MELANGES TIRES D’UNE PETITE BIBLIOTHEQUE (8) : HUYSMANS ET STOCK DANS LE STRESS DES DERNIERES EPREUVES

HUYSMANS ET STOCK

DANS LE STRESS DES DERNIERES EPREUVES

David Spurr et moi sommes en train de porter les dernières corrections avant maquettage à notre Frankenstein, créé des ténèbres, le catalogue de l’exposition éponyme, à l’affiche à la Fondation Bodmer ce printemps. Le planning est tenu, la collaboration avec les Editions Gallimard est idyllique, mais nul doute qu’il y aura tout de même quelques petites sueurs de dernière minute durant les relectures d’épreuves ! Cette dernière ligne droite réserve presque toujours des surprises et occasionne des montées d’adrénaline avant que n’arrive l’instant libérateur : la réception du livre achevé.

 Et il en est ainsi, même pour les grands auteurs, depuis les débuts de l’imprimerie. Pour illustrer mon propos, voici le cas d’un roman de Huysmans, En Route, dont j’ai pu acquérir il y a quatre ans les épreuves finales, comportant à la fois les interventions de l’auteur et de son éditeur, avec des instructions au troisième larron : l’imprimeur. Le tout compose un dialogue à trois parfois cocasse, avec un but commun : que l’ouvrage sorte à temps et sans coquilles !!! Partons donc un instant vers cette fin de l’année 1894, il y a un peu plus de 120 ans…

08-0-huysmans

I. L’élaboration difficile d’un « roman blanc » : En Route

Quatre ans après son célèbre Là-Bas, « roman noir » d’une plongée dans le monde du satanisme, Huysmans avait voulu mettre à nouveau en scène son double littéraire, Durtal, mais cette fois dans un « roman blanc », récit d’une rédemption. Comme son créateur, Durtal allait vivre une crise mystique qui devait déboucher sur son retour dans le giron de l’Eglise catholique. L’histoire de ce double cheminement, à la fois littéraire et autobiographique, est donc au cœur du roman En Route, dont les épreuves successives (ici les troisièmes et dernières) témoignent, par leurs nombreuses corrections, des errements et des hésitations de l’auteur dans ce tournant de sa carrière. Explorant l’univers de la mystique chrétienne, le roman En Route, récit du lent et douloureux retour de Durtal (et de Huysmans) vers la foi catholique, connut une genèse tout aussi difficile, dès 1892 : « Je travaille avec dégoût – et j’ai de fortes envies de tout foutre au feu, car ça me paraît bien médiocre ce que j’écris pour l’instant ». Selon sa correspondance avec son éditeur Pierre-Victor Stock (1861-1943) (le seul éditeur de Huysmans depuis que Léon Bloy les avait rapprochés), le romancier aurait remis son manuscrit durant la seconde quinzaine de septembre 1894. Il passa ensuite son mois de décembre à corriger abondamment les épreuves[1], remaniant et précisant son texte jusque sur le troisième jeu, comme dans cette énumération très bibliophilique des lectures pieuses emportées par Durtal dans sa retraite (pp. 200-201).

08-1-HUYSMANS

Pour Huysmans, la question épineuse avait été de trouver le ton juste, sans céder au mysticisme. Aussi avait-il tenté un « style gris », sec et sobre, bien en adéquation finalement avec son sujet. Les jeux d’épreuves corrigées témoignent des hésitations persistantes du romancier, ajustant sans trêve son texte par de subtiles et ténues modifications : dans ces troisièmes et ultimes épreuves, Huysmans éliminait ou au contraire introduisait quelques familiarités (« un mot cru dans une pensée délicate », disait-il à François Coppée), tout en veillant avec soin à supprimer tout terme sentant encore trop le registre dévot. Mais les termes mystiques demandent parfois d’être pesés à plusieurs reprises : sur cette p. 324, le « mariage céleste » disparaît, alors que « la Divinité » se voit remplacée par un plus déiste « céleste Infinité », encore transformé en un exalté « suradorable Infinité » (p. 324).

08-2-HUYSMANS

 II. Le trio auteur / éditeur / imprimeur dans le stress du bouclage

 Ce jeu d’épreuves met aussi en lumière les relations entre Huysmans et son éditeur. En tête de chacun des premières pages des liasses, une note du romancier réclamait à Stock un ultime jeu de contrôle, avec réponse pour bonne forme de l’éditeur. Ces échanges laissent apparaître quelques tensions entre les deux hommes, par ailleurs amis. Huysmans réclama pour finir une présentation en feuilles et non plus en pages recto-verso. Demande acceptée, non sans une note lapidaire de Stock : « Pourquoi ne l’avoir pas fait de suite ? V. Stock » (p. 293). Et plus, suite à la même demande du romancier : « Pourquoi toujours les 3es ép. en pages ? Cela nous oblige à en reprendre une 4e V. Stock» (p. 307).

08-3-HUYSMANS

L’étape finale de ces épreuves était l’atelier de l’imprimeur et ce va-et-vient continuel de corrections et de nouveaux tirages à relire, en s’éternisant, créait aussi quelques frictions avec le typographe. L’imprimeur dijonnais employé par Stock, Darantière, se trouva donc lui aussi pris à partie par Huysmans : « Darantière se fiche-t-il de nous, à la fin ? Voilà une semaine qu’il n’envoie plus d’épreuves » (lettre à P.-V. Stock du 5 décembre 1894). Stock lui-même se laissa aller à quelque humeur, dans une marge des épreuves retournées : « 16-1-95. Une nouvelle épreuve et veillez bien aux corrections qui sont faites en dépit du bon sens.Vous faites les corrections indiquées, mais vous laissez la moitié des mots supprimés. P.-V. Stock ».

08-4-HUYSMANS

La plupart des corrections, notes, modifications et remarques indiquées sur ce dernier jeu seront finalement bien prises en compte pour l’édition imprimée (sortie en librairie le 23 février 1895, avec un tirage de tête de 12 Japon et 50 Hollande), mais on relève quelques intéressantes variantes demeurées inédites par rapport au texte final. Quant au sort ultérieur de ce mince jeu d’épreuves, j’ai pu le retracer de manière assez précise : conservé dans la bibliothèque du Dr. Lucien-Graux en compagnie des deux premiers jeux d’épreuves, il passa ensuite dans deux grandes collections consacrées aux auteurs français du XIXe siècle : celle de « Mme D. » et surtout celle du colonel Sicklès. Lors d’une vente ultérieure, le prof. Dominique Millet avait pu examiner ces épreuves et en donner une analyse détaillée dans son édition du roman parue en 1996.

 –

Description : Joris-Karl Huysmans (1848-1907), En Route, troisièmes épreuves corrigées, in-8°, [pp. 192-341 et 357-372], en plusieurs jeux d’épreuves reliés à la suite. Demi-reliure de maroquin noir à coins, dos lisse, titre doré, non rogné (René Aussourd). La pagination est continue pour les 5 premiers jeux (pp. 197 à 341), puis, après une lacune (?), reprise de la p. 357 à 372 en pages recto uniquement comme demandé par Huysmans.

Provenance : Dr. Lucien-Graux (1878-1944, médecin, bibliophile et résistant) (ex-libris doré sur maroquin noir ; cat. vente, 9e partie, Paris, 26 juin 1959, n° 130) ; Mme D. (vente « Poètes et romanciers – Editions originales et autographes », Paris, Drouot, 23-24 avril 1975, n° 174) ; colonel Daniel Sickles (1904-1989) (cat. vente, XVe partie, Paris, Drouot, 18-19 nov. 1993, n° 6436) ; [vente « Autographes et livres anciens et modernes », Drouot, 13 juin 1994, exp. J. Vidal-Mégret et D. Gomez] ; Librairie Walden (Hervé Valentin, Paris, 2011).

Bibliographie :

  • Joris-Karl Huysmans, En Route, éd. par Dominique Millet, Paris, Gallimard/Folio, 1996 (notamment pp. 562-567).
  • Marc Smeets, Huysmans, l’inchangé – Histoire d’une conversion, Amsterdam / New-York, Rodopi, 2003.
  • Notice sur le site de l’exposition Le Lecteur à l’œuvre (Fondation Martin Bodmer, 2013) : http://lelecteuraloeuvre.boocs.ch/main.php?id=1_9

[1] Reliées en maroquin bleu par Marius Michel, les premières et deuxièmes épreuves d’En Route avaient également appartenu à la collection Lucien-Graux (3e vente, 1956, n°17, 25’000 frs.). Je n’ai pas réussi à en retrouver une trace ultérieure en vente publique ou catalogue de libraire.

ROMANA MONETA (7) : OTHON, L’EMPEREUR DONT LA MORT EXCUSA LA VIE

OTHON, L’EMPEREUR DONT LA MORT EXCUSA LA VIE

Ah, voilà un zèbre pas facile à trouver, mais il est enfin arrivé sur mes plateaux, sous la forme d’un joli denier d’argent en provenance directe de Zürich ! Ça ne m’étonne d’ailleurs qu’à moitié : sous ses dehors proprets, cette ville n’a-t-elle pas eu longtemps (du moins en Suisse) une réputation quelque peu sulfureuse, en raison de certaines populations nocturnes interlopes (sexe, drogue et re-sexe) ? Nul doute que cette ambiance aurait parfaitement plu et convenu à cette bonne vieille crapule d’Othon ! Du moins dans sa jeunesse, car l’exercice du pouvoir, contrairement à bien des souverains, devait le bonifier. Revenons rapidement sur les étapes de son parcours étonnant, occasion aussi de retracer cette terrible première « Année des Quatre Empereurs », l’année 69 (qui, à défaut d’être érotique, ébranla l’Empire).

 –

07-Othon denier 1

Denier d’Othon[1]

I. Un jeune homme mauvais sous tous rapports

D’origine étrusque et de rang équestre, la famille Otho avait atteint les marches du pouvoir grâce au grand-père du futur empereur, Marcus Slavius Otho, devenu proche de Livie (la puissante épouse d’Auguste) et bombardé sénateur grâce à cette protection. Une génération plus tard, Licius Otho, père de « notre » Othon, fut désigné consul en 33, avec pour collègue un certain Galba (une cruelle ironie de l’histoire, nous le verrons plus loin). Ce Lucius fit une brillante carrière sous Tibère, Caligula et Claude (qu’il sauva d’un complot d’assassinat). Bref, c’est dans une des premières familles de l’Empire que Marcus Salvius Otho, plus connu dans l’Histoire sous le simple nom d’Othon, vit le jour en 32. D’après ses principaux biographes (à savoir Suétone, dans les Vies des douze Césars [livre VII], et Plutarque, dans Les Vies parallèles [livre XVII]), Othon se montra un jeune garçon fort indiscipliné, obtenant de ses précepteurs plus de coups de badine que de leçons. Adolescent précoce, il mit un point d’honneur à découcher toutes les nuits ou presque pour aller se livrer, avec des camarades de la jeunesse dorée, aux pires débauches que l’Urbs, prodigue en la matière, pouvait fournir.

 –

07-Gracchus Quiquilfus

Durant sa jeunesse dissipée, Othon devait un peu ressembler au personnage de Gracchus Quiquilfus dans l’album d’Astérix, Les Lauriers de César !

 II. Un maître décadent à la cour de Néron

De tels mérites ne pouvaient que s’épanouir sous le règne de Néron. Pour approcher l’empereur, le fringant Othon se serait glissé dans le lit d’une servante du palais, vieille et décatie, mais ayant accès à l’entourage immédiat du souverain… A vrai dire, cette réputation de gigolo à boniche a sans doute été fabriquée de toutes pièces (un jeune et riche patricien comme Othon avait bien d’autres moyens d’approcher Néron), mais elle en dit long sur le peu de moralité prêté au jeune homme. Devenu un proche de l’empereur, on le décrit comme son compagnon de débauche. Certains auteurs antiques prétendent même qu’il fut son maître ès turpitudes, l’accusant d’avoir initié son maître à une bisexualité débridée. Ce qui est sûr, c’est que Néron découvrit les bas-fonds de Rome grâce à Othon, qui courait la gueuse avec frénésie dans tous les bordels possibles. Il compensait un physique peu gracieux par des coquetteries qui faisaient blêmir les sévères tenants des antiques mœurs romaines :

« Il était de petite taille, mal planté sur ses pieds, avec des jambes cagneuses ; [mais] il avait des coquetteries presque féminines, car il se faisait épiler et, comme ses cheveux étaient rares, il portait une perruque si bien faite et si exactement ajustée que nul ne s’en apercevait ; bien plus, il se rasait tous les jours et s’appliquait ensuite sur le visage de la mie de pain mouillée, habitude qu’il avait prise dès sa première pousse de barbe, afin de ne jamais en avoir » (Suétone)

La confiance de Néron pour son ami/amant était telle qu’il confia à Othon sa maîtresse Poppée, lui demandant de l’épouser et de la garder sous le coude, le temps pour lui de se débarrasser à la fois de sa mère (la dure à cuire Agrippine) et de sa « légitime » (la malheureuse Octavie, fille de l’empereur Claude). Mais une fois ces petites opérations familiales accomplies, Néron eut bien du mal à récupérer la femme de ses rêves : Othon, préfigurant les banquiers helvètes des années (19)50, ne voulait pas rétrocéder le « dépôt » fait en toute confiance. S’était-il sincèrement pris au jeu du mari aimant ou, plus cyniquement, souhaitait-il faire monter les enchères des contreparties ? Les historiens n’ont pas tranché. Toujours est-il qu’il osa refuser sa porte aux envoyés de l’empereur, lequel dut se déplacer en personne pour tambouriner sur l’huis. Néron, c’était un peu comme Poutine aujourd’hui : on pouvait l’énerver, mais il fallait une bonne mutuelle. Othon aurait pu laisser la vie à ce petit jeu, mais il faut croire qu’il n’avait pas totalement épuisé son crédit : il écopa de la peine minimale, l’exil. Dès son mariage cassé et celui de Néron et de Poppée célébré, en 59, Othon fut expédié en Lusitanie pour y jouer les gouverneurs, avec interdiction de reparaître à Rome.

 –

Néron1

Denier de Néron

III. Gouverneur de province, mais toujours rebelle

Néron ne semblait pas se faire grande illusion sur les compétences administratives de son ancien ami, puisqu’il l’envoya dans ce trou perdu « sous prétexte de gouverner la province » (selon Tacite, Histoires, I, 13). Mais il avait tort : Othon se fit parfaitement à la morue et se révéla même, à l’usage du pouvoir, un très capable administrateur. Même le sévère Tacite dut reconnaître sa capacité à gérer son territoire « avec bonté », un jugement confirmé par Suétone : « Il administra sa province pendant dix ans en qualité de questeur, avec une modération et un désintéressement remarquable » (portrait qui, en creux, en dit long sur les pratiques coutumières des autres gouverneurs, qui ressemblaient souvent à des sangsues géantes, tyranniques et corrompues). Il faut dire qu’Othon avait été à bonne école, et ce à double titre : d’un côté, sa famille de grands commis d’Etat, toute entière dévouée à la gestion de la res publica, lui avait fourni un modèle d’élite ; de l’autre, sa fréquentation des bordels, des bas-fonds et de la cour néronienne avait dû lui aiguiser férocement le regard sur la nature humaine et ses travers…

Fin 67, en Gaule, un gouverneur de province, Caius Julius Vindex, souleva ses légions dans une révolte contre la tyrannie de Néron, appelant à la rescousse les légions d’Espagne, menées par un vieux sage unanimement respecté : Galba. Après avoir tergiversé, ce dernier rallia la cause rebelle et en devint le chef l’année suivante, lorsque Vindex fut écrasé par les troupes loyalistes près de Besançon. Othon accompagna le mouvement, soi-disant pour venger l’humiliation reçue dans l’affaire Popée. En réalité, et de manière plus pragmatique, il n’avait sans doute pas le choix… Dans sa lointaine province lusitanienne, isolé de Rome par les troupes rebelles, faire acte de loyauté était impossible et cela ne lui aurait sans doute rien rapporté : son nom aurait été parmi les premiers sur les listes de proscription, en cas de victoire de Néron. Mieux valait jouer son va-tout sur Galba, d’autant que celui-ci, âgé, n’avait pas d’héritier : Othon pouvait donc passer pour le dauphin légitime, à une marche près du trône.

 –

07-Galba

Denier de Galba

 IV. Héritier du trône ? Oui, oui … mais non !

Bon calcul ! Après le suicide de Néron (9 juin 68) et l’extinction de la lignée julio-claudienne, Galba fut acclamé empereur par les légions et les troupes prétoriennes, Othon en coulisse. L’enthousiasme chuta vite devant l’avarice âpre et les erreurs séniles du nouveau César, qui parvint à se mettre à dos ses anciens partisans et la population romaine en un temps record. Tacite a accusé Othon d’avoir sapé le pouvoir du nouvel empereur en se faisant bien voir des militaires (avec des largesses qui vidèrent d’ailleurs ses finances personnelles), mais cela n’est pas du tout certain : le jeune prétendant avait du temps devant lui et nul besoin d’accélérer la succession. C’est du moins ce qu’il croyait ! En janvier 69, devant les rumeurs de soulèvement des légions de Germanie, Galba décida de légitimer son successeur : il désigna Oth…, ah non, ce fut finalement le jeune Pison, jeune oison de bonne et antique famille patricienne romaine !

Dire qu’Othon fut déçu est un chouia en dessous de la réalité ! Après avoir tout sacrifié pour soutenir la cause de Galba, il se voyait à deux doigts de tout perdre. Par chance, il venait d’engranger un providentiel pot-de-vin d’un million de sesterces, qu’il mit à contribution pour gagner à sa cause les prétoriens. Coup de chance, ces derniers l’avaient très mauvaise, depuis que Galba leur avait refusé un donativum (prime), en leur assenant : « J’ai coutume d’enrôler les soldats, pas de les acheter ». Ouh, mauvaise réponse, faut pas jouer avec les acquis sociaux, surtout quand les fonctionnaires en question sont équipés de glaives ! Le 15 janvier 69, sortant du palais impérial sous prétexte d’un séjour à la campagne, Othon gagna le camp de la garde prétorienne et s’y fit reconnaitre empereur, promettant aux soldats et à la foule tout ce qu’on voulait (pour l’heure, cela ne lui coûtait rien : il était ruiné !). Quelques heures plus tard, Galba et Pison étaient massacrés dans l’allégresse.

 V.  Précarité de l’emploi : un CDD de trois mois … comme empereur

Ayant pris en mains les rênes de l’Empire, Othon se montra à nouveau bon administrateur et surtout très habile politique. Soucieux de s’assurer sinon la loyauté, du moins la sympathie des prétoriens et du peuple, il se livra à une réhabilitation totale de son ancien ami Néron, levant la damnatio memoriae, redressant ses statues et faisant poursuivre les travaux de la luxueuse « Maison dorée » du défunt empereur (avec le débloquement d’un crédit de 50 millions de sesterces tout de même : une politique de prestige est toujours bienvenue pour épater le badaud et puis quand le bâtiment va…). En effet, il ne faut pas oublier que Néron, honni par le Sénat et l’aristocratie, était en revanche adulé par la plèbe : Othon, parfait « communicant », souhaitait récupérer ce « capital sympathie » (pour reprendre le jargon actuel des attachés de cabinet). Aussi, comme le rapporte Suétone, « la populace l’appela Néron et, lui, il ne fit rien pour s’y opposer ». Par ailleurs, pour amadouer le brillant général Vespasien (qui réprimait pour l’heure quelque révolte juive), il rétablit dans ses fonctions de préfet de Rome, Flavius Sabinus, frère du militaire.

Mais ces tours de passe-passe ne marchèrent pas avec tous les tribuns et toutes les légions. Celles de Germanie, qui avaient écrasé Vindex, se trouvèrent injustement exclues du gros gâteau des donativi et proclamèrent empereur leur général, l’obèse Vitellius. Ces troupes, les plus aguerries de tout l’Empire, fondirent sur l’Italie à marche forcée, passant à la fois par le col du Grand-Saint-Bernard et par celui du Mont-Genèvre. Othon dut quitter Rome dès le 14 mars 69 pour se porter à leur rencontre. Les forces en présence étaient à peu près équilibrées, mais le conseiller militaire d’Othon, le général Suetonius Paulinus, lui conseilla d’attendre le renfort des légions danubiennes fidèles à sa cause, afin d’écraser plus sûrement les troupes rebelles. Othon refusa d’attendre, avec un argument étonnant : il préférait régler au plus vite ce soulèvement, afin d’éviter le pourrissement du conflit et l’enlisement de la péninsule italienne dans les affres de la guerre civile.

De fait, les premiers événements semblèrent donner raison à Othon : ses troupes  remportèrent les deux premières batailles, sans qu’elles soient pour autant décisives. Mais le sort des armes finit par tourner. Le 14 avril 69, la troisième bataille, dite de Bedriacum (aujourd’hui Canneto sull’Oglio, en Lombardie), fut en revanche déterminante. Les 50’000 hommes d’Othon (Legio I Adiutrix et Legio XI Claudia) furent surpris en terrain découvert par les 70’000 soldats menés par Vitellius et ses fringants généraux (Legio I Italica et Legio V Alaudae). L’affrontement tourna au carnage total et, à la fin de ce combat fratricide, pas moins de 40’000 hommes restaient sur le terrain. Le spectacle ne parvint toutefois pas à couper l’appétit de ce glouton de Vitellius qui aurait affirmé, devant les corps en décomposition : « Le cadavre d’un ennemi sent toujours bon, surtout celui d’un concitoyen » (dixit Suétone).

 –

07-Vitellius

Denier de Vitellius

VI. Une fin digne d’un héros grec (ou romain)

La grandeur, dans toute cette boucherie, c’est du côté d’Othon le débauché, le fornicateur, le maquereau, le mari complaisant, le corrompu, le corrupteur, le régicide, qu’il faudra aller la chercher. Eh oui, c’est par son comportement dans la défaite et par sa mort que ce damné va gagner la rédemption et trouver la grâce auprès des historiens et de la postérité. Ni Galba, ni encore moins Vitellius auront cette chance parmi les trois autres souverains malchanceux de cette « Année des Quatre Empereurs » !

Battu, Othon n’était pourtant pas perdu. Il possédait encore de nombreuses légions en réserve, en Italie du sud, dans la région du Danube et en Orient. Lui-même pouvait faire retraite vers Rome, réorganiser ses troupes et repartir à l’assaut. Il le pouvait, il ne le voulut pas, et pour de nobles raisons. Suétone a laissé un témoignage digne de foi, tenu de son propre géniteur : « Mon père, Suétone Lénis, servait dans la treizième légion en qualité de tribun augusticlave. Il disait souvent qu’Othon, n’étant que simple particulier, avait tant de dégoût pour la guerre civile, qu’un jour, à table, entendant parler de la mort de Cassius et Brutus, il en fut écœuré, et qu’il n’aurait pas attaqué Galba s’il avait cru devoir provoquer un combat ». Il avait voulu forcer le destin par une bataille décisive ; celle-ci perdue, il jugeait bon de supprimer la source du conflit avec sa personne, donnant ainsi un exemple à tous les dirigeants à venir. Ayant donc décidé de se supprimer pour étouffer la guerre civile, il « exhorta son frère, le fils de son frère et chacun de ses amis à prendre le parti qui leur semblerait le plus convenable. Ensuite, il les serra contre son cœur, les embrassa, et enfin, il les renvoya tous. Puis, se retirant à l’écart, il écrivit deux lettres, l’une à sa sœur pour la consoler, l’autre à Statilia Messalina, la veuve de Néron, qu’il avait voulu épouser. Il lui recommanda le soin de ses funérailles et de sa mémoire. Ensuite il brûla toutes ses lettres afin de ne mettre en danger personne ou d’être à l’origine de motifs d’accusation quelconques, et distribua à ses serviteurs l’argent comptant qu’il avait à sa disposition. [Alors que certains étaient déjà pris à partie comme déserteurs il déclara :] « Ajoutons encore cette nuit à ma vie ». Telles furent ses propres paroles et il défendit que l’on fît du mal à personne. Son appartement resta ouvert jusqu’au soir, et il reçut tous ceux qui voulaient le voir. Il but ensuite de l’eau fraïche pour étancher sa soif, prit deux poignards, dont il essaya les pointes, en glissa un sous son oreiller, et, après avoir fermé sa porte, s’endormit d’un sommeil profond. [Le 16 avril 69,] il s’éveilla au point du jour et se tua d’un seul coup de poignard au-dessous du sein gauche. On accourut dans sa chambre au premier cri qu’il proféra, et il expira tantôt dissimulant, tantôt découvrant sa plaie » (Suétone). Plutarque parle pour sa part d’une épée plantée dans l’estomac, mais bon, à ce détail près, le résultat fut le même.

Là où les sources antiques s’accordent totalement, c’est au sujet de la vénération qui suivit ce trépas. « Tous ses serviteurs se mirent aussitôt à crier, et bientôt, tout le camp et toute la ville retentirent de pleurs. Les soldats aussi, accourus à grand bruit à la porte de sa demeure, se prirent à pleurer à chaudes larmes, se disant entre eux qu’ils n’étaient que des lâches pour avoir si mal protégé leur empereur contre lui-même et n’avoir pas pu empêcher qu’il se tuât pour eux. C’est ainsi qu’il n’y en eut pas un seul qui s’éloignât de son corps, bien que l’ennemi se rapprochât dangereusement. Au contraire, ils l’enveloppèrent pieusement dans un linceul, construisirent un bûcher, et le conduisirent avec tous les honneurs militaires jusqu’au lieu de son incinération, les plus heureux étant ceux des soldats qui portaient le lit funéraire. D’autres soldats s’approchaient à genoux pour baiser qui sa plaie, qui ses mains ; d’autres encore, qui ne pouvaient s’approcher, le saluaient dévotieusement de loin. D’autres enfin se tuèrent devant le bûcher dès que l’on y eût mis le feu (…) » (Plutarque).

 La mort d’Othon, un peu avant ses 37 ans et au terme de 95 jours de règne, ne régla pas pour autant la guerre civile qui devait encore durer huit mois, le temps nécessaire pour le général Vespasien de s’inviter dans la danse, de revenir de Palestine et de liquider le flasque et cruel Vitellius, instaurant la dynastie brillante des Flaviens. L’ « Année des Quatre Empereurs » (Galba, Othon, Vitellius, Vespasien) se refermait avec un retour de la Pax Romana. Sous les Flaviens et les Antonins, l’éphémère empereur Othon dérouta les historiens, qui se trouvaient confrontés avec à un personnage atypique, ne rentrant pas dans leurs grilles très binaires. Car dans ce corps quelque peu ingrat, sous sa moumoute et ses falballas de grande « folle », et en dépit d’un niveau moral souvent digne du caniveau, s’étaient trouvés réunis les qualités d’un vrai dirigeant et le cœur ferme d’un vieux Romain des temps héroïques. Pas facile à avaler pour un Tacite ou un Plutarque[2], et pourtant ainsi fut Othon !

 –

07-Vespasien

Denier de Vespasien

En guise de post-scriptum : en regardant le profil d’Othon sur ses deniers, avec ses cheveux soigneusement ondulés, je me suis toujours surpris à siffloter les premières notes de la musique du Parrain, tellement cette coupe de cheveux (ou de perruque) me faisait penser au style capillaire de certains mafiosi des années 1930, gomina incluse. A titre de preuve, voici une comparaison entre notre éphémère empereur romain et un célèbre roi (de la pègre), Salvatore Luciana, dit Lucky Luciano (1897-1962), le deuxième capo di tutti capi de la Mafia américaine. « Etonnant, non ? », aurait conclu le regretté Monsieur Cyclopède.

07-Othon-Luciano1

Empereur romain vs. roi de la pègre italo-américain


[1] Othon, denier d’argent, janvier-février 69. A/ : IMP M OTHO CAESAR AVG TR P (Imperator Marcus Otho Cæsar Augustus Tribunicia Potestate) ; R/ : SECVRITAS P R (Securitas Populi Romani). Ce type, ne portant pas la marque du grand pontificat, est antérieur au 9 mars 69. La première émission a été frappée entre la fin janvier et le début février de l’année 69. Le revers est symptomatique d’une grande période de crise : la Sécurité du peuple romain est exaltée à un moment où othon se retrouve isolé avant sa confrontation avec Vitellius. Les exemplaires de la première émission semblent plus rares que ceux de la seconde émission (qui vit la disparition du prænomen Marcus dans la titulature et qui commence en février pour se terminer le 9 mars 69). Indice de rareté : R2.

[2] En revanche, Pierre Corneille trouva le sujet assez fascinant pour lui consacrer une tragédie, Othon, représentée pour la première fois à Fontainebleau devant la Cour en août 1664, puis en l’Hôtel de Bourgogne le 5 novembre 1664 (édition originale en 1665). Dans cette pièce, le dramaturge a employé l’habituel lexique héroïque, mais en y injectant une bonne dose d’hypocrisie et de mesquinerie de cour et de pouvoir : un texte à (re)lire !