MÉLANGES TIRÉS D’UNE PETITE BIBLIOTHÈQUE (13) : QUAND LES GREVES INSPIRAIENT LES POETES…

 QUAND LES GREVES INSPIRAIENT LES POETES…

En ces temps de grogne sociale généralisée, il semblait intéressant, pour rester dans le ton, d’exhumer un texte évoquant le monde ouvrier du XIXe siècle et ses grèves. Et pas n’importe quel texte : des vers, et des plus célèbres en leur temps, tombés de la plume de celui qu’on surnommait alors « le poète des humbles », François Coppée (1842-1908). Voici une brève présentation du manuscrit autographe de ce poème et d’un exemplaire sur chine de l’édition originale, arrivés dans mes rayons il y a quelques années.

2033-photo

Portrait de François Coppée par Nadar (vers 1876).

Tirage en photoglyptie, extrait de la Galerie contemporaine.

Fils de fonctionnaire, Coppée commença à travailler comme employé de bureau du Ministère de la Guerre, tout en composant ses premiers vers, imprimés en 1866 dans le recueil Le Reliquaire. Membre du courant poétique du Parnasse et de l’ « écurie » des écrivains des Editions Lemerre, il accéda à la célébrité en 1869 avec sa pièce de théâtre Le Passant, dans laquelle jouait Sarah Bernhardt. Le succès ne se démentit dès lors plus que ce soit pour ses pièces ou pour ses recueils de poésie. Bibliothécaire du Sénat, puis archiviste de la Comédie-Française, il cumula peu à peu les honneurs : Académie française en 1884, officier de la Légion d’honneur en 1888. Auteur très en faveur dans les milieux bourgeois, devenu l’un des chantres du nationalisme au moment de l’Affaire Dreyfus, il fut pourtant l’un des seuls auteurs à mettre en scène, avec un intérêt et une compassion vrais, le sort des plus modestes et des déshérités dans son œuvre. Avant même le recueil Les Humbles (1872), il avait donné un poème à teneur sociale dès 1869, baptisé La Grève des Forgerons.

Le poème vit le jour en juillet 1869, dans un contexte social extrêmement lourd. Un mois plus tôt, les mineurs du bassin houiller de La Ricamarie (près de Saint-Etienne) s’étaient engagés dans une grève très dure, pour l’amélioration de leurs conditions de vie et de travail (notamment la journée de huit heures). Le 16 juin, des grévistes tentèrent de s’opposer au départ de stocks de charbon vers les usines locales : des compagnies d’infanterie, appelées pour couvrir le transfert, procédèrent à quarante arrestations. Et c’est alors que les prisonniers étaient emmenés vers Saint-Etienne que le drame intervint : confrontés au rassemblement de plusieurs centaines de collègues et de proches des mineurs interpelés, les soldats, sans doute effrayés, ouvrirent le feu, sans sommation ni ordre, tuant quatorze personnes (dont un bébé de seize mois) et occasionnant de nombreuses blessures graves. Dix jours plus tard, c’était au tour des ouvriers et ouvrières de la soie lyonnaise de se mettre en grève pour plus d’un mois.

013-2-MAS titre

Un humble manuscrit, « dans son jus »…

Composé peu après ses événements, le long poème de Coppée (253 alexandrins) prend place dans le monde des forges, autrement dit de l’industrie sidérurgique. Il met en scène un vieil ouvrier, le père Jean, respecté de tous, qui se voit désigné par ses camarades comme porte-parole auprès du maître de forge pour demander une hausse de salaire. Devant le refus poli du patron (éternelle question : comment demeurer compétitif ?), les ouvriers se mettent en grève. L’argent en vient vite à manquer chez le vieil homme, une situation critique puisqu’il doit nourrir sa femme et ses deux petits-enfants, demeurés à sa charge. Annonçant à ses compagnons qu’il doit reprendre le travail, il se fait alors traiter de lâche par un jeune exalté. Ne pouvant supporter l’affront, le père Jean défit son insulteur en duel et l’abat d’un coup de marteau. Et l’on découvre alors que ce long monologue, placé dans la bouche même du père Jean, avec des phrases brèves et sans fioritures, s’adressait en fait aux juges de la cour d’assise.

