, fut désavoué par Salonin et son conseiller Silvanus sur une question de partage de butin. Excédé, sûr de l’appui de ses troupes, mais aussi de l’aristocratie gallo-romaine dont il était issu, Postumus fomenta un « putsch » et assiégea Cologne, où s’était réfugié le jeune césar. Certaines sources prétendent que Salonin fut alors intronisé auguste par son père, afin de lui donner plus de poids, mais aucune monnaie avec cette titulature n’a jamais été retrouvée. Le temps a peut-être manqué, car la ville tomba rapidement et le jeune Salonin fut assassiné sans plus de procès.

Antoninien de Salonin. Contrairement à son frère aîné, sa mémoire ne fit pas l’objet d’une « consecratio » et d’une émission monétaire posthume.

S’inaugura alors l’Empire des Gaules, dirigé pendant dix ans par Postumus. Son emprise allait du Mur d’Hadrien, au nord de l’Angleterre, jusqu’aux Colonnes d’Hercule (Gibraltar) ; à l’est, la frontière épousait le Rhin, puis les Alpes. Faisant main basse sur le trésor impérial des riches cités de Germanie (Cologne et Trèves principalement), ainsi que sur les mines d’argent d’Espagne, le nouvel empereur pouvait compter sur une grande solidité financière, contrastant avec la situation générale de marasme économique traversée par l’Empire.

La tripartition de l’Empire romain vers 265

Postumus inspirait par ailleurs confiance grâce à ses grandes compétences militaires, qui se doublèrent vite d’une réelle aptitude à la gestion. Sa mise en place d’un Sénat, de consuls, d’un monnayage de bon aloi (antoninien à bonne teneur d’argent, création d’un lourd « double sesterce ») prouvent ses qualités de chef d’Etat. Il disposait enfin de troupes aguerries pour résister à l’empereur légitime : cela lui donna donc un certain poids pour négocier avec Gallien une reconnaissance officielle de son statut (ce qui lui fut sèchement refusé) ou pour repousser plusieurs contre-attaques venues d’Italie.

Antoninien de Postumus, début du règne, avec un fort pourcentage d’argent

Au début de 268, Gallien finit par envoyer une armée commandée par le maître de la cavalerie Auréolus, un général efficace qui avait déjà aidé par le passé à vaincre plusieurs usurpateurs (Ingenuus, puis Macrien et Quietus). Cette fois-ci, toutefois, le fidèle officier se laissa séduire et, retranché dans Milan, se déclara en faveur de Postumus, pour lequel il battit même monnaie. Gallien était alors sur le limes du Danube, où il venait, lors de la bataille de Naissus, de remporter une victoire à la Pyrrhus contre les Goths.

Antoninien de Gallien, en fin de règne : la pièce ne contient presque plus d’argent, sinon un vague reflet métallique

Furieux, Gallien rejoignit le nord de l’Italie à marche forcée et mit le siège devant Milan. Soldat, mais aussi humaniste et philosophe (Plotin comptait parmi ses proches), cet « empereur à cheval » avait maintenu la cohésion de ses états en se battant sans trêve sur toutes les frontières depuis des années. Mais son autorité avait sans doute faibli et son entourage militaire sentit que l’heure était venue pour un coup de force : victime d’un complot de ses généraux illyriens, Gallien périt assassiné en septembre 268. Peu après, ce fut au tour d’Auréolus de tomber sous les coups de ses propres soldats, lassés du siège. Un nouvel empereur légitime émergea de ce tas de morts : Claude II (dit le Gothique).

Antoninien de Claude II le Gothique. Ce rare exemplaire a conservé toute son argenture superficielle, état très peu courant.

Au même moment, la situation dans l’Empire des Gaules tournait également mal. La relative prospérité économique des débuts était peu à peu oubliée, ce que matérialisent bien les frappes de Postumus : si leur aspect esthétique est toujours aussi splendide d’un bout à l’autre de son règne (et on ne peut qu’admirer le brio des graveurs gallo-romains des ateliers de Trèves et de Cologne), la teneur en métal précieux (argent) des antoniniens chute à vue d’œil.

Antoninien de Postumus, fin de règne : la pièce ne contient presque plus d’argent

Les troubles internes, pour finir, gangrénèrent aussi l’Empire des Gaules. Un certain Lélien (Caius Ulpius Cornelius Lælianus), gouverneur militaire de Germanie supérieure, entra en révolte, forçant Postumus à assiéger Mayence. Une fois la ville prise et l’usurpateur exécuté, les soldats victorieux exigèrent de se livrer à un pillage en règle, ce que l’empereur leur refusa, la cité étant à la fois une ville romaine et une place-forte capitale pour la défense du limes. Ce refus compréhensible lui coûta la vie : il fut massacré par ses propres troupes en juin 269.

Antoninien de Lélien, frappé à Mayence : les monnaies de cet usurpateur d’usurpateur, qui ne régna que quelques semaines, sont particulièrement rares

Ces dernières portèrent à la pourpre un officier venu du rang, ancien forgeron de son état (selon les mauvaises langues) : Marius (Marcus Aurelius Marius). Mais il ne parvint à se maintenir que quelques mois (sans doute en juillet-août 269) avant de tomber sous le couteau d’un assassin.

Antoninien de Marius, là encore une monnaie rare

Lui succéda un proche de Postumus, tribun des gardes prétoriens et même consul en 268 : Victorin (Marcus Piavonius Victorinus). L’Empire des Gaules craquait alors de toutes parts : la succession des empereurs, le marasme économique, les menaces d’invasion incitèrent certaines provinces à regagner le giron de l’Empire légitime, en reconnaissant l’autorité de Claude II le Gothique. La péninsule ibérique fit ainsi défection (accentuant encore le manque en métal précieux) ; des cités en pleine Gaule tentèrent de faire de même, comme Autun (Augustodunum Haeduorum), qui fut reprise par Victorin et ravagée par ses mercenaires bataves au printemps 270. Mais le nouvel empereur devait disparaître à son tour durant le premier semestre 271, victime d’un officier d’intendance (dont il aurait violé la femme, selon l’Histoire Auguste, toujours friande d’anecdotes grivoises souvent apocryphes).

Antoninien de Victorinus avec le portrait de Marius : les empereurs étaient remplacés si vite que les graveurs n’arrivaient plus à suivre ! Dans l’attente d’un portrait officiel du nouveau souverain, les monnayeurs ont donc utilisé le profil de Marius pour frapper les premiers antoniniens de son successeur.
Antoninien de Victorinus, très rare avec son « sauçage » superficiel

Arrive alors le temps des derniers souverains d’un Empire séparatiste en bout de course, qui se réduit à présent à la (Grande-)Bretagne, aux Germanie et aux Gaules (narbonnaise, lyonnaise et aquitaine), comme l’attestent les bornes miliaires retrouvées. Il est possible que la chute de Victorinus ait été provoquée par une enième sédition, celle d’un obscur officier nommé Domitianus (peut-être un ancien bras droit d’Auréolus).  Il fut manifestement très vite éliminé, après quelques semaines dans la pourpre, ne laissant presqu’aucune trace, sauf une mention chez l’historien antique Zosime et DEUX antoniniens (l’un trouvé aux Cléons près de Nantes, en 1900, perdu, considéré comme faux, puis retrouvé et authentifié en 2004 ; l’autre trouvé dans l’Oxfordshire en 2009).

Après ce très bref épisode, c’est un homme de bien, un administrateur civil qui fut acclamé par l’armée, vers décembre 271 : un sénateur, par ailleurs gouverneur d’Aquitaine à Bordeaux, Tétricus (Caius Pius Esuvius Tetricus).

Antoninien « officiel » de Tétricus père, dernier empereur « gaulois »
Antoninien du césar Tétricus fils

Associant son jeune fils, Tétricus II, au pouvoir comme césar, il dut lutter contre une nouvelle usurpation militaire, menée par un certain Faustinus sur le Rhin. L’économie était alors aux abois et la production monétaire, anarchique, voyait cohabiter les émissions officielles (au taux d’argent plus que symbolique) et des contrefaçons tolérées.

La situation de l’Empire des Gaules vers 271 et les reconquêtes d’Aurélien

Mais un nouvel et redoutable adversaire s’annonçait : le nouvel empereur légitime, Aurélien, monté sur le trône en 270. En deux ans, avec une redoutable efficacité, il régla la question barbare en pulvérisant les Vandales et les Juthunges lors de la bataille de Pavie (271), puis se rendit en Orient pour régler leur compte à l’autoproclamé roi Vaballah et à sa mère, la célèbre Zénobie (271-273).

Antoninien de Vaballath. Dans un souci de conciliation, la monnaie comporte aussi l’effigie d’Aurélien, mais au revers, donc en position secondaire…

Ne restait plus qu’à liquider le cas gaulois pour retrouver l’unité de l’Empire. En mai ou juin 274, les armées de Tétricus et d’Aurélien se firent face à Duro Catalaunum (Châlons-en-Champagne), pour la première « Bataille des Champs Catalauniques » (dont le récit a été rapporté, de manière parfois divergente, par Eutrope, Aurelius Victor et l’Histoire auguste). Il semble que Tétricus, sans doute manipulé depuis des années par les officiers généraux de sa propre armée, ait négocié une discrète capitulation personnelle avant la bataille. Dans une lettre confidentielle envoyée à Aurélien, il aurait repris un vers de l’Énéide de Virgile, extrait du chant où Énée rencontre l’âme du pilote Pallinure : « Arrache-moi, ô invincible, à mes tourments ». Abandonnées par leurs chefs, les légions du Rhin et de Bretagne auraient été taillées en pièces.

Aurelianus d’Aurélien. Cette monnaie, qui remplace l’antoninien dévalué et discrédité, est le fruit de la réforme monétaire de 274. Par la qualité de sa frappe et surtout par son taux de métal précieux, elle montre le rétablissement du système monétaire impulsé par l’énergique empereur qui lui donna son nom.

Quant au souverain déchu et à son fils, ils figurèrent, enchaînés aux côtés de Vallabah et de Zénobie, lors du grand triomphe accordé à Aurélien par Rome en décembre 274. Le destin ultérieur des deux derniers souverains de l’Empire des Gaules est incertain : selon Zosime, ils auraient été exécutés, mais la plupart des sources indiquent au contraire que, fidèle à sa parole, Aurélien leur aurait accordé son pardon, les élevant même à des responsabilités (correcteur de Lucanie, voire de toute l’Italie, ou propréteur pour le père ; siège de sénateur consulaire pour le fils).

III. Un modeste « trésor »

C’est donc probablement vers 274, alors que la Gaule est en plein chaos, qu’une personne de modeste extraction (petit artisan, paysanne ?) dissimula dans la terre bourguignonne (dont l’une des principales villes est alors Augustodunum, soit Autun) une bourse contenant ses économies : trente-deux pièces en billon (argent de bas titre) ou cuivre plus ou moins « saucé » (recouvert d’une fine couche d’argent), des « antoniniens » valant normalement deux deniers chacun, sans doute un peu plus d’un mois de salaire.

Un petit trésor gallo-romain, enfoui vers 274

Après un petit travail d’identification et de datation, on y retrouve des monnaies de Postumus, de Victorin, des Tétricus et même de Claude II. Les pièces de Postumus conservent encore une bonne proportion d’argent ; certaines pièces des Tétricus, avec leurs beaux portraits barbus, sont des tirages officiels des ateliers de Cologne ou Trèves.

Cologne / Trèves Rome « Minimi » Total
Postumus

(260-269)

4 4
Victorinus

(269-271)

5 5
Tétricus Ier

(271-274)

4 9 13
Tétricus II

(271-274)

3 5 8
Claude II

(268-270)

1 1
Divin Claude II

(270)[1]

1 1
Total 16 1 14 32

Mais beaucoup de ces piécettes sont également des minimi, imitations « barbares » aux portraits et légendes « dégénérés » : le produit de frappes locales imitant le monnayage officiel, mais gravées et frappées dans des centres urbains ou même des villas (vastes domaines de grands propriétaires fonciers, devenus des potentats locaux en raison de l’effondrement de l’autorité centrale). Leur apparence diffère profondément d’un exemplaire à l’autre, en raison de modes de fabrication très artisanaux : on rencontre ainsi des pièces mesurant de 20 à 6 mm de diamètre (d’où leur nom de minimi), pour un poids de 6 à 0,14 grs !

