Archives de catégorie : 2/ Numismatique

MONETA (14) : AU LARGE DU KENT, L’ « ADMIRAL GARDNER »

LE TRESOR DE L’ADMIRAL GARDNER

 (GOODWIN SANDS, 1809)

Faisons résonner Rule Britannia ou plutôt Heart of Oak ! Petit accroc aujourd’hui à la thématique générale de mes billets estivaux : pour changer un peu, nous parlerons d’un naufrage impliquant non pas de bonnes grosses « pièces de huit » espagnoles en argent, mais d’une « monnaie de singe » anglaise en cuivre. Epave assez récente (enfin de 1809 quand même), coulée dans les eaux froides de la Manche avec une cargaison de 48 tonnes (!) de cash, de flouze, bref de pièces de cuivre destinées aux salariés indigènes de la toute puissante Compagnie anglaise des Indes orientales. Partez sur les traces de cet indiaman à la croisière brutalement interrompue : l’Admiral Gardner.

I. Le bateau

Appartenant à la puissante Compagnie anglaise des Indes orientales (« The Honourable East India Company », en abrégé HEIC), l’Admiral Gardner appartenait à la classe des navires surnommés indiamen, des bâtiments conçus pour transporter en toute sécurité marchandises et passagers vers les possessions britanniques des Indes. Souvent très bien armés, ces trois-mâts étaient, par leur profil et leurs peintures (avec une bande blanche ou jaune courant tout le long de la coque, à hauteur des sabords), taillés pour ressembler aux navires de guerre de la Royal Navy (et leur possibilité de défense se rapprochait, à vrai dire, d’un vaisseau de seconde ligne, autrement dit d’un « deux ponts »[1] : lors de la bataille de Poulo Aura, en 1804, on vit ainsi un convoi d’indiamen repousser une escadre française !). Comme les navires de guerre, leur coque « frégatée » était plus large à la ligne de flottaison afin de conserver la stabilité du navire en dépit de sa lourde charge de canons (sans même parler de la cargaison). Passant par le cap de Bonne-Espérance pour gagner Bombay, Madras ou Calcutta, leur voyage aller-retour vers les Indes durait en général 18 mois.

L’indiaman « Repulse » en 1820, aux East India Docks de Londres

Construit en 1797 dans les chantiers navals de Limehouse, l’Admiral Gardner était un indiaman de beau gabarit, jaugeant 813 tonneaux. Avec ses 145 pieds de longueur et son armement respectable de 23 canons, il était l’un des fleurons de la flotte de la Compagnie.

Le « Admiral Gardner » d’après une gravure de l’époque

Son nom de baptême lui venait de l’amiral Alan Gardner (1742-1809), premier baron Gardner, l’un des plus respectés officiers supérieurs de la Royal Navy, dont le dernier poste, de 1807 à sa mort, fut le commandement en chef de la flotte de la Manche, fonction de première importance face à la France impériale toute proche. Le vieux marin s’était éteint le le 1er janvier 1809 ; par un curieux coup du destin, le bateau qui portait son nom ne devait plus lui survivre un mois…

L’amiral lord Alan Gardner (1741-1809), 1er baron Gardner, par William Beechey

Le 24 janvier 1809, l’Admiral Gardner, sous le commandement du capitaine John Eastfield, appareilla de du port de la Compagnie, à Blackwall, près de Londres. Destination : Madras. A défaut d’être précieuse, sa cargaison était volumineuse et fort lourde : il s’agissait d’un chargement d’ancres, de chaînes, de canons et de lingots de fer (ces derniers pour le compte de la Rose Copper Co., de Redruth, Cornouailles). Le navire transportait aussi et surtout 48 tonnes (!) de pièces de cuivre fraîchement frappées, courant 1808, par un procédé moderne récent : la presse monétaire à vapeur inventée par Matthew Boulton (1728-1809) et mise en œuvre dans sa fabrique de Soho (Soho Mint)[2].

La presse monétaire à vapeur de Boulton-Watt

Stockées à bord dans de petits fûts de bois, ces centaines de milliers de rondelles étaient de deux types : des pièces de 10 « cash » [25,8 mm pour 4,66 grs] et 20 « cash » [30,6 mm de diamètre pour 9,33 grs]. Ce terme de « cash » était une dénomination largement employée dans les Indes pour désigner le petit numéraire, d’après un terme anglais remontant à la fin du XVIe siècle – et dont la première attestation chez un écrivain français se rencontre chez Claudel en 1894 ! Ces pièces constituaient un peu une « monnaie de singe », car il ne s’agissait pas de numéraire frappé par la Couronne, mais d’une émission monétaire privée : des « token » (jetons) que la puissante Compagnie, alors à son apogée, véritable état dans l’état régnant directement sur une bonne partie de l’Asie, réservait au paiement de ses employés et soldats indigènes aux Indes[3].

Pièce de dix « cash », provenant de l’épave de l’ « Admiral Gardner »
Pièce de vingt « cash », provenant de l’épave de l’ « Admiral Gardner »

L’avers représentait les armes accordées à la Compagnie en 1698, l’écu encadré de deux lions portant le drapeau anglais et surmontant la devise « Auspicio regis et senatus Angliæ » (Sous le patronage du roi et du Parlement d’Angleterre). Au revers figurait la valeur, en chiffres romains (« X. CASH. », « XX. CASH. »), mais aussi en farsi, langue en usage dans l’Inde moghole (ده کس دو فلوس است [Dah kas do falus ast], soit « Dix cash font deux fulûs » ; بست کس چهار فلوس است [Bist kas chahar falus ast], soit « Vingt cash font quatre fulûs »). A noter que  ce terme de « fals », « fulûs » au pluriel, était à l’origine une monnaie frappée par les califes des dynasties ommeayades et abbassides : ce nom, venu du follis byzantin, donna bien des siècles plus tard notre argotique flouze !

Le sceau de la Très honorable Compagnie des Indes orientales

 

II. Le naufrage

A peine sorti de la Tamise dans la Manche, en compagnie de deux autres indiamen, le Britannia et l’Apollo, l’Admiral Gardner dut affronter un grain sévère. Dans la lutte contre les éléments, le pilote du navire, John Palmer, se trancha deux doigts accidentellement, en tentant de couper une aussière à la hache. En état de choc, il fut incapable d’assumer sa tâche et le bateau fut poussé irrémédiablement vers les Goodwin Sands. Situé à une dizaine de kilomètres au large des côtés du Kent, ce dangereux et large banc de sable, un redoutable piège à bateaux, culmine jusqu’à seulement 50 centimètres de fond à marée basse…

Les redoutables Goodwin Sands, vus d’avion

Au plus sombre de la nuit du 24 au 25 janvier 1809, ayant perdu son ancre et ses mâts, l’Admiral Gardner désemparé percuta de plein fouet le banc, comme son sister-ship le Britannia. On tenta de mettre la chaloupe à la mer, mais elle fut submergée et coula en un instant. La seule solution était de se cramponner à l’épave en attendant la fin de la tourmente. L’équipage fut finalement être secouru, ne déplorant qu’une dizaine de morts et disparus.

Le naufrage de l’ « Admiral Gardner », d’après une gravure de l’époque

Un jour plus tard, les épaves avaient déjà disparues, balayées par les éléments et littéralement aspirées dans les profondeurs sablonneuses du banc. Une semaine après les faits, on estima que la cargaison était à jamais irrécupérable et aucune tentative de sauvetage ne fut tentée : la perte sèche se monta à 200’000 £ pour la Compagnie.

III. La redécouverte

Oubliée pendant plus de 150 ans, l’histoire de ce naufrage resurgit soudain en 1976. Après avoir dragué du sable dans les Goodwin Sands pour alimenter des chantiers de construction à Douvres, on y trouva par hasard des token de la Compagnie des Indes orientales. Le souvenir de la tragédie fut ranimé dans les esprits, et notamment chez les pêcheurs locaux, et l’épave fut vite identifiée comme l’Admiral Gardner (le Britannia, toujours non localisé, étant porteur d’une importante cargaison de token d’argent, et non de cuivre).

Localisation moderne de l’épave, sur les Goodwin Sands, au large du Kent

Il fallut toutefois attendre 1983 pour que le site exact soit repéré grâce à un pêcheur dont les filets remontèrent de nouveaux token. L’année suivante intervint la première entreprise de récupération, menée par les plongeurs de la EIC Diving Group. Les résultats furent immédiats et conséquents : durant cette campagne, ce sont plus d’un million (!) de token qui auraient été ramassés au fond, sans parler d’un baril intact contenant à lui seul 28’000 jetons.

Un baril retrouvé intact, avec ses 28’000 « token » soudés en bloc

Les conditions de plongée étaient difficiles, en raison des courants et de la faible visibilité, limitant les fenêtres opérationnelles à deux heures par jour. Il fallait aussi compter avec la très grande mobilité des sables : le site découvert par les courants risquait d’être à nouveau enseveli à la moindre tempête un peu sérieuse.

Un tapis de « token » de cuivre, parmi les débris de leurs barils
Les monnaies neuves, à peine sorties des presses, ont subi les atteintes de l’eau salée pendant 175 ans : leur cuivre a souvent pris une patine oxydée noire et les plus exposées ont vu leur gravure s’estomper

 

L’entreprise attira l’attention des autorités qui classèrent le site en 1985… avant de s’apercevoir qu’il n’était pas dans la limite des eaux territoriales (3 nautiques seulement à cette époque). Quatre ans plus tard, cette limite étant portée à 12 nautiques, le site fut à nouveau inscrit et protégé. Entre-temps, les mouvants Goodwin Sands s’étaient refermés sur l’épave, qui réapparut de manière sporadique au fil des ans : le site de l’Admiral Gardner fut ainsi à nouveau accessible en août 1993, puis en mai 1995 (donnant lieu à une mission de l’Archaeological Diving Unit, qui put observer la structure du bateau et ses canons de fer). En juin 1999, un examen au magnétomètre à protons montra que le site, à nouveau légèrement recouvert, demeurait fort bien préservé ; un an plus tard, il était complètement enseveli sous le sable.

Des « token » sortis par milliers du sable des Goodwin Sands

Ce sont donc des centaines de milliers de pièces qui ont été sorties du sable durant la campagne de fouilles de 1984-1985. Cette profusion explique qu’il soit aisé de se procurer ces « jetons » à des prix très modiques : l’occasion pour tout un chacun d’obtenir une véritable « pièce d’épave » pour quelques dizaines d’euros !

Outre les deux pièces montrées ci-dessus, j’ai eu la bonne chance de mettre la main sur un « bloc » (clump) d’une demi-douzaine de token encore soudés par les concrétions, chose qui m’aurait été impossible pour un bloc semblable de « pièces de huit » venant d’une épave espagnole (comptez dans les 3000 à 5000 dollars dans ce cas de figure !).

Un conglomérat de « token » provenant de l’ « Admiral Gardner ». Une pièce a été nettoyée, formant un contraste saisissant avec ces voisines encore concrétionnées et oxydées
Vue arrière du même « clump », montrant bien les concrétions marines et le produit des oxydations du cuivre

Une seule de ces pièces a été traitée et nettoyée, affichant les armes orgueilleuses de la Compagnie anglaise des Indes orientales : le tout forme un très bon résumé de l’histoire de l’Admiral Gardner, fleuron naufragé d’une des plus puissantes compagnies privées ayant jamais existé.

Nicolas Ducimetière

Loisin, 21 août 2017


NOTES

[1] Jaugeant 1400 tonneaux et longs de 53 mètres, les deux plus grands indiamen du début du XIXe siècle, le Earl of Mansfield et le Lascelles, furent d’ailleurs rachetés par la Royal Navy qui les transforma en vaisseaux de 56 canons, sous le nom de HMS Weymouth et HMS Madras. Autre exemple, le Lord Warley, de 1100 tonneaux, connut le même destin : sous le nom de HMS Calcutta, il fut capturé par la marine française, puis brûle par la Navy lors de la bataille de l’île d’Aix en 1809…

[2] Vers le milieu du XVIIIe siècle, près des deux tiers des monnaies anglaises de cuivre en circulation étaient de faux. Afin d’améliorer la qualité de la frappe et donc compliquer le travail des faussaires, Boulton proposa les services de sa presse à vapeur, qui pouvait frapper avec une grande régularité 70 à 84 pièces à la minute. Les premières machines furent installées à Soho en 1788 et gagnèrent vite la clientèle de la Compagnie des Indes orientales. Boulton la décrivit dans ces termes à son ami le naturaliste Joseph Banks : « Elle frappera des pièces bien plus vite, bien plus facilement, avec moins de personnes, pour moins cher et avec une qualité bien supérieure à toute autre machine jamais utilisée pour frapper de la monnaie… La pose des pièces ou les flancs sur les coins ne demande pas de précision et elle peut être faite aussi vite que l’on veut. Elle peut travailler nuit et jour sans fatigue grâce à deux équipes de garçons. La machine garde le compte des pièces frappées et ce dernier ne peut être modifié par toute personne employée. L’appareil frappe une inscription sur le flanc avec le même coup qui frappe les deux faces. Elle frappe le champ des pièces de manière bien plus brillante que toute autre presse. Elle crée des pièces parfaitement rondes, toutes du même diamètre et avec exactement la même concentricité, ce qui ne peut pas être fait par les autres machines actuellement utilisées ».

[3] Longtemps en usage en Angleterre même pour pallier à certaines époques au manque de matières précieuses, mais finalement interdits en 1817, ces token furent ensuite utilisés dans les colonies (pas moins de 35 territoires à travers la planète). En plus de ceux émis par le gouvernement (150 variétés à Ceylan, 214 en Australie entre 1835 et 1863, 597 au Cap entre 1814 et 1910 !), il en existait beaucoup frappés par des compagnies privées, ce qui fut le cas en Inde avec la East India Company et ses différentes presidencies. A noter que la North West Company (plus connue sous le nom de « Compagnie de la Baie d’Hudson ») avait établi une unité monétaire bien à elle : ni penny, ni cash, mais la peau de castor ! Il existait ainsi des jetons d’un castor, d’un demi-castor, d’un quart, d’un huitième de castor…

En plus des token en cash, la Présidence de la Compagnie à Madras utilisait parallèlement deux devises, le fanam et la rupie, selon ces équivalences de valeur :

  • 1 fanam = 80 cash
  • 1 rupee = 12 fanam
  • 1 pagoda d’or = 3,5 rupees = 42 fanam = 3360 cash

MONETA (13) : AU LARGE DE MADAGASCAR, LE «SANTIAGO»

LE TRESOR DU SANTIAGO

(BASSAS DA INDIA, 1585)

Le naufrage de la riche nef portugaise Santiago en 1585 est sans doute l’un des plus connus et documentés de l’époque. Intervenue sur un des endroits les plus inhospitaliers de la planète, les « Bassas da India », dans le canal du Mozambique, cette tragédie humaine marqua les esprits et les relations laissées par les quelques survivants furent des succès d’édition à travers l’Europe. La catastrophe ne fut cette fois pas le fruit d’une tempête, mais d’une criminelle erreur de navigation… Il fallut attendre près de quatre siècles pour que l’épave et son riche trésor soient finalement retrouvés.

I. Le bateau

La nef (ou sao) Santiago était un lourd bâtiment au long cours, alliant une grande capacité de stockage et un armement puissant : en somme, une sorte de galion commercial.

Jaugeant 900 tonneaux, il mesurait environ 50 mètres de long pour une largeur maximale de 16,5 mètres. Défendu par douze canons de bronze (deux « camelos », deux « esperas » et huit « berños » aussi désignés comme « falconetes » en raison de leurs dimensions), il embarqua pour son dernier voyage pas moins de 450 personnes, membres d’équipage et passagers (dont trente femmes et plusieurs enfants). Le navire était commandé par le capitaine-général Fernão de Mendonça, assisté du pilote Gaspar Gonçalves et du maître d’équipage Manuel Gonçalves.

Caravelle portugaise vue par Cranach, dans son tableau « La Chute d’Icare »

Le 10 avril 1585, le Santiago appareilla de Lisbonne, pour se rendre dans la riche cité de Goa, en Inde. Le navire était la nef capitane d’un convoi comptant cinq autres navires : les nefs São Salvador, Santo Alberto, Saõ Lourenço et le galion Saõ Pedro (qui rebroussa rapidement chemin en raison d’avaries). En fait, le convoi se dissémina tout au long de la route et les bateaux arrivèrent en Inde de manière très dispersée, après s’être perdus de vue les uns après les autres. En ce qui concerne le Santiago, le voyage suivit son cours de manière à peu près normale : croisement des îles du Cap Vert le 1er mai (Saint-Jacques) ; passage de l’équateur le 28 mai ; au large de Tristan da Cunha vers la fin juin ; arrivée en vue du cap de Bonne-Espérance le 12 juillet. Le tout rythmé par de nombreuses messes et autres fêtes religieuses pour préserver le moral des passagers, à défaut de leur santé : le scorbut avait déjà fait son apparition chez les passagers les plus faibles.

Bateaux doublant le cap de Bonne-Espérance, sur une carte hollandaise du XVIIe siècle

Il fallut plus de deux semaines pour doubler le cap, en raison de vents contraires persistants. Se posa alors la question de la route à suivre. A partir de Bonne-Espérance, les nerfs portugaises gagnaient en effet l’Inde par deux voies : la route « externe » (por foras) qui passait par l’Océan Indien, au large et à l’est de Madagascar, ou la voie « interne » (por dentros) qui empruntait le canal du Mozambique, entre la côte africaine et Madagascar. Ce choix était dicté par le calendrier des moussons, sachant qu’il y avait un risque de rester bloqués pour hivernage soit à Moçambique, soit à Cochin (sud de l’Inde). Sous la pression des marchands soucieux d’arriver le plus rapidement possible, la « route externe » fut d’abord choisie, mais, le 16 août, de violents vents d’ouest incitèrent le pilote à emprunter finalement la « route interne », le canal du Mozambique.

Le canal du Mozambique sur un portulan du début du XVIe siècle : aucune île, aucun récif n’est encore porté entre la côté africaine et Madagascar.

 

II. Le naufrage

Or, le canal du Mozambique est un endroit dangereux, semé d’îlots et de récifs affleurant ; aujourd’hui encore, à l’heure du positionnement par satellite, sa navigation demeure difficile : alors que dire du XVIe siècle, quand les marins avançaient à l’estime, à partir de cartes et portulans sommaires ? Ces bouts de terre, dont la majeure partie font partie des Territoires français d’Outre-Mer sous le nom significatif d’ « Iles éparses », se nomment Europe, Tromelin, Glorieuses ou Juan de Nova, sans même parler de la plus importante Mayotte. En fait aussi partie le redoutable récif des « Bassas da India ». Située à environ 400 kilomètres de l’Afrique et de Madagascar (soit en plein milieu du canal du Mozambique), cette barrière de corail forme un anneau d’environ douze kilomètres de diamètre, ceinturant un lagon peu profond, le tout placé au sommet d’un ancien volcan sous-marin issu de nulle part (ce qui explique que rien ne signale l’arrivée du banc à la sonde : on passe de profondeurs de plusieurs centaines de mètres à l’affleurement, sans aucun préavis).

Carte des Bassas da India et de ses eaux : le cercle rouge désigne la zone du naufrage du « Santiago »

À part quelques rochers « culminant » à un peu plus de deux mètres d’altitude, ces coraux et bancs de sable sont presque entièrement submergées à marée haute ; au mieux, on se déplace avec de l’eau jusqu’au genou à marée basse.

Vue aérienne des Bassas da India, depuis le nord-est

Ce lieu impropre à toute vie avait été découvert vers le début du XVIe siècle par un navigateur portugais nommé Lopo de Abreu. En novembre 1505, l’ordre de mission donné à un capitaine partant pour Goa stipule de reconnaître la position exacte de ces hauts fonds, « pour la sécurité de la ligne des Indes ». L’année suivante, l’atoll gagne son premier nom, « Baixos da Judia » (Bancs de la Juive), d’après le nom du bateau Judia du capitaine João Colaço. Les portulans enregistrent pour leur part cette barrière naturelle aux environs de 1513 (carte de Francisco Rodrigues, conservée à la Bibliothèque de l’Assemblée nationale).

« Bassas da India » portées sur la carte de Le Testu (1555), sous la forme de hauts-fonds

Le pilote du Santiago, Gaspar Gonçalves, avait bien connaissance du banc, comme d’ailleurs d’autres membres d’équipage et passagers. Il commit pourtant une erreur grossière de navigation, en fixant la position de son bateau à « 22° un tiers », ce dont tentèrent de l’avertir certains officiers et marins « qui firent eux aussi le point, trouvèrent 22° et demi, ce qui était juste, et avertirent aussitôt qu’ils allaient s’échouer cette nuit sur le banc de la Juive »[1]. A l’écoute de ces débats inquiétants, le malaise régnait et plusieurs passagers auraient eu des prémonitions, comme cet « enfant de sept ans, qui dormait avec son père, se réveilla en sursaut, peu avant l’accident, et lui dit que la nef éclatait en morceaux »[2]. Pourtant, dans la soirée du 19 août, on avait vu disparaître les oiseaux « alcatrazes » (albatros ou mouettes ?)  qui suivaient le bateau depuis la veille. Certains avaient voulu en conclure que les terres les plus proches, autrement dit les bancs, avaient été dépassées.

Une nef approchant de « Bassas da India », sur une carte hollandaise du XVIIe siècle

Le drame était dès lors inévitable. Le 19 août 1585, vers 22 heures et sans le moindre préavis des vigies, « le navire, qui filait toutes voiles dehors, poussé en poupe par un vent meilleur qu’ils n’en avaient jamais eu depuis le départ, heurta de plein fouet le banc. (…) Le navire donna trois terribles chocs, dans lesquels toute la carène fut arrachée et renversée, car le haut-fond était escarpé, puis elle fut rejetée sur les récifs. La partie haute du vaisseau heurta à son tour le banc. Deux des ponts furent mis en pièces et les deux ponts supérieurs, portant la mâture et les voiles poussées par le vent, vinrent s’encastrer sur les récifs. (…) Sous la force de l’impact, le mât se brisa au ras du deuxième pont, au niveau de l’étambrai, puis on trancha ses haubans et il s’abattit complètement. Il est certain que si le vent avait soufflé quelque peu moins fort, tout le monde aurait coulé à pic en un rien de temps »[3].

Le naufrage du « Santiago », selon un gravure de Pierre Bret (« Tabularum geographicum… », 1606)

Drossée sur la barrière de corail, la nef se désintégrait peu à peu dans un bruit de cauchemar, au milieu du fracas des vagues. Voyant leur fin prochaine, les passagers et membres d’équipage demandaient à grands cris la confession aux six prêtres et moines présents sur le bateau : toute la nuit passa ainsi. Comme le raconta le père Pedro Martins, « ce naufrage, nonobstant, eut des circonstances qui en font à mon avis le plus effroyable ou l’un des plus effroyables et horribles qu’il y eut au monde. La première fut le temps, à savoir une nuit des plus ténébreuses où l’on ne voyait ni ciel ni terre, et à peine les rouleaux de la mer qui nous submergeaient sans relâche. La seconde, de nous avoir pris en plein sommeil, si bien que nous étions presque tous semi-dénudés. La troisième, d’avoir été de minuit jusqu’à l’aube en une continuelle agonie de la mort, parmi les débris du tillac sur lequel les vagues déferlaient sans cesse, sans oublier les cris et lamentations de tous (…). D’autres étreignaient les deux croix, l’une du château de poupe, et l’autre de celui de proue, en versant mille lamentations et mille larmes. En cette nuit des plus obscures passée au milieu des vagues, accrochés à nos bouts de planches, nous n’entendîmes que des cris, des pleurs “Seigneur Dieu !”, “Miséricorde !” : chacun n’avait d’autre soin que de sauver son âme, car nous tenions tout le reste pour perdu, et, en cette immense affliction, nous fûmes tous occupés à mourir sans jamais cesser de mourir »[4].

Le lever du jour n’apporta guère d’encouragements : les naufragés se découvrirent perdus sur un récif sans la moindre terre émergée, flottant au milieu des débris échappés de leur navire brisé en trois morceaux : « la proue, la poupe et le flanc faisaient une sorte de triangle, avec au nord une brèche (…). Ces trois parties formaient en leur centre un vaste bassin, dans lequel un homme, même grand, n’avait pas pied à marée haute, et où l’eau montait au genou à marée basse ». A cette heure, on estimait à douze le nombre de victimes du naufrage à proprement parler ; autant devait périr dans la matinée en essayant de récupérer des débris de bois pour en faire des radeaux. Le capitaine-général Fernão de Mendonça, accompagné du maître d’équipage Manuel Gonçalves et d’une vingtaine de marins et de passagers (dont un enfant de neuf ans que son père avait caché), tenta de reconnaître des rochers à l’autre bout du lagon, qui semblaient constituer un îlot. Peine perdue, et voyant la cause désespérée, les occupants du canot décidèrent (contre l’avis du capitaine-général, a-t-on dit) de mettre le cap vers la côte africaine.

La fuite des embarcations et l’abandon des passagers sur l’épave du « Santiago »

Ce premier abandon fut rapidement suivi de plusieurs autres. Un radeau emmena ainsi une quinzaine de personnes dirigée par le second pilote Rodrigo Miguéis  qui dut abandonner sur le récif son fils grièvement blessé par les coraux… Puis ce fut le tour du pilote principal, auteur du naufrage. La grande chaloupe du navire, bien qu’endommagée, avait pu être réparée et un groupe d’environ 70 hommes, comprenant le pilote Gaspar Gonçalves, la mena vers le groupe de rochers déjà évoqué. Ils laissaient derrière eux sans doute 200 à 300 personnes, dont 90 environ tentèrent de nager vers la frêle embarcation : « quelques femmes et quelques hommes tentèrent de s’accrocher au bord, et les passagers durent les frapper pour les faire lâcher »[5]. Les plus désespérés furent même repoussés à coups d’épée, assénés sur les mains qui tentaient d’agripper le rebord… La barque se dirigea ensuite sur les cailloux formant le seul point culminant de l’atoll, où d’autres naufragés s’étaient déjà réfugiés. On assista alors à de nouvelles scènes déchirantes : « ils s’approchaient, nus, avec de l’eau jusqu’à la poitrine. Toute la nuit ne fut qu’une longue clameur, car ils criaient sans cesse à cause de la froideur de l’eau et des douleurs qui les accablaient. On n’entendait que les gémissements, les lamentations et les hurlements qu’ils adressaient aux gens de la barque »[6]. Au moment de prendre le large, l’indigne pilote refusa d’embarquer tous les présents et dix-sept personnes furent contraintes, sous la menace, de débarquer sur le récif ou de sauter plus tard à la mer…  Quatre radeaux prirent encore la mer de conserve avec la barque, portant chacun entre vingt et cinq personnes chacun, mais un seul survécut à la traversée.

Le trajet des survivants du « Santiago » vers la côte africaine : en vert, le premier radeau ; en orange, l’esquif du capitaine Fernao de Mendonça ; en violet, la chaloupe du pilote et le second radeau.

Au total, ce sont quatre embarcations (l’esquif du capitaine-général, la barque et deux radeaux) qui touchèrent terre, après huit à douze jours de mer, sur la côté du Mozambique, à hauteur de Quelimane. Après bien des vicissitudes (maladies, attaques indigènes, etc.) qui décimèrent encore leurs rangs pendant plusieurs mois, seule une soixantaine de survivants (uniquement des hommes, en premier lieu des officiers, marins, religieux ou riches passagers) put finalement arriver à bon port. De Goa, le 9 décembre 1586, le père jésuite Pedro Martins (1541-1597, futur évêque de Funaï au Japon) rédigea une description du drame : imprimé l’année suivant au Portugal, ce récit connut un grand succès, étant traduit en français et italien dès 1588. Plusieurs autres relations, dont celle de Manuel Godinho Cardoso (parue en 1602), contribuèrent à faire de ce naufrage l’un des plus célèbres et des plus documentés de l’époque.

Le récif des Bassas da India et le naufrage du « Santiago » font l’objet d’un chapitre particulier des « Tabularum geographicum » de Pierre Bert, parues pour la première fois en 1600
Relation du naufrage par Manoel Godinho Cardozo, rééditée dans les « História trágico-marítima » de Bernardo Gomes de Brito (tome II, 1736).

On connaît le destin ultérieur de quelques-uns des rescapés, notamment celui de l’indigne pilote Gaspar Gonçalves. Mis en accusation à son retour en Europe, celui-ci parvint à être blanchi, en prétextant que le banc du naufrage n’était pas celui des « Baixos de Juda », mais un autre, encore inconnu. Il obtint un nouveau poste en 1588, sur la même ligne, « et peu s’en fallut qu’il exposât ce second vaisseau au même danger sur ces mêmes écueils, si au lever du jour il ne les avait découverts »[7] ! C’est finalement au retour de ce voyage que son incompétence le rattrapa : il disparut dans le naufrage de son navire aux environs du cap de Bonne-Espérance… Même destin pour le second pilote Rodrigo Miguéis : devenu officier-pilote de la nef Santo Alberto, il sombra avec elle dans le sud-est de l’Afrique en 1593.

Astrolabe des pilotes du « Santiago », retrouvé sur le site et aujourd’hui conservé au Musée de la Marine, à Lisbonne

 

III. La redécouverte

Hostiles et presque inaccessibles, les « Bassas da India » ne constituèrent jamais un objet de destination, sinon malencontreuse (comme pour le navire Sussex, de la Compagnie anglaise des Indes, qui s’y échoua en avril 1738, non loin du site du Santiago). Au contraire, on veilla soigneusement à les éviter pendant des siècles. Jusqu’au 22 août 1897, date à laquelle le ministère des Colonies envoya sur place le croiseur léger Fabert afin de prendre  possession officielle de ce récif au nom de la France. Dans son rapport, le capitaine de vaisseau Forestier, impressionné par ce paysage dantesque, nota qu’ « on peut voir du reste sur le récif quelques ancres provenant certainement de naufrages »[8].

Une ancre et un canon du « Santiago » posés sur le récif, vus d’hélicoptère (état 2007). [image extraite du documentaire « Le Secret du trésor de Bassas da India »]

La dangerosité de la zone explique qu’aucune tentative de récupération de la cargaison du Santiago n’ait jamais été menée à l’époque. Et pourtant, le trésor transporté par le Santiago avait de quoi attirer les convoitises ! Voici ce que dit à cet égard la relation de Manuel Godinho Cardoso : « Cette nef, de l’avis général, était la plus riche et la mieux garnie de toutes celles qui étaient parties du Portugal depuis des années. Et bien que l’on eût jeté de la monnaie par-dessus bord à pleins sacs, le gaillard était encore jonché de pièces de huit réaux, mais les gens s’en souciaient alors si peu qu’ils les foulaient aux pieds sans même les regarder, mis à part quelques personnes du commun qui, par cupidité, en remplissaient des bourses, qu’ils comptaient emporter avec eux sur des radeaux »[9].

Même récit de la part de Pedro Martins : « Je notai deux grandes nouveautés dans ce désastre. La première fut de constater que le plancher de poupe de la nef étant semé de milliers de pièces, tous avaient marché dessus sans que personne ne daignât s’abaisser pour les ramasser, et en vérité elles se trouvaient bien là à leur place. Le second fut de voir qu’au seuil de la mort, il y en eut qui se mirent à s’emparer soudain de cet argent, alors qu’ils n’avaient plus la volonté de se nourrir ni de boire, choses bien plus nécessaires à la vie ; et son pouvoir trompeur était tel que quelques-uns en avaient mis des sacs pleins dans la barque et d’autres remplis leurs poches. Ils disaient qu’à terre il serait utile pour acheter leur liberté et de quoi manger : en fait, bien moins que ce qu’ils emportaient aurait suffi, mais ils lui faisaient davantage confiance qu’à la miséricorde de Dieu, qui pourtant nous sauva miraculeusement de ce naufrage »[10]. L’abondance monétaire était telle qu’on put employer les ballots d’argent pour compléter l’équipement de fortune des embarcations : ainsi, la barque fut dotée d’une ancre-grappin formée de six gros coins métalliques pris à l’artillerie de bord et surtout d’ « un sac contenant 13’000 cruzados »[11]. Ces « pièces de huit » espagnoles étaient destinées au commerce, à l’achat des épices et soieries du comptoir de Goa, et elles constituaient l’un des étalons monétaires mondiaux. Leur présence sur une nef portugaise n’est donc pas étonnante, d’autant plus que le Portugal avait été réuni à l’Espagne cinq ans plus tôt (et le demeura jusqu’en 1640).

Pièces de huit provenant du « Santiago ». [image extraite du documentaire « Le Secret du trésor de Bassas da India »]

L’isolement et la désolation des lieux protégèrent donc l’épave du Santiago durant près de quatre siècles, jusqu’à ce qu’un Suisse nommé Ernst Klaar entende parler de ce naufrage par le livre Treasures Diver’s Guide.

Le découvreur du « Santiago », Ernst Klaar, dans sa maison de Bâle en 2007. [image extraite du documentaire « Le Secret du trésor da Bassas da India »]
Souvenir de la découverte : Klaar porte toujours cette pièce de quatre reales montée en médaillon. [image extraite du documentaire « Le Secret du trésor de Bassas da India »]

L’homme n’avait pas le profil-type de l’aventurier pilleur d’épaves, ni du chasseur de trésors professionnel bardé de matériel high-tech et d’investisseurs. C’est tout bonnement en famille, avec femme et enfants, qu’il se rendit sur le site en décembre 1977, dans un voilier de plaisance ! Parcourant le récif, il parvint à localiser le site du naufrage, marqué par les ancres et l’artillerie du Santiago.

Un des canons du « Santiago » à fleur d’eau. [image extraite du documentaire « Le Secret du trésor de Bassas da India »]

La récupération était des plus aisées : il suffisait de se pencher pour relever les vestiges. En trois ans, et avec un matériel assez rudimentaire (le voilier d’origine fut tout de même remplacé par un ketch), douze canons, une astrolabe, divers artefacts et surtout des kilos de monnaies (soit des milliers de « pièces de huit ») furent ainsi récupérés.

Des monnaies pêchées à la main, dans quelques centimètres de sable. [image extraite du documentaire « Le Secret du trésor de Bassas da India »]
Remontée d’un sac de pièces d’argent sur le pont. [image extraite du documentaire « Le Secret du trésor de Bassas da India »]
Les pièces de huit sont oxydées et soudées par les chlorures. On distingue la croix du revers sur la première de la pile. [image extraite du documentaire « Le Secret du trésor de Bassas da India »]

C’est donc parmi ces kilos de monnaies corrodées que se trouvait cette « pièce de huit » en particulier, non pas frappée à Mexico ou Potosi, mais sur les bords du Quadalquivir, dans l’andalouse Séville. Après quatre siècles passés sur un récif hostile, à taper contre le corail et à se faire ronger par l’eau salée de l’océan, je trouve qu’elle a encore fière allure, avec ses grands armes de Philippe II d’Espagne presque intactes !

Si ces monnaies se récupéraient aisément, coincées dans les anfractuosités du corail ou dissimulées sous quelques centimètres de sable (comme le montrent les images ci-dessus), il fut plus délicat pour Klaar de relever les lourds canons de bronze, d’abord soulevés du récif par des flotteurs de fortune, puis hissés à bord par un palan (pour un total de sept tonnes)…

Par le biais d’une société baptisée « Santiago Marketing Ltd. », ces objets furent proposés à des particuliers, mais en premier lieu à différents musées : les principaux acheteurs furent ainsi le South African Natal Museum, mais aussi le très célèbre Museu de Marinha de Lisbonne.

Un des canons du « Santiago » à son arrivée dans un musée d’Afrique du Sud [image extraite du documentaire « Le Secret du trésor de Bassas da India »]

D’autres équipes, sud-africaines cette fois, prirent le relais, l’une d’elle étant même appréhendée en flagrant délit sur le récif en 1983 par un bâtiment de la Marine française en patrouille. Car c’est là que le bât blesse : ce lopin de corail est un « territoire de la République », comme l’on dit. Et le droit français, certes républicain mais hérité en droite ligne des pratiques de nos bons rois, assure à l’Etat la propriété pleine et entière de toute épave et de son contenu. Ce qui explique d’ailleurs que je ne possède bien entendu pas la monnaie présentée ci-dessus (ou peut-être que si ? allez savoir !). Bref, au-delà de l’indéniable intérêt archéologique du site, c’est aussi une question de principe de propriété. Il faut dire que depuis la prise de possession de 1897, bien de l’eau avait ruisselé sur ce corail et cette épave, sans beaucoup de marques d’intérêt de l’Etat français. Cette affaire de pillage va réveiller un peu l’administration, d’autant que les protestations officielles auprès du Portugal (pays ami) et de l’Afrique du Sud (un peu moins ami à l’époque) resteront lettres mortes. En 1987, une expédition officielle, avec de lourds moyens (financés d’ailleurs en partie par du mécénat privé), est envoyée sur zone. Las : alors que le site est tout juste repéré, un membre de l’équipe tombe dans un trou du récif et est attaqué par une murène qui le mord cruellement, faisant craindre pour sa vie. Puis c’est un cyclone qui arrive, balayant du bateau Fish Eagle toute la logistique d’assistance : il faut plier bagage après seulement quinze jours sur zone. Une seconde mission reviendra bien sur les « Bassas da India » … mais vingt ans plus tard ! Cette fois, c’est la menace bien réelle des pirates somaliens qui obligera à un nouveau retrait précipité. Bilan : les canons et ancres encore présents sur le site (et repérés par hélicoptère) attendent toujours à cette heure qu’une expédition archéologique française officielle vienne enfin les relever, quarante ans (!) après la première prise de conscience d’un pillage… On peut sans doute se féliciter de la mise en place d’arsenaux législatifs fort sévères, censés prévenir le pillage désastreux de ces sites. Mais ces lois coercitives et autres prétentions étatiques tonitruantes, pour ne pas se résumer à de faciles, mais stériles rodomontades, devraient être suivies d’actions de récupération et de sauvegarde rapides, efficaces et pragmatiques. C’est loin d’être le cas. Et l’alternative, en définitive, demeure la suivante :

  • laisser se perdre définitivement, par l’action corrosive de l’eau de mer et des éléments déchaînés, l’ensemble de ce patrimoine, en attendant l’éventuelle (ré)action de son « légitime propriétaire »  ?
  • pouvoir admirer, dans au moins deux musées et d’innombrables collections privées (dont beaucoup arriveront, tôt ou tard, dans des fonds publics, par rachat, dation ou donation, voire saisie), des objets sauvegardés pour le futur ?

A titre personnel, mon choix est fait, motivé en premier lieu par le devenir et la sauvegarde de ces objets, non par des motifs plus ou moins idéologiques : c’est sans doute faiblesse de ma part ?

Si vous voulez en savoir plus sur le naufrage du Santiago, n’hésitez pas à vous procurer en premier lieu chez votre libraire l’édition moderne des relations de Godinho et de Martins, parue en 2006 aux Editions Chandeigne,  dans une traduction de Philippe Billé et Xavier de Castro, avec un avant-propos historique de Michel L’Hour (patron de l’archéologie sous-marine française).

Vous pourrez prolonger très utilement votre lecture avec un film documentaire d’une heure, « Le Secret du trésor de Bassas da India« , réalisé par Karel Prokop pour Arte et consacré à l’expédition de 2007. Vous pouvez cliquer sur le titre ci-dessus pour visionner ce film sur YouTube : c’est à voir, l’enquête est passionnante, les images superbes, le dépaysement garanti !

Nicolas Ducimetière

Plouhinec, 20 juillet 2017


NOTES

[1] Le Naufrage du Santiago sur les »Bancs de la Juivre » (Bassas da India, 1585), Paris, Chandeigne, 2006, p. 55 (« Relation de Manuel Godinho Cardoso »).

[2] Naufrage du Santiago, op. cit., p. 51, note 1 (récit de Diogo do Couto).

[3] Naufrage du Santiago, op. cit., p. 51-52 (« Relation de Manuel Godinho Cardoso »).

[4] Naufrage du Santiago, op. cit., p. 141-142 (« Lettre de Pedro Martins »).

[5] Naufrage du Santiago, op. cit., p. 69 (« Relation de Manuel Godinho Cardoso »).

[6] Naufrage du Santiago, op. cit., p. 70 (« Relation de Manuel Godinho Cardoso »).

[7] Naufrage du Santiago, op. cit., p. 62, note 1 (Linschoten, Itinerio…, 1595, ch. 92).

[8] Cité dans Naufrage du Santiago, op. cit., p. 12 (préface de Michel L’Hour).

[9] Naufrage du Santiago, op. cit., p. 65 (« Relation de Manuel Godinho Cardoso »).

[10] Naufrage du Santiago, op. cit., p. 164 (« Lettre de Pedro Martins »).

[11] Naufrage du Santiago, op. cit., p. 68 (« Relation de Manuel Godinho Cardoso »).

IMAGES

La plupart des images cinématographiques employées pour ce billet sont extraites du documentaire « Le Secret du trésor de Bassas da India », et notamment des films Super8 réalisés sur le site à la fin des années 1970 par Ernst Klaar.

MONETA (12) : AU LARGE DE LA NOUVELLE-ORLEANS, « EL CAZADOR »

LE TRESOR DU CAZADOR

(GOLFE DU MEXIQUE, 1784)

Retour dans la Mer des Caraïbes pour ce troisième billet « pièce de huit / trésor englouti » ! Avec une nouvelle preuve de l’ « effet papillon », ou comment le naufrage d’un petit brigantin espagnol avec son trésor a eu des répercutions inattendues et considérables sur l’histoire mondiale… Voyons comment.

I. Le bateau

Bateau léger, manœuvrable et rapide, El Cazador (« Le Chasseur ») était un petit brick de guerre espagnol à deux mâts, portant 16 canons et un équipage d’une cinquantaine d’hommes, sous les ordres du lieutenant de vaisseau Gabriel de Campos y Piñeda.

II. Le naufrage

Depuis 1762 et la signature du traité de Fontainebleau, qui marquait la fin de la Guerre de Sept Ans, la Louisiane, jadis colonie française, avait été cédée à l’Espagne, qui récupérait ainsi un territoire immense, se comptant en millions de kilomètres carrés, tout au long du Mississippi, de La Nouvelle-Orléans au Canada. Mais la situation économique de cette colonie difficile à gérer s’était peu à peu dégradée, notamment en raison d’un trop grand usage du papier monnaie, jusqu’à l’amener au bord de la banqueroute : il fallait réagir en injectant une grosse quantité de monnaies sonnantes et trébuchantes.

Le 20 octobre 1783, le navire El Cazador quitte ainsi l’Espagne pour une mission de la plus haute importance : accomplir le transport de fonds destiné à sauver la Louisiane espagnole. Le bateau cingle vers le port de Veracruz, au Mexique, où il charge la somme considérable de 450’000 reales, en pièces d’argent fraîchement frappées à Mexico : des pièces de un demi, un, deux, quatre et huit reales (les fameuses « pièces de huit »), à l’effigie du roi Charles III. Sa précieuse cargaison en cale, le brick appareille le 11 janvier 1784 pour La Nouvelle-Orléans. Mais on l’y attendra en vain : le navire disparut corps et biens, quelque part dans les eaux du golfe du Mexique. Que se passa-t-il ? Toutes les hypothèses ont été avancées, jusqu’à une rencontre malencontreuse avec des pirates. En réalité, le Cazador fut probablement victime d’une des très violentes tempêtes enregistrées par les chroniques en ce début d’année 1784. Au terme d’une attente anxieuse, les autorités royales espagnoles finirent par enregistrer officiellement la perte du navire au mois de juin 1784.

Les conséquences de cette perte sèche furent dramatiques pour la position de l’Espagne au Nouveau-Monde. Cette tentative de consolider la situation économique de la Louisiane espagnole, qui avait saigné à blanc le Mexique, ne put être renouvelée et la décision de revendre la colonie à la France en 1800 en découla directement. Trois ans plus tard, l’immense territoire changeait encore de mains, cédé par Napoléon aux jeunes Etats-Unis pour 15 millions de dollars : les USA doublaient ainsi d’un coup leur surface et se voyaient offrir leur expansion vers l’Ouest. Aussi n’est-ce pas tout à fait sans raison qu’on a prétendu (assez commercialement) voir dans cet épisode maritime « le naufrage qui a changé la face du monde » !

III. La découverte

Disparu mystérieusement en pleine mer et sans le moindre témoin, El Cazador aurait pu demeurer pour l’éternité au fond des eaux. Mais le hasard s’en mêla. Le 2 août 1993, le chalutier de pêche Mistake, commandé par Jerry Murphy, accrocha ses filets sur un obstacle par 100 mètres de fond, à environ 50 miles au sud de La Nouvelle-Orléans. Pensant avoir agrippé un rocher, les pêcheurs remontèrent leurs lignes et découvrirent à l’intérieur de leurs filets des blocs compacts de rondelles noirâtres : des pièces d’argent oxydées.

Toutes frappées à Mexico peu de temps avant le voyage (millésime 1783 principalement), ces monnaies étaient du type « busto », qui remplaça en 1773 les columnarios, en faisant apparaître le buste en profil du souverain espagnol. L’examen des monnaies, et principalement leurs dates de frappe concordantes, amena à soupçonner l’identité de l’épave, par la suite confirmée quand les fouilles mirent à jour divers artefacts : canons, cloche du navire, etc.

Trois monnaies issues de cette épave sont venues enrichir mon médaillier. La première est une « pièce de huit » de type « busto » et à la date de 1783 : la monnaie type de la cargaison du Cazador, dans un état plus que correct (seule la bordure du portrait a subi la corrosion propre à l’eau de mer).

Voici mon second exemplaire de même provenance, mais qui a davantage souffert de son séjour dans l’élément marin, ce qui le rend également intéressant (et d’autant plus émouvant).

On constate en effet à quel point l’argent des « pièces de huit » subit une réaction d’ordre chimique, le métal se changeant peu à peu en chlorure d’argent au contact de l’eau de mer salée. Une couche, voire une gangue, se forme alors autour de la monnaie. Le processus sera plus ou moins fort selon la salinité de l’eau, sa température, les courants, l’exposition de la monnaie, etc. Provenant du Cazador, les deux monnaies ci-dessous sont dans cet état initial, soudées entre elles et encroûtées de chlorure.

Sorties de l’océan, ces monnaies doivent absolument subir un traitement électrolytique, faute de quoi elles finiront par se désagréger complètement à l’air libre… Les zones attaquées, débarassées des plaques de chlorure, gagneront cet aspect plus ou moins « rongé » caractéristique des pièces d’argent « de naufrage ».

Provenant du petit numéraire transporté par le navire, voici pour finir ma troisième monnaie de provenance Cazador : une modeste pièce de deux reales d’argent, qui va à présent rejoindre, dans son petit support, le paysage de mon bureau, probablement à la Fondation (ça changera des livres !). De quoi rêver d’aventures et de trésors engloutis à chaque fois que je porterai les yeux dessus !

Nicolas Ducimetière

Plouhinec, 28 juillet 2017

 

MONETA (11) : AU LARGE DES SCILLY, LE « HOLLANDIA »

LE TRESOR DU HOLLANDIA

(ÎLES SCILLY, 1743)

Les eaux chaudes de la Mer des Caraïbes et de la Floride ne sont pas les seules à héberger des trésors de « pièces de huit ». Etalon monétaire international, ces monnaies ont été en usage à travers toute la planète, bien au-delà des seuls territoires espagnols. Pour ce deuxième naufrage et trésor célèbre, voguons du côté des courants glacés de la Manche, à quelques encablures des îles Scilly, au large de la Cornouaille. C’est là que sombra en 1743 un puissant et riche vaisseau de commerce, une des fiertés de la Compagnie des Indes orientales : le Hollandia.

I. Le bateau

Construit en 1742 par les chantiers de la puissante Compagnie hollandaise des Indes Orientales (VOC : Vereenigde Oost-Indische Compagnie), le Hollandia était un imposant trois-mâts carré jaugeant 700 tonneaux, pour une longueur de 42 mètres. Doté d’une puissance de feu de 32 canons (qui en faisait, comme beaucoup des bâtiments de la VOC, un petit navire de guerre autant qu’un bateau de commerce), il était servi par 276 hommes d’équipage, sous les ordres du capitaine Jan Kelder.

II. Le naufrage

Le 3 juin 1743, le Hollandia appareilla du port de Texel pour son voyage inaugural, faisant partie d’un convoi de la Compagnie en partance pour Batavia (aujourd’hui Djakarta), capitale des Indes néerlandaises. Il emportait plusieurs passagers importants, notamment des proches du nouveau gouverneur-général des Indes néérlandaises, le baron Gustaaf Willem van Imhoff (en l’occurence son frère, la femme de celui-ci et sa belle-soeur, toutes deux issues de l’aristocratique famille Bevervoede), ainsi que de  très nombreux tonnelets de pièces d’argent pour un montant conséquent de 129’700 gulden. En fait, les monnaies embarquées n’étaient pas uniquement hollandaises, elles étaient même en grande majorité espagnoles : il s’agissait de pièces d’argent de quatre et surtout huit reales (les fameuses « pièces de huit » des histoires de pirates !), frappées au Mexique ou en Bolivie, et n’ayant jamais (ou presque) circulé depuis leur frappe et leur premier voyage à travers l’Atlantique. La très haute teneur en métal précieux de ces monnaies (au moins 90 %) était reconnue dans le monde entier, ce qui en faisait un étalon particulièrement apprécié dans toute opération commerciale : elles avaient ainsi cours partout dans le monde, de l’Europe à l’Asie, en passant par les Amériques. D’abord frappées de manière grossière au marteau à partir de rondelles tronçonnées dans des barres d’argent (cobs), elles gagnèrent en raffinement à partir de 1732, grâce à des presses à balanciers : on les désigne alors sous le nom de columnarios. Frappées jusqu’en 1773, ces monnaies comportaient à l’avers les armes royales espagnoles et au revers, les colonnes d’Hercule encadrant deux globes terrestres (d’où le surnom de « pillars dollars » donné à ces pièces).

Le 13 juillet 1743, alors qu’il sortait du Channel, le vaisseau hollandais s’égara sans doute dans le brouillard, par une mer assez grosse, et se rapprocha dangereusement des îles Scilly, au large de la Cornouaille.

Au petit matin, il finit par s’encastrer sur des récifs, les Gunner’s Rocks, à seulement 1,5 mille nautique de l’île inhabitée Annet. L’équipage désemparé aurait tiré plusieurs coups de canon pour demander du secours aux insulaires (le nom actuel du récif viendrait d’ailleurs peut-être de cet épisode), mais ceux-ci ne purent se porter au secours des naufragés. Le bateau fut totalement disloqué par les éléments et coula corps et biens par trente mètres de fond, entraînant tous les passagers et membres d’équipage. De nombreux corps furent par la suite retrouvés le long des plages de St. Mary et d’autres îles de l’archipel.

III. La découverte

L’emplacement de l’épave était connu de la VOC qui tenta, deux mois plus tard, un renflouement de la précieuse cargaison. Mais la profondeur dépassait les moyens techniques de l’époque et le projet n’eut pas de suite. Le naufrage fut oublié pendant plus de deux siècles jusqu’à ce qu’un juriste londonien, Rex Cowan, en retrouve la mention dans les archives anglaises et hollandaises en 1967.

Après quatre ans de recherches, il localisa l’épave le 16 septembre 1971, au moyen d’un magnétomètre à protons (équipement alors révolutionnaire), et en commença la fouille avec une équipe de plongeurs, dirigée par le Lt. Cdr. Jack Grayton, ancien officier de la Royal Navy : en plusieurs campagnes étalées sur deux ans, ils récupèrent près de 30’000 pièces d’argent (plus ou moins corrodées par leur séjour dans l’eau de mer), ainsi qu’une partie des canons et mortiers de bronze du navire. Les monnaies récupérées furent en partie mises en vente cerclées dans une monture d’argent, dont la bordure gravée rappelle la provenance et la date du naufrage.

Comme toujours, certaines monnaies ont subi les atteintes de la salinité de l’eau, d’où des effets de rongement de surface pour les pièces les plus exposées. Mais les mieux préservées semblent sortir de l’atelier de frappe, ou peu s’en faut, comme mon second exemplaire !

MONETA (10) : AU LARGE DE LA FLORIDE, L’ « ATOCHA »

LE TRESOR DE L’ATOCHA

(FLORIDE, 1622)

Afin de changer un peu des monnayages romains, j’ouvre une brève parenthèse de trois billets estivaux autour d’un sujet numismatique croustillant, et non des moindres : les pièces provenant de trésors et d’épaves célèbres ! Dans mon enfance, la découverte de L’Ile au trésor dans différentes versions (roman, BD, film, dessin animé, etc.), ainsi que d’autres histoires de pirates ou de trésors cachés (comme Le Scarabée d’or de Poe, mais aussi, avant cela, les aventures du Club des cinq), m’a profondément marqué. « Pièces de huuuuit ! » : le cri de Capt’ain Flint, le perroquet de Long John Silver, résonne encore dans mes oreilles.

Et justement, je rêvais depuis tout gosse d’en découvrir au moins une, de ces fameuses et lourdes « pièces de huit » d’argent, de sentir son poids dans ma paume, de préférence après l’avoir retirée de l’épave de quelque galion comparable à la Licorne

Las, les rêves attendirent. Descendre, il n’y fallait guère songer ; acquérir, c’était au-delà de mes moyens, malgré la tentation offerte par l’échoppe d’un certain musée au bout des Keys de Floride, visité lorsque j’avais 14 ans… Et puis finalement les voilà ! Quand tout à coup on réactive un vieux rêve et qu’il peut enfin se réaliser : quelques « pièces de huit », arrachées des flots et des fonds marins par quelques intrépides ou chanceux, sont arrivées ces jours dans mon médailler. Voici leur histoire, celle de quelques naufrages célèbres, de leurs trésors mythiques et de leur redécouverte. Le premier épisode va nous entraîner au large de la Floride, à la recherche d’un des plus célèbres galions espagnols coulés : la Nuestra Señora de Atocha, perdue en 1622.

I. Le bateau

Nommée d’après une célèbre église madrilène, la Nuestra Señora de Atocha était un galion espagnol construit à La Havane (Cuba) en 1620. Jaugeant 550 tonneaux, ce vaisseau mesurait 112 pieds de long pour 34 de large (environ 40 x 11 mètres) et portait trois mâts (deux grands mâts à voiles carrés et un mât d’arrière en brigantine à voile latine). Avec ses grands châteaux de proue et de poupe, il avait le profil typique des grands galions du début du XVIIe siècle. Servi par environ 180 marins et 82 soldats d’infanterie, il était doté d’une importante puissance de feu pour l’époque, avec une bonne vingtaine de canons de bronze, qui le désignait pour le rôle d’almirante (arrière-garde) de la Flotte des Indes.

Après son lancement, il effectua, dans le courant de 1621, son premier voyage vers l’Espagne, traversée durant laquelle son grand-mât se brisa. Pour contrer les attaques des pirates ou des corsaires anglais ou français, la Couronne espagnole avait mis en place, dès 1566, une technique de convoi maritime surprotégé pour ramener les richesses du Nouveau-Monde vers le port de Séville : la Flotte des Indes (ou Flotte de l’Or).

Les ports de départ étaient respectivement Veracruz, en Nouvelle-Espagne (Mexique), et Carthagène des Indes ou Porto Bello, en Nouvelle-Grenade (Colombie). Vers le premier transitaient les richesses du Mexique ; vers le second, celles de l’Amérique du Sud, et notamment du Pérou et de la Bolivie. Les deux flottes se réunissaient ensuite à La Havane pour traverser ensemble l’Atlantique. Ce convoi annuel, comportant parfois jusqu’à cent navires vers la fin du XVIe siècle, était donc formé de navires marchands (caraques) escortés de puissants galions. Le calendrier devait être précis, pour éviter autant que possible les aléas de la mer, en premier lieu les cyclones saisonniers.

II. Le naufrage

Le 23 mars 1622, l’Atocha quitte Séville avec le reste de la Flotte des Indes et atteint sans encombre sa destination, Portobello, le 24 mai suivant. Après l’arrivée des trésors venus de Lima et de Potosi par bateau jusqu’à Panama, puis de là par convois de mules à travers l’isthme de Darien, il faut deux mois pour comptabiliser et enregistrer la précieuse cargaison sur le manifeste. Le 22 juillet, les bateaux lèvent l’ancre et rejoignent la flotille de Veracruz au port de Carthagène, où l’Atocha reçoit un supplément de cargaison. A nouveau, la bureaucratie espagnole doit tout enregistrer, à la fois les biens de la Couronne, mais aussi ceux des passagers (tous taxés à 20 %, pour prix de la sécurité du passage). Lorsque l’ancre est enfin levée le 22 juillet, l’Atocha recèle dans ses flancs une fortune : 125 barres et disques d’or colombien, 24 tonneaux d’argent (contenant 1’038 lingots et 180’000 pesos en pièces d’argent, soit environ 24 tonnes), 1’200 livres d’argenterie travaillée, des émeraudes brutes de Colombie, 582 lingots de cuivre, 350 coffres d’indigo et 525 fardes de tabac, sans compter les objets personnels des passagers (dont de nombreux bijoux en or, ce métal précieux étant exempté de taxes sous cette forme travaillée !).

Après avoir fait la traditionnelle escale d’avitaillement à La Havane, les vingt-huit navires de la Flotte des Indes appareillent pour l’Espagne le dimanche 4 septembre 1622. La décision n’était pas évidente, car, en raison des retards accumulés en chemin, la saison des cycloniques est maintenant entamée. Mettant cap au nord, en direction de la Floride et des courants du Gulf Stream, les navires se mettent en file indienne, l’Atocha occupant sa place d’arrière-garde.

Le temps est d’abord clément, mais le vent commence à se lever en fin de journée, soufflant de plus en plus fort. Au matin du 5 septembre, la mer est houleuse et le vent, violent, tourne au sud-ouest, repoussant la plupart des bateaux vers l’intérieur du Golfe du Mexique. Mais les bâtiments composant la queue du convoi ont moins de chance : l’Atocha, mais aussi la Santa Margarita, la Nuestra Señora del Rosario et deux petits vaisseaux, reçoivent de plein fouet l’ouragan, qui déchirent leurs voiles, pulvérisent leur gréement et cassent leurs  mâts. Incapables de contrôler leur course, les cinq navires sont entraînés par les vents en direction des dangereux récifs qui bordent la zone comprise entre les Dry Tortugas et les Marquesas Keys, au large de Key West (dernière île de cet archipel marquant l’extrémité méridionale de la Floride)[1].

Dans la nuit du 5 au 6 septembre, l’Atocha, soulevé par une vague en dépit du poids considérable de son chargement, se fracasse sur un récif de corail et coule presque instantanément par vingt mètres de fond. Le matin suivant, la tempête apaisée, un navire marchand sillonnant la zone découvre, accrochés désespérément au mât de misaine dépassant encore de l’eau, deux marins et trois esclaves noirs : ils sont les seuls survivants des 265 membres d’équipage et passagers du galion. Parmi les victimes figurait notamment le navigateur Bartolomé Garcia de Nodal (1574-1622), qui avait exploré la Terre de Feu et le passage de Drake en 1619, découvrant à cette occasion les îles Diego Rodriguez (à cent kilomètres au sud-ouest du cap Horn, elles sont longtemps demeurées le point le plus austral atteint par l’homme).

Marqué par ce mât encore debout, le site du naufrage est facile à repérer et une entreprise de renflouement est rapidement tentée. Mais les plongeurs en apnée ne parviennent pas à descendre aussi bas ou si peu qu’ils sont de toute manière incapables de percer la coque ou le pont. Alors qu’on s’active à chercher le matériel nécessaire à La Havane (cloches de plongée), un second ouragan touche la région et achève le délabrement de l’épave, abattant notamment le mât survivant. En dépit de leurs efforts, les autorités de Cuba ne parviendront plus à retrouver les restes de l’Atocha.

III. La redécouverte

Le souvenir de l’Atocha ne s’éteignit jamais complétement, mais gagna peu à peu le statut de mythe. Des copies du registre du navire et du procès-verbal constatant la perte du navire furent conservées aux Archives générales des Indes, à Séville, parmi des kilomètres de documents rapatriés de La Havane en 1898. En 1969, un des premiers plongeurs professionnels et chasseurs d’épaves, Mel Fischer (1922-1998), décide d’entreprendre la quête de cette épave légendaire. Il a alors à son actif la découverte des galions de la Flotte d’Or de 1715, coulés au large de Cap Canaveral. Mais sa nouvelle entreprise va lui prendre seize ans !

Après s’être fourvoyé du côté des Matacumbas Keys où la tradition locale plaçait à tort le naufrage, Fischer bénéficie des recherches de l’historien Eugène Lyon, qui retrouve dans les archives de Séville la position approximative du naufrage, au large des Marquesas Keys.

Bingo ! Avoir trouvé en 1973 les trois premiers lingots d’argent (dont les numéros d’inventaire, frappés dans le métal, coïncident bien avec le manifeste de l’Atocha) et une énorme ancre, les recherches vont les emmener, au fil des années, sur plusieurs kilomètres, une piste balisée par des découvertes ponctuelles, suivies de « blancs » : le chemin d’agonie du galion. L’une des principales étapes est la découverte d’une zone très riche de monnaies d’argent, bientôt rebaptisée « Banque d’Espagne ».

En 1975, ce sont les canons de bronze qui sont retrouvés par le fils aîné de Fischer, Dirk (qui, pris dans une tempête, perd la vie quelques semaines plus tard avec son épouse et un plongeur de l’équipe). En 1980, les restes de la Santa Margarita est découverte, avec une portion de sa cargaison précieuse, non récupérée à l’époque. Il faut attendre le 20 juillet 1985 pour que le site principal du naufrage de l’Atocha soit enfin localisé : les fouilleurs découvrent alors, selon leurs propres mots, un « récif de barres d’argent ». Parmi les découvertes, outre de somptueux bijoux en or et de nombreuses émeraudes,  figurent en premier lieu d’innombrables tas de « pièces de huit », jadis en sacs ou tonneaux, retrouvées soudées ensemble par l’oxydation et les concrétions.

Ces légendaires « pièces de huit [reales] » frappées à Potosi ou à Mexico pesaient une « onza », autrement dit 28 grammes : elles correspondaient au salaire mensuel d’un marin espagnol au début du XVIIe siècle. Leur principe de fabrication de ces « reales de plata », appelés « cobs », était grossier : on découpait les rondelles dans des barres d’argent plus ou moins cylindriques, puis les petites plaques de métal étaient frappées d’un grand coup de marteau entre deux coins (souvent usés). Le résultat était donc peu esthétique, mais la pureté du métal, elle, était grande : en général, 85 à 90 % (alors que les monnaies frappées en Espagne étaient de billon, titrant à moins de 50 %). Les presses à balanciers ne firent leur apparition dans ces ateliers coloniaux qu’en 1732 : les pièces produites prirent le nom de columnarios.

Les pièces de l’Atocha furent classées en 5 « grades », en fonction de leur état de conservation : le séjour dans l’eau de mer avait en effet rendu presque illisible les plus exposées aux courants et à la salinité. Les mieux conservées étaient celles des milieux de sac, isolées de l’environnement marin par les couches supérieures de monnaies et une gangue de concrétions. A la découverte, ces monnaies ressemblaient à des rondelles irrégulières noirâtres ; il fallut leur appliquer des procédés de nettoyage électrolytique pour éliminer les impuretés (ce qui élimina malheureusement aussi toute patine).

Chaque monnaie était accompagnée d’un petit certificat donnant son numéro d’inventaire, ainsi que l’année et le lieu de sa découverte. Ainsi, ma pièce de huit « grade 1 » provient-elle de l’épave principale découverte en 1985, secteur de fouille #292. Frappée en 1619 à Potosi à partir de l’argent des mines boliviennes, elle pèse 26,6 grammes, soit un peu moins que le poids théorique officiel. L’avers s’orne des grandes et complexes armoiries couronnées du roi Philippe III d’Espagne ; on trouve à l’avers, dans un espace quadrilobé, les armes écartelées de Castille et de Léon.

Voilà un « bout d’histoire » que je n’ai pas tenu dans mes mains sans un vrai frisson et une immense émotion !

Nicolas Ducimetière

————————–

NOTE

[1] Les quatre compagnons d’infortune de l’Atocha vont tous faire naufrage corps et biens. La Rosario sera retrouvée peu après, coulée en eaux peu profondes : sa cargaison pourra être récupérée. Il faudra attendre 1626 pour que la Santa Margarita soit repérée ; là encore, son contenu sera, au fil des années, renfloué.

ROMANA MONETA (9) : L’ANNÉE DES 4 ½ EMPEREURS

L’ANNÉE DES QUATRE EMPEREURS … ET DEMI !

Dans une de mes précédentes chroniques (Romana moneta 7), j’avais eu l’occasion, autour de la figure de l’empereur Othon, de parler des conséquences de la chute de Néron et de cette folle année 69 baptisée « Année des quatre empereurs ». L’histoire romaine étant pleine de rebondissements, il y eut en 193 une seconde « Année des quatre empereurs » qui, à bien des égards, rappelle celle du Ier siècle : fin d’une dynastie, crise de succession, indocilité des prétoriens, prépondérance du pouvoir des armées, etc.  Beaucoup moins connu, cet épisode historique fit émerger en réalité cinq empereurs (enfin, disons 4 ½) et procura une guerre civile s’étalant sur près de quatre ans et dans toutes les provinces de l’Empire. L’histoire de ces affrontements peut être reconstituée grâce aux récits laissés par Dion Cassius et Hérodien, ainsi que par les biographies de l’Histoire Auguste (à prendre avec précaution comme toujours). Inutile de dire que ces souverains souvent éphémères procurèrent des émissions monétaires brèves et fort rares : il m’a donc fallu plusieurs mois pour boucler la boucle et reconstituer une galerie monétaire complète. C’est désormais chose faite, alors en avant !

 –

PRÉLUDE : LA CHUTE DE COMMODE

Commode

Dans les trois dernières années de son règne (180-192), l’empereur Commode, fils et successeur de Marc Aurèle, avait été victime de plusieurs tentatives d’assassinat. Ces complots, dont les auteurs provenaient de la famille impériale ou de la classe sénatoriale, furent sévèrement réprimés, accentuant encore la méfiance entre le souverain et l’aristocratie (dont les historiographes devaient par la suite faire de Commode un portrait de potentat sanguinaire et débauché). Le dernier complot fut finalement fatal à l’empereur. Le 31 décembre 192, affaibli par une tentative d’empoisonnement, Commode fut achevé dans ses bains, étranglé par son maître d’armes, l’esclave Narcisse. Tous les autres acteurs du complot étaient des proches, sur le point d’être disgraciés : Laetus, préfet du prétoire ; Ecletus, chambellan impérial ; et Marcia, la favorite du moment. Avec la mort de Commode s’éteint la dynastie des Antonins, qui régnait depuis cent ans et avait fourni à Rome certains de ses meilleurs souverains (Trajan, Hadrien, Antonin le Pieux, Marc Aurèle). La pourpre était maintenant à celui qui voudrait la prendre, au risque de la guerre civile…

ACTE I : PERTINAX

Pertinax

Le premier à relever le gant est Publius Helvius Pertinax, acclamé empereur par le Sénat dès le 1er janvier 193. Âgé de 66 ans, occupant le poste très important de préfet de la Ville (Rome), il avait peut-être trempé dans l’assassinat de Commode, mais sans certitude. Cet homo novus, fils d’un affranchi enrichi, avait été professeur (grammaticus) dans sa jeunesse, avant de devenir officier dans les légions de Syrie vers 160. Au fil des années, s’étant distingué sur tous les fronts (en Parthie, en Bretagne, sur le Danube), il devient général, accède au Sénat (170) et se trouve même désigné comme consul suffect (175). Nommé à plusieurs postes de confiance (procurateur, gouverneur de plusieurs provinces frontières), il fait partie des « Amis du prince », autrement dit les plus proches collaborateurs de Marc Aurèle. Sur son lit de mort, ce dernier le recommande à son fils Commode qui lui fait gravir les dernières marches du cursus honorum : proconsulat de la province d’Afrique, puis préfet de Rome dès 190, enfin consul suffect à nouveau, aux côtés de l’empereur, en 192.

C’est donc un homme expérimenté, membre du sérail (Sénat), qui accède à la pourpre en janvier 193. Démontrant ses qualités d’administrateur, il restreint le train de vie de l’Etat et autorise l’accession à la propriété pour les paysans s’installant sur des parcelles en friche (avec exonération fiscale de dix ans à la clef, si les parcelles sont mises en exploitation de manière continue). Il va toutefois minimiser l’importance prise par l’armée dans la vie politique. Les soldats appréciaient le prodigue Commode ; ils déchantent sous le nouveau régime. D’abord déçus par le très modeste donativum consenti par le nouvel empereur, ils sont carrément furieux de voir leur solde diminuée de moitié quelques semaines plus tard. A l’époque, un mouvement social ne traîne pas dans la durée et ne fait pas dans la demi-mesure : le 28 mars 193, le palais impérial est envahi par des prétoriens déchaînés qui massacrent, sans autre forme de procès, le trop rigoureux Pertinax. Il aura régné 2 mois et 27 jours.

ACTE II : DIDUS JULIANUS

Didius Julianus

Pertinax liquidé, les prétoriens décident de mettre le trône aux enchères. Il y avait déjà quelques exemples antérieurs de cette pratique, mais pas d’une manière aussi organisée. Très vite, deux candidats se détachent : le beau-père du défunt Pertinax, Titus Flavius Sulpicianus, et un autre grand patricien, Marcus Didus Severus Julianus (rapidement présenté dans Romana moneta 4).

Ce dernier, âgé d’environ 60 ans, avait un profil de carrière proche de celui de Pertinax, mais venait d’une famille noble. Elevé par la mère de Marc Aurèle, protégé ensuite par cet empereur, il avait commandé des légions, assumé le gouvernement de diverses provinces (Belgique, Dalmatie, Germanie inférieure), le tout avec succès, ce que récompensa le consulat en 175. Tombé en disgrâce sous Commode, il s’était alors retiré dans ses propriétés du Milanais. C’est donc pour lui une belle revanche que de concourir pour le titre impérial, qu’il finit par décrocher le 28 mars 193 avec une promesse de donativum s’élevant à 25’000 sesterces par prétorien !

Le procédé choque l’ensemble du peuple romain, qui n’est pourtant pas bégueule. Lorsqu’il se présente dans le Cirque, l’empereur est copieusement hué par la foule. Plus grave : le royal donativum accordé aux prétoriens a déchaîné la colère des « simples » légionnaires, avides d’en croquer eux aussi. Pour peu que leurs généraux manifestent quelque ambition, il n’en faut pas plus pour les voir acclamer Auguste par la troupe. Et c’est ainsi qu’éclosent les usurpateurs aux quatre coins de l’Empire : Septime Sévère, commandant des légions de Pannonie ; Clodius Albinus, qui dirige les troupes basées en Bretagne (Angleterre) ; et Pescennius Niger, légat de Syrie.

Septime Sévère, qui est le plus proche de l’Italie, arrive le premier sous les murs de Rome : la ville tombe entre ses mains comme un fruit mûr. Sur ordre du Sénat, l’empereur est arrêté et promptement décapité le 1er juin 193, sanglotant au pied de l’échafaud : « Mais qu’ai-je donc fait ? qui ai-je volé ? qui ai-je assassiné ? ». Il avait régné 2 mois et 4 jours.

ACTE III : PESCENNIUS NIGER

????????????????????????????????????????????????????????????

Le parcours de Caius Pescennius Niger Justus demeure assez obscur, les sources étant souvent sujettes à caution. Officier général renommé (il a combattu les Daces aux côtés de Clodius Albinus), Pescennius Niger a été nommé légat des légions de Syrie en 191. Réagissant à la montée sur le trône de Didius Julianus, ses troupes le proclament Auguste le 9 avril 193, bientôt appuyées par les légions de Cappadoce, d’Arabie et d’Egypte. Même s’il est loin de Rome, ses atouts dans la course au pouvoir sont réels, au niveau militaire (9 légions), économique (l’Egypte est toujours le grenier à blé de l’Empire) et diplomatique (il s’est concilié les souverains parthes).

Pris entre deux feux (Clodius Albinus à l’ouest et Pescennius Niger à l’est), Septime Sévère a bien identifié le danger principal. Temporisant avec Albinus, il quitte Rome pour l’Orient dès juillet 193. Mettant le siège devant Byzance (verrou du Bosphore), il remporte deux victoires sur Niger, à Cyzique (fin 193), puis à Nicée (début 194). La bataille finale se déroule à Isuus au printemps 194 et se conclut sur l’annihilation des forces syriennes, moins entraînées que les légions postées sur le limes  du Danube. Réfugié à Antioche, Niger doit fuir la ville menacée par son adversaire et tente de gagner le royaume parthe : rattrapé sur la route de Palmyre, il est exécuté vers la mi-194, au terme d’un an de règne environ. Au dépit de ce délai relativement long, ses monnaies, frappées à Alexandrie, sont encore plus rares que celles de Pertinax et Didius Julianus.

ACTE IV : CLODIUS ALBINUS

Clodius Albinus

Originaire d’une famille sénatoriale romaine installée dans la province d’Afrique (il voit le jour à Hadrumète, à l’emplacement actuel de la ville tunisienne de Sousse), il obtient le commandement d’une légion sous Marc Aurèle et participe aux guerres contre les Daces, avec Pescennius Niger, son contemporain, comme compagnon d’armes. Nommé consul (à une date inconnue entre 185 et 187), il assume ensuite le gouvernement de la Bretagne, avec trois légions turbulentes sous ses ordres.

Les manigances de Didius Julianus le poussent à la révolte, mais il refuse le titre impérial que lui proposent ses troupes. Cette hésitation (ou reste de légitimisme) est exploitée par Septime Sévère : depuis Rome, il accorde à Clodius Albinus le titre de césar, l’associant ainsi au gouvernement de l’Empire, à un rang toutefois inférieur. Nous ne le compterons donc, pour cette année 193, qu’au titre d’un demi-empereur : nous arrivons donc bien à 4,5 pour cette période de « rush » ! Un monnayage est frappé à Rome aux nom et titre de ce « vice-roi » qui est par ailleurs associé à Septime Sévère pour le consulat de l’année 194.

Mais une fois les affaires orientales réglées (Pescennius Niger liquidé, les Parthes remis au pas et Byzance enfin tombée, après deux ans de siège), le ton change. En décembre 195, rentré à Rome, Septime Sévère fait déclarer Albinus ennemi public par le Sénat et tente même de le faire assassiner par un faux plénipotentiaire. Puis, en mai 196, l’empereur élève son fils de huit ans, le petit Caracalla, au rang de césar. Le trop candide Albinus[1], qui ne semble pas avoir quitté son île depuis le début de la guerre civile, se voit forcé de réagir et, en désespoir de cause, se fait proclamer auguste à l’automne 196. Franchissant la Manche avec 40’000 hommes, il s’assure vite du contrôle des Gaules et de l’Espagne (en ralliant le gouverneur Lucius Novius Rufus et sa Legio VII Gemina), tout en jugulant la menace du tribun Virius Lupus et de ses légions de Germanie (qui demeurent néamoins fidèles à Septime Sévère). Il installe ensuite sa capitale dans une ville stratégiquement située : Lugdunum (Lyon). L’atelier de cette ville va frapper des monnaies (le plus souvent des deniers d’assez mauvaise qualité et souvent mal conservées, mais très rares) le représentant cette fois couronné de lauriers, attribut des augustes.

Clodius Albinus2

Evitant les cols alpins tenus par leurs ennemis et jouant de l’effet de surprise, les armées de Septime Sévère arrivent en Gaule par le Jura et fondent l’ennemi. La première rencontre se déroule près de Tinurtium (Tournus) et tourne à l’avantage de Septime Sévère, sans que la victoire soit décisive. Le 19 février 197, non loin de la ville romaine (aujourd’hui, la place Sathonay de Lyon, au pied de la colline de la Croix-Rousse), c’est le choc final, un affrontement titanesque : 120’000 à 150’000 légionnaires (sur les 400’000 qui composent l’ensemble des armées romaines), répartis également entre les deux partis, se combattent à mort, pendant deux jours, dans ce qui demeure la plus grande bataille jamais menée entre Romains. Les pertes sont très lourdes, dans les deux camps : Dion Cassius et Tertullien se feront l’écho de cette boucherie, décrivant les rives du Rhône teintées de sang. La bataille fut longtemps incertaine, Septime Sévère étant même mis à bas de son cheval tué par une balle de fronde. En définitive, il semble que la cavalerie de Septime Sévère, sous le commandement de Laetus, ait fait la différence : ses armées ont finalement le dessus et déciment littéralement les troupes d’Albinus. La débandade est totale et sans ordre. Les vestiges archéologiques nombreux d’armes et de pièces d’équipement abandonnés (aujourd’hui présentés au Musée gallo-romain de Fourvière) l’attestent, comme les trésors monétaires hâtivement cachés et jamais récupérés (trésor de Genas, trouvé en 1826 et contenant 2000 deniers à l’effigie de Clodius Albinus ; trésor de Saint-Didier-au-Mont-d’Or, trouvé en 1844 à côté de squelettes de soldats romains).

Le sort de Clodius Albinus varie selon les sources : selon Dion Cassius, il aura fui vers Lyon pour finir par se jeter sur son épée ; selon Hérodien, il aurait été capturé par des soldats ennemis et décapité sur ordre de son adversaire. L’Histoire auguste, toujours riche en détails sanglants, prétend que Septime Sévère aura piétiné longuement le corps décapité avec son cheval, l’aurait ensuite fait déchiqueter par ses chiens, avant de jeter les rebuts dans le Rhône. Tous les auteurs s’accordent en tout cas à dire que la tête de Clodius Albinus fut envoyée et exposée en public à Rome. Son règne comme auguste avait duré environ quatre mois.

ACTE V ET FINAL : SEPTIME SEVERE

Septime_ Severe

Ayant ainsi anéanti son dernier adversaire, Septime Sévère se retrouvait, à 52 ans, le seul maître de l’Empire. Ses premiers actes ne furent pas empreints de mansuétude : il ordonna l’exécution de tous les parents et alliés de Clodius Albinus (en premier lieu sa veuve et leurs enfants, ainsi que 29 sénateurs et 5000 membres de son état-major et de sa suite), livrant ensuite la capitale de son ennemi à la soldatesque. La ville est consciencieusement ravagée, pillée et incendiée ; sa milice, la XIIIe cohorte urbaine, est dissoute et remplacée par des troupes sûres, venues des légions germaines fidèles ; les cultes impériaux sont modifiés de manière à introduire un rapport maître/esclave entre l’objet du culte (l’empereur) et les célébrants (édiles municipaux). La puissance de Lugdunum est considérablement affaiblie et la ville jouera un rôle bien moindre dans les siècles à venir, en comparaison de Vienne ou d’Arles, choisies comme villes-capitales par les empereurs du IVe siècle.

Avec Septime Sévère, c’est le descendant d’une famille libyco-punique, natif de Leptis Magna (Lybie actuelle), qui arrive au pouvoir. En dépit de ses succès militaires, c’est, de formation, un juriste, homme cultivé parlant latin, grec et punique. Affecté à différents postes surtout administratifs à travers l’Empire (Tarraconaise, Sardaigne, Afrique proconsulaire, Sicile ou Syrie, où il fait la connaissance de Pertinax), il accède au consulat en 190 et ne reçoit son premier commandement militaire que l’année suivante, devenant légat de la Pannonie supérieure, un poste qu’il occupe encore quand se déclenche la course à l’Empire. Après quatre ans de guerre civile, Septime Sévère restaure la paix intérieure et met en place un système impérial renforcé. Propulsant le petit césar Caracalla (représenté ci-dessous) au rang d’auguste dès 198, il crée une dynastie qui va présider au destin de l’Empire jusqu’en 235.

Caracalla césar


Notes

[1] On dit que ce militaire sévère avait pourtant écrit un traité d’agriculture et un recueil de « contes milésiens » (des œuvres « érotiques » dans la lignée des poèmes d’Aristide de Milet).

Illustration de tête

« Tondo severiano« , peinture à tempera sur bois, IIe siècle, 305 mm de diamètre. Antikensammlung, Berlin (cote 31329). Portrait officiel de la famille impériale, représentant Septime Sévère, sa femme et leurs deux fils : c’est le seul exemple conservé de ces représentations, qui devaient sans doute être utilisées dans tous les bâtiments officiels, mais ont disparu en raison de la nature périssable de leur support.

ROMANA MONETA (8) : TREBIZONDE, OU COMMENT CREER UNE ECONOMIE A COUPS DE MARTEAUX

ROMANA MONETA (8)

TREBIZONDE, OU COMMENT CREER UNE ECONOMIE A COUPS DE MARTEAUX

Quand on collectionne les monnaies romaines avec la volonté de créer une galerie des empereurs, on comprend assez rapidement qu’il va falloir également aller voir du côté des pièces byzantines ! La chose, après tout, est bien naturelle, puisque si l’Empire romain d’Occident disparut après la déposition de Romulus Augustus en 476, l’Empire romain d’Orient survécut encore un millénaire, jusqu’à la chute de Constantinople en 1453 ! Les basilei byzantins se considéraient d’ailleurs toujours officiellement comme « empereurs des Romains ».

vue monnaies byzance

VUE MONNAIES BYZANTINES 2

L’histoire de cette civilisation et de son monnayage est aussi passionnante que touffue. Je ne veux en traiter ici qu’un épisode peu  connu, en sortant de mes plateaux quelques monnaies des XIIe et XIIIe siècles, une époque où l’Empire, déchiré et déjà sur le déclin, est morcelé en trois entités : l’Empire latin d’Orient (Constantinople), l’Empire de Nicée et l’Empire de Trébizonde. Plantons d’abord le décor.

Avril 1204. La cité de Constantinople tombe sans coup férir aux mains des soldats francs de la Quatrième Croisade, prélude au saccage en règle d’un patrimoine multiséculaire. Partis (re)délivrer le tombeau du Christ à Jérusalem, nos vaillants pèlerins en armes avaient été (sans trop de peine) convaincus par leurs bailleurs de fonds vénitiens de faire un crochet par l’opulente cité. Venise avait de vieux contentieux à régler et, déjà à l’époque, on ne discute pas avec ceux qui tiennent à la fois les cordons de la bourse et les filins des bateaux de transport vers la Terre sainte. De toute manière, des Orthodoxes, c’est pas très catholique, non ? C’est donc presque du Sarrasin, ou pas loin en tout cas… Et puis, comme le piètre basileus Alexis III Ange († 1212) a pris lâchement et nuitamment la poudre d’escampette, le trône impérial demeure vide : ce serait dommage de ne pas en profiter ! Ainsi naît l’Empire latin d’Orient qui verra Constantinople et la majeure partie de la Grèce passer sous la domination de dynastes d’origine française. Un gouvernement impérial en exil s’installe pour sa part du côté anatolien : l’Empire de Nicée, dirigé par les Lascaris.

Alexis III Ange, trachyAlexis III Ange (1197-1203), Aspron trachy, Constantinople, 1197-1203, électrum, 4,19 grs. 29 mm. A/ Christ trônant de face, tenant les Evangiles ; R/ l’empereur et saint Constantin couronnés, de face, et tenant tous deux un sceptre crucifère, ainsi qu’un labarum entre eux. Sear n° 2009.

Hyperpère Jean III

Jean III Vatatzès (1221-1254), empereur de Nicée, Hyperpyron, Magnésie, 1232-1254, or, 4,34 grs. A/ Christ trônant, bénissant et tenant les Evangiles ; R/ l’empereur de face, tenant le labarum et couronné par la Vierge. Sear n°2073.

En ce même mois d’avril 1204, profitant de la gabegie, des sécessionnistes font un coup de force dans la ville de Trébizonde, tout au bout de l’Empire, sur les bords de la Mer noire, non loin de la Géorgie. Et c’est un troisième Empire byzantin qui voit ainsi le jour : l’Empire de Trébizonde, une étroite bande de terre littorale d’environ 500 kilomètres de long, mitoyenne des terres des Lascaris à l’ouest (qu’elle touche du côté de la ville de Sinope), de la Géorgie à l’est et surtout du puissant Sultanat seldjoukide de Roum sur toute sa frontière sud. Au-delà de la Mer noire, il faut aussi citer plusieurs villes et comptoirs (comme Caffa) installés sur les rives de la Crimée.

Quatrième_croisadeCarte des trois entités se partageant l’Empire byzantin au début du XIIIe siècle (situation vers 1214 : la région de Sinope, naguère frontière entre l’Empire de Nicée et celui de Trébizonde, est tombée aux mains du Sultanat de Roum)

Les souverains autoproclamés de ce nouvel Etat n’étaient certes pas issus de peu. Il s’agissait au contraire des derniers scions d’une vieille lignée impériale, les Comnènes, qui avaient règne plus d’un siècle sur Byzance, après l’avènement d’Alexis Ier (1081-1118), fondateur de la dynastie et l’un des plus grands souverains byzantins.

Alexis I histamenon nomisma

Alexis Ier Comnène (1081-1118), Trachy, Constantinople, 1082-1087, électrum, 4,40 grs. A/ Christ trônant, bénissant et tenant les Evangiles , R/ l’empereur  en buste, de face, portant la couronne à chlamys, un sceptre à croix perlée et un globe crucifère. Sear, n° 1893.

Hélas, ses qualités s’étiolèrent chez ses descendants et Andronic Ier, brutal et incompétent, fut déposé en 1185 après un règne de deux ans, atrocement exécuté et remplacé par l’un de ses cousins éloignés, Isaac II, qui inaugure la dynastie des Ange. Alexis et David Comnène, les deux-petits fils d’Andronic (et arrières-arrières-petits-fils d’Alexis Ier le Grand, mais aussi descendants des rois de Géorgie par leur mère), avaient pu être mis à l’abri en Paphlagonie, sur les bords de la Mer noire, le berceau des Comnènes. Devant l’effondrement prévisible des Ange, Alexis (1181-1222) s’empare de Trébizonde et s’arroge le titre d’empereur, qu’il considère être le seul à pouvoir légitimement porter, comme descendant de la dynastie Comnène. A ses yeux, les Ange ou les Lascaris demeurent des usurpateurs et lui-même est un souverain en exil, chef d’une lignée qui se baptisa les Grands Comnènes (Megas Komnenos). C’est le début d’une histoire peu connue, celle d’un royaume aux frontières de l’Occident et de l’Orient, d’une ville mythique et fastueuse car lieu de passage des riches caravanes venant de la Route de la Soie ou des steppes. Marchands vénitiens et gênois y avaient leurs habitudes et le petit empire prospéra, protégé par les hautes montagnes du Pont. Voyant vingt-deux souverains se succéder, cette enclave grecque en terre  dura jusqu’en 1461, se payant même le luxe de survivre à l’Empire byzantin « officiel » et à la chute de Constantinople.

L’Empire de Trébizonde va développer un monnayage particulier, s’inspirant dans un premier temps de celui émis à Byzance, puis gagnant, au fil des règnes, une iconographie spécifique. Le pays disposant de mines d’argent assez abondantes, ce sont essentiellement des pièces de ce métal qui seront frappées, en premier lieu une monnaie plate appelée « asper », assez proche (au moins dans ses débuts) du « basilikon » byzantin créé à la même époque. Des monnaies de cuivre au nom inconnu composaient le petit numéraire. Trébizonde ne frappa en revanche jamais de pièces d’or (à la différence de leurs voisins et concurrents de l’Empire de Nicée).

, n.a.Jean II de Trébizonde (1280-1297), Asper, Trébizonde, v. 1280, argent, 2,76 grs. A/ Saint Eugène de face, tenant une crosse patriarcale ; R/ l’empereur de face tenant le labarum  et un globe crucifère.

Basilikon Andronic IIAndronic II Paléologue (1282-1328), Basilikon, Constantinople, v. 1300, argent, 1,40 grs., 20 mm. A/ le Christ trônant et bénissant ; R/ l’empereur accompagné de son co-régent Michel IX, tentant un labarum entre eux.

Chose curieuse, le premier souverain de Trébizonde, Alexis Ier Grand Comnène, ne semble avoir laissé aucune monnaie à son nom, en dépit d’un règne assez long de dix-huit années (entre 1204 et 1222). Les premières monnaies trébizondiennes n’apparurent que sous le règne de son gendre et successeur, Andronic Ier Gidos. Il fallait pourtant bien que cet Etat naissant, importante plaque tournante commerciale, dispose d’une circulation monétaire. Ce n’est qu’en 2006-2007 qu’une hypothèse a été émise par le numismate Simon Bendall, spécialiste des monnaies byzantines. Dans un article antérieur, il avait mis en lumière un point curieux : de très nombreuses trachea (monnaies concaves en électrum, alliage d’or et d’argent, qu’on surnomme « or blanc ») frappées à Constantinople sous les règnes de Jean II Comnène et Manuel Ier  Comnène (entre 1118 et 1180) portaient de marques de rognage. La technique avait été la suivante : les monnaies concaves voyaient leur bord martelé jusqu’à la limite des figurations du Christ et de l’empereur ; la monnaie était ainsi à la fois agrandie et amincie ; il ne restait alors plus qu’à rogner/recouper la monnaie pour la ramener à son diamètre d’origine, recueillant ainsi quelques parcelles de métal précieux. Extérieurement, le diamètre demeurait donc celui d’une trachy normale, mais son poids avait diminué d’environ 40 % (dans les 2,15 grs au lieu de 3,80 grs) et les bords de la pièce étaient devenus minces comme une feuille. Enfin, le texte des légendes et certains détails des figures avaient disparu dans l’opération, écrasés par le martelage. Divers indices (dont l’analyse d’un trésor datant de la période) ont conduit Bendall à conclure que cette politique à grande échelle de rognage des trachea des Comnènes du XIIe siècle avait bel et bien été initiée à Trébizonde au début du siècle suivant. Preuve que cet Etat naissant façonna son économie à coups de marteaux ! Les fragments recueillis, refondus et raffinés, fournirent sans doute des lingotins d’or et d’argent (sans doute employés en l’état par le nouvel Etat, puisque Trébizonde ne frappa aucun numéraire en or ou en électrum).

IMG_2402 Manuel Ier Comnène (1143-1180) [et Alexis Ier de Trébizonde (1204-1222)], Aspron trachy martelé et rogné, Constantinople, vers 1152-1167, électrum, 2,49 grs., 29-31 mm. A/ Christ Pantocrator assis de face sur un trône ; R/ l’empereur et la Vierge debout de face, tenant une croix de patriarche entre eux.

AyasofiaA


Illustrations de tête et de fin d’article :

Plafond de l’église Sainte-Sophie de Trébizonde, fresque du XIIIe siècle.

Sainte-Sophie de Trébizonde sous la neige.

Bibliographie :

– Michel Moreaux, Les Grands Comnènes : biographies et monnaies (https://www.academia.edu/9645501/Les_grands_Comn%C3%A8nes_de_Tr%C3%A9bizonde_biographie_et_monnaies)

– S. Bendall and D. Sellwood, « Clipped twelth century Byzantine electrum trachaea », dans Numismatics-Witness to History, IAPN Publication No. 8, 1986, pp. 97-99.

– S. Bendall, « A Further Note on a Possible Early Coinage of the Empire of Trebizond », dans Numismatic Circular, Vol. CXIV No. 4, August 2006.

– S. Bendall, « A Hoard of Coins of Andronicus I Gidon of Trebizond (?) », dans Numismatic Circular, Vol. CXV, No. 1, February 2007.

 

ROMANA MONETA (7) : OTHON, L’EMPEREUR DONT LA MORT EXCUSA LA VIE

OTHON, L’EMPEREUR DONT LA MORT EXCUSA LA VIE

Ah, voilà un zèbre pas facile à trouver, mais il est enfin arrivé sur mes plateaux, sous la forme d’un joli denier d’argent en provenance directe de Zürich ! Ça ne m’étonne d’ailleurs qu’à moitié : sous ses dehors proprets, cette ville n’a-t-elle pas eu longtemps (du moins en Suisse) une réputation quelque peu sulfureuse, en raison de certaines populations nocturnes interlopes (sexe, drogue et re-sexe) ? Nul doute que cette ambiance aurait parfaitement plu et convenu à cette bonne vieille crapule d’Othon ! Du moins dans sa jeunesse, car l’exercice du pouvoir, contrairement à bien des souverains, devait le bonifier. Revenons rapidement sur les étapes de son parcours étonnant, occasion aussi de retracer cette terrible première « Année des Quatre Empereurs », l’année 69 (qui, à défaut d’être érotique, ébranla l’Empire).

 –

07-Othon denier 1

Denier d’Othon[1]

I. Un jeune homme mauvais sous tous rapports

D’origine étrusque et de rang équestre, la famille Otho avait atteint les marches du pouvoir grâce au grand-père du futur empereur, Marcus Slavius Otho, devenu proche de Livie (la puissante épouse d’Auguste) et bombardé sénateur grâce à cette protection. Une génération plus tard, Licius Otho, père de « notre » Othon, fut désigné consul en 33, avec pour collègue un certain Galba (une cruelle ironie de l’histoire, nous le verrons plus loin). Ce Lucius fit une brillante carrière sous Tibère, Caligula et Claude (qu’il sauva d’un complot d’assassinat). Bref, c’est dans une des premières familles de l’Empire que Marcus Salvius Otho, plus connu dans l’Histoire sous le simple nom d’Othon, vit le jour en 32. D’après ses principaux biographes (à savoir Suétone, dans les Vies des douze Césars [livre VII], et Plutarque, dans Les Vies parallèles [livre XVII]), Othon se montra un jeune garçon fort indiscipliné, obtenant de ses précepteurs plus de coups de badine que de leçons. Adolescent précoce, il mit un point d’honneur à découcher toutes les nuits ou presque pour aller se livrer, avec des camarades de la jeunesse dorée, aux pires débauches que l’Urbs, prodigue en la matière, pouvait fournir.

 –

07-Gracchus Quiquilfus

Durant sa jeunesse dissipée, Othon devait un peu ressembler au personnage de Gracchus Quiquilfus dans l’album d’Astérix, Les Lauriers de César !

 II. Un maître décadent à la cour de Néron

De tels mérites ne pouvaient que s’épanouir sous le règne de Néron. Pour approcher l’empereur, le fringant Othon se serait glissé dans le lit d’une servante du palais, vieille et décatie, mais ayant accès à l’entourage immédiat du souverain… A vrai dire, cette réputation de gigolo à boniche a sans doute été fabriquée de toutes pièces (un jeune et riche patricien comme Othon avait bien d’autres moyens d’approcher Néron), mais elle en dit long sur le peu de moralité prêté au jeune homme. Devenu un proche de l’empereur, on le décrit comme son compagnon de débauche. Certains auteurs antiques prétendent même qu’il fut son maître ès turpitudes, l’accusant d’avoir initié son maître à une bisexualité débridée. Ce qui est sûr, c’est que Néron découvrit les bas-fonds de Rome grâce à Othon, qui courait la gueuse avec frénésie dans tous les bordels possibles. Il compensait un physique peu gracieux par des coquetteries qui faisaient blêmir les sévères tenants des antiques mœurs romaines :

« Il était de petite taille, mal planté sur ses pieds, avec des jambes cagneuses ; [mais] il avait des coquetteries presque féminines, car il se faisait épiler et, comme ses cheveux étaient rares, il portait une perruque si bien faite et si exactement ajustée que nul ne s’en apercevait ; bien plus, il se rasait tous les jours et s’appliquait ensuite sur le visage de la mie de pain mouillée, habitude qu’il avait prise dès sa première pousse de barbe, afin de ne jamais en avoir » (Suétone)

La confiance de Néron pour son ami/amant était telle qu’il confia à Othon sa maîtresse Poppée, lui demandant de l’épouser et de la garder sous le coude, le temps pour lui de se débarrasser à la fois de sa mère (la dure à cuire Agrippine) et de sa « légitime » (la malheureuse Octavie, fille de l’empereur Claude). Mais une fois ces petites opérations familiales accomplies, Néron eut bien du mal à récupérer la femme de ses rêves : Othon, préfigurant les banquiers helvètes des années (19)50, ne voulait pas rétrocéder le « dépôt » fait en toute confiance. S’était-il sincèrement pris au jeu du mari aimant ou, plus cyniquement, souhaitait-il faire monter les enchères des contreparties ? Les historiens n’ont pas tranché. Toujours est-il qu’il osa refuser sa porte aux envoyés de l’empereur, lequel dut se déplacer en personne pour tambouriner sur l’huis. Néron, c’était un peu comme Poutine aujourd’hui : on pouvait l’énerver, mais il fallait une bonne mutuelle. Othon aurait pu laisser la vie à ce petit jeu, mais il faut croire qu’il n’avait pas totalement épuisé son crédit : il écopa de la peine minimale, l’exil. Dès son mariage cassé et celui de Néron et de Poppée célébré, en 59, Othon fut expédié en Lusitanie pour y jouer les gouverneurs, avec interdiction de reparaître à Rome.

 –

Néron1

Denier de Néron

III. Gouverneur de province, mais toujours rebelle

Néron ne semblait pas se faire grande illusion sur les compétences administratives de son ancien ami, puisqu’il l’envoya dans ce trou perdu « sous prétexte de gouverner la province » (selon Tacite, Histoires, I, 13). Mais il avait tort : Othon se fit parfaitement à la morue et se révéla même, à l’usage du pouvoir, un très capable administrateur. Même le sévère Tacite dut reconnaître sa capacité à gérer son territoire « avec bonté », un jugement confirmé par Suétone : « Il administra sa province pendant dix ans en qualité de questeur, avec une modération et un désintéressement remarquable » (portrait qui, en creux, en dit long sur les pratiques coutumières des autres gouverneurs, qui ressemblaient souvent à des sangsues géantes, tyranniques et corrompues). Il faut dire qu’Othon avait été à bonne école, et ce à double titre : d’un côté, sa famille de grands commis d’Etat, toute entière dévouée à la gestion de la res publica, lui avait fourni un modèle d’élite ; de l’autre, sa fréquentation des bordels, des bas-fonds et de la cour néronienne avait dû lui aiguiser férocement le regard sur la nature humaine et ses travers…

Fin 67, en Gaule, un gouverneur de province, Caius Julius Vindex, souleva ses légions dans une révolte contre la tyrannie de Néron, appelant à la rescousse les légions d’Espagne, menées par un vieux sage unanimement respecté : Galba. Après avoir tergiversé, ce dernier rallia la cause rebelle et en devint le chef l’année suivante, lorsque Vindex fut écrasé par les troupes loyalistes près de Besançon. Othon accompagna le mouvement, soi-disant pour venger l’humiliation reçue dans l’affaire Popée. En réalité, et de manière plus pragmatique, il n’avait sans doute pas le choix… Dans sa lointaine province lusitanienne, isolé de Rome par les troupes rebelles, faire acte de loyauté était impossible et cela ne lui aurait sans doute rien rapporté : son nom aurait été parmi les premiers sur les listes de proscription, en cas de victoire de Néron. Mieux valait jouer son va-tout sur Galba, d’autant que celui-ci, âgé, n’avait pas d’héritier : Othon pouvait donc passer pour le dauphin légitime, à une marche près du trône.

 –

07-Galba

Denier de Galba

 IV. Héritier du trône ? Oui, oui … mais non !

Bon calcul ! Après le suicide de Néron (9 juin 68) et l’extinction de la lignée julio-claudienne, Galba fut acclamé empereur par les légions et les troupes prétoriennes, Othon en coulisse. L’enthousiasme chuta vite devant l’avarice âpre et les erreurs séniles du nouveau César, qui parvint à se mettre à dos ses anciens partisans et la population romaine en un temps record. Tacite a accusé Othon d’avoir sapé le pouvoir du nouvel empereur en se faisant bien voir des militaires (avec des largesses qui vidèrent d’ailleurs ses finances personnelles), mais cela n’est pas du tout certain : le jeune prétendant avait du temps devant lui et nul besoin d’accélérer la succession. C’est du moins ce qu’il croyait ! En janvier 69, devant les rumeurs de soulèvement des légions de Germanie, Galba décida de légitimer son successeur : il désigna Oth…, ah non, ce fut finalement le jeune Pison, jeune oison de bonne et antique famille patricienne romaine !

Dire qu’Othon fut déçu est un chouia en dessous de la réalité ! Après avoir tout sacrifié pour soutenir la cause de Galba, il se voyait à deux doigts de tout perdre. Par chance, il venait d’engranger un providentiel pot-de-vin d’un million de sesterces, qu’il mit à contribution pour gagner à sa cause les prétoriens. Coup de chance, ces derniers l’avaient très mauvaise, depuis que Galba leur avait refusé un donativum (prime), en leur assenant : « J’ai coutume d’enrôler les soldats, pas de les acheter ». Ouh, mauvaise réponse, faut pas jouer avec les acquis sociaux, surtout quand les fonctionnaires en question sont équipés de glaives ! Le 15 janvier 69, sortant du palais impérial sous prétexte d’un séjour à la campagne, Othon gagna le camp de la garde prétorienne et s’y fit reconnaitre empereur, promettant aux soldats et à la foule tout ce qu’on voulait (pour l’heure, cela ne lui coûtait rien : il était ruiné !). Quelques heures plus tard, Galba et Pison étaient massacrés dans l’allégresse.

 V.  Précarité de l’emploi : un CDD de trois mois … comme empereur

Ayant pris en mains les rênes de l’Empire, Othon se montra à nouveau bon administrateur et surtout très habile politique. Soucieux de s’assurer sinon la loyauté, du moins la sympathie des prétoriens et du peuple, il se livra à une réhabilitation totale de son ancien ami Néron, levant la damnatio memoriae, redressant ses statues et faisant poursuivre les travaux de la luxueuse « Maison dorée » du défunt empereur (avec le débloquement d’un crédit de 50 millions de sesterces tout de même : une politique de prestige est toujours bienvenue pour épater le badaud et puis quand le bâtiment va…). En effet, il ne faut pas oublier que Néron, honni par le Sénat et l’aristocratie, était en revanche adulé par la plèbe : Othon, parfait « communicant », souhaitait récupérer ce « capital sympathie » (pour reprendre le jargon actuel des attachés de cabinet). Aussi, comme le rapporte Suétone, « la populace l’appela Néron et, lui, il ne fit rien pour s’y opposer ». Par ailleurs, pour amadouer le brillant général Vespasien (qui réprimait pour l’heure quelque révolte juive), il rétablit dans ses fonctions de préfet de Rome, Flavius Sabinus, frère du militaire.

Mais ces tours de passe-passe ne marchèrent pas avec tous les tribuns et toutes les légions. Celles de Germanie, qui avaient écrasé Vindex, se trouvèrent injustement exclues du gros gâteau des donativi et proclamèrent empereur leur général, l’obèse Vitellius. Ces troupes, les plus aguerries de tout l’Empire, fondirent sur l’Italie à marche forcée, passant à la fois par le col du Grand-Saint-Bernard et par celui du Mont-Genèvre. Othon dut quitter Rome dès le 14 mars 69 pour se porter à leur rencontre. Les forces en présence étaient à peu près équilibrées, mais le conseiller militaire d’Othon, le général Suetonius Paulinus, lui conseilla d’attendre le renfort des légions danubiennes fidèles à sa cause, afin d’écraser plus sûrement les troupes rebelles. Othon refusa d’attendre, avec un argument étonnant : il préférait régler au plus vite ce soulèvement, afin d’éviter le pourrissement du conflit et l’enlisement de la péninsule italienne dans les affres de la guerre civile.

De fait, les premiers événements semblèrent donner raison à Othon : ses troupes  remportèrent les deux premières batailles, sans qu’elles soient pour autant décisives. Mais le sort des armes finit par tourner. Le 14 avril 69, la troisième bataille, dite de Bedriacum (aujourd’hui Canneto sull’Oglio, en Lombardie), fut en revanche déterminante. Les 50’000 hommes d’Othon (Legio I Adiutrix et Legio XI Claudia) furent surpris en terrain découvert par les 70’000 soldats menés par Vitellius et ses fringants généraux (Legio I Italica et Legio V Alaudae). L’affrontement tourna au carnage total et, à la fin de ce combat fratricide, pas moins de 40’000 hommes restaient sur le terrain. Le spectacle ne parvint toutefois pas à couper l’appétit de ce glouton de Vitellius qui aurait affirmé, devant les corps en décomposition : « Le cadavre d’un ennemi sent toujours bon, surtout celui d’un concitoyen » (dixit Suétone).

 –

07-Vitellius

Denier de Vitellius

VI. Une fin digne d’un héros grec (ou romain)

La grandeur, dans toute cette boucherie, c’est du côté d’Othon le débauché, le fornicateur, le maquereau, le mari complaisant, le corrompu, le corrupteur, le régicide, qu’il faudra aller la chercher. Eh oui, c’est par son comportement dans la défaite et par sa mort que ce damné va gagner la rédemption et trouver la grâce auprès des historiens et de la postérité. Ni Galba, ni encore moins Vitellius auront cette chance parmi les trois autres souverains malchanceux de cette « Année des Quatre Empereurs » !

Battu, Othon n’était pourtant pas perdu. Il possédait encore de nombreuses légions en réserve, en Italie du sud, dans la région du Danube et en Orient. Lui-même pouvait faire retraite vers Rome, réorganiser ses troupes et repartir à l’assaut. Il le pouvait, il ne le voulut pas, et pour de nobles raisons. Suétone a laissé un témoignage digne de foi, tenu de son propre géniteur : « Mon père, Suétone Lénis, servait dans la treizième légion en qualité de tribun augusticlave. Il disait souvent qu’Othon, n’étant que simple particulier, avait tant de dégoût pour la guerre civile, qu’un jour, à table, entendant parler de la mort de Cassius et Brutus, il en fut écœuré, et qu’il n’aurait pas attaqué Galba s’il avait cru devoir provoquer un combat ». Il avait voulu forcer le destin par une bataille décisive ; celle-ci perdue, il jugeait bon de supprimer la source du conflit avec sa personne, donnant ainsi un exemple à tous les dirigeants à venir. Ayant donc décidé de se supprimer pour étouffer la guerre civile, il « exhorta son frère, le fils de son frère et chacun de ses amis à prendre le parti qui leur semblerait le plus convenable. Ensuite, il les serra contre son cœur, les embrassa, et enfin, il les renvoya tous. Puis, se retirant à l’écart, il écrivit deux lettres, l’une à sa sœur pour la consoler, l’autre à Statilia Messalina, la veuve de Néron, qu’il avait voulu épouser. Il lui recommanda le soin de ses funérailles et de sa mémoire. Ensuite il brûla toutes ses lettres afin de ne mettre en danger personne ou d’être à l’origine de motifs d’accusation quelconques, et distribua à ses serviteurs l’argent comptant qu’il avait à sa disposition. [Alors que certains étaient déjà pris à partie comme déserteurs il déclara :] « Ajoutons encore cette nuit à ma vie ». Telles furent ses propres paroles et il défendit que l’on fît du mal à personne. Son appartement resta ouvert jusqu’au soir, et il reçut tous ceux qui voulaient le voir. Il but ensuite de l’eau fraïche pour étancher sa soif, prit deux poignards, dont il essaya les pointes, en glissa un sous son oreiller, et, après avoir fermé sa porte, s’endormit d’un sommeil profond. [Le 16 avril 69,] il s’éveilla au point du jour et se tua d’un seul coup de poignard au-dessous du sein gauche. On accourut dans sa chambre au premier cri qu’il proféra, et il expira tantôt dissimulant, tantôt découvrant sa plaie » (Suétone). Plutarque parle pour sa part d’une épée plantée dans l’estomac, mais bon, à ce détail près, le résultat fut le même.

Là où les sources antiques s’accordent totalement, c’est au sujet de la vénération qui suivit ce trépas. « Tous ses serviteurs se mirent aussitôt à crier, et bientôt, tout le camp et toute la ville retentirent de pleurs. Les soldats aussi, accourus à grand bruit à la porte de sa demeure, se prirent à pleurer à chaudes larmes, se disant entre eux qu’ils n’étaient que des lâches pour avoir si mal protégé leur empereur contre lui-même et n’avoir pas pu empêcher qu’il se tuât pour eux. C’est ainsi qu’il n’y en eut pas un seul qui s’éloignât de son corps, bien que l’ennemi se rapprochât dangereusement. Au contraire, ils l’enveloppèrent pieusement dans un linceul, construisirent un bûcher, et le conduisirent avec tous les honneurs militaires jusqu’au lieu de son incinération, les plus heureux étant ceux des soldats qui portaient le lit funéraire. D’autres soldats s’approchaient à genoux pour baiser qui sa plaie, qui ses mains ; d’autres encore, qui ne pouvaient s’approcher, le saluaient dévotieusement de loin. D’autres enfin se tuèrent devant le bûcher dès que l’on y eût mis le feu (…) » (Plutarque).

 La mort d’Othon, un peu avant ses 37 ans et au terme de 95 jours de règne, ne régla pas pour autant la guerre civile qui devait encore durer huit mois, le temps nécessaire pour le général Vespasien de s’inviter dans la danse, de revenir de Palestine et de liquider le flasque et cruel Vitellius, instaurant la dynastie brillante des Flaviens. L’ « Année des Quatre Empereurs » (Galba, Othon, Vitellius, Vespasien) se refermait avec un retour de la Pax Romana. Sous les Flaviens et les Antonins, l’éphémère empereur Othon dérouta les historiens, qui se trouvaient confrontés avec à un personnage atypique, ne rentrant pas dans leurs grilles très binaires. Car dans ce corps quelque peu ingrat, sous sa moumoute et ses falballas de grande « folle », et en dépit d’un niveau moral souvent digne du caniveau, s’étaient trouvés réunis les qualités d’un vrai dirigeant et le cœur ferme d’un vieux Romain des temps héroïques. Pas facile à avaler pour un Tacite ou un Plutarque[2], et pourtant ainsi fut Othon !

 –

07-Vespasien

Denier de Vespasien

En guise de post-scriptum : en regardant le profil d’Othon sur ses deniers, avec ses cheveux soigneusement ondulés, je me suis toujours surpris à siffloter les premières notes de la musique du Parrain, tellement cette coupe de cheveux (ou de perruque) me faisait penser au style capillaire de certains mafiosi des années 1930, gomina incluse. A titre de preuve, voici une comparaison entre notre éphémère empereur romain et un célèbre roi (de la pègre), Salvatore Luciana, dit Lucky Luciano (1897-1962), le deuxième capo di tutti capi de la Mafia américaine. « Etonnant, non ? », aurait conclu le regretté Monsieur Cyclopède.

07-Othon-Luciano1

Empereur romain vs. roi de la pègre italo-américain


[1] Othon, denier d’argent, janvier-février 69. A/ : IMP M OTHO CAESAR AVG TR P (Imperator Marcus Otho Cæsar Augustus Tribunicia Potestate) ; R/ : SECVRITAS P R (Securitas Populi Romani). Ce type, ne portant pas la marque du grand pontificat, est antérieur au 9 mars 69. La première émission a été frappée entre la fin janvier et le début février de l’année 69. Le revers est symptomatique d’une grande période de crise : la Sécurité du peuple romain est exaltée à un moment où othon se retrouve isolé avant sa confrontation avec Vitellius. Les exemplaires de la première émission semblent plus rares que ceux de la seconde émission (qui vit la disparition du prænomen Marcus dans la titulature et qui commence en février pour se terminer le 9 mars 69). Indice de rareté : R2.

[2] En revanche, Pierre Corneille trouva le sujet assez fascinant pour lui consacrer une tragédie, Othon, représentée pour la première fois à Fontainebleau devant la Cour en août 1664, puis en l’Hôtel de Bourgogne le 5 novembre 1664 (édition originale en 1665). Dans cette pièce, le dramaturge a employé l’habituel lexique héroïque, mais en y injectant une bonne dose d’hypocrisie et de mesquinerie de cour et de pouvoir : un texte à (re)lire !

ROMANA MONETA (6) : VALENTINIEN II, UN EMPEREUR MARIONNETTE

VALENTINIEN II, UN EMPEREUR MARIONNETTE

Valentinien II silique recto

Et voilà que m’arrive d’Angleterre une magnifique silique d’argent de Valentinien II, avec un très beau et fin portrait de ce souverain méconnu ! Officiellement, Flavius Valentinianus (371-392) demeura sur le trône impérial d’Occident entre 375 et 392. Belle longévité, me dira-t-on, en ces périodes de grande consommation de souverains ! Ces dix-sept ans de règne nominal cachent en réalité une histoire assez poignante, celle d’un enfant-roi manipulé tout au long de sa courte existence, à la fois marionnette et cible dans des jeux de puissants. Examinons ce règne comme une tragédie classique en cinq actes.

ACTE I : LA MERE. Valentinien II avait seulement quatre ans lorsque son père Valentinien, premier du nom et créateur de la dynastie, mourut d’un solide coup de sang, ayant été fort énervé par les malencontreuses paroles d’un ambassadeur quade venu présenter la soumission de son peuple. Nous étions en novembre 375 et Gratien, le fils aîné de l’empereur (né d’un premier lit), était bien loin (à Trèves). Les absents ayant toujours tort, les légions du Danube proclamèrent le rejeton impérial qu’ils avaient sous la main – une décision fortement stimulée, d’ailleurs, par la mère du bambin, Justine, qui était la seconde épouse de Valentinien Ier. Elle possédait toutefois une ascendance impériale (on la pense petite-nièce de Constantin Ier le Grand) et elle avait été mariée, en premières noces, à l’usurpateur Magnence (qui avait pourtant mal fini). En influençant le choix des légions, cette impératrice à poigne voulait garantir les intérêts de son fils face à l’héritier légitime, Gratien. Heureusement, ce dernier était bonne pâte et ne nuisit en rien à son jeune demi-frère. Il accepta même une partition de l’Empire d’Occident : lui garderait les Gaules, la (Grande-)Bretagne et l’Espagne ; Valentinien (enfin sa mère) aurait le contrôle de l’Italie, de l’Illyrie et de l’Afrique du nord.

ACTE II : L’USURPATEUR. En 383, Gratien fut détrôné et tué par un usurpateur venu de (Grande-)Bretagne, le général Magnus Maximus, qui prit la pourpre et se fit plus ou moins reconnaître par l’empereur d’Orient, Théodose. Justine parvint à maintenir un statu quo, mais sa foi arienne fut la cause d’un début d’une guerre de religion en Italie (le « Conflit des basiliques »). Menés par (saint) Ambroise, évêque de Milan, les chrétiens catholiques en appelèrent à Maximus qui, prétextant de les défendre, envahit l’Italie en 387. Valentinien et sa mère furent obligés de fuir leur capitale de Milan pour se réfugier à Constantinople auprès de Théodose. Comme ce dernier devait son trône à la dynastie valentinienne, on le pria d’intervenir contre l’usurpateur. Théodose accepta, mais à la condition que les deux réfugiés abjurent l’arianisme. Ce préalable accompli, il tint sa promesse et lança toutes les forces armées de l’Empire d’Orient contre l’Italie. Après une mémorable raclée reçue près de la rivière Save au printemps 388, Maximus fut assiégé dans Aquilée, fait prisonnier et décapité au mois d’août suivant.

ACTE III : LE BARBARE. Justine a-t-elle vu la victoire finale et son fils rétabli sur le trône d’Occident ? Ce n’est pas certain, car elle mourut cette même année. La régente disparue, il fallait un tuteur au jeune empereur. Le choix revenait au vainqueur du jour, Théodose, qui imposa aux côtés de Valentinien un de ses propres généraux barbares, le Franc Arbogast. Mais au lieu de jouer son rôle de protecteur et de mentor, le « magister militum » se mua bientôt en geôlier, maintenant le jeune souverain confiné dans le palais impérial de Vienne (cité gauloise promue capitale de l’Empire d’Occident). Les proches de l’empereur tentèrent bien de briser ce joug, mais en vain : Arbogast tua même de sa propre épée le meilleur ami de Valentinien, Harmonius, sur les marches du trône impérial. La crise atteignit son paroxysme, lorsque Valentinien voulut prendre la tête des légions des Gaules pour se rendre en Italie. Devant le refus insolent d’Arbogast, Valentinien tenta enfin de relever la tête, par un coup de force audacieux. En pleine audience publique, devant toute la Cour, il destitua officiellement le général rebelle de son commandement. Bien tenté, mais raté. Sans se démonter, le Franc aurait jeté un coup d’œil méprisant sur le décret, avant de le froisser et de balancer la boulette de parchemin au pied du trône, proclamant que personne n’avait plus le pouvoir de le limoger. Devant cet affront, le jeune souverain furieux aurait tiré son glaive pour frapper le séditieux, mais ses gardes du corps (mais étaient-ils encore bien à son service ?) l’en empêchèrent. Tout à sa rage, Valentinien écrivit dans la foulée à l’empereur Théodose et à l’évêque Ambroise pour se plaindre et réclamer leur soutien. Ambroise prit sur le champ la route de Vienne, mais il était déjà trop tard pour l’empereur.

 ACTE IV : LA FIN. Le 15 mai 392, les serviteurs de l’empereur retrouvèrent leur maître mort, pendu dans sa chambre du palais de Vienne. Il avait 21 ans. Selon Arbogast, bien entendu, l’empereur aurait fait une petite déprime qui se serait tragiquement conclue sur un suicide : ces jeunes gens sont si fragiles… Certains auteurs antiques acceptèrent cette version accommodante. Pour d’autres, il s’agissait en revanche d’un crime politique : les hommes de main d’Arbogast auraient étouffé l’empereur sous un oreiller, avant de le suspendre au plafond comme un vulgaire lustre. Escorté par ses sœurs Justa et Grata, le corps du défunt fut convoyé jusqu’à la nécropole familiale (sise dans l’église Saint-Laurent de Milan) et déposé dans un sarcophage de porphyre, juste à côté du tombeau de son demi-frère Gratien. Avec ce jeune homme s’éteignait la dynastie des Valentiniens.

ACTE V : EPILOGUE. Comment se déroula la succession ? Demeuré seul empereur, Théodose désigna son fils Arcadius pour occuper le trône d’Occident. Arbogast accepta tout d’abord cette nomination, avant de se dire que, finalement, le pouvoir était trop doux à exercer. Un Barbare ne pouvant porter la pourpre, il se choisit un homme de paille, un haut fonctionnaire impérial et professeur de rhétorique à Vienne, Eugenius, dont il fit un empereur. Cela déboucha bien sûr sur un nouveau conflit, mais nous aurons l’occasion d’y revenir (surtout quand j’aurai pu me procurer une silique d’Eugène, une monnaie diantrement rare, recherchée et chère, misère…).

Valentinien II silique

ROMANA MONETA (5) : DUR D’ÊTRE UN ENFANT ROI SOUS LES CESARS…

DUR D’ÊTRE UN ENFANT ROI SOUS LES CESARS…

Diadumenien

Les palais impériaux romains fourmillaient d’enfants au destin demeuré mal connu. Il était souvent tragique, à l’image de celui de leurs parents. Ainsi, la petite Julia Drusilia, la fille bien aimée de Caligula, ne survit-elle que quelques heures à l’assassinat de son père. Non seulement elle fut tuée dans des conditions terribles, mais son souvenir se ressentit de la damnatio memoriae de l’empereur : voulant forcer le trait de la folie de famille, Suétone la présenta même comme un petit monstre, prétendant qu’elle attaquait et griffait les yeux de ses petits compagnons de jeux (à 14 mois !).

Diaduménien, Maxime, Valérien II, Salonin… Ils furent nombreux, ces petits princes, à connaître un sort funeste, surtout lorsqu’ils avaient été associés au pouvoir. Voici une petite galerie monétaire de ces garçonnets ou adolescents, nommés Césars et Princes de la Jeunesse par leur père, dans des tentatives (vaines) de créer une nouvelle lignée : ces rêves dynastiques sombraient le plus souvent au bout de quelques mois… Voir les légendes des images pour des biographies rapides !

Diadumenien

DIADUMENIEN (208-218), fils de l’empereur Macrin

Nommé césar au début du bref règne de son père (217-218), il dut fuir Antioche après la défaite de Macrin devant son concurrent Elagabal. Ses proches voulurent le faire passer en pays parthe, mais il fut rattrapé lors de la traversée de l’Euphrate et mis à mort.

Maxime césar

MAXIME (220-238), fils de l’empereur Maximin Ier (dit le Thrace)

Nommé césar par son père vers 236, il se trouvait à ses côtés lors du siège d’Aquilée deux ans plus tard, lorsque leur propre garde prétorienne, trouvant plus d’intérêt à rallier les usurpateurs Balbin et Pupien, se retourna contre eux et les massacra.

valerien II

VALERIEN II (v. 240-257), fils aîné de l’empereur Gallien

Envoyé par son père en 253 comme césar sur le limes de l’Illyrie, pour symboliser le pouvoir impérial à des légions frontalières toujours promptes à se soulever, il mourut mystérieusement à Sirmium en 257. Les soupçons se portèrent sur son aide de camp, le général Ingenuus, qui, de fait, se révolta peu après, avec le soutien de ses soldats.

salonin II

SALONIN (v. 242-260), fils cadet de l’empereur Gallien
Fait césar en 258, il fut envoyé par son père en Gaule, afin d’y représenter la famille impériale. Sous la tutelle d’un préfet du prétoire nommé Silvanus, il résidait à Cologne, afin de surveiller le limes rhénan. Pour avoir privé les légions de butin, ils durent affronter la colère des soldats qui les assiègèrent. Débordé par plusieurs guerres ou rébellions à travers l’Empire, Gallien envoya le titre d’auguste à son fils, mais pas de renforts. Salonin et son précepteur furent tués lorsque la ville tomba en juillet 260. Le général des légions gauloises, Postumus, prit le pouvoir, le titre d’auguste et créa l’Empire des Gaules, qui devait durer une quinzaine d’années.
tetricus II
TETRICUS II (v. 260 ? – apr. 274), fils de l’empereur Tétricus Ier
Nommé césar en 273 par son père, un sénateur gaulois, gouveneur de la Gaule Aquitaine, qui ramassa la pourpre et fut le dernier souverain de l’éphémère Empire des Gaules. Plus politiques que leurs prédécesseurs, ils surent la partie perdue lorsque l’empereur légitime, Aurélien, passa les Alpes avec ses légions. Après quelques négociations secrètes et un simulacre de bataille près de Châlons-sur-Saône (pour l’honneur), ils rendirent les armes et obtinrent la vie sauve. S’ils durent en passer par l’humiliation de figurer dans le défilé de victoire d’Aurélien, ils furent ensuite comblés d’honneur, gardant leur rang sénatorial et des postes de gouveneur de province. L’un des seuls exemples de règne se terminant bien !
crispus
CRISPUS (v. 305-326), fils de l’empereur Constantin Ier
Fait césar en 317, plusieurs fois consul, il remporta plusieurs victoires militaires décisives sur le Francs, les Alamans, ainsi qu’une bataille navale contre l’usurpateur Licinius. En dépit des services rendus, il fut executé sur ordre de son père. Les raisons évoquées sont variées : 1/ Constantin aurait pris ombrage de ces succès et de l’influence de son fils sur les légions ; 2/ Crispus aurait repoussé les avances de sa jeune belle-mère Fausta et celle-ci se serait plainte à son époux Constantin d’un viol imaginaire. Le mensonge n’aurait été découvert qu’après coup (et, de fait, Fausta fut exécutée quelques mois plus tard) ; 3/ Crispus, demeuré païen comme Fausta, aurait comploté à la chute de son père, forçant celui-ci à une réaction sans pitié…

ROMANA MONETA (4) : DIDIUS JULIANUS, EMPEREUR D’UN JOUR

DIDIUS JULIANUS, EMPEREUR D’UN JOUR

didus julianus

Ahhh, elle est enfin arrivée sur mes plateaux ! Une monnaie hystériquement rare (indice R3 = rarissime) !!! Un denier d’argent de l’empereur Didius Julianus. Si vous le ne connaissez pas, soyez rassuré : vous n’êtes pas victime par anticipation de la réforme scélérate de Najat Vallaud-Belkacem contre notre beau patrimoine latin. En fait, personne ou presque ne le connaît, le pauvre n’a « régné » que du 28 mars au 1er juin 193, presque un record sous l’Empire romain (où l’on faisait pourtant une grande consommation de souverains) ! Sénateur, il avait été poussé par ses proches à prendre le pouvoir à Rome après l’assassinat de son tout aussi fugace prédécesseur, Pertinax (qui fut empereur du 1er janvier au 28 mars 193). Didius Julianus dut en fait acheter le trône aux prétoriens : 6’250 deniers pour chaque soldat de ces garnisons d’élite basées à Rome. Le scandale fut immense, le peuple mécontenté, les autres légions insatisfaites : trois usurpateurs se lévèrent à travers tout l’Empire et marchèrent sur Rome. Le premier arrivé, Septime Sévère (futur fondateur de la dynastie des Sévères), fit décapiter le pauvre Julianus qui demanda encore, la tête sur le billot : « mais qu’ai-je donc fait ? qui ai-je volé ? qui ai-je assassiné ? ». Preuve une fois de plus qu’il ne faut jamais mélanger affaires d’argent et affaires d’Etat !

ROMANA MONETA (3) : NERON ET SES DENIERS, UNE ÂME BIEN VILE…

NERON ET SES DENIERS : UNE ÂME BIEN VILE…

Néron1

En juin 68, devant la révolte initiée par le Sénat et certains puissants gouverneurs de province (en premier lieu, Galba), Néron mettait fin à ses jours. Demeuré aimé par le peuple pour sa politique « panem et circenses », mais haï par l’aristocratie sénatoriale, il fut frappé de « damnatio memoriae », origine de la « légende noire » du personnage. Pour autant, cette prescription fut peu suivie d’effets et les monnaies à l’effigie de Néron, par exemple, ne furent que très peu retirées de la circulation et refondues.

La réforme monétaire initiée par Néron en 64 avait fait passer le denier d’argent de 3,8 grs à 3,3 grs, mais avec un cours officiel maintenu : bon moyen de redresser les finances de l’Empire sur le dos de ses sujets ! Cet affaiblissement du poids du denier, ainsi que la guerre civile qui suivit la mort de Néron (69, l’année des quatre empereurs : Galba, Othon, Vitellius et Vespasien), favorisèrent le travail des faux-monnayeurs.

Dans ce cadre deux deniers néroniens viennent de rejoindre mes plateaux. Si le premier, belle monnaie sortie d’un atelier officiel, est constitué d’argent presque pur (90 %), le second est un vrai faux d’époque, ce qu’on nomme une pièce « fourrée », c’est-à-dire un noyau, plus exactement nommé « âme », en métal vil (bronze ou cuivre) revêtu d’un fin enrobage de métal noble (argent). Cette mince pellicule a ici « sauté » par endroits, révélant le métal sous-jacent, dont l’oxydation verte révèle bien la nature. Voilà vraiment une âme bien vile, même pour un Néron !

Néron2

Vrai faux denier de Néron.

En deux endroits, la pellicule d’argent a sauté, révélant le bronze sous-jacent.

D’après l’oxydation, ces zones sont sans doute à l’air depuis longtemps.

 

ROMANA MONETA (2) : VETRANIO, L’USURPATEUR QUI SURVECUT (PAR HASARD !)

VETRANIO, L’USURPATEUR QUI SURVECUT (PAR HASARD !)

Vetranio

En ce milieu du IVe siècle, dans les soubresauts successionnels qui suivirent la mort de Constantin le Grand, il ne faisait pas bon porter la pourpre impériale, qu’on soit porphyrogénète (c’est-à-dire né d’un papa empereur) ou usurpateur. En fait, un seul de ces usurpateurs réussit à survivre dans ce panier de crabes, sans trop savoir comment d’ailleurs : un obscur général nommé VETRANIO.

Plantons le décor. En 337, les trois fils de Constantin avaient déjà fait le ménage au sein de la famille, éliminant scrupuleusement oncles et cousins (seuls le jeune Julien [futur Julien l’Apostat] et son frère Constance Galle furent épargnés). Puis les joyeux drilles se partagèrent l’Empire et commencèrent à s’écharper entre eux. Ne restaient en 350 que Constance II (en Orient) et Constant Ier (en Occident, où il avait liquidé en 340 son frère Constantin II, récupérant au passage les Gaules, la Bretagne et l’Hispani pour les ajoindre à son Italie).

Souverain fratricide, à la fois cruel et lâche, pressurant ses sujets d’impôts, Constant s’attira la haine général des Gaules. En janvier 350, le général des armées du Rhin, Magnence, fomente un coup d’état militaire à Autun (Augustodunum) et se fait acclamer comme empereur par ses troupes. Traqué, Constant doit fuir à travers toute la Gaule : rattrapé dans la petite cité d’Helena (Elne), aux pieds des Pyrénées, il est mis à mort sans pitié. En Orient, le frère du défunt, Constance II, est loin de le pleurer, mais il éprouve des sentiments partagés : d’un côté, on lui a épargné du boulot, mais d’un autre, c’est un parvenu, ancien esclave qui plus est, qui vient de poser son postérieur sur le trône d’Occident. Or, si les rois aiment en général s’écharper en famille, ils répugnent à voir le premier pékin venu participer à la curée ! Toutefois, il y a un problème dans l’immédiat : les Perses s’agitent sur les frontières orientales et Constance II ne peut abandonner ce front pour gagner l’Europe. Il faut donc trouver un moyen de temporiser… Paradoxalement, c’est une seconde usurpation qui va lui offrir cette chance.

En Illyrie, les légions du Danube, qui se sont également mutinées de leur côté, élisent empereur leur général, un vieux soldat originaire de Mésie (actuelle Serbie), sorti du rang et blanchi sous le harnois : VETRANIO. La propre soeur de Constance II, Constantia, cautionne l’acte, autant pour empêcher Magnence de s’emparer de tout l’Occident que pour embêter son seul frère survivant (qui avait fait d’elle une veuve en assassinant jadis son époux Hannibalien : quelle famille !). Constantia propose donc au soldat le rang (subalterne) de « César », mais Vetranio, qui se prend au jeu, endosse finalement la pourpe le 1er mars 350 en se bombarbant « Auguste ». L’Occident se retrouve ainsi avec deux usurpateurs à sa tête ! Et bientôt même trois quand un neveu oublié de Constantin Ier, nommé Népotien, se proclame empereur à Rome le 7 juin 350. Il ne parvient à se maintenir que 23 jours (presque le record absolu), avant de se faire dessouder par Magnence, descendu en quatrième vitesse en Italie pour lui régler son compte (30 juin 350).

Disposant de fortes et fidèles légions à la jointure des parties occidentale et orientale de l’Empire, jouant du coup le rôle de tampon entre Magnence et Constance II, Vetranio va être courtisé par les deux hommes. L’usurpateur va lui faire miroiter les avantages d’une alliance ; l’empereur légitime fait mine de reconnaître son accession au trône et lui envoie un diadème d’or (que Vetranio, jouant les modestes, refuse, préférant une simple couronne de lauriers).

Finalement libéré du péril perse par une trève conclue en urgence, Constance II (par ailleurs souverain fort apathique, sauf pour les querelles d’héritage et le règlement des usurpations) se tourne vers l’Europe et décide de traiter en premier lieu le cas de Vetranio, qui lui semble plus simple à traiter. Affirmant refuser l’idée d’un affrontement avec ce vieux et fidèle serviteur de l’État poussé à l’usurpation par les circonstances de ces temps malheureux (« Ô tempora ! Ô mores ! »), Constance lui propose carrément un partage de l’Empire, sujet grave et pointu ne pouvant être débattu que de vive voix, d’homme à homme. Des négociations sont donc lancées dans la ville de Serdica (Thrace), en vue d’une conférence au sommet. Vetranio est arrivé avec toutes ses légions, Constance n’est pour sa part entouré que d’une faible escorte et de ses secrétaires. Mais dans les coffres de ses fourgons, des montagnes d’or. Pendant des jours, cet argent arrose discrètement les officiers et les hommes de Vetranio. Et quand, le 25 décembre 350, les deux armées font leur jonction près de Naissus (Nish, actuelle Serbie) et que les souverains, ayant passé en revue les troupes, s’apprêtent à les haranguer depuis une estrade, les légionnaires de Vetranio acclament Constance comme seul et unique empereur. Alors qu’il pensait accéder au plus haut sommet de l’empire, le pauvre souverain-débutant perd tout en un instant : nul doute qu’il connaisse alors un grand et fort pénible moment de solitude, trahi et abandonné face devant quelques milliers de soldats en armes !

Lâché par tous ses partisans, Vetranio se voit dépouillé du diadème et de la cape de pourpre par Constance lui-même, directement sur l’estrade. Son règne n’aura duré que neuf mois. En revanche, cas exceptionnel (et sans doute pour des raisons politiques : Vetranio était encore populaire dans les légions), il lui est laissé la vie sauve, et même plus que cela : Constance l’envoie certes au loin, mais pas véritablement en exil, plutôt dans une forme de retraite dorée, aux frais de l’Etat, avec une confortable rente et dans un agréable domaine situé à Prusa (aujourd’hui Bursa, en Turquie). Vetranio y meurt paisiblement six ans plus tard.

Magnence, de son côté, ne bénéficia pas de la même mansuétude. Associé à son frère Décence (choisi comme César), il résista encore trois ans à Constance II en Gaule, avant de perdre l’ultime bataille de Mons Seleucus en 353. Les deux frères vaincus se suicidèrent pour échapper à la vindicte de leur ennemi. Quant à ce dernier, c’est une maladie qui l’emporta en 361, alors qu’il se rendait en Gaule pour y traiter une nouvelle usurpation : celle de son propre cousin, Julien l’Apostat (le dernier représentant des Constantiniens), qui lui succédera.

Constant Ier

L’empereur Constant Ier

Magnence

L’usurpateur Magnence, proclamé auguste en Gaule

Decence

Le césar Décence, frère de Magnence

ROMANA MONETA (1) : L’EMPEREUR QUI MOURUT D’UN ACCIDENT DOMESTIQUE…

L’EMPEREUR QUI MOURUT D’UN ACCIDENT DOMESTIQUE…

Jovien_silique_ttb_antioche_avers

Voilà, le temps des frimas et des feux de cheminée revient ! Le présent billet vous rappelera, par un cas d’école, l’importance du ramonage…

26 juin 363, bataille de Ctésiphon (Mésopotamie). Durant la retraite de son armée battue par les Perses, l’empereur Julien (dit l’Apostat) est mortellement frappé par une lance. Selon l’histoire (chrétien) Théodoret de Cyr, le dernier souverain païen romain aurait expiré en lançant vers le ciel, à l’adresse du Christ : « Vicisti, Galilaee » (« Tu as vaincu, Galiléen ! »). Avec lui s’éteint le dernier descendant des Constantiniens (il était neveu de Constantin Ier).

Au début de la campagne, c’est un lointain cousin maternel de Julien, un nommé Procope, qui avait été désigné comme potentiel successeur. On lui avait confié l’aile gauche des armées, mais il était resté bien loin des combats, à l’abri en Arménie, pendant que son cousin se faisait tailler des croupières par les Perses. Les légionnaires crient donc au complot et à la trahison. Par ailleurs, ce prétendant est loin et le Sénat encore plus. Alors, comme il est déjà advenu par le passé, ce sont les légions qui choisissent le nouvel empereur. La pourpre échoit ainsi au général Flavius Jovianus (Jovien en français), un Illyrien de 31 ans, natif de l’actuelle Belgrade et qui s’était hissé au rang de commandant de la Garde impériale (« comes domesticorum »).

Conscient de l’importance de revenir au plus vite à Constantinople afin de prendre les rênes de l’Empire, Jovien doit bâcler un traité plutôt humiliant avec Shapur II, le Roi des Rois perse (dont la victoire et les troupes étaient pourtant assez minces). En gros, Rome perd toutes ses provinces mésopotamiennes, ainsi que d’importantes forteresses frontalières : c’est tout le « limes » oriental qui est dégarni et rendu vulnérable. La décision est certes un acte de « real-politk », mais ça grogne ferme parmi les légionnaires, furieux de voir leurs camarades tombés pour rien. Pour autant, Jovien se montre vite un fin politique et un bon gestionnaire. Il parvient tout d’abord à éviter une guerre civile en obtenant la soumission de Procope. Puis, étant lui-même chrétien, il restaure la paix religieuse, en promulgant un édit de tolérance (notion toute relative, car il donne en même temps l’ordre d’incendier la bibliothèque d’Antioche, qui comportait trop de textes païens à ses yeux !). Enfin, voulant assurer les débuts d’une nouvelle dynastie, il associe au pouvoir son fils aîné Varronianus (âgé d’une dizaine d’années), en le faisant consul au début de l’année 364.

Tout semble donc bien parti, mais pas pour longtemps. Le 16 février 364 au soir, sur la route de Constantinople, Jovien et son cortège s’arrêtent dans un bled nommé Dadastana (Drépane), quelque part entre l’actuelle Ankara et Nicée. Ca caille, l’hiver, en Bythinie. On installe l’empereur fatigué dans une auberge de rencontre, plutôt glaciale et dont les murs plâtrés de neuf sentent encore la chaux. Un bon lit, une fourrure ou deux, un feu, et dodo. Le 17 février au matin, quand ses serviteurs viennent le réveiller, l’empereur Jovien, après seulement huit mois de règne, est mort, asphyxié. Le brasero de fortune placé dans la chambre bien calfeutrée a charbonné et saturé la pièce de monoxyde de carbone… « Regnabo, regno, regnavi ».

Conclusion : même si vous n’êtes ni empereur, ni Zola, ramonez votre cheminée et méfiez-vous des monoxydes !