En voici les premiers vers :

Mon histoire, messieurs les juges, sera brève.
Voilà . Les forgerons s’étaient tous mis en grève.
C’était leur droit. L’hiver était très dur ; enfin,
Cette fois, le faubourg était las d’avoir faim.
Le samedi, le soir du payement de semaine,
On me prend doucement par le bras, on m’emmène
Au cabaret ; et, là, les plus vieux compagnons
– J’ai déjà refusé de vous livrer leurs noms –
Me disent :  » Père Jean, nous manquons de courage ;
Qu’on augmente la paye, ou sinon plus d’ouvrage !
On nous exploite, et c’est notre unique moyen. […]

Tout en se démarquant des premières productions de Coppée (toutes parnassiennes et donc purement esthétisantes), La Grève des Forgerons va devenir emblématique de sa veine personnelle, s’intéressant à la vie quotidienne du peuple de Paris et de ses banlieues : dans ce long monologue, le poète trace un portrait sans fard, à la Zola, d’une réalité sociale très dure. Cette démarche narrative (que l’on retrouvera dans les poèmes du recueil Les Humbles) le conduira à adopter un prosaïsme volontaire et revendiqué, un refus du « poétisme », qui sera moqué par Verlaine, Rimbaud, les Zutistes ou les Symbolistes. Verlaine, notamment, s’amusa à le pasticher et disait qu’il faisait « un Vieux-Coppée » quand il s’amusait à composer un dizain au sujet un peu banal. Pour Jules Renard (qui avait souvent la dent dure dans son Journal), Coppée faisait « de la prose sans le savoir » (et Renard de prophétiser : « On ne rouvrira pas Coppée. Qu’est-ce qu’un poète dont la lecture ne nous augmente pas ? »). Anatole France, de son côté, avait fait une blague un peu vacharde, en disant avoir vu, un jour d’enterrement, une couronne funéraire portant l’inscription « Offert par le Cercle de boules d’Auteil » (soit un alexandrin) et avoir pensé : « On dirait un vers de Coppée ! ». Mais France lui reconnaissait aussi d’avoir su casser l’alexandrin traditionnel et d’avoir trouvé le moyen de conserver le naturel dans l’art. Certains critiques, de nos jours encore, se prenant pour des Verlaine au petit pied, adorent descendre ce poète mort et oublié depuis plus d’un siècle, parlant à plaisir de son style populiste, de ses lieux communs, de son sentimentalisme  à l’eau de rose, etc. Critiques non dénuées de quelques raisons, mais à mon sens un peu faciles, faisant fi un peu rapidement de l’écho rencontré par cette poésie auprès du lectorat de l’époque (mais les critiques et exégètes, d’aujourd’hui comme d’hier, sont si facilement méprisants pour les goûts des simples lecteurs, incapables par définition de séparer le bon grain de l’ivraie, puisque n’étant pas membres du sérail des professionnels des lettres, fin de la parenthèse…). Il n’est donc pas inintéressant, à mes yeux d’historien et de collectionneur, de redécouvrir l’œuvre de François Coppée où se rencontrent des œuvres d’une certaine force, ou du moins d’un réel intérêt historique, comme l’est cette Grève des Forgerons, demeurée l’une de ses pièces majeures.

013-3-MAS fin

La fin tragique du poème

Manifestement écrit sur les feuillets d’un petit cahier ou carnet, le présent manuscrit autographe signé, comptant 9 pages, n’est pas daté, mais doit remonter à l’époque de la composition du poème : l’écriture de Coppée présente encore des formes juvéniles qui ne figurent plus dans sa calligraphie d’homme de lettres confirmé des années 1870-1880. L’œuvre sera publiée chez Alphonse Lemerre dans le courant du second semestre 1869, sous d’un petit fascicule indépendant, une plaquette in-octavo de 15 pages. Cette édition originale comportait un tirage de tête de 24 exemplaires sur chine et de 24 autres sur hollande, non numérotés. Le présent exemplaire, broché, est l’un des 24 chine.

013-4-titre      013-5-incipit

Un des 24 exemplaires sur papier de Chine

Si vous voulez lire ce poème dans l’édition originale, vous pouvez le retrouver en reproduction numérique via ce LIEN  ou en version texte via cet autre (http://www.bmlisieux.com/archives/forgeron.htm).

Allez, bonne lecture et salut à tous, camarades ! « C’est la lutteuh finaleuh, groupons-nous et demain, le livre ancien sera le genre humain » 🙂