A gauche, un antoninien « officiel » de Tétricus II ; à droite, une émission « pirate » dont on note la facture naïve.
Trois « minimi » de Tétricus Ier. Le plus petit, en haut à droite, mesure 15 mm de diamètre contre 20 mm pour une frappe normale. Là encore, on remarque l’aspect grossier des portraits.
Exemple de légende « dégénérée » : DIZVETDICVSCIVS. La plupart des « S » sont couchés, selon une habitude souvent constatée de la part des graveurs illettrés de ces monnaies. Le portrait est inspiré des tirages officiels de Tétricus I.

La frappe de ces « monnaies locales » dura une douzaine d’années environ, de la mort de Postumus (269) aux environs de 280-281. La réforme monétaire décrétée par Aurélien en 274 devait retirer de la circulation ces monnaies « pirates » et injecter des pièces officielles réévaluées, mais les effets ne se firent sentir que lentement dans les Gaules ravagées par des années de troubles. Les lieux de frappe sont évidemment très difficiles à établir, mais la (Grande-)Bretagne et la Bourgogne semblent avoir été d’importantes régions émettrices, ainsi que les régions entre la Loire et la Belgique[2]. Il est fort possible que les monnayeurs se soient procurés le métal nécessaire en récupérant as et sesterces des siècles précédents, ou même du règne récent de Postumus, délibérément ôtés du système pour être refondus et débités en petites monnaies.

La monnaie de référence était alors l’antoninien, à l’origine une pièce d’argent créée par Caracalla en 215 afin d’assurer temporairement d’importantes liquidités à l’État impérial : ce petit malin mettait en effet en circulation une pièce ayant officiellement cours pour deux deniers, mais ne pesant en réalité le poids que d’un denier et demi !

Denier et antoninien de Caracalla, créateur de la seconde monnaie

En 238, l’antoninien (5,10 gr) remplaça définitivement l’historique et multiséculaire denier (3,10 gr) comme numéraire dominant. Si à sa création, l’antoninien présentait un teneur d’argent de 476 ‰, il devait vite voir son poids et son aloi s’amoindrir. Les besoins croissants de financement (notamment pour les dépenses militaires) entrainèrent une augmentation de la production d’antoniniens, qui explosa sous les règnes de Valérien et de Gallien. En 268, cette monnaie ne pesait plus que 2,5 gr et son titre en argent s’était effondré à 25 ‰ ; dans le même temps, le monnayage de Postume, en Gaules, conservait un meilleur titre grâce aux mines espagnoles. Au cours des années suivantes, l’antoninien finit par perdre pratiquement toute valeur intrinsèque, réduit à une vulgaire piécette de cuivre contenant à peine 1 ‰ d’argent, tant sous Claude II que sous les Tétricus[3]. Même le sauçage appliquant une légère couche d’argenture sur les monnaies fut abandonné en raison de son coût et « les pièces de Tétricus offrant une surface brillante sont excessivement rares »[4]. En revanche, des faussaires en profitent pour émettre des antoniniens dévalués en grande quantité.

Pourquoi cette explosion de contrefaçons dans les Gaules de cette époque ? « Il est bien évident qu’un pays tout entier ne s’est pas donné la peine de forger un nombre aussi considérable de monnaies pour le seul plaisir de frauder. Ce monnayage répondait à une nécessité, il fallait absolument approvisionner le marché local de moyens de paiement. En effet, isolée depuis le coup d’État de 260, la Gaule souffrit à la longue d’une grave pénurie d’argent. On sait que sous le gouvernement de Postume, qui se voyait obligé d’aligner son système monétaire sur le système monétaire romain, ruina la prospérité apparente du pays. La bonne monnaie disparut de la circulation. Victorin s’efforça de la remplacer par ses grandes émissions d’inflation, mais la production des ateliers ne put vraisemblablement suffire aux besoins du commerce. Cat appel de numéraire devait évidemment favoriser l’entrée des mauvaises monnaies romaines. A peine contenue jusqu’à la mort de Victorin, celle-ci se fit en masse dès l’avènement de Tétricus : les pièces de consécration de Claude le Gothique, frappées à Rome sous le règne de Quintille ou au début du règne d’Aurélien, se répandirent dans les régions les plus reculées de la Gaule. Néanmoins, l’apport fut insuffisant, il fallut recourir à l’industrie des artisans locaux qui s’improvisèrent sur-le-champ monnayeurs. Les imitations se multiplient avec la dégradation de la monnaie, au point que toute réforme, fût-elle préconisée par la meilleure volonté, paraissait à l’avance découragée, condamnée à l’échec. Aurélien en fit l’expérience, qui, en 274, ordonna de retirer de la circulation toutes les monnaies de mauvaise qualité. L’édit de réforme fut bien promulgué, mais la monnaie locale continua de circuler dans l’anarchie totale, pour le plus grand dommage de la Monnaie de Lyon, que l’empereur venait d’édifier. Les invasions de 276 ne firent qu’aggraver la situation, rendant vain tout effort de redressement »[5]. La réforme impulsée par Aurélien signifiait la mort de l’antoninien et la création d’une monnaie assez proche, mais de bon aloi : l’aurelianus. Mais il mit du temps à s’imposer à travers les Gaules.

Les gros dépôts monétaires (« trésors ») datant de cette époque et retrouvés en France sont très nombreux : 204 recensés pour la période Gallien (253-268), 162 pour la période Claude II / Aurélien (268-275) et 47 après le retour dans le giron de l’Empire (275-282)[6]. Et il ne s’agit que des dépôts les plus importants, comptant quelques centaines ou plusieurs milliers de pièces. Plus nombreux encore sont les cas de dépôts plus modestes ou « boursées », contenant de quelques pièces à quelques dizaines. Dans le seul département de la Somme, on atteint dans ce cas 200 dépôts datables du IIIe siècle[7]. De même, il convient de « distinguer deux sortes de dépôts : les dépôts de thésaurisation, qui contiennent une forte proportion de monnaies officielles ou d’imitations bien faites, et les dépôts hâtivement formés, semble-t-il, composés de pièces de mauvais billon prises directement dans la circulation »[8].

Un « trésor » de nos régions : le modeste dépôt monétaire de Veigy. Sans doute enfoui vers 276 (invasions allamanes), il est constitué d’antoniniens bas titre. Découvert au XIXe siècle, il a été offert au Musée de Thonon par une famille de notables chablaisiens et se trouve actuellement conservé au dépôt archéologique du Chablais où j’ai pu l’examiner en août 2017 grâce à l’amabilité du conservateur Laurent Berman.

Sans doute caché ou perdu en raison des événements de 274, le modeste « trésor » arrivé il y a peu sur mes plateaux est resté bien des siècles en sommeil : les trop minces couches d’argent ont disparu, oxydations et patines ont verdi le cuivre, rendant ces monnaies un peu ingrates. Mais elles représentent un pan d’histoire méconnue de nos pays et une émouvante histoire individuelle. Car derrière le « trésor », il faut toujours se rappeler l’homme ou la femme qui le dissimula.

Nicolas Ducimetière

Douvaine, 4 novembre 2017


ORIENTATIONS BIBLIOGRAPHIQUES

Histoire générale de l’Empire des Gaules

  • John F. Drinkwater, The Gallic Empire. Separatism and Continuity in the North-Western Provinces of the Roman Empire A.D. 260–274, Stuttgart, 1987.
  • Xavier Loriot et Daniel Nony, La crise de l’empire romain, 235–285, Paris, Armand Colin, 1997.
  • Michel Christol, L’Empire romain du troisième siècle, Paris, 2006.
  • Jean Lafaurie, « La chronologie des empereurs gaulois », Revue numismatique, 6e série, vol. 6,‎ 1964, p. 91-127.

Histoire numismatique de l’Empire des Gaules

  • Nicolas Parisot et Michel Prieur, L’Empire gaulois : les antoniniens (260-274) – Collection Pierre Gendre et divers amateurs, Paris, Editions des Chevau-Légers, 2011. Une référence incontournable, tout à fait passionnante !
  • Jean-Baptiste Giard, « La monnaie locale en Gaule à la fin du IIIe siècle, reflet de la vie économique », Journal des savants, 1969, no 1, pp. 5-34.
  • Jean Hiernard, « Monnaies d’or et histoire de l’empire gallo-romain », Revue belge de numismatique, 129, 1983, p. 61-90.
  • Jean Lafaurie, L’Empire gaulois : apport de la numismatique, ANRW II, 2, New York, 1975.
  • Sylviane Estiot, « Tétricus I et II : les apports de la statistique à la numismatique de l’empire gaulois », Histoire & Mesure, 1989, volume 4 – no 3-4. Varia. p. 243-266.
  • Sylviane Estiot et Gildas Salaün, « L’usurpateur Domitianus », Revue numismatique, 2004, pp. 201-218.
  • R. A. Adby, « The second-known specimen of a coin of Domitian II », Revue numismatique, 2004, p. 219-221.

NOTES

[1] Empereur populaire, Claude II le Gothique ne demeura que deux ans sur le trône, fauché, non par le glaive, mais par la « peste » qui ravagea son armée à Sirmium (actuelle Serbie) durant l’été 270. Il fut divinisé après sa mort et un important monnayage de commémoration (consecratio) fut frappé par son frère et éphémère successeur Quintilien, puis par Aurélien durant les mois suivants. Le revers comporte une représentation du bûcher funéraire de l’empereur.

[2] Jean-Baptiste Giard, « Adulterina numismata : la trouvaille du Petit-Couronne et le problème du monnayage local en Gaule à la fin du IIIe siècle », dans Annuaire de l’Ecole pratique des hautes études, 4e section (Sciences historiques et philologiques), année 1965, vol. 98, n° 1, p. 466.

[3] P. Le Gentilhomme, « Variations du titre de l’antoninianus au IIIe siècle », dans Revue numismatique, 1962.

[4] Jean-Baptiste Giard, « Adulterina numismata : la trouvaille du Petit-Couronne et le problème du monnayage local en Gaule à la fin du IIIe siècle », dans Annuaire de l’Ecole pratique des hautes études, 4e section (Sciences historiques et philologiques), année 1965, vol. 98, n° 1, p. 463.

[5] Jean-Baptiste Giard, « La monnaie locale en Gaule à la fin du IIIe siècle, reflet de la vie économique », dans Journal des Savants, année 1969, vol. 1, n° 1, p. 34.

[6] Yann Le Bohec, L’armée romaine dans la tourmente – Une nouvelle approche de la crise du IIIe siècle, Paris, Editions du Rocher, 2009.

[7] Tahar Ben Redjeb. Carte archéologique de la Gaule. La Somme 80/2. Paris, Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 2012, p. 670-672.

[8] Jean-Baptiste Giard, « Adulterina numismata : la trouvaille du Petit-Couronne et le problème du monnayage local en Gaule à la fin du IIIe siècle », dans Annuaire de l’Ecole pratique des hautes études, 4e section (Sciences historiques et philologiques), année 1965, vol. 98, n° 1, p. 462.


ILLUSTRATION D’EN-TÊTE

Maximilien-Théodore Chrétin (1797-vers 1872), « Bas-relief représentant Tétricus père et fils faisant face à Claude II le Gothique », 1835.

Ce bas-relief avait été vendu à la Société archéologique de Toulouse comme provenant d’un villa exhumée depuis peu aux environs de Nérac.  Un autre bas-relief représentait les deux Tétricus sur un quadrige triomphal aux portes de Bordeaux. Archéologues et épigraphistes s’exaltèrent ; des articles furent publiés, récompensés par des prix de l’Institut de France, qui remit à Chrétin sa médaille d’argent ; Mérimée, inspecteur des monuments historiques, fit chorus. On s’émut aux larmes de l’inscription « S.P.R.G.Q. », traduite par « Senatus populus romanus gallicusque », en lieu et place du traditionnel « S.P.Q.R » (Senatus Populusque Romanus). Puis le doute vint et les anciens thuriféraires se précipitèrent pour porter l’estocade, Mérimée en tête. Traîné devant les tribunaux, Chrétin fut finalement relaxé, les juges semblant penser qu’il s’agissait davantage d’un canular un peu potache que d’une vraie tentative d’escroquerie. Sur ce personnage et cette affaire, voir cette page très bien documentée.