MÉLANGES TIRÉS D’UNE PETITE BIBLIOTHÈQUE (14) : « JACK » A DIT !

AUTOUR DE JACK D’ALPHONSE DAUDET

On dit souvent qu’une collection peut constituer une forme d’œuvre d’art. Si c’est le cas, alors c’est nécessairement par petites touches successives, tel un tableau impressionniste qu’on peindrait sur de nombreuses années : une telle entreprise se réalise en effet avec un plan et une vue d’ensemble, mais aussi, par force, au gré de livres et manuscrits le plus souvent croisés par hasard et acquis par chance. Mais, au fil du temps, il y a parfois des « dossiers », des « séries », qui, à la suite d’un ou deux achats initiaux, se mettent doucement en place et commencent à former, plus ou moins volontairement, un vrai ensemble cohérent, autour d’un titre ou d’une thématique ponctuelle (et n’est-ce pas, finalement, le propos du collectionneur : (re)créer du sens à partir de « membra disjecta » ?) .

Pour illustrer ce propos de manière concrète, j’ai choisi de présenter une petite série de documents en rapport avec le roman Jack d’Alphonse Daudet, un ouvrage cruel et sombre, un « livre de pitié, de colère et d’ironie » loin du Daudet jovial et léger que tout le monde croit connaître. Après une présentation générale de ce livre (qui mérite bien d’être connu et lu) seront donc présentés six documents qui, tous, marquent une étape de la vie de ce texte, depuis un exemplaire particulier de l’édition originale jusqu’à l’évocation des premières illustrations données au roman, en passant par son adaptation théâtrale. Les documents en question, ouvrages imprimés ou manuscrits autographes, ont été acquis sur une période de 12 ans (2004-2016) auprès de 4 libraires totalement différents (Paris, Lyon, Avignon, Béziers).

Jack présenté en quelques mots

En décembre 1858, Ida de Barancy, fausse comtesse mais vraie « demi-mondaine » légère et écervelée, veut placer son fils naturel, Jack, un petit garçon de sept/huit ans, blond, gracieux, gentil et tendre, dans un pensionnat pour satisfaire les caprices de sa vie débridée. Las, le très select collège jésuite de Vaugirard refuse l’enfant en raison du pedigree de la mère, non sans que le supérieur de l’établissement s’émeuve du sort futur du « pauvre enfant ». Il faut donc se rabattre sur le Gymnase Moronval, un internat tenu par un mulâtre et fréquenté principalement par des personnalités venus des « petits pays chaud » : enfants de notables, potentats ou roitelets d’Afrique ou d’Asie, désireux de donner à leur progéniture une éducation à la française. Ida s’amourache du professeur de littérature de l’école, un certain D’Argenson, vicomte ruiné et poète raté. S’enfuyant à son tour du collège, Jack parvient, après plusieurs tribulations, à rejoindre le couple. L’intelligence de l’enfant se développe au contact d’un ami, le docteur Rivals, mais son sadique beau-père D’Argenton, qui le hait et lui rend la vie infernale, décrète que Jack deviendra ouvrier : l’enfant est alors placé chez les Roudic, pour apprendre le dur métier de fondeur. Exploité à outrance dans cette usine, passé ensuite dans l’enfer des salles des machines de grands vapeurs comme « chauffeur », Jack s’étiole, sombre dans le désespoir et l’alcool, avant de s’éteindre dévoré par la phtisie, alors que la mère indigne exprime quelques remords aussi tardifs qu’inutiles.

Comptant parmi les œuvres les plus sombres de Daudet, Jack est un véritable roman social, décrivant aussi bien certaines situations de castes (cas des filles-mères et leurs enfants, figures honteuses et déclassées) que l’exploitation des enfants. Daudet rejoint ici un registre naturaliste, proche d’un Zola, auquel son nom n’est habituellement pas rattaché. Mais cet auteur souvent considéré comme un Provençal léger, aux livres pleins de soleil, a donné des romans très noirs, sans aucune illusion d’une part sur la nature humaine, mais aussi sur les rapports sociaux de son époque. Le malheureux Jack rejoint ainsi la légion des enfants martyrs de la littérature XIXe siècle, qu’il s’agisse d’Olivier Twist, de David Copperfield, de Poil de Carotte ou du Petit Chose (du même Daudet).

Genèse et parution d’un « livre de pitié, de colère et d’ironie » (1875-1876)

D’abord paru sous forme de feuilleton dans Le Moniteur universel entre le 15 juin et le 2 octobre 1877, Jack connut sa première édition, en deux tomes, aux éditions Dentu en 1876 : « Ce livre de pitié, de colère et d’ironie est dédié à Gustave Flaubert, mon ami et mon maître ».

Jack_titre

Comme il l’a fait pour d’autres romans ou recueils de nouvelles sous forme de courts récits baptisés « Histoire de mes livres », Alphonse Daudet a raconté dans le détail l’origine de Jack, lui consacrant un chapitre dans Trente ans de Paris – A travers ma vie et mes livres, paru en 1888[1]. On apprend ainsi que le fond du roman est tiré d’une histoire authentique. En 1868, Daudet avait connu un jeune homme nommé Raoul D…, fils abandonné d’une courtisane, réfugié à Champrosay, non loin de la maison de campagne des Daudet. Mi-étudiant, mi-vagabond, il avait frotté ses fonds de culotte sur les bancs des lycées avant de devoir travailler comme « chauffeur » de locomotive. Daudet le prit sous sa protection, lui ouvrit sa bibliothèque, lui procura quelques commandes d’articles et lui trouva pour finir une place en Algérie, en espérant que le climat arrangerait son délabrement physique. Après l’avoir perdu de vue pendant la guerre de 1870, Daudet finit par apprendre que le jeune homme, miné par la maladie, s’était éteint à l’hôpital d’Alger, sans que sa mère daigne seulement lui écrire.

« Voilà ce que l’existence m’a fourni. Longtemps, je ne vis dans cette histoire qu’une de ces mille tristesses extérieures qui traversent nos propres tristesses. Cela s’était passé trop près de moi pour mon regard de romancier ; l’étude humaine se perdait dans mon émotion personnelle. Un jour à Champrosay, assis avec Gustave Droz sur un arbre abattu, dans la mélancolie des bois, l’automne, je lui racontais la misérable existence de Raoul, à quelques pas de la masure en pierres rouges où elle s’était traînée aux heures de maladie et d’abandon. “Quel beau livre à faire !” me dit Droz, très ému. Dès ce jour, laissant de côté le Nabab [roman finalement paru en 1877], que j’étais en train de bâtir, je partis sur cette nouvelle piste, avec une hâte, une fièvre, ce frémissement au bout des doigts qui me prend au début et à la fin de tous mes livres »[2].

Aussi était-ce fort émouvant de mettre la main, en mars 2004, chez un libraire parisien, sur l’exemplaire offert par Daudet à celui-là même qui avait servi de déclencheur à son inspiration : son proche ami le romancier Gustave Droz (1832-1895)[3].

Envoi_à_Droz

Alphonse Daudet, Jack – Mœurs contemporaines, Paris, Eugène Dentu, 1876. Deux volumes in-12, de 396 et 366 pp. Demi-reliures bradel de percaline verte, dos lisses ornés d’un fleuron et de filets dorés, pièces de titre sur chagrin noir, tranches naturelles, non rognés (reliures de l’époque)[4]. Edition originale[5]. Provenance : Gustave Droz (1832-1895, écrivain et peintre) (envoi autographe : « A Gustave Droz, Alphonse Daudet »). Inventaire n° 390.

0390-reliure

Jack sur les planches : une adaptation au forceps (1879-1881)

A en croire le chroniqueur théâtral Arnold Mortier[6], Daudet avait pensé à une adaptation de Jack pour la scène alors même qu’il écrivait son roman, ébauchant déjà un premier scénario[7]. Puis accaparé par d’autres chantiers, il mit de côté ce projet. Vers 1878, ayant aidé un jeune romancier débutant, Henri Liesse, à publier sa première œuvre, Daudet lui proposa une collaboration dramatique et lui donna pour mission d’achever la version théâtrale de Jack, en reprenant le matériau présent dans les premières ébauches écrites trois ou quatre ans plus tôt. Mais le résultat fut loin de soulever l’enthousiasme de Daudet, prêt à jeter l’éponge définitivement. La pièce passa néanmoins devant les yeux de l’acteur Henri Lafontaine (1826-1898), sociétaire de la Comédie-Française, pressenti pour créer le rôle de l’ignoble D’Argenton. Le comédien, également auteur, estima que la pièce n’était en effet pas au point et proposa plusieurs idées de remaniements, à tel point que Daudet finit par l’associer au projet d’écriture.

Les échanges entre Daudet et son nouveau collaborateur se manifestèrent par une correspondance dont j’ai pu réunir, coup par coup, trois lettres, achetées en mars 2013 auprès d’une librairie lyonnaise. Elles marquent trois temps dans l’élaboration de cette pièce :

  • novembre 1879 : la prise de connaissance par Daudet des suggestions de Lafontaine et le redémarrage du projet,
  • courant 1880 : finalisation de l’association entre les deux auteurs, premiers jalons pour la mise en œuvre de la pièce (publicité, repérages d’acteurs…),
  • décembre 1880 : répétitions et dernières modifications du texte.

1647-LAS

« Mon cher Lafontaine, Ce que vous m’avez dit de Jack me raccommode avec lui. Oui, la pièce devient éloquente, intéressante, avec les modifications que vous m’avez proposées. Mettez-vous donc à l’œuvre aussitôt que vous pourrez ; nous viendrons peut être à bout à nous deux de faire un drame émouvant et jouable ? Adieu, mon collabo, – et au revoir. Alph. Daudet. Je viens de télégraphier en Allemagne pour qu’on m’expédie les deux derniers tableaux. Dites bien à Mme Lafontaine le plaisir qu’elle ferait à ma femme, en l’échappant une heure, un de ces mercredis, avenue de l’Observatoire »

Alphonse Daudet, Lettre autographe signée à Henri Lafontaine, [Paris], 27 novembre 1879, 1 page in-12. Inv. n° 1647.

1648-LAS

« Mon cher Lafontaine, Il reste entendu que Jack, drame en cinq actes, sera signé de votre nom et du mien. Quant aux droits, ils seront partagés entre vous, Henri Liesse et moi. Trois parts égales. De cette façon, tout le monde est content. Souhaitons que le public le soit aussi. Cordialement votre. Alphonse Daudet. Plusieurs journaux du soir ont donné la note de librairie que je voulais faire. C’est Calmann qui a dû la faire passer. Tâchez donc de voir une répétition du Gymnase »

Alphonse Daudet, Lettre autographe signée à Henri Lafontaine, [Paris], s.d. [premier semestre 1880 ?], 1 page in-12. Inv. n° 1648.

1649-LAS

« Mon cher et vaillant collabo, Je ne compte pas venir aujourd’hui ; mais si vous avez besoin de moi, un petit signe et j’accours, je suis là tout près, le nez dans l’encre, à la maison. Ne criez pas trop, ne vous énervez pas, hier vous aviez les traits tirés. Il nous faut un D’Argenton en fleur. Et à propos de d’Argenton, rappelez-vous pour l’entrée de Hirsch : « Le docteur Hirsch, de la faculté de (avec un rien d’hésitation et un regard questionneur à Hirsch) Pernambuco… Hirsch (Entre ses dents et d’un ton de je m’en fous) Si tu veux… D’Argenton : Universaliste… très fort… » Voyez si au lieu du : « Si tu veux… », vous pouvez glisser aux dents de Hirsch : « médecin in partibus », comme vous disiez hier ; ou carrément comme ceci : « Hirsch à Ida (ton de blague) « Comme qui dirait médecin in partibus« . Alph. Daudet. »

Alphonse Daudet, Lettre autographe signée à Henri Lafontaine, [Paris], 14 décembre 1880, 2 pages in-12. Inv. n° 1649.

Le drame Jack fut en définitive joué pour la première fois le 11 janvier 1881 au Théâtre de l’Odéon, devant une salle remplie de célébrités. Faisant la une de plusieurs journaux et suppléments illustrés (ci-dessous Le Monde illustré  et L’Univers illustré), la pièce remporta de nombreuses critiques élogieuses (dont celle de Mortier). Mais le succès alla ensuite en s’essoufflant : la pièce fut finalement retirée vers la fin de l’année, après avoir quand même franchi le cap très respectable des 300 représentations.

     Représentation de Jack à l'Odéon 1881Représentation de Jack à l'Odéon 1881 (3)

La dernière étape consista en la publication du texte de la pièce, qui parut en 1882 aux Editions Dentu, sous le titre Jack, pièce en cinq actes, cosigné par Daudet et Lafontaine. Si le mince volume n’est bien entendu pas le Daudet le plus recherché des bibliophiles, il n’en est pas moins assez rare, surtout en bel état. Il m’a fallu attendre janvier 2016 pour en dénicher un bon exemplaire, en reliure signée et avec bon pedigree, chez un libraire ami d’Avignon.

2048-titre

Alphonse Daudet et Henri Lafontaine, Jack, pièce en cinq actes, Paris, E. Dentu, 1882. In-12, de 107 pp. Demi-reliure bradel de maroquin bleu nuit à larges coins, dos lisse, titre doré, date en queue, non rogné, couvertures conservées (Champs). Edition originale. Provenance : Paul Bellon (1853-1895, avocat et bibliophile lyonnais) (ex-libris gravé ; Catalogues de beaux livres anciens et modernes composant la bibliothèque de feu M. Paul Bellon, de Lyon, 1ère partie, Paris, Techener, 1896, n° 344, en lot avec trois autres pièces de Daudet, reliées de la même manière). Inv. N° 2048.

2048-ex-libris

Jack en images : autour de la première édition illustrée

Alors même que la pièce tenait l’affiche à l’Odéon, les deux principaux éditeurs de Daudet, Eugène Dentu (1830-1884) et Georges Charpentier (1846-1905), s’associèrent pour proposer ses premières Œuvres complètes, qui plus est illustrées. Entre juillet 1881 et le courant de l’année 1882, quatre volumes parurent[8], dont l’un (le tome III) contenait Jack, avec des dessins du peintre Charles Delort (1841-1895) reproduits en fac-similé par héliogravure.

C’est dans ce contexte que Charpentier relaya à Dentu, en mars 1882, une demande de Delort, qui souhaitait exposer les originaux de ses illustrations pour Jack au Cercle des Mirlitons, club d’artistes huppé sis place Vendôme. Une lettre qui s’est donc rajoutée par hasard à ce dossier Jack, dégotée chez un libraire de l’Hérault en 2011 (et cataloguée seulement maintenant, après cinq ans d’oubli dans une chemise !).

              2087-LAS1 2087-LAS2

« Mon cher confrère, Monsieur Delort désire exposer au cercle des mirlitons les dessins originaux de Jack. Je lui ai remis les deux que j’ai entre les mains et il me demande un mot pour vous prier de lui prêter celui que vous avez. Je le fais bien volontiers pensant que vous n’y verrez nul inconvénient. Veuillez recevoir, mon cher confrère, l’assurance de mes meilleurs sentiments, G. Charpentier ».

Georges Charpentier, Lettre autographe signée à Eugène Dentu, Paris, 19 mars 1882. Deux pages sur un bi-feuillet in-12, à en-tête « Bibliothèque Charpentier, 13, rue de Grenelle, St Germain, Paris ». Inv. n° 2087.

———————-

[1] A. Daudet, Trente ans de Paris – A travers ma vie et mes livres, Paris, Marpon et Flammarion, 1888, pp. 257-285.

[2] Id., pp. 270-271.

[3] Fils du sculpteur Jules Droz, l’écrivain et peintre Gustave Droz (1832-1895) se révéla tout d’abord dans la peinture, exposant durant plusieurs années avec un certain succès. Sur les conseils d’un ami, après bien des hésitations, il accepta, en 1864, de prendre une place de rédacteur dans le journal La Vie parisienne : ses chroniques légères et enjouées devaient vite faire la fortune du journal. Devenu un auteur à succès, il publia en 1866 son plus célèbre roman, Monsieur, Madame et Bébé, l’un des plus gros succès de librairie de la fin du XIXe siècle. Il écrivit aussi le Cahier bleu de Mademoiselle Cibot (1868) et on lui attribue (sans doute à raison) un grand classique de la littérature érotique : Un Eté à la campagne.

[4] Vu en vente, à la même époque (printemps 2004) et dans deux autres librairies parisiennes, deux autres œuvres de Daudet en édition originale avec envoi à Gustave Droz, dans des reliures strictement similaires à celles-ci : Fromont jeune et Risler aîné – Mœurs parisiennes (1874) et Numa Roumestan (1881).

[5] Clouzot, Guide du bibliophile français du XIXe siècle, p. 81 (« Recherché. Quelques très rares exemplaires sur Hollande »).

[6] Arnold Mortier, Les Soirées parisiennes par un monsieur de l’orchestre – Année 1881, Paris, 1882, pp. 5-10.

[7] Un plan très détaillé (sur pas moins de 63 pages !) avait été noté dans un des carnets sur lesquels Daudet écrivait ses critiques littéraires et dramaturgiques. Passé dans les collections Gérard de Berny (II, n° 124), puis colonel Sickles (XI, n° 4229), ce document est repassé dans une vente Piasa (Paris, 29 avril 1999, n° 368).

La Fondation Martin Bodmer possède pour sa part le manuscrit autographe de l’acte V de la pièce, commençant « Le parloir des Rivals à la campagne… ». Ces 11 feuillets correspondent surtout aux pages 98-101 de l’édition originale de la pièce, avec toutefois des variantes et des passages non publiés. Prov. : Librairie Scherling, Leiden, fév. 1955, cat. 52.

[8] Signalons à ce propos ce petit billet de Daudet à son éditeur (Inv. 1582, achat 2014, librairie genevoise), datant sans doute de 1882, demandant à Charpentier de lui envoyer « un exemplaire hollande des quatre volumes parus de notre grande édition », en prévision de la soirée « chez le Vieux » (avec une majuscule, comprendre : Victor Hugo !). En 1881-1882 avaient donc paru quatre volumes (Fromont jeune et Risler aîné ; Jack ; Robert Helmont ; Le Petit Chose), puis trois nouveaux volumes devaient s’étaler entre 1884 et 1886. Chacun de ces volumes avait connu un tirage de tête de 55 exemplaires sur Hollande.

1582-LAS


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *