MONETA (17) : TÉTRICUS ÉTANT EMPEREUR DES GAULES…

TÉTRICUS ÉTANT EMPEREUR DES GAULES…

HISTOIRE RECONSTITUÉE D’UN PETIT TRÉSOR ROMAIN

274 après J.-C. Depuis quinze ans, les Gaules (Angleterre, Belgique, Rhénanie, France et Suisse actuelles), plus la péninsule ibérique, ont fait sécession. Pour mieux assurer la défense de ces territoires, un général, Postumus, a pris le pouvoir et revêtu la pourpre des Césars. Les empereurs légitimes doivent guerroyer loin en Orient, contre les Parthes, et, après quelques tentatives vaines, finissent par accepter la situation et la perte de leur autorité au-delà des Alpes. Plusieurs « empereurs des Gaules », Augustes autoproclamés, vont donc se succéder, des noms souvent inconnus : Postumus, Marius, Lélien, Victorin, et pour finir Tétricus père et fils. C’est finalement l’empereur Aurélien qui, de retour d’Orient, met fin à cet empire gallo-romain en 274. C’est dans ce contexte que fut probablement caché un petit trésor monétaire dont j’ai fait l’acquisition il y a deux ans en vente aux enchères. Bonne occasion, en ces périodes de forte activité sécessionniste à travers toute l’Europe, pour évoquer cet épisode fascinant, mais peu connu de l’Empire des Gaules, à travers quelques monnaies de ma collection, dont cette émouvante « boursée ».

I. L’an 260, « annus horribilis »

Les années 259-260 se révélèrent cataclysmiques pour l’Empire romain fragilisé. L’éternel problème venait du limes, des frontières de cet immense territoire allant du Portugal à l’Irak, de l’Ecosse à la Haute-Egypte. L’empereur Valérien souhaitait contrer la menace des Perses sassanides et entreprit une expédition en Mésopotamie, sûr de ses arrières car il avait élevé son fils Gallien à la pourpre, en lui confiant Rome. Hélas, tout alla de mal en pis : Valérien fut capturé durant une escarmouche et réduit en esclavage par Shapur Ier. Une humiliation inédite dans l’histoire romaine ! L’auteur chrétien Lactance prétend que le satrape utilisait son prisonnier comme marchepied pour monter à cheval et qu’après sa mort sous les mauvais traitements, l’empereur déchu aurait été empaillé, sa peau tannée teinte en rouge et exposée dans l’un des principaux temples perses…

Antoninien de l’empeur Valérien

Gallien (et cela lui a été beaucoup reproché par les historiens chrétiens antiques, prompts à noircir son portrait) ne semble pas avoir réagi à la capture de son père : aucune négociation ne fut amorcée, aucune rançon proposée (du moins selon les sources conservées). Il faut dire que le nouvel empereur avait fort à faire pour maintenir la cohésion de l’Empire, attaqué simultanément sur plusieurs fronts, tant à l’interne qu’aux frontières.

Antoninien de l’empereur Gallien datant du début du règne, avec un pourcentage élevé d’argent

La chute de Valérien excita les ambitions d’usurpateurs qui se mirent à éclore : la période dite des « Trente Tyrans » (en fait dix-sept usurpateurs confirmés) s’ouvrait. En Orient, le préfet du prétoire Macrien, qui aurait été le premier à devoir secourir Valérien, proclama empereurs ses fils Quietus et Macrien le jeune. Leur cas fut toutefois rapidement réglé : les deux Macrien père et fils furent tués au combat en Illyrie, dans leur marche vers Rome ; le second frère fut assassiné par un concurrent local.

Antoninien de Macrien, frappé à Antioche
Antoninien de Quietus, frappé à Antioche

Mais déjà resurgit un autre candidat oriental, en la personne du potentat de la riche cité de Palmyre, Odénat. Gagnant jour après jour en autonomie, il finit par étendre son autorité sur tout l’Orient romain et se fit reconnaître comme « dux romanorum » par Gallien. Ce dernier était bien obligé de transiger, comptant qu’Odénat, puis son fils Vaballah serviraient des remparts utiles contre les Sassanides voisins. Car des problèmes aussi graves appelaient l’attention de Gallien à l’autre bout de l’Empire.

II. L’Empire des Gaules (260-274)

Pour marquer la présence impériale sur les frontières du Rhin et du Danube, les deux fils de Gallien, Valérien II (né vers 240 et intronisé César en 256) et Salonin (né vers 242) furent installés en Pannonie pour le premier (flanqué du général et dux Ingenuus comme conseiller militaire) et à Cologne pour le second (sous la férule de son précepteur Silvanus et du général Postumus [Marcus Cassianus Latinius Postumus]). Dès l’été 258, Valérien II mourut, peut-être de maladie, peut-être assassiné par Ingenuus, qui profita en tout cas de cette disparition pour usurper le pouvoir.

Antoninien de Valérien césar
Antoninien posthume de Valérien II. Son père le fit diviniser et une émission monétaire de « consecratio » fut frappée, le revers montrant le jeune césar montant au ciel sur le dos de l’aigle jupitérien.

Très affecté par la perte de son fils (qu’il divinisa), Gallien dut donc régler au plus vite cette situation sur le Danube. À peine Ingenuus liquidé, l’empereur dut tourner toutes ses légions contre les Francs et les Alamans qui venaient d’envahir l’Empire (258-259). Les premiers ravagèrent la Gaule en la traversant, tandis que les seconds s’attaquaient au nord de l’Italie : au printemps 260, ils furent finalement écrasés près de Milan.

Cartes des invasions « barbares » (258-260)

De son côté, le jeune Salonin, devenu César après la mort de son frère, était resté seul en Gaule, pour faire face aux menaces de nouvelles invasions barbares sur le Rhin. Dans le courant de l’été 260, le général Postumus, qui venait de remporter une victoire sur les Barbares, fut désavoué par Salonin et son conseiller Silvanus sur une question de partage de butin. Excédé, sûr de l’appui de ses troupes, mais aussi de l’aristocratie gallo-romaine dont il était issu, Postumus fomenta un « putsch » et assiégea Cologne, où s’était réfugié le jeune césar. Certaines sources prétendent que Salonin fut alors intronisé auguste par son père, afin de lui donner plus de poids, mais aucune monnaie avec cette titulature n’a jamais été retrouvée. Le temps a peut-être manqué, car la ville tomba rapidement et le jeune Salonin fut assassiné sans plus de procès.

Antoninien de Salonin. Contrairement à son frère aîné, sa mémoire ne fit pas l’objet d’une « consecratio » et d’une émission monétaire posthume.

S’inaugura alors l’Empire des Gaules, dirigé pendant dix ans par Postumus. Son emprise allait du Mur d’Hadrien, au nord de l’Angleterre, jusqu’aux Colonnes d’Hercule (Gibraltar) ; à l’est, la frontière épousait le Rhin, puis les Alpes. Faisant main basse sur le trésor impérial des riches cités de Germanie (Cologne et Trèves principalement), ainsi que sur les mines d’argent d’Espagne, le nouvel empereur pouvait compter sur une grande solidité financière, contrastant avec la situation générale de marasme économique traversée par l’Empire.

La tripartition de l’Empire romain vers 265

Postumus inspirait par ailleurs confiance grâce à ses grandes compétences militaires, qui se doublèrent vite d’une réelle aptitude à la gestion. Sa mise en place d’un Sénat, de consuls, d’un monnayage de bon aloi (antoninien à bonne teneur d’argent, création d’un lourd « double sesterce ») prouvent ses qualités de chef d’Etat. Il disposait enfin de troupes aguerries pour résister à l’empereur légitime : cela lui donna donc un certain poids pour négocier avec Gallien une reconnaissance officielle de son statut (ce qui lui fut sèchement refusé) ou pour repousser plusieurs contre-attaques venues d’Italie.

Antoninien de Postumus, début du règne, avec un fort pourcentage d’argent

Au début de 268, Gallien finit par envoyer une armée commandée par le maître de la cavalerie Auréolus, un général efficace qui avait déjà aidé par le passé à vaincre plusieurs usurpateurs (Ingenuus, puis Macrien et Quietus). Cette fois-ci, toutefois, le fidèle officier se laissa séduire et, retranché dans Milan, se déclara en faveur de Postumus, pour lequel il battit même monnaie. Gallien était alors sur le limes du Danube, où il venait, lors de la bataille de Naissus, de remporter une victoire à la Pyrrhus contre les Goths.

Antoninien de Gallien, en fin de règne : la pièce ne contient presque plus d’argent, sinon un vague reflet métallique

Furieux, Gallien rejoignit le nord de l’Italie à marche forcée et mit le siège devant Milan. Soldat, mais aussi humaniste et philosophe (Plotin comptait parmi ses proches), cet « empereur à cheval » avait maintenu la cohésion de ses états en se battant sans trêve sur toutes les frontières depuis des années. Mais son autorité avait sans doute faibli et son entourage militaire sentit que l’heure était venue pour un coup de force : victime d’un complot de ses généraux illyriens, Gallien périt assassiné en septembre 268. Peu après, ce fut au tour d’Auréolus de tomber sous les coups de ses propres soldats, lassés du siège. Un nouvel empereur légitime émergea de ce tas de morts : Claude II (dit le Gothique).

Antoninien de Claude II le Gothique. Ce rare exemplaire a conservé toute son argenture superficielle, état très peu courant.

Au même moment, la situation dans l’Empire des Gaules tournait également mal. La relative prospérité économique des débuts était peu à peu oubliée, ce que matérialisent bien les frappes de Postumus : si leur aspect esthétique est toujours aussi splendide d’un bout à l’autre de son règne (et on ne peut qu’admirer le brio des graveurs gallo-romains des ateliers de Trèves et de Cologne), la teneur en métal précieux (argent) des antoniniens chute à vue d’œil.

Antoninien de Postumus, fin de règne : la pièce ne contient presque plus d’argent

Les troubles internes, pour finir, gangrénèrent aussi l’Empire des Gaules. Un certain Lélien (Caius Ulpius Cornelius Lælianus), gouverneur militaire de Germanie supérieure, entra en révolte, forçant Postumus à assiéger Mayence. Une fois la ville prise et l’usurpateur exécuté, les soldats victorieux exigèrent de se livrer à un pillage en règle, ce que l’empereur leur refusa, la cité étant à la fois une ville romaine et une place-forte capitale pour la défense du limes. Ce refus compréhensible lui coûta la vie : il fut massacré par ses propres troupes en juin 269.

Antoninien de Lélien, frappé à Mayence : les monnaies de cet usurpateur d’usurpateur, qui ne régna que quelques semaines, sont particulièrement rares

Ces dernières portèrent à la pourpre un officier venu du rang, ancien forgeron de son état (selon les mauvaises langues) : Marius (Marcus Aurelius Marius). Mais il ne parvint à se maintenir que quelques mois (sans doute en juillet-août 269) avant de tomber sous le couteau d’un assassin.

Antoninien de Marius, là encore une monnaie rare

Lui succéda un proche de Postumus, tribun des gardes prétoriens et même consul en 268 : Victorin (Marcus Piavonius Victorinus). L’Empire des Gaules craquait alors de toutes parts : la succession des empereurs, le marasme économique, les menaces d’invasion incitèrent certaines provinces à regagner le giron de l’Empire légitime, en reconnaissant l’autorité de Claude II le Gothique. La péninsule ibérique fit ainsi défection (accentuant encore le manque en métal précieux) ; des cités en pleine Gaule tentèrent de faire de même, comme Autun (Augustodunum Haeduorum), qui fut reprise par Victorin et ravagée par ses mercenaires bataves au printemps 270. Mais le nouvel empereur devait disparaître à son tour durant le premier semestre 271, victime d’un officier d’intendance (dont il aurait violé la femme, selon l’Histoire Auguste, toujours friande d’anecdotes grivoises souvent apocryphes).

Antoninien de Victorinus avec le portrait de Marius : les empereurs étaient remplacés si vite que les graveurs n’arrivaient plus à suivre ! Dans l’attente d’un portrait officiel du nouveau souverain, les monnayeurs ont donc utilisé le profil de Marius pour frapper les premiers antoniniens de son successeur.
Antoninien de Victorinus, très rare avec son « sauçage » superficiel

Arrive alors le temps des derniers souverains d’un Empire séparatiste en bout de course, qui se réduit à présent à la (Grande-)Bretagne, aux Germanie et aux Gaules (narbonnaise, lyonnaise et aquitaine), comme l’attestent les bornes miliaires retrouvées. Il est possible que la chute de Victorinus ait été provoquée par une enième sédition, celle d’un obscur officier nommé Domitianus (peut-être un ancien bras droit d’Auréolus).  Il fut manifestement très vite éliminé, après quelques semaines dans la pourpre, ne laissant presqu’aucune trace, sauf une mention chez l’historien antique Zosime et DEUX antoniniens (l’un trouvé aux Cléons près de Nantes, en 1900, perdu, considéré comme faux, puis retrouvé et authentifié en 2004 ; l’autre trouvé dans l’Oxfordshire en 2009).

Après ce très bref épisode, c’est un homme de bien, un administrateur civil qui fut acclamé par l’armée, vers décembre 271 : un sénateur, par ailleurs gouverneur d’Aquitaine à Bordeaux, Tétricus (Caius Pius Esuvius Tetricus).

Antoninien « officiel » de Tétricus père, dernier empereur « gaulois »
Antoninien du césar Tétricus fils

Associant son jeune fils, Tétricus II, au pouvoir comme césar, il dut lutter contre une nouvelle usurpation militaire, menée par un certain Faustinus sur le Rhin. L’économie était alors aux abois et la production monétaire, anarchique, voyait cohabiter les émissions officielles (au taux d’argent plus que symbolique) et des contrefaçons tolérées.

La situation de l’Empire des Gaules vers 271 et les reconquêtes d’Aurélien

Mais un nouvel et redoutable adversaire s’annonçait : le nouvel empereur légitime, Aurélien, monté sur le trône en 270. En deux ans, avec une redoutable efficacité, il régla la question barbare en pulvérisant les Vandales et les Juthunges lors de la bataille de Pavie (271), puis se rendit en Orient pour régler leur compte à l’autoproclamé roi Vaballah et à sa mère, la célèbre Zénobie (271-273).

Antoninien de Vaballath. Dans un souci de conciliation, la monnaie comporte aussi l’effigie d’Aurélien, mais au revers, donc en position secondaire…

Ne restait plus qu’à liquider le cas gaulois pour retrouver l’unité de l’Empire. En mai ou juin 274, les armées de Tétricus et d’Aurélien se firent face à Duro Catalaunum (Châlons-en-Champagne), pour la première « Bataille des Champs Catalauniques » (dont le récit a été rapporté, de manière parfois divergente, par Eutrope, Aurelius Victor et l’Histoire auguste). Il semble que Tétricus, sans doute manipulé depuis des années par les officiers généraux de sa propre armée, ait négocié une discrète capitulation personnelle avant la bataille. Dans une lettre confidentielle envoyée à Aurélien, il aurait repris un vers de l’Énéide de Virgile, extrait du chant où Énée rencontre l’âme du pilote Pallinure : « Arrache-moi, ô invincible, à mes tourments ». Abandonnées par leurs chefs, les légions du Rhin et de Bretagne auraient été taillées en pièces.

Aurelianus d’Aurélien. Cette monnaie, qui remplace l’antoninien dévalué et discrédité, est le fruit de la réforme monétaire de 274. Par la qualité de sa frappe et surtout par son taux de métal précieux, elle montre le rétablissement du système monétaire impulsé par l’énergique empereur qui lui donna son nom.

Quant au souverain déchu et à son fils, ils figurèrent, enchaînés aux côtés de Vallabah et de Zénobie, lors du grand triomphe accordé à Aurélien par Rome en décembre 274. Le destin ultérieur des deux derniers souverains de l’Empire des Gaules est incertain : selon Zosime, ils auraient été exécutés, mais la plupart des sources indiquent au contraire que, fidèle à sa parole, Aurélien leur aurait accordé son pardon, les élevant même à des responsabilités (correcteur de Lucanie, voire de toute l’Italie, ou propréteur pour le père ; siège de sénateur consulaire pour le fils).

III. Un modeste « trésor »

C’est donc probablement vers 274, alors que la Gaule est en plein chaos, qu’une personne de modeste extraction (petit artisan, paysanne ?) dissimula dans la terre bourguignonne (dont l’une des principales villes est alors Augustodunum, soit Autun) une bourse contenant ses économies : trente-deux pièces en billon (argent de bas titre) ou cuivre plus ou moins « saucé » (recouvert d’une fine couche d’argent), des « antoniniens » valant normalement deux deniers chacun, sans doute un peu plus d’un mois de salaire.

Un petit trésor gallo-romain, enfoui vers 274

Après un petit travail d’identification et de datation, on y retrouve des monnaies de Postumus, de Victorin, des Tétricus et même de Claude II. Les pièces de Postumus conservent encore une bonne proportion d’argent ; certaines pièces des Tétricus, avec leurs beaux portraits barbus, sont des tirages officiels des ateliers de Cologne ou Trèves.

Cologne / Trèves Rome « Minimi » Total
Postumus

(260-269)

4 4
Victorinus

(269-271)

5 5
Tétricus Ier

(271-274)

4 9 13
Tétricus II

(271-274)

3 5 8
Claude II

(268-270)

1 1
Divin Claude II

(270)[1]

1 1
Total 16 1 14 32

Mais beaucoup de ces piécettes sont également des minimi, imitations « barbares » aux portraits et légendes « dégénérés » : le produit de frappes locales imitant le monnayage officiel, mais gravées et frappées dans des centres urbains ou même des villas (vastes domaines de grands propriétaires fonciers, devenus des potentats locaux en raison de l’effondrement de l’autorité centrale). Leur apparence diffère profondément d’un exemplaire à l’autre, en raison de modes de fabrication très artisanaux : on rencontre ainsi des pièces mesurant de 20 à 6 mm de diamètre (d’où leur nom de minimi), pour un poids de 6 à 0,14 grs !

A gauche, un antoninien « officiel » de Tétricus II ; à droite, une émission « pirate » dont on note la facture naïve.
Trois « minimi » de Tétricus Ier. Le plus petit, en haut à droite, mesure 15 mm de diamètre contre 20 mm pour une frappe normale. Là encore, on remarque l’aspect grossier des portraits.
Exemple de légende « dégénérée » : DIZVETDICVSCIVS. La plupart des « S » sont couchés, selon une habitude souvent constatée de la part des graveurs illettrés de ces monnaies. Le portrait est inspiré des tirages officiels de Tétricus I.

La frappe de ces « monnaies locales » dura une douzaine d’années environ, de la mort de Postumus (269) aux environs de 280-281. La réforme monétaire décrétée par Aurélien en 274 devait retirer de la circulation ces monnaies « pirates » et injecter des pièces officielles réévaluées, mais les effets ne se firent sentir que lentement dans les Gaules ravagées par des années de troubles. Les lieux de frappe sont évidemment très difficiles à établir, mais la (Grande-)Bretagne et la Bourgogne semblent avoir été d’importantes régions émettrices, ainsi que les régions entre la Loire et la Belgique[2]. Il est fort possible que les monnayeurs se soient procurés le métal nécessaire en récupérant as et sesterces des siècles précédents, ou même du règne récent de Postumus, délibérément ôtés du système pour être refondus et débités en petites monnaies.

La monnaie de référence était alors l’antoninien, à l’origine une pièce d’argent créée par Caracalla en 215 afin d’assurer temporairement d’importantes liquidités à l’État impérial : ce petit malin mettait en effet en circulation une pièce ayant officiellement cours pour deux deniers, mais ne pesant en réalité le poids que d’un denier et demi !

Denier et antoninien de Caracalla, créateur de la seconde monnaie

En 238, l’antoninien (5,10 gr) remplaça définitivement l’historique et multiséculaire denier (3,10 gr) comme numéraire dominant. Si à sa création, l’antoninien présentait un teneur d’argent de 476 ‰, il devait vite voir son poids et son aloi s’amoindrir. Les besoins croissants de financement (notamment pour les dépenses militaires) entrainèrent une augmentation de la production d’antoniniens, qui explosa sous les règnes de Valérien et de Gallien. En 268, cette monnaie ne pesait plus que 2,5 gr et son titre en argent s’était effondré à 25 ‰ ; dans le même temps, le monnayage de Postume, en Gaules, conservait un meilleur titre grâce aux mines espagnoles. Au cours des années suivantes, l’antoninien finit par perdre pratiquement toute valeur intrinsèque, réduit à une vulgaire piécette de cuivre contenant à peine 1 ‰ d’argent, tant sous Claude II que sous les Tétricus[3]. Même le sauçage appliquant une légère couche d’argenture sur les monnaies fut abandonné en raison de son coût et « les pièces de Tétricus offrant une surface brillante sont excessivement rares »[4]. En revanche, des faussaires en profitent pour émettre des antoniniens dévalués en grande quantité.

Pourquoi cette explosion de contrefaçons dans les Gaules de cette époque ? « Il est bien évident qu’un pays tout entier ne s’est pas donné la peine de forger un nombre aussi considérable de monnaies pour le seul plaisir de frauder. Ce monnayage répondait à une nécessité, il fallait absolument approvisionner le marché local de moyens de paiement. En effet, isolée depuis le coup d’État de 260, la Gaule souffrit à la longue d’une grave pénurie d’argent. On sait que sous le gouvernement de Postume, qui se voyait obligé d’aligner son système monétaire sur le système monétaire romain, ruina la prospérité apparente du pays. La bonne monnaie disparut de la circulation. Victorin s’efforça de la remplacer par ses grandes émissions d’inflation, mais la production des ateliers ne put vraisemblablement suffire aux besoins du commerce. Cat appel de numéraire devait évidemment favoriser l’entrée des mauvaises monnaies romaines. A peine contenue jusqu’à la mort de Victorin, celle-ci se fit en masse dès l’avènement de Tétricus : les pièces de consécration de Claude le Gothique, frappées à Rome sous le règne de Quintille ou au début du règne d’Aurélien, se répandirent dans les régions les plus reculées de la Gaule. Néanmoins, l’apport fut insuffisant, il fallut recourir à l’industrie des artisans locaux qui s’improvisèrent sur-le-champ monnayeurs. Les imitations se multiplient avec la dégradation de la monnaie, au point que toute réforme, fût-elle préconisée par la meilleure volonté, paraissait à l’avance découragée, condamnée à l’échec. Aurélien en fit l’expérience, qui, en 274, ordonna de retirer de la circulation toutes les monnaies de mauvaise qualité. L’édit de réforme fut bien promulgué, mais la monnaie locale continua de circuler dans l’anarchie totale, pour le plus grand dommage de la Monnaie de Lyon, que l’empereur venait d’édifier. Les invasions de 276 ne firent qu’aggraver la situation, rendant vain tout effort de redressement »[5]. La réforme impulsée par Aurélien signifiait la mort de l’antoninien et la création d’une monnaie assez proche, mais de bon aloi : l’aurelianus. Mais il mit du temps à s’imposer à travers les Gaules.

Les gros dépôts monétaires (« trésors ») datant de cette époque et retrouvés en France sont très nombreux : 204 recensés pour la période Gallien (253-268), 162 pour la période Claude II / Aurélien (268-275) et 47 après le retour dans le giron de l’Empire (275-282)[6]. Et il ne s’agit que des dépôts les plus importants, comptant quelques centaines ou plusieurs milliers de pièces. Plus nombreux encore sont les cas de dépôts plus modestes ou « boursées », contenant de quelques pièces à quelques dizaines. Dans le seul département de la Somme, on atteint dans ce cas 200 dépôts datables du IIIe siècle[7]. De même, il convient de « distinguer deux sortes de dépôts : les dépôts de thésaurisation, qui contiennent une forte proportion de monnaies officielles ou d’imitations bien faites, et les dépôts hâtivement formés, semble-t-il, composés de pièces de mauvais billon prises directement dans la circulation »[8].

Un « trésor » de nos régions : le modeste dépôt monétaire de Veigy. Sans doute enfoui vers 276 (invasions allamanes), il est constitué d’antoniniens bas titre. Découvert au XIXe siècle, il a été offert au Musée de Thonon par une famille de notables chablaisiens et se trouve actuellement conservé au dépôt archéologique du Chablais où j’ai pu l’examiner en août 2017 grâce à l’amabilité du conservateur Laurent Berman.

Sans doute caché ou perdu en raison des événements de 274, le modeste « trésor » arrivé il y a peu sur mes plateaux est resté bien des siècles en sommeil : les trop minces couches d’argent ont disparu, oxydations et patines ont verdi le cuivre, rendant ces monnaies un peu ingrates. Mais elles représentent un pan d’histoire méconnue de nos pays et une émouvante histoire individuelle. Car derrière le « trésor », il faut toujours se rappeler l’homme ou la femme qui le dissimula.

Nicolas Ducimetière

Douvaine, 4 novembre 2017


ORIENTATIONS BIBLIOGRAPHIQUES

Histoire générale de l’Empire des Gaules

  • John F. Drinkwater, The Gallic Empire. Separatism and Continuity in the North-Western Provinces of the Roman Empire A.D. 260–274, Stuttgart, 1987.
  • Xavier Loriot et Daniel Nony, La crise de l’empire romain, 235–285, Paris, Armand Colin, 1997.
  • Michel Christol, L’Empire romain du troisième siècle, Paris, 2006.
  • Jean Lafaurie, « La chronologie des empereurs gaulois », Revue numismatique, 6e série, vol. 6,‎ 1964, p. 91-127.

Histoire numismatique de l’Empire des Gaules

  • Nicolas Parisot et Michel Prieur, L’Empire gaulois : les antoniniens (260-274) – Collection Pierre Gendre et divers amateurs, Paris, Editions des Chevau-Légers, 2011. Une référence incontournable, tout à fait passionnante !
  • Jean-Baptiste Giard, « La monnaie locale en Gaule à la fin du IIIe siècle, reflet de la vie économique », Journal des savants, 1969, no 1, pp. 5-34.
  • Jean Hiernard, « Monnaies d’or et histoire de l’empire gallo-romain », Revue belge de numismatique, 129, 1983, p. 61-90.
  • Jean Lafaurie, L’Empire gaulois : apport de la numismatique, ANRW II, 2, New York, 1975.
  • Sylviane Estiot, « Tétricus I et II : les apports de la statistique à la numismatique de l’empire gaulois », Histoire & Mesure, 1989, volume 4 – no 3-4. Varia. p. 243-266.
  • Sylviane Estiot et Gildas Salaün, « L’usurpateur Domitianus », Revue numismatique, 2004, pp. 201-218.
  • R. A. Adby, « The second-known specimen of a coin of Domitian II », Revue numismatique, 2004, p. 219-221.

NOTES

[1] Empereur populaire, Claude II le Gothique ne demeura que deux ans sur le trône, fauché, non par le glaive, mais par la « peste » qui ravagea son armée à Sirmium (actuelle Serbie) durant l’été 270. Il fut divinisé après sa mort et un important monnayage de commémoration (consecratio) fut frappé par son frère et éphémère successeur Quintilien, puis par Aurélien durant les mois suivants. Le revers comporte une représentation du bûcher funéraire de l’empereur.

[2] Jean-Baptiste Giard, « Adulterina numismata : la trouvaille du Petit-Couronne et le problème du monnayage local en Gaule à la fin du IIIe siècle », dans Annuaire de l’Ecole pratique des hautes études, 4e section (Sciences historiques et philologiques), année 1965, vol. 98, n° 1, p. 466.

[3] P. Le Gentilhomme, « Variations du titre de l’antoninianus au IIIe siècle », dans Revue numismatique, 1962.

[4] Jean-Baptiste Giard, « Adulterina numismata : la trouvaille du Petit-Couronne et le problème du monnayage local en Gaule à la fin du IIIe siècle », dans Annuaire de l’Ecole pratique des hautes études, 4e section (Sciences historiques et philologiques), année 1965, vol. 98, n° 1, p. 463.

[5] Jean-Baptiste Giard, « La monnaie locale en Gaule à la fin du IIIe siècle, reflet de la vie économique », dans Journal des Savants, année 1969, vol. 1, n° 1, p. 34.

[6] Yann Le Bohec, L’armée romaine dans la tourmente – Une nouvelle approche de la crise du IIIe siècle, Paris, Editions du Rocher, 2009.

[7] Tahar Ben Redjeb. Carte archéologique de la Gaule. La Somme 80/2. Paris, Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 2012, p. 670-672.

[8] Jean-Baptiste Giard, « Adulterina numismata : la trouvaille du Petit-Couronne et le problème du monnayage local en Gaule à la fin du IIIe siècle », dans Annuaire de l’Ecole pratique des hautes études, 4e section (Sciences historiques et philologiques), année 1965, vol. 98, n° 1, p. 462.


ILLUSTRATION D’EN-TÊTE

Maximilien-Théodore Chrétin (1797-vers 1872), « Bas-relief représentant Tétricus père et fils faisant face à Claude II le Gothique », 1835.

Ce bas-relief avait été vendu à la Société archéologique de Toulouse comme provenant d’un villa exhumée depuis peu aux environs de Nérac.  Un autre bas-relief représentait les deux Tétricus sur un quadrige triomphal aux portes de Bordeaux. Archéologues et épigraphistes s’exaltèrent ; des articles furent publiés, récompensés par des prix de l’Institut de France, qui remit à Chrétin sa médaille d’argent ; Mérimée, inspecteur des monuments historiques, fit chorus. On s’émut aux larmes de l’inscription « S.P.R.G.Q. », traduite par « Senatus populus romanus gallicusque », en lieu et place du traditionnel « S.P.Q.R » (Senatus Populusque Romanus). Puis le doute vint et les anciens thuriféraires se précipitèrent pour porter l’estocade, Mérimée en tête. Traîné devant les tribunaux, Chrétin fut finalement relaxé, les juges semblant penser qu’il s’agissait davantage d’un canular un peu potache que d’une vraie tentative d’escroquerie. Sur ce personnage et cette affaire, voir cette page très bien documentée.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *