MONETA (16) : AU LARGE D’HISPANIOLA, LA « NUESTRA SEÑORA DE LA PURA Y LIMPIA CONCEPCION »

LE TRESOR DE LA NUESTRA SEÑORA DE LA PURA Y LIMPIA CONCEPCION

(REPUBLIQUE DOMINICAINE, 1641)

Rarement épave aura été autant (re)cherchée et (re)trouvée ! Après les premières tentatives espagnoles, ce fut d’abord, dès le XVIIe siècle, l’action d’un Anglais inventif, William Phips, qui devint une gloire nationale en s’emparant des richesses perdues de l’ennemi espagnol, puis, plus près de nous, la personnalité longtemps préférée des Français : le commandant Cousteau. Pourtant, jouant de malchance, ce dernier échoua dans sa quête du navire, retrouvé et fouillé dix ans plus tard, à cinq cents mètres de là… Découvrez l’histoire de ce galion « low-cost » qui transportait pourtant l’un des plus riches chargements venus des Amériques durant tout le XVIIe siècle : la Nuestra Señora de la pura y limpia Concepcion.

I. Le bateau

Sorti des chantiers navals de La Havane en 1620, la Nuestra Señora de la pura y limpia Concepcion n’était plus, à l’heure de son dernier voyage, un navire de première jeunesse. C’était même un bateau usé, fatigué par plusieurs traversées de l’Atlantique et des années de navigation dans les eaux chaudes et délétères des Caraïbes (terribles pour les coques de bois). Âgé de vingt ans, ce vétéran se présentait néanmoins comme un galion espagnol de belle taille, jaugeant 600-650 tonneaux pour 140 pieds de longueur pour 45 de large. Comme toujours, en plus d’un armement conséquent de canons (36 pièces exactement), le navire était lourdement orné de sculptures, de frises, couronnes et guirlandes taillées dans le chêne, notamment au niveau des galeries d’arrière et des pavois. Comment montrer davantage la grandeur du royaume d’Espagne, tout en impressionnant l’ennemi potentiel ? Pour autant, un regard plus attentif aurait pu déceler des bémols dans tout ce clinquant. Ainsi, l’habituelle feuille dorée destinée aux figures sculptées avait été remplacée par une simple couche de peinture jaune… Manque d’argent ? Non : manque de temps.

Vue reconstituée du galion « Nuestra Senora de la pura y limpia Concepcion » (gravure moderne)

Lorsque don Diego López de Pacheco Cabrera y Bobadilla (1599-1653), marquis de Villena et duc d’Escalona, prit ses fonctions de vice-roi de Nouvelle-Espagne en 1640, il réalisa rapidement que la marine espagnole en mer des Caraïbes était devenue dramatiquement insuffisante. Au total, il ne demeurait plus guère que vingt-cinq navires aptes à franchir l’océan. La situation peut sembler étrange pour ce royaume qui avait bâti sa fortune sur les voyages d’exploration et de colonisation ; elle datait en fait de nombreuses années déjà et devait se poursuivre par la suite : en 1661, par exemple, la couronne espagnole dut solliciter la flotte hollandaise pour faire franchir l’Atlantique aux produits du Nouveau-Monde. Un comble ! Dynamique, Escalona tenta de changer la donne et mit en chantier à Vera Cruz plusieurs bâtiments pour reconstituer une digne Flottille de Nouvelle-Espagne : en un an, huit galions et une frégate purent ainsi être lancés, la Nuestra Señora de la pura y limpia Concepcion fut pour sa part l’objet d’importants travaux de rénovation. Mais pour tenir à la fois les délais et les coûts, on avait réduit les exigences, certes sur le superflu (comme les ornementations à la feuille d’or déjà évoqués), mais aussi sur le nécessaire (comme les calfatages ou la fourniture d’ancres supplémentaires). Néanmoins, tout était prêt pour l’appareillage au mois de juillet 1641.

Gravure ancienne représentant la « Nuestra Senora de la pura y limpia Concepcion » en compagnie d’un autre galion

Cette impatience était justifiée. Par manque de bateaux, aucune Flota de plata (flotte d’argent) n’avait pu gagner l’Espagne l’année précédente. Or, les besoins financiers du royaume étaient considérables, notamment à cause de la ruineuse Guerre de Trente Ans. C’est donc une énorme cargaison de richesses cumulées, en grande partie des lingots et pièces d’argent, qui fut chargée sur la Concepcion, pour un poids total d’une centaine de tonnes. Le 23 juillet 1641, la Concepcion et le reste de la Flottille de Nouvelle-Espagne appareilla de San Juan d’Illoa, le port de Vera Cruz, en direction de La Havane, où devait les rejoindre la seconde composante de la Flota de plata : la flottille de Terre-Ferme, venant de Panama chargée du produit des mines de Colombie, du Pérou et de Bolivie.

Ensemble de « pièces de huit » provenant de la « Concepcion »

C’est donc une flotte de trente-et-un navires qui devait finalement prendre le large depuis Cuba. Mais les différents retards de chargement et de procédures administratives, les fêtes données par le gouverneur de La Havane pour les hauts dignitaires de la Flotte, retardèrent le départ : ce n’est que le 13 septembre 1641 que les ancres furent relevées, alors que débutait la saison des cyclones…

II. Le naufrage

Avec 525 passagers et membres d’équipage à son bord, la Concepcion transportait également l’amiral don Juan de Villavicencio (alors âgé de 37 ans, il était subordonné au capitaine-général don Juan de Campos, véritable commandant de la flotte), donnant ainsi au galion le rang envié d’almiranta (nef-amirale). Les navires s’engagèrent au nord, pour emprunter le détroit de Floride, situé entre cette péninsule et les Bahamas, la meilleure route pour gagner les vents favorables de l’océan Atlantique. Mais dès le deuxième jour de navigation, on s’aperçut que l’almiranta prenait l’eau de manière bien trop importante, sans que les pompes parviennent à compenser ces infiltrations. On ordonna un demi-tour général vers La Havane où les chantiers navals exécutèrent des réparations et consolidations dans l’urgence, en abattant le navire en carène (ce qui impliquait de vider entièrement le navire, canons compris !). Deux semaines (dont dix jours de travaux) furent perdues dans l’opération et le périple ne put reprendre que le 28 septembre, en une période devenue dangereuse pour la navigation dans ces eaux…

Vue d’artiste représentant la « Concepcion » toutes voiles dehors dans son dernier voyage

Le 28 septembre 1641, ayant dépassé les parages périlleux des Bahamas et de leurs cayes (écueils), la flotte se trouvait environ à 30° de latitude nord, au large de la ville espagnole de Saint Augustine (Floride),  quand un violent cyclone s’abattit sur les bateaux. Le bilan immédiat fut catastrophique : trois navires coulèrent en pleine mer, quatre furent poussés vers la Floride où ils s’échouèrent, tous sombrant corps et biens. La patache (bateau de liaison léger) heurta un récif : certains marins et passagers (dont un prêtre) voulurent gagner la côte à la nage, mais furent dévorés par les requins, quand d’autres demeurèrent accrochés aux débris de l’épave et furent secourus peu après.

Pour la Nuestra Señora de la pura y limpia Concepcion, la fin ne fut pas aussi rapide. On peut même dire que ce naufrage, loin d’avoir l’habituelle brutale soudaineté liée à ce genre d’événement (en général, en une nuit ou un-deux jours de tempête), devait établir une forme de record, puisque l’agonie du galion dura … des semaines ! Ayant perdu la majeure partie de ses gréements dans la tourmente, le galion démâté et désemparé fut poussé sans contrôle par les éléments déchaînés, vagues et vents l’entraînant de manière erratique, le ballotant tantôt vers l’ouest, tantôt vers le sud. Etrave et beaupré avaient été arrachés, de même que les deux canots ; on avait basculé par-dessus bord les canons et les boulets afin d’alléger la structure. Marins et passagers étaient entassés dans le château arrière ou dans les cales, priant dans le noir pour que cesse la tourmente. Lorsque les éléments se calmèrent, l’équipage parvint à dresser un mât de fortune, tandis qu’on se relayait sans discontinuer aux pompes. Mais la situation était sans espoir : réparé trop vite, le navire prenait l’eau de toutes parts, ses coutures lâchant les unes après les autres sans qu’on parvienne à calfater.

Vue d’ensemble du dernier voyage de la « Concepcion »

Vu la direction générale prise par le navire (ou ce qui en restait), l’amiral pensait, sur le conseil de ses pilotes Bartolome Guillen et Mathias Destevan, pouvoir rejoindre Porto Rico. En réalité, le calcul de leur position, réalisé à l’estime et dans de terribles conditions, était totalement erroné : en voulant gagner un havre sûr en évitant les très redoutés Abreojos, ils donnèrent en plein sur ces écueils… Le 1er novembre 1641 (soit plus d’un mois après le début du drame), vers 21h00, la vigie annonça une barrière de récifs droit devant : les Abreojos ! Les cordes des ancres furent immédiatement tranchées tant pour essayer de ralentir le navire que pour s’alléger de l’immense poids des deux ancres de bossoir, des deux ancres de veille (de 15 tonnes chacune) et de l’énorme ancre de miséricorde. Par miracle, la manœuvre permit au galion de « sauter » par-dessus la barrière de corail, non sans racler gravement sa coque. Le lendemain, 2 novembre, l’équipage put mener le navire en eaux libres et l’y stabiliser non seulement avec les ancres, mais aussi avec les derniers canons encore à bord.

Entourée en rouge, la position du « Banc d’Argent » au large des côtés d’Hispaniola (aujourd’hui République dominicaine)

Le pire semblait donc avoir été évité, quand une nouvelle tempête frappa le galion dans la nuit du 2 au 3 novembre, vers minuit. Deux heures plus tard, les cordages des ancres et amarres de fortune lâchèrent : le navire bousculé par les vagues alla donner en plein sur le récif, proue la première, et s’y encastra. Durant toute la journée suivante, en s’enfonçant dans le cœur du banc, il se déchiqueta peu à peu. Envahi par l’eau, il coula par l’arrière sur le corail et, se brisant, s’ouvrit en deux. Alors que la proue disparaissait sous les eaux, la poupe toucha le fond en laissant dépasser le haut de sa structure. C’est là que les survivants du drame se massèrent, occupant les deux étages du château arrière (la tolda et la toldilla). Pour finir, même ce refuge fut disloqué par les flots et les naufragés se retrouvèrent à même le récif. Les uns après les autres, ils étaient emportés par les vagues ou happés par un requin en maraude. La position étant intenable, des radeaux furent construits, mais les avis divergeaient sur la direction à prendre : les pilotes se croyaient toujours près de Porto Rico ; l’amiral estimait être au nord de la côte d’Hispaniola. Il était dans le vrai et ceux qui le suivirent furent finalement les seuls survivants ; on perdit toute trace des autres radeaux. Enfin, une trentaine de naufragés avaient décidé de demeurer sur place dans l’attente de secours. Installés sur une sorte de plate-forme construite à partir de planches, poutres et autres débris de leur navire, ils récupérèrent des chaudrons, un peu de nourriture, d’or et d’argent. Mais après plusieurs semaines de vaine attente, désespérés, ils partirent eux aussi sur un esquif bricolé qui fit naufrage sur la côte d’Hispaniola : il y eut un unique survivant. Des 525 passagers et marins de la Nuestra Señora de la pura y limpia Concepcion, seuls 190 eurent la vie sauve.

III. La première redécouverte : William Phips (1687)

Les lieux du naufrage étant connus et en eaux peu profondes, plusieurs opérations de renflouage furent tentées par la couronne espagnole, sans succès. L’amiral de Villavicencio lui-même prit la tête de certaines de ces expéditions, mais il ne parvint jamais à retrouver l’épave. Celle-ci, pourtant, devait reposer en eaux peu profondes… L’histoire de ce bateau chargé de richesses était connue dans toutes les Caraïbes et influa certainement sur le nom donné ensuite au nouveau nom du redoutable récif : le « Banc d’Argent »

Tout cela changea en 1686 avec l’arrivée d’un natif de Boston (et donc sujet anglais) : William Phips (1651-1695). Devenu à seulement vingt-trois ans le capitaine d’un bateau de commerce appelé The Star of Boston, il avait sillonné la mer des Caraïbes pendant plusieurs années, avant de recueillir par hasard, à Hispaniola, le témoignage, sur son lit de mort, d’un des survivants de la Concepcion qui avait pu retourner sur les lieux du naufrage des années plus tôt et retrouver l’épave.

Portrait du capitaine William Phips au moment de son expédition (vers 1687)

Comprenant que cette chasse au trésor demanderait de gros moyens, techniques et militaires, Phips se rendit à Londres pour proposer l’entreprise au roi Charles II en personne. Intéressé, le souverain lui confia le commandement d’une petite frégate de dix-huit canons, la Rose d’Alger. Las, en dépit d’un quadrillage du Banc d’Argent, examiné avec des lunettes de calfat permettant de voir sous l’eau, l’expédition fut un échec cuisant. A son retour en Angleterre, Phips apprit la mort de son royal protecteur et la montée sur le trône de Jacques II, qui refusa tout nouveau financement. L’espoir vint d’un jeune grand seigneur, Henry Christopher, duc d’Albemarle, qui s’entremit pour obtenir une concession royale, trouver des associés et avancer une partie du capital nécessaire. Le 12 septembre 1686, Phips put ainsi repartir avec deux navires, le James and Mary (200 tonneaux, 22 canons) et le Henry of London (10 canons). Le chasseur de trésors avait cette fois une arme secrète qui devait se révéler décisive : une cloche de plongée.

Entreprise de renflouement sous-marin au XVIIe siècle (gravure anglaise de l’époque)
Cloche sous-marine et plongeur en action sur une épave (détail de la gravure précédente)

Muni de cet instrument révolutionnaire et ayant par ailleurs engagé des plongeurs indigènes à Porto Plata (réputés les meilleurs des Caraïbes), Phips s’engagea sur le Banc d’Argent le 29 janvier 1687. Cette fois, l’épave fut rapidement repérée, coincée entre les coraux, sous quelques brasses d’eau. Leur travail sur zone dura deux mois, durant lesquels les plongées s’enchaînèrent sans discontinuer, au prix de grands sacrifices (plusieurs plongeurs furent victimes d’accidents de décompression). L’importance de l’armement permit de tenir à distance quelques bateaux corsaires attirés par les rumeurs et par l’odeur de l’or. Après un voyage de retour anxieux, les bateaux de l’expédition arrivèrent dans les Downs le 6 juin 1687. Leur arrivée se fit dans une ambiance de délire : une grande balance fut installée sur le pont du James and Mary et le pesage du trésor commença. Au total, Phips avait récupéré au fond de la mer 37’538 livres d’argent en « pièces de huit », 27’556 livres en lingots et pains, 347 livres d’argent en vaisselle précieuse et 25 livres d’or, sans compter les bijoux.

Les trésors de la « Concepcion » ramenés sur le pont du « James and Mary » de William Phips (gravure du XIXe siècle)

Outre son seizième de la récolte qui en fit un homme riche, Phips gagna dans l’aventure un statut de héros national et le titre de chevalier conféré par le roi Jacques. Une très belle médaille commémorative fut même frappée, présentant le couple royal à l’avers et une représentation de l’entreprise au revers, avec la devise « Semper tibi pendeat hamus » (« Laisse toujours pendre un hameçon », allusion aux crochets et grappins de fer utilisés pour haler les lourds coffres de pièces depuis le fond sur le James and Mary).

Médaille commémorative célébrant la réussite de l’expédition de Phips (1687)

Revenu dans sa ville natale de Boston, Phips finit par être nommé gouverneur du Massachusetts, ainsi que gouverneur général du Maine et de la Nouvelle-Ecosse. A ce titre, il dut mener la guerre contre le Canada français, parvint à s’emparer de l’Arcadie, mais échoua à prendre Québec d’assaut. Cette défaite lui valut des ennemis, des dettes et finit par lui coûter sa charge. Arrêté et emprisonné à Londres sur demande de ses créanciers, il mourut en cellule, confiant à son geôlier, pour payer son cercueil, l’ultime souvenir de ses aventures : le premier lingot remonté de la Concepcion. Le roi finit par payer ses funérailles et son tombeau (depuis disparu) en l’église londonienne Sainte-Marie-Woolnoth, sur Lombard Street.

Le gouverneur Sir William Phips à la fin de sa vie

IV. Les redécouvertes modernes 

L’examen des archives espagnoles et anglaises par les chercheurs modernes permit d’établir qu’une partie seulement de la cargaison précieuse de la Concepcion avait été relevée par Phips : il demeurait sans doute l’équivalent au fond de l’eau. De quoi réveiller les convoitises… L’un des premiers à s’emparer du dossier fut le flamboyant Rémy de Haenen (1916-2008), alors maire et conseiller général de Saint-Barthélemy, cette petite île française des Antilles. Pionnier de l’aviation dans cette région du monde, marin et aventurier, il recoupa des témoignages d’époque, fit des repérages en avion et pensa enfin pouvoir identifier l’endroit précis du naufrage.

Rémy de Haenen, maire de Saint-Barth’, marin, aviateur … et chasseur d’épaves !

De Haenen soumit alors un projet de fouilles à un prestigieux ami : Jacques-Yves Cousteau (1910-1997), le célèbre « commandant Cousteau ». C’est ainsi que la Calypso s’engagea en juillet 1968 sur le Banc d’Argent : assistés par l’archéologue sous-marin Frédéric Dumas, les plongeurs de l’équipe travaillèrent deux mois sur le site repéré et dégagèrent bien une épave ancienne.

Le pongeur Bernard Delemotte, de la « Calypso », découvre un canon sur le « Banc d’Argent ». Cette superbe photo a marqué mon enfance et je crois qu’elle a déjà un effet comparable sur mon petit Alexis (2 ans) !
L’archéologue sous-marin Frédéric Dumas cherche à déterminer le calibre d’un canon en essayant différents types de boulets retrouvés sur le site
Remontée d’une des ancres principales de l’épave anonyme sur le pont de la « Calypso »

Mais au fil de semaines et de découvertes (notamment d’impressionnants canons), après déblayé des dizaines de tonnes de corail, il se révéla peu à peu qu’il s’agissait probablement d’un gros navire français du XVIIIe siècle, brisé en deux et par ailleurs inconnu : pas une « pièce de huit » à l’horizon…

Le commandant Cousteau présente deux des bouteilles à section carrée découvertes sur l’épave anonyme du « Banc d’Argent »

Ironie du sort : la Concepcion n’était en fait qu’à quelques centaines de mètres du site fouillé par Cousteau… Dix ans après le passage de la Calypso sur le Banc d’Argent, c’est finalement un chasseur de trésors américain, Burt D. Webber Jr. (né en 1942), et sa société « Seaquest International Inc. » qui découvrirent finalement l’épave du galion le 28 novembre 1978.

Le chasseur d’épaves Burt Webber dans les années 1960

Ce résultat ne devait rien au hasard, mais découlait de dix ans de recherches en archives, tant en Espagne qu’en Angleterre, et d’une première expédition infructueuse sur zone. La preuve déterminante avait été la mise au jour du journal de bord du Henry of London, le plus petit des deux bateaux de Phips. L’utilisation de matériel de pointe, en premier lieu un magnétomètre à protons, permit également de localiser plus aisément l’épave.

Sur le site de l’épave : un morceau de la charpente de la « Concepcion » (cliché National Geographic)

Au final, ce sont plus de 60’000 pièces de huit et de quatre reales qui furent remontés du fond. Parmi ces trouvailles figurait donc la monnaie ci-dessous, une « pièce de huit » frappée à Mexico peu avant le naufrage (plus exactement entre 1634 et 1641).

A cela s’ajoutaient aussi de nombreux bijoux (demeurés en grande partie propriété du gouvernement dominicain qui avait accordé le droit d’exploitation).

Quelques bijoux sortis de l’épave de la « Concepcion » (photo National Geographic)

Mais les objets précieux ne furent pas le seuls remontés de l’épave. Des témoignages plus modestes, mais porteurs d’une grande émotion, sont venus témoigner des conditions de vie des marins et passagers, à travers de nombreux ustensiles du quotidien.

Eléments de vaisselle extraits de l’épave de la « Concepcion » (photo National Geographic)

Nicolas Ducimetière

Douvaine, 9 sept. 2017


BIBLIOGRAPHIE

Plusieurs ouvrages ont été consacrés au naufrage de la Nuestra Señora de la pura y limpia Concepcion :

  • Jacques-Yves Cousteau et Philippe Diolé, Un trésor englouti, Flammarion 1971 : un livre que j’ai bien dû lire 15 ou 20 fois depuis mon enfance et qui m’a marqué dès mes dix ans.

  • Peter Earle, The Treasure of the Concepcion – The Wreck of the Almiranta, New York, Viking, 1980.

  • John Grissim, The Lost Treasure of the Concepcion : The Story of One of the World’s Greatest Treasure Finds and Burt Webber, the Man Who Never Gave Up, 1980.
  • William M. Mathers and Nancy Shaw, Treasure of the Concepcion – The Archaeological Recoivert of a Spanish Galleon, Best Pub Co., 1995.
  • John Christopher Fine, Treasures of the Spanish Main : Shipwrecked Galleons In The New World, Guilford, The Lyons Press, 2006, p. 45 sqq.
    .

 

MONETA (15) : AU LARGE DES BAHAMAS, LA « NUESTRA SEÑORA DE LAS MARAVILLAS »

LE TRESOR DE LA NUESTRA SEÑORA DE LAS MARAVILLAS

(BAHAMAS, 1656)

Porteur d’un des plus gros trésors ayant quitté le Nouveau Monde au XVIIe siècle, le galion espagnol Nuestra Señora de las Maravillas ne fut pas victime, comme tant d’autres, d’un cyclone, mais d’un autre type d’accident maritime : une collision. Echoué en eaux peu profondes sur un banc des Bahamas, il tomba peu à peu dans l’oubli jusqu’à ce que des chercheurs d’épaves américains en retrouvent la trace dans les années 1970-1980 : exploitée pendant quinze ans avec l’accord du gouvernement local, le navire a procuré l’un des plus grands trésors d’épave jamais retrouvés, supérieur au célébrissime Atocha.

I. Le bateau

La Nuestra Señora de las Maravillas était un lourd galion espagnol jaugeant 900 tonneaux et puissamment armé : trente-six canons longs de bronze, quatre demi-canons de dix-huit livres, seize demi-canons de seize livres, huit quarts-de-canon de dix livres, quatre-vingts mousquets et cinquante arquebuses. Il le fallait bien pour la mission confiée en cet été 1654 : escorter la plata flota qui ramenait annuellement les richesses du Nouveau Monde et la protéger de toute attaque. En effet, des informations provenant d’Angleterre confirmaient qu’une flotte de nombreux vaisseaux de guerre avait appareillé de la perfide Albion pour s’emparer du tentant convoi…

Un des canons de la « Nuestra Senora de las Maravillas » in-situ
Remontée de l’un des canons de la « Nuestra Senora de las Maravillas »

 

En réponse, une Real Armada composée de cinq galions (dont la Nuestra Señora de las Maravillas, placée sous le commandement de Matias de Orellana, avec le rôle d’ « almirante » formant l’arrière-garde), deux pataches et un navire marchand leva l’ancre le 10 juillet 1654 pour rejoindre les Caraïbes. Après une traversée sans histoire, la flottille arriva à Carthagène des Indes le 22 août et le transbordement des richesses arrivées du Pérou commença. Les opérations prirent plus longtemps que prévu, car la « capitana » du Pacifique, le galion Jesús-Maria, avait heurté un récif dans la baie de Gayaquil, en Equateur : il fallut plusieurs semaines pour extraire sa cargaison, avec d’ailleurs des surprises de taille[1]. Puis il fallut encore ajourner le départ en raison de la présence de l’escadre anglaise redoutée, qui se contenta finalement d’assiéger Saint-Domingue…. Envoyée à Veracruz, la flotte espagnole y récupéra les richesses provenant cette fois du Mexique. Le galions étaient alors chargés au maximum des possibilités : les lingots et pièces d’or et d’argent étaient entassés dans des chambres-fortes au plus profond de leurs flancs ; les caisses d’ivoires, de soieries, de porcelaines devaient être installées jusqu’entre les canons.

Enfin, les navires anglais repartis, on put faire voile vers La Havane (qui était le point de ralliement et de départ traditionnel pour la traversée de l’Atlantique), atteinte le 10 octobre 1655. Ce fut l’occasion de procéder à des réparations des coques, bienvenues après ces longs mois de séjour en eaux tropicales. On embarqua aussi quelques dernières marchandises locales (sucre, cacao, tabac), qui s’ajoutèrent au produit de trois années de richesses venant du Nouveau Monde, mais aussi d’Orient. Selon les chroniqueurs, on n’avait plus vu une si riche cargaison dans la Plata flota depuis des décennies. La pièce maîtresse aurait été une statue grandeur nature en or massif de la Vierge à l’enfant, pesant 500 kilos !

Remontée de l’ancre de la « Nuestra Senora de las Maravillas »

II. Le naufrage

Le 1er janvier 1656, la Real Armada se lança sur l’océan, sous le commandement du capitaine-général et marquis Luis Francisco de Montealegre, installé dans le galion capitane, la Nuestra Señora de la Limpia Concepción. Composée de deux autres galions et de deux pataches en plus de la capitana et de la Nuestra Señora de las Maravillas comme almiranta, la flotille espagnole fit voile au nord-est, dans des vents contraires qui l’obligea à louvoyer et à tirer des bords. En dépit de sa lourde cargaison et de ses 650 passagers et hommes d’équipage, la Nuestra Señora de las Maravillas marchait à merveille et abandonna son rôle d’almiranta pour occuper au contraire l’avant-garde.

Le 4 janvier, vers midi, la vigie signala la côte de Floride : Matias de Orellana donna l’ordre de virer de bord vers l’est. Vers 23 heures, par une nuit très sombre, le marin en charge de la sonde lança un cri d’alarme : brusquement, les lancers donnaient treize brasses seulement, indiquant la proximité de hauts fonds ou de bancs de sable, fréquents dans les Bahamas. Le capitaine fit immédiatement tirer du canon pour avertir le reste de la flotte et entreprit de virer de bord pour éviter la zone dangereuse. Par malchance, pendant cette manœuvre, le galion capitane, la Nuestra Señora de la Limpia Concepción, surgit de l’obscurité et éperonna avec violence la Nuestra Señora de las Maravillas, occasionnant une large brèche dans son flanc. Le choc fut d’une telle violence, et la proximité si grande, qu’un marin travaillant dans les gréements de l’almiranta se retrouva projeté dans la mâture de la capitana !

La « Nuestra Senora de las Maravillas » naviguant dans l’obscurité

Réagissant avec compétence et rapidité, l’amiral de Orellana fit procéder aux travaux de colmatage indispensables, tout en faisant activer les quatre pompes du bateau. Constatant vite l’ampleur des dommages et l’inanité de ces efforts, le commandant mit cap à l’est pour chercher un haut-fond et s’y échouer volontairement. Vers 2 ou 3 heures du matin, la sonde donna six brasses de fond : les ancres furent alors mouillées et le bateau ainsi immobilisé coula en eau peu profonde, se posant en douceur sur un banc de sable (aujourd’hui connu sous le nom de « banc de Los Mimbres », près de Grand Bahama, il n’était alors pas porté sur les cartes).

Position du naufrage, au large de Grand Bahama

Ce naufrage aurait donc pu trouver une conclusion heureuse, si une violente tempête ne s’était levée dans la nuit. Battue par le vent et les vagues, l’épave se disloqua, emportant peu à peu la plupart des 650 malheureux naufragés. Au plus fort de l’ouragan, c’est tout le lourd château arrière du galion qui se détacha en bloc et fut emporté au loin par les courants. Lorsque la tempête cessa et que le soleil se leva, seuls 45 survivants s’accrochaient encore aux débris. Ils furent secourus le jour suivant par des canots détachés d’un autre galion du convoi.

L’éparpillement des débris témoigne de la dislocation de l’épave

Les lieux du naufrage étant connus et en eaux peu profondes, une opération de renflouage fut tentée trois mois plus tard. Venus du Venezuela, les bateaux de secours donnèrent une description explicite de la situation : « l’eau était si claire et le sable si blanc qu’on pouvait voir distinctement tout ce qu’il y avait sur le fond. On pouvait voir les barres d’argent répandues au fond de la coque. Toute l’artillerie se trouvait parmi le lest des pierres, mêlée aux montages de barres d’argent ». Restés sur zone pendant cinq mois, les renfloueurs espagnols et leurs plongeurs indiens parvinrent à remonter seize canons, quelques dizaines de lingots d’argent et quelques pièces d’or : même limitée, la profondeur demeurait trop grande pour les moyens de l’époque. Quatre ans plus tard, une nouvelle expédition récupéra encore plusieurs tonnes d’argent, mais on estima que les trois-quarts de la cargaison demeuraient au fond de l’eau…

III. La redécouverte

L’épave fut ensuite oubliée pendant trois siècles, jusqu’à ce qu’un célèbre chercheur d’épaves américain, Robert Marx, en retrouve la trace en 1972, en compulsant les Archives des Indes, à Séville. Mais un conflit l’opposa au gouvernement des Bahamas et il ne put obtenir de permis de fouille.

Le chasseur de trésors Bob Marx

C’est finalement un autre Américain, Herbert Humphreys, par ailleurs capitaine de l’US Merchant Marine, qui put travailler sur le site à partir de 1986.

Herbert Humphreys en uniforme de capitaine, présentant quelques-unes de ses découvertes

 

Le bateau « Beacon », qui permit la fouille de l’épave

 

Pendant une quinzaine d’années, à bord du navire Beacon, la société MAREX et son équipe de plongueurs fouillèrent le site. Les premières campagnes produisirent des résultats tout de suite époustouflants, permettant de remonter de somptueux joyaux et une quarantaine d’émeraudes brutes, dont l’une pesant plus de 100 carats.

Deux des plus célèbres joyaux de la « Maravillas », inscrustés d’émeraudes

 

Lingot d’or provenant de la « Maravillas »

Suivirent de très nombreux lingots et pièces d’or et d’argent : au début des années 2000, le total des objets remontés se chiffrerait à près d’un milliard et demi de dollars, ce qui en fait le plus important trésor d’épave jamais récupéré. Comme toujours, les pièces d’argent sortaient de l’eau couvertes par les oxydations, avant de retrouver leur lustre par traitement électrolytique.

Pièces collectées au cours des fouilles
« Pièces de huit » au sortir de l’eau : des morceaux de métal informes et charbonneux
Après traitement : les monnaies sont à nouveau lisibles

Chose curieuse, certaines de ces pièces n’en étaient donc pas à leur premier bain… Comme évoqué plus haut, on comptait en effet à bord des « pièces de huit » provenant de l’épave du Jesus Maria de la Limpia Concepcion, plus connu de nos jours sous le surnom de Capitana, la nef capitane de la flotte du Pacifique, échouée au large de l’Equateur alors qu’elle amenait les produits des mines d’argent de Potosi et du Pérou vers Panama. Une infime partie de la cargaison monétaire avait été récupérée et elle aboutit dans les cales de la Nuestra Señora de las Maravillas. Mais la malchance s’attachait décidément à ces pièces : certaines ne furent en effet sauvées de ce deuxième naufrage que pour en subir un troisième, lorsque le bateau Madama do Brasil, qui avait récupéré une petite partie du trésor, s’échoua à son tour sur Gorda Cay, dans les Bahamas, en 1657 ! On peut donc bien parler d’argent maudit…

Dans le trésor de la Nuestra Señora de las Maravillas figurait donc la présente « pièce de huit », de style « cob » (frappé à partir de morceaux de lingotins, comme toujours assez fruste et au contour biscornu), frappée à Mexico en 1654.

L’Espagne n’a pas oublié le courageux amiral de Orellana : une plaque en sa mémoire a ainsi été apposée dans sa ville natale de Casas de Reina, dans la province d’Estrémadure,  le 22 mars 2014, en présence d’élus et d’officiers de la Marine royale.

Nicolas Ducimetière

Douvaine, 20 août 2017


NOTES

Pour poursuivre cette lecture avec un court reportage de 10 minutes sur la fouille de la « Maravillas » (tournée par la société MAREX dans un but promotionnel), cliquer ici.

[1] Afin de contourner la taxe royale, le fameux « Quinto Real » équivalent à 20 % des sommes convoyées, la contrebande était importante, grâce à la corruption des officiers et marins. Ainsi, la cargaison mise au jour durant les opérations de sauvetage contenait finalement cinq fois plus d’or et argent qu’officiellement enregistré au départ, sans parler de tout un ensemble de marchandises non déclarées (11’000 jarres de vin, 200 sacs de farine, 4’000 blocs de sel, des sacs de cochenille, des balles de laine et des tonneaux d’indigo) !

MONETA (14) : AU LARGE DU KENT, L’ « ADMIRAL GARDNER »

LE TRESOR DE L’ADMIRAL GARDNER

 (GOODWIN SANDS, 1809)

Faisons résonner Rule Britannia ou plutôt Heart of Oak ! Petit accroc aujourd’hui à la thématique générale de mes billets estivaux : pour changer un peu, nous parlerons d’un naufrage impliquant non pas de bonnes grosses « pièces de huit » espagnoles en argent, mais une « monnaie de singe » anglaise en cuivre. Epave assez récente (enfin de 1809 quand même), coulée dans les eaux froides de la Manche avec une cargaison de 48 tonnes (!) de cash, de flouze, bref de pièces de cuivre destinées aux salariés indigènes de la toute puissante Compagnie anglaise des Indes orientales. Partez sur les traces de cet indiaman à la croisière brutalement interrompue : l’Admiral Gardner.

I. Le bateau

Propriété de la puissante Compagnie anglaise des Indes orientales (« The Honourable East India Company », en abrégé HEIC), l’Admiral Gardner faisait partie de la classe des navires surnommés indiamen, des bâtiments conçus pour transporter en toute sécurité marchandises et passagers vers les possessions britanniques des Indes. Souvent très bien armés, ces trois-mâts étaient, par leur profil et leurs peintures (avec une bande blanche ou jaune courant tout le long de la coque, à hauteur des sabords), taillés pour ressembler aux navires de guerre de la Royal Navy (et leur possibilité de défense se rapprochait, à vrai dire, d’un vaisseau de seconde ligne, autrement dit d’un « deux ponts »[1] : lors de la bataille de Poulo Aura, en 1804, on vit ainsi un convoi d’indiamen repousser une escadre française !). Comme les navires de guerre, leur coque « frégatée » était plus large à la ligne de flottaison afin de conserver la stabilité du navire en dépit de sa lourde charge de canons (sans même parler de la cargaison). Passant par le cap de Bonne-Espérance pour gagner Bombay, Madras ou Calcutta, leur voyage aller-retour vers les Indes durait en général 18 mois.

L’indiaman « Repulse » en 1820, aux East India Docks de Londres

Construit en 1797 dans les chantiers navals de Limehouse, l’Admiral Gardner était un indiaman de beau gabarit, jaugeant 813 tonneaux. Avec ses 145 pieds de longueur et son armement respectable de 23 canons, il était l’un des fleurons de la flotte de la Compagnie.

Le « Admiral Gardner » d’après une gravure de l’époque

Son nom de baptême lui venait de l’amiral Alan Gardner (1742-1809), premier baron Gardner, l’un des plus respectés officiers supérieurs de la Royal Navy, dont le dernier poste, de 1807 à sa mort, fut le commandement en chef de la flotte de la Manche, fonction de première importance face à la France impériale toute proche. Le vieux marin s’était éteint le le 1er janvier 1809 ; par un curieux coup du destin, le bateau qui portait son nom ne devait pas lui survivre un mois…

L’amiral lord Alan Gardner (1741-1809), 1er baron Gardner, par William Beechey

Le 24 janvier 1809, l’Admiral Gardner, sous le commandement du capitaine John Eastfield, appareilla du port de la Compagnie, à Blackwall, près de Londres. Destination : Madras. A défaut d’être précieuse, sa cargaison était volumineuse et fort lourde : il s’agissait d’un chargement d’ancres, de chaînes, de canons et de lingots de fer (ces derniers pour le compte de la Rose Copper Co., de Redruth, Cornouailles). Le navire transportait aussi et surtout 48 tonnes (!) de pièces de cuivre fraîchement frappées, courant 1808, par un procédé moderne récent : la presse monétaire à vapeur inventée par Matthew Boulton (1728-1809) et mise en œuvre dans sa fabrique de Soho (Soho Mint)[2].

La presse monétaire à vapeur de Boulton-Watt

Stockées à bord dans de petits fûts de bois, ces centaines de milliers de rondelles étaient de deux types : des pièces de 10 « cash » [25,8 mm pour 4,66 grs] et 20 « cash » [30,6 mm de diamètre pour 9,33 grs]. Ce terme de « cash » était une dénomination largement employée dans les Indes pour désigner le petit numéraire, d’après un terme anglais remontant à la fin du XVIe siècle – et dont la première attestation chez un écrivain français se rencontre chez Claudel en 1894 ! Ces pièces constituaient un peu une « monnaie de singe », car il ne s’agissait pas de numéraire frappé par la Couronne, mais d’une émission monétaire privée : des « token » (jetons) que la puissante Compagnie, alors à son apogée, véritable état dans l’état régnant directement sur une bonne partie de l’Asie, réservait au paiement de ses employés et soldats indigènes aux Indes[3].

Pièce de dix « cash », provenant de l’épave de l’ « Admiral Gardner »
Pièce de vingt « cash », provenant de l’épave de l’ « Admiral Gardner »

L’avers représentait les armes accordées à la Compagnie en 1698, l’écu encadré de deux lions portant le drapeau anglais et surmontant la devise « Auspicio regis et senatus Angliæ » (Sous le patronage du roi et du Parlement d’Angleterre). Au revers figurait la valeur, en chiffres romains (« X. CASH. », « XX. CASH. »), mais aussi en farsi, langue en usage dans l’Inde moghole (ده کس دو فلوس است [Dah kas do falus ast], soit « Dix cash font deux fulûs » ; بست کس چهار فلوس است [Bist kas chahar falus ast], soit « Vingt cash font quatre fulûs »). A noter que  ce terme de « fals », « fulûs » au pluriel, était à l’origine une monnaie frappée par les califes des dynasties ommeayades et abbassides : ce nom, venu du follis byzantin, donna bien des siècles plus tard notre argotique flouze !

Le sceau de la Très honorable Compagnie des Indes orientales

 

II. Le naufrage

A peine sorti de la Tamise dans la Manche, en compagnie de deux autres indiamen, le Britannia et l’Apollo, l’Admiral Gardner dut affronter un grain sévère. Dans la lutte contre les éléments, le pilote du navire, John Palmer, se trancha deux doigts accidentellement, en tentant de couper une aussière à la hache. En état de choc, il fut incapable d’assumer sa tâche et le bateau fut poussé irrémédiablement vers les Goodwin Sands. Situé à une dizaine de kilomètres au large des côtés du Kent, ce dangereux et large banc de sable, un redoutable piège à bateaux, culmine jusqu’à seulement 50 centimètres de fond à marée basse…

Les redoutables Goodwin Sands, vus d’avion

Au plus sombre de la nuit du 24 au 25 janvier 1809, ayant perdu son ancre et ses mâts, l’Admiral Gardner désemparé percuta de plein fouet le banc, comme son sister-ship le Britannia. On tenta de mettre la chaloupe à la mer, mais elle fut submergée et coula en un instant. La seule solution était de se cramponner à l’épave en attendant la fin de la tourmente. L’équipage fut finalement être secouru, ne déplorant qu’une dizaine de morts et disparus.

Le naufrage de l’ « Admiral Gardner », d’après une gravure de l’époque

Un jour plus tard, les épaves avaient déjà disparues, balayées par les éléments et littéralement aspirées dans les profondeurs sablonneuses du banc. Une semaine après les faits, on estima que la cargaison était à jamais irrécupérable et aucune tentative de sauvetage ne fut tentée : la perte sèche se monta à 200’000 £ pour la Compagnie.

III. La redécouverte

Oubliée pendant plus de 150 ans, l’histoire de ce naufrage resurgit soudain en 1976. Après avoir dragué du sable dans les Goodwin Sands pour alimenter des chantiers de construction à Douvres, on y trouva par hasard des token de la Compagnie des Indes orientales. Le souvenir de la tragédie fut ranimé dans les esprits, et notamment chez les pêcheurs locaux, et l’épave fut vite identifiée comme l’Admiral Gardner (le Britannia, toujours non localisé, étant porteur d’une importante cargaison de token d’argent, et non de cuivre).

Localisation moderne de l’épave, sur les Goodwin Sands, au large du Kent

Il fallut toutefois attendre 1983 pour que le site exact soit repéré grâce à un pêcheur dont les filets remontèrent de nouveaux token. L’année suivante intervint la première entreprise de récupération, menée par les plongeurs de la EIC Diving Group. Les résultats furent immédiats et conséquents : durant cette campagne, ce sont plus d’un million (!) de token qui auraient été ramassés au fond, sans parler d’un baril intact contenant à lui seul 28’000 jetons.

Un baril retrouvé intact, avec ses 28’000 « token » soudés en bloc

Les conditions de plongée étaient difficiles, en raison des courants et de la faible visibilité, limitant les fenêtres opérationnelles à deux heures par jour. Il fallait aussi compter avec la très grande mobilité des sables : le site découvert par les courants risquait d’être à nouveau enseveli à la moindre tempête un peu sérieuse.

Un tapis de « token » de cuivre, parmi les débris de leurs barils
Les monnaies neuves, à peine sorties des presses, ont subi les atteintes de l’eau salée pendant 175 ans : leur cuivre a souvent pris une patine oxydée noire et les plus exposées ont vu leur gravure s’estomper

 

L’entreprise attira l’attention des autorités qui classèrent le site en 1985… avant de s’apercevoir qu’il n’était pas dans la limite des eaux territoriales (3 nautiques seulement à cette époque). Quatre ans plus tard, cette limite étant portée à 12 nautiques, le site fut à nouveau inscrit et protégé. Entre-temps, les mouvants Goodwin Sands s’étaient refermés sur l’épave, qui réapparut de manière sporadique au fil des ans : le site de l’Admiral Gardner fut ainsi à nouveau accessible en août 1993, puis en mai 1995 (donnant lieu à une mission de l’Archaeological Diving Unit, qui put observer la structure du bateau et ses canons de fer). En juin 1999, un examen au magnétomètre à protons montra que le site, à nouveau légèrement recouvert, demeurait fort bien préservé ; un an plus tard, il était complètement enseveli sous le sable.

Des « token » sortis par milliers du sable des Goodwin Sands

Ce sont donc des centaines de milliers de pièces qui ont été sorties du sable durant la campagne de fouilles de 1984-1985. Cette profusion explique qu’il soit aisé de se procurer ces « jetons » à des prix très modiques : l’occasion pour tout un chacun d’obtenir une véritable « pièce d’épave » pour quelques dizaines d’euros !

Outre les deux pièces montrées ci-dessus, j’ai eu la bonne chance de mettre la main sur un « bloc » (clump) d’une demi-douzaine de token encore soudés par les concrétions, chose qui m’aurait été impossible pour un bloc semblable de « pièces de huit » venant d’une épave espagnole (comptez dans les 3000 à 5000 dollars dans ce cas de figure !).

Un conglomérat de « token » provenant de l’ « Admiral Gardner ». Une pièce a été nettoyée, formant un contraste saisissant avec ces voisines encore concrétionnées et oxydées
Vue arrière du même « clump », montrant bien les concrétions marines et le produit des oxydations du cuivre

Une seule de ces pièces a été traitée et nettoyée, affichant les armes orgueilleuses de la Compagnie anglaise des Indes orientales : le tout forme un très bon résumé de l’histoire de l’Admiral Gardner, fleuron naufragé d’une des plus puissantes compagnies privées ayant jamais existé.

Nicolas Ducimetière

Loisin, 21 août 2017


NOTES

[1] Jaugeant 1400 tonneaux et longs de 53 mètres, les deux plus grands indiamen du début du XIXe siècle, le Earl of Mansfield et le Lascelles, furent d’ailleurs rachetés par la Royal Navy qui les transforma en vaisseaux de 56 canons, sous le nom de HMS Weymouth et HMS Madras. Autre exemple, le Lord Warley, de 1100 tonneaux, connut le même destin : sous le nom de HMS Calcutta, il fut capturé par la marine française, puis brûle par la Navy lors de la bataille de l’île d’Aix en 1809…

[2] Vers le milieu du XVIIIe siècle, près des deux tiers des monnaies anglaises de cuivre en circulation étaient de faux. Afin d’améliorer la qualité de la frappe et donc compliquer le travail des faussaires, Boulton proposa les services de sa presse à vapeur, qui pouvait frapper avec une grande régularité 70 à 84 pièces à la minute. Les premières machines furent installées à Soho en 1788 et gagnèrent vite la clientèle de la Compagnie des Indes orientales. Boulton la décrivit dans ces termes à son ami le naturaliste Joseph Banks : « Elle frappera des pièces bien plus vite, bien plus facilement, avec moins de personnes, pour moins cher et avec une qualité bien supérieure à toute autre machine jamais utilisée pour frapper de la monnaie… La pose des pièces ou les flancs sur les coins ne demande pas de précision et elle peut être faite aussi vite que l’on veut. Elle peut travailler nuit et jour sans fatigue grâce à deux équipes de garçons. La machine garde le compte des pièces frappées et ce dernier ne peut être modifié par toute personne employée. L’appareil frappe une inscription sur le flanc avec le même coup qui frappe les deux faces. Elle frappe le champ des pièces de manière bien plus brillante que toute autre presse. Elle crée des pièces parfaitement rondes, toutes du même diamètre et avec exactement la même concentricité, ce qui ne peut pas être fait par les autres machines actuellement utilisées ».

[3] Longtemps en usage en Angleterre même pour pallier à certaines époques au manque de matières précieuses, mais finalement interdits en 1817, ces token furent ensuite utilisés dans les colonies (pas moins de 35 territoires à travers la planète). En plus de ceux émis par le gouvernement (150 variétés à Ceylan, 214 en Australie entre 1835 et 1863, 597 au Cap entre 1814 et 1910 !), il en existait beaucoup frappés par des compagnies privées, ce qui fut le cas en Inde avec la East India Company et ses différentes presidencies. A noter que la North West Company (plus connue sous le nom de « Compagnie de la Baie d’Hudson ») avait établi une unité monétaire bien à elle : ni penny, ni cash, mais la peau de castor ! Il existait ainsi des jetons d’un castor, d’un demi-castor, d’un quart, d’un huitième de castor…

En plus des token en cash, la Présidence de la Compagnie à Madras utilisait parallèlement deux devises, le fanam et la rupie, selon ces équivalences de valeur :

  • 1 fanam = 80 cash
  • 1 rupee = 12 fanam
  • 1 pagoda d’or = 3,5 rupees = 42 fanam = 3360 cash

MONETA (13) : AU LARGE DE MADAGASCAR, LE «SANTIAGO»

LE TRESOR DU SANTIAGO

(BASSAS DA INDIA, 1585)

Le naufrage de la riche nef portugaise Santiago en 1585 est sans doute l’un des plus connus et documentés de l’époque. Intervenue sur un des endroits les plus inhospitaliers de la planète, les « Bassas da India », dans le canal du Mozambique, cette tragédie humaine marqua les esprits et les relations laissées par les quelques survivants furent des succès d’édition à travers l’Europe. La catastrophe ne fut cette fois pas le fruit d’une tempête, mais d’une criminelle erreur de navigation… Il fallut attendre près de quatre siècles pour que l’épave et son riche trésor soient finalement retrouvés.

I. Le bateau

La nef (ou sao) Santiago était un lourd bâtiment au long cours, alliant une grande capacité de stockage et un armement puissant : en somme, une sorte de galion commercial.

Jaugeant 900 tonneaux, il mesurait environ 50 mètres de long pour une largeur maximale de 16,5 mètres. Défendu par douze canons de bronze (deux « camelos », deux « esperas » et huit « berños » aussi désignés comme « falconetes » en raison de leurs dimensions), il embarqua pour son dernier voyage pas moins de 450 personnes, membres d’équipage et passagers (dont trente femmes et plusieurs enfants). Le navire était commandé par le capitaine-général Fernão de Mendonça, assisté du pilote Gaspar Gonçalves et du maître d’équipage Manuel Gonçalves.

Caravelle portugaise vue par Cranach, dans son tableau « La Chute d’Icare »

Le 10 avril 1585, le Santiago appareilla de Lisbonne, pour se rendre dans la riche cité de Goa, en Inde. Le navire était la nef capitane d’un convoi comptant cinq autres navires : les nefs São Salvador, Santo Alberto, Saõ Lourenço et le galion Saõ Pedro (qui rebroussa rapidement chemin en raison d’avaries). En fait, le convoi se dissémina tout au long de la route et les bateaux arrivèrent en Inde de manière très dispersée, après s’être perdus de vue les uns après les autres. En ce qui concerne le Santiago, le voyage suivit son cours de manière à peu près normale : croisement des îles du Cap Vert le 1er mai (Saint-Jacques) ; passage de l’équateur le 28 mai ; au large de Tristan da Cunha vers la fin juin ; arrivée en vue du cap de Bonne-Espérance le 12 juillet. Le tout rythmé par de nombreuses messes et autres fêtes religieuses pour préserver le moral des passagers, à défaut de leur santé : le scorbut avait déjà fait son apparition chez les passagers les plus faibles.

Bateaux doublant le cap de Bonne-Espérance, sur une carte hollandaise du XVIIe siècle

Il fallut plus de deux semaines pour doubler le cap, en raison de vents contraires persistants. Se posa alors la question de la route à suivre. A partir de Bonne-Espérance, les nerfs portugaises gagnaient en effet l’Inde par deux voies : la route « externe » (por foras) qui passait par l’Océan Indien, au large et à l’est de Madagascar, ou la voie « interne » (por dentros) qui empruntait le canal du Mozambique, entre la côte africaine et Madagascar. Ce choix était dicté par le calendrier des moussons, sachant qu’il y avait un risque de rester bloqués pour hivernage soit à Moçambique, soit à Cochin (sud de l’Inde). Sous la pression des marchands soucieux d’arriver le plus rapidement possible, la « route externe » fut d’abord choisie, mais, le 16 août, de violents vents d’ouest incitèrent le pilote à emprunter finalement la « route interne », le canal du Mozambique.

Le canal du Mozambique sur un portulan du début du XVIe siècle : aucune île, aucun récif n’est encore porté entre la côté africaine et Madagascar.

 

II. Le naufrage

Or, le canal du Mozambique est un endroit dangereux, semé d’îlots et de récifs affleurant ; aujourd’hui encore, à l’heure du positionnement par satellite, sa navigation demeure difficile : alors que dire du XVIe siècle, quand les marins avançaient à l’estime, à partir de cartes et portulans sommaires ? Ces bouts de terre, dont la majeure partie font partie des Territoires français d’Outre-Mer sous le nom significatif d’ « Iles éparses », se nomment Europe, Tromelin, Glorieuses ou Juan de Nova, sans même parler de la plus importante Mayotte. En fait aussi partie le redoutable récif des « Bassas da India ». Située à environ 400 kilomètres de l’Afrique et de Madagascar (soit en plein milieu du canal du Mozambique), cette barrière de corail forme un anneau d’environ douze kilomètres de diamètre, ceinturant un lagon peu profond, le tout placé au sommet d’un ancien volcan sous-marin issu de nulle part (ce qui explique que rien ne signale l’arrivée du banc à la sonde : on passe de profondeurs de plusieurs centaines de mètres à l’affleurement, sans aucun préavis).

Carte des Bassas da India et de ses eaux : le cercle rouge désigne la zone du naufrage du « Santiago »

À part quelques rochers « culminant » à un peu plus de deux mètres d’altitude, ces coraux et bancs de sable sont presque entièrement submergées à marée haute ; au mieux, on se déplace avec de l’eau jusqu’au genou à marée basse.

Vue aérienne des Bassas da India, depuis le nord-est

Ce lieu impropre à toute vie avait été découvert vers le début du XVIe siècle par un navigateur portugais nommé Lopo de Abreu. En novembre 1505, l’ordre de mission donné à un capitaine partant pour Goa stipule de reconnaître la position exacte de ces hauts fonds, « pour la sécurité de la ligne des Indes ». L’année suivante, l’atoll gagne son premier nom, « Baixos da Judia » (Bancs de la Juive), d’après le nom du bateau Judia du capitaine João Colaço. Les portulans enregistrent pour leur part cette barrière naturelle aux environs de 1513 (carte de Francisco Rodrigues, conservée à la Bibliothèque de l’Assemblée nationale).

« Bassas da India » portées sur la carte de Le Testu (1555), sous la forme de hauts-fonds

Le pilote du Santiago, Gaspar Gonçalves, avait bien connaissance du banc, comme d’ailleurs d’autres membres d’équipage et passagers. Il commit pourtant une erreur grossière de navigation, en fixant la position de son bateau à « 22° un tiers », ce dont tentèrent de l’avertir certains officiers et marins « qui firent eux aussi le point, trouvèrent 22° et demi, ce qui était juste, et avertirent aussitôt qu’ils allaient s’échouer cette nuit sur le banc de la Juive »[1]. A l’écoute de ces débats inquiétants, le malaise régnait et plusieurs passagers auraient eu des prémonitions, comme cet « enfant de sept ans, qui dormait avec son père, se réveilla en sursaut, peu avant l’accident, et lui dit que la nef éclatait en morceaux »[2]. Pourtant, dans la soirée du 19 août, on avait vu disparaître les oiseaux « alcatrazes » (albatros ou mouettes ?)  qui suivaient le bateau depuis la veille. Certains avaient voulu en conclure que les terres les plus proches, autrement dit les bancs, avaient été dépassées.

Une nef approchant de « Bassas da India », sur une carte hollandaise du XVIIe siècle

Le drame était dès lors inévitable. Le 19 août 1585, vers 22 heures et sans le moindre préavis des vigies, « le navire, qui filait toutes voiles dehors, poussé en poupe par un vent meilleur qu’ils n’en avaient jamais eu depuis le départ, heurta de plein fouet le banc. (…) Le navire donna trois terribles chocs, dans lesquels toute la carène fut arrachée et renversée, car le haut-fond était escarpé, puis elle fut rejetée sur les récifs. La partie haute du vaisseau heurta à son tour le banc. Deux des ponts furent mis en pièces et les deux ponts supérieurs, portant la mâture et les voiles poussées par le vent, vinrent s’encastrer sur les récifs. (…) Sous la force de l’impact, le mât se brisa au ras du deuxième pont, au niveau de l’étambrai, puis on trancha ses haubans et il s’abattit complètement. Il est certain que si le vent avait soufflé quelque peu moins fort, tout le monde aurait coulé à pic en un rien de temps »[3].

Le naufrage du « Santiago », selon un gravure de Pierre Bret (« Tabularum geographicum… », 1606)

Drossée sur la barrière de corail, la nef se désintégrait peu à peu dans un bruit de cauchemar, au milieu du fracas des vagues. Voyant leur fin prochaine, les passagers et membres d’équipage demandaient à grands cris la confession aux six prêtres et moines présents sur le bateau : toute la nuit passa ainsi. Comme le raconta le père Pedro Martins, « ce naufrage, nonobstant, eut des circonstances qui en font à mon avis le plus effroyable ou l’un des plus effroyables et horribles qu’il y eut au monde. La première fut le temps, à savoir une nuit des plus ténébreuses où l’on ne voyait ni ciel ni terre, et à peine les rouleaux de la mer qui nous submergeaient sans relâche. La seconde, de nous avoir pris en plein sommeil, si bien que nous étions presque tous semi-dénudés. La troisième, d’avoir été de minuit jusqu’à l’aube en une continuelle agonie de la mort, parmi les débris du tillac sur lequel les vagues déferlaient sans cesse, sans oublier les cris et lamentations de tous (…). D’autres étreignaient les deux croix, l’une du château de poupe, et l’autre de celui de proue, en versant mille lamentations et mille larmes. En cette nuit des plus obscures passée au milieu des vagues, accrochés à nos bouts de planches, nous n’entendîmes que des cris, des pleurs “Seigneur Dieu !”, “Miséricorde !” : chacun n’avait d’autre soin que de sauver son âme, car nous tenions tout le reste pour perdu, et, en cette immense affliction, nous fûmes tous occupés à mourir sans jamais cesser de mourir »[4].

Le lever du jour n’apporta guère d’encouragements : les naufragés se découvrirent perdus sur un récif sans la moindre terre émergée, flottant au milieu des débris échappés de leur navire brisé en trois morceaux : « la proue, la poupe et le flanc faisaient une sorte de triangle, avec au nord une brèche (…). Ces trois parties formaient en leur centre un vaste bassin, dans lequel un homme, même grand, n’avait pas pied à marée haute, et où l’eau montait au genou à marée basse ». A cette heure, on estimait à douze le nombre de victimes du naufrage à proprement parler ; autant devait périr dans la matinée en essayant de récupérer des débris de bois pour en faire des radeaux. Le capitaine-général Fernão de Mendonça, accompagné du maître d’équipage Manuel Gonçalves et d’une vingtaine de marins et de passagers (dont un enfant de neuf ans que son père avait caché), tenta de reconnaître des rochers à l’autre bout du lagon, qui semblaient constituer un îlot. Peine perdue, et voyant la cause désespérée, les occupants du canot décidèrent (contre l’avis du capitaine-général, a-t-on dit) de mettre le cap vers la côte africaine.

La fuite des embarcations et l’abandon des passagers sur l’épave du « Santiago »

Ce premier abandon fut rapidement suivi de plusieurs autres. Un radeau emmena ainsi une quinzaine de personnes dirigée par le second pilote Rodrigo Miguéis  qui dut abandonner sur le récif son fils grièvement blessé par les coraux… Puis ce fut le tour du pilote principal, auteur du naufrage. La grande chaloupe du navire, bien qu’endommagée, avait pu être réparée et un groupe d’environ 70 hommes, comprenant le pilote Gaspar Gonçalves, la mena vers le groupe de rochers déjà évoqué. Ils laissaient derrière eux sans doute 200 à 300 personnes, dont 90 environ tentèrent de nager vers la frêle embarcation : « quelques femmes et quelques hommes tentèrent de s’accrocher au bord, et les passagers durent les frapper pour les faire lâcher »[5]. Les plus désespérés furent même repoussés à coups d’épée, assénés sur les mains qui tentaient d’agripper le rebord… La barque se dirigea ensuite sur les cailloux formant le seul point culminant de l’atoll, où d’autres naufragés s’étaient déjà réfugiés. On assista alors à de nouvelles scènes déchirantes : « ils s’approchaient, nus, avec de l’eau jusqu’à la poitrine. Toute la nuit ne fut qu’une longue clameur, car ils criaient sans cesse à cause de la froideur de l’eau et des douleurs qui les accablaient. On n’entendait que les gémissements, les lamentations et les hurlements qu’ils adressaient aux gens de la barque »[6]. Au moment de prendre le large, l’indigne pilote refusa d’embarquer tous les présents et dix-sept personnes furent contraintes, sous la menace, de débarquer sur le récif ou de sauter plus tard à la mer…  Quatre radeaux prirent encore la mer de conserve avec la barque, portant chacun entre vingt et cinq personnes chacun, mais un seul survécut à la traversée.

Le trajet des survivants du « Santiago » vers la côte africaine : en vert, le premier radeau ; en orange, l’esquif du capitaine Fernao de Mendonça ; en violet, la chaloupe du pilote et le second radeau.

Au total, ce sont quatre embarcations (l’esquif du capitaine-général, la barque et deux radeaux) qui touchèrent terre, après huit à douze jours de mer, sur la côté du Mozambique, à hauteur de Quelimane. Après bien des vicissitudes (maladies, attaques indigènes, etc.) qui décimèrent encore leurs rangs pendant plusieurs mois, seule une soixantaine de survivants (uniquement des hommes, en premier lieu des officiers, marins, religieux ou riches passagers) put finalement arriver à bon port. De Goa, le 9 décembre 1586, le père jésuite Pedro Martins (1541-1597, futur évêque de Funaï au Japon) rédigea une description du drame : imprimé l’année suivant au Portugal, ce récit connut un grand succès, étant traduit en français et italien dès 1588. Plusieurs autres relations, dont celle de Manuel Godinho Cardoso (parue en 1602), contribuèrent à faire de ce naufrage l’un des plus célèbres et des plus documentés de l’époque.

Le récif des Bassas da India et le naufrage du « Santiago » font l’objet d’un chapitre particulier des « Tabularum geographicum » de Pierre Bert, parues pour la première fois en 1600
Relation du naufrage par Manoel Godinho Cardozo, rééditée dans les « História trágico-marítima » de Bernardo Gomes de Brito (tome II, 1736).

On connaît le destin ultérieur de quelques-uns des rescapés, notamment celui de l’indigne pilote Gaspar Gonçalves. Mis en accusation à son retour en Europe, celui-ci parvint à être blanchi, en prétextant que le banc du naufrage n’était pas celui des « Baixos de Juda », mais un autre, encore inconnu. Il obtint un nouveau poste en 1588, sur la même ligne, « et peu s’en fallut qu’il exposât ce second vaisseau au même danger sur ces mêmes écueils, si au lever du jour il ne les avait découverts »[7] ! C’est finalement au retour de ce voyage que son incompétence le rattrapa : il disparut dans le naufrage de son navire aux environs du cap de Bonne-Espérance… Même destin pour le second pilote Rodrigo Miguéis : devenu officier-pilote de la nef Santo Alberto, il sombra avec elle dans le sud-est de l’Afrique en 1593.

Astrolabe des pilotes du « Santiago », retrouvé sur le site et aujourd’hui conservé au Musée de la Marine, à Lisbonne

 

III. La redécouverte

Hostiles et presque inaccessibles, les « Bassas da India » ne constituèrent jamais un objet de destination, sinon malencontreuse (comme pour le navire Sussex, de la Compagnie anglaise des Indes, qui s’y échoua en avril 1738, non loin du site du Santiago). Au contraire, on veilla soigneusement à les éviter pendant des siècles. Jusqu’au 22 août 1897, date à laquelle le ministère des Colonies envoya sur place le croiseur léger Fabert afin de prendre  possession officielle de ce récif au nom de la France. Dans son rapport, le capitaine de vaisseau Forestier, impressionné par ce paysage dantesque, nota qu’ « on peut voir du reste sur le récif quelques ancres provenant certainement de naufrages »[8].

Une ancre et un canon du « Santiago » posés sur le récif, vus d’hélicoptère (état 2007). [image extraite du documentaire « Le Secret du trésor de Bassas da India »]

La dangerosité de la zone explique qu’aucune tentative de récupération de la cargaison du Santiago n’ait jamais été menée à l’époque. Et pourtant, le trésor transporté par le Santiago avait de quoi attirer les convoitises ! Voici ce que dit à cet égard la relation de Manuel Godinho Cardoso : « Cette nef, de l’avis général, était la plus riche et la mieux garnie de toutes celles qui étaient parties du Portugal depuis des années. Et bien que l’on eût jeté de la monnaie par-dessus bord à pleins sacs, le gaillard était encore jonché de pièces de huit réaux, mais les gens s’en souciaient alors si peu qu’ils les foulaient aux pieds sans même les regarder, mis à part quelques personnes du commun qui, par cupidité, en remplissaient des bourses, qu’ils comptaient emporter avec eux sur des radeaux »[9].

Même récit de la part de Pedro Martins : « Je notai deux grandes nouveautés dans ce désastre. La première fut de constater que le plancher de poupe de la nef étant semé de milliers de pièces, tous avaient marché dessus sans que personne ne daignât s’abaisser pour les ramasser, et en vérité elles se trouvaient bien là à leur place. Le second fut de voir qu’au seuil de la mort, il y en eut qui se mirent à s’emparer soudain de cet argent, alors qu’ils n’avaient plus la volonté de se nourrir ni de boire, choses bien plus nécessaires à la vie ; et son pouvoir trompeur était tel que quelques-uns en avaient mis des sacs pleins dans la barque et d’autres remplis leurs poches. Ils disaient qu’à terre il serait utile pour acheter leur liberté et de quoi manger : en fait, bien moins que ce qu’ils emportaient aurait suffi, mais ils lui faisaient davantage confiance qu’à la miséricorde de Dieu, qui pourtant nous sauva miraculeusement de ce naufrage »[10]. L’abondance monétaire était telle qu’on put employer les ballots d’argent pour compléter l’équipement de fortune des embarcations : ainsi, la barque fut dotée d’une ancre-grappin formée de six gros coins métalliques pris à l’artillerie de bord et surtout d’ « un sac contenant 13’000 cruzados »[11]. Ces « pièces de huit » espagnoles étaient destinées au commerce, à l’achat des épices et soieries du comptoir de Goa, et elles constituaient l’un des étalons monétaires mondiaux. Leur présence sur une nef portugaise n’est donc pas étonnante, d’autant plus que le Portugal avait été réuni à l’Espagne cinq ans plus tôt (et le demeura jusqu’en 1640).

Pièces de huit provenant du « Santiago ». [image extraite du documentaire « Le Secret du trésor de Bassas da India »]

L’isolement et la désolation des lieux protégèrent donc l’épave du Santiago durant près de quatre siècles, jusqu’à ce qu’un Suisse nommé Ernst Klaar entende parler de ce naufrage par le livre Treasures Diver’s Guide.

Le découvreur du « Santiago », Ernst Klaar, dans sa maison de Bâle en 2007. [image extraite du documentaire « Le Secret du trésor da Bassas da India »]
Souvenir de la découverte : Klaar porte toujours cette pièce de quatre reales montée en médaillon. [image extraite du documentaire « Le Secret du trésor de Bassas da India »]

L’homme n’avait pas le profil-type de l’aventurier pilleur d’épaves, ni du chasseur de trésors professionnel bardé de matériel high-tech et d’investisseurs. C’est tout bonnement en famille, avec femme et enfants, qu’il se rendit sur le site en décembre 1977, dans un voilier de plaisance ! Parcourant le récif, il parvint à localiser le site du naufrage, marqué par les ancres et l’artillerie du Santiago.

Un des canons du « Santiago » à fleur d’eau. [image extraite du documentaire « Le Secret du trésor de Bassas da India »]

La récupération était des plus aisées : il suffisait de se pencher pour relever les vestiges. En trois ans, et avec un matériel assez rudimentaire (le voilier d’origine fut tout de même remplacé par un ketch), douze canons, une astrolabe, divers artefacts et surtout des kilos de monnaies (soit des milliers de « pièces de huit ») furent ainsi récupérés.

Des monnaies pêchées à la main, dans quelques centimètres de sable. [image extraite du documentaire « Le Secret du trésor de Bassas da India »]
Remontée d’un sac de pièces d’argent sur le pont. [image extraite du documentaire « Le Secret du trésor de Bassas da India »]
Les pièces de huit sont oxydées et soudées par les chlorures. On distingue la croix du revers sur la première de la pile. [image extraite du documentaire « Le Secret du trésor de Bassas da India »]

C’est donc parmi ces kilos de monnaies corrodées que se trouvait cette « pièce de huit » en particulier, non pas frappée à Mexico ou Potosi, mais sur les bords du Quadalquivir, dans l’andalouse Séville. Après quatre siècles passés sur un récif hostile, à taper contre le corail et à se faire ronger par l’eau salée de l’océan, je trouve qu’elle a encore fière allure, avec ses grands armes de Philippe II d’Espagne presque intactes !

Si ces monnaies se récupéraient aisément, coincées dans les anfractuosités du corail ou dissimulées sous quelques centimètres de sable (comme le montrent les images ci-dessus), il fut plus délicat pour Klaar de relever les lourds canons de bronze, d’abord soulevés du récif par des flotteurs de fortune, puis hissés à bord par un palan (pour un total de sept tonnes)…

Par le biais d’une société baptisée « Santiago Marketing Ltd. », ces objets furent proposés à des particuliers, mais en premier lieu à différents musées : les principaux acheteurs furent ainsi le South African Natal Museum, mais aussi le très célèbre Museu de Marinha de Lisbonne.

Un des canons du « Santiago » à son arrivée dans un musée d’Afrique du Sud [image extraite du documentaire « Le Secret du trésor de Bassas da India »]

D’autres équipes, sud-africaines cette fois, prirent le relais, l’une d’elle étant même appréhendée en flagrant délit sur le récif en 1983 par un bâtiment de la Marine française en patrouille. Car c’est là que le bât blesse : ce lopin de corail est un « territoire de la République », comme l’on dit. Et le droit français, certes républicain mais hérité en droite ligne des pratiques de nos bons rois, assure à l’Etat la propriété pleine et entière de toute épave et de son contenu. Ce qui explique d’ailleurs que je ne possède bien entendu pas la monnaie présentée ci-dessus (ou peut-être que si ? allez savoir !). Bref, au-delà de l’indéniable intérêt archéologique du site, c’est aussi une question de principe de propriété. Il faut dire que depuis la prise de possession de 1897, bien de l’eau avait ruisselé sur ce corail et cette épave, sans beaucoup de marques d’intérêt de l’Etat français. Cette affaire de pillage va réveiller un peu l’administration, d’autant que les protestations officielles auprès du Portugal (pays ami) et de l’Afrique du Sud (un peu moins ami à l’époque) resteront lettres mortes. En 1987, une expédition officielle, avec de lourds moyens (financés d’ailleurs en partie par du mécénat privé), est envoyée sur zone. Las : alors que le site est tout juste repéré, un membre de l’équipe tombe dans un trou du récif et est attaqué par une murène qui le mord cruellement, faisant craindre pour sa vie. Puis c’est un cyclone qui arrive, balayant du bateau Fish Eagle toute la logistique d’assistance : il faut plier bagage après seulement quinze jours sur zone. Une seconde mission reviendra bien sur les « Bassas da India » … mais vingt ans plus tard ! Cette fois, c’est la menace bien réelle des pirates somaliens qui obligera à un nouveau retrait précipité. Bilan : les canons et ancres encore présents sur le site (et repérés par hélicoptère) attendent toujours à cette heure qu’une expédition archéologique française officielle vienne enfin les relever, quarante ans (!) après la première prise de conscience d’un pillage… On peut sans doute se féliciter de la mise en place d’arsenaux législatifs fort sévères, censés prévenir le pillage désastreux de ces sites. Mais ces lois coercitives et autres prétentions étatiques tonitruantes, pour ne pas se résumer à de faciles, mais stériles rodomontades, devraient être suivies d’actions de récupération et de sauvegarde rapides, efficaces et pragmatiques. C’est loin d’être le cas. Et l’alternative, en définitive, demeure la suivante :

  • laisser se perdre définitivement, par l’action corrosive de l’eau de mer et des éléments déchaînés, l’ensemble de ce patrimoine, en attendant l’éventuelle (ré)action de son « légitime propriétaire »  ?
  • pouvoir admirer, dans au moins deux musées et d’innombrables collections privées (dont beaucoup arriveront, tôt ou tard, dans des fonds publics, par rachat, dation ou donation, voire saisie), des objets sauvegardés pour le futur ?

A titre personnel, mon choix est fait, motivé en premier lieu par le devenir et la sauvegarde de ces objets, non par des motifs plus ou moins idéologiques : c’est sans doute faiblesse de ma part ?

Si vous voulez en savoir plus sur le naufrage du Santiago, n’hésitez pas à vous procurer en premier lieu chez votre libraire l’édition moderne des relations de Godinho et de Martins, parue en 2006 aux Editions Chandeigne,  dans une traduction de Philippe Billé et Xavier de Castro, avec un avant-propos historique de Michel L’Hour (patron de l’archéologie sous-marine française).

Vous pourrez prolonger très utilement votre lecture avec un film documentaire d’une heure, « Le Secret du trésor de Bassas da India« , réalisé par Karel Prokop pour Arte et consacré à l’expédition de 2007. Vous pouvez cliquer sur le titre ci-dessus pour visionner ce film sur YouTube : c’est à voir, l’enquête est passionnante, les images superbes, le dépaysement garanti !

Nicolas Ducimetière

Plouhinec, 20 juillet 2017


NOTES

[1] Le Naufrage du Santiago sur les »Bancs de la Juivre » (Bassas da India, 1585), Paris, Chandeigne, 2006, p. 55 (« Relation de Manuel Godinho Cardoso »).

[2] Naufrage du Santiago, op. cit., p. 51, note 1 (récit de Diogo do Couto).

[3] Naufrage du Santiago, op. cit., p. 51-52 (« Relation de Manuel Godinho Cardoso »).

[4] Naufrage du Santiago, op. cit., p. 141-142 (« Lettre de Pedro Martins »).

[5] Naufrage du Santiago, op. cit., p. 69 (« Relation de Manuel Godinho Cardoso »).

[6] Naufrage du Santiago, op. cit., p. 70 (« Relation de Manuel Godinho Cardoso »).

[7] Naufrage du Santiago, op. cit., p. 62, note 1 (Linschoten, Itinerio…, 1595, ch. 92).

[8] Cité dans Naufrage du Santiago, op. cit., p. 12 (préface de Michel L’Hour).

[9] Naufrage du Santiago, op. cit., p. 65 (« Relation de Manuel Godinho Cardoso »).

[10] Naufrage du Santiago, op. cit., p. 164 (« Lettre de Pedro Martins »).

[11] Naufrage du Santiago, op. cit., p. 68 (« Relation de Manuel Godinho Cardoso »).

IMAGES

La plupart des images cinématographiques employées pour ce billet sont extraites du documentaire « Le Secret du trésor de Bassas da India », et notamment des films Super8 réalisés sur le site à la fin des années 1970 par Ernst Klaar.

MONETA (12) : AU LARGE DE LA NOUVELLE-ORLEANS, « EL CAZADOR »

LE TRESOR DU CAZADOR

(GOLFE DU MEXIQUE, 1784)

Retour dans la Mer des Caraïbes pour ce troisième billet « pièce de huit / trésor englouti » ! Avec une nouvelle preuve de l’ « effet papillon », ou comment le naufrage d’un petit brigantin espagnol avec son trésor a eu des répercutions inattendues et considérables sur l’histoire mondiale… Voyons comment.

I. Le bateau

Bateau léger, manœuvrable et rapide, El Cazador (« Le Chasseur ») était un petit brick de guerre espagnol à deux mâts, portant 16 canons et un équipage d’une cinquantaine d’hommes, sous les ordres du lieutenant de vaisseau Gabriel de Campos y Piñeda.

II. Le naufrage

Depuis 1762 et la signature du traité de Fontainebleau, qui marquait la fin de la Guerre de Sept Ans, la Louisiane, jadis colonie française, avait été cédée à l’Espagne, qui récupérait ainsi un territoire immense, se comptant en millions de kilomètres carrés, tout au long du Mississippi, de La Nouvelle-Orléans au Canada. Mais la situation économique de cette colonie difficile à gérer s’était peu à peu dégradée, notamment en raison d’un trop grand usage du papier monnaie, jusqu’à l’amener au bord de la banqueroute : il fallait réagir en injectant une grosse quantité de monnaies sonnantes et trébuchantes.

Le 20 octobre 1783, le navire El Cazador quitte ainsi l’Espagne pour une mission de la plus haute importance : accomplir le transport de fonds destiné à sauver la Louisiane espagnole. Le bateau cingle vers le port de Veracruz, au Mexique, où il charge la somme considérable de 450’000 reales, en pièces d’argent fraîchement frappées à Mexico : des pièces de un demi, un, deux, quatre et huit reales (les fameuses « pièces de huit »), à l’effigie du roi Charles III. Sa précieuse cargaison en cale, le brick appareille le 11 janvier 1784 pour La Nouvelle-Orléans. Mais on l’y attendra en vain : le navire disparut corps et biens, quelque part dans les eaux du golfe du Mexique. Que se passa-t-il ? Toutes les hypothèses ont été avancées, jusqu’à une rencontre malencontreuse avec des pirates. En réalité, le Cazador fut probablement victime d’une des très violentes tempêtes enregistrées par les chroniques en ce début d’année 1784. Au terme d’une attente anxieuse, les autorités royales espagnoles finirent par enregistrer officiellement la perte du navire au mois de juin 1784.

Les conséquences de cette perte sèche furent dramatiques pour la position de l’Espagne au Nouveau-Monde. Cette tentative de consolider la situation économique de la Louisiane espagnole, qui avait saigné à blanc le Mexique, ne put être renouvelée et la décision de revendre la colonie à la France en 1800 en découla directement. Trois ans plus tard, l’immense territoire changeait encore de mains, cédé par Napoléon aux jeunes Etats-Unis pour 15 millions de dollars : les USA doublaient ainsi d’un coup leur surface et se voyaient offrir leur expansion vers l’Ouest. Aussi n’est-ce pas tout à fait sans raison qu’on a prétendu (assez commercialement) voir dans cet épisode maritime « le naufrage qui a changé la face du monde » !

III. La découverte

Disparu mystérieusement en pleine mer et sans le moindre témoin, El Cazador aurait pu demeurer pour l’éternité au fond des eaux. Mais le hasard s’en mêla. Le 2 août 1993, le chalutier de pêche Mistake, commandé par Jerry Murphy, accrocha ses filets sur un obstacle par 100 mètres de fond, à environ 50 miles au sud de La Nouvelle-Orléans. Pensant avoir agrippé un rocher, les pêcheurs remontèrent leurs lignes et découvrirent à l’intérieur de leurs filets des blocs compacts de rondelles noirâtres : des pièces d’argent oxydées.

Toutes frappées à Mexico peu de temps avant le voyage (millésime 1783 principalement), ces monnaies étaient du type « busto », qui remplaça en 1773 les columnarios, en faisant apparaître le buste en profil du souverain espagnol. L’examen des monnaies, et principalement leurs dates de frappe concordantes, amena à soupçonner l’identité de l’épave, par la suite confirmée quand les fouilles mirent à jour divers artefacts : canons, cloche du navire, etc.

Trois monnaies issues de cette épave sont venues enrichir mon médaillier. La première est une « pièce de huit » de type « busto » et à la date de 1783 : la monnaie type de la cargaison du Cazador, dans un état plus que correct (seule la bordure du portrait a subi la corrosion propre à l’eau de mer).

Voici mon second exemplaire de même provenance, mais qui a davantage souffert de son séjour dans l’élément marin, ce qui le rend également intéressant (et d’autant plus émouvant).

On constate en effet à quel point l’argent des « pièces de huit » subit une réaction d’ordre chimique, le métal se changeant peu à peu en chlorure d’argent au contact de l’eau de mer salée. Une couche, voire une gangue, se forme alors autour de la monnaie. Le processus sera plus ou moins fort selon la salinité de l’eau, sa température, les courants, l’exposition de la monnaie, etc. Provenant du Cazador, les deux monnaies ci-dessous sont dans cet état initial, soudées entre elles et encroûtées de chlorure.

Sorties de l’océan, ces monnaies doivent absolument subir un traitement électrolytique, faute de quoi elles finiront par se désagréger complètement à l’air libre… Les zones attaquées, débarassées des plaques de chlorure, gagneront cet aspect plus ou moins « rongé » caractéristique des pièces d’argent « de naufrage ».

Provenant du petit numéraire transporté par le navire, voici pour finir ma troisième monnaie de provenance Cazador : une modeste pièce de deux reales d’argent, qui va à présent rejoindre, dans son petit support, le paysage de mon bureau, probablement à la Fondation (ça changera des livres !). De quoi rêver d’aventures et de trésors engloutis à chaque fois que je porterai les yeux dessus !

Nicolas Ducimetière

Plouhinec, 28 juillet 2017

 

MONETA (11) : AU LARGE DES SCILLY, LE « HOLLANDIA »

LE TRESOR DU HOLLANDIA

(ÎLES SCILLY, 1743)

Les eaux chaudes de la Mer des Caraïbes et de la Floride ne sont pas les seules à héberger des trésors de « pièces de huit ». Etalon monétaire international, ces monnaies ont été en usage à travers toute la planète, bien au-delà des seuls territoires espagnols. Pour ce deuxième naufrage et trésor célèbre, voguons du côté des courants glacés de la Manche, à quelques encablures des îles Scilly, au large de la Cornouaille. C’est là que sombra en 1743 un puissant et riche vaisseau de commerce, une des fiertés de la Compagnie des Indes orientales : le Hollandia.

I. Le bateau

Construit en 1742 par les chantiers de la puissante Compagnie hollandaise des Indes Orientales (VOC : Vereenigde Oost-Indische Compagnie), le Hollandia était un imposant trois-mâts carré jaugeant 700 tonneaux, pour une longueur de 42 mètres. Doté d’une puissance de feu de 32 canons (qui en faisait, comme beaucoup des bâtiments de la VOC, un petit navire de guerre autant qu’un bateau de commerce), il était servi par 276 hommes d’équipage, sous les ordres du capitaine Jan Kelder.

II. Le naufrage

Le 3 juin 1743, le Hollandia appareilla du port de Texel pour son voyage inaugural, faisant partie d’un convoi de la Compagnie en partance pour Batavia (aujourd’hui Djakarta), capitale des Indes néerlandaises. Il emportait plusieurs passagers importants, notamment des proches du nouveau gouverneur-général des Indes néérlandaises, le baron Gustaaf Willem van Imhoff (en l’occurence son frère, la femme de celui-ci et sa belle-soeur, toutes deux issues de l’aristocratique famille Bevervoede), ainsi que de  très nombreux tonnelets de pièces d’argent pour un montant conséquent de 129’700 gulden. En fait, les monnaies embarquées n’étaient pas uniquement hollandaises, elles étaient même en grande majorité espagnoles : il s’agissait de pièces d’argent de quatre et surtout huit reales (les fameuses « pièces de huit » des histoires de pirates !), frappées au Mexique ou en Bolivie, et n’ayant jamais (ou presque) circulé depuis leur frappe et leur premier voyage à travers l’Atlantique. La très haute teneur en métal précieux de ces monnaies (au moins 90 %) était reconnue dans le monde entier, ce qui en faisait un étalon particulièrement apprécié dans toute opération commerciale : elles avaient ainsi cours partout dans le monde, de l’Europe à l’Asie, en passant par les Amériques. D’abord frappées de manière grossière au marteau à partir de rondelles tronçonnées dans des barres d’argent (cobs), elles gagnèrent en raffinement à partir de 1732, grâce à des presses à balanciers : on les désigne alors sous le nom de columnarios. Frappées jusqu’en 1773, ces monnaies comportaient à l’avers les armes royales espagnoles et au revers, les colonnes d’Hercule encadrant deux globes terrestres (d’où le surnom de « pillars dollars » donné à ces pièces).

Le 13 juillet 1743, alors qu’il sortait du Channel, le vaisseau hollandais s’égara sans doute dans le brouillard, par une mer assez grosse, et se rapprocha dangereusement des îles Scilly, au large de la Cornouaille.

Au petit matin, il finit par s’encastrer sur des récifs, les Gunner’s Rocks, à seulement 1,5 mille nautique de l’île inhabitée Annet. L’équipage désemparé aurait tiré plusieurs coups de canon pour demander du secours aux insulaires (le nom actuel du récif viendrait d’ailleurs peut-être de cet épisode), mais ceux-ci ne purent se porter au secours des naufragés. Le bateau fut totalement disloqué par les éléments et coula corps et biens par trente mètres de fond, entraînant tous les passagers et membres d’équipage. De nombreux corps furent par la suite retrouvés le long des plages de St. Mary et d’autres îles de l’archipel.

III. La découverte

L’emplacement de l’épave était connu de la VOC qui tenta, deux mois plus tard, un renflouement de la précieuse cargaison. Mais la profondeur dépassait les moyens techniques de l’époque et le projet n’eut pas de suite. Le naufrage fut oublié pendant plus de deux siècles jusqu’à ce qu’un juriste londonien, Rex Cowan, en retrouve la mention dans les archives anglaises et hollandaises en 1967.

Après quatre ans de recherches, il localisa l’épave le 16 septembre 1971, au moyen d’un magnétomètre à protons (équipement alors révolutionnaire), et en commença la fouille avec une équipe de plongeurs, dirigée par le Lt. Cdr. Jack Grayton, ancien officier de la Royal Navy : en plusieurs campagnes étalées sur deux ans, ils récupèrent près de 30’000 pièces d’argent (plus ou moins corrodées par leur séjour dans l’eau de mer), ainsi qu’une partie des canons et mortiers de bronze du navire. Les monnaies récupérées furent en partie mises en vente cerclées dans une monture d’argent, dont la bordure gravée rappelle la provenance et la date du naufrage.

Comme toujours, certaines monnaies ont subi les atteintes de la salinité de l’eau, d’où des effets de rongement de surface pour les pièces les plus exposées. Mais les mieux préservées semblent sortir de l’atelier de frappe, ou peu s’en faut, comme mon second exemplaire !

MONETA (10) : AU LARGE DE LA FLORIDE, L’ « ATOCHA »

LE TRESOR DE L’ATOCHA

(FLORIDE, 1622)

Afin de changer un peu des monnayages romains, j’ouvre une brève parenthèse de trois billets estivaux autour d’un sujet numismatique croustillant, et non des moindres : les pièces provenant de trésors et d’épaves célèbres ! Dans mon enfance, la découverte de L’Ile au trésor dans différentes versions (roman, BD, film, dessin animé, etc.), ainsi que d’autres histoires de pirates ou de trésors cachés (comme Le Scarabée d’or de Poe, mais aussi, avant cela, les aventures du Club des cinq), m’a profondément marqué. « Pièces de huuuuit ! » : le cri de Capt’ain Flint, le perroquet de Long John Silver, résonne encore dans mes oreilles.

Et justement, je rêvais depuis tout gosse d’en découvrir au moins une, de ces fameuses et lourdes « pièces de huit » d’argent, de sentir son poids dans ma paume, de préférence après l’avoir retirée de l’épave de quelque galion comparable à la Licorne

Las, les rêves attendirent. Descendre, il n’y fallait guère songer ; acquérir, c’était au-delà de mes moyens, malgré la tentation offerte par l’échoppe d’un certain musée au bout des Keys de Floride, visité lorsque j’avais 14 ans… Et puis finalement les voilà ! Quand tout à coup on réactive un vieux rêve et qu’il peut enfin se réaliser : quelques « pièces de huit », arrachées des flots et des fonds marins par quelques intrépides ou chanceux, sont arrivées ces jours dans mon médailler. Voici leur histoire, celle de quelques naufrages célèbres, de leurs trésors mythiques et de leur redécouverte. Le premier épisode va nous entraîner au large de la Floride, à la recherche d’un des plus célèbres galions espagnols coulés : la Nuestra Señora de Atocha, perdue en 1622.

I. Le bateau

Nommée d’après une célèbre église madrilène, la Nuestra Señora de Atocha était un galion espagnol construit à La Havane (Cuba) en 1620. Jaugeant 550 tonneaux, ce vaisseau mesurait 112 pieds de long pour 34 de large (environ 40 x 11 mètres) et portait trois mâts (deux grands mâts à voiles carrés et un mât d’arrière en brigantine à voile latine). Avec ses grands châteaux de proue et de poupe, il avait le profil typique des grands galions du début du XVIIe siècle. Servi par environ 180 marins et 82 soldats d’infanterie, il était doté d’une importante puissance de feu pour l’époque, avec une bonne vingtaine de canons de bronze, qui le désignait pour le rôle d’almirante (arrière-garde) de la Flotte des Indes.

Après son lancement, il effectua, dans le courant de 1621, son premier voyage vers l’Espagne, traversée durant laquelle son grand-mât se brisa. Pour contrer les attaques des pirates ou des corsaires anglais ou français, la Couronne espagnole avait mis en place, dès 1566, une technique de convoi maritime surprotégé pour ramener les richesses du Nouveau-Monde vers le port de Séville : la Flotte des Indes (ou Flotte de l’Or).

Les ports de départ étaient respectivement Veracruz, en Nouvelle-Espagne (Mexique), et Carthagène des Indes ou Porto Bello, en Nouvelle-Grenade (Colombie). Vers le premier transitaient les richesses du Mexique ; vers le second, celles de l’Amérique du Sud, et notamment du Pérou et de la Bolivie. Les deux flottes se réunissaient ensuite à La Havane pour traverser ensemble l’Atlantique. Ce convoi annuel, comportant parfois jusqu’à cent navires vers la fin du XVIe siècle, était donc formé de navires marchands (caraques) escortés de puissants galions. Le calendrier devait être précis, pour éviter autant que possible les aléas de la mer, en premier lieu les cyclones saisonniers.

II. Le naufrage

Le 23 mars 1622, l’Atocha quitte Séville avec le reste de la Flotte des Indes et atteint sans encombre sa destination, Portobello, le 24 mai suivant. Après l’arrivée des trésors venus de Lima et de Potosi par bateau jusqu’à Panama, puis de là par convois de mules à travers l’isthme de Darien, il faut deux mois pour comptabiliser et enregistrer la précieuse cargaison sur le manifeste. Le 22 juillet, les bateaux lèvent l’ancre et rejoignent la flotille de Veracruz au port de Carthagène, où l’Atocha reçoit un supplément de cargaison. A nouveau, la bureaucratie espagnole doit tout enregistrer, à la fois les biens de la Couronne, mais aussi ceux des passagers (tous taxés à 20 %, pour prix de la sécurité du passage). Lorsque l’ancre est enfin levée le 22 juillet, l’Atocha recèle dans ses flancs une fortune : 125 barres et disques d’or colombien, 24 tonneaux d’argent (contenant 1’038 lingots et 180’000 pesos en pièces d’argent, soit environ 24 tonnes), 1’200 livres d’argenterie travaillée, des émeraudes brutes de Colombie, 582 lingots de cuivre, 350 coffres d’indigo et 525 fardes de tabac, sans compter les objets personnels des passagers (dont de nombreux bijoux en or, ce métal précieux étant exempté de taxes sous cette forme travaillée !).

Après avoir fait la traditionnelle escale d’avitaillement à La Havane, les vingt-huit navires de la Flotte des Indes appareillent pour l’Espagne le dimanche 4 septembre 1622. La décision n’était pas évidente, car, en raison des retards accumulés en chemin, la saison des cycloniques est maintenant entamée. Mettant cap au nord, en direction de la Floride et des courants du Gulf Stream, les navires se mettent en file indienne, l’Atocha occupant sa place d’arrière-garde.

Le temps est d’abord clément, mais le vent commence à se lever en fin de journée, soufflant de plus en plus fort. Au matin du 5 septembre, la mer est houleuse et le vent, violent, tourne au sud-ouest, repoussant la plupart des bateaux vers l’intérieur du Golfe du Mexique. Mais les bâtiments composant la queue du convoi ont moins de chance : l’Atocha, mais aussi la Santa Margarita, la Nuestra Señora del Rosario et deux petits vaisseaux, reçoivent de plein fouet l’ouragan, qui déchirent leurs voiles, pulvérisent leur gréement et cassent leurs  mâts. Incapables de contrôler leur course, les cinq navires sont entraînés par les vents en direction des dangereux récifs qui bordent la zone comprise entre les Dry Tortugas et les Marquesas Keys, au large de Key West (dernière île de cet archipel marquant l’extrémité méridionale de la Floride)[1].

Dans la nuit du 5 au 6 septembre, l’Atocha, soulevé par une vague en dépit du poids considérable de son chargement, se fracasse sur un récif de corail et coule presque instantanément par vingt mètres de fond. Le matin suivant, la tempête apaisée, un navire marchand sillonnant la zone découvre, accrochés désespérément au mât de misaine dépassant encore de l’eau, deux marins et trois esclaves noirs : ils sont les seuls survivants des 265 membres d’équipage et passagers du galion. Parmi les victimes figurait notamment le navigateur Bartolomé Garcia de Nodal (1574-1622), qui avait exploré la Terre de Feu et le passage de Drake en 1619, découvrant à cette occasion les îles Diego Rodriguez (à cent kilomètres au sud-ouest du cap Horn, elles sont longtemps demeurées le point le plus austral atteint par l’homme).

Marqué par ce mât encore debout, le site du naufrage est facile à repérer et une entreprise de renflouement est rapidement tentée. Mais les plongeurs en apnée ne parviennent pas à descendre aussi bas ou si peu qu’ils sont de toute manière incapables de percer la coque ou le pont. Alors qu’on s’active à chercher le matériel nécessaire à La Havane (cloches de plongée), un second ouragan touche la région et achève le délabrement de l’épave, abattant notamment le mât survivant. En dépit de leurs efforts, les autorités de Cuba ne parviendront plus à retrouver les restes de l’Atocha.

III. La redécouverte

Le souvenir de l’Atocha ne s’éteignit jamais complétement, mais gagna peu à peu le statut de mythe. Des copies du registre du navire et du procès-verbal constatant la perte du navire furent conservées aux Archives générales des Indes, à Séville, parmi des kilomètres de documents rapatriés de La Havane en 1898. En 1969, un des premiers plongeurs professionnels et chasseurs d’épaves, Mel Fischer (1922-1998), décide d’entreprendre la quête de cette épave légendaire. Il a alors à son actif la découverte des galions de la Flotte d’Or de 1715, coulés au large de Cap Canaveral. Mais sa nouvelle entreprise va lui prendre seize ans !

Après s’être fourvoyé du côté des Matacumbas Keys où la tradition locale plaçait à tort le naufrage, Fischer bénéficie des recherches de l’historien Eugène Lyon, qui retrouve dans les archives de Séville la position approximative du naufrage, au large des Marquesas Keys.

Bingo ! Avoir trouvé en 1973 les trois premiers lingots d’argent (dont les numéros d’inventaire, frappés dans le métal, coïncident bien avec le manifeste de l’Atocha) et une énorme ancre, les recherches vont les emmener, au fil des années, sur plusieurs kilomètres, une piste balisée par des découvertes ponctuelles, suivies de « blancs » : le chemin d’agonie du galion. L’une des principales étapes est la découverte d’une zone très riche de monnaies d’argent, bientôt rebaptisée « Banque d’Espagne ».

En 1975, ce sont les canons de bronze qui sont retrouvés par le fils aîné de Fischer, Dirk (qui, pris dans une tempête, perd la vie quelques semaines plus tard avec son épouse et un plongeur de l’équipe). En 1980, les restes de la Santa Margarita est découverte, avec une portion de sa cargaison précieuse, non récupérée à l’époque. Il faut attendre le 20 juillet 1985 pour que le site principal du naufrage de l’Atocha soit enfin localisé : les fouilleurs découvrent alors, selon leurs propres mots, un « récif de barres d’argent ». Parmi les découvertes, outre de somptueux bijoux en or et de nombreuses émeraudes,  figurent en premier lieu d’innombrables tas de « pièces de huit », jadis en sacs ou tonneaux, retrouvées soudées ensemble par l’oxydation et les concrétions.

Ces légendaires « pièces de huit [reales] » frappées à Potosi ou à Mexico pesaient une « onza », autrement dit 28 grammes : elles correspondaient au salaire mensuel d’un marin espagnol au début du XVIIe siècle. Leur principe de fabrication de ces « reales de plata », appelés « cobs », était grossier : on découpait les rondelles dans des barres d’argent plus ou moins cylindriques, puis les petites plaques de métal étaient frappées d’un grand coup de marteau entre deux coins (souvent usés). Le résultat était donc peu esthétique, mais la pureté du métal, elle, était grande : en général, 85 à 90 % (alors que les monnaies frappées en Espagne étaient de billon, titrant à moins de 50 %). Les presses à balanciers ne firent leur apparition dans ces ateliers coloniaux qu’en 1732 : les pièces produites prirent le nom de columnarios.

Les pièces de l’Atocha furent classées en 5 « grades », en fonction de leur état de conservation : le séjour dans l’eau de mer avait en effet rendu presque illisible les plus exposées aux courants et à la salinité. Les mieux conservées étaient celles des milieux de sac, isolées de l’environnement marin par les couches supérieures de monnaies et une gangue de concrétions. A la découverte, ces monnaies ressemblaient à des rondelles irrégulières noirâtres ; il fallut leur appliquer des procédés de nettoyage électrolytique pour éliminer les impuretés (ce qui élimina malheureusement aussi toute patine).

Chaque monnaie était accompagnée d’un petit certificat donnant son numéro d’inventaire, ainsi que l’année et le lieu de sa découverte. Ainsi, ma pièce de huit « grade 1 » provient-elle de l’épave principale découverte en 1985, secteur de fouille #292. Frappée en 1619 à Potosi à partir de l’argent des mines boliviennes, elle pèse 26,6 grammes, soit un peu moins que le poids théorique officiel. L’avers s’orne des grandes et complexes armoiries couronnées du roi Philippe III d’Espagne ; on trouve à l’avers, dans un espace quadrilobé, les armes écartelées de Castille et de Léon.

Voilà un « bout d’histoire » que je n’ai pas tenu dans mes mains sans un vrai frisson et une immense émotion !

Nicolas Ducimetière

————————–

NOTE

[1] Les quatre compagnons d’infortune de l’Atocha vont tous faire naufrage corps et biens. La Rosario sera retrouvée peu après, coulée en eaux peu profondes : sa cargaison pourra être récupérée. Il faudra attendre 1626 pour que la Santa Margarita soit repérée ; là encore, son contenu sera, au fil des années, renfloué.

MÉLANGES TIRÉS D’UNE PETITE BIBLIOTHÈQUE (17) : ÉLISA MERCOEUR, UNE VICTIME DU STAR-SYSTEM ?

MÉLANGES TIRÉS D’UNE PETITE BIBLIOTHÈQUE (17)

ÉLISA MERCOEUR, UNE VICTIME DU STAR-SYSTEM ?

Bien avant Star Academy ou The Voice, longtemps avant les premières vedettes du cinéma (même muet), le « star-system » fonctionnait déjà à plein. Actrices ou chanteurs, jeunes premiers ou cantatrices, ils ont depuis toujours, ou presque, été les idoles des foules (cf. « Mélanges… » 16 : Auteurs vs. Acteurs), jouant avec les avantages et les risques de la célébrité. Mais ce vedettariat ne concerna pas uniquement les métiers de la scène : les auteurs eux-aussi se sont complus à ce jeu, bâtissant leur carrière en même temps que leur réputation à grands coups de promotion et de mise en avant.

Elisa Mercoeur, par Auguste Belin

Je voulais aujourd’hui aborder le cas d’une victime (ou prétendue telle) de la « starification » et de ses méfaits : la poétesse Elisa Mercœur (1809-1835), météore de la littérature romantique française. Originaire de Nantes, cette précoce et ambitieuse « Muse de département » chercha la consécration parisienne, collectionnant avec avidité la familiarité et le jugement des grandes figures de son temps. Simple arrivisme ou désir plus émouvant de reconnaissance, venant d’une enfant abandonnée à la naissance ? Toujours est-il que ce désir de brûler les étapes en s’appuyant sur des sommités lui fit citer publiquement une soi-disant lettre d’éloges de Lamartine, à la grande indignation du poète… Son étoile pâlissant, découragée par des échecs mal acceptés, Elisa Mercœur se laissa finalement glisser dans le néant à l’âge de 26 ans… Cette figure assez peu connue du romantisme français me semblait mériter un billet, illustré par trois documents issus de mes rayons : les deux éditions des Poésies de Mlle Mercœur parues du vivant de la jeune fille et une lettre très agacée de Lamartine à son sujet.

I. Des débuts difficiles, de brillantes dispositions

L’histoire commence le 27 juin 1809, et assez tristement. A 22 heures, un bébé est trouvé devant la porte de l’hospice des orphelins de Nantes, un papier accroché à son linge : « Elisa, née le 24 juin 1809, non enregistrée aux actes civils. Le ciel et la douce humanité veilleront sur elle. Ses parents seront peut-être assez heureux pour pouvoir la réclamer un jour ». C’est ainsi que la future poétesse entra dans la vie. Le commissaire de police du quartier lui attribua le nom de « Mercœur », en rappel des « Fossés-Mercœur », ouvrage militaire voisin, jadis bâti par le duc de Mercœur, gouverneur de la ville durant la Ligue. Elisa demeura deux ans dans cet orphelinat jusqu’à ce que sa mère, Adélaïde Aumand, brodeuse de son état mais issue d’une famille bourgeoise, vienne la récupérer en avril 1811. Son père, l’avoué Jules-François Barré, ne la reconnut en revanche jamais officiellement, mais prit soin d’elles. Elisa avait sans doute eu connaissance de l’identité de son géniteur, puisqu’elle écrivait à la mort de celui-ci, en 1825 : « Du sommeil de la mort tout prêt à s’endormir … / Mon père retenait son âme délirante / Par les liens du souvenir ».

En dépit de ces débuts difficiles, l’enfant montra vite de brillantes dispositions littéraires. A six ans, elle imaginait des sujets de conte et de comédie ; à huit ans, elle se lança dans la composition d’une tragédie en cinq actes et en vers pour la Comédie-Française. À douze ans, elle pouvait lire Virgile à livre ouvert et se débrouillait en grec. En 1825, pour saluer les débuts d’une nouvelle cantatrice au Théâtre de Nantes, elle écrivit et lui offrit un poème de 80 vers ; le lendemain, toute la ville était en courant et applaudissait cette pièce qui fut publié dans le journal Le Lycée armoricain. La jeune fille de seize ans révéla rapidement d’autres textes et gagna rapidement les surnoms de « Muse armoricaine » ou de « Delphine nantaise » (allusion à la toute aussi précoce Delphine Gay [1804-1855], future Madame Emile de Girardin, qui avait publié ses premiers vers en 1822).

II. Un premier recueil nantais (1825)

Couverture de l’édition originale des « Poésies » d’Elisa Mercoeur (Nantes, 1827)

Soutenue par ces admirateurs, elle parvint bientôt à mettre au jour un premier volume de vers. Le principal imprimeur nantais, Mellinet-Malassis, matérialisa les essais poétiques de la jeune muse, après que la somme considérable de 3’000 francs-or a été rassemblée par souscription dans tous les salons de la bonne société nantaise. Tiré à seulement 750 exemplaires, ce volume, aujourd’hui « assez rare »[1], était joliment imprimé et présentait un portrait frontispice gravé de la poétesse.

« Poésies de Mlle Elisa Mercœur », Nantes, de l’imprimerie de Mellinet-Malassis, 1827. In-12, de 208 pp. Demi-reliure de maroquin marron janséniste, dos à nerfs, titre doré, date en queue, tête dorée, convertures conservées, non rogné (reliure de la fin du XIXe siècle). Bien complet du portrait-frontispice de la poétesse. Inv. 1641.

Circonstance assez rare, mon exemplaire (Inv. 1641) est enrichi d’un envoi de la jeune fille, adressé à une gloire locale nantaise : le musicien Pierre Rebeyrol (1798-18..). Clarinettiste et compositeur, professeur de musique au Conservatoire de Nantes, il reçut le premier prix du Conservatoire de Paris, puis la médaille d’argent de la Société Académique de Nantes en 1836.

Un rare envoi autographe d’Elisa Mercoeur sur l’édition originale de ses « Poésies » de 1827

Contenant 27 poèmes, ce premier recueil était dédié à Chateaubriand, demi-dieu de la littérature auquel la jeune auteur réclamait son patronage dans une supplique s’achevant par ces mots : « J’ai besoin, faible enfant, qu’on veille à mon berceau. / Et l’aigle peut, du moins, à l’ombre de son aile, protéger le timide oiseau ». Occasion d’une première rebuffade, car, dans une lettre gentille mais teintée d’ironie, l’Aigle répondit au timide oiseau qu’il ne pouvait offrir d’abri à personne : « Je vous remercie, Mademoiselle, de votre confiance et de vos éloges ; je ne mérite pas les derniers, je tâcherai de ne pas tromper la première. Mais je suis un mauvais appui ; le chêne est bien vieux, et il s’est si mal défendu des tempêtes, qu’il ne peut offrir d’abri à personne »[2]. Ce qui n’empêcha pas Elisa de publier cette lettre du grand homme dans la réédition de ses poèmes !

Grâce aux encouragements qui lui venaient de toutes parts, la réputation d’Élisa Mercœur s’étendit bientôt dans toute la France. La Société académique de la Loire-Inférieure et la Société polymathique du Morbihan accueillirent la débutante en leurs rangs. Alors même que ses vers étaient salués de toutes parts et que le succès s’annonçait, Elisa Mercœur commença pourtant à se composer un personnage d’auteur délaissé et injustement méconnu. Reproches injustifiés, puisque les journaux, de Paris comme de province, avaient salué avec enthousiasme son premier recueil. Lorsque des voleurs dévalisèrent son logis, la laissant sans un sou, plusieurs grands noms, dont la duchesse de Berry, volèrent à son secours. Le ministère de l’Intérieur, sollicité, lui accorda une gratification, qui s’ajouta à la pension annuelle de 300 francs-or accordée directement par la Maison du Roi, bientôt portée à 1’200 par le vicomte de Martignac (ministre destinataire du poème « La Gloire »), soit à peu près autant que le jeune Victor Hugo à ses débuts[3].

III. La montée à Paris : publication, marketing et reconnaissance (1829-1831)

Bientôt, Nantes, qui toute entière bruissait de son nom, ne suffit plus à l’ambitieuse Elisa, qui, comme tous ces jeunes auteurs provinciaux ambitieux décrits par Daudet (dans son conte « Bixiou »), « monta » à Paris pour s’y établir avec sa mère. Elisa fut accueillie avec les honneurs dans la plupart des grands salons littéraires de la capitale (comme ceux de Mme Récamier ou de Nodier), côtoyant les gloires du moment, en particulier Victor Hugo, Marceline Desbordes-Valmore ou Mélanie Waldor (autre poétesse d’origine nantaise, maîtresse d’Alexandre Dumas).

Elisa Mercoeur, par Deveria (frontispice de l’édition des « Oeuvres complètes » de 1843)

Désireuse de plaire et de s’attirer les suffrages des auteurs ou hommes politiques en vue, elle organisa une politique « marketing » très agressive, composant de nombreuses pièces encomiastiques adressées à tous ceux qui pouvaient lui être utiles. Mais ce besoin de reconnaissance et même d’amour se heurtait aussi à des oppositions farouches dans certaines coteries de la capitale. Ainsi, une critique acerbe du journal Le Globe voulut la remettre méchamment en place : « Il ne faut pas que Mlle Mercœur se méprenne sur la nature de son talent ; c’est le talent d’une jeune fille, gracieux et pur, mais sans énergie ; sa lyre ne veut pas être tendue (…) Qu’elle songe au style, sans lequel, poète ou prosateur, on ne va jamais loin ; qu’elle évite l’incorrection et ces lignes de prose qu’elle laisse trop souvent se traîner à côté de ses plus beaux vers (…), alors que Mlle Mercœur méritera une partie des éloges qu’elle a déjà reçus, et prendra place entre les femmes-poètes, au-dessous de Mlle Gay et bien loin de Mme Tastu ».

Poésies de Mlle Elisa Mercœur, Paris, Crapelet, 1829. Petit in-12, de XVI ff. et 225 pp. Demi-reliure de veau fauve, dos lisse orné de caissons dorés à fleurons romantiques, tête dorée, non rogné (reliure de l’époque). Inv. 523.
Demi-reliure de veau fauve, dos lisse orné de caissons dorés à fleurons romantiques, tête dorée, non rogné (reliure de l’époque).

 

 

Le succès du premier recueil avait été tel qu’aucun exemplaire n’avait pu sortir du département pour atteindre Paris. C’est du moins ce qui aurait motivé une deuxième édition, augmentée de six poèmes, chez Crapelet (celui-là même qui avait affirmé « Un livre sans faute est une chimère » !). Selon Clouzot, les exemplaires de ce livre se rencontrent « le plus souvent en reliure d’époque assez simple ». Il y aurait eu quelques volumes tirés sur grand vélin.

La préface de cette seconde édition, signée par l’éditeur Crapelet, est un exemple assez extraordinaire de « name dropping » promotionnel : à grands renforts de précisions, voire de citations de lettres entières, les Académies nantaises, la duchesse de Berry, le vicomte de Martignac venaient attester le brio littéraire de la jeune auteur. Le recueil lui-même était placé sous la protection de Chateaubriand, dont la lettre, pourtant ambiguë, était intégralement reproduite. Etait également convoqué le jugement de Lamartine, juste après celui de l’auteur de René : « Un autre hommage rendu au talent de notre jeune Poète dut toucher bien différemment son cœur, lorsqu’on lui fit connaître le sentiment de l’auteur des Méditations sur ses premières productions. M. de Lamartine écrivait de Florence, en date du 9 octobre 1827, à un littérateur de ses amis, qui lui avait envoyé les Poésies de mademoiselle Mercœur : “J’ai lu avec autant de surprise que d’intérêt les vers de mademoiselle Mercœur, que vous avez pris la peine de me copier. Vous savez que je ne croyais pas à l’existence du talent poétique chez les femmes ; j’avoue que le Recueil de madame Tastu m’avait ébranlé ; cette fois, je me rends ; et je prévois, mon cher, que cette petite fille nous effacera tous tant que nous sommes.” »[4].

La fameuse citation d’une lettre de Lamartine, dans la préface de l’édition parisienne des « Poésies » (1829)

Donnée pour la première fois dans le journal Le Breton dès 1827, la citation fit florès (« Monsieur Mélinet ayant répété dans son journal l’aimable prédiction de M.de Lamartine sur Elisa, comme il avait répété celle de Monsieur de Chateaubriand, les autres journaux la répèteront à leur tour et depuis lors on ne l’appela plus que la “petite fille” »[5]). Elle a eu par la suite et a encore la vie longue[6].

Mais le désir de reconnaissance un peu naïf d’Elisa l’avait conduite à un manque de délicatesse assez flagrant, en citant une lettre de Lamartine sans son accord direct. Quand la première mention en avait été faite en 1827, cela n’avait pas trop porté à conséquence : après tout, la province… Mais dans une édition parisienne, avec reprise du propos dans les journaux de la capitale, c’était autre chose ! Le 27 mars 1829, Charles Nodier, dans une lettre-fleuve, avait averti son ami Lamartine de cette indélicatesse de la jeune poétesse, qui avait « fort innocemment compromis votre nom dans une polémique désagréable », victime d’une duperie montée par un « intrigant ». Nodier soulignait que la jeune femme méritait l’indulgence de Lamartine et qu’elle avait bien besoin d’être consolée par un mot bienveillant…

Que/qui croire ? Pour certains auteurs, la lettre de Lamartine aurait bien existée et le démenti du poète aurait été suscité par son amie la poétesse Delphine Gay (Madame Girardin à partir de 1831), jalouse de la jeune Nantaise qu’elle envisageait comme une rivale (n’avait-on pas surnommé Elisa « la Delphine nantaise » ?) . Toujours est-il que l’agacement de Lamartine semble bel et bien sincère dans cette lettre, jusqu’à présent inédite, « à Monsieur le rédacteur du Messager des Chambres » :

« Monsieur, l’auteur de la préface des poésies de Mlle Mercœur persiste dans votre n° du 14 février à m’attribuer sur la foi du journal Le Breton et de Mr le Secrétaire de l’Académie de Lyon une lettre et une phrase que j’ai déjà démenties par la voix de votre journal. Permettez-moi de renouveler formellement ici le désaveu  de cette prétendue lettre, et de répéter que non seulement je n’ai rien écrit d’offensant contre les talents de plusieurs femmes que j’admire, mais encore  que je n’ai jamais lu les ouvrages de Mlle Mercœur, et jamais écrit à Mr le Secrétaire de l’Académie de Lyon que je n’ai pas même l’honneur de connaître. Je vous demande pardon, Monsieur, d’insister si fortement sur une dénégation qui n’a aucun intérêt pour le public mais qui en a un très vif pour moi, celui de ne pas laisser infirmer une assertion que je vous ai autorisé à avancer sur la foi de ma parole et qui est la vérité même.

J’ai l’honneur d’être avec la considération la plus distinguée, Monsieur, votre très humble serviteur,

Al. de Lamartine

St Point, 17 fevrier 1839.

P.S. Je vous prie de vouloir bien insérer cette réclamation dans un de vos plus prochains N/os. »

Alphonse de Lamartine (1790-1869), lettre autographe signée « à Monsieur le rédacteur du Messager des Chambres », Saint-Point, 17 février 1839, 2 ½ pp. in-8 à l’encre noire. Inv. 2220.

IV. Mourir de déception… (1831-1835)

Pour emporter définitivement la capitale, Elisa avait entreprit l’écriture d’une grande tragédie : Boabdil. Mais le projet fut contrarié par la Révolution de 1830 : avec l’annulation de sa pension, la jeune fille fut condamnée aux « travaux forcés littéraires » (selon l’expression forgée par Lamartine), à savoir des articles ou vers de circonstance pour les journaux ou « keepsakes ». Selon son médecin, elle se plaignit d’avoir été obligée de faire « cet horrible métier de vendre sa prose et ses vers à des libraires à tant la feuille », et de ne pouvoir se livrer à son aise à la composition poétique. Finalement, grâce à Casimir Delavigne, une nouvelle pension de 900 francs lui fut finalement accordée.

Pour ses premiers biographes, Elisa Mercœur se serait gâtée la santé en raison dans ces travaux de plume harassants, qui lui auraient à peine procuré de surmonter la misère : exagération romantique. Les mémoires laissés par sa mère donnent toutefois une raison encore plus incroyable au décès de la jeune femme. Achevée au printemps 1831, la tragédie Boabdil fut acceptée par les acteurs de la Comédie-Française, mais refusée par son directeur le baron Taylor. Ce camouflet cinglant blessa profondément l’orgueil de la jeune femme. A part quelques vers encomiastiques pour Louis-Philippe ou ses ministres, elle se consacra alors à la prose, passant sous contrat avec l’éditeur Charpentier pour un roman Quatre Amours annoncé dès 1833 (mais jamais paru). Languissante, touchée par une affection pulmonaire (« une phtisie laryngée, compliquée d’ulcères dans les intestins » selon son médecin, le Dr. Casimir Broussais), Elisa partit en convalescence et fit une tentative de suicide dans des circonstances mal élucidées. Revenue à Paris sans être rétablie, elle rendit le dernier soupir le 7 janvier 1835 dans les bras de sa mère, à laquelle elle avait dit quelques jours avant : « Si Dieu m’appelle à lui, on fera mille contes sur ma mort ; les uns diront que je suis morte de misère ; les autres d’amour ! Dis à ceux qui t’en parleront que le refus de M. Taylor de faire jouer ma tragédie seul a fait mourir la pauvre enfant ! ».

Bien peu de ses anciens admirateurs l’accompagnèrent le 9 janvier dans sa dernière demeure au cimetière du Montparnasse, mais on comptait parmi eux Chateaubriand (qui fleurit la tombe). Dernière demeure ? Pas vraiment : avec l’appui d’une souscription, son amie et compatriote la poétesse Mélanie Waldor paya une concession et une tombe au cimetière du Père-Lachaise, où le corps d’Elisa fut transférée en mai 1836. Il semble qu’un masque funéraire ait été réalisé au passage sur les restes décharnés, mode de la phrénologie oblige[7]. Ses nombreux poèmes restés inédits furent réunis et imprimés en trois volumes in-8° en 1843, édités par sa mère, qui rajouta aux volumes des « Mémoires » sur la vie de sa fille.

Le tombeau d’Elisa Mercoeur au Père-Lachaise en 2013 (avant restauration)

Que demeure-t-il aujourd’hui de la figure émouvante d’Elisa Mercœur, si désireuse de reconnaissance et de gloire ? Il lui manqua sans aucun doute le temps d’exprimer plus pleinement ses capacités et de confirmer ses dons. Et sans doute n’aurait-elle pas atteint le talent de certaines de ses contemporaines, mais « quoique l’on pense du personnage de composition virginal et désespéré auquel elle s’identifie peu à peu comme sujet lyrique, on doit lui reconnaître une certaine aisance dans le maniement du lexique, des clichés et tournures à la mode, dans les vers fluides et harmonieux conformes au goût dominant du temps »[8].

Le tombeau d’Elisa Mercoeur au Père-Lachaise en 2016 (après restauration)

Si vous passez à Paris, passez dans la division 17 du Père-Lachaise. Vous y trouverez le tombeau d’Elisa Mercœur, restauré en 2016 et ayant retrouvé sur l’un de ses flancs le poème jadis choisi et depuis longtemps effacé, sorte de résumé de ce qui anima la poétesse durant sa courte vie :

« L’oubli, c’est le néant ; la gloire est l’autre vie ;

L’éternité sans borne appartient au génie :

Le monde est un écho des purs accens des cieux.

Sur la mer du passé le poète surnage ;

Chaque flot qui se brise et le pousse au rivage

Exhale un son mélodieux »[9].

Nicolas Ducimetière

15 avril 2017


BIBLIOGRAPHIE

  • Daniel Geoffroy, Elisa Mercœur : Nantais romantique, 1990
  • Bärbel Plötner, « Les débuts d’Elisa Mercœur et d’Emile Souvestre dans Le Lycée armoricain», dans Christine Planté (dir.) Masculin / Féminin dans la poésie et les poétiques du XIXe siècle, Lyon, Presses universitaires de Lyon, 2002, pp. 177-190.
  • Clouzot, Guide du bibliophile français du XIXe siècle, p. 200.

NOTES

[1] Clouzot, Guide du bibliophile français du XIXe siècle, p. 200 (« assez rare »).

[2] Dans Poésies de Mlle Elisa Mercœur, Paris, Crapelet, 1829, p. xi.

[3] En 1822, jeune débutant, Victor Hugo avait reçu une pension de 1’000 francs-or de la Maison du Roi pour les vers monarchistes de ses Odes.

[4] Dans Poésies de Mlle Elisa Mercœur, Paris, Crapelet, 1829, pp. xii-xiii.

[5] Dans Œuvres complètes d’Elisa Mercœur, Paris, Mme Veuve Mercœur et Pommeret et Guénot, 1843, pp. CXXXVI-CXXXVII.

[6] L’épouse d’Edmond Rostand, Rosemonde Gérard, consacra à Elisa Mercœur cet émouvant poème, évoquant d’emblée la prétendue citation de Lamartine :

« Lamartine disait : “Cette petite fille

Nous dépassera tous tant que nous sommes… ” Quand

Le poète daigna, d’une âme si gentille,

Laisser tomber sur elle un pareil compliment,

Je m’imagine bien que tant de politesse

Exagérait un peu, ce soir-là… Mais tant pis,

J’aime mieux, pour juger la frêle poétesse,

M’en remettre à ces mots qu’à tout ce que je lis…

Au lieu de la revoir, plus tard, cherchant sans cesse

Des honneurs, des amis, du crédit, de l’argent,

Mécontente de tout : des salons, de la presse,

Des éditeurs ingrats et des lecteurs changeants ;

Au lieu de la revoir, orgueilleuse et malade,

Et mourant de savoir qu’après tant d’insuccès

Son drame le meilleur, sur un Roi de Grenade,

Ne pourra pas entrer au Théâtre Français ;

Au lieu de la revoir, misérable et transie,

Ecrivant sans relâche entre quatre murs froids,

Et comprenant enfin que toute poésie

N’est qu’un malheur de plus qui tremble au bout des doigts,

Je la revoie toujours dès que je la situe,

Dans un décor qui semble unique sous le ciel :

Il n’y a d’un côté que des fleurs éperdues,

Et de l’autre, on ne voit qu’un grand lac immortel.

Elle entre, elle sourit… son petit collier brille…

Elle a sa robe blanche et son cœur enfantin…

Et le poète dit : « Cette petite fille

Nous dépasserons tous tant que nous sommes… Rien

Ne me fait oublier la sentence divine…

Et je verrai toujours, dans ce soir enchanteur

La fillette qu’on présentait à Lamartine :

“Cher Maître, elle a quinze ans. C’est Elisa Mercoeur” ».

[7] On peine à reconnaître les traits si délicats de la poétesse dans cette effrayante face cadavéreuse, aujourd’hui conservée dans la collection de masques mortuaires du Musée Flaubert et d’histoire de la médecine, à Rouen…

[8] Bärbel Plötner, « Les débuts d’Elisa Mercœur et d’Emile Souvestre dans Le Lycée armoricain », dans Christine Planté (dir.) Masculin / Féminin dans la poésie et les poétiques du XIXe siècle, Lyon, Presses universitaires de Lyon, 2002,  p. 183.

[9] Dans Poésies de Mlle Elisa Mercœur, Paris, Crapelet, 1829, p. 153 (« Le Sublime »).

MÉLANGES TIRÉS D’UNE PETITE BIBLIOTHÈQUE (16) : AUTEURS VS. ACTEURS

MÉLANGES TIRÉS D’UNE PETITE BIBLIOTHÈQUE (16)


AUTEURS VS. ACTEURS

Sans même parler des dramaturges, le monde du théâtre et du spectacle a toujours exercé une importante fascination sur les auteurs, qui l’ont décrit à plaisir dans leurs mémoires et mis en scène dans leurs poèmes ou leurs romans. Pour ne parler que de quelques noms du XIXe siècle (parmi tant d’autres), le facétieux jeune Mérimée alla jusqu’à usurper l’identité et les traits d’une prétendue actrice espagnole créée de toutes pièces, Clara Gazul[1], quand Théodore de Banville, quelques années plus tard, donna ses titres de gloire aux clowns et pierrots funambulesques[2]. Même fascination chez Edmond de Goncourt qui fut un historien minutieux du théâtre du XVIIIe siècle, donnant les premières biographies de certaines des plus grandes actrices du Siècle des Lumières (comme La Sainte-Huberty [1882][3] ou Mademoiselle Clairon [1890][4], établies sur une documentation venant souvent de sa propre collection). Quant à Daudet, on retrouve plusieurs chapitres de ses livres de souvenirs évoquant ce milieu du théâtre, et même un ouvrage entier : Entre les frises et la rampe (1894)[5].

J’avais donc envie de consacrer cette nouvelle chronique à certains exemplaires de ma bibliothèque relevant de cette thématique, non pas en listant des pièces de théâtre (cela aurait vite été fastidieux[6] !), mais en privilégiant les rapports personnels entre auteurs et monde du théâtre (en premier lieu acteurs et actrices, mais aussi directeurs de salle, metteurs en scène, etc.). Ces rapports se concrétisent ici par une vingtaine de documents : des études monographiques dans certains cas (Janin, Goncourt), des provenances (la Clairon), mais aussi et surtout par des lettres ou envois autographes échangés entre des auteurs et leurs acteurs ayant incarné les personnages sortis de leur imagination. Depuis le milieu du XVIIIe siècle jusqu’au début des années 1970, voici quelques tandems qui font se croiser Victor Hugo, Lucien Guitry, Jules et Edmond de Goncourt, Lino Ventura, Pierre Louÿs, Porel, Octave Mirbeau, Rachel, Edmond Rostand, Polaire, etc. Montez donc sur scène pour parcourir quelques morceaux d’histoire théâtrale souvent hauts en couleurs ! Attention, silence… Tam-tam-tam-tam. Tam. Tam. Tammm. Lever de rideau.

I. Hauteroche et LA CLAIRON (vers 1750)

Sur l’auteur : fils d’un huissier voulant devenir comédien, Noël Le Breton (v. 1630 – 1707), dit le sieur de Hauteroche, commença sa carrière au théâtre du Marais avant de gagner celui de Bourgogne, se retirant en 1684 avec une pension de 1000 livres. Acteur célèbre, il connut aussi le succès comme auteur, ses pièces valant surtout par leur vivacité et leurs rebondissements, moins par leur valeur psychologique. Elles parurent entre 1668 et 1691.

Mademoiselle Clairon en Médée, par Charles-André Van Loo

Sur la provenance : depuis mes années d’étudiant, après les incontournables péchés de jeune collectionneur, je m’abstiens en général comme de la peste des tomes isolés. Mais ce tome d’une réédition des Œuvres de  Hauteroche parue en 1742 méritait l’attention en raison de sa provenance : il appartint en effet à la plus grande actrice et tragédienne du XVIIIe siècle : Claire Léris (1723-1803), dite Mademoiselle Clairon. Venue d’une famille très modeste (origine qu’elle tenta par la suite à embourgeoiser en prenant le patronyme de « Léris de La Tude », alors qu’elle était la fille d’un sergent et d’une batelière),  elle débuta sa carrière à la Comédie-Italienne en 1736. Reçue à la Comédie-Française en 1743, elle triompha dans le rôle de Phèdre et fit évoluer peu à peu son art vers plus de vérité, d’authenticité et de naturel dans le jeu, supprimant aussi les perruques, les robes extravagantes pour plus de dépouillement. Elle joua dans des pièces de Marivaux, Racine, Corneille, Crébillon, Marmontel, et surtout Voltaire, dont elle créa certaines des plus grandes tragédies. Plébiscitée  par Diderot et d’autres éminents philosophes, elle fut aussi une grande collectionneuse, à la tête d’un cabinet de curiosités (momie égyptienne, livre malabar, parasol en plumes d’autruche, etc.) et d’une collection de tableaux et d’estampes (notamment de Rembrandt) que la fin de sa relation avec le comte de Tourves l’obligea à vendre en 1773[7]. Devenu la maîtresse du margrave d’Ansbach, elle y demeura dix-sept ans, pour revenir à Paris au début de la Révolution. Réfugiée chez sa fille adoptive, elle  mourut oubliée et ruinée.

Selon le discours de réception d’Alfred de Vigny à l’Académie le 29 janvier 1846, son prédécesseur, Charles-Guillaume Etienne (1777-1845), avait  « connu une imposante et très-dramatique personne qui, dans sa vieillesse, l’accueillait avec des sentiments tout maternels. C’était la grande tragédienne de Voltaire, mademoiselle Clairon, qui lui légua sa bibliothèque, comme à Voltaire enfant Ninon avait légué la sienne. – On voit que le théâtre faisait les premiers pas vers lui. – Des feuilles de ces livres moqueurs sont sortis sans doute les esprits familiers de la comédie et du journal qui, toute sa vie lui parleront à l’oreille ». Comme le décrit Edmond de Goncourt, « les livres de Clairon, généralement reliés en veau, portent sur le plat en caractères d’or : Mlle Clairon »[8]. Il possédait lui-même les Œuvres de Saint-Evremond ayant appartenu à l’actrice[9]. Les reliques de la Clairon sont aujourd’hui aussi peu communes qu’émouvantes.

Noël Le Breton (v. 1630-1707), dit le sieur de Hauteroche, Les Œuvres de théâtre de Monsieur de Hauteroche [Tome second], Paris, Compagnie des Libraires associés, 1742. Exemplaire de la Clairon. Inv. 167.

Comme je le disais plus haut, Edmond de Goncourt consacra en 1890 une importante biographie à Mademoiselle Clairon : en voici l’exemplaire n°2 sur Japon, offert à Julia Daudet.

II. VICTOR HUGO et Salvador (1851)

Le texte : « Pourriez-vous, Monsieur, disposer en ma faveur d’une loge pour la représentation de ce soir. Je vous en serais obligé. Recevez, Monsieur, avec mes remerciements, l’assurance de ma considération très distinguée, Victor Hugo. Mercredi 5 novembre. Monsieur Salvador, administrateur de l’Ambigu ».

Seul « portrait » retrouvé de l’acteur Salvador !

Le contexte : élu membre de l’Assemblée législative en 1849, Victor Hugo rompit avec le président Louis-Napoléon Bonaparte après le soutien de ce dernier au retour du pape à Rome. Entré dans l’opposition, il participa à la ligne éditoriale du journal Le Bien-Être universel, qui se qualifiait de « Moniteur du progrès social » et parut de février à novembre 1851. Cela explique que la présente lettre soit rédigée sur un papier à en-tête de ce journal. Le destinataire en était Jean-Baptiste Tuffet, dit Salvador (1803-1873), acteur et dramaturge devenu l’administrateur et secrétaire général du Théâtre de l’Ambigu-Comique. Je n’ai malheureusement pas pu identifier la pièce que Hugo voulait aller voir ce soir-là en sortant des locaux du journal.

Un mois après ce courrier, le prince-président lançait son coup d’Etat, le 2 décembre 1851. Se sachant sur la liste des proscrits, Hugo tenta de s’enfuir, puis se ravisa et voulut se constituer prisonnier, mais un commissaire refusa de l’arrêter. Il prit alors le chemin de l’exil vers Bruxelles, puis Jersey.

Victor Hugo (1802-1885), lettre autographe signée à Salvador, administrateur du Théâtre de l’Ambigu-Comique. S.l. [Paris], mercredi 5 novembre [1851]. Une page sur un bi-feuillet in-8°, à en-tête du journal « Le Bien-Être universel ». Adresse autographe au verso : « Monsieur l’administrateur du théâtre de l’ambigu », avec les mentions « Victor Hugo » et « Pressé ». Ajout manuscrit : « une loge 4 places, Salvador », avec date « 5 novembre » au composteur avec cachet humide du théâtre. Inédit. Inv. 2132.

III. JULES JANIN et Rachel (1859)

Le texte : Jules Janin (1804-1874) fut avant tout un romancier, révélé par le succès de L’Ane mort et la femme guillotinée, roman fantastique paru en 1829. Il donna aussi des contes, des nouvelles et de nombreux volumes d’histoire. Janin fut aussi un bibliophile de goût, auteur de L’Amour des livres, un ouvrage toujours très recherché. Il écrivit enfin de nombreux ouvrages sur l’histoire du théâtre, des acteurs et actrices : Mademoiselle Mars en 1843, et surtout ce Rachel et la tragédie, l’un des tous premiers livres au monde à être illustré de photographies. La célèbre Rachel Félix (1821-1858) redonna son lustre aux tragédies classiques de Corneille ou Racine, boudées par les romantiques. Sa célébrité était énorme dans toute l’Europe. Morte de tuberculose, pleurée par tout Paris, elle laissa un enfant de sa liaison avec le comte Waleski, fils naturel de Napoléon : les actuels comtes Waleski sont leurs descendants.

Les photographies illustrant ce volume furent réalisées par Henri de La Blanchère : elles représentent Rachel dans ses principaux rôles (Hermione, Camille, Monime, Phèdre, Roxane, Athalie), ainsi qu’au naturel, copiant son portait par Muller (frontispice). Ces tirages précieux sur papier albuminés furent collés individuellement sur les planches hors-texte. Selon Clouzot, il existe « quelques exemplaires (50 ?) grand in-4, avec les photographies aggrandies (premier ouvrage ayant utilisé ce procédé ?), le plus souvent richement reliés. Très recherché dans cette condition. Existe avec fer de reliure représentant Rachel sur scène »[10].

La provenance : esprit ouvert et cultivé, Charles Monselet (1825-1888) était, tout comme son ami intime Janin, un polygraphe de génie, livrant aussi bien des romans ou des pièces (Ariel, drame fantastique en 1845) que des études historiques (Histoire du Tribunal révolutionnaire en 1852, Les Galanteries du XVIIIe siècle en 1862). Mais il fut avant tout, comme Brillat-Savarin, l’un des plus grands « écrivains gastronomiques » du XIXe siècle. Depuis toujours amateur de bonne chère, il franchit le pas justement en 1859 en publiant son premier ouvrage lié à l’art culinaire : La Cuisinière poétique, aujourd’hui très recherché des amateurs. Puis, entre 1862 et 1869, vient la série des Almanachs gourmands ; en 1874, sa Gastronomie, récits de table ; en 1877, ses Lettres gourmandes ; en 1880, les périodiques Mois gastronomiques et les « Dindons de la farce. On voit le pourquoi des « agapes » rappelées par Janin dans sa dédicace. Par ailleurs, ce Rachel ne pouvait que passionner Monselet qui livra lui-même de nombreux écrits sur l’histoire du théâtre : Les Tréteaux, en 1859 ; Les Femmes qui font des scènes, en 1865 ; Les premières représentations célèbres, ainsi que Acteurs et actrices, en 1867 ; Chanvallon – Histoire d’un souffleur de la Comédie-Française en 1872 (exemplaire offert à Théodore de Banville : voir note [11]); ou encore Une troupe de comédiens, en 1879.

Jules Janin, Rachel et la tragédie, Paris, Amyot, 1859. Provenance : Charles Monselet (1825-1888, écrivain) (envoi autographe : « Pour mon cher et fidèle / Charles Monselet, / en souvenir de nos / fraternelles agapes. / Vous auriez préféré certes / des recettes inédites. / Consolez-vous en pensant / que le théâtre, en son genre, / est un genre de cuisine. / Bien affectueusement, à vous / Jules Janin » ; ex-libris portant son nom sur papier photographique glacé, gratté ; reproduction d’un autre de ses ex-libris gravés). Inv. 555.

IV. JULES DE GONCOURT et Gisette (1863)

Le texte : « Madame et ami [sic], Voici ma prise de Pékin. Mon monstre, celui du couvercle, et moi, nous vous souhaitons la bonne année. Vous savez que ces bêtes-là avalent les mauvais sorts en Chine. Je désire de tout mon cœur qu’il en soit de même à Paris. Et je vous embrasse avec la permission des autorités, Jules de Goncourt ».

Si on trouve deux bustes de D’Ennery dans le musée du même nom, impossible de trouver la moindre représentation de sa femme, la vraie collectionneuse !

Le contexte : à l’époque de cette lettre, Clémence Lecarpentier (1823-1898), veuve Desgranges, est encore très connue à Paris sous le sobriquet de « Gisette ». Actrice modeste, elle est devenue au début des années 1850 la maîtresse d’un auteur dramatique en pleine ascension, Adolphe d’Ennery (1811-1899). Ce dernier, surnommé « le Shakespeare du peuple » et dénigré comme un « fabricant de pièces » (il en a écrit plus de 250 !), remplissait les salles… et son portefeuille. Ce qui permit à son amie de quitter les planches et de commencer sa véritable passion : la collection d’objets asiatiques (chinois et japonais), dont elle devint l’un des plus grands spécialistes de son époque.

« Si vous veniez voir mes monstres ? » : ainsi invita-t-elle Jules de Goncourt, en 1859,  à visiter sa collection, alors installée rue de l’Echiquier. Les frères Goncourt partageaient cette passion pour les « chinoiseries » (Edmond devait, trente ans plus tard, être l’un des principaux acteurs de la mode du « japonisme »). La collection Desgranges était alors constituée de 150 chimères chinoises, point de départ modeste au regard des 7’200 pièces que compta finalement cet ensemble extraordinaire (légué à l’Etat en 1899 et aujourd’hui musée présentant les lieux dans leur état d’origine, en un magnifique hôtel particulier de l’avenue Hoch). L’écrivain, pourtant avare de compliments, ressortit enchanté de sa visite et devint l’un des habitués de la maison, évoqua dans son Journal « un des plus singuliers salons du monde », « la ménagerie de la fantaisie », « toutes les chimères d’un rêve d’opium ». Il est vrai qu’avec son parler un peu cru, ses manières de théâtre, la vive et séduisante Clémence Desgranges faisait tourner les têtes et attirait à ses dîners les meilleurs auteurs et artistes du moment.

Ce billet un peu cryptique « était accompagné comme étrennes, d’un brûle-parfum en bronze du Tonkin, dont le couvercle était formé par un chien de Fô ». C’est Edmond de Goncourt lui-même qui expliqua ce contexte, en reproduisant cette lettre dans son édition de la correspondance de son frère en 1885, chez Charpentier. S’il établit la date du courrier (« Janvier 1863 »), tout en donnant en note des explications sur son contenu, il ne livra en revanche pas l’identité de la destinataire, remplaçant son nom par « A Madame *** » (ce qui en fait d’ailleurs la seule destinataire anonyme de tout le recueil). A noter que la mention de « la prise de Pékin » renvoyait avec humour à une pièce de même titre écrite par D’Ennery deux ans plus tôt (La Prise de Pékin, drame militaire à grand spectacle en cinq actes et onze tableaux, représenté pour la première fois au Théâtre Impérial du Cirque le 27 Juillet 1861).

Jules de Goncourt, billet autographe signé [à Clémence Desgranges-Dennery, dite Gisette]. S.l. [Paris], s.d. [janvier 1863]. Une page à l’encre noire, sur un bi-feuillet in-8° de papier bleu. Inv. 1591.

Bibliographie : Jules de Goncourt, Lettres, Paris, Charpentier, 1885, p. 193.

V. VICTOR HUGO et Ritt & Larochelle (1873)

Le texte : « Mes chers directeurs, je croyais (à tort) à la répétition le jour ; je ne suis malheureusement jamais libre le soir, à cause de mon fils qui a besoin de moi. Est-ce que les répétitions ne sont plus possibles le jour ? Je compte pourtant que vous me ferez la grâce de dîner un de ces soirs avec moi, je ne pourrai venir ce soir. Ecrivez-moi, je vous prie, un mot qui me fixe, et recevez mon plus cordial serrement de main, Victor Hugo ».

Le tandem Larochelle et Ritt

Le contexte : cette lettre inédite s’inscrit dans le cadre de la reprise de la pièce Marie Tudor, jouée pour la première fois en 1835, avec Juliette Drouet dans le rôle-titre. Dès 1872, Eugène Ritt (1817-1898) et Henri Larochelle (1827-1884), acteurs devenus les directeurs du Théâtre de la Porte-Saint-Martin[12], avaient demandé à Hugo de pouvoir reprendre l’une de ses pièces, leur choix s’étant fixé sur Le Roi s’amuse. La correspondance échangée entre Hugo, alors à Guernesey, et son disciple Paul Meurice témoigne des étapes du montage de la pièce, entre l’automne 1872 et le début de juillet 1873, avec notamment moult discussions autour du choix des acteurs, finalement confirmé par une lettre adressée à Ritt et Larochelle, en date du 29 juin 1873. Mais, le 2 juillet, les journaux annoncèrent que la pièce, tendancieuse vis-à-vis de tout pouvoir, était interdite par le général de Ladmiraut, par la seule vertu de l’état de siège ! Deux jours plus tard, les directeurs du théâtre indiquent à Hugo qu’ils vont finalement reprendre Marie Tudor. Nouveaux échanges de correspondance sur la distribution au cours de l’été 1873 : sont retenus Dumaine pour le rôle de Gilbert, Marie Laurent pour celui de Marie Tudor, Jane Essler enfin pour celui de Jane. Dès le 7 juillet, Hugo confirme à Meurice : « On peut mener Marie Tudor aussi vite qu’on voudra. Dites-le de ma part à MM. Ritt et Larochelle ». A la fin de l’été 1873, il est de retour à Paris pour les premières répétitions. Il y retrouve son fils François-Victor, très malade depuis plus d’un an (atteint d’une grave tuberculose rénale), sans que son père en ait eu tout de suite conscience. En juillet, Edmond de Goncourt avait vu le père et le fils, côte à côte, et était revenu effrayé par l’inévitable comparaison entre l’homme âgé, mais plein de vie, et son fils, miné par la maladie, à la figure crayeuse, déjà annonciatrice de la mort, qui finalement le prendra « après une agonie d’un an », le 26 décembre 1873. Dans notre lettre, Hugo indique bien, en effet, que la santé de son fils le préoccupe et que ces soirées doivent être libres. Certes, mais cette raison n’est pas la seule !

En effet, à cette même époque, Hugo, âgé de 71 ans, entretient une relation passionnée avec une jeune femme d’une vingtaine d’années, Blanche Lanvin, que Juliette Drouet a commis l’erreur de prendre à son service. La liaison dure maintenant depuis le début de 1872 et la fine Juliette commence à avoir des soupçons, à juste titre d’ailleurs : les petits carnets écrits au jour le jour par Hugo attestent qu’après chaque répétition de Marie Tudor, c’est sa jeune maîtresse qu’il court retrouver en fin d’après-midi-début de soirée, revenant ensuite dîner en famille avec Juliette et, effectivement, son fils ! C’est d’ailleurs trois jours plus tard qu’éclate le drame : le 19, Juliette ouvre une lettre de Blanche, adressée à Hugo, mais signée heureusement « Cosette ». Comprenant néanmoins que son ami entretient une nouvelle liaison, elle part dans l’instant, en empruntant 200 frs à son couturière, alors qu’il y avait 120’000 frs d’actions au porteur dans son tiroir ! Elle laisse une lettre de rupture que Hugo retrouve le soir : désespéré, il entreprend des recherches fiévreuses pendant plusieurs jours, télégraphiant à tour de bras, pour finalement la retrouver à Bruxelles, réfugiée chez son neveu Louis Koch. Il note : « Tous les supplices à la fois. Nécessité du secret : je dois garder le silence et avoir mon air normal. Pas de torture pareille. Je vais à mes répétitions (lundi soir), j’ai des amis à dîner (dimanche chez Victor) … ». Finalement, Hugo trouvant un « alibi », Juliette accepte de revenir le 26 Septembre : « j’ai été dire à la Porte St. Martin que je n’assisterais pas à la répétition générale de Marie Tudor ». Il attend en effet le train de Juliette, debout sur un quai de la gare du Nord, pendant plus d’une heure. Enfin, elle arrive : retrouvailles et grand bonheur de Juliette que Hugo emmène quelques jours plus tard à une représentation de Marie Tudor, dont la première aura eu finalement lieu le 27 septembre 1873, remportant un véritable triomphe (Hugo n’y assistait pas, selon son habitude : il dînait chez lui avec Juliette et François-Victor). Mais, pour être honnête, reconnaissons que Hugo, lorsqu’il dit être déjà pris pour le soir de ce 16 septembre, ne pensait pas à son adorée Blanche : au terme de cette journée qui avait vu les troupes prussiennes évacuer la France et – coïncidence ? – sa propre plaquette La Libération du Territoire sortir en librairie, l’ « Homme-Océan » avait invité pour dîner Mme Hollis, une médium américaine très réputée. Après le dîner eut lieu une séance de spiritisme, domaine qui passionnait Hugo depuis son exil. Et ce soir-là, – coïncidence ? -, c’est la première femme qu’aima Hugo qui se manifesta : sa femme légitime, Adèle, à cette époque morte depuis cinq ans… De l’au-delà, elle lui affirma être très heureuse…

Victor Hugo (1802-1885), lettre autographe signée à Ritt et Larochelle, s.l. [Paris], « mardi 16 » [septembre 1873]. Une page à l’encre noire, sur un feuillet in-16. Au verso : identification des destinataires par une note manuscrite d’époque au crayon. Montée en tête d’une édition de Lucrèce Borgia – Marie Tudor – Angelo (Paris, Lemerre v. 1895). Provenance : A.T. (vignette ex-libris gravée, avec initiales entrelacées, épée et plume croisées et la devise « Vita sine litteris est mors »). Inv. 469.

Bibliographie : Nicolas Ducimetière, article « Victor Hugo, auteur et père : une lettre inédite autour de la reprise de Marie Tudor (1875) », publié sur le site du « Groupe Victor Hugo » de la Sorbonne. Accessible via :

http://groupugo.div.jussieu.fr/Groupugo/Textes_et_documents/Lettre_VH_16-09-1873.htm

VI. FRANCOIS COPPÉE et Eugénie Doche (1876)

Sur l’œuvre : issu d’un milieu modeste, François Coppée fut le poète populaire et sentimental de Paris et de ses faubourgs, des tableaux de rue intimistes, du monde des humbles : rencontrant un grand succès avec ses recueils et ses pièces, il devint archiviste de la Comédie-Française en 1878, puis fut élu à l’Académie française en 1884. Le Luthier de Crémone raconte l’amour malheureux d’un apprenti-luthier de génie, mais bossu, pour la fille de son patron. Bien qu’ayant gagné le concours qui devait le marier à la jeune fille, il décide, par esprit de sacrifice, de laisser la place à son rival. Ecrit à Milan en mars 1876, ce manuscrit est donc antérieur de deux mois à la première représentation de la pièce, donnée à la Comédie-Française le 23 mai 1876. Ayant reçu un accueil triomphal (selon un télégramme à Eugénie Doche : « Première hier. Hurlement. Très grand succès. Ecrirai détails. Amitiés »), la pièce fut imprimée peu après par Lemerre (tirage de tête : 12 Chine et 6 Whatman).

Eugénie Doche vers 1850

Sur la provenance : François Coppée avait rencontré la grande actrice Eugénie Doche (1823-1900), créatrice du rôle de la Dame aux Camélias (« quand une artiste a ce talent, elle devient une collaboratrice », avait affirmé Dumas fils) dès ses débuts littéraires et leur liaison avait beaucoup fait jaser, notamment en raison de leur différence d’âge (Goncourt parlant méchamment le 25 janvier 1876 de « l’accouplement d’un squelette avec un fœtus moisi »). Leur amour se changea en une amitié qui dura jusqu’à la mort d’Eugénie Doche. Coppée lui offrit toutes ses œuvres, dédicacées au fur et à mesure de sa carrière, ainsi que toute une série de manuscrits (pièces ou poèmes épars) qu’elle faisait relier de manière uniforme par Pierson, en vélin blanc avec titrage aux encres de couleur.

François Coppée (1842-1908), Le Luthier de Crémone, manuscrit autographe signée, Milan, mars 1876. Envoi autographe : « A Eugénie Doche, ce manuscrit autographe est offert par son ami dévoué, François Coppée ». Inv. 1880.

 VII. ALPHONSE DAUDET et Gustave Worms (1877)

Sur l’œuvre : dans ce roman parisien, Daudet décrit une fois de plus un aspect de la vie dans la capitale sous le Second Empire, à travers les affaires, la politique et les mœurs. Fournissant en perles de jouvence le duc de Mora, un haut dignitaire de l’Empire, le docteur Jenkins lui présente Jansoulet, dit « le Nabab », un aventurier de basse extraction qui a réalisé une colossale fortune en Tunisie. Depuis son retour en France, de nombreux solliciteurs gravitent bien sûr autour de ce « Nabab », à l’indignation de son secrétaire, l’honnête Paul de Géry. Le roman fut adapté au théâtre dans une pièce de même titre, représentée pour la première fois au Théâtre du Vaudeville le 30 janvier 1880.

Worms dans le rôle de Charles-Quint

Sur la provenance : fils d’un contrôleur-en-chef de l’Opéra-comique, Gustave Worms (1836-1910) entra à la Comédie-Française en 1858, devenant sociétaire en 1863. Mais ce titre ne fut pas confirmé par le ministère et Worms partit pour Saint-Pétersbourg où il joua au Théâtre-Michel. Rentré en 1875, il fut engagé au Théâtre du Gymnase, avant que la Comédie-Française ne le réclame en 1877. Ce retour fut plus que brillant et Alphonse Daudet le loua notamment pour son rôle de Charles-Quint dans la reprise d’Hernani de Hugo en novembre 1877 : « nous n’avions vu M. Worms que dans ces rôles de jeune premier où il apportait d’éminentes qualités de diction, de chaleur, de jeunesse (…) Mais le Charles-Quint de l’autre soir nous a montré en outre une science exquise de composition, une rare possession de soi-même, enfin des facultés d’étude (…) Tour à tour hautain, passionné, ironique, Worms a notamment enthousiasmé la salle par la façon dont il interprète l’incomparable monologue du 4e acte. (…) Des bravos prolongés l’ont bien récompensé de ses efforts ». Daudet offrit sans doute son Nabab, paru depuis peu, à la suite de cette mémorable représentation.

Alphonse Daudet (1840-1897), Le Nabab, Paris, Charpentier, 1877, édition originale. Provenance : Gustave Worms (1836-1910, acteur, sociétaire de la Comédie française, époux de la comédienne et sociétaire Blanche Barreta [1855-1939]) (envoi : « à Worms, avec tous mes bravos, Alphonse Daudet ») ; Librairie Eric Fosse (Paris). Inv. 1074.

VIII. EDMOND DE GONCOURT et Paul Porel (1882)

Sur l’œuvre : appartenant à la série des romans féminins de Goncourt, La Faustin a pour décor l’univers du théâtre et comme protagoniste une comédienne, Juliette Faustin, employée au Théâtre-Français. Elle se perd au contact d’un amant anglais, William Rayne, personnage trouble, ambigu et débauché. Goncourt initiait là le type littéraire du pédéraste-sadique.

Paul Porel, photographié par Nadar

Sur la provenance : La Faustin connut un succès immédiat, appuyé par une grande campagne de presse et de publicité. Encouragé, Goncourt travailla dans la foulée à une adaptation pour le théâtre, entre mai 1892 et septembre 1893. Il la proposa d’emblée à son vieil ami Paul Porel (1842-1917). Ce dernier, acteur, directeur de théâtre et mari de la très célèbre comédienne Réjane, avait déjà monté toutes les autres pièces de Goncourt depuis 1884 et avait repris, après sa démission de l’Odéon, l’immense « Eden-Théâtre », rebaptisé « Grand-Théâtre » (et en faillite dès 1893). Comme le prouve cet exemplaire, Goncourt voulait depuis longtemps adapter son roman sous la mise en scène de Porel avec « Sarah Bernard » (sic) dans le rôle-titre. De fait, le 17 octobre 1893, la pièce fut lue chez Sarah Bernhardt, qui montra peu d’enthousiasme. Puis ce fut au tour de Goncourt d’être déçu après avoir vu l’actrice jouer : « Eh bien, cette voix d’or, c’est très joli pour des vers peut-être, mais elle est d’un factice, d’un artificiel qui fait qu’elle n’est pas la voix qu’il faut pour un drame moderne » (Journal, 5 novembre 1893). Pour finir, le 22 février 1894, Sarah Bernhardt renvoya à Goncourt le manuscrit de La Faustin sans un mot d’explication. En juin 1896, Jules Claretie proposa à Goncourt de monter la pièce au Théâtre-Français ; même proposition d’Antoine pour l’Odéon. En fait, la pièce ne sera jamais jouée en France et ne sera publiée qu’en 1910 grâce à Léon Hennique, président de l’Académie Goncourt et ami de l’auteur.

Edmond de Goncourt (1822-1896), La Faustin, Paris, Charpentier, 1882, édition originale, avec envoi autographe : « A Porel, son très reconnaissant Edmond de Goncourt, qui lui demande de voler une heure à son théâtre pour lire ça, et lui indiquer, s’il sait diable qui pourrait en faire une pièce – une pièce qui serait curieuse à voir jouer par une Sarah Bernard ou une sous Sarah Bernard ») [NB : cet envoi date peut-être des premiers contacts entre Porel et Goncourt, vers 1885, car l’auteur ne parle pas encore d’écrire l’adaptation lui-même et orthographie mal le nom de Sarah Bernhardt]. Inv. 810.

IX. EDMOND DE GONCOURT et Albert Lambert (1885)

Sur l’œuvre : drame en trois actes et en prose, Henriette Maréchal avait été représenté pour la première fois à la Comédie Française le 5 décembre 1865, causant un grand scandale, les représentations étant fort chahutées (c’est à l’occasion de l’une d’elle que Daudet rencontra sa femme). Vingt ans plus tard, la pièce fut reprise par la prestigieuse troupe de l’Odéon et donna lieu à cette nouvelle édition, précédée d’une préface inédite d’Edmond de Goncourt.

Albert Lambert père
Albert Lambert fils

Sur la provenance : parmi les acteurs de cette reprise de 1885 figuraient un père et un fils : les Lambert. Acteur des boulevards, puis au Théâtre de l’Odéon à partir de 1880, (Léon)-Albert Lambert (1847-1918) interprétait, dans la pièce de Goncourt, le personnage de Pierre de Bréville (soi-disant ex-consul à Caracas et chercheur d’or en Californie), quand son fils, (Raphaël-)Albert Lambert (1865-1941, future star de la Comédie-Française) jouait le rôle de Paul de Bréville. Selon le Journal, Lambert fils, « jeune cabot du Quartier latin », s’était attiré une remarque méprisante de Léonide Leblanc durant les répétitions : « Vous mettrez des bottines vernies ? Mais vous aurez l’air d’un étudiant sur son trente-deux. C’est étonnant que vous ne puissiez pas vous habituer à ressembler à des gens du monde ! » (26 fév. 1885). Quant au père, il s’attira l’ironie de Goncourt au cours des mêmes répétitions : « “Ne croyez-vous pas que comme consul à Caracas, je ne devrais pas porter une décoration étrangère … une décoration ridicule, la décoration du « Lapin blanc de Sumatra » ?”. C’est Lambert aîné, parlant sur le ton de blague, mais au fond très désireux d’avoir un ordre étranger à sa boutonnière » (27 fév. 1885). L’interprète de M. Maréchal demandera d’ailleurs le même jour à Goncourt d’affubler son personnage du ruban rouge de la Légion d’honneur ! La générale eut lieu le 2 mars au soir et la première, le lendemain, fut un grand succès. Mais cela dura peu : si la pièce ne provoqua pas les mêmes réactions passionnées qu’en 1865, elle ne trouva pas son public et dut cesser, dans l’indifférence, au bout de deux mois.

Edmond et Jules de Goncourt (1822-1896 / 1830-1870), Henriette Maréchal, Paris, Charpentier, 1885. Provenance : (Léon)-Albert Lambert (1847-1918) (envoi autographe : « A Albert Lambert, Edmond de Goncourt »). Inv. 1252.

X. ALPHONSE DAUDET et Paul Porel (1896)

Sur l’œuvre : ce second volume du théâtre complet de Daudet contient La Lutte pour la vie, L’Obstacle et Numa Roumestan (inspiré du roman homonyme et créé par Porel au Théâtre de l’Odéon en 1886). La publication du Théâtre de Daudet fut très étalée dans le temps : la première série avait paru chez Charpentier en 1880 avec les pièces de jeunesse (dont L’Arlésienne) ; la troisième série, posthume, contiendra en 1899 les pièces les plus tardives (Sapho, Jack et Le Nabab).

Paul Porel avec son fils, photographiés par Nadar (1905)

Sur la provenance : d’abord comédien, puis directeur du théâtre de l’Odéon fin 1884, Porel (de son vrai nom Paul-Désire Parfouru) modernisa la salle et la programmation, travaillant avec les meilleurs auteurs dramatiques du moment, notamment avec Goncourt (dont il monta plusieurs pièces). Il entretenait avec Daudet les meilleurs rapports et reprit notamment sa pièce L’Arlésienne : créée en 1872 sans le moindre écho, elle fut redonnée au Théâtre de l’Odéon, sous la direction de Porel, le 5 mai 1885, et connut enfin le succès. Le 15 février 1887, il créa à l’Odéon la pièce Numa Roumestan (adaptée du roman du même nom et que l’on retrouve dans le présent recueil), qui rencontre là encore les faveurs du public.

Alphonse Daudet (1822-1896), Théâtre (2e série) : La Lutte pour la vie, L’Obstacle, Numa Roumestan, Paris, G. Charpentier et E. Fasquelle, 1896, première édition collective. Provenance : Paul Porel (1843-1917, acteur et directeur de théâtre, mari de la comédienne Réjane) (envoi autographe : « A Porel, en souvenir, Alph. Daudet »). Inv. 1909.

XI. ANATOLE FRANCE et Sybil Anderson (1896)

Le texte : « Je veux vous redire encore, Madame, toute la reconnaissance que je vous ai d’avoir fait vivre ma Thaïs d’une vie poétique et profonde. Voluptueuse et pénitente, vous avez égalé et surpassé les rêves du poète. J’emporte de vous vingt images animées et chantantes, plus belles – un autre vous l’a dit – que les peintures des vases grecs et que les figurines de Tanagra. Je vous embrasse, Anatole France. Mes meilleurs souvenirs à votre frère ».

Sybil Sanderson dans le rôle de Thaïs

Le contexte : paru en 1891, le roman Thaïs prend place dans l’Alexandrie du IVe siècle. Après une jeunesse débauchée, Paphnuce, après des années de retraite à la tête d’un groupe de moines cénobites, revient sur les lieux de sa jeunesse pour tirer la comédienne Thaïs d’une vie dissolue qui la conduit tout droit à la damnation. Il y parviendra, la convaincant de rejoindre un couvent. Mais lui-même finira par renier sa foi, s’apercevant qu’il était toujours amoureux de la pécheresse.

« Thaïs » fait la une du « Petit Journal » après la première

Avec quelques adaptations (Paphnuce devenant Athanaël), le roman donna matière à un opéra de même titre composé par Jules Massenet[13]. L’œuvre fut écrite en 1894 pour la soprano Sibyl Sanderson, muse du compositeur à cette époque. Typique de son temps, l’œuvre baigne dans un climat de volupté et de religiosité sulpicienne. Louis Gallet, le librettiste, n’a pas retenu l’aspect sceptique, ironique et discrètement anticlérical du roman d’Anatole France. En revanche, il a organisé le drame de manière rigoureuse et efficace. Le nœud de l’histoire est marqué, à l’acte II, par la célèbre « Méditation religieuse », confiée au violon solo et connue sous le nom de « Méditation de Thaïs », souvent jouée en concert.

Sybil Sanderson jouant Thaïs, face à Delmas (acte II)

La provenance : native de Sacramento, la soprano Sybil Sanderson (1864-1903) chanta surtout un répertoire français. Après des études au Conservatoire de San Francisco, elle vint à Paris compléter sa formation, mais débuta à La Haye, en 1888, sous le nom d’Ada Palmer. Revenue à Paris, elle chanta au Palais Garnier, notamment Gilda et Juliette. Elle fut très admirée de Jules Massenet, qui écrivit pour elle Esclarmonde (1889) et Thaïs (1894). Elle créa aussi Phryné (1893) de Camille Saint-Saëns. Elle paraît aussi à Londres en 1891, à Saint Petersbourg en 1892, puis à New York en 1895 et 1901. Sa grande beauté, ses dons d’actrice, mais aussi sa voix d’une exceptionnelle étendue (trois octaves) lui valurent une grande popularité. Elle se retira de la scène après son mariage et mourut prématurément d’une pneumonie.

Anatole France (1844-1924), lettre autographe signée à la cantatrice Sibyl Sanderson, Paris, 10 mars 1896, deux pages sur un bi-feuillet in-16. Provenance : Sibyl Sanderson (1864-1903, soprano américaine, égérie de Massenet et première interprète du rôle de Thaïs dans l’opéra du même nom en 1894) ; Vente « Livres anciens et autographes », étude Audap et Miraud, Paris, 7 novembre 2012, n° 12. Inv. 1602.

XII. JEAN RICHEPIN et Caroline-Eugénie Segond-Weber (1897)

Sur le texte et le contexte : si son recueil poétique La Chanson des Gueux lui avait valu dès 1876 une réputation flatteuse, Jean Richepin (1849-1926) se heurta longtemps à l’indifférence du public dans le domaine dramaturgique. Il n’atteignit le plein succès qu’avec sa pièce Le Chemineau, drame de cinq actes en vers représenté pour la première fois au Théâtre de l’Odéon le 16 février 1897, avec dans les rôles principaux Decori (le chemineau) et la tragédienne Segond-Weber (Toinette). Plus de cent soixante représentations devaient suivre sur cette seule scène, sans compter de nombreuses reprises dans le demi-siècle suivant.

Le 16 avril 1897, dans le cadre du spectacle-concert du Vendredi-Saint offert par le Théâtre de l’Odéon, Richepin composa tout spécialement un épilogue (certains dirent un « sixième acte ») à sa pièce, avec un acte isolé, en vers, intitulé La Rose du pauvre : Decori reprenait le rôle du pauvre mendiant, alors que Mme Segond-Weber assumait celui, nouveau, de l’ange. Représentée trois fois avec succès durant l’année 1897, cette courte et émouvante pièce mettait en scène la mort du chemineau, tombant accablé de fatigue sur une grand-route enneigée. L’ange le console, lui assure qu’il trouvera au Ciel le pain et l’idéal qui lui ont toujours manqué ; il tend enfin au mourant sa rose : « La rose du pauvre, la rose tremière / Cette fleur qui fleurit demain / L’espérance dans la lumière ». Le texte fut publié pour la première fois dans La Revue illustrée du 1er juin 1897 (inv. 1598), mais ne fut pas repris dans les nombreuses éditions du Chemineau.

Mme Segond-Weber dans le rôle de Marie (« Les Jacobites » de François Coppée, 1885)

Sur la provenance : l’actrice et tragédienne Caroline-Eugénie Weber, dite Madame Segond-Weber (1867-1945), fut l’une des principales rivales de Sarah Bernhardt. Pensionnaire puis sociétaire de la Comédie-Française entre 1887 et 1926, elle interpréta durant ses quarante années de carrière presque toutes les grandes tragédies du répertoire classique, mais joua aussi dans des pièces de contemporains (Jean Richepin, Anatole France, François Coppée, etc.).

Jean Richepin (1849-1926), La Rose du Pauvre [manuscrit autographe signé], S.l.n.d. [Paris, mars-avril 1897], 7 pp. sur 7 ff. in-folio, reliés en veau glacé café. Provenance : Caroline-Eugénie Weber, dite Madame Segond-Weber (1867-1945, actrice) (envoi : « A Madame Segond-Weber, avec mon affectueuse et admirative gratitude, Jean Richepin »). Inv. 1599.

XIII. OCTAVE MIRBEAU et André Antoine (1897)

Le texte : « 3, Boulevard Delessert. Mon cher ami, vous avez encore, je crois une copie, – celle que je vous avais envoyée – de ma pièce. Je vous serais fort obligé de vouloir bien me la faire remettre. Mille remerciements et tout à vous, Octave Mirbeau ».

Le contexte : c’est en 1897 qu’Octave Mirbeau (1848-1917) s’installe dans un bel appartement du 3, boulevard Delessert, à Paris : il y restera domicilié jusqu’à son déménagement avenue du Bois en novembre 1901. Ce billet évoque une célèbre pièce de Mirbeau représentée durant ce laps de temps : Les Mauvais Bergers. L’histoire en est proche de celle de Germinal, présentant le récit l’histoire d’une grève ouvrière écrasée par la troupe (voir numéro suivant pour une description plus complète). A l’origine, la pièce avait été promise au directeur du Théâtre-Antoine, l’acteur et metteur en scène André Antoine (1858-1943), avec lequel Mirbeau était en rapport depuis longtemps mais sans succès : dans cette relation toujours délicate, les deux hommes se cherchaient en effet sans toujours se trouver. Dans le cas présent, Mirbeau avait bien l’intention de lui confier ses Mauvais Bergers et il lui en lit d’ailleurs la moitié au printemps 1897. Ce billet semblerait indiquer également l’envoi d’une copie manuscrite. Mais Mirbeau s’est ensuite dédit pour confier sa pièce à Lucien Guitry et Sarah Bernhardt, qui la jouèrent au Théâtre de la Renaissance le 14 décembre 1897. En compensation, Mirbeau finira par confier à Antoine une autre de ses pièces, L’Épidémie, en 1898[14].

Provenance : André Antoine (1858-1943, acteur, fondateur et directeur du Théâtre libre [1887-1894], puis du Théâtre Antoine, l’un des premiers metteurs en scène modernes français). Inv. 2163.

 XIV. OCTAVE MIRBEAU et Berthe Bady (v. 1898-1900)

Le texte : dans sa pièce Les Mauvais Bergers, représentée pour la première fois le 15 décembre 1897 au Théâtre de la Renaissance, l’écrivain Octave Mirbeau, très marqué à gauche et préoccupé par les questions sociales de son temps, traitait de l’histoire d’une grève ouvrière. Un peu comme dans Germinal de Zola, l’action s’achevait sur une tragédie, avec l’intervention sanglante de la troupe, requise par un patronat intransigeant. Le meneur du mouvement, Jean Roule, est tué aux côtés de sa jeune maîtresse Madeleine (enceinte), ainsi que le propre fils du patron, Robert Hargand (qui avait rompu avec les siens pour épouser la cause des ouvriers). Bref, cette pièce marquée du sceau du pessimisme (et presque du nihilisme) diffère du roman zolien par l’absence totale de toute espérance finale. En fait, pour Mirbeau, les « mauvais bergers » sont autant les patrons inflexibles et l’Etat complice que les idéalistes gauchistes qui mènent leurs disciples à la mort. Portée par les deux « monstres sacrés » qu’étaient Lucien Guitry (dans le rôle de Jean Roule) et Sarah Bernhardt (dans celui de Madeleine), la pièce connut une très importante réception.

La provenance : actrice d’origine belge, Berthe Bady (1872-1921) était une célébrité de son temps : elle joua dans de nombreuses pièces mises en scène par Lugné-Poe au Théâtre de l’Œuvre, avant de devenir l’égérie et la compagne du dramaturge Henry Bataille (dont elle interpréta cinq pièces entre 1902 et 1913). Mais contrairement au souhait énoncé par Mirbeau sur cet exemplaire, probablement vers 1898-1900, elle ne joua jamais pour l’auteur des Mauvais Bergers. Les fortunes gagnées sur les planches furent dilapidées pour soutenir son amant Bataille et Berthe Bady s’éteignit finalement dans la misère, oubliée de tous, dans un hôtel sordide (un destin tragique évoqué par Aragon dans Blanche, ou l’oubli)… ‎

Octave Mirbeau (1848-1917), ‎Les Mauvais bergers Pièce en cinq actes. Représentée à Paris sur le Théâtre de la Renaissance le 14 décembre 1897‎, ‎Paris, Charpentier et Fasquelle, 1898 18 x 12 cm, demi-chagrin havane, dos à nerfs, titre doré, tête dorée, couv. non conservées, 3 ff. n. ch., 152 pp. Edition originale sur papier d’édition. Envoi autographe signé de l’auteur : « A Mademoiselle Berthe Bady / avec l’espoir charmant qu’elle / voudra bien, un jour, jouer une pièce / de moi. Octave Mirbeau ».

XV. ANATOLE FRANCE et Lucien Guitry (1902)

Le texte : œuvre à succès d’Anatole France, le court roman Crainquebille livre une critique en règle de l’institution judiciaire, aveugle et inhumaine, créatrice d’injustices poussant les pauvres gens au crime. Ainsi, le père Crainquebille, marchand de quatre-saisons très estimé dans son quartier, se voit condamné pour avoir soi-disant insulté un agent de police lors d’une discussion un peu vive. Le pauvre homme sort de prison aigri et tombe dans la déchéance avant de trouver la rédemption. La première édition, illustrée par Steinlen, vit le jour en 1901 chez l’éditeur Edouard Pelletan, ami proche d’Anatole France. Cette deuxième édition, en partie originale, est la « première complète en un volume ordinaire » (pour reprendre les propres de Péguy dans l’avant-propos) : elle contient en effet les chapitres I et IV en intégralité. Premier numéro de la quatrième série des « Cahiers de la Quinzaine », le mince volume fut tiré à 5’000 exemplaires.‎

Lucien Guitry, par Constantin Egorovich Makovsky (vers 1905)

La provenance : considéré comme l’égal masculin de Sarah Bernhardt, Lucien Guitry (1860-1925) créa certains des plus grands rôles de son temps, à Paris ou Saint-Pétersbourg (où naquit son fils Sacha). Il joua notamment dans les premières créations de La Princesse lointaine, de L’Aiglon ou de Chantecler d’Edmond Rostand, des Mauvais bergers d’Octave Mirbeau, etc. Il tint le rôle principal dans plusieurs adaptations de romans d’Anatole France, notamment L’Affaire Crainquebille, d’abord en 1903 (Théâtre de la Renaissance), puis en 1910 (Théâtre de la Porte-Saint-Martin). A partir de l’édition Calmann-Lévy de 1904, Crainquebille sera d’ailleurs dédiée « À Alexandre Steinlen et à Lucien Guitry, qui ont su donner, l’un en une suite d’admirables dessins, l’autre par une belle création de son génie dramatique, un caractère de grandeur tragique à l’humble figure de mon pauvre marchand des quatre-saisons ».

Guitry dans le rôle de Coupeau (« L’Assommoir » d’Emile Zola)

Anatole France (1844-1924), L’Affaire Crainquebille, Paris, Cahiers de la Quinzaine, 1902, deuxième édition, en partie originale. Provenance : Lucien Guitry (1860-1925, acteur, créateur du rôle de Crainquebille au théâtre) (envoi autographe : « A Lucien Guitry, C’est ne lui donner rien, C’est seulement lui faire un présent de son bien (Cinna, a. 1, sc.), son collaborateur et ami Anatole France »). Inv. 2012.

XVI. PIERRE LOUYS et Polaire (1908)

Le texte : « Jeudi – Mon frotteur m’a fait un cadeau. C’est une médaille de cuivre argenté reproduction d’une pièce que je crois asiatique. Face : Tête d’homme laurée, bouclée de profil à droite ; environ 50 ans. Revers : Déesse assise de prof. à gauche avec l’inscription B A S  I L E W S   M Y P P O Y. Qu’est-ce que c’est que ce roi de la Ville Parfumée ? Le manuel de Barthélemy ne me renseigne pas. Je t’embrasse, P. Le rôle de Concha Perez a une influence déplorable sur son interprète qui vient de se faire remettre 30’000 f. d’avance par un monsieur très épris et qui a mis le monsieur à la porte quand il s’est présenté le lendemain pour recevoir un baiser. Là-dessus, lettre de l’épouse furibonde : “Mon mari m’a tout avoué. Vous nous ruinez. Vous êtes une misérable !”. Et réponse de Concha : “Mais de quoi vous plaignez-vous madame ? Je vous laisse votre mari”. La réponse est drôle, mais l’histoire est roide. Et tout çà c’est de la tradition. Tu m’as raconté jadis l’histoire de Duval et de Berthe Mangin ; je m’en suis servi pour écrire dans mon roman la scène de la grille, qui transmise de bouche en bouche, et de causeries en feuilletons, finit par coûter 30’000 f. à un imbécile la semaine dernière… Il paraît vraiment que le monsieur est idiot, mais cela ne rend pas la dame plus sainte pour çà quoique son acte soit évidemment un acte de chasteté. »

Le contexte : en 1906, ayant rencontré un très grand succès avec son roman La Femme et le pantin, Pierre Louÿs (1870-1925) envisage assez rapidement de porter l’œuvre sur les planches. A la fin du printemps 1908, il est en plein travail et commence déjà à expliquer son rôle à l’actrice retenu pour le rôle principal de Conchita Perez : Pauline Polaire (1874-1939). C’est à l’époque une des coqueluches de la scène parisienne, depuis son triomphe dans le rôle-titre de Claudine de Colette en 1902. Louÿs est tombé sous le charme de cette femme décidée à la taille de guêpe et sa correspondance avec son frère aîné Georges comprend alors de nombreuses références au travail mené sur la pièce en gestation, difficile à écrire, alors qu’ « elle peut être pour moi le point de départ d’une nouvelle carrière, dramatique, qui me sauverait de tous mes ennuis. Elle serait le salut d’une interprète que j’aime beaucoup, qui a mis toute sa confiance en moi et qui sera furieuse si j’abandonne »[15]. En juillet, des fuites dans la presse (organisées par l’actrice ?) annoncent déjà que la pièce sera bientôt montée au Théâtre du Vaudeville. C’est dans ce contexte que Polaire met le grappin sur un pigeon et le plume, avec le même comportement que son personnage…

En novembre 1908, Coquelin lui-même se dit prêt à interpréter le rôle masculin (Don Matteo). Mais voilà, les choses traînent et tournent au vinaigre entre Louÿs et son actrice. Lassée d’attendre, Polaire décide d’accepter une sorte de plagiat de la pièce de Louÿs au Vaudeville en novembre 1909. Or, Gémier, le directeur du Théâtre-Antoine qui va finalement monter La Femme et le Pantin, la voit jouer et refuse de l’engager, la trouvant « très mauvaise en danseuse espagnole »… Quelques mois plus tard, Louÿs écrit à son frère : « ce soir 13 mars 1910, j’ai écrit à Mlle Polaire qu’elle ne jouerait jamais La Femme et le Pantin. Comme elle m’a fait prévenir qu’au cas où elle recevrait cette lettre, elle m’assassinerait à coups de revolver, garde cette feuille posthume. Elle prouvera la préméditation »[16]. De fait, furieuse de perdre ce rôle sur lequel elle comptait beaucoup, Polaire se répand dans les journaux, crie à la trahison, fait du chantage et menace Louÿs de mort. L’auteur devra faire jouer ses relations à la Préfecture de police (« c’est une garce, tout Paris le sait », le rassura-t-on avec tact) et menacer d’une plainte en diffamation. L’affaire finit par se tasser : Polaire trouva finalement une très belle consolation dans une tournée américaine et dans ses premiers rôles au cinéma.

Pierre Louÿs (1870-1925), lettre autographe signée à Georges Louis, s.l. [Paris], s.d. « Jeudi » [9 juillet 1908], deux pages in-8°, à l’encre violette. Enveloppe adressée à « Monsieur Georges Louis, 130, rue de l’Université, Paris 7e » (avec tampons postaux datés de Paris, 9.7.08). Inv. 2185.

XVII. PIERRE LOUYS et REGINA BADET (1910)

Le texte : « Ce 3 janvier 1911. Cher Maître, chaque jour je m’étais promis de répondre à votre lettre si charmante et qui me fut, avant ma bataille, un si précieux encouragement. Vous vous en prendrez uniquement à la fatigue qui, depuis la première, ne m’a guère quittée, du retard que j’ai mis à vous remercier des indulgentes appréciations & des conseils si utiles que m’a apportés, en tous temps, votre lettre. À présent que la partie est, je crois, gagnée, ce mot m’est plus encore qu’un devoir, un plaisir, de vous dire combien je suis heureuse d’incarner de mon mieux cet être étrange, cruel, câlin, odieux, exquis, votre Concha Perez. Il m’est, à la réflexion, agréable d’avoir involontairement retardé jusqu’aujourd’hui ma réponse : car je puis avec l’an nouveau, joindre mes vœux les plus vifs d’heureux 1911 à mes sentiments de parfaite admiration, Régina Badet ».

Regina Badet, dans le rôle de Conchita Perez (« La Femme et le Pantin », de Pierre Louÿs)

Le contexte : l’actrice et danseuse Régina Badet (1876-1949) commença sa carrière dès 1890 à Bordeaux et la poursuivit brillamment à Paris en 1900. Actrice presque attitrée des pièces tirées des romans de Pierre Louÿs, elle joua dans Aphrodite en 1906 (elle y était la première danseuse), mais fut surtout particulièrement remarquée en 1910 pour sa création sur scène du rôle de Conchita Perez (d’abord longtemps attribuée à l’actrice Polaire, cf. ci-dessus) dans La Femme et le Pantin de Pierre Louÿs et Pierre Frondaie, pièce inspirée du deuxième roman de Louÿs. Créée le 8 décembre 1910, l’œuvre révéla l’actrice au grand public. Cette notoriété s’accompagna d’un parfum de scandale : le président de la « Ligue contre la licence des rues » porta plainte, dénonçant la presque nudité de l’actrice dans cette pièce. Le chef de la brigade mobile se déplaça en personne à une représentation et classa l’affaire avec des mots amusés, vite repris par la presse.

Cette lettre prend donc place dans la droite ligne de ce succès, deux jours après le Nouvel An 1911. Fâché de voir sa pièce représentée dans une version qu’il désavouait (il aurait souhaité revoir plusieurs passages, alors que les acteurs avaient travaillé sur un manuscrit antérieur, d’où un clash qui faillit aboutir au procès), Louÿs s’était tenu à l’écart des répétitions, puis des représentations, suivant le succès montant de la pièce dans les journaux. « Je me suis désintéressé de tout. Je ne suis allé ni à la générale, ni à la première. Ce soir 12 décembre, 7000 spectateurs ont déjà vu la pièce, et moi je ne la connais pas »[17]. L’actrice se fend donc ici de remerciements un peu tardifs, plus de trois semaines après la première. Il faut sans doute attribuer à ce peu d’empressement à correspondre le commentaire un peu acide et très second degré porté par Louÿs sur l’enveloppe conservant le courrier : « Autographe de la plus grande rareté. Lettre de Régina Badet, 3 janvier 1911 ».

Après une brève carrière au cinéma, Régina Badet abandonna définitivement la scène et l’écran au début des années 1920. Quant au roman de Louÿs, inspirée des aventures de Casanova, il devait continuer de séduire le public et inspirer les réalisateurs Josef von Sternberg, avec Marlène Dietrich et Julien Duvivier, avec Brigitte Bardot.

Régina Badet (1876-1949), Lettre autographe signée à Pierre Louÿs, s.l. [Paris], 3 janvier 1911. Deux pages et 1/2, sur un bi-feuillet in-8° (275 x 175 mm) de papier bleu, à en-tête « B – Veuille ce que veut ». Env. cons., avec adresse « Monsieur Pierre Louys, 29, rue de Boulainvilliers, XVIe ». Joint : une enveloppe autographe de Pierre Louÿs, « Autographe de la plus grande rareté. Lettre de Régina Badet, 3 janvier 1911 ». Inv. 2186.

XVIII. EDMOND ROSTAND et Pierre Magnier (1910)

Le texte : après le succès planétaire de Cyrano en 1898, puis de L’Aiglon deux ans plus tard, Edmond Rostand (1868-1918) reprend un vieux projet : porter sur scène une tragédie animalière. Il lui faudra huit ans pour mener à bien cette entreprise, dont il conçoit également les costumes et les maquettes de décor. La pièce fait intervenir plus de 70 personnages, avec 195 costumes somptueux ayant demandé 35 000 heures de travail. Le rôle-titre, celui du coq Chantecler, est tenu par le grand Lucien Guitry. Le soir de la première au Théâtre de la Porte-Saint-Martin, le 7 février 1910, le public, venu du monde entier, est dans une attente d’une extraordinaire ferveur, qui a encore été attisée par des retards répétés. Las, les aventures de ce coq trop imbu de lui-même, qui pensait faire naître le soleil par son chant et qui doit regagner la confiance de la basse-cour en luttant contre un épervier, est finalement un relatif échec, dû (selon Rostand) au peu de conviction de Guitry. En fait, le public est dérouté devant ces acteurs grimés en poulets, mais qui s’expriment dans des alexandrins raffinés. Pourtant, l’œuvre avait de véritables qualités d’avant-garde, avec la présence un peu surréaliste d’animaux parlants et l’aspect satirique de l’œuvre. Blessé, Rostand ne donna plus de pièce de son vivant. Mais il attaqua en fait dès 1911 un « poème dramatique en deux actes et un prologue » baptisé La Dernière nuit de Don Juan. La guerre, puis la mort prématurée de l’auteur en 1918 (de la grippe espagnole) empêchèrent de représenter la pièce avant 1921.

Pierre Magnier dans le rôle de Cyrano de Bergerac (1922)

Le contexte et la provenance : il est émouvant de découvrir cette dédicace, car  l’acteur Pierre Magnier (1869-1959), grande star du cinéma muet, intervint dans de nombreuses pièces de Rostand au cours de sa carrière. Au printemps 1910, il tint le rôle-titre de Chantecler, lorsque la pièce partit en tournée à Bruxelles (d’où cette dédicace), puis le reprit en juin au Théâtre de la Porte-Saint-Martin, lorsque Guitry, dégoûté, jeta l’éponge après 150 représentations. Magnier demeura ensuite fidèle à l’œuvre de Rostand, même après la mort prématurée de celui-ci. En 1922, il joua le personnage principal dans la création de La Dernière Nuit de Don Juan, au Théâtre de la Porte-Saint-Martin (voir fragment manuscrit ci-dessous [Inv. 2170]). En cette même année, Magnier incarna Cyrano de Bergerac dans une importante adaptation cinématographique franco-italienne de l’œuvre de Rostand, muette mais colorisée à l’époque au pochoir (travail dantesque qui repoussa la sortie en salle de trois années !).

La célèbre reliure en veau souple estampé, signée du maître-verrier René Lalique

Edmond Rostand, Chantecler, Paris, Charpentier et Fasquelle, 1910, édition originale, en reliure de veau souple estampé (Lalique). Exemplaire nominatif sur Japon impérial pour l’acteur Pierre Magnier, avec envoi autographe : « en remerciement du cop plein de foi qu’il a été à Bruxelles ! son tout dévoué, Edmond Rostand ». Inv. 2200.

Fragment du manuscrit autographe de « La dernière nuit de Don Juan » d’Edmond Rostand : dernière réplique de Don Juan dans le prologue de la pièce. Pierre Magnier créa le rôle en 1922. Inv. 2170.

XIX. ALAIN DECAUX et Lino Ventura (1972)

Le texte : intéressante entreprise que celle d’Alain Decaux dans cette grande fresque en dix volumes, examinant bien sûr les femmes célèbres de l’histoire de France, mais aussi, d’une manière plus large, la place de la femme dans la société française au fil des siècles. Ce premier tome faisait le portrait aussi bien de Blanche de Castille que de Catherine de Médicis, de Jeanne d’Arc que de Mme de Sévigné. On y retrouve les belles Frondeuses galopant en quête de leur liberté, les précieuses réformant le langage, les villageoises inconnues de la Gaule, les épouses mérovingiennes naissantes, etc.

Sur la provenance : cet exemplaire associe deux personnes que j’admire beaucoup : Alain Decaux et Lino Ventura. Autant le dire : j’ai été surpris, voire choqué de la globale indifférence avec laquelle la mort d’Alain Decaux, l’année dernière, a été traitée par les médias et le public français… Voilà un homme qui a passé sa vie à passionner les foules en rendant l’Histoire accessible et vivante pour le plus grand nombre, dans tous les foyers français, et que les oraisons funèbres n’ont présenté que comme un « vulgarisateur », avec un ton condescendant. Incroyables journalistes, incapables de saisir les propos de chercheurs les plus pointus, mais prêts dans le même temps à mépriser ceux qui s’efforcent à rendre leur science accessible ! Je l’avoue sans détour : enfant, les livres d’Alain Decaux ont beaucoup fait pour développer mon goût pour l’histoire. C’est pourquoi j’ai été heureux, par la suite, de lui faire connaître mes travaux de recherche, après l’avoir rencontré dans le cadre de l’exposition Mignonne, allons voir… au château de Chantilly (dont il était le principal responsable au nom de l’Académie).

Quant à Lino Ventura, il est sans doute l’un de mes acteurs préférés, en premier lieu pour sa magistrale interprétation du personnage de Philippe Gerbier dans L’Armée des Ombres, film de Jean-Pierre Melville (1969), inspiré du roman du même nom de Joseph Kessel, l’un des plus beaux livres de la littérature de résistance, paru en 1943.

Lino Ventura dans le rôle de Philippe Gerbier (« L’Armée des Ombres » de Jean-Pierre Melville, d’après le roman de Josepk Kessel, 1969)

Le contexte : il peut sembler difficile d’associer ces deux personnages, mais n’avaient-ils pas en commun l’écran, petit ou grand ? De fait, ils se retrouvèrent au moins sur un grand projet cinématographique : l’adaptation des Misérables de Hugo par Robert Hossein en 1982. Decaux en était le scénariste et le dialoguiste[18] ; Ventura interprétait le personnage de Jean Valjean. Mais cet exemplaire à la dédicace si élogieuse semble faire remonter leurs rapports à 1972 pour le moins (à moins qu’il ne s’agisse d’un cadeau plus tardif de dix ans ?).

Lino Ventura dans le rôle de Jean Valjean (« Les Misérables » de Robert Hossein, d’après le roman de Victor Hugo, 1982)

Alain Decaux (1925-2016), Histoire des Françaises [tome I], Paris, Perrin, 1972. Provenance : Lino Ventura (1919-1987, acteur) (envoi autographe : « pour Lino Ventura que j’admire tant, en signe de ma vive sympathie, Alain Decaux »). Inv. 2046.


En guise de cul-de-lampe final, de magnifiques bacchantes, les vraies et leur version autoportraiturée par l’auteur !


NOTES

[1] L’édition originale de 1825 présentait même un portrait frontispice qui n’était autre que celui de l’auteur grimé en femme ! La deuxième édition, parue en 1830, était augmentée deux pièces encore inédites (« L’Occasion » et « Le Carrosse du Saint-Sacrement ») (inv. 494).

[2] En plus des célèbres Odes funambulesques (1857) (inv. 1510), on peut citer Les pauvres saltimbanques (Paris, Michel Lévy, 1853) (inv. 401), qualifié de « peu commun » par Clouzot.

[3] Paris, Charpentier, 1882. Exemplaire offert à François Coppée, avec envoi autographe (inv. 380).

[4] Paris, Charpentier, 1890. Un des 5 exemplaires sur Japon (n° 2), avec envoi autographe à Julia Daudet (inv. 1609).

[5] Paris, Dentu, 1894. Exemplaire du poète parnassien et futur académicien François Coppée, avec un amusant envoi à teneur théâtral : « A François Coppée, ami des bons cabots » (inv. 666).

[6] Suite à une demande récente d’un dix-septièmiste célèbre, j’ai fait un petit inventaire de mes pièces de théâtre XVIIe en édition d’époque et suis parvenu, un peu surpris, au chiffre rondelet de 68 ! C’est fou comme les livres s’accumulent au fil des années… C’est le siècle le mieux représenté dans ma collection, juste après le XIXe s.

[7] Catalogue du cabinet d’histoire naturelle de Mlle C***, dont la vente se fera rue du Baq, près le Pont Royal, dans le mois de février 1773, Paris, Michel Lambert, 1773. L’ensemble fut racheté en bloc par le comte Demidoff pour 30’000 livres.

[8] Edmond de Goncourt, Mademoiselle Clairon, Paris, Charpentier, 1890, p. 326, note 2.

[9] Œuvres de Saint-Evremond…, s.l. [Paris], 1740, 10 vol. in-12, fig. de Picart, veau fauve, avec super-libris. Cette série se retrouve dans le catalogue Bibliothèque des Goncourt – XVIIIe siècle : livres, manuscrits, autographes…, Paris, Duchesne et Morgand, 1897, p. 102, n° 658.

[10] Clouzot, Guide du bibliophile français du XIXe siècle, p. 159.

[11] J’en possède l’exemplaire offert au poète Théodore de Banville, ami de longue date de Monselet (en 1859, ce dernier écrivait : « Au premier rang de nos meilleurs poètes, entre Musset et Gautier, on doit placer M. Théodore de Banville, dont plusieurs recueils, Les Cariatides ou Les Stalactites attestent l’éclat, la grâce et l’esprit »). Relié en demi-toile bradel rouge (dans l’habituelle et très reconnaissable « reliure Banville » à tête rouge), l’exemplaire comporte l’ex-libris gravé de Banville (inv. 598).

[12] Sur ces deux personnages, voir Geneviève Faye, « Henri Larochelle : une réussite exemplaire », dans Pascale Goetschel et Jean-Claude Yon (dir.), Directeurs de théâtre (XIXe – XXe s.) : histoire d’une profession, Paris, Publications de la Sorbonne, 2008, pp. 131-142.

[13] Pour une très belle présentation de cet opéra et de ses représentations, voir ce site : http://www.artlyriquefr.fr/oeuvres/Thais.html

[14] Sur ces épisodes, voir : André Antoine, Mes souvenirs sur le Théâtre Antoine et l’Odéon, Paris, 1928 ; Pierre Michel, «Les Mauvais bergers et Le Repas du lion », dans Cahiers Octave Mirbeau, n° 3, 1996, pp. 213-220.

[15] Lettre à Georges Louis, en date du 17 juin 1908.

[16] Lettre à Georges Louis, en date du 13 mars 1910.

[17] Lettre à Georges Louis, en date du 12 décembre 1910.

[18] Decaux devait consacrer une importante biographie à Victor Hugo deux ans plus tard (Paris, Perrin, 1984). Mon exemplaire est celui offert par l’historien au producteur de cinéma Bernard Artigues.

MÉLANGES TIRÉS D’UNE PETITE BIBLIOTHÈQUE (15) : LE LIVRE QUI A CHANGÉ MA VIE

MÉLANGES TIRÉS D’UNE PETITE BIBLIOTHÈQUE (15)


LE LIVRE QUI A CHANGÉ MA VIE : LES POESIES D’EXPILLY (1596)

En mémoire de Jean Paul Barbier-Mueller (1930-2016)[1]

Nous avons tous connu des moments tournants dans notre existence, des instants où tout bascule, sans d’ailleurs qu’on le sache ou comprenne immédiatement, les conséquences ne se faisant sentir qu’à plus ou moins long terme. Certains nous demeurent à jamais inconnus ; d’autres, en revanche, sont parfaitement identifiables et leurs conséquences, calculables : ces jours que l’on dit « à marquer d’une pierre blanche ». A titre personnel, l’un de ces moments charnières a été provoqué (mais est-ce une surprise ?) par un livre, et c’est ce volume, cet exemplaire que je veux vous présenter aujourd’hui.

I. Un livre auquel je dois tout

L’impact personnel, je le décrirai en quelques mots. Le 13 juin 2003, vers la fin de mes études, je reçois au domicile de mes parents, près de Douvaine, le catalogue de la librairie « La Bouquinerie », sise dans le centre-ville de Grenoble, juste à côté du lycée Champollion.

015-labouquinerie

Durant mes années d’hypokhâgne-khâgne, j’y avais passé bien des heures, après-midis et soirées, glanant au fil des années quelques très beaux livres, avec de très sympathiques et érudites conversations avec les amis François et Martine Gaspari. Or donc, ce catalogue « Choix de livres » présentait, sous le n° 95, une notice qui me fit sauter le cœur.

notice-expilly-gaspari

Il s’agissait ni plus ni moins que d’un exemplaire des Poésies de Claude Expilly (1596), un ouvrage fort rare que je connaissais par le catalogue Ma bibliothèque poétique de Jean Paul Barbier-Mueller, offert par mes parents durant mon adolescence. Ni une, ni deux, je réserve le livre par téléphone, saute dans ma voiture et fais l’aller-retour jusqu’à Grenoble, payant le livre d’un mois de pension paternelle (sans doute le meilleur investissement jamais fait !).

Profitant des vacances pour étudier le livre et son histoire sous toutes les coutures, je me paye le culot d’écrire à Jean Paul Barbier-Mueller le 13 juillet suivant, répondant ainsi à l’invitation qu’il avait faite, dix ans plus tôt, dans la préface d’un des tomes de son catalogue bibliographique, aux jeunes chercheurs et collectionneurs. Quelques jours plus tard, il me répond très aimablement de sa retraite estivale, m’expliquant que c’est la première fois que cette invitation trouvait un écho ! Nous convenons d’un rendez-vous pour comparer nos exemplaires, ce qui advient finalement le 17 septembre 2003, lors d’une communion mémorable autour des livres poétiques Renaissance de sa prodigieuse collection. Avec son immense et coutumière générosité, il me fait alors cadeau d’une des quatre lettres autographes d’Expilly en sa possession, m’expliquant avec humour pouvoir « très bien vivre avec seulement trois lettres » du poète ! Six mois plus tard, alors que je prépare l’agrégation d’histoire, sa secrétaire personnelle me téléphone et me propose le poste de conservateur de la bibliothèque, alors vacant, pour le 1er août 2004. De là, près de 10 ans au Musée Barbier-Mueller, avec de nombreux challenges (l’exposition Mignonne, allons voir…, les recherches en vue du Dictionnaire des poètes du XVIe siècle, etc.), puis, dans la lignée directe, mon poste à la Fondation Bodmer. Et, last but not least, la rencontre de ma femme Ella (qui travaillait alors comme « petite main » au Musée Barbier-Mueller pour payer ses études) et, par voie de conséquence, la naissance de nos enfants Sophie et Alexis. Bref, du seul achat de ce livre (que j’aurai pu rater en recevant le catalogue en retard ou en étant le deuxième à décrocher mon téléphone : j’en tremble rétrospectivement !) découle donc toute une série de rencontres favorables et d’opportunités extraordinaires. On comprendra que Claude Expilly occupe une place particulière dans ma collection !

II. Claude Expilly, magistrat et poète grenoblois

Issu d’une famille de la petite noblesse dauphinoise, Claude Expilly (Voiron, 1561 – Grenoble, 1636) mena ses études à Paris, au collège de Tournon, avant de se fréquenter les universités de Turin, puis Padoue, où il rencontra l’humaniste et poète Sperone Speroni, qui l’initia « à la galanterie des Muses » (autrement dit aux vers). Il obtint son doctorat en droit à l’université de Bourges en 1583. Il entra dans la carrière juridique comme avocat au Parlement de Grenoble, où il se distingua par ses brillants plaidoyers. Il soutint un temps le parti de la Ligue, mais se rallia, après la victoire remportée par les Royaux à Pontcharra le 18 septembre 1591, à la cause d’Henri IV et à son représentant dauphinois, le duc de Lesdiguières. Le monarque lui confia plusieurs missions de confiance et le nomma conseiller d’Etat. Outre ses remarquables travaux de juriste, Expilly fut aussi un poète remarqué. Il fut finalement nommé conseiller au Parlement de Grenoble, avocat-général en 1604, puis président de cette cours, une fonction qu’il occupa de 1616 à 1629.

015-portrait-de-claude-expillyPortrait de Claude Expilly (Les Poëmes, 1596)

Les autographes de Claude Expilly semblent très rares sur le marché. Jean Paul Barbier-Mueller avait donc eu la bonne fortune d’en acheter un lot dans les années 1980. Il en reproduisit une dans Ma Bibliothèque poétique, afin d’illustrer la notice consacrée à Expilly. Lors de notre première rencontre, il m’avait fait le magnifique cadeau de celle reproduite ci-dessous ; généreuse récidive quelques années plus tard, quand une autre de ces lettres fut, de la même manière, offerte à un autre possesseur genevois de l’édition de 1596.

expilly-las

Claude Expilly, lettre autographe signée au comte de Maugeron (représentant du roi en Dauphiné), Vizile, 30 septembre 1604.

 III. Les Poëmes de 1596 : un livre connu à seize exemplaires

En 1596, Claude Expilly, alors âgé de 35 ans et procureur général de la Cour des Comptes de Dauphiné, se rendit à Paris où il représenta les deux premiers ordres de sa province au fameux « procès des tailles ». Il profita de ce séjour pour faire éditer ses poésies chez le meilleur imprimeur de la capitale, en un tirage « à compte d’auteur », par principe limité.

img_6691Titre de la première partie des Poëmes de 1596

titre-seconde-partie-1596Titre de la seconde partie des Poëmes de 1596

Le recueil se divisait donc en deux sections, chacune ornée d’une page de titre gravée et d’un frontispice, la première (dédiée à Gabrielle d’Estrées, marquise de Monceau, la toute-puissante maîtresse du roi) regroupant des vers amoureux, la seconde (offerte à François de Bonne, duc de Lesdiguières) des poèmes de circonstance (dont certains poèmes célébrant les victoires du parti royaliste en Dauphiné), le tout dans une veine néo-pétrarquiste de bon aloi.

portrait-gabrielle-destreePortrait de Gabrielle d’Estrées (Les Poëmes, 1596)

Certains exemplaires furent offerts directement par Expilly à des amis. Deux volumes contiennent ainsi un ex-dono daté de Paris, le 7 juillet 1596, soit un peu plus d’un mois après l’achevé d’imprimé (daté du 1er juin). L’un était destiné à un membre de la famille de Revol (mentions : « Monsieur d’Expilly m’a fait present de ce sien livre (…) juillet [sic] 1596 » et « J’ay ce livre en don de Monsieur d’Expilly, auteur d’iceluy, le septiesme julliet [sic] 1596, Revol »[2]) ; l’autre au fameux érudit et historien bordelais Bernard de Girard du Haillan (mention « Du don de l’Autheur au Sr. Du Haillan, faict à Paris le Viie de juillet 1596 »).

expillyrennes003

Sans doute ces parlementaires étaient-ils également partie prenante du « procès des tailles ». Quelques exemplaires semblent avoir été revêtus d’une reliure de vélin souple doré, avec couronne de feuillages au centre des plats, un ensemble qui fut peut-être une commande de l’auteur à quelque atelier parisien : on en connaît encore au moins cinq exemplaires[3].

On peut donc retrouver la trace de dix-huit exemplaires, dont deux disparus de longue date : l’un figurait dans le catalogue de la bibliothèque du baron Georges von Hohendorf (vendue à Leyde en 1720[4]) et n’est plus localisé ; l’autre appartenait aux fonds de la bibliothèque municipale d’Arras[5] et a disparu lors d’un bombardement allemand en juillet 1915. Parmi les seize autres connus, dix sont incomplets de l’un ou l’autre portrait, titre gravé ou feuillet de dédicace. Voici leur pedigree tel que j’ai pu le reconstituer. Six sont en mains privées :

  1. Exemplaire Jean Paul Barbier-Mueller (Genève). Vélin souple doré (reliure de l’époque). Complet des deux portraits gravés (portrait d’Expilly provenant d’un autre exemplaire) et des deux titres gravés. Provenance : [ex-dono sans mention du destinataire] ; comte de Fresnes (vente Paris, 1893) ; baron Roger Portalis (vente Paris, 1913).
  2. Exemplaire Jean Bonna (Genève). Vélin souple doré (reliure de l’époque). Complet des deux portraits et des deux titres gravés. Provenance : De Bazemont (signature au titre) ; Librairie Valette (Paris, Foire du livre 1991).
  3. Exemplaire F.L. (Paris). Vélin souple (reliure de l’époque). Complet des deux portraits et des deux titres gravés.
  4. Exemplaire Nicolas Ducimetière 1 (Genève). Vélin souple doré (reliure de l’époque). Incomplet du portrait d’Expilly et du premier titre gravé. Provenance : E./B. (monogrammes EE et BB dorés aux plats : à noter que Claude Expilly avait épousé une certaine Isabeau de Bonneton en 1569…) ; Devinay (Annonay, 1663) (ex-libris ms.) ; Librairie « La Bouquinerie » (Grenoble, cat. juin 2003, n° 95).
  5. Exemplaire Nicolas Ducimetière 2 (Genève). Reliure maroquin bleu orné (Hardy-Mennil). Incomplet du portrait de Gabrielle d’Estrées et de la dédicace à la même. Provenance : Michel Vieusseux fils (ex-libris ms., XVIIIe) ; Henri Bordes (Bordeaux) (ex-libris ; cat. 1ère vente, fév. 1873, n°248) ; Ambroise Firmin-Didot (Paris) (ex-libris ; cat. 1ère vente, 1878, n° 351) ; Eugène Chaper (Grenoble) (ex-libris) ; Librairie Maggs Bros. (Londres, cat. 484 « French books from 1470 to 1700 », Noël 1926, n° 290 a, 45 £ ; Paris, cat. 9 « La Bibliothèque d’un humaniste », 1935, n° 190, pl. IX, 2500 frs.) ; Auguste Garnier (ex-libris ; pas au catalogue de sa vente de 1978) ; Librairie des Argonautes (Paris, juin 2010).
  6. Exemplaire Génard/Couturier de Royas (non localisé). Reliure maroquin bleu orné (Thibaron-Joly). Incomplet du portrait de Gabrielle d’Estrée. Provenance : Génard (Grenoble) (vente Paris, 1882, n° 189) ; Couturier de Royas (Grenoble) ; Librairie Maggs (Londres, cat. 484 « French books from 1470 to 1700 », 1926, n° 290, pl. XXXIV ; Paris, cat. 9 « Bibliothèque d’un humaniste », 1935, n° 189).

Les dix exemplaires en institutions publiques sont donc les suivants :

  1. Bibliothèque nationale de France (Paris) (cote : Rés.-Ye-174)[6]. Demi-reliure XIXe siècle. Complet des deux portraits et des deux titres gravés. Provenance : marquis de Courtanvaux (XVIIIe) ; Bibliothèque royale du château de Compiègne. Consultable sur « Gallica ».
  2. Bibliothèque de l’Arsenal (Paris) (cote : 4°-BL-2924). Reliure veau marbré orné XVIIIe siècle. Incomplet des deux portraits, du second titre gravé et de la dédicace à Lesdiguières (pp. 111-112). Provenance : famille Bigot (Rouen, XVIIe-XVIIIe) ; duc de La Vallière (vente 1785, n° 13048) ; marquis de Paulmy ; comte d’Artois.
  3. Bibliothèque municipale de Grenoble (cote : Fonds dauphinois, V.1385). Reliure maroquin marron orné (Fraeuly). Incomplet des deux portraits et de la dédicace à Gabrielle d’Estrée.
  4. Bibliothèque municipale de Digne (cote : Rés. 94). Cartonnage fort en papier crème (reliure d’époque ?). Incomplet des deux portraits. Provenance : [couvent des Minimes de Mane ?] ; entrée dans les collections de la BM avant 1856.
  5. Bibliothèque municipale de Rennes (cote : 15063 Rés. 16e siècle). Reliure de vélin souple doré (reliure de l’époque). Incomplet du portrait d’Expilly. Provenance : François de Revol (ex-dono) ; famille de Revol ; [collège des Jésuites de Rennes ?].
  6. Bibliothèque municipale de Bordeaux (cote : B.1226 Rés.). Reliure de basane brune (reliure du XVIIe siècle). Complet des deux portraits et des deux titres gravés. Provenance : Bernard Girard du Haillan (ex-dono) ; [Académie royale de Bordeaux ?].
  7. Bayerische Staatsbibliothek (Munich) (cote : res 4.P.o.gall.46). Reliure de parchemin rigide (reliure du XVIIe siècle). Incomplet du second titre gravé. Provenance : prince-électeur Karl-Theodor von der Pflaz (super-libris, château de Mannheim) ; Bibliothèque du château de Munich à partir de 1803-1804.
  8. British Library (Londres) (cote : 640.k.7). Reliure moderne. Complet des deux portraits et des deux titres gravés. Provenance : Royal Library (acquisition XVIIe?) ; British Museum (versé en 1753).
  9. Biblioteca nazionale centrale Vittorio-Emanuele II (Rome) (cote : 6.7.K.8). Reliure de veau rouge orné (reliure fin XVIIe ou début XVIIIe siècle). Incomplet du portrait d’Expilly et du second titre gravé.
  10. University of Virginia library (Charlottesville, USA) (cote : Gordon.1596.E86). Reliure de maroquin rouge orné (Lortic). Incomplet du portrait de Gabrielle d’Estrée. Provenance : Adrien Lebeuf de Montgermont (cat. vente, mars 1876, n° 371) ; Eugène Chaper (Grenoble) (attesté par un notice de Gariel en 1878) ; G. de Béréa (Genève) (provenance attestée par la notice manuscrite écrite par M. Gordon dans son catalogue, mais le livre ne figure pas au catalogue de la vente de Béréa, salle Kündig, Genève, 26 juin 1947) ; Librairie Nicolas Rauch (Genève) (présenté sous le n°132 du cat. 4, « Beaux-livres », 1952, n° 132, 1000 CHF) ; Douglas H. Gordon (Baltimore, Maryland, USA) (acheté à la librairie Rauch, noté dans son catalogue manuscrit sous le n°287) ; Bibibliothèque de l’University of Virginia (Charlottesville, Virginia, USA), fonds Gordon (légué fin 1986).

Certains exemplaires (Barbier-Mueller, Ducimetière 1, F.L.) comportent d’assez nombreuses corrections manuscrites (jusqu’à une trentaine), reprenant en partie le contenu des errata de la p. 215 ou s’ajoutant à cette liste. Il faut par ailleurs relever une petite particularité de tirage : suivant les exemplaires, la page 189 peut se rencontrer chiffrée « 891 » (marque d’un tirage antérieur de ce cahier ?) ou « 189 » (version corrigée ?).

img_6693N° 750 – Petit in-4°, de VIII ff., 106 pp., I f. et 216 pp.. Reliure de vélin souple doré, dos lisse orné de filets et de fleurs de lys dorés, plats encadrés d’un mince double filet doré, couronne de lauriers centrale à chiffres entrelacés, tranches dorées (reliure de l’époque). Texte réglé à l’encre brune. Corrections manuscrites ; nombreux essais de plume et croquis d’époque. Exemplaire à toutes marges, aussi grand que l’exemplaire Barbier-Mueller (239mm). Incomplet du premier titre gravé et du portrait d’Expilly, vélin racorni et coutures faibles. Provenance : cf. recensement ci-dessus.

img_6700N° 1000 – Petit in-4°, de [2] ff., 106 et 216 pp. Reliure de maroquin bleu foncé, dos à nerfs orné aux petits fers, filets dorés sur les coupes, riche dentelle intérieure, tranches dorées sur marbrures (Hardy-Mennil). Provenance : cf. recensement ci-dessus.

img_6690

Bibliographie : Jean Paul Barbier-Mueller, Ma Bibliothèque Poétique, tome IV-2, Genève, Droz, 2001, pp. 185-198 ; Nicolas Ducimetière, Mignonne, allons voir… Fleurons de la bibliothèque poétique de Jean Paul Barbier-Mueller, Hazan, 2007, n° 88 ; Jean Balsamo et Michel Simonin, Abel L’Angelier et Françoise de Louvain…, n° 268.

IV. Les Poëmes de 1624 : une belle édition grenobloise

Vingt-huit ans après l’édition originale parue à Paris en 1596, Claude Expilly, devenu premier président du Parlement du Dauphiné, livra, mais cette fois chez un imprimeur grenoblois, le plus talentueux d’alors, Pierre Verdier, une nouvelle édition de ses poèmes, considérablement augmentée, notamment par une troisième partie inédite, dédiée au cardinal de Richelieu, alors au sommet de sa puissance. Cette nouvelle édition comporte aussi la première édition du Supplément à la vie de Bayard, étude historique reprise en 1650 dans la Vie de Bayard éditée par le libraire grenoblois Jean Nicolas. Le volume est l’un des seuls in-quarto produits par Verdier qui utilisa une typographie très réussie et agréable.

titre-poemes-1624Expilly voulut employer, en vain, son orthographe réformée, un projet lui tenant beaucoup à cœur (il avait publié à Lyon, en 1618, un in-folio très rare intitulé « L’Orthographe françoise selon la prononciation de notre langue »). Dans une note à la fin de ces Poëmes de 1624, il dit être « marry que l’orthografe moderne que j’ay voulu suivre, n’ait été exactement observée an cete impression, mêmes aux androis où j’ay retranché les S. qui ne se prononsent point, & an ceux où les E. se pronsent an A ». La page de titre est ornée des armes au coq de Claude Expilly, gravées sur bois. A la page 459, comme dans la majorité des exemplaires, on note une correction à l’encre de la main même d’Expilly. Cet exemplaire appartient au tirage dit « A », comme identifié par Jean Paul Barbier-Mueller.

N° 751 – In-4°, de (4) ff., 461 pp. et (5) pp. Reliure de vélin ivoire souple à rabats, dos lisse portant le titre calligraphié, tranches poncées (reliure pastiche dans le goût du XVIIe siècle, atelier Burckhart, automne 2003). La reliure d’origine était aussi en parchemin souple, avec titre maladroitement inscrit à l’encre au dos. Son état médiocre (manques, déreliages) a motivé son remplacement. Exemplaire grand de marges, sur papier fort. Provenance : P. Delouley (ex-dono manuscrit : « Ce livre m’a esté donné par Monsr. D’Expilly, à Grenoble, le 25e Mars 1633 ») ; Jacques de Blesson (né en 1902, diplomate, ambassadeur de France en Irlande en 1955-1960, en Suède, etc., époux de Georgette Monier de La Sizeranne) (ex-libris héraldique gravé) ; famille Monier de La Sizeranne (cat. vente de la bibliothèque Monier de La Sizeranne, Paris, Drouot, 13 juin 2003, n° 316).

ex-libris-jacques-de-blessons

Bibliographie : J.P. Barbier-Mueller, Ma Bibliothèque poétique, tome IV-2, pp. 200-210 ; E. Maignien, Imprimerie… à Grenoble…, n° 142 ; BM de Grenoble, exposition Sommets de la bibliophilie dauphinoise, Grenoble, 1992, p. 47, n° 32b.

V. Autres œuvres d’Expilly : le juriste et l’historien

Fidèle à la maison L’Angelier, Expilly employa les services du libraire parisien pour mettre au jour sa production juridique. Editée en 1608, avec une dédicace adressée au chancelier de Sillery, la première édition de ses fameux Pladoyez en réussissait une série de vingt-cinq, accompagnés de « quelques arrests & reglemens notables dudict Parlement de Grenoble »[7]. Tout au long du XVIIe siècle se succéderont les rééditions : 1612 (Paris, Veuve Abel L’Angelier), 1619 (id.), 1631 (Lyon, Rigaud), 1636 (Lyon, Durand), 1656 (Lyon, Radisson), etc.[8].

Mais Expilly mena aussi une carrière d’historien, s’attachant à parfaire la biographie d’une grande figure du Dauphiné : Pierre du Terrail (v. 1475-1524), dit « le chevalier Bayard »[9]. Une Très joyeuse, plaisante & récréative histoire du chevalier sans paour et sans reproches avait paru pour la première fois en 1527 chez Galliot Dupré : signée « Le Loyal Serviteur », elle est en général attribuée à Jacques de Mailles, le secrétaire personnel de Bayard. Une nouvelle biographie vit ensuite le jour en 1558 sous la plume de Symphorien Champier. Dans la troisième partie (inédite) de ses Poëmes de 1624, Expilly avait consacré un « Supplément à l’histoire du chevalier Bayard » (pp. 370-417), suivi d’un court « tombeau » poétique. On retrouve ces recherches dans le présent ouvrage, une réédition de la biographie (peu critique à l’origine) du « Loyal serviteur », mais augmentée des notes et commentaires de Théodore Godefroy, ainsi que des interventions de « Louis Videl » (en fait, le président de Boissieu) et d’Expilly. Le fameux libraire grenoblois Nicolas, maître-d’œuvre du livre, avait sollicité l’imprimeur Frémon pour cette première édition strictement dauphinoise de la vie de Bayard : l’ouvrage parut donc en 1650, l’édition de 1651 n’ayant que le titre rafraîchi.

vie-de-bayard1N°752 – Histoire du chevalier Bayard…, Grenoble, Jean Nicolas, 1651.  Petit in-8°, de 480-123 pp. Reliure de maroquin rouge ancien, dos à nerfs orné de fleurons dorés, plats décorés « à la Du Seuil », tranches dorées (reliure de l’époque). Très grande fraîcheur intérieure.

img_6701

Provenance : Docteur André Dénier (ex-libris ; catalogue Suite de l’importante bibliothèque de M. A…, bibliophile dauphinois [4e vente Dénier], Grenoble, 25 mai 2003, n° 232 : « Maroquin vieux rouge, dos à nerfs orné, encadrements sur les plats, toutes tranches dorées. Reliure ancienne. Edition de 1650, avec une page de titre datée 1651 »).

ex-libris-denier

Bibliographie : Ed. Maignien, Imprimerie… à Grenoble…, n° 332 ; Brunet, Manuel du libraire…, tome III, col. 183 ; catalogue Les Sommets de la bibliophilie dauphinoise (BM de Grenoble, novembre 1992-janvier 1993), p.24, n° 12.

VI. Postérité : Expilly et ses biographes

Neveu de Claude Expilly,  Antoine Boniel de Catilhon était conseiller du roi et membre de la Chambre des Comptes de Dauphiné. Il rendit hommage à son oncle (mort en 1636), grande figure du monde parlementaire grenoblois, dans cette très laudative et peu critique biographie, texte toutefois scrupuleux dans son récit et plein d’anecdotes vivantes. Orné d’un portrait d’Expilly sur la fin de sa vie, cet ouvrage a manifestement été doté d’une « reliure éditeur » : j’ai croisé plusieurs exemplaires portant une vêture en tous points identiques à celle-ci, que ce soit en fonds publics, collections privées (exemplaire Barbier-Mueller) ou librairies d’anciens.

img_6706N° 858 – Antoine Boniel de Catilhon, La Vie de Messire Claude Expilly…, Grenoble, Philippe Charvys, 1660. Petit in-4°, de 166 pp. Reliure de basane marron, dos muet à quatre nerfs, plats encadrées d’un filet doré, sur les plats, tranches mouchetées (reliure de l’époque). Etiquettes de cote manuscrite et imprimée. Légères restaurations en queue (Burckhart). Bien complet de la gravure à l’eau-forte représentant Claude Expilly, après la page de titre. Provenance : Librairie « Le Bouquiniste » – François Perrin (Grenoble) (août 2001).

img_6705Bibliographie : Brunet, Manuel du libraire, volume II, col. 1136 (article « Expilly » : « On a une vie de Cl. Expilly écrite par Ant. Boniel de Cathillon, son neveu, Grenoble, Charvys, 1660, in-4° ») ; Maignien, Imprimerie et imprimeurs à Grenoble, pp. 178-179, n° 412 (fait remarquer la biographie en latin d’Expilly, tirée de l’œuvre de Jacques Philippes Tomasin, évêque de Cita-Nova, les Eloges des hommes illustres [ici, pp. 147-166]).

img_6707

La figure d’Expilly devait connaître un regain d’intérêt à compter du début du XIXe siècle, lorsqu’un professeur et historien local, Jean-Claude Martin, lui consacra une nouvelle biographie, en grande partie nourrie de celle de Boniel de Catilhon.

img_6703

N° XXX – Jean-Claude Martin, Histoire et vie de Claude Expilly, chevalier, conseiller du roi en son conseil d’Etat, et président du, parlement de Grenoble; avec notes, Grenoble, Imprimerie de Peyronard, 1803. Demi-reliure de veau bleu foncé, dos lisse, titre doré en long, non rogné (Burckhart).

img_6704

Enfin, tout récemment, on notera les travaux d’Alessandra Preda, maître de conférences à l’Université de Milan, qui a livré une série d’articles passionnants sur l’auteur grenoblois :

  • « Le poète correcteur de ses œuvres : les deux éditions des poèmes de Claude Expilly », dans D’un siècle à l’autre : littérature et société (1590-1610), sous la direction de Philippe Desan et Giovanni Dotoli, Fasano, Schena Editore et Paris, Presses universitaires de la Sorbonne, 2001, pp. 153-188.
  • « Montaigne et Claude Expilly », dans Montaigne Studies, vol. XIII, nos. 1-2 (« La Famiglia de Montaigne »), 2001, p. 200
  • « Tra Tasso e Montaigne : il petrarchismo di Claude Expilly », dans Les Poètes français de la Renaissance et Pétrarque, études réunies par Jean Balsamo, coll. « Textes et Travaux de la Fondation Barbier-Mueller », Genève, Droz, 2004, pp. 429-443.

Quatorze ans plus tard, je rencontre à nouveau Expilly au détour d’un nouveau projet : ma thèse sur la poésie politique durant la huitième Guerre de Religion. Ses vers sur la bataille de Pontcharra ou le siège du château des Echelles y trouveront leur place naturelle, comme l’un des principaux chantres de la cause royale en terre alpine : l’histoire entre nous deux va donc encore se poursuivre un moment ! 🙂

Nicolas Ducimetière

Janvier 2017

img_6696img_6698

Essais de plume et croquis dans mon exemplaire 1 de l’édition 1596.


NOTES

[1] Cette chronique était déjà en grande partie écrite il y a plusieurs semaines, lorsque survint, le 22 décembre 2016, la disparition de mon mentor Jean Paul Barbier-Mueller, jadis rencontré autour et grâce au livre en question.

[2] Une pièce funèbre des Poëmes de 1596 (p. 201) était consacrée au trépas de Louis de Revol (1531-1594), nommé secrétaire d’Etat au département de la guerre en 1588 et qui avait rempli ensuite de nombreuses missions pour Henri IV. C’est à son neveu, François de Revol, seigneur de La Ramoillière, qu’Expilly offrit son livre en 1596.

[3] Exemplaires Barbier-Mueller / Bonna / Ducimetière 1 / Bibliothèque municipale de Rennes / collection F.L..

[4] Aimablement signalé par Jean Balsamo (communication personnelle, mars 2010).

[5] A. Wicquot, Catalogue méthodique de la Bibliothèque communale d’Arras, Reims, 1889, tome IV (« Belles-Lettres »), n° 1745

[6] Contient « deux séries de cahiers d’une impression différente, postérieure à 1603 ». Il s’agit tout d’abord de 31 pp. insérées entre les deux parties et constituées des « Stances pour Eriphyle » et des « Mascarades », pièces inédites prises dans l’édition de 1624 (pp. 109-123 et 152-168), et, in-fine, du « Tombeau de Laurent de Galles » (pas inédit) et du « Discours à M. de Morges » (inédit) (pp. 307-309 et 243-256 de l’édition de 1624).

[7] J. Balsamo et M. Simonin, op. cit., n° 465.

[8] Voir Edmond Maignien, Bibliographie des plaidoyers de Claude Expilly…, Grenoble, Allier, 1913.

[9] Pierre du Terrail naquit vers 1475 au château de Bayard, en Dauphiné. Attaché au duc de Savoie, puis à Charles VIII, le page se distingua par ses talents guerriers lors des guerres d’Italie : il devint le meilleur capitaine de son temps, notamment à Marignan, François Ier lui demandant de l’adouber chevalier après la bataille. Parangon de la chevalerie, on le voit en 1523, à Grenoble, soigner des malades de la peste ou chasser du Dauphiné des bandes de pillards. Il tomba en couvrant la retraite de ses troupes après la défaite de Biagrasso, frappé par un coup d’arquebuse (30 avril 1524). Ses funérailles se dérouleront en grande pompe à Grenoble, puis il sera inhumé au couvent des Minimes de Saint-Martin d’Hères (son tombeau, violé en 1562, est ici décrit en détails aux pages 105-121).

MONETA (9) : L’ANNÉE DES 4 ½ EMPEREURS

L’ANNÉE DES QUATRE EMPEREURS … ET DEMI !

Dans une de mes précédentes chroniques (Romana moneta 7), j’avais eu l’occasion, autour de la figure de l’empereur Othon, de parler des conséquences de la chute de Néron et de cette folle année 69 baptisée « Année des quatre empereurs ». L’histoire romaine étant pleine de rebondissements, il y eut en 193 une seconde « Année des quatre empereurs » qui, à bien des égards, rappelle celle du Ier siècle : fin d’une dynastie, crise de succession, indocilité des prétoriens, prépondérance du pouvoir des armées, etc.  Beaucoup moins connu, cet épisode historique fit émerger en réalité cinq empereurs (enfin, disons 4 ½) et procura une guerre civile s’étalant sur près de quatre ans et dans toutes les provinces de l’Empire. L’histoire de ces affrontements peut être reconstituée grâce aux récits laissés par Dion Cassius et Hérodien, ainsi que par les biographies de l’Histoire Auguste (à prendre avec précaution comme toujours). Inutile de dire que ces souverains souvent éphémères procurèrent des émissions monétaires brèves et fort rares : il m’a donc fallu plusieurs mois pour boucler la boucle et reconstituer une galerie monétaire complète. C’est désormais chose faite, alors en avant !

 –

PRÉLUDE : LA CHUTE DE COMMODE

Commode

Dans les trois dernières années de son règne (180-192), l’empereur Commode, fils et successeur de Marc Aurèle, avait été victime de plusieurs tentatives d’assassinat. Ces complots, dont les auteurs provenaient de la famille impériale ou de la classe sénatoriale, furent sévèrement réprimés, accentuant encore la méfiance entre le souverain et l’aristocratie (dont les historiographes devaient par la suite faire de Commode un portrait de potentat sanguinaire et débauché). Le dernier complot fut finalement fatal à l’empereur. Le 31 décembre 192, affaibli par une tentative d’empoisonnement, Commode fut achevé dans ses bains, étranglé par son maître d’armes, l’esclave Narcisse. Tous les autres acteurs du complot étaient des proches, sur le point d’être disgraciés : Laetus, préfet du prétoire ; Ecletus, chambellan impérial ; et Marcia, la favorite du moment. Avec la mort de Commode s’éteint la dynastie des Antonins, qui régnait depuis cent ans et avait fourni à Rome certains de ses meilleurs souverains (Trajan, Hadrien, Antonin le Pieux, Marc Aurèle). La pourpre était maintenant à celui qui voudrait la prendre, au risque de la guerre civile…

ACTE I : PERTINAX

Pertinax

Le premier à relever le gant est Publius Helvius Pertinax, acclamé empereur par le Sénat dès le 1er janvier 193. Âgé de 66 ans, occupant le poste très important de préfet de la Ville (Rome), il avait peut-être trempé dans l’assassinat de Commode, mais sans certitude. Cet homo novus, fils d’un affranchi enrichi, avait été professeur (grammaticus) dans sa jeunesse, avant de devenir officier dans les légions de Syrie vers 160. Au fil des années, s’étant distingué sur tous les fronts (en Parthie, en Bretagne, sur le Danube), il devient général, accède au Sénat (170) et se trouve même désigné comme consul suffect (175). Nommé à plusieurs postes de confiance (procurateur, gouverneur de plusieurs provinces frontières), il fait partie des « Amis du prince », autrement dit les plus proches collaborateurs de Marc Aurèle. Sur son lit de mort, ce dernier le recommande à son fils Commode qui lui fait gravir les dernières marches du cursus honorum : proconsulat de la province d’Afrique, puis préfet de Rome dès 190, enfin consul suffect à nouveau, aux côtés de l’empereur, en 192.

C’est donc un homme expérimenté, membre du sérail (Sénat), qui accède à la pourpre en janvier 193. Démontrant ses qualités d’administrateur, il restreint le train de vie de l’Etat et autorise l’accession à la propriété pour les paysans s’installant sur des parcelles en friche (avec exonération fiscale de dix ans à la clef, si les parcelles sont mises en exploitation de manière continue). Il va toutefois minimiser l’importance prise par l’armée dans la vie politique. Les soldats appréciaient le prodigue Commode ; ils déchantent sous le nouveau régime. D’abord déçus par le très modeste donativum consenti par le nouvel empereur, ils sont carrément furieux de voir leur solde diminuée de moitié quelques semaines plus tard. A l’époque, un mouvement social ne traîne pas dans la durée et ne fait pas dans la demi-mesure : le 28 mars 193, le palais impérial est envahi par des prétoriens déchaînés qui massacrent, sans autre forme de procès, le trop rigoureux Pertinax. Il aura régné 2 mois et 27 jours.

ACTE II : DIDUS JULIANUS

Didius Julianus

Pertinax liquidé, les prétoriens décident de mettre le trône aux enchères. Il y avait déjà quelques exemples antérieurs de cette pratique, mais pas d’une manière aussi organisée. Très vite, deux candidats se détachent : le beau-père du défunt Pertinax, Titus Flavius Sulpicianus, et un autre grand patricien, Marcus Didus Severus Julianus (rapidement présenté dans Romana moneta 4).

Ce dernier, âgé d’environ 60 ans, avait un profil de carrière proche de celui de Pertinax, mais venait d’une famille noble. Elevé par la mère de Marc Aurèle, protégé ensuite par cet empereur, il avait commandé des légions, assumé le gouvernement de diverses provinces (Belgique, Dalmatie, Germanie inférieure), le tout avec succès, ce que récompensa le consulat en 175. Tombé en disgrâce sous Commode, il s’était alors retiré dans ses propriétés du Milanais. C’est donc pour lui une belle revanche que de concourir pour le titre impérial, qu’il finit par décrocher le 28 mars 193 avec une promesse de donativum s’élevant à 25’000 sesterces par prétorien !

Le procédé choque l’ensemble du peuple romain, qui n’est pourtant pas bégueule. Lorsqu’il se présente dans le Cirque, l’empereur est copieusement hué par la foule. Plus grave : le royal donativum accordé aux prétoriens a déchaîné la colère des « simples » légionnaires, avides d’en croquer eux aussi. Pour peu que leurs généraux manifestent quelque ambition, il n’en faut pas plus pour les voir acclamer Auguste par la troupe. Et c’est ainsi qu’éclosent les usurpateurs aux quatre coins de l’Empire : Septime Sévère, commandant des légions de Pannonie ; Clodius Albinus, qui dirige les troupes basées en Bretagne (Angleterre) ; et Pescennius Niger, légat de Syrie.

Septime Sévère, qui est le plus proche de l’Italie, arrive le premier sous les murs de Rome : la ville tombe entre ses mains comme un fruit mûr. Sur ordre du Sénat, l’empereur est arrêté et promptement décapité le 1er juin 193, sanglotant au pied de l’échafaud : « Mais qu’ai-je donc fait ? qui ai-je volé ? qui ai-je assassiné ? ». Il avait régné 2 mois et 4 jours.

ACTE III : PESCENNIUS NIGER

????????????????????????????????????????????????????????????

Le parcours de Caius Pescennius Niger Justus demeure assez obscur, les sources étant souvent sujettes à caution. Officier général renommé (il a combattu les Daces aux côtés de Clodius Albinus), Pescennius Niger a été nommé légat des légions de Syrie en 191. Réagissant à la montée sur le trône de Didius Julianus, ses troupes le proclament Auguste le 9 avril 193, bientôt appuyées par les légions de Cappadoce, d’Arabie et d’Egypte. Même s’il est loin de Rome, ses atouts dans la course au pouvoir sont réels, au niveau militaire (9 légions), économique (l’Egypte est toujours le grenier à blé de l’Empire) et diplomatique (il s’est concilié les souverains parthes).

Pris entre deux feux (Clodius Albinus à l’ouest et Pescennius Niger à l’est), Septime Sévère a bien identifié le danger principal. Temporisant avec Albinus, il quitte Rome pour l’Orient dès juillet 193. Mettant le siège devant Byzance (verrou du Bosphore), il remporte deux victoires sur Niger, à Cyzique (fin 193), puis à Nicée (début 194). La bataille finale se déroule à Isuus au printemps 194 et se conclut sur l’annihilation des forces syriennes, moins entraînées que les légions postées sur le limes  du Danube. Réfugié à Antioche, Niger doit fuir la ville menacée par son adversaire et tente de gagner le royaume parthe : rattrapé sur la route de Palmyre, il est exécuté vers la mi-194, au terme d’un an de règne environ. Au dépit de ce délai relativement long, ses monnaies, frappées à Alexandrie, sont encore plus rares que celles de Pertinax et Didius Julianus.

ACTE IV : CLODIUS ALBINUS

Clodius Albinus

Originaire d’une famille sénatoriale romaine installée dans la province d’Afrique (il voit le jour à Hadrumète, à l’emplacement actuel de la ville tunisienne de Sousse), il obtient le commandement d’une légion sous Marc Aurèle et participe aux guerres contre les Daces, avec Pescennius Niger, son contemporain, comme compagnon d’armes. Nommé consul (à une date inconnue entre 185 et 187), il assume ensuite le gouvernement de la Bretagne, avec trois légions turbulentes sous ses ordres.

Les manigances de Didius Julianus le poussent à la révolte, mais il refuse le titre impérial que lui proposent ses troupes. Cette hésitation (ou reste de légitimisme) est exploitée par Septime Sévère : depuis Rome, il accorde à Clodius Albinus le titre de césar, l’associant ainsi au gouvernement de l’Empire, à un rang toutefois inférieur. Nous ne le compterons donc, pour cette année 193, qu’au titre d’un demi-empereur : nous arrivons donc bien à 4,5 pour cette période de « rush » ! Un monnayage est frappé à Rome aux nom et titre de ce « vice-roi » qui est par ailleurs associé à Septime Sévère pour le consulat de l’année 194.

Mais une fois les affaires orientales réglées (Pescennius Niger liquidé, les Parthes remis au pas et Byzance enfin tombée, après deux ans de siège), le ton change. En décembre 195, rentré à Rome, Septime Sévère fait déclarer Albinus ennemi public par le Sénat et tente même de le faire assassiner par un faux plénipotentiaire. Puis, en mai 196, l’empereur élève son fils de huit ans, le petit Caracalla, au rang de césar. Le trop candide Albinus[1], qui ne semble pas avoir quitté son île depuis le début de la guerre civile, se voit forcé de réagir et, en désespoir de cause, se fait proclamer auguste à l’automne 196. Franchissant la Manche avec 40’000 hommes, il s’assure vite du contrôle des Gaules et de l’Espagne (en ralliant le gouverneur Lucius Novius Rufus et sa Legio VII Gemina), tout en jugulant la menace du tribun Virius Lupus et de ses légions de Germanie (qui demeurent néamoins fidèles à Septime Sévère). Il installe ensuite sa capitale dans une ville stratégiquement située : Lugdunum (Lyon). L’atelier de cette ville va frapper des monnaies (le plus souvent des deniers d’assez mauvaise qualité et souvent mal conservées, mais très rares) le représentant cette fois couronné de lauriers, attribut des augustes.

Clodius Albinus2

Evitant les cols alpins tenus par leurs ennemis et jouant de l’effet de surprise, les armées de Septime Sévère arrivent en Gaule par le Jura et fondent l’ennemi. La première rencontre se déroule près de Tinurtium (Tournus) et tourne à l’avantage de Septime Sévère, sans que la victoire soit décisive. Le 19 février 197, non loin de la ville romaine (aujourd’hui, la place Sathonay de Lyon, au pied de la colline de la Croix-Rousse), c’est le choc final, un affrontement titanesque : 120’000 à 150’000 légionnaires (sur les 400’000 qui composent l’ensemble des armées romaines), répartis également entre les deux partis, se combattent à mort, pendant deux jours, dans ce qui demeure la plus grande bataille jamais menée entre Romains. Les pertes sont très lourdes, dans les deux camps : Dion Cassius et Tertullien se feront l’écho de cette boucherie, décrivant les rives du Rhône teintées de sang. La bataille fut longtemps incertaine, Septime Sévère étant même mis à bas de son cheval tué par une balle de fronde. En définitive, il semble que la cavalerie de Septime Sévère, sous le commandement de Laetus, ait fait la différence : ses armées ont finalement le dessus et déciment littéralement les troupes d’Albinus. La débandade est totale et sans ordre. Les vestiges archéologiques nombreux d’armes et de pièces d’équipement abandonnés (aujourd’hui présentés au Musée gallo-romain de Fourvière) l’attestent, comme les trésors monétaires hâtivement cachés et jamais récupérés (trésor de Genas, trouvé en 1826 et contenant 2000 deniers à l’effigie de Clodius Albinus ; trésor de Saint-Didier-au-Mont-d’Or, trouvé en 1844 à côté de squelettes de soldats romains).

Le sort de Clodius Albinus varie selon les sources : selon Dion Cassius, il aura fui vers Lyon pour finir par se jeter sur son épée ; selon Hérodien, il aurait été capturé par des soldats ennemis et décapité sur ordre de son adversaire. L’Histoire auguste, toujours riche en détails sanglants, prétend que Septime Sévère aura piétiné longuement le corps décapité avec son cheval, l’aurait ensuite fait déchiqueter par ses chiens, avant de jeter les rebuts dans le Rhône. Tous les auteurs s’accordent en tout cas à dire que la tête de Clodius Albinus fut envoyée et exposée en public à Rome. Son règne comme auguste avait duré environ quatre mois.

ACTE V ET FINAL : SEPTIME SEVERE

Septime_ Severe

Ayant ainsi anéanti son dernier adversaire, Septime Sévère se retrouvait, à 52 ans, le seul maître de l’Empire. Ses premiers actes ne furent pas empreints de mansuétude : il ordonna l’exécution de tous les parents et alliés de Clodius Albinus (en premier lieu sa veuve et leurs enfants, ainsi que 29 sénateurs et 5000 membres de son état-major et de sa suite), livrant ensuite la capitale de son ennemi à la soldatesque. La ville est consciencieusement ravagée, pillée et incendiée ; sa milice, la XIIIe cohorte urbaine, est dissoute et remplacée par des troupes sûres, venues des légions germaines fidèles ; les cultes impériaux sont modifiés de manière à introduire un rapport maître/esclave entre l’objet du culte (l’empereur) et les célébrants (édiles municipaux). La puissance de Lugdunum est considérablement affaiblie et la ville jouera un rôle bien moindre dans les siècles à venir, en comparaison de Vienne ou d’Arles, choisies comme villes-capitales par les empereurs du IVe siècle.

Avec Septime Sévère, c’est le descendant d’une famille libyco-punique, natif de Leptis Magna (Lybie actuelle), qui arrive au pouvoir. En dépit de ses succès militaires, c’est, de formation, un juriste, homme cultivé parlant latin, grec et punique. Affecté à différents postes surtout administratifs à travers l’Empire (Tarraconaise, Sardaigne, Afrique proconsulaire, Sicile ou Syrie, où il fait la connaissance de Pertinax), il accède au consulat en 190 et ne reçoit son premier commandement militaire que l’année suivante, devenant légat de la Pannonie supérieure, un poste qu’il occupe encore quand se déclenche la course à l’Empire. Après quatre ans de guerre civile, Septime Sévère restaure la paix intérieure et met en place un système impérial renforcé. Propulsant le petit césar Caracalla (représenté ci-dessous) au rang d’auguste dès 198, il crée une dynastie qui va présider au destin de l’Empire jusqu’en 235.

Caracalla césar


Notes

[1] On dit que ce militaire sévère avait pourtant écrit un traité d’agriculture et un recueil de « contes milésiens » (des œuvres « érotiques » dans la lignée des poèmes d’Aristide de Milet).

Illustration de tête

« Tondo severiano« , peinture à tempera sur bois, IIe siècle, 305 mm de diamètre. Antikensammlung, Berlin (cote 31329). Portrait officiel de la famille impériale, représentant Septime Sévère, sa femme et leurs deux fils : c’est le seul exemple conservé de ces représentations, qui devaient sans doute être utilisées dans tous les bâtiments officiels, mais ont disparu en raison de la nature périssable de leur support.

MÉLANGES TIRÉS D’UNE PETITE BIBLIOTHÈQUE (14) : « JACK » A DIT !

AUTOUR DE JACK D’ALPHONSE DAUDET

On dit souvent qu’une collection peut constituer une forme d’œuvre d’art. Si c’est le cas, alors c’est nécessairement par petites touches successives, tel un tableau impressionniste qu’on peindrait sur de nombreuses années : une telle entreprise se réalise en effet avec un plan et une vue d’ensemble, mais aussi, par force, au gré de livres et manuscrits le plus souvent croisés par hasard et acquis par chance. Mais, au fil du temps, il y a parfois des « dossiers », des « séries », qui, à la suite d’un ou deux achats initiaux, se mettent doucement en place et commencent à former, plus ou moins volontairement, un vrai ensemble cohérent, autour d’un titre ou d’une thématique ponctuelle (et n’est-ce pas, finalement, le propos du collectionneur : (re)créer du sens à partir de « membra disjecta » ?) .

Pour illustrer ce propos de manière concrète, j’ai choisi de présenter une petite série de documents en rapport avec le roman Jack d’Alphonse Daudet, un ouvrage cruel et sombre, un « livre de pitié, de colère et d’ironie » loin du Daudet jovial et léger que tout le monde croit connaître. Après une présentation générale de ce livre (qui mérite bien d’être connu et lu) seront donc présentés six documents qui, tous, marquent une étape de la vie de ce texte, depuis un exemplaire particulier de l’édition originale jusqu’à l’évocation des premières illustrations données au roman, en passant par son adaptation théâtrale. Les documents en question, ouvrages imprimés ou manuscrits autographes, ont été acquis sur une période de 12 ans (2004-2016) auprès de 4 libraires totalement différents (Paris, Lyon, Avignon, Béziers).

Jack présenté en quelques mots

En décembre 1858, Ida de Barancy, fausse comtesse mais vraie « demi-mondaine » légère et écervelée, veut placer son fils naturel, Jack, un petit garçon de sept/huit ans, blond, gracieux, gentil et tendre, dans un pensionnat pour satisfaire les caprices de sa vie débridée. Las, le très select collège jésuite de Vaugirard refuse l’enfant en raison du pedigree de la mère, non sans que le supérieur de l’établissement s’émeuve du sort futur du « pauvre enfant ». Il faut donc se rabattre sur le Gymnase Moronval, un internat tenu par un mulâtre et fréquenté principalement par des personnalités venus des « petits pays chaud » : enfants de notables, potentats ou roitelets d’Afrique ou d’Asie, désireux de donner à leur progéniture une éducation à la française. Ida s’amourache du professeur de littérature de l’école, un certain D’Argenson, vicomte ruiné et poète raté. S’enfuyant à son tour du collège, Jack parvient, après plusieurs tribulations, à rejoindre le couple. L’intelligence de l’enfant se développe au contact d’un ami, le docteur Rivals, mais son sadique beau-père D’Argenton, qui le hait et lui rend la vie infernale, décrète que Jack deviendra ouvrier : l’enfant est alors placé chez les Roudic, pour apprendre le dur métier de fondeur. Exploité à outrance dans cette usine, passé ensuite dans l’enfer des salles des machines de grands vapeurs comme « chauffeur », Jack s’étiole, sombre dans le désespoir et l’alcool, avant de s’éteindre dévoré par la phtisie, alors que la mère indigne exprime quelques remords aussi tardifs qu’inutiles.

Comptant parmi les œuvres les plus sombres de Daudet, Jack est un véritable roman social, décrivant aussi bien certaines situations de castes (cas des filles-mères et leurs enfants, figures honteuses et déclassées) que l’exploitation des enfants. Daudet rejoint ici un registre naturaliste, proche d’un Zola, auquel son nom n’est habituellement pas rattaché. Mais cet auteur souvent considéré comme un Provençal léger, aux livres pleins de soleil, a donné des romans très noirs, sans aucune illusion d’une part sur la nature humaine, mais aussi sur les rapports sociaux de son époque. Le malheureux Jack rejoint ainsi la légion des enfants martyrs de la littérature XIXe siècle, qu’il s’agisse d’Olivier Twist, de David Copperfield, de Poil de Carotte ou du Petit Chose (du même Daudet).

Genèse et parution d’un « livre de pitié, de colère et d’ironie » (1875-1876)

D’abord paru sous forme de feuilleton dans Le Moniteur universel entre le 15 juin et le 2 octobre 1877, Jack connut sa première édition, en deux tomes, aux éditions Dentu en 1876 : « Ce livre de pitié, de colère et d’ironie est dédié à Gustave Flaubert, mon ami et mon maître ».

Jack_titre

Comme il l’a fait pour d’autres romans ou recueils de nouvelles sous forme de courts récits baptisés « Histoire de mes livres », Alphonse Daudet a raconté dans le détail l’origine de Jack, lui consacrant un chapitre dans Trente ans de Paris – A travers ma vie et mes livres, paru en 1888[1]. On apprend ainsi que le fond du roman est tiré d’une histoire authentique. En 1868, Daudet avait connu un jeune homme nommé Raoul D…, fils abandonné d’une courtisane, réfugié à Champrosay, non loin de la maison de campagne des Daudet. Mi-étudiant, mi-vagabond, il avait frotté ses fonds de culotte sur les bancs des lycées avant de devoir travailler comme « chauffeur » de locomotive. Daudet le prit sous sa protection, lui ouvrit sa bibliothèque, lui procura quelques commandes d’articles et lui trouva pour finir une place en Algérie, en espérant que le climat arrangerait son délabrement physique. Après l’avoir perdu de vue pendant la guerre de 1870, Daudet finit par apprendre que le jeune homme, miné par la maladie, s’était éteint à l’hôpital d’Alger, sans que sa mère daigne seulement lui écrire.

« Voilà ce que l’existence m’a fourni. Longtemps, je ne vis dans cette histoire qu’une de ces mille tristesses extérieures qui traversent nos propres tristesses. Cela s’était passé trop près de moi pour mon regard de romancier ; l’étude humaine se perdait dans mon émotion personnelle. Un jour à Champrosay, assis avec Gustave Droz sur un arbre abattu, dans la mélancolie des bois, l’automne, je lui racontais la misérable existence de Raoul, à quelques pas de la masure en pierres rouges où elle s’était traînée aux heures de maladie et d’abandon. “Quel beau livre à faire !” me dit Droz, très ému. Dès ce jour, laissant de côté le Nabab [roman finalement paru en 1877], que j’étais en train de bâtir, je partis sur cette nouvelle piste, avec une hâte, une fièvre, ce frémissement au bout des doigts qui me prend au début et à la fin de tous mes livres »[2].

Aussi était-ce fort émouvant de mettre la main, en mars 2004, chez un libraire parisien, sur l’exemplaire offert par Daudet à celui-là même qui avait servi de déclencheur à son inspiration : son proche ami le romancier Gustave Droz (1832-1895)[3].

Envoi_à_Droz

Alphonse Daudet, Jack – Mœurs contemporaines, Paris, Eugène Dentu, 1876. Deux volumes in-12, de 396 et 366 pp. Demi-reliures bradel de percaline verte, dos lisses ornés d’un fleuron et de filets dorés, pièces de titre sur chagrin noir, tranches naturelles, non rognés (reliures de l’époque)[4]. Edition originale[5]. Provenance : Gustave Droz (1832-1895, écrivain et peintre) (envoi autographe : « A Gustave Droz, Alphonse Daudet »). Inventaire n° 390.

0390-reliure

Jack sur les planches : une adaptation au forceps (1879-1881)

A en croire le chroniqueur théâtral Arnold Mortier[6], Daudet avait pensé à une adaptation de Jack pour la scène alors même qu’il écrivait son roman, ébauchant déjà un premier scénario[7]. Puis accaparé par d’autres chantiers, il mit de côté ce projet. Vers 1878, ayant aidé un jeune romancier débutant, Henri Liesse, à publier sa première œuvre, Daudet lui proposa une collaboration dramatique et lui donna pour mission d’achever la version théâtrale de Jack, en reprenant le matériau présent dans les premières ébauches écrites trois ou quatre ans plus tôt. Mais le résultat fut loin de soulever l’enthousiasme de Daudet, prêt à jeter l’éponge définitivement. La pièce passa néanmoins devant les yeux de l’acteur Henri Lafontaine (1826-1898), sociétaire de la Comédie-Française, pressenti pour créer le rôle de l’ignoble D’Argenton. Le comédien, également auteur, estima que la pièce n’était en effet pas au point et proposa plusieurs idées de remaniements, à tel point que Daudet finit par l’associer au projet d’écriture.

Les échanges entre Daudet et son nouveau collaborateur se manifestèrent par une correspondance dont j’ai pu réunir, coup par coup, trois lettres, achetées en mars 2013 auprès d’une librairie lyonnaise. Elles marquent trois temps dans l’élaboration de cette pièce :

  • novembre 1879 : la prise de connaissance par Daudet des suggestions de Lafontaine et le redémarrage du projet,
  • courant 1880 : finalisation de l’association entre les deux auteurs, premiers jalons pour la mise en œuvre de la pièce (publicité, repérages d’acteurs…),
  • décembre 1880 : répétitions et dernières modifications du texte.

1647-LAS

« Mon cher Lafontaine, Ce que vous m’avez dit de Jack me raccommode avec lui. Oui, la pièce devient éloquente, intéressante, avec les modifications que vous m’avez proposées. Mettez-vous donc à l’œuvre aussitôt que vous pourrez ; nous viendrons peut être à bout à nous deux de faire un drame émouvant et jouable ? Adieu, mon collabo, – et au revoir. Alph. Daudet. Je viens de télégraphier en Allemagne pour qu’on m’expédie les deux derniers tableaux. Dites bien à Mme Lafontaine le plaisir qu’elle ferait à ma femme, en l’échappant une heure, un de ces mercredis, avenue de l’Observatoire »

Alphonse Daudet, Lettre autographe signée à Henri Lafontaine, [Paris], 27 novembre 1879, 1 page in-12. Inv. n° 1647.

1648-LAS

« Mon cher Lafontaine, Il reste entendu que Jack, drame en cinq actes, sera signé de votre nom et du mien. Quant aux droits, ils seront partagés entre vous, Henri Liesse et moi. Trois parts égales. De cette façon, tout le monde est content. Souhaitons que le public le soit aussi. Cordialement votre. Alphonse Daudet. Plusieurs journaux du soir ont donné la note de librairie que je voulais faire. C’est Calmann qui a dû la faire passer. Tâchez donc de voir une répétition du Gymnase »

Alphonse Daudet, Lettre autographe signée à Henri Lafontaine, [Paris], s.d. [premier semestre 1880 ?], 1 page in-12. Inv. n° 1648.

1649-LAS

« Mon cher et vaillant collabo, Je ne compte pas venir aujourd’hui ; mais si vous avez besoin de moi, un petit signe et j’accours, je suis là tout près, le nez dans l’encre, à la maison. Ne criez pas trop, ne vous énervez pas, hier vous aviez les traits tirés. Il nous faut un D’Argenton en fleur. Et à propos de d’Argenton, rappelez-vous pour l’entrée de Hirsch : « Le docteur Hirsch, de la faculté de (avec un rien d’hésitation et un regard questionneur à Hirsch) Pernambuco… Hirsch (Entre ses dents et d’un ton de je m’en fous) Si tu veux… D’Argenton : Universaliste… très fort… » Voyez si au lieu du : « Si tu veux… », vous pouvez glisser aux dents de Hirsch : « médecin in partibus », comme vous disiez hier ; ou carrément comme ceci : « Hirsch à Ida (ton de blague) « Comme qui dirait médecin in partibus« . Alph. Daudet. »

Alphonse Daudet, Lettre autographe signée à Henri Lafontaine, [Paris], 14 décembre 1880, 2 pages in-12. Inv. n° 1649.

Le drame Jack fut en définitive joué pour la première fois le 11 janvier 1881 au Théâtre de l’Odéon, devant une salle remplie de célébrités. Faisant la une de plusieurs journaux et suppléments illustrés (ci-dessous Le Monde illustré  et L’Univers illustré), la pièce remporta de nombreuses critiques élogieuses (dont celle de Mortier). Mais le succès alla ensuite en s’essoufflant : la pièce fut finalement retirée vers la fin de l’année, après avoir quand même franchi le cap très respectable des 300 représentations.

     Représentation de Jack à l'Odéon 1881Représentation de Jack à l'Odéon 1881 (3)

La dernière étape consista en la publication du texte de la pièce, qui parut en 1882 aux Editions Dentu, sous le titre Jack, pièce en cinq actes, cosigné par Daudet et Lafontaine. Si le mince volume n’est bien entendu pas le Daudet le plus recherché des bibliophiles, il n’en est pas moins assez rare, surtout en bel état. Il m’a fallu attendre janvier 2016 pour en dénicher un bon exemplaire, en reliure signée et avec bon pedigree, chez un libraire ami d’Avignon.

2048-titre

Alphonse Daudet et Henri Lafontaine, Jack, pièce en cinq actes, Paris, E. Dentu, 1882. In-12, de 107 pp. Demi-reliure bradel de maroquin bleu nuit à larges coins, dos lisse, titre doré, date en queue, non rogné, couvertures conservées (Champs). Edition originale. Provenance : Paul Bellon (1853-1895, avocat et bibliophile lyonnais) (ex-libris gravé ; Catalogues de beaux livres anciens et modernes composant la bibliothèque de feu M. Paul Bellon, de Lyon, 1ère partie, Paris, Techener, 1896, n° 344, en lot avec trois autres pièces de Daudet, reliées de la même manière). Inv. N° 2048.

2048-ex-libris

Jack en images : autour de la première édition illustrée

Alors même que la pièce tenait l’affiche à l’Odéon, les deux principaux éditeurs de Daudet, Eugène Dentu (1830-1884) et Georges Charpentier (1846-1905), s’associèrent pour proposer ses premières Œuvres complètes, qui plus est illustrées. Entre juillet 1881 et le courant de l’année 1882, quatre volumes parurent[8], dont l’un (le tome III) contenait Jack, avec des dessins du peintre Charles Delort (1841-1895) reproduits en fac-similé par héliogravure.

C’est dans ce contexte que Charpentier relaya à Dentu, en mars 1882, une demande de Delort, qui souhaitait exposer les originaux de ses illustrations pour Jack au Cercle des Mirlitons, club d’artistes huppé sis place Vendôme. Une lettre qui s’est donc rajoutée par hasard à ce dossier Jack, dégotée chez un libraire de l’Hérault en 2011 (et cataloguée seulement maintenant, après cinq ans d’oubli dans une chemise !).

              2087-LAS1 2087-LAS2

« Mon cher confrère, Monsieur Delort désire exposer au cercle des mirlitons les dessins originaux de Jack. Je lui ai remis les deux que j’ai entre les mains et il me demande un mot pour vous prier de lui prêter celui que vous avez. Je le fais bien volontiers pensant que vous n’y verrez nul inconvénient. Veuillez recevoir, mon cher confrère, l’assurance de mes meilleurs sentiments, G. Charpentier ».

Georges Charpentier, Lettre autographe signée à Eugène Dentu, Paris, 19 mars 1882. Deux pages sur un bi-feuillet in-12, à en-tête « Bibliothèque Charpentier, 13, rue de Grenelle, St Germain, Paris ». Inv. n° 2087.

———————-

[1] A. Daudet, Trente ans de Paris – A travers ma vie et mes livres, Paris, Marpon et Flammarion, 1888, pp. 257-285.

[2] Id., pp. 270-271.

[3] Fils du sculpteur Jules Droz, l’écrivain et peintre Gustave Droz (1832-1895) se révéla tout d’abord dans la peinture, exposant durant plusieurs années avec un certain succès. Sur les conseils d’un ami, après bien des hésitations, il accepta, en 1864, de prendre une place de rédacteur dans le journal La Vie parisienne : ses chroniques légères et enjouées devaient vite faire la fortune du journal. Devenu un auteur à succès, il publia en 1866 son plus célèbre roman, Monsieur, Madame et Bébé, l’un des plus gros succès de librairie de la fin du XIXe siècle. Il écrivit aussi le Cahier bleu de Mademoiselle Cibot (1868) et on lui attribue (sans doute à raison) un grand classique de la littérature érotique : Un Eté à la campagne.

[4] Vu en vente, à la même époque (printemps 2004) et dans deux autres librairies parisiennes, deux autres œuvres de Daudet en édition originale avec envoi à Gustave Droz, dans des reliures strictement similaires à celles-ci : Fromont jeune et Risler aîné – Mœurs parisiennes (1874) et Numa Roumestan (1881).

[5] Clouzot, Guide du bibliophile français du XIXe siècle, p. 81 (« Recherché. Quelques très rares exemplaires sur Hollande »).

[6] Arnold Mortier, Les Soirées parisiennes par un monsieur de l’orchestre – Année 1881, Paris, 1882, pp. 5-10.

[7] Un plan très détaillé (sur pas moins de 63 pages !) avait été noté dans un des carnets sur lesquels Daudet écrivait ses critiques littéraires et dramaturgiques. Passé dans les collections Gérard de Berny (II, n° 124), puis colonel Sickles (XI, n° 4229), ce document est repassé dans une vente Piasa (Paris, 29 avril 1999, n° 368).

La Fondation Martin Bodmer possède pour sa part le manuscrit autographe de l’acte V de la pièce, commençant « Le parloir des Rivals à la campagne… ». Ces 11 feuillets correspondent surtout aux pages 98-101 de l’édition originale de la pièce, avec toutefois des variantes et des passages non publiés. Prov. : Librairie Scherling, Leiden, fév. 1955, cat. 52.

[8] Signalons à ce propos ce petit billet de Daudet à son éditeur (Inv. 1582, achat 2014, librairie genevoise), datant sans doute de 1882, demandant à Charpentier de lui envoyer « un exemplaire hollande des quatre volumes parus de notre grande édition », en prévision de la soirée « chez le Vieux » (avec une majuscule, comprendre : Victor Hugo !). En 1881-1882 avaient donc paru quatre volumes (Fromont jeune et Risler aîné ; Jack ; Robert Helmont ; Le Petit Chose), puis trois nouveaux volumes devaient s’étaler entre 1884 et 1886. Chacun de ces volumes avait connu un tirage de tête de 55 exemplaires sur Hollande.

1582-LAS

MONETA (8) : TREBIZONDE, OU COMMENT CREER UNE ECONOMIE A COUPS DE MARTEAUX

ROMANA MONETA (8)

TREBIZONDE, OU COMMENT CREER UNE ECONOMIE A COUPS DE MARTEAUX

Quand on collectionne les monnaies romaines avec la volonté de créer une galerie des empereurs, on comprend assez rapidement qu’il va falloir également aller voir du côté des pièces byzantines ! La chose, après tout, est bien naturelle, puisque si l’Empire romain d’Occident disparut après la déposition de Romulus Augustus en 476, l’Empire romain d’Orient survécut encore un millénaire, jusqu’à la chute de Constantinople en 1453 ! Les basilei byzantins se considéraient d’ailleurs toujours officiellement comme « empereurs des Romains ».

vue monnaies byzance

VUE MONNAIES BYZANTINES 2

L’histoire de cette civilisation et de son monnayage est aussi passionnante que touffue. Je ne veux en traiter ici qu’un épisode peu  connu, en sortant de mes plateaux quelques monnaies des XIIe et XIIIe siècles, une époque où l’Empire, déchiré et déjà sur le déclin, est morcelé en trois entités : l’Empire latin d’Orient (Constantinople), l’Empire de Nicée et l’Empire de Trébizonde. Plantons d’abord le décor.

Avril 1204. La cité de Constantinople tombe sans coup férir aux mains des soldats francs de la Quatrième Croisade, prélude au saccage en règle d’un patrimoine multiséculaire. Partis (re)délivrer le tombeau du Christ à Jérusalem, nos vaillants pèlerins en armes avaient été (sans trop de peine) convaincus par leurs bailleurs de fonds vénitiens de faire un crochet par l’opulente cité. Venise avait de vieux contentieux à régler et, déjà à l’époque, on ne discute pas avec ceux qui tiennent à la fois les cordons de la bourse et les filins des bateaux de transport vers la Terre sainte. De toute manière, des Orthodoxes, c’est pas très catholique, non ? C’est donc presque du Sarrasin, ou pas loin en tout cas… Et puis, comme le piètre basileus Alexis III Ange († 1212) a pris lâchement et nuitamment la poudre d’escampette, le trône impérial demeure vide : ce serait dommage de ne pas en profiter ! Ainsi naît l’Empire latin d’Orient qui verra Constantinople et la majeure partie de la Grèce passer sous la domination de dynastes d’origine française. Un gouvernement impérial en exil s’installe pour sa part du côté anatolien : l’Empire de Nicée, dirigé par les Lascaris.

Alexis III Ange, trachyAlexis III Ange (1197-1203), Aspron trachy, Constantinople, 1197-1203, électrum, 4,19 grs. 29 mm. A/ Christ trônant de face, tenant les Evangiles ; R/ l’empereur et saint Constantin couronnés, de face, et tenant tous deux un sceptre crucifère, ainsi qu’un labarum entre eux. Sear n° 2009.

Hyperpère Jean III

Jean III Vatatzès (1221-1254), empereur de Nicée, Hyperpyron, Magnésie, 1232-1254, or, 4,34 grs. A/ Christ trônant, bénissant et tenant les Evangiles ; R/ l’empereur de face, tenant le labarum et couronné par la Vierge. Sear n°2073.

En ce même mois d’avril 1204, profitant de la gabegie, des sécessionnistes font un coup de force dans la ville de Trébizonde, tout au bout de l’Empire, sur les bords de la Mer noire, non loin de la Géorgie. Et c’est un troisième Empire byzantin qui voit ainsi le jour : l’Empire de Trébizonde, une étroite bande de terre littorale d’environ 500 kilomètres de long, mitoyenne des terres des Lascaris à l’ouest (qu’elle touche du côté de la ville de Sinope), de la Géorgie à l’est et surtout du puissant Sultanat seldjoukide de Roum sur toute sa frontière sud. Au-delà de la Mer noire, il faut aussi citer plusieurs villes et comptoirs (comme Caffa) installés sur les rives de la Crimée.

Quatrième_croisadeCarte des trois entités se partageant l’Empire byzantin au début du XIIIe siècle (situation vers 1214 : la région de Sinope, naguère frontière entre l’Empire de Nicée et celui de Trébizonde, est tombée aux mains du Sultanat de Roum)

Les souverains autoproclamés de ce nouvel Etat n’étaient certes pas issus de peu. Il s’agissait au contraire des derniers scions d’une vieille lignée impériale, les Comnènes, qui avaient règne plus d’un siècle sur Byzance, après l’avènement d’Alexis Ier (1081-1118), fondateur de la dynastie et l’un des plus grands souverains byzantins.

Alexis I histamenon nomisma

Alexis Ier Comnène (1081-1118), Trachy, Constantinople, 1082-1087, électrum, 4,40 grs. A/ Christ trônant, bénissant et tenant les Evangiles , R/ l’empereur  en buste, de face, portant la couronne à chlamys, un sceptre à croix perlée et un globe crucifère. Sear, n° 1893.

Hélas, ses qualités s’étiolèrent chez ses descendants et Andronic Ier, brutal et incompétent, fut déposé en 1185 après un règne de deux ans, atrocement exécuté et remplacé par l’un de ses cousins éloignés, Isaac II, qui inaugure la dynastie des Ange. Alexis et David Comnène, les deux-petits fils d’Andronic (et arrières-arrières-petits-fils d’Alexis Ier le Grand, mais aussi descendants des rois de Géorgie par leur mère), avaient pu être mis à l’abri en Paphlagonie, sur les bords de la Mer noire, le berceau des Comnènes. Devant l’effondrement prévisible des Ange, Alexis (1181-1222) s’empare de Trébizonde et s’arroge le titre d’empereur, qu’il considère être le seul à pouvoir légitimement porter, comme descendant de la dynastie Comnène. A ses yeux, les Ange ou les Lascaris demeurent des usurpateurs et lui-même est un souverain en exil, chef d’une lignée qui se baptisa les Grands Comnènes (Megas Komnenos). C’est le début d’une histoire peu connue, celle d’un royaume aux frontières de l’Occident et de l’Orient, d’une ville mythique et fastueuse car lieu de passage des riches caravanes venant de la Route de la Soie ou des steppes. Marchands vénitiens et gênois y avaient leurs habitudes et le petit empire prospéra, protégé par les hautes montagnes du Pont. Voyant vingt-deux souverains se succéder, cette enclave grecque en terre  dura jusqu’en 1461, se payant même le luxe de survivre à l’Empire byzantin « officiel » et à la chute de Constantinople.

L’Empire de Trébizonde va développer un monnayage particulier, s’inspirant dans un premier temps de celui émis à Byzance, puis gagnant, au fil des règnes, une iconographie spécifique. Le pays disposant de mines d’argent assez abondantes, ce sont essentiellement des pièces de ce métal qui seront frappées, en premier lieu une monnaie plate appelée « asper », assez proche (au moins dans ses débuts) du « basilikon » byzantin créé à la même époque. Des monnaies de cuivre au nom inconnu composaient le petit numéraire. Trébizonde ne frappa en revanche jamais de pièces d’or (à la différence de leurs voisins et concurrents de l’Empire de Nicée).

, n.a.Jean II de Trébizonde (1280-1297), Asper, Trébizonde, v. 1280, argent, 2,76 grs. A/ Saint Eugène de face, tenant une crosse patriarcale ; R/ l’empereur de face tenant le labarum  et un globe crucifère.

Basilikon Andronic IIAndronic II Paléologue (1282-1328), Basilikon, Constantinople, v. 1300, argent, 1,40 grs., 20 mm. A/ le Christ trônant et bénissant ; R/ l’empereur accompagné de son co-régent Michel IX, tentant un labarum entre eux.

Chose curieuse, le premier souverain de Trébizonde, Alexis Ier Grand Comnène, ne semble avoir laissé aucune monnaie à son nom, en dépit d’un règne assez long de dix-huit années (entre 1204 et 1222). Les premières monnaies trébizondiennes n’apparurent que sous le règne de son gendre et successeur, Andronic Ier Gidos. Il fallait pourtant bien que cet Etat naissant, importante plaque tournante commerciale, dispose d’une circulation monétaire. Ce n’est qu’en 2006-2007 qu’une hypothèse a été émise par le numismate Simon Bendall, spécialiste des monnaies byzantines. Dans un article antérieur, il avait mis en lumière un point curieux : de très nombreuses trachea (monnaies concaves en électrum, alliage d’or et d’argent, qu’on surnomme « or blanc ») frappées à Constantinople sous les règnes de Jean II Comnène et Manuel Ier  Comnène (entre 1118 et 1180) portaient de marques de rognage. La technique avait été la suivante : les monnaies concaves voyaient leur bord martelé jusqu’à la limite des figurations du Christ et de l’empereur ; la monnaie était ainsi à la fois agrandie et amincie ; il ne restait alors plus qu’à rogner/recouper la monnaie pour la ramener à son diamètre d’origine, recueillant ainsi quelques parcelles de métal précieux. Extérieurement, le diamètre demeurait donc celui d’une trachy normale, mais son poids avait diminué d’environ 40 % (dans les 2,15 grs au lieu de 3,80 grs) et les bords de la pièce étaient devenus minces comme une feuille. Enfin, le texte des légendes et certains détails des figures avaient disparu dans l’opération, écrasés par le martelage. Divers indices (dont l’analyse d’un trésor datant de la période) ont conduit Bendall à conclure que cette politique à grande échelle de rognage des trachea des Comnènes du XIIe siècle avait bel et bien été initiée à Trébizonde au début du siècle suivant. Preuve que cet Etat naissant façonna son économie à coups de marteaux ! Les fragments recueillis, refondus et raffinés, fournirent sans doute des lingotins d’or et d’argent (sans doute employés en l’état par le nouvel Etat, puisque Trébizonde ne frappa aucun numéraire en or ou en électrum).

IMG_2402 Manuel Ier Comnène (1143-1180) [et Alexis Ier de Trébizonde (1204-1222)], Aspron trachy martelé et rogné, Constantinople, vers 1152-1167, électrum, 2,49 grs., 29-31 mm. A/ Christ Pantocrator assis de face sur un trône ; R/ l’empereur et la Vierge debout de face, tenant une croix de patriarche entre eux.

AyasofiaA


Illustrations de tête et de fin d’article :

Plafond de l’église Sainte-Sophie de Trébizonde, fresque du XIIIe siècle.

Sainte-Sophie de Trébizonde sous la neige.

Bibliographie :

– Michel Moreaux, Les Grands Comnènes : biographies et monnaies (https://www.academia.edu/9645501/Les_grands_Comn%C3%A8nes_de_Tr%C3%A9bizonde_biographie_et_monnaies)

– S. Bendall and D. Sellwood, « Clipped twelth century Byzantine electrum trachaea », dans Numismatics-Witness to History, IAPN Publication No. 8, 1986, pp. 97-99.

– S. Bendall, « A Further Note on a Possible Early Coinage of the Empire of Trebizond », dans Numismatic Circular, Vol. CXIV No. 4, August 2006.

– S. Bendall, « A Hoard of Coins of Andronicus I Gidon of Trebizond (?) », dans Numismatic Circular, Vol. CXV, No. 1, February 2007.

 

MÉLANGES TIRÉS D’UNE PETITE BIBLIOTHÈQUE (13) : QUAND LES GREVES INSPIRAIENT LES POETES…

 QUAND LES GREVES INSPIRAIENT LES POETES…

En ces temps de grogne sociale généralisée, il semblait intéressant, pour rester dans le ton, d’exhumer un texte évoquant le monde ouvrier du XIXe siècle et ses grèves. Et pas n’importe quel texte : des vers, et des plus célèbres en leur temps, tombés de la plume de celui qu’on surnommait alors « le poète des humbles », François Coppée (1842-1908). Voici une brève présentation du manuscrit autographe de ce poème et d’un exemplaire sur chine de l’édition originale, arrivés dans mes rayons il y a quelques années.

Portrait de François Coppée par Nadar (vers 1876). Tirage en photoglyptie, extrait de la « Galerie contemporaine »

Fils de fonctionnaire, Coppée commença à travailler comme employé de bureau du Ministère de la Guerre, tout en composant ses premiers vers, imprimés en 1866 dans le recueil Le Reliquaire. Membre du courant poétique du Parnasse et de l’ « écurie » des écrivains des Editions Lemerre, il accéda à la célébrité en 1869 avec sa pièce de théâtre Le Passant, dans laquelle jouait Sarah Bernhardt. Le succès ne se démentit dès lors plus que ce soit pour ses pièces ou pour ses recueils de poésie. Bibliothécaire du Sénat, puis archiviste de la Comédie-Française, il cumula peu à peu les honneurs : Académie française en 1884, officier de la Légion d’honneur en 1888. Auteur très en faveur dans les milieux bourgeois, devenu l’un des chantres du nationalisme au moment de l’Affaire Dreyfus, il fut pourtant l’un des seuls auteurs à mettre en scène, avec un intérêt et une compassion vrais, le sort des plus modestes et des déshérités dans son œuvre. Avant même le recueil Les Humbles (1872), il avait donné un poème à teneur sociale dès 1869, baptisé La Grève des Forgerons.

Le poème vit le jour en juillet 1869, dans un contexte social extrêmement lourd. Un mois plus tôt, les mineurs du bassin houiller de La Ricamarie (près de Saint-Etienne) s’étaient engagés dans une grève très dure, pour l’amélioration de leurs conditions de vie et de travail (notamment la journée de huit heures). Le 16 juin, des grévistes tentèrent de s’opposer au départ de stocks de charbon vers les usines locales : des compagnies d’infanterie, appelées pour couvrir le transfert, procédèrent à quarante arrestations. Et c’est alors que les prisonniers étaient emmenés vers Saint-Etienne que le drame intervint : confrontés au rassemblement de plusieurs centaines de collègues et de proches des mineurs interpelés, les soldats, sans doute effrayés, ouvrirent le feu, sans sommation ni ordre, tuant quatorze personnes (dont un bébé de seize mois) et occasionnant de nombreuses blessures graves. Dix jours plus tard, c’était au tour des ouvriers et ouvrières de la soie lyonnaise de se mettre en grève pour plus d’un mois.

Un humble manuscrit, « dans son jus »…

Composé peu après ses événements, le long poème de Coppée (253 alexandrins) prend place dans le monde des forges, autrement dit de l’industrie sidérurgique. Il met en scène un vieil ouvrier, le père Jean, respecté de tous, qui se voit désigné par ses camarades comme porte-parole auprès du maître de forge pour demander une hausse de salaire. Devant le refus poli du patron (éternelle question : comment demeurer compétitif ?), les ouvriers se mettent en grève. L’argent en vient vite à manquer chez le vieil homme, une situation critique puisqu’il doit nourrir sa femme et ses deux petits-enfants, demeurés à sa charge. Annonçant à ses compagnons qu’il doit reprendre le travail, il se fait alors traiter de lâche par un jeune exalté. Ne pouvant supporter l’affront, le père Jean défit son insulteur en duel et l’abat d’un coup de marteau. Et l’on découvre alors que ce long monologue, placé dans la bouche même du père Jean, avec des phrases brèves et sans fioritures, s’adressait en fait aux juges de la cour d’assise.

En voici les premiers vers :

Mon histoire, messieurs les juges, sera brève.
Voilà . Les forgerons s’étaient tous mis en grève.
C’était leur droit. L’hiver était très dur ; enfin,
Cette fois, le faubourg était las d’avoir faim.
Le samedi, le soir du payement de semaine,
On me prend doucement par le bras, on m’emmène
Au cabaret ; et, là, les plus vieux compagnons
– J’ai déjà refusé de vous livrer leurs noms –
Me disent :  » Père Jean, nous manquons de courage ;
Qu’on augmente la paye, ou sinon plus d’ouvrage !
On nous exploite, et c’est notre unique moyen. […]

Tout en se démarquant des premières productions de Coppée (toutes parnassiennes et donc purement esthétisantes), La Grève des Forgerons va devenir emblématique de sa veine personnelle, s’intéressant à la vie quotidienne du peuple de Paris et de ses banlieues : dans ce long monologue, le poète trace un portrait sans fard, à la Zola, d’une réalité sociale très dure. Cette démarche narrative (que l’on retrouvera dans les poèmes du recueil Les Humbles) le conduira à adopter un prosaïsme volontaire et revendiqué, un refus du « poétisme », qui sera moqué par Verlaine, Rimbaud, les Zutistes ou les Symbolistes. Verlaine, notamment, s’amusa à le pasticher et disait qu’il faisait « un Vieux-Coppée » quand il s’amusait à composer un dizain au sujet un peu banal. Pour Jules Renard (qui avait souvent la dent dure dans son Journal), Coppée faisait « de la prose sans le savoir » (et Renard de prophétiser : « On ne rouvrira pas Coppée. Qu’est-ce qu’un poète dont la lecture ne nous augmente pas ? »). Anatole France, de son côté, avait fait une blague un peu vacharde, en disant avoir vu, un jour d’enterrement, une couronne funéraire portant l’inscription « Offert par le Cercle de boules d’Auteil » (soit un alexandrin) et avoir pensé : « On dirait un vers de Coppée ! ». Mais France lui reconnaissait aussi d’avoir su casser l’alexandrin traditionnel et d’avoir trouvé le moyen de conserver le naturel dans l’art. Certains critiques, de nos jours encore, se prenant pour des Verlaine au petit pied, adorent descendre ce poète mort et oublié depuis plus d’un siècle, parlant à plaisir de son style populiste, de ses lieux communs, de son sentimentalisme  à l’eau de rose, etc. Critiques non dénuées de quelques raisons, mais à mon sens un peu faciles, faisant fi un peu rapidement de l’écho rencontré par cette poésie auprès du lectorat de l’époque (mais les critiques et exégètes, d’aujourd’hui comme d’hier, sont si facilement méprisants pour les goûts des simples lecteurs, incapables par définition de séparer le bon grain de l’ivraie, puisque n’étant pas membres du sérail des professionnels des lettres, fin de la parenthèse…). Il n’est donc pas inintéressant, à mes yeux d’historien et de collectionneur, de redécouvrir l’œuvre de François Coppée où se rencontrent des œuvres d’une certaine force, ou du moins d’un réel intérêt historique, comme l’est cette Grève des Forgerons, demeurée l’une de ses pièces majeures.

013-3-MAS fin

La fin tragique du poème

Manifestement écrit sur les feuillets d’un petit cahier ou carnet, le présent manuscrit autographe signé, comptant 9 pages, n’est pas daté, mais doit remonter à l’époque de la composition du poème : l’écriture de Coppée présente encore des formes juvéniles qui ne figurent plus dans sa calligraphie d’homme de lettres confirmé des années 1870-1880. L’œuvre sera publiée chez Alphonse Lemerre dans le courant du second semestre 1869, sous d’un petit fascicule indépendant, une plaquette in-octavo de 15 pages. Cette édition originale comportait un tirage de tête de 24 exemplaires sur chine et de 24 autres sur hollande, non numérotés. Le présent exemplaire, broché, est l’un des 24 chine.

013-4-titre      013-5-incipit

Un des 24 exemplaires sur papier de Chine

Si vous voulez lire ce poème dans l’édition originale, vous pouvez le retrouver en reproduction numérique via ce LIEN  ou en version texte via cet autre (http://www.bmlisieux.com/archives/forgeron.htm).

Allez, bonne lecture et salut à tous, camarades ! « C’est la lutteuh finaleuh, groupons-nous et demain, le livre ancien sera le genre humain » 🙂

MÉLANGES TIRÉS D’UNE PETITE BIBLIOTHÈQUE (12) : UN VERLAINE « BATH AUX POMMES »

UN VERLAINE « BATH AUX POMMES »

Verlaine sonnetCela faisait bien, bien longtemps que j’en rêvais, et voilà : un sonnet autographe de Verlaine a rejoint mes rayons ! Je suis d’autant plus content que le poème en question, s’il n’est pas le plus connu, est toutefois porteur d’une riche intertextualité, une dimension qui m’est particulièrement chère. Bref, un Verlaine « bath aux pommes » (comme il disait lui-même, dans son jargon potache, des poèmes ou articles fournis à Léon Vanier). Voici tout d’abord le texte :

Ecrit pendant le siège de Paris                                                                                  Xbre 1870

Loyal poignet d’acier, bon vieux héros choisi                                                        De par le bon vieux Dieu barbu des vieilles Bibles                                  Pour être le plus pur entre les plus terribles                                                        Goetz de Berlichingen, que dis-tu de ceux-ci ?

Dorothée, Ottilie ! ô vous vierges, quasi                                                         Des anges, qui, parmi vos rêves si paisibles,                                                        Tout au plus évoquiez des “amis” impossibles                                                      A force de vertus, qu’en dites-vous aussi ?

Et vous, les jeunes gens, fières Maisons-moussues,                                         Contempteurs des docteurs et des choses reçues,                                     Terreur des Philistins abjects, splendides fous,

Sur Paris, sur Paris ! ce ne sont pas des mythes,                                                  L’Allemagne, il paraît, lance, qu’en dites-vous ?                                                    Tranquillement des culs horribles de marmites.

Paul Verlaine

Sous le titre Obus et philosophie mêlés (évident rappel du recueil de textes de Victor Hugo, Littérature et philosophies mêlées, paru en 1834), le poème avait paru dès le 12 janvier 1871, dans le journal Le Rappel. A quelques infimes variantes près (« stupidement » eu lieu de « Tranquillement », quelques différentes orthographiques et la présence d’une épigraphe :  » … ! (Cambronne) »), le texte était similaire.

Lorsque paraît le poème pour la première fois, Paris est assiégé par les troupes prussiennes : au prix de privations inouïes, la cité tient depuis le 17 septembre 1870, mais est sur le point de capituler (26 janvier 1871). La Commune suivra, du 18 mars au 28 mai. Engagé dans la Garde nationale parisienne, Verlaine devra fuir un temps la répression versaillaise et, radié, perdra son poste dans l’administration. Circonstances qui expliquent peut-être pourquoi ce poème fut longtemps oublié dans un fond de tiroir.

Il faut attendre la fin de la vie du poète et la mise au point de son dernier ouvrage pour que ces vers ressurgissent. Courant 1895, Léon Vanier, l’éditeur « officiel » de Verlaine, lui commande un nouveau recueil, pour lequel le poète va « recycler » un certain nombre de pièces anciennes, associées à de nouvelles compositions. Le livre est intitulé Invectives, ce qui en dit clairement le contenu ! Notre sonnet gagne au passage un nouveau titre, Ecrit pendant le siège de Paris (Xbre 1870), et trouve petit à petit sa place dans le recueil, avec des numéros au crayon bleu : d’abord, le numéro XVI (qu’on retrouve dans la table des matières autographe conservée à la Bibliothèque littéraire Jacques Doucet, à Paris), barré ensuite au profit du numéro XXXII. Finalement, le poème apparaîtra sous le numéro XXX dans l’édition Vanier, publiée quelques semaines après la mort du poète le 8 janvier 1896.

Profitant de l’envoi de son poème à Vanier, Verlaine ajouta un petit mot au crayon à l’intention de son éditeur : « J’ai encore à ajouter trois / ou quatre assez longues / pièces de cette époque [et d’après ?] / que je rechercherai dans le Rappel / et autres journaux / à demain pièce / sur Le Con te de Lisle ».  On retrouve ici l’acrimonie qui régnait depuis plusieurs années entre les deux hommes. Dès 1885, dans la série des Hommes d’aujourd’hui chez Vanier, Verlaine avait livré un portrait fort rosse du chef de file des Parnassiens : « J’ai dit que Leconte de Lisle était un beau causeur ; souvent amer, par exemple. Il a, cet homme, parfois des rancunes, des préventions d’homme, et gare à ceux qu’il investit de son animadversion ! Une dent acérée brille et mord ferme le malheureux, entre le monocle et la cigarette ». Et en 1890, dans la pièce X du recueil Dédicaces (« A Raoul Ponchon »), il avait osé l’insulte par la césure et l’enjambement :

« Voyez de Banville, et voyez Lecon-                                                                      Te de Lisle, et tôt pratiquons leur con-                                                                      Duite et soyons, tels ces deux preux, nature. »

Venons-en au contenu même du poème. Comme le fera Vercors avec Le Silence de la Mer en 1942, il s’agit d’opposer l’Allemagne de la culture à l’Allemagne de la guerre et de la barbarie. C’est du côté de Goethe, dont il était un fervent lecteur, que Verlaine va chercher ses exemples.  Avec sa mention de Goetz von Berlichingen, le poète renvoit à la fois vers le parangon du chevalier allemand « à l’ancienne » (le véritable Berlichingen [v. 1480-1562] était surnommé « Main de fer » à cause de sa prothèse articulée, d’où le « loyal poignet de fer ») et vers l’une des premières pièces de théâtre de Goethe, inspirée par ce personnage haut en couleurs (1773). Sont ensuite citées Dorothée et Ottilie, autrement dit les héroïnes de Hermann et Dorothée et des Affinités électives du même Goethe. Verlaine faisait enfin référence aux « jeunes gens, fières Maisons-moussues », autrement dit aux étudiants des célèbres grandes universités allemandes. « Maisons-moussues » était en effet un grade supérieur dans les sociétés secrètes d’étudiants, dont Verlaine met ici en effet l’esprit libre, critique et rebelle contre la société bourgeoise compassée.

Mais à cette Allemagne de la culture, un peu mythique, évoquée seulement par des personnages de papier ou du folklore estudiantin, Verlaine oppose de manière plus dure et concrète (« ce ne sont pas des mythes ») le comportement des armées allemandes en France. A cet égard, le changement de l’intiale adverbe « Stupidement » par « Tranquillement » renforce encore l’aspect terriblement inhumain du pilonnage systématique infligé à la capitale avec ces « horribles culs de marmite » (bombes de gros calibre lancées par des mortiers).

Paul Verlaine (1844-1896), Ecrit pendant le siège de Paris – Xbre 1870,  s.l.n.d. [Paris, 1895], manuscrit autographe signé, 1 f. sur papier ligné.

Provenance : Léon Vanier (1847-1896) ; Editions Vanier-Messein ; colonel Daniel Sickles (1904-1989) (alors relié dans un exemplaire d’Invectives sur Hollande : « Bibliothèque du colonel Daniel Sickles – Littérature française des XIXe et XXe siècles », 4e partie, Paris, 15 mars 1990, n° 2927 ; 11e partie, Paris, 19 février 1992, n° 4545 ; 12e partie, Paris, 29 octobre 1992, n° 5119) ; Librairie des Muses (Alain Nicolas, Paris, vers 2005) ; Pierre Nétange (« Bibliothèque Pierre Nétange », Paris, 10 décembre 2015, n° 59) ; Librairie Hugues de Bourbon.

Réf. : manuscrit inconnu des éditeurs scientifiques de l’édition Pléiade des OEuvres de Verlaine. Mes remerciements à M. Christian Hervé (ENS) pour sa très érudite analyse publié en 2007 sur sa page dédiée à Verlaine : http://romances-sans-paroles.pagesperso-orange.fr/obus.htm

Quelques livres, autographes et monnaies à découvrir