MONETA (11) : AU LARGE DES SCILLY, LE « HOLLANDIA »

LE TRESOR DU HOLLANDIA

(ÎLES SCILLY, 1743)

Les eaux chaudes de la Mer des Caraïbes et de la Floride ne sont pas les seules à héberger des trésors de « pièces de huit ». Etalon monétaire international, ces monnaies ont été en usage à travers toute la planète, bien au-delà des seuls territoires espagnols. Pour ce deuxième naufrage et trésor célèbre, voguons du côté des courants glacés de la Manche, à quelques encablures des îles Scilly, au large de la Cornouaille. C’est là que sombra en 1743 un puissant et riche vaisseau de commerce, une des fiertés de la Compagnie des Indes orientales : le Hollandia.

I. Le bateau

Construit en 1742 par les chantiers de la puissante Compagnie hollandaise des Indes Orientales (VOC : Vereenigde Oost-Indische Compagnie), le Hollandia était un imposant trois-mâts carré jaugeant 700 tonneaux, pour une longueur de 42 mètres. Doté d’une puissance de feu de 32 canons (qui en faisait, comme beaucoup des bâtiments de la VOC, un petit navire de guerre autant qu’un bateau de commerce), il était servi par 276 hommes d’équipage, sous les ordres du capitaine Jan Kelder.

II. Le naufrage

Le 3 juin 1743, le Hollandia appareilla du port de Texel pour son voyage inaugural, faisant partie d’un convoi de la Compagnie en partance pour Batavia (aujourd’hui Djakarta), capitale des Indes néerlandaises. Il emportait plusieurs passagers importants, notamment des proches du nouveau gouverneur-général des Indes néérlandaises, le baron Gustaaf Willem van Imhoff (en l’occurence son frère, la femme de celui-ci et sa belle-soeur, toutes deux issues de l’aristocratique famille Bevervoede), ainsi que de  très nombreux tonnelets de pièces d’argent pour un montant conséquent de 129’700 gulden. En fait, les monnaies embarquées n’étaient pas uniquement hollandaises, elles étaient même en grande majorité espagnoles : il s’agissait de pièces d’argent de quatre et surtout huit reales (les fameuses « pièces de huit » des histoires de pirates !), frappées au Mexique ou en Bolivie, et n’ayant jamais (ou presque) circulé depuis leur frappe et leur premier voyage à travers l’Atlantique. La très haute teneur en métal précieux de ces monnaies (au moins 90 %) était reconnue dans le monde entier, ce qui en faisait un étalon particulièrement apprécié dans toute opération commerciale : elles avaient ainsi cours partout dans le monde, de l’Europe à l’Asie, en passant par les Amériques. D’abord frappées de manière grossière au marteau à partir de rondelles tronçonnées dans des barres d’argent (cobs), elles gagnèrent en raffinement à partir de 1732, grâce à des presses à balanciers : on les désigne alors sous le nom de columnarios. Frappées jusqu’en 1773, ces monnaies comportaient à l’avers les armes royales espagnoles et au revers, les colonnes d’Hercule encadrant deux globes terrestres (d’où le surnom de « pillars dollars » donné à ces pièces).

Le 13 juillet 1743, alors qu’il sortait du Channel, le vaisseau hollandais s’égara sans doute dans le brouillard, par une mer assez grosse, et se rapprocha dangereusement des îles Scilly, au large de la Cornouaille.

Au petit matin, il finit par s’encastrer sur des récifs, les Gunner’s Rocks, à seulement 1,5 mille nautique de l’île inhabitée Annet. L’équipage désemparé aurait tiré plusieurs coups de canon pour demander du secours aux insulaires (le nom actuel du récif viendrait d’ailleurs peut-être de cet épisode), mais ceux-ci ne purent se porter au secours des naufragés. Le bateau fut totalement disloqué par les éléments et coula corps et biens par trente mètres de fond, entraînant tous les passagers et membres d’équipage. De nombreux corps furent par la suite retrouvés le long des plages de St. Mary et d’autres îles de l’archipel.

III. La découverte

L’emplacement de l’épave était connu de la VOC qui tenta, deux mois plus tard, un renflouement de la précieuse cargaison. Mais la profondeur dépassait les moyens techniques de l’époque et le projet n’eut pas de suite. Le naufrage fut oublié pendant plus de deux siècles jusqu’à ce qu’un juriste londonien, Rex Cowan, en retrouve la mention dans les archives anglaises et hollandaises en 1967.

Après quatre ans de recherches, il localisa l’épave le 16 septembre 1971, au moyen d’un magnétomètre à protons (équipement alors révolutionnaire), et en commença la fouille avec une équipe de plongeurs, dirigée par le Lt. Cdr. Jack Grayton, ancien officier de la Royal Navy : en plusieurs campagnes étalées sur deux ans, ils récupèrent près de 30’000 pièces d’argent (plus ou moins corrodées par leur séjour dans l’eau de mer), ainsi qu’une partie des canons et mortiers de bronze du navire. Les monnaies récupérées furent en partie mises en vente cerclées dans une monture d’argent, dont la bordure gravée rappelle la provenance et la date du naufrage.

Comme toujours, certaines monnaies ont subi les atteintes de la salinité de l’eau, d’où des effets de rongement de surface pour les pièces les plus exposées. Mais les mieux préservées semblent sortir de l’atelier de frappe, ou peu s’en faut, comme mon second exemplaire !


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *