MÉLANGES TIRÉS D’UNE PETITE BIBLIOTHÈQUE (11/2) : FAMILLES, JE VOUS HAI…ME ! (2/2)

MÉLANGES TIRÉS D’UNE PETITE BIBLIOTHÈQUE (11/2) :

FAMILLES, JE VOUS HAI…ME ! (suite et fin)

Second volet de cet article sur les envois ou lettres autographes de grands auteurs à leurs proches parents. Entre 1881 et 1927, nous croiserons cette fois-ci l’hommage de Gide à sa trop belle cousine (enfant, il avait planté ses dents dans cette chair séduisante !), l’émouvant aveu du romancier Léon Cladel à sa femme, l’affection de Daudet et de sa femme pour leur belle-mère et mère, les relations triangulaires compliquées des filles d’Heredia et de leurs époux (Pierre Louÿs, Henri de Régnier et Maurice Maindron), le triste épisode de l’amour filial rompu entre Anatole France et sa fille Suzanne, ou la correspondance du romancier de guerre Henri Barbusse avec sa marraine (de guerre bien entendu!). Bonne lecture à tous !

1881 : LEON CLADEL à sa femme (inv. 710)

11-12-Cladel

Léon Cladel (1834-1892), Les Va-nu-pieds, Paris, Charpentier, 1881, deuxième édition. Envoi autographe : « A Julia Mullem, ma sœur d’armes, et la mère de mon œuvre et la femme de mon cœur. L.A. Cladel. Paris, 5 mars 81 ». Corrections autographes dans l’épître dédicatoire.

Sur la provenance : fils d’un bourrelier de Montauban, Léon Cladel (1834-1892) se fit vite connaître comme romancier naturaliste, sans renier ses origines paysannes. Son premier roman, Les Martyrs ridicules (1862), fut préfacé par Baudelaire. Après la Commune (durant laquelle il faillit être fusillé par les Versaillais), il épousa à Paris, le 14 novembre 1871, une jeune musicienne : Julia Mullem (1843-1923, sœur de l’écrivain et journaliste Louis Mullem). Läics et républicains, ils voulurent toutefois marquer leurs origines culturelles respectives, catholique et juive, à travers les prénoms donnés à leurs cinq enfants : Judith-Jeanne, Sarah-Marianne, Rachel-Louise, Eve-Rose, Pierrine-Esther, Saül-Alpinien. En dépit de fréquentes et violentes disputes (les deux époux avaient un caractère passionné), leur complicité fut indéniable tout au long de leur vie commune. Cet exemplaire du recueil Les Va-nu-pieds est en fait un exemplaire de dédicace, attendu que les volume avait été dédié à Julia Mullen depuis la première édition. En plus de l’envoi, il contient quelques corrections de Cladel, à l’encre et au crayon, sur l’épître dédicatoire datée de mai 1873 : il change ainsi « ma chère femme » en « ma gentille femme », et donne à Julia Mullen un rôle déterminant dans la composition de son œuvre par ses conseils et appréciations[1].

L’œuvre : ce recueil de douze nouvelles à consonnances sociales, très influencées par l’expérience de la Communce, est constitué des premiers textes de Cladel, d’abord parus dans divers journaux. L’édition originale, déjà dédiée à Julia Mullem, sortit en 1873 chez Alphonse Lemerre.

1892 : JULIA DAUDET à sa mère (inv. 1060)

11-13-Julia Daudet

Julia Allard-Daudet (1844-1940), Œuvres : L’Enfance d’une Parisienne – Enfants et mères, Paris, Lemerre, 1892, deuxième édition, première collective. Envoi : « à maman chérie / de tout esprit et / de tout coeur / Julia A. Daudet ».

La provenance : Julia Daudet avait donc offert ce petit volume à sa mère, Léonide Allard, née Navoit (1822-1909), avec un tendre envoi. Le thème des deux romans, très autobiographiques et portant sur les rapports parents-enfants, rend d’autant plus attachante la provenance de cet exemplaire. Le livre revint à son auteur après la mort de sa mère en 1909 et Julia le conserva dans sa bibliothèque jusqu’à sa propre disparition en 1940. Sa fille Edmée (née en 1886 et filleule de Goncourt) étant morte trois ans plus tôt, la bibliothèque de Julia fut sans doute partagée entre ses deux fils, également écrivains : Léon (1867-1942, marié en premières noces à Jeanne, la petite-fille de Hugo) et Lucien (1878-1946, homosexuel ayant eu une liaison platonique avec Proust). Lucien semble avoir offert à ses ami(e)s plusieurs volumes provenant de sa mère[2]. Dans le cas présent, il écrivit cet ex-dono : « à toi, mon cher petit / qu’elle aimait tant ! / Sept. 1940 / Lucien Daudet ».

L’œuvre : fille de commerçants aisés, Julie Allard épousa Alphonse Daudet, jeune auteur encore inconnu, en 1867. Elle devint vite plus qu’une compagne : une collaboratrice à l’influence très importante sur l’écriture des principaux romans de Daudet. Edmond de Goncourt connaissait d’ailleurs parfaitement son rôle et l’admirait beaucoup. Elle-même s’était lancée dans la publication de ses œuvres, donnant notamment des Impressions de nature et d’art en 1879, puis deux romans, L’Enfance d’une Parisienne et Enfants et mères en 1892.

1894 : JOSÉ-MARIA DE HEREDIA à son gendre (inv. 2014)

11-14-Heredia

José-Maria de Heredia (1842-1905), La Nonne Alferez, Paris, Lemerre, 1894, édition originale. Envoi autographe : « A Pierre Louÿs, son confrère et son ami, José-Maria de Heredia » (en partie effacé).

La provenance : la première rencontre entre José-Maria de Heredia (1842-1905), l’un des papes du mouvement du Parnasse et futur académicien, et le jeune poète débutant Pierre Louÿs (1870-1925) eut lieu le 13 décembre 1890, à l’instigation de leur ami commun Henri de Régnier. Les deux jeunes auteurs étaient amoureux de la fille de leur hôte, Marie de Heredia, qui se maria avec Régnier en 1895, pour vite devenir la maîtresse de Louÿs. Ce dernier épousa de son côté Louise de Heredia, sœur de Marie, en 1899. Heredia partageait de nombreuses passions avec son gendre : la poésie (Ronsard, Chénier et Hugo), la bibliophilie et l’archéologie. Louÿs devait écrire à son aîné : « Vous avez été mon maître en bibiophilie comme en littérature ». Mort en 1905, Heredia ne vit pas les relations du couple se dégrader jusqu’à la séparation. Ayant rompu les ponts avec les deux sœurs, Louÿs les mit en scène, avec leur mère et la troisième fille Heredia, dans un roman franchement pornographique devenu un classique du genre : Trois filles de leur mère (1928). Inutile de dire que l’érotomane raffiné n’était plus en odeur de sainteté dans la famille !

Ce climat familial particulier pourrait expliquer qu’on ait tenté d’effacer cet envoi chaleureux[3]. En dépit des relations très amicales entre Heredia et son beau-fils, les envois du premier au second semblent très rares. Ainsi, le Dr Robert Fleury, bibliophile spécialiste de Heredia et de ses proches, ne possédait pas d’Heredia avec envoi à Louys (il avait en revanche le Byblis changé en fontaine [1898] offert « A José-Maria de Heredia, son respectueux élève et ami, Pierre Louÿs »[4]). Curieusement, les catalogues des ventes Louÿs de 1927 et 1930 ne présentèrent aucune des œuvres dédicacées d’Heredia (peut-être avaient-ils récupérés par la famille ?). Néanmoins, en plus du présent volume qui semblait inconnu des chercheurs, on peut repérer pas moins de trois exemplaires de l’œuvre majeure d’Heredia, Les Trophées, offerts à son gendre :

1/ un des 70 hollande avec EAS (« à Pierre Louys, son confrère, son admirateur et son ami, JM de Heredia ») et sonnet autographe, relié en maroquin orange richement orné par Loiselier (Libr. Lardanchet, 1969, cat. 62, n° 352 ; Henri Burton ; Sotheby’s, vente « Fine Books », New York, 11 juin 2013, n°34, 6’250 $) ;

2/ ex. du tirage courant avec EAS (« Au poète Pierre Louys, son confrère et ami, JM de Heredia »), enrichi du poème autographe « Hercule pontique », demi-maroquin rouge à coins de Loisellier (Libr. Berès, 1939, cat. 21, n°101) ;

3/ ex. du tirage courant, sans envoi, mais avec un poème auto. sur la garde (« Malaguena »), en demi-maroquin citron de Loisellier.

L’œuvre : bien que le nom d’Heredia soit avant tout lié à son recueil poétique des Trophées (façonné pendant des années, il lui ouvrit les portes de l’Académie), ses deux premiers volumes publiés furent écrits en prose. En 1877-1878, ce natif de Cuba donna en effet une traduction de l’Histoire véridique de la conquête de la Nouvelle-Espagne de Diaz del Castillo, puis celle d’un autre grand classique de la littérature espagnole, La Nonne Alfarez, l’autobiographie de Catalina de Erauso (1585-1650), une moniale espagnole devenue conquistador et spadassin dans le Nouveau-Monde !

1895 : ALPHONSE DAUDET à sa belle-mère (inv. 1234)

11-15-Daudet

Alphonse Daudet (1840-1897), La Petite Paroisse, Paris, Lemerre, 1895, édition originale. Envoi autographe : « A notre chère mère Léonide Allard, tendrement, Alph. Daudet ».

La provenance : épouse de Jules Allard (1813-1889), Léonide Navoit (1822-1909) était la mère de Julia Allard, l’épouse et la collaboratrice d’Alphonse Daudet depuis 1867. L’auteur entrenait les meilleurs rapports possibles avec ses beaux-parents, chez qui il séjourna chaque année à Champrosay, à la belle saison, depuis les débuts de son mariage et jusqu’à l’achat de sa propre maison en 1877. Daudet leur dédia, souvent avec sa femme, l’ensemble de ses ouvrages au fur et à mesure de leur publication, la plupart étant revêtus de la même reliure en demi-maroquin rouge orné[5]. A noter l’écriture tremblante de Daudet, typiquement des dernières années de sa vie, alors que la maladie qui devait l’emporter (atteinte nerveuse consécutive à la syphillis) lui causait d’immenses douleurs…

L’œuvre : pour ce roman paru moins de deux ans avant sa mort, Daudet s’inspira de la chapelle Sainte-Hélène, voisine de sa maison de Champrosay où il recevait ses amis peintres et écrivains (notamment Goncourt, qui y décéda en 1896). C’est cette maison qui sert de lieu central dans ce roman que Daudet souhaitait « pas trop cruel. J’ai eu la dernière fois le sentiment que j’étais allé trop loin [dans L’Immortel]. Pauvres humains ! il ne faut pas tout leur dire, leur donner mon expérience, ma fin de vie douloureuse et savante. Traiter l’humanité en malade, dosages, ménagements ; faisons aimer le médecin au lieu de jouer au brutal et dur charcuteur. Et ce prochain livre qui serait tendre et bon, indulgent, j’aurais un grand mérite à l’écrire, car je souffre beaucoup. Fierté de ne pas imposer aux autres la mauvaise humeur et les injustices sombres de ma souffrance ».

1896 : PIERRE LOUYS à son frère (inv. 2015)

11-16-Louys

Pierre Louÿs (1870-1925), lettre autographe signée à son frère Georges Louis, [Paris], s.d. [22 avril 1896]. Concernant les suites de la publication de son premier roman à succès, Aphrodite, paru le mois précédent.

Fera l’objet d’un article particulier sur Louÿs. Mais on peut déjà retenir que, là encore, ce n’est pas triste : il semble à peu près certain que Georges Louis, demi-frère de Pierre Louis (dit Louÿs), était en fait son père ! Le futur ambassadeur, alors jeune homme, avait le même âge que la seconde épouse de son propre père et il semble que la marâtre et son beau-fils se soient trouvés à leur goût… Quelle famille !

1897 : HENRI DE REGNIER à son beau-frère (inv. 2029)

????????????????????????????????????????????????

Henri de Régnier (1864-1936), lettre autographe signée à son futur beau-frère Pierre Louÿs, [Paris], « Mercredi » [5 mai 1897]. Enveloppe conservée, cachets postaux.

11-17-Regnier2

Le texte : « Mercredi. Mon cher ami, M. et Mme de Heredia viennent dîner demain jeudi à 8 heures, voulez-vous vous joindre à eux. Vous nous ferez à tous grand plaisir. Votre : Henri de Régnier. Si vous venez, ne répondez pas ».

Le contexte : le billet n’est pas long, mais il évoque une drôle d’histoire de famille ! C’est le 13 décembre 1890 que le jeune poète (et érotomane pratiquant) Pierre Louÿs (1870-1925) fait son entrée dans le salon du célèbre José-Maria de Heredia, conservateur de l’Arsenal et futur académicien, auprès duquel il est introduit par un récent ami commun, Henri de Régnier. Le poète d’origine cubaine, l’un des piliers du mouvement du Parnasse, a trois filles fort jolies et d’un tempérament chaleureux. Au printemps 1895, alors que Heredia vient d’être reçu à l’Académie, les deux jeunes auteurs, tous deux amoureux de Marie de Heredia, passent un pacte secret pour ne pas demander la main de la jeune fille sans se consulter. Mais Régnier rompt cet accord quelques semaines plus tard et se déclare. Poussée par sa famille (Régnier est riche et Heredia ruiné par des dettes de jeu), Marie accepte ce mariage, mais préfère en réalité Louÿs : dès septembre 1895, elle s’offre à lui, mais se voit repoussée dans un premier temps. C’est le 17 octobre 1897 qui débute finalement la liaison tumultueuse entre Louÿs et Marie de Heredia. Le 8 septembre 1898, Marie met au monde un petit garçon, Pierre (surnommé Tigre), qui est en fait le fils de Louÿs. Et en 1899, Louÿs épouse Louise de Heredia, la fille cadette de l’académicien, tout en continuant sa liaison avec son aînée jusqu’en 1902… Vous avez tout compris ? 🙂

1899 : ANDRÉ GIDE à sa cousine (inv. 585)

11-18-Gide

André Gide (1869-1951), Le Prométhée mal enchaîné, Paris, Mercure de France, 1899, édition originale. Envoi autographe : « à ma chère cousine la Comtesse de Flaux, en respectueux hommage, André Gide ».

La provenance : la parentèle de Gide était nombreuse et souvent titrée ! Parmi les nombreuses cousines figurait Clémence Pascal, comtesse de Flaux depuis son mariage en 1844. Cette provenance particulière est piquante, quand on sait que la destinataire, cousine et amie de Paul et Charles Gide (père et oncle de l’auteur), procura au romancier l’un de ses premiers souvenirs marquants d’enfance, évoqué dès la deuxième page de Si le grain ne meurt en 1924 : « Ma cousine était très belle et le savait. Ses cheveux très noirs, qu’elle portait en bandeaux, faisaient valoir un profil de camée et une peau éblouissante. De l’éclat de cette peau je me souviens très bien ; je m’en souviens d’autant mieux que, ce jour où je lui fus présenté, elle portait une robe largement échancrée. « Va vite embrasser ta cousine », me dit ma mère lorsque j’entrai dans le salon… Je m’avançai. La cousine de Flaux m’attira contre elle en se baissant, ce qui découvrit son épaule. Devant l’éclat de cette chair, je ne sais quel vertige me prit : au lieu de poser mes lèvres sur la joue qu’elle me tendait, fasciné par l’épaule éblouissante, j’y allai d’un grand coup de dents. La cousine fit un cri de douleur ; j’en fis un d’horreur ; puis je crachai, plein de dégoût. On m’emmena bien vite, et je crois qu’on était si stupéfait qu’on oublia de me punir ». Gide avait alors quatre ou cinq ans (en 1875 environ). Il passa ensuite de nombreux étés dans le château de Flaux, non loin d’Uzès, d’où venait la famille Gide.

L’œuvre : mal enchaîné, en effet, ce Prométhée, puisque le voici à Paris, en 1899, débarquant du Caucase ! Cet amoureux des hommes n’a plus besoin de chaînes : il est devenu amoureux de son oiseau ; il le nourrit, dans l’espoir que ce vautour déplumé qui ressemble à une conscience deviendra le bel aigle du Progrès, de l’Idéal, de l’Essor… À ce régime, Prométhée dépérit. Mais le décès de son ami Damoclès, mort d’avoir trop cru à ces espoirs, le fait changer d’opinion et c’est finalement d’un aigle bien gras dont se régaleront les amis du disparu, à la fin des funérailles !

 —

1900 : HENRI DE REGNIER à son autre beau-frère (inv. 1612)

11-19-Regnier111-19-Regnier2

Henri de Régnier (1864-1936), lettre autographe signée à son beau-frère Maurice Maindron, [Vendée], « Mardi » [août 1900].

Le texte : « Mardi. Mon cher Beau-Frère, C’est loin de Paris, au fond de la Vendée, où j’étais allé à l’enterrement d’une petite cousine, que j’ai appris par le journal la bonne nouvelle de votre décoration. J’en ai été tout à fait heureux. Elle vous était due si l’on doit, en France, quoique ce soit à qui sait écrire fortement et savoureusement. Je lis Blancador. Je vous dirais le plaisir qu j’y prends si je n’avais à l’épaule un cruel rhumatisme qui me fait tomber la plume des mains. Toutes mes amitiés à Hélène. Cette femme de Légionnaire est une personne que j’aime beaucoup. Avec encore mes compliments, croyez-moi sincérement et cordialement à vous, Henri de Régnier ».

La provenance : aussi discret qu’érudit, Maurice Maindron (1857-1911) est le moins connu des trois gendres Heredia. Ecrivain et entomologiste, il se fit connaître dans le monde savant par de nombreuses expéditions à travers le monde entre 1876 et 1904, voyages dont il ramena d’importantes collections d’insectes et autres animaux pour le Muséum d’histoire naturelle. Outre ses œuvres savantes et de nombreux ouvrages de vulgarisation, ce savant s’essaya aussi avec succès à la littérature. Il rencontra ainsi José-Maria de Heredia, dont il épousa la fille Hélène en 1899, devenant ainsi le beau-frère de Pierre Louÿs et de Henri de Régnier. En août 1900, il fut décoré de la Légion d’honneur, ce dont le félicite ici Régnier, qui fait également allusion à sa lecture du roman Blancador l’avantageux (sur manuscrit, puisque le livre ne sortit qu’en 1901).

 —

1903 : ANATOLE FRANCE à sa fille (inv. 1625)

11-20-France

Anatole France (1844-1924), Histoire comique, Paris, Calmann-Lévy, 1903, édition originale.Envoi autographe : « à ma fille, Madame Mollin, A.F. ».

Sur la provenance : triste histoire de celle d’Anatole France et de sa fille Suzanne… Née du mariage d’Anatole France avec Valérie Guérin de Sauville, Suzanne France (1881-1918) vécut une enfance ballotée par les mauvaises relations régnant entre ses parents, puis par leur divorce en 1893. Aimant beaucoup son père, elle fut souvent confiée aux « amies » de celui-ci, que ce soit Jeanne Arman de Caillavet (la maîtresse de son père, qui l’emmena en voyage en Italie en 1900) ou la romancière Gyp (marquise Riquetti de Mirabeau à l’état-civil, chez laquelle elle passa des vacances). Le 10 décembre 1901, Suzanne France épousa le capitaine Henri Mollin, officier d’Etat-major et officier d’ordonnance du général André (ministre de la Guerre). France avait été peu consulté pour ce mariage (voir la façon plutôt sèche dont il en parle dans la lettre publiée ci-dessous[6]), mais accueillit tout de même la noce dans sa demeure « Villa-Saïd ». Le gendre était d’ailleurs de tendance dreyfusarde et franc-maçon, ce qui n’était pas pour déplaire à Anatole France. Malheureusement, l’effet de l’uniforme étant vite passé, la jeune femme constata vite qu’elle n’avait guère de points communs avec son époux et le milieu militaire en général. Prenant prétexte de l’implication de son mari dans le « scandale des fiches » (qui éclaboussa le ministère de la Guerre et provoqua le renvoi d’officiers franc-maçons, dont son mari), elle demanda vite le divorce. Il fut bien prononcé le 24 mai 1905, mais aux torts de la jeune femme, car Suzanne France avait entrepris une liaison, trop visible, avec un jeune lycéen surdoué, Michel Psichari, petit-fils de Renan, de cinq ans son cadet. Leur amour fit scandale, on la menaça de poursuites pour détournement de mineur. Finalement tombée enceinte, elle put épouser Psichari le 28 avril 1908, mais sans la bénédiction d’Anatole France, qui n’assista pas à la cérémonie, refusa de voir son petit-fils Lucien et rompit toute relation avec sa fille. Elle tiendra également un rôle important dans l’amertume qu’Anatole France concevra des femmes. La fin de l’histoire est encore plus triste. Michel Psichari fut tué au front en avril 1917 ; sa veuve, qui vivait séparée depuis quelques mois, contracta la grippe espagnole et en mourut le 28 octobre 1918. Prévenu trop tard, Anatole France ne put la revoir et se réconcilier avec elle : « Je n’ai pu lui donner le dernier baiser, mais je l’ai du moins accompagnée au cimetière », écrivit-il. Il recueillit le jeune orphelin et l’éleva avec tendresse.

Sur l’œuvre : paru en 1903, ce roman, en dépit de son titre, n’a rien de comique : il raconte l’histoire d’un amour contrarié et dramatique dans la bonne société de la Belle Epoque et dans les élans du romantisme un peu bourgeois. Cette œuvre peu connue d’Anatole France fut écrite comme un divertissement alors que l’auteur travaillait à son livre sur Jeanne d’Arc. Rédigé dans cette langue pure qui faisait l’admiration de Barrès, cet ouvrage est pourtant plus profond qu’il n’y parait et présente un portrait intéressant et vrai de la société de son époque. Je possède également l’exemplaire offert, avec envoi, au futur président Raymond Poincaré, qui, au début de sa carrière, avait été l’avocat d’Anatole France (inv. 1849).

1915 : HENRI BARBUSSE à sa marraine de guerre (inv. 1977)

11-21-Barbusse

Henri Barbusse (1873-1935), lettre autographe signée à sa marraine de guerre Jeanne Charrot, [au front], 25 janvier 1915.

Le contexte : connu du grand public depuis le succès de son roman L’Enfer (1908), l’écrivain Henri Barbusse (1873-1935) , en dépit de son âge, de problèmes pulmonaires et de ses positions pacifistes, se porta engagé volontaire et fut versé en décembre 1914 au 6e bataillon du 231e régiment d’infanterie, en qualité de brancardier. Poilu parmi les poilus, il subit alors leur sort, les observe et en tire la matière d’un roman de guerre, Le Feu – Journal d’une escouade, qui remporte le prix Goncourt en 1916, devenant le roman français de référence sur la première Guerre mondiale, aux côtés des Croix de bois de Dorgelès.

Le texte : « 25 janv. 1915. Chère amie, je finis demain mardi mes 4 jours de tranchée. 4 jours de repos au cantonnement vont suivre, où l’on va dormir et se restaurer. J’ai l’intention pendant ces périodes de calme, de reprendre mon roman. Je travaillerai dans quelques coins de cuisine, une heure ou deux par jour. Je vous serais très obligé si vous vouliez bien m’expédier chaque semaine un flacon de 60 francs d’extrais fluide américain de coca … pris à petites doses, cela remplace le café ou le thé … même mieux, ça nourrit et fortifie en même temps . Merci ma chère petite, et bien affectueusement à vous, Henri Barbusse. J’écris dans l’ombre … ».

La provenance : durant ses mois au front, Barbusse entretint une correspondance suivie avec une marraine de guerre parisienne, Jeanne Charrot, son amie depuis au moins 1910. Journaliste, elle devait être une proche des milieux dadaïstes après-guerre. Ces lettres lui décrivent les conditions matérielles de la vie du soldat Barbusse (tabac, vêtements, etc.), mais évoque aussi un roman en gestation : le futur Le Feu. La correspondance a été entièrement morcelée dans diverses ventes en 2012-2013. Une partie (41 pièces) est conservée à l’Arsenal (cote Ms. 14702). J’ ai pour ma part pu garder cohérent un lot de douze lettres datant de 1915, qui étaient proposées à la pièce…

1927 : ANNA DE NOAILLES à son cousin (inv. 684)

11-22-Noailles

Anna de Noailles (1876-1933), L’Honneur de souffrir, Paris, Grasset, 1927, édition originale, exemplaire réimposé in-4° sur Japon. Envoi autographe : « A mon cher cousin Basile Zotiades, qui ressuscite le passé par les lignes créatrices – ces chants pour les ombres. Avec toute mon amitié. Anna de Noailles ».

La provenance : plus connue sous son nom d’épouse Anna de Noailles (elle s’était mariée au comte Matthieu de Noailles), Anna-Elisabeth Brancovan (1876-1933) était issue de la famille des princes de Valachie et Bassarabie et dotée d’une nombreuse parentèle.

L’œuvre : Anna de Noailles connut la célébrité littéraire avec la parution de son premier recueil poétique, « Le Cœur innombrable », en 1901. Suivirent de nombreux autres recueils ou récits, souvent autobiographiques, qui chantaient souvent les bords du Léman, où la poétesse avait passé toute son enfance et qu’elle fréquentait encore, possédant la magnifique villa Bassaraba, à Evian, achetée par ses parents en 1875. Auteur à succès et reine du Tout-Paris, elle fut frappée encore jeune par la maladie qui firent des années d’après-guerre, jusqu’à sa mort, une longue période de souffrance : elle ne pouvait presque plus quitter le lit. A ce titre, le recueil L’Honneur de souffrir, un de ses derniers écrits, publié en 1927, est particulièrement poignant, livrant en vers le récit de son combat contre la douleur.

NOTES :

[1] Dans un autre envoi entrevu (sur un exemplaire d’une réédition du roman Titi Foissac IV), Cladel parlait de sa femme comme de « ma grisonne toujours jeune et gentille » et signait « son vieux compagnon de chaîne » !

[2] Vu en vente en 2010 : un exemplaire de l’édition originale du recueil poétique Les Archipels Lumineux (Paris, Lemerre, 1913) portant cet ex-dono de Lucien Daudet, daté de septembre 1940 : « Ma chère amie, voici un des volumes de vers de ma mère bien aimée. Elle avait un très grand talent et ce nest pas un des moindres aspects de mon désespoir que l’impossibilité de rééditer tout cela en ce moment ».

[3] A noter que, de la même façon, dans un des catalogues de vente Louÿs, une plaquette de Francis Jammes (Quatorze prières, 1898, cat. 1930, n° 551) comportait un envoi à Pierre Louÿs « dont le nom a été effacé ».

[4] Catalogue Bibliothèque du docteur Robert Fleury, vente Paris, 1997, n° 395.

[5] Vu en vente en 2011 : ‎Robert Helmont (1874, édition originale, avec envoi : « à Léonide et Jules Allard / tendrement et respectueusement offert par Julie et Alph. Daudet »).

[6] Autour du premier mariage de Suzanne France : lettre autographe d’Anatole France à son ami Fernand Calmettes (1846-1914, chartiste et éditeur) (inv. 1603) : « Mon cher Fernand, indique moi donc un jour où tu seras chez toi, dans l’après-midi. Je voudrais te parler du mariage de ma fille. Je ne t’ai pas annoncé plus tôt ce mariage, auquel je n’ai guère été mêlé, hors pour ce qui est du contrat. Je n’ai pas été des premiers à en savoir la date et je n’assisterai pas à la cérémonie. Mais je recevrai le 10, comme une carte jointe à la lettre de faire part te l’apprendra, après la cérémonie civile, à 4 h. Les difficultés qui sont survenues ne me donnent nullement de ce mariage une idée défavorable. J’ai au contraire sur mon gendre les meilleurs renseignements. C’est pour lui témoigner ainsi qu’à Suzanne des sentiments affectueux que je reçois chez moi. Et je compte bien que Julie viendra avec toi et tes chers enfants. A bientôt, ton vieil ami, Anatole France ».

MELANGES D’UNE PETITE BIBLIOTHEQUE (11/1) : FAMILLES, JE VOUS HAI…ME ! (1/2)

MÉLANGES TIRÉS D’UNE PETITE BIBLIOTHÈQUE (11/1) :

FAMILLES, JE VOUS HAI…ME !

Un récent et très joli catalogue de la librairie Walden s’est trouvé tout entier dédié aux Histoires de familles, un thème qui m’a toujours paru fort intéressant et dont ma bibliothèque, au fil des années, a fini par rassembler quelques spécimens parfois fort émouvants. Cela m’a soudain donné envie de rassembler ce corpus de manière cohérente. De 1837 à 1927, je vous propose d’en découvrir, en deux articles, une vingtaine d’exemples choisis, soit ouvrages dédicacés, soit lettres autographes.

Musset, Vigny, Lamartine, Goncourt, Banville, Daudet, Loti, … : avant d’être les géants littéraires que tout le monde connaît, ils ont été des fils, des fiancés et maris, des pères, des frères, neveux, oncles ou cousins.  Voici quelques manifestations de leur vie familiale, entrevues par des courriers ou des envois autographes sur des livres offerts à leurs proches. Certains de ses documents témoignent d’un amour partagé, d’autres de relations plus compliquées, voire de séparations et de vraies douleurs, mais tous ont derrière l’encre et le papier une vraie histoire, souvent poignante.

1837 : ALFRED DE MUSSET à sa maîtresse (inv. 550)

11-1-Lettre Musset (verso1)

Alfred de Musset (1810-1857), lettre autographe signée à Caroline Jaubert, [Paris], « Mardi » [2 mai 1837]. Cachets postaux.

Cette très jolie lettre autographe de Musset à son ex-maîtresse Caroline Jaubert, « la Conseillère » comme il la surnommait, se rapporte à l’écriture de la nouvelle Emmeline, dont l’histoire est justement inspirée par leur relation amoureuse, deux ans plus tôt. Fera l’objet d’un article à venir.

 —

1842 : ALPHONSE DE LAMARTINE à sa nièce et épouse (inv. 520)

11-2-Lamartine111-2-Lamartine1b

Alphonse de Lamartine, Voyage en Orient – 1832-1833, Paris, Gosselin, 1841, 2 vol., première édition in-12. Envois autographes : «  A Valentine // al. de Lamart[ine] » (tome I) et « A Valentine de Cessia[t] // St Point 24 Juin 1842 // al. de Lamartine » (tome II).

La provenance : Valentine de Cessiat (1821-1894) était la fille de Cécile de Lamartine, la sœur du poète. Avec les deux plus jeunes de ses six sœurs, Valentine fut périodiquement « prêtée » par sa mère au poète et à sa femme, Marianne Birch, à partir de 1833 : il s’agissait d’essayer de leur faire oublier la mort au Proche-Orient, de leur petite fille Julia, dont les époux se remettaient très difficilement, sombrant dans la tristesse. Les petites Cessiat séjournèrent dès lors très souvent dans les propriétés de leur oncle, en Bourgogne ou à Paris. Valentine devient vite la nièce préférée de Lamartine qui dit d’elle, parlant de sa joie de vivre, de sa beauté et de sa vivacité : « Elle désassombrit tout », écrivait Lamartine. A partir de 1841, pendant une maladie de sa mère, elle la remplace à la plume pour la correspondance entretenue avec le poète et devient ainsi sa correspondante attitrée. Elle le sera pendant treize ans jusqu’à ce qu’elle s’installe définitivement chez les Lamartine en 1854. Vivant dans le culte de son oncle et de son génie (elle semble être tombée amoureuse de lui dès son adolescence), elle va devenir son assistante, sa secrétaire (elle arrive à imiter son écriture à la perfection), mais surtout et avant tout une des raisons de vivre et d’écrire du poète, très proche de sa muse (jusqu’à quel point alors ?). Dans sa biographie de Lamartine, Xavier de La Fournière écrit : « Non, il n’est pas téméraire de penser qu’avec celle qu’il appelait son ange, Alphonse, tout au soir de sa vie, trouva enfin ce qui, pour lui, représentait l’amour total et dont, durant le reste de son existence, il n’avait eu que des éléments. Elément gracieux, encore enfantin, avec les Caroline, les Henriette et même les Antoniella, sensuel avec Nina, avec Léna surtout, intellectuel ou plutôt cérébral avec Delphine de Girardin, Eléanore de Canonge et tant d’autres, familial avec Marianne Birch, sublime avec Julie. Avec Valentine, il les avait toutes en une seule personne. Elle n’était pas seulement sa nièce de prédilection. Elle était, tout ensemble, sa sœur, sa fille, sa mère, son amie, son amante, son épouse, son égérie, son double »[1].

Valentine refusa de nombreuses propositions de mariage pour rester aux côtés de son oncle. Cinq ans après la mort de Marianne Birch, qu’elle avait soignée, la pieuse Valentine, chanoinesse de Saint-Anne-de-Bavière, devenait, avec dispense papale et par décret impérial du 31 août 1868, Madame de Lamartine. Le 28 février suivant, Lamartine s’éteignait en réalisant son vœu : il put se soulever, mettre sa tête sur les genoux de sa femme et ainsi « mourir sur le cœur de la bien-aimée ». Valentine de Lamartine devait passer le quart de siècle suivant à entretenir la mémoire du poète. Elle édita par exemple ses Poésies inédites en 1873. Des poètes la consultait de temps à autre comme la gardienne de la poésie lamartinienne et romantique. Ses contemporains gardaient le contact avec elle, comme Victor Hugo. On lui envoyait des volumes à envoi. Mais l’oubli la gagna peu à peu.

Le château de Saint-Point (d’où est daté l’un des envois) était la résidence principale de Lamartine en Bourgogne (ce château du XVe siècle lui fut offert par son père en cadeau de mariage et il le fit transformer en castel néo-gothique !). C’est là que Valentine passa le reste de sa vie après la mort de Lamartine, c’est là qu’elle avait ses livres. Le poète lui en avait offert beaucoup, dont un exemplaire de L’Imitation de Jésus-Christ. Les descendants des Lamartine, les marquis de Noblet, ont vendu Saint-Point au début de 2004 : la bibliothèque de Valentine, qui était encore en partie dans le château, a été dispersée aux enchères à Drouot le 20 avril 2005[2]. Plusieurs œuvres de Lamartine figuraient parmi les livres, mais seulement deux avec envoi : une EO du Pèlerinage d’Harold offerte au père de Valentine, Joseph-César de Cessiat, et un exemplaire relié en veau rose signé des premières Œuvres complètes (1826) offert à Valentine (« A Valentine de Cessiat // donné deux fois // Al. de Lamartine 6 aoust 1836 », et non 1826 comme dit au catalogue).

Les présents volumes semblent avoir quitté la bibliothèque de Saint-Point à une date antérieure, sans que rien ne puisse indiquer leur cheminement (ils auraient été achetés dans un dépôt-vente !). Ils furent offerts à Valentine le 24 juin 1842, un vendredi, alors qu’elle séjournait avec une de ses sœurs. Ce séjour est prouvé par la correspondance de Lamartine[3] qui, dans une lettre du 8 juin, datée de Saint-Point, écrit à un ami suisse : « Les charmantes nièces sont ici (…) ». Dans une lettre du 11 au marquis de Lagrange, il indique à son correspondant que « [sa] femme et Valentine lui disent les choses les plus aimantes ». Ils devaient tous partir vers la mi-juillet pour Marseille, mais la mort accidentelle du fils aîné de Louis-Philippe obligea Lamartine à rentrer à Paris. Il n’y a pas d’autres lettres connues à Valentine d’ici la fin 1842.

A noter enfin que Valentine de Cessiat semble avoir eu un attrait considérable pour ce Voyage en Orient, car la vente du 20 avril 2005, a présenté un autre exemplaire de la même œuvre, dans l’édition de Gosselin, 1835 (quatre vol. in-18). Valentine avait apposé sa signature sur chacun des volumes.

L’œuvre : le récit d’un voyage au Proche-Orient (Adriatique, Grèce, Rhodes, Libam Syrie, Palestine) qui, du rêve initial (Lamartine désirait beaucoup se confronter à l’exotisme encore mystérieux de ces terres), tourna au drame, avec la mort de la fille de l’auteur, la petite Julia, en décembre 1832. Ce livre, qui contient des pages extraordinaires sur l’Orient vu par un romantique (beaucoup en ont parlé sans y être allés, comme Hugo), parut chez Gosselin, en 1835 (quatre volumes in-4°, ornés de cartes).

11-2-Lamartine3

1842 : ALFRED DE VIGNY à son cousin (inv. 670)

11-3-Vigny-0670-envoi

Alfred de Vigny (1797-1863), Théâtre complet, Paris, Charpentier, 1841, première édition collective et première in-12. Envoi autographe : « [A] Mr. G. de Nogerie, son ami et son parent, Alfred de Vigny / juin 1842».

La provenance : alors, celui-là, il m’aura donné du mal ! L’écriture de Vigny étant difficilement lisible, il m’aura déjà fallu du temps pour décrypter le patronyme du destinataire de cet envoi. Il s’agit en fait d’un petit-cousin de l’auteur, dont la grand-mère maternelle, épouse du marquis Didier de Baraudin (chef d’escadre dans la flotte royale), se nommait Jeanne Pernelle de Nogerie (1731-1797). Mais la piste s’arrête là… La famille de Nogerie semble d’une discrétion maladive et n’apparaît dans aucun nobiliaire ou armorial en ma possession… Du coup, s’agit-il d’un Guillaume, d’un Gérard ou d’un Gaston de Nogerie ? Aucune idée pour le moment : toute suggestion est la bienvenue sur ce parent mystère du grand Vigny !

L’œuvre : ce volume de la collection Charpentier contient, pour la première fois, l’intégralité des pièces de Vigny alors publiées, à savoir : Le More de Venise, Le Marchand de Venise, La Maréchale d’Ancre, Quitte pour la Peur et Chatterton.

1852 : EDMOND ET JULES DE GONCOURT à leur cousin (inv. 648)

11-4-Goncourt

Edmond et Jules de Goncourt (1822-1896 et 1830-1870), Salon de 1852, Paris, Michel Lévy frères, 1852, édition originale. Envoi autographe : « à notre cher cousin Alphonse de Courmont, E. et J. de Goncourt ».

La provenance : fils cadet de Jules Le Bas de Courmont (conseiller à la Cour des Comptes et châtelain de Croissy-Beaubourg) et de Nepthalie Lefebvre de Behaine (le modèle des Goncourt pour l’héroïne éponyme de leur Madame Gervaisais [1869]), Alphonse Le Bas de Courmont (1834-1880), qui devint également membre de la Cour des Comptes, fut sans doute, au départ, le cousin préféré des Goncourt, cité dans le Journal dès 1853. Ils partageaient d’ailleurs certains goûts, notamment des passions de collectionneurs : ils le décrivent ainsi, en octobre 1856, comme ayant « toute sa tête et tout son cœur est dans le rococo. Il m’a dit : « Je vais te dire une chose que je ne dis qu’à toi. Je me marierai et comme les femmes meurent plus tôt (…), j’hériterai de toutes les curiosités que je lui ai données » ». Ils dînaient et sortaient parfois ensemble (soirée du 30 janvier 1858). Mais, au fil du temps, les remarques se firent plus dures : « Alphonse a réglé et ordonnancé comme un budget de peuple toute sa vie. L’enterrement de son père est aligné et il a en tête la robe de chambre avec laquelle il entrera chez sa femme, à la nuit de noces. Il n’aime point son plaisir et il hait celui des autres. Le prochain n’existe pas pour lui. Son château n’a pas de billard, parce qu’il n’y joue pas ; il n’aurait pas de lieux, s’il ne digérait pas. Ce graçon de vingt-cinq ans a dans le cœur les soixante-dix ans de son père » (Croissy, juillet 1858). Fin 1858, les Goncourt se plaignirent du désintérêt de leur cousin pour leur prochain livre, Les Hommes de lettres. Les deux frères décrivirent ensuite ses tentatives de mariage, finalement couronnées de succès en 1865. Le cousin était dépeint comme un pur cynique, ayant déjà mangé en partie sa fortune et cherchant un beau parti comme on arrange une spéculation en bourse : « on a beau savoir la vie, on a froid dans le dos » (24 janvier 1859). Enfin, le 9 août 1860, la brouille était achevée : « il y a des gens comme notre cousin, dont toutes les idées sont bêtes, arriérées, des idées de vieillard, de bourgeois absurde, maniaque, des rengaines, des préjugés, des naïvetés… ». Fermez le ban !

L’œuvre : deuxième ouvrage des frères Goncourt à connaître l’impression, ce compte-rendu esthétique du Salon de peinture de 1852 (un exercice assez courant alors pour les jeunes auteurs) connut un tirage confidentiel, puisqu’il ne fut tiré qu’à 210 exemplaires, dont dix papiers forts (selon Clouzot). Un certain nombre d’exemplaires fut utilisé par les débutants pour des cadeaux à de proches parents, comme dans le cas présent.

1864 : ALEXANDRE DUMAS à son fils (inv. 1499)

11-5-Dumas

Alexandre Dumas père (1802-1870), billet autographe signé à Alexandre Dumas fils, s.l.n.d. [Naples, 1864 ?].

La provenance : né des relations du jeune Alexandre Dumas avec une voisine de palier, Alexandre Dumas fils (1824-1895) fut déclaré de père et mère inconnus, puis placé en pension. Son père ne le reconnut qu’en 1831 : le petit garçon avait alors sept ans. Toute sa vie, il devait conserver à l’égard de ce père flamboyant et génial un ressentiment profond, même s’il n’y eut jamais de rupture totale. L’œuvre de Dumas fils fut imprégnée par les questions liées à la famille éclatée, à l’abandon, aux enfants naturels, etc.

Le texte : « Ce n’est pas moi qui ai traité pour Olympe de Clèves, c’est toi. Douze des cent mille francs de prime. Si tu n’as pas touché les 500 f. des Mohicans, donne moi un bon pour les toucher. à toi, A. Dumas ».

Le contexte : Dumas avait passé en décembre 1859 un traité avec Raphaël Félix (frère de la tragédienne Rachel) pour l’exploitation dramatique de ses romans. C’est dans un billet envoyé de Turin le 18 février 1863 que Dumas père proposait à son fils de faire une pièce ensemble à partir du roman Olympe de Clèves (paru en 1852). Dans une lettre envoyée de Naples vers le 15 mars 1863, Dumas père évoquait une cession de certaines de ses œuvres pour des adaptations, à l’exception des Mohicans de Paris (parus en 1854-1855) : « Je dois sur les Mohicans 2500 frs. à mad. Procher. Par conséquent, les Mohicans ne peuvent entrer dans la cession ». Le 20 mars, nouvelle question dans une fin de courrier : « Lis donc Olympe de Clèves et dis moi si tu n’y vois pas un drame ». Finalement créée en 1864, en même temps que Les Mohicans de Paris, la pièce Olympe de Clèves appartient donc au dernier théâtre de Dumas, préoccupé alors d’ultimes adaptations romanesques (Joseph Balsamo, achevé par son fils) ou shakespeariennes (Roméo et Juliette). On connaît plus de 200 lettres ou billets de Dumas père à son fils, sur près de quarante ans (1832-1870). Comme c’est le cas de ce billet, un nombre important de ces courriers  « témoignent des pratiques des écrivains quant à leur survie économique, jamais assurée, et illustrent ce qu’on pourrait nommer la gloire de Dumas »[1]

 1866 : THEOPHILE GAUTIER à son fils (inv. 490)

11-6-Gautier

Théophile Gautier (1811-1872), Spirite, Paris, Charpentier, 1866, édition originale. Envoi autographe : « A Théophile Gautier fils // Théophile Gautier père ».

La provenance : surnommé « Toto » par son père, Théophile Gautier fils (1836-1904), fils unique de l’écrivain, était un enfant naturel, né des amours de Gautier avec la belle Eugénie Fort (à qui l’écrivain refusa le mariage, le regrettant ensuite). Gautier reconnut l’enfant et fut toute sa vie très proche de lui : dans les années 1850, il l’amèna même dans ses voyages en Russie. Chef du cabinet de la presse au Ministère de l’Intérieur (1868), puis sous-préfet, enfin secrétaire du puissant ministre Eugène Rouher, Théophile fils fut lui aussi écrivain, remplaçant parfois son père pour l’écriture de ses feuilletons hebdomadaires. Germaniste accompli, il livra des traductions réputées, notamment du Wilhelm Meister de Goethe (1861), mais surtout des Aventures du Baron de Münchausen (1857), qui parut dans une édition demeurée célèbre, illustrée par Gustave Dorée. Ayant eu des enfants de son mariage avec Elise Portal, il fut inhumé aux côtés de son père, au cimetière de Montmartre.

L’œuvre : écrite six ans avant la mort de Gautier, Spirite est la dernière de ses treize œuvres fantastiques. Comme dans d’autres récits ou nouvelles antérieures (La Cafetière [1831], Omphale, histoire rococo [1834], La Morte amoureuse [1836] ou Arria Marcella [1852]), on retrouve le thème de l’amour d’outre-tombe (le présent roman étant très imprégné des théories métaphysiques de Swendenborg).

DSC00661

Vers 1867 : ALPHONSE DAUDET à sa femme (inv. 1650)

11-7-Daudet-1650-reliure

Alphonse Daudet (1840-1897), Le Roman du Chaperon rouge, Paris, Michel Lévy, 1862, édition originale. Exemplaire de Julia Daudet, épouse de l’auteur, dans une reliure peinte à son chiffre (Gayler-Hirou).

La provenance : fille de commerçants aisés, Julie Allard (1844-1940) épousa Alphonse Daudet, jeune auteur encore inconnu, en 1867. Elle devint vite plus qu’une compagne : une collaboratrice à l’influence très importante sur l’écriture des principaux romans de Daudet. Ce dernier l’avouait volontiers : « Pas une page qu’elle n’ait revue ou retouchée ». Edmond de Goncourt connaissait d’ailleurs parfaitement son rôle et l’admirait beaucoup pour cela, notant dans son Journal dès sa première rencontre avec les Daudet : « La femme écrit et je la soupçonne d’être l’artiste du ménage » (5 juin 1874). De fait, elle publia sous son propre nom des Impressions de nature et d’art en 1879, puis deux romans, L’Enfance d’une Parisienne et Enfants et mères en 1892. Après son mariage, Julia confia au relieur parisien Gayler-Hirou (spécialiste des décors encrés sur vélin, également employés par Barbey d’Aurevilly ou Banville pour des livres de leur bibliothèque) les ouvrages de son époux, les titres antérieurs à leur mariage étant sans envoi. Le présent volume (passé par la collection Etienne Cluzel) rentre ainsi dans une prestigieuse série dont le collectionneur Philippe Zoummeroff a sans doute réuni l’ensemble le plus impressionnant. Le catalogue de sa vente de 1999 présentait ainsi, de même provenance et dans le même type de reliure : Les Amoureuses et La Double Conversion (n° 375, textes précoces sans envoi), L’Evangéliste (n° 383, envoi), Les Rois en exil (n° 418, envoi), Rose et Ninette (n° 425, sans envoi), et Le Trésor d’Arlatan (n° 439, envoi)[4].

L’œuvre : troisième ouvrage publié par Alphonse Daudet, ce recueil de six saynètes comprenait : « Le Roman du Chaperon rouge », « Les Ames du Paradis », « L’Amour-Trompette », « Les huit Pendues de Barbe-Bleue », « Un concours pour Charenton » et « Les Rossignols du cimetière ». Histoire loufoque, l’œuvre-titre présente un petit Chaperon rouge assez déluré, ayant déjà lu sa propre histoire et n’en faisant qu’à sa tête, prodiguant des conseils décalés à un fou et à un écrivain perdus dans la fôret… Paru sans tirage de tête sur grand papier, ce volume a été vite considéré comme « rarissime, disent les catalogues, comme le « Roman du Chaperon rouge », que Daudet publiait chez Michel Lévy (1862) en le faisant imprimer chez Poupart Davyl » (Jules Claretie, Alphonse Daudet, 1883).

1874 : ALPHONSE DAUDET à ses oncle et tante par alliance (inv. 1652)

11-8-Daudet-1652-envoi

Alphonse Daudet (1840-1897), Robert Helmont – Etudes et paysages, Paris, Dentu, 1874, édition originale. Envoi autographe : « offert à mes amis Paul et Cécile Navoit, leur Grand Neveu Alph. Daudet ».

La provenance : fils de Jacques Navoit (1793-1866, industriel enrichi ayant acheté le château de Vigneux, village dont il était aussi le maire), Paul Navoit était l’oncle maternel de Julia Allard, l’épouse d’Alphonse Daudet. Ce dernier a toujours entretenu d’excellentes relations avec tous les membres de sa belle-famille (dans les premiers temps de leur mariage, le jeune couple passa ses vancaces dans le château de Vigneux). Paul Navoit exerçait comme commissaire-priseur à Paris dans les années 1860 et semble être décédé dans les années 1870. Son épouse et lui reçurent plusieurs livres dédicacés par Alphonse Daudet et parfois Julia, comme le prouvent deux autres livres en ma possession, revêtus du même type de reliures en demi-chagrin bronze[6].

L’œuvre : inspiré à Daudet par sa propre expérience pendant la Commune, le court roman Robert Helmont met en scène le personnage éponyme durant les cinq mois de la guerre franco-prussienne. S’étant cassé la jambe au début du conflit, il reste bloqué dans un vieux domaine de la forêt de Sénart, non loin de Paris, où il va vivre divers aventures, sur fond d’occupation militaire et de guérilla. Diverses nouvelles, en bonne partie inédites, accompagnaient ce récit.

1876 : FRANCOIS COPPÉE à sa maîtresse (inv. 1880)

11-9-Coppée-1880-envoi

François Coppée (1842-1908), Le Luthier de Crémone, manuscrit autographe signée, Milan, mars 1876. Envoi autographe : « A Eugénie Doche, ce manuscrit autographe est offert par son ami dévoué, François Coppée ».

La provenance : François Coppée avait rencontré la grande actrice Eugénie Doche (1823-1900), créatrice du rôle de la Dame aux Camélias (« quand une artiste a ce talent, elle devient une collaboratrice », avait affirmé Dumas fils) dès ses débuts littéraires et leur liaison avait beaucoup fait jaser, notamment en raison de leur différence d’âge (Goncourt parlant méchamment le 25 janvier 1876 de « l’accouplement d’un squelette avec un fœtus moisi »). Leur amour se changea en une amitié qui dura jusqu’à la mort d’Eugénie Doche. Coppée lui offrit toutes ses œuvres, dédicacées au fur et à mesure de sa carrière, ainsi que toute une série de manuscrits (pièces ou poèmes épars) qu’elle faisait relier de manière uniforme par Pierson, en vélin blanc avec titrage aux encres de couleur.

L’œuvre : issu d’un milieu modeste, François Coppée fut le poète populaire et sentimental de Paris et de ses faubourgs, des tableaux de rue intimistes, du monde des humbles : rencontrant un grand succès avec ses recueils et ses pièces, il devint archiviste de la Comédie-Française en 1878, puis fut élu à l’Académie française en 1884. Le Luthier de Crémone raconte l’amour malheureux d’un apprenti-luthier de génie, mais bossu, pour la fille de son patron. Bien qu’ayant gagné le concours qui devait le marier à la jeune fille, il décide, par esprit de sacrifice, de laisser la place à son rival. Ecrit à Milan en mars 1876, ce manuscrit est donc antérieur de deux mois à la première représentation de la pièce, donnée à la Comédie-Française le 23 mai 1876. Ayant reçu un accueil triomphal (selon un télégramme à Eugénie Doche : « Première hier. Hurlement. Très grand succès. Ecrirai détails. Amitiés »), la pièce fut imprimée peu après par Lemerre (tirage de tête : 12 Chine et 6 Whatman).

1876 : PIERRE LOTI à sa mère (inv. 1973)

11-10-Loti111-10-Loti211-10-Loti311-10-Loti4

Pierre Loti (Julien Viaud, dit…) (1850-1923), lettre autographe signée à sa mère Nadine Texier-Viaud, Constantinople, 14 septembre [1876], 4 pp. enveloppe conservée.

La provenance : épouse de Théodore Viaud, Nadine Texier-Viaud († 1896) avait déjà des grands enfants de dix-neuf et quatorze ans, lorsque le petit Julien vint au monde en 1850. Elle éleva son fils au domicile familial, assurant son instruction jusqu’à ses douze ans (après quoi il entra au lycée de Rochefort) : les liens fils-mère étaient donc très étroits.

Le texte : « Constantinople 14 sep[tem]bre. Une paire de gants de Suède, s.v.p. à deux boutons, 6 3/4 de femme. Mère aimée, Voici l’adresse que vous devrez mettre sur ma caisse ; vous paierez le port seulement jusqu’à Marseille (à domicile). La compagnie Fraissinet se chargera du reste ; vous leur écrirez un mot en même temps en donnant votre adresse, pour qu’ils puissent vous accuser réception de la caisse. (…) ». Il demande l’envoi de quelques vêtements : cravates, chemises, galons, en fournissant des demandes précises (dimensions, matière). Il demande aussi à sa mère de trouver « sur mon bureau un certain petit cahier cartonné, vous me l’enverrez aussi avec les papiers qu’il contient ; vous le reconnaitrez en le lisant ; c’est une espèce de dictionnaire tahitien manuscrit ». Il explique avoir besoin d’argent, suite à la perte de son portefeuille durant une randonnée à cheval. « Nous allons partir bientôt sans doute pour remonter le Danube ; ce sera un voyage de 3 semaines ; ne vous inquiltez pas du retard que mes lettres pourraient avoir ». Il termine sur un post-scriptum expliquait devoir verser 4 francs pour des « produits photographiques consomnés à l’école [de gymnastique de Joinville] ».

Le contexte : le 1er août 1876, affecté sur le navire Le Gladiateur, l’enseigne de vaisseau Julien Viaud arrive à Constantinople. En novembre, il s’installe dans le quartier Eyoub, sous le nom de Arif-Effendi ; deux mois plus tard, il débute une liaison passionnée avec une odalisque nommée Hadidjé, future héroïne de son premier roman Aziyadé (1879) qui fera découvrir positivement la culture turque en France. Relevons que le cahier de tahitien renvoit au séjour de deux mois de Loti dans les îles du Pacifique en 1872, durant lequel il gagnera le surnom de « Loti » (laurier-rose) dont il fera son pseudonyme et qui donnera la matière des romans Rarahu (1880) et Le Mariage de Loti (1882).

11-10-Loti5

1878 : THEODORE DE BANVILLE à son cousin (inv. 1023)

11-11-Banville

Théodore de Banville (1823-1891), Poésies complètes II, Paris, Charpentier, 1878. Envoi autographe : « A Léon de Banville / Avec ma plus chère affection / Son cousin / Théodore de Banville ».

La provenance : il faudrait en fait parler de petit-cousin, car ce Léon Faullain de Banville, fils d’Alfred de Banville (ingénieur civil), était le petit-fils d’un autre Léon, notaire de son état et oncle paternel du poète[7]. Il devait encore être enfant lorsqu’il reçut cet exemplaire. Il figurait dans le cortège lors de l’enterrement de l’auteur en 1891. Marié à Paris à une jeune Américaine (Miss Helene Nono) en janvier 1894, il mena une carrière d’industriel, comme administrateur et directeur de la « Société anonyme d’éclairage électrique départemental » à Moulins.

L’œuvre : surnommé « le poète du bonheur », Banville, auteur notamment des Odes funambulesques (1857), est l’un des poètes majeurs du XIXe siècle français. Ami de Hugo, Gautier et Baudelaire, découvreur de Rimbaud, il fut le trait d’union entre le Romantisme et le Parnasse, dont il fut l’un des principaux initiateurs. Cette « édition définitive » de ses poésies comprenait certains de ses plus célèbres recueils : Les Exilés, Odelettes, Améthystes, Rimes dorées, Rondels, Les Princesses et Trente-six ballades joyeuses.

A suivre, la semaine prochaine, dans la seconde partie de cet article : les relations familiales compliquées et souvent scabreuses d’Heredia, de ses filles et de ses gendres ; la parentèle emparticulée de Gide ; la triste histoire de Suzanne France, fille d’Anatole ; Barbusse et sa marraine (de guerre, bien entendu) ; etc.

Notes :

[1] Xavier de La Fournière, Lamartine, Paris, Perrin, 1990 (notamment pp. 249-256 et 284-311).

[2] Catalogue de la vente de la bibliothèque Philippe Zoummeroff et du château de Saint-Point Lamartin, Etude Piasa, Paris, Drouot, 20 avril 2005, pp. 73 à 82.

[3] Correspondance d’Alphonse de Lamartine (1830-1867), tome IV : 1842-1846, textes réunis, classés et annotés par Christian Croisille, Paris, éd. Champion, 2001.

[4] Etude Piasa, Bibliothèque Philippe Zoummeroff, Paris, Drouot, 28-29 avril 1999.

[5] Claude Schopp, introduction à Alexandre Dumas père, Lettres à mon fils, Paris, Mercure de France, 2008 (édition commentée des 200 courriers retrouvées de Dumas père à son fils).

[6] Lettres à un absent (Paris, Lemerre, 1871, EO, avec envoi : « A nos chers amis Paul & Cécile, Alphonse et Julia ») ; L’Evangéliste (Paris, Dentu, 1883, EO, avec envoi : « A notre chère tante Paul Navoit, Alphonse Daudet »).

[7] Sur les proches du poète, voir Raymond Lacroix, Théodore de Banville : une famille pour un poète – Biographie originale, historique et documentaire, Moulins, Imprimerie Potier, 1990.

MELANGES TIRES D’UNE PETITE BIBLIOTHEQUE (10) : SODOME ET GOMORRHE … AVÉ L’ASSEN, FATCHE DE CON !

SODOME ET GOMORRHE … AVÉ L’ASSEN, FATCHE DE CON !

Pécaïré, pas facile de passer l’hiver dans les brouillards et la neige… Alors pour se souvenir du ciel bleu azur et du chant des cigales, voici un brin de Provence couché sur papier, venu se blottir dans mes rayons il y a quelques mois : le tragique destin de Sodome et Gomorrhe, mais avé l’assen, sous la plume de Frédéric Mistral.

10-2-portrait

A partir de 1878, Frédéric Mistral (1830-1914), grand promoteur de la langue provençale et occitane, Prix Nobel de littérature en 1904 (l’un des quatre seuls récipiendaires récompensés pour une œuvre en langue régionale), entreprit la traduction en vers occitans du livre de la Genèse, à partir de la Vulgate latine de saint Jérôme. Année après année, le plus souvent sous le pseudonyme de Guy de Mount-Pavon, un chapitre était révélé dans l’Armana Prouvençau (Almanach provençal), la grande revue du mouvement félibrige, paraissant en Avignon. En 1910, les 50 chapitres finirent par voir le jour dans une édition trilingue (occitan, latin, français), parue chez Honoré Champion et sous le vrai nom de l’auteur cette fois.

10-3-titre

C’est donc le manuscrit autographe (signé par exception « Frédéric Mistral », et non « Guy de Mount-Pavon ») du chapitre XIX de cette Genèse provençale qui est entré depuis peu sur mes rayons. Le plus gros du manuscrit autographe est conservé au CIRDOC (Centre inter-régional de développement de l’occitan) de la « Mediatèca Occitana » de Béziers (cote : Ms 400). Il est toutefois lacunaire de plusieurs chapitres (1-3, 9-10, 12-14, le présent 19, 21, 23 et 27-29) qui doivent être conservés dans d’autres institutions ou dans des collections privées. La même institution biterroise possède par ailleurs les épreuves corrigées des trente premiers chapitres.

Mistral Genèse 1Mistral Genèse 2Mistral Genèse 3Mistral Genèse 4Mistral Genèse 5

Présentant de nombreuses corrections et repentirs, le présent manuscrit est donc celui d’un moment « croustillant » de la Genèse : le chapitre XIX, autrement dit l’accueil par Loth des anges, le mauvais sort que l’on veut réserver à ceux-ci, la fuite du vertueux citadin et la destruction des villes de Sodome et Gomorrhe. Mais même dans ces moments terribles, la langue provençale fait couler sa douce musique apaisante : bon exemple quand un des anges enjoint Loth à fuir (verset 22) :

– français : « Hâte-toi de t’y sauver, car je ne puis rien faire que tu n’y sois arrivé ».

– provençal : « Zou ! sauvo-te-ié lèu : pèr-co-que poudrai rèn faire d’aqui-que ié fugues intra ».

J’adore ce « Zou ! » spontané et chaleureux, qui semble complètement décalé dans le noir et tragique récit de l’annihilation de deux cités entières par la colère divine. Cela me fait irrésistiblement penser à Desproges et à son sketch sur l’intérêt des « accents toniques » : « C’est magnifique, la langue provençale, il coule une telle tendresse dans ces mots, cela sent le thym, le romarin, la farigoule, le verbe d’antan ». Et de poursuivre en parlant de son médecin originaire du Midi et doté de cet accent chantant, une aide considérable au moment délicat des diagnostics : « Il me regarde, avec sa bonne trogne méridionale qui s’illumine, et il me dit : « Oh putaing ! C’èst leu kansser ! ». Pour revoir ce moment :

https://www.youtube.com/watch?v=fs7BuvejdUA

(à partir de 6 minutes).

Allez, « adessias » à tous !

10-4-Mistral Nobel

MELANGES TIRES D’UNE PETITE BIBLIOTHEQUE (9) : POUR ENTRER DANS « LES CARACTERES », PRENEZ LES CLEFS…

POUR ENTRER DANS LES CARACTERES, PRENEZ LES CLEFS…

Précepteur du (très) turbulent petit-fils du Grand Condé, Jean de La Bruyère (1645-1696), moitié gentilhomme moitié domestique, avait longtemps été confronté à la proximité des grands et à l’atmosphère empoisonnée de la Cour : il y avait de quoi perdre toute illusion sur la nature humaine ! Aussi chercha-t-il le réconfort, ou au moins une philosophie de vie, chez les moralistes antiques, en premier lieu le Grec Théophraste. En traduisant l’œuvre de ce philosophe élève d’Aristote, La Bruyère fut tenté de poursuivre l’entreprise en analysant à son tour les vices et travers de son époque : composant des portraits moraux généraux ou pris « d’après nature » sur ses contemporains, il ébaucha ainsi le recueil connu sous le titre Les Caractères, ou les Mœurs de ce Siècle. Si la première mention du livre se rencontre dans une lettre de Boileau à Racine en 1687, le projet remontait sans doute au début des années 1670.

09-LB2

Exemplaire de la deuxième édition (1688)

La première édition vit le jour chez Etienne Michallet en mai 1688. A la traduction de Théophraste était ajoutée une suite, anonyme, de 418 maximes ou « caractères ». Le succès fut immédiat : le livre aurait été épuisé en quinze jours et il fallut donner deux nouvelles éditions dans la même année pour satisfaire le public. Pendant les huit années qui lui restaient à vivre, La Bruyère travailla à l’augmentation de son texte : des 418 « caractères » initiaux (1688), on atteignit, à terme, les 1’120 dans la neuvième édition (1696), posthume, mais encore « revue et corrigée » par l’auteur (et tout aussi anonyme que les précédentes). A part les deuxième et troisième édition, toutes les autres contenaient des ajouts plus ou moins importants, ainsi que des corrections aux textes déjà existants. La quatrième édition reçut ainsi 306 nouveaux caractères ; la cinquième, 141 ; la sixième, 77 (dont ceux du Distrait ou d’Onuphre, ainsi que le portrait de La Fontaine) ; etc. Réunir les neuf « éditions originales » de La Bruyère est donc un challenge des plus tentants pour le bibliophile amoureux du Grand Siècle, sans compter que des subtilités de tirage (par exemple, des passages modifiés en cours d’impression, d’où l’existence de « cartons » correctifs) viennent encore pimenter la recherche… Me manquent encore la première édition (notoirement rare et recherchée, d’où grosse cote) et la troisième (peu banale, elle aussi). A partir de l’importante quatrième édition (un très bel exemplaire dans un beau maroquin rouge du relieur Canape), ma série est ensuite complète, le plus souvent en reliure d’époque, en veau ou basane.

09-LB409-LB509-LB609-LB7 (3)09-LB809-LB9

Exemplaires des quatrième (1689), cinquième (1690), sixième (1691), septième (1692), huitième (1694) et neuvième (1696) éditions des Caractères, toutes anonymes et toutes sorties des presses d’Etienne Michallet, premier imprimeur du roi


Fin observateur de son époque, La Bruyère excella (surtout à partir de la quatrième édition) dans la confection de portraits brossés d’après nature, mais où la satire se trouve souvent teintée d’une indulgence amusée. Aussi, dans les cercles lettrés parisiens, chacun s’amusait à tenter de retrouver l’original derrière les masques de fantaisie : on croyait reconnaître, par exemple, Fontenelle ou Perrault dans Cydias, le bel esprit pédant. Ces cogitations se concrétisèrent vite sous la forme de « clefs » (simples noms ou petites notices éclaircissant le contexte d’une anecdote), compilées dans de minces recueils manuscrits ou plus généralement portées par les lecteurs dans la marge de leur exemplaire. Dans le présent extrait, tiré d’un exemplaire annoté de la septième édition (1691, provenance marquis de Gaillon) , on voit quelques dom juans et grandes dames légères être cités nommément dans les marges du chapitre « Des Femmes ».

09-LB6 (5)

Quant aux notes portées dans cet exemplaire de la dixième édition (1699), elles se rapportent à des artistes en vogue, à un dandy anglais et à un prélat avide d’honneurs. L’identification de ce dernier fut d’ailleurs corrigée : on pensa d’abord y voir un portrait de Bossuet (en raison du prénom Bénigne), c’était en réalité le cardinal Le Camus.

09-LB10-3

Diverses traditions (les plus célèbres étant la « Clef de 1693 » et la « Clef Cochin ») coexistèrent, présentant des variantes parfois importantes. Les développements explicatifs demandaient parfois plus de place que les marges des éditions ne pouvaient en fournir : on élabora donc des manuscrits séparés compilant de véritables notes critiques. Les plus élaborés se référaient, comme c’est le cas de ce manuscrit, à la huitième édition ou à la neuvième et dernière, révisée par La Bruyère juste avant sa mort en 1696. Dans le passage ci-dessous, concernant le chapitre « Des ouvrages de l’esprit », on lit différentes remarques impliquant les noms de Perrault, Boursault, Boileau ou Molière.

09-LB ms.Recueil manuscrit de « clefs » des Caractères. De format in-4°, il s’appuye sur la huitième édition (1694), mais a sans doute été calligraphié peu après 1696 : un curieux avant-propos évoque en effet la mort de La Bruyère, survenue « sine veneni supsicio ».

Arriva enfin une version imprimée : cette nouvelle « Clef » (souvent fantaisiste d’ailleurs dans ses identifications) vit le jour sous la forme d’un petit fascicule séparé, destiné à être joint à une contrefaçon bruxelloise des Caractères parue en 1697. D’autres versions devaient ensuite apparaître, d’abord sous forme de minces plaquettes placées à la suite de certaines éditions pirates françaises usurpant le nom de Michallet, puis sous forme de manchettes dans les premières éditions commentées du XVIIIe siècle (notamment celle donnée par Coste en 1731, rééditée tout au long du siècle).

DSC00625

Photo de famille : « bimbos » en reliures de maroquin bibliophilique XIXe ou de veau d’époque, « ancêtres » aux basanes demandant un lifting

Avant de quitter La Bruyère, une remarque sur certaines reliures d’époque recouvrant Les Caractères. Un nombre non négligeable d’exemplaires comporte, en queue, une frise alternant dauphins couronnés et fleurs de lys. Ce décor, trop souvent présenté comme en rapport avec le Grand Dauphin, semble en réalité être assez commun. Mais sa fréquence sur les reliures recouvrant le livre de La Bruyère est tout de même étonnante. Les catalogues d’enchères ou de libraires, anciens ou récents, en présentent avec régularité et je pourrais rajouter bien des cas aux trois exemplaires présentés ci-dessous. Affaire à suivre, sans doute…

DSC00618